Conseil dans la dernière ligne Droite

Malgré les rêves de beaucoup d’un grand soir électoral, les besogneux et laborieux, persistent (depuis 2014) à décrypter les décisions du conseil municipal et à informer les citoyens de notre ville (encartés, engagés ou pas). En bref à alerter, mobiliser et contrer les décisions nocives de l’actuelle majorité municipale par ailleurs en pleine déliquescence[1].

Ce lundi 9 décembre 2019 sera donc un des derniers conseils municipaux de la mandature qui s’achèvera en mars prochain (dans moins de 100 jours). Au menu, pas moins de 52 délibérations[2] à voter par les élus : de la ZAC (Village) Olympique en passant par les crèches, le groupe scolaire Bauer, l’Espace 1789, la démolition d’Amarrage, la ZAC des Docks, l’opération de bureaux C. Schmidt – E. Vaillant. Toujours beaucoup d’immobilier et de foncier !

Sans oublier les 49 décisions du maire par délégation du Conseil (constituant la dernière délibération). Un maquis de dossiers et d’intitulés (de 3 lignes et un montant[3]) relatifs à des conventions, frais d’avocats, paiements d’honoraires, contrats…

Délibérations (notre sélection) :

ZAC des Docks (15-16-17-18-19), calage juridique et financier avec plusieurs conventions et/ou avenants à celles-ci avec l’aménageur (Sequano), la Métropole–Sequano, la Métropole – Plaine Commune… et surtout le Compte Rendu Annuel à la Collectivité (CRACL pour les intimes).

Un document de 71 pages bourrées de chiffres et de tableaux inaccessibles au commun des mortels (et aussi aux élus quels qu’ils soient). Pour en être certain, comme tous les ans, les chiffres du tableau récapitulatif des dépenses et recettes sont si petits qu’il est quasiment impossible de les lire !

Enfin, cerise sur le gâteau une fois encore, ce compte rendu financier (et d’avancement opérationnel) arrêté au 31/12/2018 est mis au vote en décembre 2019 (!) en incluant alors que l’année est quasi terminée 5,5 pages sur les « prévisions de l’année 2019 » (!) . Ce document n’est donc pas sincère. Il s’inscrit dans une démarche récurrente et délibérée qui justifierait un examen du contrôle de légalité en vérifiant la conformité avec le traité de concession (les obligations et dates correspondantes pour ce compte rendu).

En attendant ce que l’on peut dire sans se tromper (et être trompé), c’est que le bilan global prévisionnel à fin 2025 des recettes (produits) et des dépenses (charges) s’équilibre à 632,7 M€ contre 629,5 M€ à fin 2017 soit +3,2 M€.[4] A suivre.

Participations aux équipements publics (20) avec 2 projets d’envergure :

-l’un au 39-41 rue avenue Gabriel Peri (à coté de Midas) / 3 rue des Rosiers (ancien garage) avec 54 logements en accession et 42 parkings et 2 commerces par la SCI St-Ouen Rosiers avec une Participation : 907 989 €.

– l’autre au 62 bis rue St-Denis / 1-5 rue Jean-Jacques Rousseau avec 29 logements en accession et 20 parkings. Participation 496 531 €

Bureaux C. Schmidt – E. Vaillant (22): Adieu les terrains acquis jadis par la ville pour l’extension du lycée (terrains de sports et autres). Pas de réaménagement des espaces publics et de l’entrée de ville de cet accès aux Puces. Maintien du virage en épingle entre les rues Vaillant et Schmidt à cette entée de ville. Plus d’articulation et de requalification possibles des espaces verts. Nada ! Une délibération expéditive de quelques lignes, un projet inconnu de tous attribué aux amis de la société Eiffage. Le maire brade le patrimoine communal et pose un programme immobilier de 10 900 m2 de bureaux sur un terrain communal de 4 850 m2 pour du cash 16,35 M€ ! Le pognon avant la réflexion

Pour mémoire à lire notre article du 15/10/2018 : « A la grâce de Dieu ! » http://www.soignetagauche.fr/2018/10/a-la-grace-de-dieu/

Les Puces (23, 32): poursuite de la partie de Monopoly entre quelques amis de l’immobilier avec la démolition du 88 rue des Rosiers appartenant à la ville et occupé par Amarrage.[5] Une opération à mettre en rapport avec l’échange entre le 7 impasse Simon (ex office du tourisme) et le 90 rue des Rosiers CofinHolder[6]. Evidemment deux délibérations assez éloignées dans la séance pour mieux brouiller les pistes.

ZAC Olympique et paralympique  (26,27) : transfert à Solidéo[7] de la maîtrise d’ouvrage pour les études et travaux concernant le gymnase Pablo Neruda, la Grande nef (Lucien Belloni) et la piste d’athlétisme sur l’île des Vannes, subvention de Solidéo pour les études et travaux portant sur le groupe scolaire de 17 classes. Par contre RAS sur la passerelle pour relier les Docks à l’île des Vannes.

Espace 1789 (29) :géré en délégation de Service public (DSP) sous forme de contrat de gérance, il faudrait passer selon le Conseil d’Etat à un marché public. Entre la régie intéressée, la concession et l’affermage. Dernière solution proposée au Conseil. A voir, la vigilance est de mise.

Petite enfance   (42-43, 44, 45) : Bétonisation oblige, gros volet pour les nouveaux « petits » : déjà une « intention » (promesse électorale ?) d’un partenariat avec la fondation Œuvre de la Croix Saint-Simon (Amen ?) pour le « projet » d’Etablissement accueil de jeunes enfants (EAJE) au 177 Bauer (angle Condorcet) ancien locaux de la société ETIT. Convention avec la CAF pour la prestation de service unique (PSU) pour la crèche Monmousseau et les multi-accueils « Ottino », « Françoise Dolto » et les « Galopins ». Subventions pour « Graine de Tipi » et « Les Microdoniens »

Groupe scolaire 111-113 Bauer (9,46) versement de la subvention pour la démolition (DSIL)[8]attribution du marché de maitrise d’œuvre (architectes) qui devrait logiquement accueillir les enfants d’une partie au moins des 500 logements du site Wonder. C’est l’équipe de l’ami Marc Farcy[9] (déjà plus de 350 logements au compteur dans les Docks) qui a été retenue par le jury de concours. Avec une rémunération de 1,57 M€ sur la base d’un coût de travaux de 12,4 M€ HT. On attend de voir !

Eric PEREIRA-SILVA

[1] On annonce, une nouvelle fois, la démission probable de Karine Kousmann adjointe au maire à l’éducation et qui devrait rejoindre les insurgés. Ceux, sortis il y a peu, après qu’ils aient tant souffert en votant néanmoins toutes les décisions imposées par le petit roi Delannoy. On attend avec impatience leur programme puisqu’ils devraient se présenter aux prochaines élections municipales.

[2] Un dossier d’environ 500 feuilles (recto verso), soit une ramette de papier, communiqué 5 jours avant le Conseil à chacun des élus. Qui auront dû le lire au moins pour partie afin de se prononcer en connaissance de cause. Genre de dossier que ferait bien de lire tous les candidats à la mairie qui se bousculent aujourd’hui au portillon.

[3] de 720 € à 1 100 000€ (exercice du Droit de préemption dans les Puces aux 80 rue des Rosiers

[4] Quelques questions néanmoins sur cette ZAC des Docks comme, l’impact financier total de l’abandon du site pour le grand hôpital et « l’abandon du franchissement carrossables des voies ferrées » au droit des terrains du future collège (cession envisagée ?)ou « un contexte de rumeurs sur un nouveau retard pour la mise en service de la ligne » 14

[5] Une «association » assez particulière au service l’art qu’ont eu à connaître les promoteurs volontaires – désignés pour financer l’art dans la ville (notamment et sans un enthousiasme débordant).

[6] Francis Holder patron des boulangeries Paul qui avait négocié avec l’ancien maire un atelier de fabrication dans ce secteur et la perspective de réaliser un musée du pain dans l’actuel Centre administratif ! (place de la République) quand celui-ci serait transféré rue des Rosiers (ex site Valéo).

Pour les curieux notre article de juin 2015 « Un pain dans la préemption » http://www.soignetagauche.fr/2015/04/un-pain-dans-la-preemption-avec-questions/

[7] La Société de Livraison des Ouvrages Olympiques (SOLIDEO) est l’établissement public chargé de financer, superviser et livrer les ouvrages et opérations … https://www.ouvrages-olympiques.fr/

[8] DSIL : Dotation de soutien à l’Investissement local (Etat)

[9] Marc Farcy architecture : https://www.farcy-architecte.com/en-cours/

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

11 réflexions au sujet de « Conseil dans la dernière ligne Droite »

  1. Il est aussi question d’une histoire de préemption concernant le café « Le Picolo » qui se trouve dans les puces. A t on des infos là-dessus ?

  2. Une solution pour arreter la betonisation de st ouen serait d’interdire la construction de nouveaux logements pour favoriser les solutions d’eco partage des logements qui existent deja. Il faut aussi que la ville achete des logements pour les distributer aux familles a la rue.

  3. Je déplore la disparition d’un espace culturel comme Amarrage (où j’expose mi-mars-mi-avril prochain), un espace qui avait été négocié avec les promoteurs par Bentolila lors de l’ancienne mandature.
    Je ne suis pas étonné de voir le terrain carrefour Charles Schmidt/Edouard Vaillant dont le projet d’espace sportif pour le Lycée Blanqui voisin, qui a été a été si longtemps laissé à l’abandon (pourquoi?), maintenant recyclé en projet d’espace de bureaux alors que les bureaux vides pullulent dans Paris! La porte Montmartre qui est déjà saturée par la circulation automobile et les allers et venues vers le SICTOM des bennes à ordure de Paris, mais peu importe puisque le « court-termisme » de l’immobilier va, tout va!
    Je n’arrive pas bien à mettre en relation l’ancien office du tourisme avec le 90 rue des Rosiers
    Je n’arrive pas à mettre en relation

    • Félix, tu es injuste, la pte Montmartre a des airs de Riviera ou de Côte d’Azur avec un magnifique palmier marquant l’entrée de la ville par la rue Charles Schmidt!
      Et le terrain de l’ancienne scierie vous semblez oublier qu’il a servi de mosquée provisoire et de dépôt de matériel pour les services de la ville!

  4. Bonjour,

    merci d’avoir mis en ligne l’ordre du jour de la réunion du conseil municipal.

    le CRACL 2018 de la zac des Docks existe-t-il sous format électronique ? si oui est-ce possible de le mettre en ligne ?

    le conseil municipal reprend donc samedi matin 21 décembre à 9h30.

    • @lecteur_soignetagauche

      Hélas, non ! Il vous reste à demander à un élu de vous fournir le dossier papier (71 pages), de le scanner et de nous en faire profiter.

      A minima ce document important (comme d’ailleurs beaucoup d’autres) dés lors qu’il est public et approuvé par le Conseil, devrait être accessible sur le site de la ville et téléchargeable.
      Pour mémoire, ce n’a toutefois jamais été le cas dans la mandature précédente comme vous le savez.

      EPS

  5. Oui il paraît anormal que le CRACL de la Zac des Docks ne soit pas mis en ligne sur le site internet de la Ville de Saint-Ouen-sur-Seine (comme les autres documents publics).

    On se croirait au moyen âge où le pouvoir royal avait la volonté politique de laisser la population française dans l’ignorance.

  6. Bonjour EPS
    La retransmission du CM étant annulée sur le site de la Ville,
    Qui peut me dire ce que WD a annoncé à propos du contentieux fusion OP/SEMISO???
    Merci de votre attention
    et BONNES FETES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *