Contact

CONTACTS

Ingolf DIENER (Président), Universitaire
Marie COLOMBO (secrétaire), Bibliothècaire
Eric PEREIRA-SILVA (porte-parole), Urbaniste

Courriel : contact@soignetagauche.fr

11 réflexions au sujet de « Contact »

  1. Bonjour,
    aurez vous bientot une reunion pour mieux vous connaitre car j apprecie les tribunes dans le journal de saint-ouen mais je n e vous connais que pae ce biais la?
    merci
    philippe moleiro

    on vous contacte

  2. Votre bilan est positif. Votre parcipation aux bureaux municipaux et aux conseils municipaux durant le mandat démontre votre attachement à la commune et aux audoniens.
    Vous avez largement votre place dans une liste de gauche non seulement en raison de ce qui précède, mais parce que l’uniformité occulte tout débat constructif

    René,
    Merci mais il semble que les carottes sont cuites. Une faction qui a aujourd’hui visiblement les pleins pouvoirs agit désormais à sa guise.

    Eric PEREIRA-SILVA

  3. Ce que vous reprochez au pcf et au ps(accord sur les sièges et absence de projet)est malheureusement valable pour i.d.,les verts et le mrc.Si i.d. avait un projet et n’attendait pas avec d’autres le bon vouloir des forces hégémonistes è  gauche,il aurait pu plus peser sur ces négociations.Il pourrait également confronté son projet avec d’autres forces émergentes:lcr, »s.o.le vaut bien », »ensemble pour s.o. »,apartidaires,écolos etc…Il y a 13 ans,i.d.avait l’initiative,il en récolta les fruits en 2001.Les raisons qui ont provoqué la création d’i.d. ont-elles disparues?

    Michel,

    Je ne le pense pas, bien au contraire, et surtout au vu de ce qui se passe.

    è  bientôt

    Eric

  4. Après un tel palmarès!! Ne vous étonnez pas que le but du P.C, P.S soit de vous renvoyer dans vos buts.

    Quel « palmarès » ?

    id

  5. Faut-il se positionner d’abords dans un esprit collectif pour construire collégialement avec les différences ou rester en marge et attendre que la bateau passe ? L’association « soigne ta gauche » a bien évidement sa place dans cette majorité de gauche mais doit assumer toutes ses contradictions. Vous avez laisser apparaè®tre une différence ou une divergence politique ?? L’heure est au rassemblement. Un élus doit aussi partager et établir une relation clair entre ses partenaires et le mouvement qu’il anime. Je crois que EPS véhicule de toute manière un esprit critique necessaire au fonctionnement de la démocratie participative. Un enrichissement suplémentaire pour la gauche : les idées develloppés sur « fond d’un projet de ville » pour tous est interressant. C’est la forme qu’il faut rediscuter. Un élu c’est aussi un outil de travail, une voie de proximité (pas facile)….Votre association a toutes les raisons de continuer (en changeant la forme pas le fond).

    Mon cher Mouss,

    Je metttrai de l’eau dans mon vin… qunad tu auras mis un peu de vin dans ton eau !

    Eric

  6. Oè¹ en est la liste de JR?P.Planque semblait la promettre pour mardi dernier…Que va faire Eric:rempiler?disparaè®tre?apporter son soutien è  une autre liste?

    C’est pour mardi prochain (le 5/02).
    Liquider.
    Pour l’heure pas de consignes.

    Eric

  7. Qd on fait bien pr les « gens », sans se soucier des avenirs politiques des uns ou des autres, qd on fait simplement pour le bien public, la democratie s’y retrouve, c’est tres simple.
    Ce qui l’est moins; »simple », se sont les ambitions « personnelles », bien sur que cela existe!!!
    Des lors que chaque candidat è  un metier, il doit l’exercer, ou l’avoir veritablement exercé pour etre credible devant ses concitoyens.
    Faire de la Politique, c’est Servir.
    Et je sais de quoi je parle!!!!Voyez Alex!!!!

  8. Plus jamais je ne reviendrais voir quoi que se soit è  st-ouen, j’en ai honte, eu egard, è  ce que je vois et è  ce que j’entends.
    Tout de mme, quel gachis ;st ouen c’est tt de mme une ville ouvriere, avec un passé, et des habitants dont elle peut etre fiere et puis, ce ne sont ni ses Maires, ni ses elus qui en firent cette ville, se sont ses habitants, les Audoniens, aux portes de Paris qui furent ceux qui firent de st-ouen, malheureusement, ce que cette ville n’est jamais devenue, cad un quartier de Paris

  9. Il y a toujours des ouvriers è  Saint-Ouen, mon cher Jean-Marie. Mais ils ont changé. Ils ne sont plus vêtus d’un bleu de travail et ne vont pas boire l’apéro au bistrot du coin è  midi (encore que !). Beaucoup portent un costume avec chemise et cravate.
    Alsthom vient de faire construire des locaux jouxtant le parc Abel Mezières è  la hauteur du terrain de boules. Une rue va même traverser ce terrain au droit de la rue Soubise, au grand dam des amateurs de pétanque. Comme tu vois, Saint-Ouen a bien changé.
    Même s’ils n’en sont pas encore conscients, tous ces techniciens et ses employés ont remplacé les ouvriers d’autrefois, du fait des progrès des sciences et des techniques. Ils vendent, comme eux, leur force de travail et sont partant producteurs de plus-value. Tu sais comme moi que l’on appelle classe de vastes groupes de femmes et d’hommes dont l’un peut s’appoprier le travail de l’autre par suite de la place qu’il occupe dans un système d’économie sociale historiquement défini. En fait, dans ce domaine, rien n’a bougé.
    Ce n’est plus l’époque de l’ami Alex. Je le vois encore dans la cabine ouverte aux quatre vents des anciens autobus de la RATP. Il n’hésitait pas è  s’arrêter entre deux arrêts pour saluer un copain et parfois aller lever le coude vite fait ! Il s’occupait du sport au sein du Conseil Municipal avec Lucien Belloni. Les deux compères s’entendaient comme larrons en foire. J’ai toujours en mémoire un congrès de la FNOMS, è  Rennes, oè¹ ils s’étaient particulièrement distingués. Deux mecs super !
    Alex était un ancien demi de mêlée du Sporting Club Tulliste et, è  ce titre, un spécialiste du rugby. Il m’avait présenté Robert Barran, ex capitaine du stade toulousain et international, le jounaliste Roland Passevant, fort connu dans les milieux de la boxe et Roger Couderc, l’homme qui a fait aimer le rugby au franè§ais. C’est du passé tout è§a ….

  10. Il y a toujours des ouvriers à Saint-Ouen, mon cher Jean-Marie. Mais ils ont changé. Ils ne sont plus vêtus d’un bleu de travail et ne vont pas boire l’apéro au bistrot du coin à midi (encore que !). Beaucoup portent un costume avec chemise et cravate.
    Alsthom vient de faire construire des locaux jouxtant le parc Abel Mezières à la hauteur du terrain de boules. Une rue va même traverser ce terrain au droit de la rue Soubise, au grand dam des amateurs de pétanque. Comme tu vois, Saint-Ouen a bien changé.
    Même s’ils n’en sont pas encore conscients, tous ces techniciens et ses employés ont remplacé les ouvriers d’autrefois, du fait des progrès des sciences et des techniques. Ils vendent, comme eux, leur force de travail et sont partant producteurs de plus-value. Tu sais comme moi que l’on appelle classe de vastes groupes de femmes et d’hommes dont l’un peut s’appoprier le travail de l’autre par suite de la place qu’il occupe dans un système d’économie sociale historiquement défini. En fait, dans ce domaine, rien n’a bougé.
    Ce n’est plus l’époque de l’ami Alex. Je le vois encore dans la cabine ouverte aux quatre vents des anciens autobus de la RATP. Il n’hésitait pas à s’arrêter entre deux arrêts pour saluer un copain et parfois aller lever le coude vite fait ! Il s’occupait du sport au sein du Conseil Municipal avec Lucien Belloni. Les deux compères s’entendaient comme larrons en foire. J’ai toujours en mémoire un congrès de la FNOMS, à Rennes, où ils s’étaient particulièrement distingués. Deux mecs super !
    Alex était un ancien demi de mêlée du Sporting Club Tulliste et, à ce titre, un spécialiste du rugby. Il m’avait présenté Robert Barran, ex capitaine du stade toulousain et international, le jounaliste Roland Passevant, fort connu dans les milieux de la boxe et Roger Couderc, l’homme qui a fait aimer le rugby au français. C’est du passé tout ça ….

  11. Mon pére, Alex, il pensait surtout è  sa petite fille Elise dont il etait tres amoureux ,dut-il en chialer. et il le savait!!!!!!!Moi, son fils, je suis ds un trip de fou avec Marion Jofrain  » ma petite fille »que je considere comme le plus bel etre de la terre et je vous emmerde .
    Mon petit fils alexis sera un jour une revelation et vs le verrrez.

Les commentaires sont fermés.