Qui sommes nous ?

SAISON 1 (1994-1995) : Irruption citoyenne innatendue

L’association Initiatives et démocratie pour Saint-Ouen est créée fin 1994 par une dizaine de citoyens issus d’histoires différentes à gauche, rejoints rapidement par une vingtaine d’autres.

Leur credo (toujours d’actualité) : promouvoir une véritable démocratie locale et favoriser l’intervention des citoyens, des projets novateurs pour la ville, une gestion rigoureuse ¦

Avec leurs parcours politiques, syndicaux, associatifs ou de simples citoyens ils vont alors conjuguer leur énergie et leur attachement à la ville pour peser dans le débat des élections municipales de 1995.

Méprisé par la majorité d’alors, le groupe pousse l’exercice citoyen jusqu’à la constitution en 2 mois d’une liste complète de 43 candidats aux municipales conduite par Eric Pereira-Silva sous le nom Soigne ta gauche ! . Résultat inattendu (y compris pour les intéressés) un score de 6,5 % des suffrages et un 2ème tour historique pour la majorité sortante conduite par Paulette Fost (PCF).

SAISON 2 (1995-2001) :  Une opposition persévérante et dynamique

Sans élu, l’association campe désormais dans l’opposition de gauche. Elle s’exprime régulièrement dans la vie municipale : budget de la Ville, gestion de l’Ophlm, surloyers, Maisons des associations, Hôtel social, 26 Schmidt, révision du POS, 2ème tranche de l’école Vallès, 3ème collège (J. Baker).

Elle mène notamment une campagne de longue haleine sur le terrain et jusqu’au sein d’une Commission extra-municipale, en défendant des positions réalistes, contre le projet de grand stade Bauer pour le Red Star. Un projet municipal au coût exorbitant pour une équipe de football que certains voient déjà en 1ère division et qui s’effondre dans une confusion la plus totale.

Bien informée, l’association annonce même le nom du futur 1er magistrat de la Ville (une révélation pour beaucoup) et, au nom d’une vraie démocratie locale, critique vertement en 1999 la nomination du nouveau Maire en cours de mandat.

SAISON 3 (2001-2008) : Une particpation critique avant expulsion

Réelle volonté d’ouverture ou prudence ? En 2001, Initiatives et Démocratie ( Soigne ta gauche ! ) et les Verts sont sollicités par le nouveau Maire Jacqueline Dambreville (Rouillon) pour participer à la majorité municipale. A une courte majorité le réseau citoyen décide de répondre favorablement sur la base d’engagements repris dans le programme municipal. (cf. Bilan de ces engagements sur ce site et publiés par ailleurs en septembre 2007 sur lesaudoniens. com ). Deux de ces membres figurent sur la liste de la gauche rassemblée (dès le 1er tour) : Eric Pereira-Silva et Marie Colombo.

Le premier devient Maire-Adjoint (le mieux élu du Conseil municipal), la seconde en 33ème position sur la liste ne fait pas partie des 30 élus de la nouvelle majorité (mais toujours active, elle est élue à la Caisse des écoles jusqu’à la disparition de cette structure).

L’élu de Soigne ta gauche adjoint au développement économique, au commerce, aux marchés et à l’artisanat s’investit pleinement dans sa délégation (cf. bilan sur ce site).Il intervient inlassablement tout au long du mandat sur la démocratie locale et sur les questions d’urbanisme. Ses tribunes libres (cf. archives) illustrent clairement une participation critique mais constructive pour bouger la gauche.

Les membres actifs d’Id St-Ouen s’investissent principalement dans le milieu associatif : parents d’élèves, chômeurs, culture, locataires, quartier, vacances loisirs ¦

Avec un noyau de citoyens toujours actifs et un réseau d’influence non négligeable Id Saint-Ouen/ Soigne ta gauche ! , reste globalement critique vis à vis du PCF, sceptique par rapport au PS, plutôt proche des Verts et surtout sans à priori avec des amis dans toute la gauche locale.

Un réseau pluriel, autonome et ouvert ancré dans la Ville et son histoire.

Pour plus de précisions consulter l’ensemble des ARCHIVES progressivement mises en ligne et nous joindre directement (CONTACTS)

SAISON 4 (2008-2014) : Une contribution à la chute de la Maison Rouillon & Co

Mars 2008 : après avoir jouer les vas-t’en-guerre les jeunes Socialistes (qui ont évaqué opportunément « leurs anciens ») négocient sans vergogne leurs sièges et quelques miettes de pouvoir auprès des vieux briscards d’une fraction du PCF (ravis par l’aubaine) . Dommage collatéral de cette capitulation, le clan du Maire débarque le représentant du MDC (B. Perego), celui d’id Saint-Ouen-« Soigne ta gauche ! » (E. Pereira-Silva), l’ancien 1er adjoint PCF A. Rouault … Ce petit groupe a désormais les coudées franches. Objectif : imposer si nécessaire en cours de mandat un nouveau Maire complètement parachuté et se débarrasser des gêneurs ou des témoins expérimentés.

La nouvelle majorité l’emporte avec un succès très relatif (avec un score inférieur à 2001 et l’émergence d’une 2ème gauche) . Une victoire à la Pyrhus ?

Soigne ta gauche ! est désormais dans l’opposition…

suite (et fin) à rédiger

SAISON 5 (2014-…)  : Pas de répit contre l’aventure de Willy et ses amis

25 réflexions au sujet de « Qui sommes nous ? »

  1. si le B PEREGO EN QUESTION EST LE MME QUE DS LES ANNEES 70
    IL SUFFIT.
    SORTONS UN PEU DES ANCIENS

    • Pas problème pour dégager les anciens (et les autres) : Michel Bentolila, un homme neuf, s’en est chargé personnellement.
      Sans doute pour montrer l’exemple, il s’est d’ailleurs lui-même retiré… dans le privé !

    • Pas de problème pour dégager les anciens : Michel Bentolila, un homme neuf, s’en est chargé personnellement.
      Il s’est d’ailleurs retiré – sans soute pour montrer l’exemple – dans le privé !

  2. bien sur, il faut des jeunes, sortez les sortants, il y en a marre….

    Ds mon petit bled ns avons elus un Maire , ancien dirigeant d’un centre de handicapes,marqué è  gauche(syndicaliste cfdt) et fier de l’etre, que ns avons soutenu et qui fut elu.
    Pour preuve de son ancrage è  Gauche il ns sortis le 11/11/2008 (ds son allocution) un texte ecrit par un militant communiste contre la guerre, oui, contre la guerre… et , en memoire des fusilles pr l’exemple sans repeter, « mort pour la France », comme moi, depuis toujours.
    Enfin un Maire, un vrai Maire; Robert Billon, n’ot Maire.
    Merci Monsieur le Maire.
    PS.Sur le monument, »aux morts » sont inscrits les noms de trois aieux de mon epouse qui sont morts pour rien!!!!!!.

  3. è  propos de commémoration, regardez comment certains ont instrumentalisé la chute du mur de Berlin pour leurs objectifs politiques du moment, et regardez comment est célébré le 11 novembre è  saint-ouen : une pale invitation, quasiment pas d’affiche, aucune expo ou initiative, et aucune réponse è  une association d’AC… qui demandait aide è  la municipalité.

    Comme quoi après une erreur dans l’intervenant annoncé pour les Ac sur l’invit officielle, après aucune réponse è  une demande de salle faite par une association d’AC faite en temps et en heure, après une absence de contenu « citoyen », il faudra bien plus qu’une MdA è  5 millions d’euros ou des redispositions administratives…

    Il n’ya pas que la Mémoire qui flanche!

  4. Et la fortune de Louis Renault et autres marchands de canon,la « grandiose »expo coloniale de 1931,l’Alsace-Lorraine et les traités de »paix »utilisés par Hitler pour déclencher la 2de Guerre mondiale et dont les conséquences n’ont pas fini d’enflammer l’ex-Yougoslavie et l’ex-empire ottoman(Palestine,Levant libano-syrien,Irak,péninsule arabique…etc…),
    c’est »RIEN »è§a?

    Félicitations è  ce Mr Billon d’entretenir la mémoire de ces assassinés du capital dont on reparle è  nouveau grè¢ce è  l’ouverture des archives militaires(tenues secrètes pendant 80 ans).

  5. Bernard PEREGO, représentant du Mouvement des Citoyens dans le conseil municipal précédent, est le fils de Monsieur PERGO qui, dans les années 70, était responsable des services culturels de la ville. Un monsieur très érudit et cultivé qui parlait huit langues, et notamment le chinois. Son bureau était situé dans le bibliothèque municipale. Je me souviens de l’une de ses conférences sur l’histoire de la musique qu’il avait faite salle des fêtes, devenue salle Barbara. Il connaissait le sujet sur le bout des doigts !

  6. Bernard PEREGO, représentant du Mouvement des Citoyens dans le conseil municipal précédent, est le fils de Monsieur PERGO qui, dans les années 70, était responsable des services culturels de la ville. Un monsieur très érudit et cultivé qui parlait huit langues, et notamment le chinois. Son bureau était situé dans le bibliothèque municipale. Je me souviens de l’une de ses conférences sur l’histoire de la musique qu’il avait faite salle des fêtes, devenue salle Barbara. Il connaissait le sujet sur le bout des doigts !

  7. Evidemment porte jm, la guerre reste le déhonneur du genre humain … je partage ce que disait monsieur Voltaire è  ce sujet ; « La liste infinie des maladies qui nous tuent est assez longue, et notre vie est assez courte, pour qu’on puisse se passer du fléau de la guerre. »

  8. Evidemment porte jm, la guerre reste le déhonneur du genre humain … je partage ce que disait monsieur Voltaire à ce sujet ; « La liste infinie des maladies qui nous tuent est assez longue, et notre vie est assez courte, pour qu’on puisse se passer du fléau de la guerre. »

  9. Je souscris è  ce que dit René sur Pérégo père et j’ajouterai qu’au début des années 60,salle de l’Eveil(devenue Barbara),il animait un ciné-club.Ciné-club qui permit è  foule d’ados audoniens(dont je fus)de s’initier au cinéma et è  la discussion entre eux et avec les adultes lors des débats qui suivaient la séance…
    Mais comme le chantait Brassens:
    « celle que je préfère,moi,mon colon,

    c’est la guerre de 14-18… »
    Enfin Franè§ois Taquet sur le site de Libé,tu pourras voir que non seulement Nic.S.(avec une bande de « joyeux réacs »de son acabit)passait dè®ner è  Berlin-Est(è  moins qu’il essayait de mater Angela au Sauna)mais que le 11/11/1918 il faisait déjè  partie des signataires de l’Armistice!

  10. Eric,faut bien s’exprimer quelque part!Merci è  STG d’ouvrir son site è  nos délires historiques,rugbystiques ou autres…
    La démocratie,c’est aussi accepter d’entendre des choses qui ne correspondent pas è  ses propres »flips »!!!

  11. A l’attention de id-stg … Monsieur Bentolila est fort connu è  Saint-Ouen. C’est un audonien de souche qui fit ses premières armes au Vieux Saint-Ouen, oè¹ il a gardé des attaches. C’est un garè§on intelligent, brillant, madré et un brin caustique … quand il le faut. Il est capable, et il l’un des seuls è  pouvoir le faire, de vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Il fut longtemps membre de la CGT et du PC. Il a jugé bon de partir ailleurs .. enfin je crois. C’est son droit le plus absolu et personne ne peut lui en faire grief. Il eut un temps un différend avec monsieur de la Rochette, connu è  Saint-Ouen en tant que Chevalier du Tastevin, è  propos d’un pinceau plein de colle. Mais tout cela appartient au passé.
    Monsieur Michel Bentolila, è  ma connaissance, n’a qu’un défaut : c’est un homme protée … qui sait bien choisir ces amis.

  12. A l’attention de id-stg … Monsieur Bentolila est fort connu à Saint-Ouen. C’est un audonien de souche qui fit ses premières armes au Vieux Saint-Ouen, où il a gardé des attaches. C’est un garçon intelligent, brillant, madré et un brin caustique … quand il le faut. Il est capable, et il l’un des seuls à pouvoir le faire, de vous faire prendre des vessies pour des lanternes. Il fut longtemps membre de la CGT et du PC. Il a jugé bon de partir ailleurs .. enfin je crois. C’est son droit le plus absolu et personne ne peut lui en faire grief. Il eut un temps un différend avec monsieur de la Rochette, connu à Saint-Ouen en tant que Chevalier du Tastevin, à propos d’un pinceau plein de colle. Mais tout cela appartient au passé.
    Monsieur Michel Bentolila, à ma connaissance, n’a qu’un défaut : c’est un homme protée … qui sait bien choisir ces amis.

  13. « Homme protée »…il doit être super intelligent,s’il est vrai que « seuls les imbéciles ne changent jamais d’opinion »!
    « Vieux S.O. »,j’aurais juré qu’il avait passé son enfance vers « Zola »ou « Victor Hugo »!

  14. J’ai souvent dit que certains assimilent politique et carrière. On fait aujourd’hui carrière dans la politique, comme on fait carrière dans une entreprise. J’ai toujours été sidéré par les gens qui renient aujourd’hui ce qu’ils ont adoré hier. J’en ai connu des purs et durs qui défendaient bec et ongles la ligne et qui, sous un prétexte futile, passaient dans le camp d’en face avec armes et bagages. Certains d’entre eux ont, du reste, fort bien réussi. Ils sont devenus ministres ou sous-ministres ou bien dirigeants d’une grande entreprise publique, ou pour le moins, on leur a confié un poste enviable quelque part. La bourgeoisie sait récompenser les siens. Les personnages de cet acabit sont légion. On les trouve dans toutes les assemblées élues, y compris au Conseil Municipal de Saint-Ouen. En fait, le Conseil Municipal c’est la première étape. Il permet de mettre le pied è  l’étrier ! Et puis, un mandat électif ouvre bien des portes .. suivez mon regard.
    Je ne fais pas partie de la petite cour qui gravite autour des femmes ou des hommes politiques. Il donnent d’ailleurs de la politique une image négative, è  telle enseigne que des électeurs, nombreux, ne votent plus. L’homme est un loup pour l’homme, dit-on. C’est vrai ! En politique, on ne se fait aucun cadeau !
    Je défends, comme d’autres, un certain nombre de valeurs et je ne compte pas sur les porteurs d’écharpe tricolore pour les faire aboutir. En définitive, ce sont les gens eux-mêmes qui feront la décision. Comme le dit le philosophe : « Quand une idée s’empare des gens, elle devient une force matérielle. » Et elle peut devenir une force matérielle irréversible ! Une montée de la violence est è  craindre … tout simplement parce que les plus démunis n’ont plus rien è  perdre.

  15. J’ai souvent dit que certains assimilent politique et carrière. On fait aujourd’hui carrière dans la politique, comme on fait carrière dans une entreprise. J’ai toujours été sidéré par les gens qui renient aujourd’hui ce qu’ils ont adoré hier. J’en ai connu des purs et durs qui défendaient bec et ongles la ligne et qui, sous un prétexte futile, passaient dans le camp d’en face avec armes et bagages. Certains d’entre eux ont, du reste, fort bien réussi. Ils sont devenus ministres ou sous-ministres ou bien dirigeants d’une grande entreprise publique, ou pour le moins, on leur a confié un poste enviable quelque part. La bourgeoisie sait récompenser les siens. Les personnages de cet acabit sont légion. On les trouve dans toutes les assemblées élues, y compris au Conseil Municipal de Saint-Ouen. En fait, le Conseil Municipal c’est la première étape. Il permet de mettre le pied à l’étrier ! Et puis, un mandat électif ouvre bien des portes .. suivez mon regard.
    Je ne fais pas partie de la petite cour qui gravite autour des femmes ou des hommes politiques. Il donnent d’ailleurs de la politique une image négative, à telle enseigne que des électeurs, nombreux, ne votent plus. L’homme est un loup pour l’homme, dit-on. C’est vrai ! En politique, on ne se fait aucun cadeau !
    Je défends, comme d’autres, un certain nombre de valeurs et je ne compte pas sur les porteurs d’écharpe tricolore pour les faire aboutir. En définitive, ce sont les gens eux-mêmes qui feront la décision. Comme le dit le philosophe : « Quand une idée s’empare des gens, elle devient une force matérielle. » Et elle peut devenir une force matérielle irréversible ! Une montée de la violence est à craindre … tout simplement parce que les plus démunis n’ont plus rien à perdre.

  16. Pour la tte petite histoire, il faut tt de mme rappeller queqlues actions dont les jeunes communistes furent è  l’initiative .
    La Grece, puis le Chili, je laisse l’histoire s’empare de nos actions et j’emmerde le reste du Monde!!!!Ns sommes fiers de ce que ns avons fait si ttefois un peu de monde è  changé et pour le reste, nous emmerdons tout le monde, avec l’espoir de le faire changer un jour…., vivent les revoltes et les revolutions..

  17. C’est pas la-dessus qu’il faut attaquer.
    Moi, jmp, je fus l’ami de jean-Antoine Fournier.Mon ami et plus encore, celui qui fut le meilleur., il aimait sa ville comme personne et lè  dessus, je denie è  quiconque de vouloir mieux faire car Tony était mon Ami car je sais ce qui l’animait, c’etait st-ouen, et rien d’autre, il aimait sa ville.Il ns a quitté en 2002 atteind d’une maladie de Merde dont il savait qu’il n’en sortirait pas, car il s’avait ce qui l’attendait.
    Oui, j’ai fait de mon ami, un adherent du pcf ds les années 70 et il ne s’en cachait pas eu egard è  notre amitié dont il me fit part des plus belles preuves qui ne vous regardent pas. et je vous emmerde tous.
    Sa vrai dimension était celle d’un mec qui savait d’ou il venait, notre Tony, et moi,je le connaissait mieux que les autres. n’en déplaise è  certains,il etait Mon Ami..
    JMPORTE

    Bento

  18. René Matéo // 11 novembre 2009 è  21:09

    A lattention de id-stg ¦ Monsieur Bentolila est fort connu è  Saint-Ouen. Cest un audonien de souche qui fit ses premières armes au Vieux Saint-Ouen, oè¹ il a gardé des attaches. Cest un garè§on intelligent, brillant, madré et un brin caustique ¦ quand il le faut.
    _______________________

    Oh que oui, Bentolila fit ses premières armes dans le vieux Saint Ouen. D’ailleurs je peux aisement l’affirmer car j’en fus aussi puisque commerè§ante aussi bien aux Puces que sur les marchés de la ville. En plus d’être une ancienne audonnienne depuis les années 80. J’aimerais beaucoup que vous me diez ce que Bentolila a fait de bien même è  cette époque car je n’en n’ai pas souvenir. Par contre, je me rappelle bien mes prises de bec avec lui car il choisissait déjè  ses amis plutôt que de faire appel aux compétences qui ne demandaient qu’è  s’exprimer. Les anciens des Puces et de la cour des Miracles vous le confirmeront. Malheureusement, il ne s’est pas bonifié avec le temps et il n’a toujours pas compris que Saint Ouen n’est pas son fief et qu’il trouvera toujours une opposition pour lui rappeler qu’il n’a pas été et ne sera jamais Don Corleone.

  19. Sophia Ammad
    Désolé chère madame, mais je ne suis pas en mesure de vous renseigner sur monsieur Bentolila. Tout simplement parce que je ne le connais pas part. Il ne fait pas partie de mes proches amis. Je ne le vois du reste jamais. Ce que j’ai écrit le concernant est de notoriété publique. Cela dit, je sais qu’il n’a pas très bonne presse è  Saint-Ouen. C’est son problème … Il devrait sans doute méditer sur le vieux dicton : « Tant va la cruche è  l’eau, qu’è  la fin elle se casse. »

  20. Sophia Ammad
    Désolé chère madame, mais je ne suis pas en mesure de vous renseigner sur monsieur Bentolila. Tout simplement parce que je ne le connais pas part. Il ne fait pas partie de mes proches amis. Je ne le vois du reste jamais. Ce que j’ai écrit le concernant est de notoriété publique. Cela dit, je sais qu’il n’a pas très bonne presse à Saint-Ouen. C’est son problème … Il devrait sans doute méditer sur le vieux dicton : « Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse. »

  21. Sophia,je pense que Michel Bentolila était du quartier Zola ou Victor Hugo lorsqu’il était enfant bien avant les années 80,vers 58-62!

Les commentaires sont fermés.