J.O., quèsaco ?

ximage_20151106_30385104-625x600-jpg-pagespeed-ic-x5avjk2ev9capture-decran-2016-09-22-a-21-31-42  unknown

Les grands projets viennent décidément frapper à notre porte ! Ainsi Saint-Ouen estconcerné directement sur son territoire par un événement sportif planétaire : Les jeux olympiques de 2024[1]. En effet, la candidature de la France comprendra dans son projet le Village olympique pour partie côté Vieux Saint-Ouen. Premier débat « à domicile ».

Opportunités économiques, impacts sur l’emploi, contraintes financières, propositions et mobilisation citoyennes, nouvelle image du territoire, restructurations urbaines, retombées durables… les grandes questions ne manquent pas. Les sujets très concrets sur le « terrain » audonien non plus.

L’association « Mon voisins des docks », organise dans cet esprit sur ce grand dossier pour la ville[2],

une réunion publique

samedi 24 septembre 2016 à 15h30

à la salle Barbara

(5 rue des Ecoles – derrière la Mairie).

Le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Paris 2024 porte la candidature de la France et déposera son dossier en décembre prochain. Il devrait donc nous présenter le projet, le calendrier et les enjeux pour le territoire[3].

Pour sa part, l’association MVD souhaite lancer la réflexion sur l’accueil des athlètes, la mobilisation de la jeunesse, l’avenir du village olympique, les festivités locales…

Bref de l’ambition et des idées à tous les étages car rien n’est acquis à ce jour.

Chacun s’en doute, on attend également avec beaucoup d’attention les propositions de la Ville de Saint-Ouen pour porter et s’approprier, à son niveau, cette candidature.

A suivre…

 

[1] Après Rio au Brésil, les prochains auront lieu en 2020 à Tokyo au Japon.

[2] un grand dossier que nous avons déjà évoqué ici. A lire nos articles de novembre 2015 : http://www.soignetagauche.fr/2015/11/02/village-olympique-2024-1ere-marche/

http://www.soignetagauche.fr/2015/11/10/heu-reux-en-v-o/

[3] Pour les curieux, télécharger la contribution du Conseil de Développement de Plaine commune sur la « candidature de Paris JOP 2024 » (décembre 2015) http://www.plainecommune.fr/index.php?id=1670#.V-QnLBSxr4E

ou encore un extrait du Magazine de Plaine Commune de janvier 2016 :

 

 

 

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

9 réflexions sur « J.O., quèsaco ? »

  1. Au menu du CA d’Environnement 93 ce mercredi 21, l’avis des associations sur les JO.
    Je n’ai pu m’y rendre. J’ai donné mon avis par courriel ci dessous.
    ——————————————————————————————-

    A propos des JO il n’y pas que l’impact environnemental local. Il faut du pétrole pour transporter tout ce monde (guerre extraction et combustion Gaz à Effet de Serre …)

    Sont où les engagements de réduire les GES ?

    Et puis tout ces gens vont à l’hôtel F1 et compagnie où le petit déjeuner est en vaisselle jetable et dans les starbucks, subway où tout est jetable également

    Et que dire coté finances ! privatisation des bénéfices et socialisation des pertes, optimisation fiscale comme pour l’euro 2016 ?, Code du travail appliqué ou non pour les salariés des JO ? Et les bénévoles ?

    A t on des infos sur les finances des JO d’été et d’hiver passés ?

    Je suis contre les JO pour toutes ses raisons et d’autres encore (compétition, corruption, dopage). Pas besoin des JO pour bâtir des piscines, des logements, pour réaliser des choses pour vivre.

    NON aux JOP 2024 à Paris

  2. Un article de Reporterre de 2012
    ————————————————————————————————
    Le sport permet au capital de s’approprier l’espace public
    21 août 2012 / Patrick Vassort

    Grâce à la « magie » du sport, les grandes entreprises peuvent réaliser de fructueuses opérations

    On peut lire sur le site Internet du Comité international olympique : « Les Jeux Olympiques sont l’une des plateformes les plus efficaces de marketing international, atteignant des milliards de personnes dans plus de 200 pays. »
    Pourquoi les entreprises investissent-elles autant dans le sport et particulièrement dans les Jeux olympiques ?

    L’institution sportive facilite l’appropriation des biens et des espaces par le capital. Ce qui semblait difficile à obtenir, car l’appropriation n’est pas toujours légitime, devient par le miracle du sport plus facile. Voici quelques exemples.

    L’expropriation des populations pauvres de certaines zones géographiques se reproduit à chaque grand événement sportif. C’est vrai à Londres, mais aussi au Brésil lorsque, sur l’injonction de la Fédération Internationale de Football et du Comité international olympique, le gouvernement décide d’expulser 1,5 million de familles, soit 10 millions de personnes. Cela serait pour d’autres un crime, mais pas pour les organisations sportives. On éloigne ainsi des nouveaux quartiers sportifs les populations les plus démunies et on rend ces espaces exploitables pour le capital.

    Le transfert de finances publiques vers des sociétés privées est exemplaire dans le cas des J.O. londoniens. Au départ, le gouvernement britannique avait prévu un budget de 2,8 milliards d’euros. Il sera sans doute au final de 28,6 milliards ! Ces sommes vont, entre autres, abreuver les entreprises du BTP qui restructurent des quartiers entiers et ses font des marges bénéficiaires extravagantes.

    La suite
    https://reporterre.net/Le-sport-permet-au-capital-de-s

  3. Aux associations environnementales du 93, j’ai également envoyé la vidéo ci dessous.

    Une vidéo de 10mn de Datagueule avec des sources ci dessous
    https://www.youtube.com/watch?v=YYgy2lEbFmc

    Jeux Olympiques, Coupes du Monde, d’Europe, Tour de France, Grand Chelem et autres… À travers la multiplications des grands événements sportifs mondialisés, l’émotion se diffuse et les valeurs du sport infusent. De grands idéaux devenus, au fil des sponsors, des slogans publicitaires qui envahissent l’espace public à chaque grande messe.
    Partons donc de l’Olympisme, ce berceau du sport mondial, pour questionner cette évidence du “sport fédérateur”.

    SOURCES

    Le parcours de la flamme olympique de Sotchi : https://is.gd/7Knsdh + https://is.gd/t5vS7P

    “Ce parcours fut le plus long et le plus coûteux de l’histoire de l’Olympisme” : https://is.gd/piJbJH

    “Au final, les jeux de Sotchi auraient coûté entre 17 et 36 milliards d’euros, jusqu’à 4 fois l’enveloppe prévue à l’origine” : https://is.gd/3ljLt9 +

    “Entre 1960 et 2012, le dépassement du budget des Jeux Olympiques frôle les 180% en moyenne” : https://is.gd/oqDCuY
    “Ce sont les JO de Montréal en 1976 à Montréal qui détiennent le record avec un score de 796%” : https://is.gd/oqDCuY

    “Les contribuables Montréalais mettrons 30 ans à rembourser cette dette” : https://is.gd/oqDCuY

    “À Grenoble, les habitants épongeront la facture des JO de 1968 pendant 27 ans, un tout petit 200% de dépassement” : https://is.gd/d2JSRm

    “C’est pourtant bien écrit dans le contrat de candidature : les villes et pays hôtes doivent prendre en charge les déficit du Comité d’Organisation” : https://is.gd/oqDCuY

    “Entre 1994 et 1996, les droits de retransmission ont rapporté 1.251 milliards de dollars. Près de 15 ans plus tard, entre 2009 et 2012, cette somme est multipliée par 3, atteignant 3.850 milliards de dollars” : https://is.gd/MMsjVI

    “En 1988, les Jeux de Séoul génèrent plus de 2.500 heures de retransmissions dans 160 pays. En 2008, ceux de Pékin dépassent les 5.000 heures de programmes dans 220 pays” : https://is.gd/WraTPE

    “Coca-Cola, partenaire olympique depuis 1928” : https://is.gd/SMeaaV

    “Mc Donald’s, LE « restaurant officiel », qui livrait déjà ses hamburgers aux sportifs américains à Grenoble en 1968” : https://is.gd/NRJnk1

    “Du coup, à Londres, en 2012, quand les 11 principaux sponsors signent un chèque de 790 millions d’euros, il faut les chouchouter” : https://is.gd/MJKFIg

    “Près de 300 agents sillonnèrent le pays pour verbaliser toute personne récupérant les symboles de l’olympisme” : https://is.gd/K6EOIA + https://is.gd/fA75OD

    “Des comptes Twitter d’opposants aux Jeux comprenant les termes « JO » et « 2012 » ? IN-TER-DIT” : https://is.gd/apLYb2

    “le temps des jeux, les sites olympiques deviennent des paradis fiscaux pour les 11 sponsors principaux” : https://is.gd/DpigUn

    “Séoul, 1988 : 15% de la population est évacuée et 48.000 bâtiments démolis. La même année, le prix du foncier à Séoul bondit de 27%” : https://is.gd/Ua80AS

    “Pékin, 2008 : près d’1.5 million de personnes doivent quitter leurs logements en vue des rénovations” : https://is.gd/Ua80AS

    “Atlanta, 1996, les sans abris deviennent des délinquants. 9.000 d’entre eux sont cités à comparaitre” : https://is.gd/Ua80AS

    “À Sidney, pour les Jeux de l’an 2000, les aborigènes font les frais de la politique d’embellissement de la ville” : https://is.gd/Ua80AS

    “À Athènes, 4 ans plus tard, les Roms sont déplacés. À Pékin, en 2008, les travailleurs migrants sont écartés” : https://is.gd/Ua80AS
    “Un monde où il est interdit de critiquer les Jeux” : https://is.gd/aQpONV

    “Où la marque olympique privatise l’espace public et où les sponsors uniformisent le décor et la parole” : https://is.gd/mW7u2I

    « La première caractéristique essentielle de l’olympisme moderne, c’est d’être une religion », affirmait Pierre de Coubertin” : https://is.gd/LqKko9

    “En 2015, le maire de Boston, soutenu par la mobilisation d’une partie de ses citoyens, a renoncé à la candidature de sa ville pour les Jeux de 2024” : https://is.gd/ncfJTH

    “En 2014, la ville de Stockholm avait inclus à sa candidature pour les Jeux de 2022, un accord sur la protection des travailleurs liés à la compétition” : https://is.gd/dvTqBo

    BONUS :

    “Du pain et des jeux” “Panem et circenses” : https://is.gd/RX3u8i
    “Sotchi, des JO très politiques” : https://is.gd/jEKZZE

    “Comment la propriété intellectuelle a transformé les Jeux olympiques en cauchemar cyberpunk” : https://is.gd/mW7u2I

    “Trois mois après les JO, retour à Sotchi, ville abandonnée” : https://is.gd/in3471

    “Jeux olympiques 2018 à Annecy : la grande escroquerie” : https://is.gd/d2JSRm

    “Les Jeux olympiques de Sotchi battent déjà le record du dégât écologique” : https://is.gd/g860YU

    “Sotchi, les jeux de la répression” : https://is.gd/t8rtGw

    “Le Comité international olympique : allié ou rival de l’ONU ?” : https://is.gd/0OBvtk

  4. Un article de Guillaume Erner sur les Jeux Paralympiques paru dans Charlie Hebdo du 14 septembre 2016

    “UN LOURDES CATHODIQUE
    Un malheur n’arrive jamais seul : après les Jeux olympiques, il faut subir les Jeux paralympiques. Mais les JO ne sont qu’inutiles. Les Jeux paralympiques, eux, sont haïssables.”

    En pdf en lien téléchargeable pendant 1 mois
    https://framadrop.org/r/bUN8GSeN9f#RhsCYRG+EweL0/gXxEWHnkU3zfFkHFo3O+c801qAWlo=

  5. Un article dans Reporterre de juin 2014
    ——————————————————————————————-

    Le sport est devenu un outil au service de la croissance

    « Le sport est un de ces outils de la société de croissance qui se trouve au cœur du pillage des ressources de la planète et de pollutions irréversibles. Est-il nécessaire de mobiliser tout cela pour jouir de la pratique sportive ? »

    La suite
    https://reporterre.net/Le-sport-est-devenu-un-outil-au

  6. J’ai signé l’appel :

    Non à la candidature de Paris aux Jeux olympiques 2024 !

    lancé par Jean-Marie Brohm, professeur émérite de sociologie à l’Université Montpellier III et Fabien Ollier, directeur de publication de la revue Quel Sport ?

    Pour signer
    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-non-%C3%A0-la-candidature-de-paris-aux-jeux-olympiques-2024?recruiter=73186017&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

    Pour en savoir +++ sur le sport
    Quel sport ?
    Section française de la critique internationale du sport
    http://www.quelsport.org/

    A lire Quel Sport ?, n° 27, 76 pages, 8 €
    http://www.quelsport.org/wp-content/uploads/2010/12/couv-QS27.jpg

  7. En vente à la librairie Folie d’Encre, Av G Péri le livre ci dessous et signer la pétition Non aux JOP 2024 à Paris

    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-non-%C3%A0-la-candidature-de-paris-aux-jeux-olympiques-2024?recruiter=41058808&utm_source=share_petition&utm_medium=email&utm_campaign=share_email_responsive

    ——————————————————————————————————-

    A paraître début décembre 2016 :
    Quel Sport ?, n°32, 140 pages, illustré, 10 €

    LA DOMINATION SPORTIVE
    DISSIDENCE OU PARTICIPATION ?

    Sous l’impulsion du gouvernement Hollande/Valls et de la maire de Paris, Anne Hidalgo, l’olympisme, après la footolâtrie décomplexée du mois de juin dernier, devient une idéologie d’état officielle.

    Cette année est en effet décrétée « année de l’olympisme » et tous les secteurs publics (l’école, l’université, la recherche en premier lieu) sont sommés d’initier des campagnes de promotion des prétendues « valeurs olympiques ».

    En visant l’unité nationale derrière les slogans oniriques « Rêvons plus loin » ou « La force d’un rêve » qui en disent déjà long sur l’hallucination collective qu’ils cherchent à imposer, les promoteurs de la candidature de Paris aux JO 2024 (état, Mairie de Paris, Comité de candidature, Comité national olympique et sportif français, entreprises partenaires, PS, PCF, etc.) ne cessent de masquer les enjeux sociopolitiques de cette opération d’enfumage.

    Dans une période de grave crise économique et sociale marquée par une augmentation massive du chômage, de la pauvreté et l’application de mesures d’austérité qui frappent tous les domaines de la vie publique, la manœuvre politique de diversion olympique est sans précédent.

    Les discours mystificateurs sur la paix, l’unité, l’amitié, la joie olympiques ne sauraient masquer l’indécent gaspillage financier, économique et écologique de cet aventurisme olympique qui ne bénéficiera en fin de compte qu’à la multinationale du CIO, devenue le symbole de la corruption généralisée et du capitalisme maffieux.
    ***
    Au sommaire :
    Non aux Jeux olympiques à Paris en 2024 !
    Collectif, Non à la candidature de Paris aux Jeux 2024 !
    Collectif, La corruption, la fraude et le dopage, disciplines olympiques. Paris ne doit pas courir après les Jeux 2024 !
    Fabien Ollier, Les enjeux sociopolitiques de « Paris 2024 »
    Mahmoud Miliani, Les idiots utiles de la maffia olympique. Bonnet et Pécout révolutionnent le sport ou la nouvelle vulgate sportive
    Dénoncer la mascarade olympique
    Euro foot 2016 : une diversion politique
    Quel Sport ?, Le système hallucinatoire du football
    Collectif, Le Championnat d’Europe n’est qu’une diversion sociale
    Collectif, L’Euro 2016, l’exutoire politique d’une violence de masse
    Contre le football-opium du peuple
    Jo de Rio 2016 : les Jeux de l’exclusion sociale
    Quel Sport ?, L’intoxication idéologique des Jeux
    Fabien Ollier, La world company olympique est une kleptocratie
    Pierre Arnaud, Jeux olympiques, histoire et politique : le sport divise plus souvent qu’il n’unit !
    Refuser la destruction olympique
    L’hégémonie sportive
    Jean-Jacques Hongnyo, Les enjeux du sport en Afrique : dopage, hooliganisme, terrorisme
    Pauline Soulier, Le CIO à l’épreuve de la Serbie olympique
    ***
    Voir la rubrique « commander » pour le recevoir.
    En librairies à partir du 5 décembre 2016.

    http://www.quelsport.org/

  8. Relance sur la pétition contre les JOP 2024 (Jeux Olympiques et Paralympiques)
    Et ouais les handicapés ont aussi le droit d’utiliser des produits dopants, de participer à cette grande escroquerie !

    Pour signer
    https://www.change.org/p/anne-hidalgo-non-%C3%A0-la-candidature-de-paris-aux-jeux-olympiques-2024?recruiter=73186017&utm_campaign=signature_receipt&utm_medium=email&utm_source=share_petition

    Le site Quel Sport ? qui a lancé cette pétition publie des carnets d’enquête à 2 euros

    Après venez pas dire que vous ne saviez pas, que cela se fait à l’insu de votre plein gré !

    ————————————————————————————

    Numéro 2, mars 2017
    28 pages, illustré, 2 euros
    En vente en librairies habituelles et sur commande (2 euros + 2 euros de frais de port)
    **
    Constitué en appareil hégémonique qui distille l’idéologie cynique de la compétition de tous contre tous grâce à ses spectacles planétaires, le Comité international olympique pousse les villes et les états qui veulent organiser les Jeux à restructurer en profondeur le monde vécu des citoyens.

    Ses exigences en matière d’infrastructures, de lois d’exception, de médiatisation et d’optimisation fiscale favorisent l’expansion de l’univers mercantile dopé par ses partenaires commerciaux, ses opérateurs, ses sponsors et ses fonds d’investissement.

    Pour avoir les JO, toutes les villes candidates investissent l’argent public dans des opérations de propagande olympique massives.

    En s’engageant à bâtir les temples et les voies de la religio athletae fondée sur le dogme de la course aux profits par la course au rendement physique, elles aident le CIO à ouvrir les nouvelles frontières des valeurs ajoutées.

    Ce nouvel ordre olympique mondial ne peut pas ne pas mettre en péril les institutions et les projets démocratiques.

    Sommaire :
    I- La propagande olympique organisée
    1- La guerre du faux : budget maîtrisé et retombées économiques
    2- Le culte des champions : les idiots utiles de Paris 2024
    3- Le patrimoine historique au service des JO
    4- Diplomatie olympique : tous au garde-à-vous !
    5- Un système général de fausses représentations
    II- L’ordre olympique mondialisé
    1- L’exploitation des ouvriers, la chasse aux pauvres, le déplacement des populations
    2- Néo-villes démesurées, standardisées et invivables pour les populations modestes
    3- Le contrôle militaro-policier des populations et la surveillance des foules
    4- La mise au pas des journalistes et la diminution notable des libertés de la presse
    5- Maffias, voyous en cols blancs, trafics et prostitution
    6- La marchandisation totale et les dégâts écologiques
    III- L’emprise olympique de plus en plus contestée

    http://www.quelsport.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *