Marche silencieuse et marchand de sommeil

Nous mettons en ligne bien volontiers le texte de Pascal Dauusat relatif au drame lié à l’incendie survenu rue Jules Vallès dans la nuit du lundi  le 25 janvier et à la mobilisation en cours :

“Suite au drame de la rue Vallès , incendie dans lequel un enfant de quatre ans scolarisé à Vallès , ISMAEL et sa jeune mère de 26 ans AMINATA ont perdu la vie , un hommage suivi d une marche silencieuse jusqu à la mairie est organisée pour demain , LUNDI 1 FEVRIER à 18h30 ;

Le R-V se situe donc au 17/19 rue . VALLES ;
Ce drame s est déroulé dans un immeuble géré par un « marchand de sommeil»  , et pas un squat comme il avait été dit un peu précipitamment dans le Parisien, qui ne touche plus ses loyers ( versés légalement aujourd hui au Trésor Public) , suite à de très nombreux problèmes survenus ces dernières années , par son refus d entreprendre les travaux d entretiens nécessaires et prévus par la loi .

Depuis, la situation des locataires n a cessé de se dégrader jusqu au terrible drame de Lundi dernier .
Plusieurs familles ont été amenées à quitter leur logement dévasté et son relogés provisoirement dans des hôtels . Pour certains les enfants sont scolarisés en maternelle et primaire à Vallès .

Un large mouvement de solidarité a entrepris d organiser cet hommage et cette marche , associant des enseignants des riverains des parents d élèves et des habitants de l immeuble .

Le DAL S-O , présent dès le début ( et bien avant ce drame , auprès des locataires) , aidant à la constitution des dossiers de demandes relogement , à l aide d urgence , co-organise l évènement . Il précise sa volonté de ne pas se mettre en avant afin de ne pas sembler vouloir « récupérer»  la mobilisation .

Personnellement , résidant quelques numéros plus loin , je ne peux que louer cette attitude , d autant que je constate leur présence depuis longtemps auprès de ces audoniens , locataires abusés par un propriétaire déjà mis en cause à Strasbourg pour des faits similaires , qui n hésita pas ici à jouer d intimidations de menaces pour faire partir les locataires les plus actifs , coupant l eau , organisant un sorte de bloccus avec des agents de sécurité nombreux »  filtrant»  les entrées et sorties , ici donc à St-Ouen …

Les représentants des parents d élèves se sont engagés à contribuer par un don au rappatriement des corps , et une quête sera faite dans les classes , dans le même but.

Relayer l info , afin que nous soyons nombreux .


communiqué sur le site europe-ecologie.net”

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

8 réflexions sur « Marche silencieuse et marchand de sommeil »

  1. Communiqué – Droit au Logement – 3 février

    Incendie meurtrier 17/19 rue Jules Vallès
    Marche silencieuse d’hommage
    Résultats réunion Mairie de Saint-Ouen
    Information et réunion des soutiens samedi 6 – 14 h

    Initiée par les parents d’élèves, les locataires et leurs soutiens, la marche silencieuse d’hommage è  la jeune femme et è  son enfant décédés dans l’incendie du 17/19 rue Jules Vallès a réuni environ 250 personnes, ce lundi 1er février, une semaine après le drame.

    Ce mercredi 3 février, des représentants des 17/19 rue Jules Vallès et du Dal ont été reè§u par la mairie de Saint-Ouen. Il s’agissait de connaè®tre les réponses aux revendications que nous avions formulé è  l’occasion d’une réunion qui s’était tenue le mercredi 27 janvier.

    Les locataires avaient demandé :
    ” de reloger immédiatement les familles actuellement hébergées è  l’hôtel ;
    ” une table ronde pour régler cette affaire afin de reloger les familles et tous les occupants,
    dexproprier ce marchand de sommeil pour réaliser une opération de logements sociaux ;
    ” le nettoyage, la mise aux normes de limmeuble et des garages, et des mesures concrètes
    contre ce propriétaire incapable de gérer son bien dans le respect de ses locataires.

    Sur l’ensemble de ces points, il n’y a pas de réelle avancée :
    ” les familles sont toujours dans un hôtel éloigné de l’école de leurs enfants et la mairie ne s’est pas positionnée quant è  leur relogement ;
    ” les travaux pour une mise au norme de l’immeuble sont gelés même si des arrêtés municipaux ont été pris notamment pour empêcher l’accès au deuxième étage incendié ;
    ” le propriétaire n’a pas donné de réponse positive quant è  sa convocation par la mairie ;
    ” la préfecture est aussi aux abonnés absents et n’a pas donné de réponse è  la demande de table ronde faite par la mairie pour travailler au relogement des habitants et è  l’avenir de cet immeuble.

    Face è  ces blocages qui refusent de prendre en compte l’indignation de la population audonienne qui s’est largement mobilisée, les habitants et le Dal invitent toutes les personnes et organisations qui désirent soutenir cette lutte è  se retrouver devant les 17-19 rue Jules Vallès, ce samedi 6 février è  14 h 00 pour s’informer sur la situation actuelle de l’immeuble et construire les actions è  mener pour faire cesser cette situation qui n’a que trop duré.

    Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86
    accueil: 4e samedi du mois, 10h è  13h – salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi
    “www.droitaulogement.org

  2. Si le propriétaire est le même que le promoteur qui a fait construire cet immeuble(il y a une vingtaine d’années),il doit disposer de passe-droits et pistons importants!

  3. Communiqué – Droit au Logement – 7 février

    Incendie meurtrier 17/19 rue Jules Vallès
    Réunion des habitants et des soutiens
    Premier rendez-vous en sous-préfecture
    Rassemblement lundi 7 février 18 h Sous-Pref Saint-Denis

    Quinze jours après le décès d’une jeune femme et de son enfant dans l’incendie du 17/19 rue Jules Vallès, la sous-préfecture a accepté de recevoir une délégation composée d’élus de la Ville de Saint-Ouen, des locataires et du DAL.

    Les habitants des 17-19 rue Jules Vallès et leurs soutiens se sont se retrouvés, ce samedi 6 février après-midi dans la cour de l’immeuble, pour constituer cette délégation et proposer les bases d’un protocole d’accord è  l’Etat et è  la Ville.

    Leurs revendications lors de cette table ronde sont :
    ” le relogement de l’ensemble des habitants qui le souhaitent avec en priorité celui immédiat des personnes actuellement hébergées è  l’hôtel et celui des familles avec enfants ;
    ” le nettoyage, la mise aux normes de limmeuble et des garages (voir les images sur ce lien http://www.fotoglif.com/f/ux5yr2d464vn) ;
    ” l’expropriation du marchand de sommeil, incapable de gérer l’immeuble, et la transformation de ce dernier en logement social.

    Pou soutenir leur démarche, ils appellent è  se retrouver è  18 h ce lundi 8 février 2010 devant la Sous Préfecture de la Seine Saint DenisŽ, 28 Boulevard de la Commune de Paris, 93200 Saint Denis, Métro Saint-Denis Basilique. Un départ collectif du M° Mairie de Saint-Ouen aura lieu è  17 heures.

    Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86
    accueil: 4e samedi du mois, 10h è  13h – salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi
    “www.droitaulogement.org

  4. Un an après à l’incendie meurtrier des
    17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen (93)

    Marche à la mémoire
    d’Ismaël et Aminata

    Le 25 janvier, cela fera un an qu’une jeune femme, Aminata, et son enfant de 4 ans, Ismaël, ont péri dans l’incendie de leur appartement des 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen.

    Aujourd’hui, les habitants, les enseignants, les parents d’éléves du quartier, les soutiens des locataires veulent que personne n’oublie ce qui s’est passé et souhaitent faire entendre leur indignation face à l’absence d’évolution de la situation des habitants de l’immeuble et de ceux hébergés à l’hôtel.

    En effet, nous sommes forcés de constater l’inertie des pouvoirs publics : les familles sinistrées sont toujours à l’hôtel, les enfants sont toujours hébergés loin de leur école, aucun relogement n’a été mis en place, il n’y a pas de réponse quant à l’examen des demandes de régularisation administrative de certains sinistrés, l’immeuble est toujours sordide, les travaux ne sont pas engagés, un nouvel incendie s’est déclaré, le procès du propriétaire a été repoussé, il n’y a aucune nouvelle quant au rachat des immeubles et à leur transformation en logements sociaux, la table ronde avec la mairie et l’Etat a été reportée depuis cinq mois…

    Cela fait pourtant plusieurs années que les habitants dénoncent les conditions de vie dans cet immeuble, propriété d’une société civile immobilière aux mains d’un marchand de sommeil déjà condamné. La situation est connue depuis longtemps des autorités municipales et préfectorales et a été signalée à de nombreuses reprises.

    Plus que jamais, les locataires et leurs soutiens exigent :

    – le relogement décent et pérenne dans le parc social des hébergés et des habitants encore dans les immeubles, par l’Etat, la ville, et le bailleur qui rachètera le lieu ;

    – le réexamen promis par l’Etat des situations administratives des habitants dépourvus de titre-séjour en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;

    – l’expropriation de ces immeubles et leur transformation en logements sociaux annoncées par la ville de Saint-Ouen avec l’appui de l’Etat.

    Mardi 25 janvier 2011 – 19 heures –
    Départ 17 – 19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen
    (dans les Puces, M° Garibaldi ou porte de Clignancourt jusqu’à la mairie de Saint-Ouen)
    A l’appel des locataires, de parents d’élèves, d’enseignants,
    du comité de soutien et du Dal Saint-Ouen

    Contacts : DAL Saint-Ouen : 06 12 04 20 76 – dalsaintouen@altern.org

  5. Je viendrais comme il y a un an.J’espère qu’on sera dispensé cette fois, de ce ballet d’écharpes tricolores, tentative de récupération indécente.

  6. Incendie meurtrier des
    17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen (93)

    MARCHE À LA MÉMOIRE D’ISMAËL ET AMINATA

    Il y a 2 ans, le 25 janvier 2010, Aminata, et son enfant de 4 ans, Ismaël, ont péri dans l’incendie de leur appartement des 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen. Comme cela a été fait dans la semaine qui a suivi le drame et comme l’an dernier, les habitants, les enseignants, les parents d’élèves du quartier, les soutiens des locataires organisent une nouvelle marche à leur mémoire afin que personne n’oublie et que les sinsitrés puissent vivre dans des conditions dignes.

    Pendant toute cette année 2010, les habitants et leurs soutiens ont multiplié rassemblements, réunions et interventions… quelles sont les avancées depuis un an ? Poursuivi par l’Etat et la ville pour négligence et abus dans la gestion de l’immeuble, le représentant de la société propriétaire des immeubles, Antoine Brun, a été condamné le 31 mars 2010 à un an de prison avec sursis, 20 000 euros d’amende, et à verser 1 500 euros de dommages et intérêts aux familles qui se sont portées parties civiles. Parmi les familles hébergées à l’hôtel, six personnes étaient sans-papiers, le 12 juillet 2010, elles ont été parrainées des élus de la Ville de Saint-Ouen. Trois personnes ont été régularisées et une autre devrait l’être cette semaine. Enfin, le 15 décembre, après un premier rejet à une voix le 10 octobre, le conseil municipal a voté à une large majorité une déclaration d’utilité publique permettant d’engager l’expropriation du marchand de sommeil.

    Aussi force est de constater qu’au quotidien, la situation est toujours aussi insupportable pour les principaux concernés. Les habitants sinistrés sont toujours à l’hôtel, les enfants sont toujours hébergés loin de leur école, les autres locataires vivent toujours rue Jules Vallès dans des conditions indignes. En outre, la table ronde avec la mairie et l’Etat est reportée par la sous-préfecture depuis août 2010 !

    Plus que jamais, les locataires et leurs soutiens exigent :
    ß le relogement décent et pérenne dans le parc social des hébergés à l’hôtel et des habitants encore dans les immeubles, par l’Etat, la ville, et le bailleur qui rachètera le lieu ;
    ß le réexamen promis par l’Etat des situations administratives des habitants dépourvus de titre de séjour en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;
    ß l’expropriation de ces immeubles et leur transformation en logements sociaux.
    MERCREDI 25 JANVIER 2012 – 18 HEURES –
    DEPART 17 – 19 RUE JULES VALLES A SAINT-OUEN
    (dans les Puces, M° Garibaldi ou porte de Clignancourt jusqu’à la mairie de Saint-Ouen)
    À l’appel des locataires, de parents d’élèves,
    d’enseignants, du Dal Saint-Ouen
    DAL Saint-Ouen : 06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org
    Permanence : 4° samedi du mois 10-13 h, Salle M-C. Mananga, Place Payret, métro Garibaldi.

  7. Des cafouillages dans les dates entre 2010 et 2011 voici la bonne version.

    Incendie meurtrier des
    17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen (93)

    MARCHE À LA MÉMOIRE D’ISMAËL ET AMINATA

    Il y a 2 ans, le 25 janvier 2010, Aminata, et son enfant de 4 ans, Ismaël, ont péri dans l’incendie de leur appartement des 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen. Comme cela a été fait dans la semaine qui a suivi le drame et comme l’an dernier, les habitants, les enseignants, les parents d’élèves du quartier, les soutiens des locataires organisent une nouvelle marche à leur mémoire afin que personne n’oublie et que les sinsitrés puissent vivre dans des conditions dignes.

    Pendant toute cette année 2011, les habitants et leurs soutiens ont multiplié rassemblements, réunions et interventions… quelles sont les avancées depuis un an ? Poursuivi par l’Etat et la ville pour négligence et abus dans la gestion de l’immeuble, le représentant de la société propriétaire des immeubles, Antoine Brun, a été condamné le 31 mars 2011 à un an de prison avec sursis, 20 000 euros d’amende, et à verser 1 500 euros de dommages et intérêts aux familles qui se sont portées parties civiles. Parmi les familles hébergées à l’hôtel, six personnes étaient sans-papiers, le 12 juillet 2011, elles ont été parrainées des élus de la Ville de Saint-Ouen. Trois personnes ont été régularisées et une autre devrait l’être cette semaine. Enfin, le 15 décembre, après un premier rejet à une voix le 10 octobre, le conseil municipal a voté à une large majorité une déclaration d’utilité publique permettant d’engager l’expropriation du marchand de sommeil.

    Aussi force est de constater qu’au quotidien, la situation est toujours aussi insupportable pour les principaux concernés. Les habitants sinistrés sont toujours à l’hôtel, les enfants sont toujours hébergés loin de leur école, les autres locataires vivent toujours rue Jules Vallès dans des conditions indignes. En outre, la table ronde avec la mairie et l’Etat est reportée par la sous-préfecture depuis août 2010 !

    Plus que jamais, les locataires et leurs soutiens exigent :
    ß le relogement décent et pérenne dans le parc social des hébergés à l’hôtel et des habitants encore dans les immeubles, par l’Etat, la ville, et le bailleur qui rachètera le lieu ;
    ß le réexamen promis par l’Etat des situations administratives des habitants dépourvus de titre de séjour en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;
    ß l’expropriation de ces immeubles et leur transformation en logements sociaux.
    MERCREDI 25 JANVIER 2012 – 18 HEURES –
    DEPART 17 – 19 RUE JULES VALLES A SAINT-OUEN
    (dans les Puces, M° Garibaldi ou porte de Clignancourt jusqu’à la mairie de Saint-Ouen)
    À l’appel des locataires, de parents d’élèves,
    d’enseignants, du Dal Saint-Ouen
    DAL Saint-Ouen : 06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org
    Permanence : 4° samedi du mois 10-13 h, Salle M-C. Mananga, Place Payret, métro Garibaldi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *