A la grâce de Dieu !?

Pour les mécréants se souciant peu du culte quel qu’il soit, rappelons que la mosquée de Saint-Ouen est désormais dans ses nouveaux murs rue des Docks. Son installation provisoire[1] sur le terrain communal à l’angle des rues C. Schmidt et E. Vaillant est donc de l’histoire ancienne. Dès lors, se repose avec acuité la destination de ce foncier acquis depuis des décennies notamment pour les installations sportives du Lycée Blanqui. Pour mémoire, pour le clos et le couvert (réhabilitation, extension) et le fonctionnement (gestion) c’est un établissement du secondaire relevant de la compétence de la Région Ile de France, installée depuis peu comme chacun sait à quelques encablures.

A l’évidence, les revendications et perspectives pour « l’extension – finition » du lycée défendues pendant des années par les parents d’élèves et enseignants sont à prendre en compte et à développer dans le contexte d’aujourd’hui. C’est à dire en profitant de cette opportunité pour réaménager tout le quartier.

Ainsi la Porte Montmartre, qui échappe aux flux automobiles des bretelles du périphérique, permet un accès direct aux Puces et sera très bientôt[2] desservie par le nouveau tramway. Bénéficiant d’une rénovation urbaine significative côté Paris, elle mérite à l’évidence une réflexion globale sur son destin et celui de ses habitants côté Saint-Ouen.

Quels équipements sportifs à cet endroit ? Ouverture de ceux-ci sur le quartier et ses habitants ? Mutualiser et articuler les espaces verts avec celui existant rue Edouard Vaillant ? Conforter une liaison piétonne transversale rue Mathieu – Porte de Saint-Ouen ? (Ré)intégrer les initiatives citoyennes existantes sur le site [3] ? Articuler des pistes cyclables avec celles de la Capitale ? Revoir le carrefour S. Valadon/E. Vaillant/C. Schmidt/Neuve P. Curie ? Border de logements avec RDC commerces ou services une petite partie de la rue C .Schmidt ? Introduire un équipement culturel ? Quels financements et quelles échéances ?

Bref, débattre avec sérénité des sujets nombreux et variés de ce dossier en évitant de conforter le no man’s land actuel ou de simplement tartiner du logement privé néo haussmannien. Ne pas réduire comme peau de chagrin les réponses aux besoins du lycée et du quartier. Pour se pousser un peu du col, nous dirions que mixité, accessibilité, urbanité, espaces verts et développement durable devraient être au menu. Et bien entendu une vraie concertation.

Pour l’heure, le premier coup de pioche n’est pas pour demain car il faudra sans doute inscrire ce dossier dans le plan pluriannuel d’investissement de la Région et que le Maire (avec son équipe) travaille en partenariat en étant porteur de propositions et… d’ambitions.

A suivre…

Eric PEREIRA-SILVA

[1] Installation provisoire (sous chapiteau) nécessaire pendant la démolition de l’ancien petit immeuble rue des Docks (dont le terrain d’assiette sera incorporé à la parcelle d’angle boulevard Victor Hugo) et pendant la construction de la nouvelle mosquée.

[2] Après la période d’essai le tramway T3 (porte de la Chapelle – Porte d’Asnières) devrait être opérationnel dans quelques semaines.

[3] Comme celui de l’association les « Incroyables comestibles » face à l’entrée du Lycée.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions au sujet de « A la grâce de Dieu !? »

  1. il faut laisser le quartier comme il est. Assez de la betonisation de st ouen! je n’en peux plus de cette politique ultra liberale. Il faut une mobilsation citoyenne pour obliger Delanoy a partir.

    • Le laisser comme ça non. Pas besoin d’un autre terrain vague dans Saint-Ouen
      Le terrain est actuellement occupé pour du stockage de matériel de voierie par la Ville de Saint-Ouen. Certains matériaux sont là depuis des années (bravo pour le gaspillage des fonds publics !)
      Les bâtiments entre le terrain et le lycée sont dans un état de délabrement très avancé et non occupés depuis plusieurs années.

  2. A Saint-Ouen 90% de l’espace public est accaparé par l’automobile.

    Plus encore depuis mars 2014 avec la politique du tout bagnole de William Delannoy (aucune voie piétonne créée – aucune piste cyclable réalisée – un gigantesque parking de 745 places dans le futur village des rosiers).

    Pour la mandature 2020-2026 quels sont les projets des différentes listes progressistes LFI Générations PS PCF en aménagement de la ville ? La gauche revenue au pouvoir à Saint-Ouen, augmentera-t-elle l’espace réservé aux piétons, travaillera-t-elle avec le Conseil Départemental pour créer des voies cyclables sur les principales avenues traversant la ville, luttera-t-elle contre le réchauffement climatique comme le fait la ville de Paris ?

    Une élection municipale est un marathon. Les candidates et les candidats qui attendront janvier 2020 pour publier leur programme perdront les élections.

    Il est urgent que les partis de gauche définissent leurs programmes 2020-2026 de gestion de Saint-Ouen.

    • « Il est urgent que les partis de gauche définissent leurs programmes 2020-2026 de gestion de Saint-Ouen. »

      Exactement. Après si la « gauche » revient aux affaires à Saint Ouen, il faudra qu’elle applique réellement son programme.

    • Effectivement, Paris en organisant des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 montre qu’elle lutte avec conviction et fermeté contre le réchauffement climatique.

      Pourvu que Roissy XXL soit prêt pour accueillir tous ces écotouristes et ces éco-athlètes dopés à la camomille.

      Va falloir augmenter les capacités d’incinération et d’enfouissement en IDF !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *