Du débat faisons table rase !

les-jumelles-sp_a0169.jpg

Lors d’une séance du « pôle citoyens », structure dite de concertation sur le projet des Docks, le 9 octobre 2008, était évoqué la question de la conservation du patrimoine bâti sur ce secteur où peu de bâtiments remarquables méritent une attention particulière.

Il était ainsi avancé lors des échanges, l’hypothèse d’une conservation, intégrée au futur projet,  de l’alignement de six petites maisons au 68-78 boulevard Victor Hugo[1].

Après avoir indiqué quelques rares bâtiments inventoriés et à conserver, dont les belles maisons en meulière  à proximité, réponse évasive habituelle de Paul Planque en substance : « on étudie et rien n’est arrêté »… soit exactement la même attitude fuyante que sur la problématique des fameuses tours en rang d’oignon (donnant lieu, après de mois – à une reculade magistrale il y a quelques jours).

Résultat aujourd’hui, sans fleur ni couronne, lesdites maisons ont été démolies il y a quelques jours seulement dans une grande discrétion.

Là au moins  pas de concession aux uns ni aux autres et pas de débat inutile ni de justifications argumentées. On applique ce que l’on a décidé en comité restreint après avoir courageusement botté en touche.

Que ceux qui avance en force soient prudents : les retours de manivelle seront pénibles.

Personne ne se serait immolé par le feu pour défendre à tous crins cette petite séquence pittoresque sur le boulevard Victor Hugo. Bien évidemment, on peu pressentir que ces quelques maisonnettes inattendues n’étaient pas très fonctionnelles ni en parfait état.  Chacun peut comprendre qu’à l’échelle du boulevard des immeubles de 3 à 5 étages ne sont pas monstrueux à cet endroit bien au contraire.

Mais fallait-il sans débat démolir ce témoignage ? Etait-il impossible de concevoir leur intégration et leur réhabilitation ? Une Ville, avec son charme et son caractère n’est-elle pas faîtes de ces accidents de l’histoire ou de ces anecdotes dans son paysage ?  Nous n’aurons pas de réponses à ces questionnements légitimes.

Depuis 15 mois nos édiles, considérant ce sujet comme microscopique, n’ont pas trouvé le temps de l’évoquer ni même d’annoncer (d’assumer) ces travaux  sur les terrains propriété de la Ville de Paris et objet du protocole signé avec Saint-Ouen en son temps.

Même dans les grands projets… l’enfer est souvent dans les détails. Pour ceux qui en douteraient encore, cette gouvernance de la Ville et du projet des Docks est et reste inacceptable.

Avis à ceux qui la cautionnent.

 


[1] Sur ce blog nous écrivions le 9 septembre 2008 (« bicoques ringardes ?») : « Petit alignement de six maisons jumelées 68-78 boulevard Victor Hugo… (…) Las, nos penseurs de la reconquête des Docks, amoureux de la calculette, ont  pour ce qui les concerne déjà fait une croix dessus au profit d’opérations de logements plus consistantes et nécessitant de « remonter le niveau ». Supputations ?                    Pour l’heure les plans existants sur le projet des Docks indiquent aujourd’hui la disparition pure et simple de ce petit ensemble qui n’a guère d’équivalent ailleurs à Saint-Ouen.A la place… un rez-de-chaussée « commercial»  et des logements neufs (à priori de R+3 à R+5).

Puis toujours sur ce blog le 31 octobre 2008 (« bicoques ringardes ? ” suite)  « (…) Début de confirmation aujourd’hui  avec, dans le projet de règlement du PLU présenté le 23 octobre au public, un zonage (UM) dit « mixte»  pour ce petit ensemble et non pas « tissu pavillonnaire»  (UC) comme pour les 4 grosses maisons « EDF»  en meulière juste à proximité. Mais pas d’alerte c’est promis juré au « pôle citoyen des Docks»  du  … 9 octobre on examinera en  ce qui mérite d’être conservé (et réhabilité) dans le peu de patrimoine ancien des Docks. Reste à savoir quand et avec qui ».

 

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

30 réflexions sur « Du débat faisons table rase ! »

  1. Effectivement passant à vélos tous les matins devant c’est avec un petit déchirement que j’ai constaté que ce morceaux du rare patrimoine des docks était en cours de démolition (jeudi matin).

    Gardons espoir, ils classeront incinérateur patrimoine des docks à préserver…

  2. Il n’aura pas fallu attendre longtemps après le vote du PLU …

    Je me demande bien quoi, Madame le Maire, qui indique dans la dernière édition, du désormais bimensuel magazine Municipal, l’extension éventuelle aux secteur des Docks, d’une ZPPAUP -Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager- à créer sur la commune, envisage d’y faire figurer … L’incinérateur ? la CPCU ?

    Cette destruction est d’autant plus contestable que pas si loin de là, à Saint-Denis, d’autres ont fait un choix différent. Dans le quartie Pleyel -un quartier dont la mutation urbaine a commencé de longue date et dont on peut imaginer qu’avec l’arrivée à terme de la ligne 14, la pression foncière et immobilière ne va pas diminuer-, c’est un tout autre choix qui a été fait avec la cité MEISSONNIER, une ancienne cité ouvrière qui est actuellement en cours de réhabiliation …

    Saint-Ouen, sans discernement, est en train de prendre le chemin de Levallois et c’est justement ceux, qui étaient censés défendre « l’âme populaire et faubourienne» de la ville qui portent les coups les plus durs à son héritage …

  3. Un rez de chaussée commercial qui sera comme la plupart des autres recemment construits desert ou avec une succession de commerces faisant faillites les uns apres les autres…

    Ca veut plutôt ressembler à Coubevoie qu’à Levallois sauf qu’à Courbevoie des espaces comme le soit-disant parc Victor Hugo sont tres nombreux et n’ont pas de noms aussi pompeux (ce sont juste des passages ou des allées)

  4. Concernant les petites maisons boulevard Victor Hugo, en effet je passe devant tous les jours, mais je n’ai jamais vu de permis de démolir.
    Aurai-je mal vu ?
    Quelqu’un peu-t-il me répondre ?
    Merci

    • Défaut d’affichage ? Il suffit en général pour éviter ce genre de bévue d’avoir des photos datées prises par des sociétés spécialisées. Ceci évite tout recours et toutes cles contestations.
      Il suffit donc de demander au pétitionnaire du Permis dont le dossier est au service de l’urbansime règlmentaire en Mairie.

  5. Pour illustrer, le bel exemple de concertation audonienne repris dans cet article, je vous invite à consulter la page 8 du compte rendu officiel de cette fameuse réunion du Pole Citoyen (ci-dessous) qui avait eu lieu le 9 octobre 2008 à la « Maison des Projets » et dans lequel nous pouvons lire ce passage :

    Question citoyenne :
    >”…Une intervention souligne que dans ce grand secteur ou l’on n’a pas beaucoup de bâtiments de patrimoine, il faut peut-être conserver certains éléments quitte à provoquer certaines ruptures de hauteur ou autre. Par exemple rediscuter de l’existant dans la zone propriété de la ville de Paris où l’on trouve des pavillons E.D.F le long de Victor Hugo… ”

    Réponse municipale :
    >”…On est en train conduire une réflexion sur le patrimoine en vue de constitution d’un Z.P.P.A.U.P. *
    Ces éléments SERONT EVIDEMMENT PRIS EN COMPTE quand ils concernent les Docks. …”

    En conclusion, si après concertation et un chèque en blanc pour le PLU, la prise en compte de la conservation d’un patrimoine doit conduire dans les faits à une réflexion pour le détruire, il est facile d’imaginer que certains élus risquent d’avoir beaucoup de plâtre sur les mains dans les prochains jours.

    A suivre…

    *Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager

    Source : http://acqso.typepad.fr/files/polecitoyen_no16_cr_20081009_4486.pdf

    En savoir plus : http://acqso.typepad.fr/lesdocksdeso/compte-rendu-r%C3%A9unions-de-p%C3%B4le-citoyens.html

  6. Il s’agit des petits pavillons situés boulevard Victor Hugo, où étaient logés des agents d’EDF.
    Il est dommage de démolir ces petits immeubles qui, apparemment, ne menaçaient pas ruine et qui partant auraient pu être restaurés. Ils s’intégraient bien dans le quartier et y donnaient un cachet particulier, loi du béton et des grands immeubles qui écrasent tout.
    Je suis personnellement, et cela n’engage que moi, contre des constructions pharaoniques qui engendrent des problèmes de promiscuité et de délinquance, entre autres.
    Je pense, quant à moi, que toutes les villes de banlieue, notamment celles de la petite couronne, sont supeuplées et pas en capacité, de ce fait, d’absorber un surplus de population.
    Il ne semble pas que l’on s’engage dans cette voie, puisque la moindre parcelle de terrain libérée est utilisée pour y édifier un immeuble.
    Je suis persuadé que la population d’une ville comme Saint-Ouen ne devrait pas dépasser 45.000 habitants. Mais bon .. je n’ai pas la science infuse et je suis très éloigné des lieux de décisions. Je m’en remets donc aux gens compétents, qui, semble-t-il, sont légion !
    Je ne sais s’il existe aujourd’hui un ministère de l’amènagement du territoire. Dans l’affirmative, il a du pain sur la planche.

  7. La machine destructrice est lancée, alors moi je dis: “merci les socialistes”

    Ah oui pardon, c’est vrai, fallait pas briser la majorité…

  8. J’ai bien peur que nous allions de deception en deception. Maintenant que le PlU est voté (merci les socialistes), le maire et ses amis ont les mains libres pour faire ce que bon leur semblera et nous, nous n’avons plus que nos yeux pour pleurer le patrimoine qui est petit à petit va disparaître du paysage. Bientôt la démolition de l’ancienne clinique devrait être votée le 15 février au prochain conseil municipal. Nous sommes bien loin effectivement du PADD (projet aménagement durable) qui prévoit de protéger le patrimoine historique, culturel ou industriel de saint ouen !
    Nous prenons bel et bien la direction d’une ville qui va perdre toute son âme !

  9. Journal de la ville n°1

    p7 rubrique Conseil municipal

    Zac porte de St Ouen

    “Sont prévues au 1er semestre 2010 : la démolition des bâtiments situés aux 135, 139 et 141 av Gabriel Péri, insalubres, pour créer une place et des logements sociaux….”

    Le 127 sur cour a été démoli en décembre 2008.
    Les ouvriers ont attaqué les murs de 40 cm d’épaisseur du 6è étage au marteau piqueur.
    Le 127 sur avenue est aussi condamné.

    Le 125 est prévu aussi !

    Venez les voir avant démollition !

  10. Saint-Ouen change chaque jour un peu plus !
    On procède, en effet, à des opérations tiroirs consistant à démolir le vieux pour construire du neuf. Des logements sociaux, affirme-t-on. Mais quand on voit le prix des loyers, existe-t-il encore des logements sociaux ? Il est permis d’en douter.
    C’est surtout les couches moyennes qui accèdent à la propriété. Les “bobos” investissent le terrain ! Les plus mal lotis restent sur le bord de la touche et continuent de se serrer la ceinture ! Ils payent chaque mois un loyer qui a une facheuse tendance à la hausse, alors que le pouvoir d’achat des familles est déjà passablement écorné.
    Les élus, quel que soit le niveau où ils se situent et quel que soit le parti auquel ils appartiennent, se considèrent investis d’une mission divine (peut-être après tout !) consistant à conduire le petit peuple vers des lendemains meilleurs. Malheureusement, d’autres ont essayé avant eux et se sont cassés le nez !
    Ils restent, quoi qu’on dise et quoi qu’on pense, les maîtres du jeu. Ils se drapent dans leur probité – discutable pour quelques uns – et dispensent force conseils, car, pensent-ils, ils sont détenteur de la vérité absolue. Ils dissertent volontiers sur la démocratie ; les circonvolutions des uns et des autres à ce sujet ne changeront rien quant au fond : la démocratie reste encore à inventer !
    Voilà pourquoi je suis en parfaite harmonie avec Monstesquieu lorsqu’il écrit : “Pour faire de grandes choses, il ne faut pas être un si grand génie ; il ne faut pas être au-dessus des hommes ; il faut être avec eux.”

  11. Encore et toujours les mêmes méthodes. Une culture politique à Saint-Ouen. Mais qui se trouve désormais, jour après jour, largement exposée et commentée. Pour l’instant, c’est déjà ça. La maire et ses affidé.e.s n’ont plus le monopole ni de l’information ni de l’interprétation. La 1ère étape pour soigner la gauche audonienne est franchie.

  12. A l’attention des démolisseurs audoniens.

    Ci dessous une info déjà relayée par le colonel Taquet ds un autre post à propos de la réhabillitation des tours de Bois Le Prêtre pte Pouchet.

    La Maison départementale de l’habitat vous donne rendez-vous :
    Vendredi 4 mars de 10h à 12h30
    dans la matériauthèque de la MDH
    pour un nouveau

    “Rendez-vous du logement social durable”

    soutenu par l’Union européenne dans le cadre du programme Life+ sur :

    “Il ne faut jamais démolir ou l’evidence de la réhabilitation”.

    Ce Rendez-vous sera animé par deux architectes :
    Frédéric DRUOT (F. Druot architecture) et Marc BERNARD (Agence Equateur).

    Frédéric Druot présentera la rénovation lourde de la Tour Bois-le-Prêtre à Paris sur laquelle il travaille;
    son projet a consisté en la transformation radicale des conditions de confort et d’habitabilité des 100 logements de l’immeuble occupé.
    Par l’ajout d’extensions chauffées, de jardins d’hiver et de balcons, la surface d’origine de 8900 m2 a été portée à 12460 m2 avec la création de nouvelles typologies d’appartements.

    Marc Bernard axera sa présentation sur la réhabilitation du patrimoine anciens à partir d’opérations que l’agence Equateur conduit actuellement en région parisienne.

    Ce “Rendez-vous” du vendredi 04 mars de 10h à 12h30 s’adresse aux bailleurs (sociaux et privés) ainsi qu’aux aménageurs et responsables de collectivités publiques.

    Il sera suivi, à 12h30, du vernissage de l’exposition “La First Lady : la rénovation de la tour Axa CB91 First à Paris-La-Défense” en présence de l’artiste photographe : Jean-Marc BESACIER

    Ps 1 : la MDH est à Evry. Y en a pas ds le 9 cube !
    http://www.essonne.fr/cadre-de-vie/habitat-durable/informez-vous/dossier/maison_departementale_de_lhabitat/

  13. @ JYM
    T’as vu l’horraire de la réunion!! C’est là que siu souvent ça blesse! Si tu bosses , c’est niqué. Si t’as des potes qui sont dispos , tu peux avoir des retours; Si t’es travaileur indépendant comme moi, tu va à une réunion sur cinq environ, et c’est insuffisant.
    Nous ne sommes pas tous égaux devant le temps libre; ce n’est pas une critique , juste une véritée constatée qui me turlupine!

  14. Paco,

    De mon jeune temps d’adulte, je me souviens qu’il existât un ministère du temps libre sous gouvernement socialiste, qui devait être utopiste.

    Pour te consoler et que tu vois la vie en rose, avec de l’entregent, j’ai immédiatement agi en fesse boucant à donf !

    Bruno, Claude et Estelle m’ont promis que la Maison de l’Habitat du 9 cube serait érigée sur pilotis because la pollution et la crue centenaire, dès 2012 grâce à un habile montage financier PPP, sur le mail des Docks, qu’elle serait BBC (Bâtiment Basse Consommation) voire à énergie positive (bcp mieux que le LABEL HQE, et oui la HQE n’est pas une norme!), et que tes qualités d’homme de l’art et de lard en feraient de toi, l’idoine directeur.

    Pr me remercier, un p’tite prune à l’ancienne du pays me ravirait.

  15. A Paco,

    Un message, de dernière minute sur fesse bouc d’Abdelak, indique que la MDH 93 serait équipée de caméras ultra performantes qui détecteraient la pollution et la montée des eaux, les embryons de délinquants dans le ventre de leur mère et les testicules de leur père.

  16. @ Jean-Yves
    Que des bonnes nouvelles; je savais que je pouvais compter sur toi . Et une dernière, Elise envisage à St-Ouen le recours à l’éolien .

  17. @ JYM
    pour la montée des eaux, connait-on exactement le pourcentage répercuté des grandes marées de la baie de Seine, juste après le pont de St-Ouen??…

  18. Chemetov, chantre du bien loger et du beau loger. Ca me fait bien rire. Il a une bonne bouille papi, mais comme donneur de leçons ça ne colle pas. Il a quand même commis (imaginé / défendu / réalisé) la patinoire, une catastrophe absolue, avec son look très Tchernobyl. Et puis certainement jamais habité rue Arago http://archiguide.free.fr/PH/FRA/IDF/StOuenL75Chem.jpg , ni rue Emile Zola http://archiguide.free.fr/PH/FRA/IDF/StOuenL83Chem.jpg
    C’est donc lui l’architecte officiel des Zones de Sécurité Prioritaire ?
    A 84 ans il est grand temps qu’il se consacre à la pêche et au vélo, plutôt que de s’opposer à l’application de la norme de construction pour les handicapés.

  19. @Dumez post23
    Avouez quand même qu’actuellement ses œuvres restent de loin les plus célèbres et visitées de Saint-Ouen (Guéand, Valls, la petite Jetset parisienne…) à défaut selon lui et beaucoup d’Audoniens d’être trop peu entretenues par notre municipalité. C’est sans doute pour cela, que Saint-Ouen a déjà envisagé de lui confier la rénovation de la place de la République proche de la mairie.
    Un vaste programme et chantier à venir….

    • @ BV

      Place de la Mairie : un chantier qui sera largement décalé ou du moins découpé en plusieurs tranches, compte tenu des importants travaux qui démarront progressibment dans le secteur : collège Jean Jaurès et au carrefour Bauer-Dhalenne avec l’interconnexion futur Ligne 13 ligne 14.
      Au menu: baraquements de chantier, engins et camions, palissades, déviation, tranchés, chaussées réduites, on en passe et des meilleurs, pendant quelques années.
      Pas de bol pour la brasserie “branchée” du Maire qui devait toute affaire cessante s’installer dans l’ancienne bibliothèque. La salle de sports de la piscine qui y a pris ces aises “provisoirement” pendant les travaux au centre nautique, y restera finalment.
      Prochaine étape le déménagment du Centre administratif dans ce haut lieu symbolique et institutionnel qu’est la rue des Rosiers. En attendant évidemment le déménagment de l’Hôtel de ville lui-même… sans doute dans le quartier Debain si vous y mettez un peu du vôtre une fois encore, cher BV, qui avez su faire revenir le Maire dans votre petit village familial.

  20. D’ailleurs à ce propos, l’agence du Crédit Mutuel de Saint-Ouen vient de se voir notifier qu’elle ne pourra pas rester à cet endroit (angle Dhalenne/Jaurès) à cause du chantier de la ligne 14, qui aura également besoin de cet endroit durant les travaux et comme ils étaient locataire les voilà bien ennuyés car à ce jour, ils n’ont pas trouvé d’endroit pour déménager l’agence, ce qui pose évidemment un gros soucis au regard de leur portefeuille clientèle important et les services de la mairie ne collaborerait pas efficacement.

  21. @Id-stg post25
    « …cher BV, qui avez su faire revenir le Maire dans votre petit village familial. »
    Si l’on doit évoquer les conditions de son retour péremptoire sur Debain, il serait plus juste de dire pour ce qui me concerne «… qui avez su découvrir le Maire… avec sa petite cour »
    D’ailleurs, tout le monde a force de constater que là-bas, elle a eu besoin de personne (à part quelques bons conseillers, bien sûr) et ni de perdre de temps pour prendre ses quartiers dans son nouveau QG autour duquel depuis son arrivée nous assistons à une véritable révolution des Balkans.
    Avec au programme et dans l’ordre des batailles : la réfection complète de la chaussée, l’adoption d’un périmètre d’étude visant à sélectionner son voisinage, l’installation d’une zone Auto ‘lib pour faire du covoiturage avec ou sans chauffeur, l’élargissement et réaménagement de plusieurs carrefours et trottoirs faisant alterner asphalte et pavés…
    Au point même que désormais, dans la rue des entrepôts il n’y a pas seulement les tranchées qui soient déjà comblées mais également ses habitants et son Pôle d’artistes (très éloignés des conditions de vie d’une expédition polaire en arctique) qui s’imaginent déjà vivre là-bas comme à Levallois.
    Seuls regrets pour eux, la non utilisation des services offerts par l’école de comptabilité située à proximité pour aider à la gestion des finances communales comme le suggère le dernier rapport de la cour des comptes, et la fermeture prématurée de la très agréable et flambant neuve crêperie nommée « L’essence Ciel » qui depuis cette rentrée, soit seulement un an après son ouverture, laisse apparaitre en gros et peint en noir sur le volet clos de sa devanture: « Fermeture définitive pour cause d’excès de confiance »…..

    Donc pour le reste, merci mais j’ai déjà donné…

  22. @Bruno post26
    L’agence BNP située à l’angle opposé devrait également subir le même sort pour les mêmes raisons.
    Reste à savoir,maintenant si l’une de ces deux banques sera ou non l’énigmatique locataire désigné pour reprendre les locaux du CASO (ex-Banque de France), comme notre maire semblait l’annoncer lors d’un précédent CM.

    Donc en conclusion, notons que si celles-ci ont bien su résister à la crise financière. En revanche, elles ne résisteront pas à la crise du transport pour devoir partir en exil. 😉

  23. BV et Bruno,je ne crois pas que les banques aient eu trop à se plaindre, question implantation,ces cinquante dernières années,dans notre bonne ville!

  24. et pan sur la brasserie à madame…

    Selon nos sources, pour le CASO, le caractère d’intérêt public serait préservé suite à une réflexion et décision du BM.

    Reste à nous expliquer comment un artiste en cour peut occuper quasi gratuitement un bien communal au détriment d’une activité municipale culturelle!

    Heureusement que dans le cadre des Journées du patrimoine, les Audoniens n’ont pu constater le gâchis que représente la non utilisation du jardin situé derrière le centre administratif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *