Gros chahut sur l’Anru

img_1711

Réunion publique « d’information » très tumultueuse ce mardi 27 septembre dans la serre pédagogique du Grand Parc avec pas loin de 300 personnes. Au menu :  « le projet de rénovation urbaine du Vieux Saint-Ouen ». Un rendez-vous attendu mais mal préparé par le Maire qui a vite perdu pied et son calme face à une salle inquiète et en colère.

Accompagné de son discret 1er Adjoint [1]et de quatre techniciens,[2] William Delannoy toujours adepte du one man show n’avait pas cru utile d’inviter à la tribune l’élue à l’urbanisme ou celui en charge du logement. Etrange ! Surtout pour ce grand dossier de la Politique de la Ville qui concerne précisément leur délégation[3] et le réaménagement d’un quartier historique de la ville.

Avec beaucoup d’aplomb, le Maire nous a donc une nouvelle fois laissé entendre qu’il avait été à la genèse de ce dossier – pourtant travaillé bien avant son arrivée – pour aboutir à une signature avec l’Etat avec la perspective de financements importants.

Usant et abusant des formules à l’emporte-pièced contre ses prédécesseurs depuis « 70 ans » (sic), il a réécrit l’histoire en occultant le contexte de la construction de ces HLM[4] ou des différents paramètres ayant conduit à leur dégradation progressive[5] (ici ou ailleurs). Ses approximations et ses propos inutilement politiciens ont donc singulièrement agacé l’auditoire[6].

Périmètre d’intervention, financement, diagnostic des dysfonctionnements, rôle des acteurs, concertation, étapes… l’exposé des techniciens pas très adapté au format de la réunion et aux attentes du public n’a pas permis d’éviter le dérapage de la réunion dès lors que le Maire a évoquéles mots de « concertation », « démolition » et « relogement ».

Fatalement, la fusion abracadabrantesque de l’OPH et de la Semiso, s’est invitée dans le débat par le biais du représentant de l’Opposition municipale[7] tandis que de nombreux locataires entre désarroi et colère exprimaient vertement leur défiance vis à vis de cette opération d’envergure dont au final ils ne comprennent pas grand chose. Si ce n’est qu’ils pourraient en faire les frais.

Incompréhension et hostilité de près des deux tiers de la salle, propos désinvoltes ou vite agressifs en réponse, on a vite sombré dans l’irrationnel pour ce qui devait être la grande réunion d’information lançant une rénovation urbaine dont la phase opérationnelle devrait être effective de… 2018 à 2025 !

Le fantomatique Comité de citoyens tirés au sort (obligatoire) mais que personne ne connaît et dont on ne sait rien de la réflexion ou des propositions (dixit le 1er Adjoint lui même) n’a évidemment pas rassuré les uns et les autres[8].

Enfin, excédé par la personne au premier rang le relançant sur son problème de moisissures dans son appartement et lui demandant un RDV, le Maire, hors de lui, annoncera qu’il se rendait chez elle immédiatement et qu’il… levait la séance. Une fin en eau de boudin digne du théâtre de boulevard !

Rassurons-nous, William Delannoy, ne mollira pas. Convaincu que cette séquence désastreuse n’est que le fruit d’un complot de l’Opposition qui, comme chacun sait est puissante, bien organisée et toujours infiltrée avec de nombreux soutiens occultes au plus haut niveau.

Au final, une soirée emblématique de l’impasse dans laquelle se trouve enfermée l’équipe municipale dont l’amateurisme n’a d’égal que l’autoritarisme du Maire. Comme nous le pressentions la rénovation urbaine de nos grandes cités HLM, d’une rare complexité, inscrite dans un temps long, nécessitant pragmatisme, imagination et concertation n’est pas non plus dans les cordes de la nouvelle Majorité municipale.

 

Eric Pereira-Silva

[1] Lias Kemache qui, dans les moments les plus tendus de la soirée, s’est surtout évertué (sans succès) à calmer les intervenants avec des propos doucereux.

[2] Présents à la tribune notamment deux chefs de projets de Plaine Commune et le nouveau Directeur commun de la SEMISO et de l’OPH et la Directrice Générale Adjointe de la Ville. Tous deux faisant preuve d’un mutisme à toute épreuve.

[3] Autre absence, a priori, sans explication : celle de Patrick Braouezec, Président de Plaine Commune qui aura au moins évité cette pantalonnade pas très digne de la démocratie.

[4] constructions typiques des années 60-70 dans de nombreuses villes

[5] fin de l’aide à la « pierre » au profit de l’aide à la personne, affaiblissement du « 1% patronal », critères d’attribution plus restreints (pour les couches moyennes), surloyers, hausse du chômage… et concernant Saint-Ouen des critères d’éligibilité ne permettant pas d’obtenir des financements de l’ « ANRU 1 » pour restructurer et redynamiser des cités entières.

[6] un auditoire a priori à l’image d’un quartier populaire historiquement très à gauche.

[7] le Maire décidément très en verve démocratique reprochera après son intervention à Frédéric Durand, Conseil municipal (de toute la ville) de ne pas habiter le quartier .

[8] Pas plus rassurant le Maire expliquant avec l’exemple des Docks qu’il est super démocrate parce qu’il a permis aux habitants de choisir… « le nom de l’école ».

capture-decran-2016-10-01-a-14-55-12

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

12 réflexions sur « Gros chahut sur l’Anru »

    • @ Maunoury

      Nous avons publié l’essentiel des slides qui s’affichaient de crainte de ne jamais revoir ce power-point. Ont-été supprimés ceux qui présentait des généralités sur les 3 sezcteurs (Ile St-Denis Vieux St-Ouen et Cordon) et d’autres dont les textes étaient identiques et dont seules les photos changeaient.

  1. Et que proposaient les intervenants guidés par l’équipe JR ? ..un rafraîchissement !
    Incroyable mais vrai!!! Tout allait très bien dans le vieux , un coup de nettoyage un pot de peinture et circulez ya rien à voir !
    Ceux qui avaient des opinions différentes se sont bien gardés d’intervenir et ils ont eu raison, le climat ne s’ y prêtait pas, les troupes JR s’ etaient bien reparties mieux valait se taire afin de ne pas subir les répercussions.
    Le beau, le propre, JR n’en veut pas, même le neuf construit pendant sa mandature est moche il lui faut du laid pour notre ville , souhaiter de l’esthétique c’est se ranger du côté de levallois.
    Quel raisonnement minable, quel manque de considération pour les audoniens

    • @ Patience

      Vous réagissez exactement comme prévu : les camarades avaient quadrillés habilement la la salle et ceux qui s’exprimaient avait été briefés et chauffés à blanc par les subversifs.
      et ces sales Bolchéviks sont des diables qui aiment le laid et le sale. Vous y croyez réellement ? Vous voyez la vie en noir et blanc ?

      Attention au réveil !

    • Ah, Patience le beau et le laid. Vaste sujet !
      Je vous observais hier soir. Toujours de dos, mystérieuse et réservée, vous jadis si volubile et combative. Impossible d’entendre le doux son de votre voix avec ce délicieux accent qui fait votre charme.
      La vie est bien cruelle…

  2. Merci pour la mise en ligne de cet article et des diapositives jointes.

    Sans ce travail et sans le site Soigne ta Gauche les habitants de Saint-Ouen sur Seine resteraient dans l’ignorance des enjeux de la politique dans leur ville.

    Lundi soir 3 octobre 2016 à l’ordre du jour du conseil municipal comprend :

    – point 29 : Approbation du protocole foncier relatif à la ZAC des Docks à intervenir entre la Ville de Paris, la Ville de Saint-Ouen et Séquano Aménagement.

    -point 30 : Approbation de l’avenant numéro 2 à la convention d’intervention foncière conclue entre la commune de Saint-Ouen et l’Établissement Public Foncier d’Ile-de-France

    – point 31 : Modification du Plan Local d’Urbanisme.

    Pourquoi ces trois points ? Quel est l’enjeu ?

  3. “même le neuf construit pendant sa mandature est moche il lui faut du laid pour notre ville”

    On mesure la haine que peut inspirer à droite le quartier des Docks et ses 3000 logements neufs.

    Nous sommes fiers de notre quartier et de la beauté architecturale de nos immeubles malgré tous les problèmes que nous rencontrons.

    Nous disons bienvenue aux futurs sept mille futurs audoniens qui s’installeront aux Docks dans les mois et les années prochains.

    • “Nous sommes fiers de notre quartier et de la beauté architecturale de nos immeubles malgré tous les problèmes que nous rencontrons.”

      Nan! sérieux vous les trouvez beaux ces immeubles empilés les uns contre les autres???…

  4. Mon pauvre EPS vos propos sont tellement outranciers qu’ils en deviennent grotesque.
    Décidément vous osez tout, c’est même à ça qu’on vous reconnaît.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *