Sécurisation, animations, récupération…

je me bouge

Comme en matière de séduction et de conquête amoureuse, c’est toujours ceux qui en parlent le plus qui en font le moins. Jacqueline Rouillon ayant  beaucoup à se faire pardonner pour ce qu’elle n’a pas fait en 13 ans de mandat sur la sécurité se démène donc beaucoup à l’approche des élections Municipales.

En période électorale parler c’est déjà agir.

Pas un discours désormais où elle n’évoque les gravissimes problèmes de sécurité publique à Saint-Ouen en multipliant les initiatives diverses et variées de sa pseudo université populaire aux appels à l’occupation des halls par les habitants en passant par les gâteaux, les pétitions, « l’expérimentation » caméras et la traditionnelle interpellation de l’Etat. Toujours dans la démagogie, elle flatte les troupes en s’extasiant désormais devant la mobilisation populaire “spontanée”.

Lors de ses vœux 2014 (« au nom » de la Municipalité) et devant 1 500 invités il y a huit jours, elle n’a pas hésité à nous galvaniser en affirmant même : « la peur est en train de changer de camp ! ». Un vrai scoop.

Ce samedi 18 janvier la candidate sortante (Front de Gauche) par le biais du journal municipal annonce une nouvelle mobilisation pour occuper le terrain électoral en direction notamment des milieux sportifs dont le nom de code est « je me bouge pour ma ville contre les trafics »- « tous ensemble » devant la Mairie. Au programme « démonstrations sportives et galette républicaine » (sic).

Une initiative municipale mais soutenue uniquement par le groupe politique au Conseil municipal de la Maire candidate.

On notera ainsi le courrier assez indigné du socialiste Henri Lelorrain, élu délégué aux sports, qui s’adresse aux responsables des associations sportives et refuse de s’associer à cette manifestation. Il dénonce à juste titre une instrumentalisation du mouvement sportif.  Il rappelle, au passage, qu’il aurait préféré être écouté sur la sécurisation des équipements, le rôle des comité d’usagers, le co-financement d’éducateurs et autres actions bien plus concrètes pour les sportifs.

Constant dans ses engagements, ne s’en laissant pas compter et avec des propositions, ce garçon est assurément un “désagréable” pour le Maire et quelques autres .

c'est sport

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

9 réflexions sur « Sécurisation, animations, récupération… »

  1. Vu hier pendant la galette partie, un guetteur du 8 mai avec un tee shirt “je me bouge..”: Trop drôle! Effectivement, on voit bien que la peur a changé de camp! 😉

  2. En s’emparant trés tardivement de la question de la sécurité, JR sais bien qu’il s’agit de conserver son pouvoir prsonnel, et ce qui le caractérise : l’autisme et l’autoritarisme.

    Son rapport à la drogue a laissé des traces particulières : sur la gravité sanitaire de la consommation et sur la fantaisie politique proposée d’une légalisation d’un produit nocif, et plus particulèrement dangereux pour les plus jeunes en devenir, JR s’est révélèe dépassée tout autant que démagogue.

    Son analyse de l’insécurité s’est traduite en actes par une quasi absence de soutien aux parents d’élèves des collèges et lycée dans le bulletin muni’cipal ou dans de fortes revendications pour l’amélioration des conditions de travail des personnels et d’étude des élèves.

    L’importante évaporation dans les collèges des élèves au profit du privé et du public parisien l’a toujours laissée de marbre.

    La médaille d’or pouvant lui être décernée pour sa non implication de Premier magistrat pour l’extension-finition de Blanqui.

    Que dire du lycée Cachin où beaucoup est fait pédagogiqueent par les équipes, matériellement par la région, mais qui est magistralement oublié par le bulletin municipal (faut bien choisir : les Docks avec les promoteurs, ou l’Education avec la vraie vie).

    Je ne parlerai même pas ici de ses propres absences au CA des établissements où elle était élue pour représenter la Ville.

    Dans le domaine de la proximité, ce furent des années de disette participative, tant pour les conseils de quartier que la vie des cités et ses propres responsabilités dans la gestion de l’Office d’Hlm et de la Semiso.

    Les moyens de la ville distribués à la carte lors des fêtes des voisins n’ont contribué qu’à rendre plus vivace l’esprit “paillettes” dans le mépris de ceux qui s’activent sereinement mais concrètement pour un vrai vivre ensemble et pas pour un communautarisme larvé et croissant au détriment de Saint-ouen et de tous ses habitants.

    Qui ne connaît pas la pratique des “couscous logement” ou des buvettes “exclusives” lors des évements locaux?

    Alors, toute cette débauche d’argent des Audoniens à quelques semaines du 1er tour pour prétendre défendre la sécurité, peut-elle s’avérer payante?

    En ne répondant pas au courrier, en laissant des services municipaux en abandon de direction, de moyens, de sens, il convient de voire qu’après les municipales les choses continueront de même sous sa direction.

    Ce matin, dans Le Parisien, le Président du tribunal de Grande instance déclare que la justice n’est pas bäclée en Seine Saint-denis.

    La réalité est toute autre : moyens financiers et en personnel, éxécution des peines, hauteur des sanctions, suivi des condamnés, respect des victimes et leur dédommagement, respect des juges, place de la justice dans l’éducation, lien justice/population… les années Sarkozy ont fait trés mal à notre département.

    Le budget de la Justice est un des plus faibles d’Europe.

    Croyez vous que Mme la Maire/Candidate s’exprime sur ces questions immament importantes, récurrentes et non éloignées du Vivre ensemble ?

    Non, pour JR c’est les caméras et les CRS! Et la non condamnation publique des nourrices et leur non éviction des logements sociaux.

    Les 200 participants (un petit four au regard des moyens financiers et de la mobilisation d’agents) sont à rapprocher des 48.000 habitants.

    Il ne reste plus qu’au Président du Tribunal précité de défendre la suppression du tribunal d’instance de Saint-ouen, sans susciter la moindre réaction de JR , pour que la boucle soit bouclée.

    Oui, défendre SO, c’est agir avec des idées et des rassemblements qui tournent le dos au clientélisme et au communautarisme et s’opposent à tous les partisans de l’austérité.

    C’est le sens de mon appel à ne pas voter JR au 1er tour des municipales.

  3. Il est vrai que si ça continue, le budget de campagne de la candidate-maire va dépasser (si ce n’est déjà fait) la somme des campagne des autres candidats!
    A ce sujet, quelqu’un pourrait-il me répondre? Qui finance “actif et solidaire”? Sur quel compte doit-on imputer leur campagne/propagande pour Rouillon?

  4. “je me bouge pour ma ville contre les trafics” n’était-ce pas une promesse de l’élue maire en 2008 ?

    “les trafics” au pluriel : quels sont-ils ?

  5. Quelle honte, quelle infamie, quels imposteurs! Ce tract PS sur la sécurité alors qu’ils en ont la délégation depuis presque 6 ans! Le maire adjoint a été aux abonnés absents pendant un an avant que la maire se rende compte de son absence (c’est grave, ses problèmes de vue?)!!! Pendant tout ce temps, il a encaissé son indemnité sans rien faire, sans un mot de ses collègues de la majorité. Sous la pression exercée par l’opposition en conseil municipal, il a fini par démissionner, quid de son remplaçant? Alors, messieurs j’ai-plein-d’idées-ça-déborde, vous avez fait quoi pour la sécurité dans notre ville? Et pour le commerce? Et la propreté? Vous osez vouloir vous représenter devant les audoniens? Avant de vous représenter, pensez donc à NOUS représenter dignement jusqu’à la fin de ce mandat!

  6. A EPS post 6

    Plusieurs drogues pour la fortune de quelques uns, des désagréments pour beaucoup

    Et une seule influence pour le bien commun de l’Audonie ?
    Quelle serait telle ?

  7. Les procureurs veulent un plan d’action pour les parquets.

    Quanf l’Afp confirme “parceque saint-ouen le vaut bien”!!!

    La conférence nationale des procureurs de la République a adressé un message à la ministre de la Justice pour réclamer la mise en place d’un plan d’urgence pour éviter “l’asphyxie” des parquets et leur accorder plus d’indépendance.

    Le texte transmis à Christiane Taubira a été signé par 128 des 164 procureurs de la République, précise un communiqué diffusé mardi.

    Il a été relayé par les magistrats lors de leurs audiences solennelles de rentrée.

    Deux ans après un mouvement de grogne sans précédent dans l’histoire de la justice, les magistrats du parquet disent toujours attendre la réforme promise pour améliorer leur indépendance et leur autorité.

    Ils soulignent que la récente jurisprudence de la Cour de cassation limitant le pouvoir d’un procureur de recourir à la géolocalisation de suspects en est “une regrettable illustration”.

    Le document dénonce aussi “l’insécurité juridique” des magistrats, engendrée par les nombreux changements apportés en permanence au droit pénal.
    Ils estiment que les prochaines réformes annoncées par Christiane Taubira ne leur laisse guère espérer la stabilité juridique qu’ils réclament.
    “Le très important resserrement des moyens alloués à la justice en ce temps de rigueur budgétaire a encore aggravé la situation déjà difficile des parquets”, écrivent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *