"une situation détestable et consternante"

Nous publions (avec un peu de retard) le Communiqué du groupe Ensemble pour Saint-Ouen (représenté au Conseil municipal par Mamadou Keita). Le moins que l’on puisse dire c’est que nous partageons largement ce qui est indiqué dans cette prise de position et notamment ce que nous soulignons en gras dans ce texte.

“Accord rompu entre les différents groupes et partis de la majorité municipale

A deux reprises le conseil municipal n’a pas pu se tenir à Saint-Ouen. La séance a été ajournée la première fois, le 2 novembre 2009, faute de quorum puisque de nombreux élus de la majorité étaient en vacances et/ou absents pour des raisons professionnelles.

Lundi 23 novembre 2009, le Maire a purement et simplement annulé le conseil municipal et nous indique que l’accord électoral conclu en mars 2008 entre les partis politique de la majorité est rompu.

Cette situation était prévisible et elle démontre bien que l’accord aux dernières municipales entre les composantes de la majorité était purement électoraliste et sans un véritable projet pour la ville.

Nous vivons une situation détestable et consternante pour les Audoniens qui assistent jour après jour, à l’effritement de la majorité municipale. Le plus affligeant, c’est que les raisons de ces fissures le plus souvent sont sans rapport avec la vie de notre cité. Face au déferlement des mesures anti-sociales du gouvernement, devant cette politique qui cherche à briser toutes les solidarités, nous, élus de Saint-Ouen, devrions plutôt faire écho à l’ensemble des préoccupations des Audoniennes et des Audoniens.

Notre action, en tant qu’élus devrait plutôt amener la bouffée d’air pur nécessaire et susciter de nouvelles ambitions collectives. Saint-Ouen a besoin d’une autre dynamique politique portée par des élus soucieux des problèmes de nos concitoyens, des élus dont l’action quotidienne porte sur l’amélioration du cadre et de la qualité de vie des Audoniens, sur le plan social, culturel, éducatif, environnemental, mais également en matière de prévention et de sécurité.

Nous, membres et sympathisants de Ensemble pour Saint-Ouen, sommes convaincus du besoin d’un rassemblement de toute la Gauche. Nous parlons ici d’une Gauche retrouvant ses valeurs, celles d’un nouveau partage des richesses qui remettent en cause les privilèges et permettent la réponse aux besoins fondamentaux de solidarité et d’écologie ! Celles du partage des pouvoirs avec les citoyens ! Celles qui permettent et valorisent le droit au travail, à l’éducation, à la réussite de tous…

Nous demandons à Madame le Maire et aux différents partis de la majorité, de prendre leurs responsabilités pour sortir de l’impasse dans laquelle notre ville est plongée depuis plusieurs mois. Il ne s’agira pas de nous proposer un nouvel accord de façade. La majorité actuelle est vidée de toute sa substance et de son efficacité politique tandis que les Audoniennes et Audoniens ont besoin d’élus rassemblés autour de valeurs qui fondent pour de bon la Gauche,avec de nouveaux choix, des orientations politiques et des propositions concrètes de progrès pour notre ville de Saint-Ouen. ”

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

11 réflexions sur « "une situation détestable et consternante" »

  1. Double félicitation pour cette initiative!
    -Félicitations à EPSO pour ces propositions de rassembler la gauche audonienne sur un projet municipal et non sur un marchandage sur le nombre de places éligibles!
    -Félicitations à ID-STG pour relayer cet appel(d’autant plus que le site d’EPSO n’est pas joignable).Et si cette”crise”marquait le début de ce que j’avais proposé avant les municipales de 2008:une rencontre et une convergence entre EPSO et ID-STG!

  2. Quelle avancée, je viens d’apprendre que Miss France se prénomme Malika.
    Encore un truc de “comm”, et là, j’en aisl raz le cul.
    Mme les cv sans noms, tt cela c’est de la com pr le Président.
    Pourquoi, ds les grosses tôles, à defaut de ne pas vouloir embaucher des “gens”ayants des noms à consonnances ceci ou celà, on en vient juste à dder aux recruteurs de ne pas embaucher des ceusses ayant obtenus le “bachot” aprés 19 ans, et oû trouve-t’on des “gens” ayant obtenus le bac après 19 ans,;…..en Banlieue
    C’est juste une nouvelle forme de discrimination.
    On;” les toliers “ne ns ddent pas de ne pas embaucher de rebeux,ils exigent juste de ne pas embaucher ceux qui n’ont eut le bac qu’avt 19 ans,,,,,,, et oû on trouve ce genre d’individus, bien sûr, en banlieue, oû c’est le plus difficile de faire son trou..
    Alors, là, je vais étonner, car j’ai le souvenir d’avoir bossé ds des boites dont les dirigeants étaient d’origine d’Afrique du Nord, pour l’essentiel, des “tunisiens”de religion différente.

    Je sais que c’est terrible ce que je dis, mais c’est la triste réalité.
    Pendant un temps, j’ai caché mon adresse à st-ouen et j’ai loué une boite aux lettres à ….. neuneu ou Neuilly, Avenue du Roule, juste en face de Ste Croix de Neuilly, oû sont scolarisés les gosses de rivhes, vs savez bien juste à coté de chez Bompard, ou les pulls sont vendus 600 euros, oui, des pulls!!!!, voilà comment, avec une belle feuille de paie, on se prend un belle adresse, c’est à cause de ce genre de saloperies , qu’il faut ce battre, et pas à cause de l’anti- communisme du fils de……
    car celui-ci, “l’anti-communiste, “n’est pas l’ennemi de classe.
    A vs de voir.
    N’est-ce pas,?????

  3. vs allez encore bien vs marrer, qd j’ai eu les moyens, oui, suffisamment de fric, pour me casser de st-o, et partir en”province”, comme on dit, j’ai pris un stud ds cette rue, à 650 euros/mois pour 17 m2 et vivre comme une merde, seul, sans ma famille. pr faire evidemment du blé en partant le lundi de ma Province et en remontant le Vendredi AM et cela durant 7 piges , alors, il est ou le traitre qui à renié ses idéaux, il est oû ce traitre à sa classe.Arrétez les conneries, oui, cher René, arrétez!!!!bien sur, vs l’ignoriez…., alors ,les lecons de luttes de classes, et les attaques “ad hominem”, merci,et voire mme, qd il fallut se mouiller, et avoir des c…., je sais de quoi je parle, alors, basta, sur les leçons et les grandes theories captées ds les bouquins voire dss les guides de citations “100 questions reponses sur l’urss” parues ds les années 60 comme j’ai pu en lire chez mes parents.
    Moi, je me suis mouillé physiquement pour le Parti et certain s’en souviennent, qui sont tjrs vivants.
    alors ttes ces attaques bidon, merci, gardez-les pour les autres, pas pour moi.

  4. mon cher jmp je ne vais pas polémiquer indéfiniment avec vous, ou avec d’autres. Je ne vous reproche rien, mon cher ami, et je vous vise pas particulièrement. J’aurais mauvaise grâce à le faire, primo parce que vos activités professionnelles vous les avez choisies librement et, secundo, parce que je n’ai pas à porter un jugement de valeur sur vous et sur d’autres.
    Je ne suis pas habilité à défendre le parti communiste. Il peut le faire tout seul, il en a les moyens. Mais ce que je remarque, et je n’ai pas sûrement le mérite de l’exclusivité en la matière, c’est que au moment où le chômage est en progression exponentielle, au moment où le dénuement et la misère frappent de plus en plus de famille, il se trouve des gens qui, non seulement prennent le train pour Moscou, mais qui font le procès du parti communiste français. Comme le disait mon vieil instituteur, pour lequel j’ai une reconnaissance infinie, “il y a de quoi se taper le derrière par terre !” Je rappelle, à toutes fins utiles, que le pcf n’a jamais exercé le pouvoir dans le pays. Il y eut certes des ministres dans le cadre de la gauche plurielle, mais leurs prérogatives furent plus que limitées. C’est de notoriété publique. Ce fut une erreur au demeurant de participer à ces gouvernements.
    Les traits qui caractérisent le pcf ne le conduise pas à croire qu’il ne peut jamais se tromper, qu’il a raison d’emblée en toutes circonstances. Il est constitué de femmes et d’hommes comme les autres, et le sérieux de leur démarche, leur dévouement ne les prémunissent pas contre tout risque d’erreur. Conduite depuis depuis près de 90 ans au milieu d’une situation nationale et internationale compliquées, l’action du pcf n’a pas été exempte d’illusions, de défauts et de retards. Mais cela est sans commune mesure avec les conséquences néfastes de la politique menée, avant et depuis le congrès de Tours, par les différents partis de la droite et de la gauche non communiste.
    J’ai le sentiment, par ailleurs, que les gens se moquent de l’urss et des autres pays socialistes, aujourd’hui disparus, comme de leur première chemise. Ce n’est pas ce qui les préoccupe au premier chef, et ils ont raison.
    Pour ma part, je ne vois pas pourquoi je quitterai Saint-Ouen. J’y suis bien. C’est une ville conviale où la solidarité et l’amitié ne sont pas de vains mots. Il y a des gens confrontés, comme partout ailleurs, à des difficultés sans nombre mais qui savent rester dignes et solidaires. Alors, on défend notre ville … parce, comme le dit si bien le colonel Taquet, Saint-Ouen le vaut bien !

  5. Pour celles et ceux qui pensent que Braouezec ferait une belle et efficace tête de liste aux prochaines régionales pour le Front de gauche citoyen, info :

    A l’invitation de la FASE et d’Alternative Citoyenne, fédérons nos idées et nos propositions pour les élections régionales de mars 2010 ! Avec Clémentine Autain, Gilles Monsillon, Claire Villiers et moi-même.

    vendredi 11 décembre, 5 rue des écoles Saint-Ouen Salle Barbara dès 19h.

  6. Ce qui se passe aujourd’hui au sein de l’assemblée communale est incompréhensible et déplorable. La majorité de gauche se déchire !
    Qui est responsable ce cette situation ? Chacune des composantes les plus importantes de la gauche se renvoie la responsabilité d’une situation que d’aucuns jugent inextricable.
    La gauche contemporaine est composée d’une multiplicité de partis qui la rendent inefficace et stérile. Il y a les partis de l’extrême-gauche révolutionnaire, le parti communiste, une kyrielle de chapelles communistes qui se réclament de la révolution socialiste, la “Fédération” dont est membre madame le Maire, le parti de gauche et le parti socialiste, qui reste un parti réformiste. Il reste ouvert, en effet, par son idéologie et sa pratique de collaboration de classe, par la composition sociale de son organisation et de sa direction, à l’influence de la bourgeoisie dont il gère avec zèle les intérêts lorsqu’il est au pouvoir.
    Je ne classerai pas les écologistes car ils sont partout à la fois : à gauche, au centre et à droite !
    Revenons à nos moutons. Saint-Ouen a une particularité locale : le mouvement EPSO, né un peu avant les municipales, se réclame lui aussi ouvertement de gauche. Si on additionne les suffrages obtenus par chacune de ses formations politiques, la gauche est largement majoritaire à Saint-Ouen.
    Le schisme à gauche a, semble-t-il, pour origine une gestion du maire non conforme, selon les socialistes et les écolos, à l’accord signé avant les élections et à une pratique antidémocratique.
    condamnable. Il se dit que le maire n’en ferait qu’à sa tête et gouvernerait par oukases … mais bon, je n’en sais rien. Je n’ai jamais assisté à une séance du conseil municipal.
    En l’état actuel des choses, il ne semble pas que l’on ait trouvé une solution au problème. En tout état de cause, la gauche à Saint-Ouen donne un lamentable et affligeant spectacle. Elle a intérêt à se refaire – et vite – un santé, faute de quoi elle pourrait subir la sanction des électeurs audoniens, lassés par les manoeuvres et les combinaisons en tous genres.
    On remarquera, d’autre part, que l’occasion est offerte aux socialistes de s’emparer du fauteuil de Maire. Il serait étonnant qu’ils la laissent passer !
    Pendant ce temps l’opposition boit du petit lait …

  7. Ah, ces socialistes, tjrs les ennemis de .
    classe.
    on va bien voir, les socilistes ne furest jamais les ennemis de qui que ce soit..
    Vive la condamnation de la gauche qui gouverne.

  8. c’est tjrs le mme truc on propose une revolte et on croit mobiliser les moins mobilsants qui paraissent des petits revolutionnaires de merde et qui n’arriveront jamais à rien car changer de regime, c’est ifficile.

  9. Je crois comprendre qu’on se bouscule au portillon pour obtenir la tête de liste du Front de Gauche. On retombe dans les mêmes travers. Chacun prêche pour sa paroisse et on multiplie les crocs-en-jambe pour éliminer les concurrents potentiels.
    Ce n’est pas ainsi que l’on va convaincre les électrices et les électeurs de gauche. Ces messieurs et ces dames ne tirent aucune leçon du passé. L’union de la gauche ne saurait effacer ni l’originalité, ni la diversité de ses composantes ; cette originalité et cette diversité devrait être un facteur d’enrichissement de l’union, dès lors que chacun prend en compte l’intérêt d’ensemble du mouvement populaire et la place qui lui revient dans la vie et les responsabilités régionales et même nationales. Ce n’est apparemment pas le cas. Les querelles intestines au sein de la gauche ont repris de plus belle. Elles sont synonymes d’échec.
    Il faut désormais prendre en compte le fait que l’union de la gauche ne peut être la résultante d’on ne sait quelle “dynamique unitaire. ” L’union est un combat de tous les jours. Elle ne peut se construire qu’au prix d’une lutte de classe persévante et complexe, aussi bien dans les domaines social et politique que sur le plan des idées. C’est à la classe ouvrière et à l’ensemble des salariés de prendre les choses en main. Contrairement aux allégations de certains, la classe ouvrière au sens large du terme, doit jouer le rôle d’avant-garde, non seulement pour réunir la gauche, mais pour lutter efficacement contre le pouvoir de l’argent. Elle est la seule force sociale qui peut faire bouger les choses. Elle est apte à assumer le pouvoir à tous les niveaux.

  10. Le parisien d’aujourd’hui nous fait savoir que les élus socialistes et les verts ont quitté la séance du Conseil Municipal hier soir, après le vote des subventions aux associations … décidément, ça ne s’arrange pas !

    • Non c’était dès le début du Conseil… mais après deux heures d’interventions des Présidents de groupes (cf. notre article).
      Le Maire était prévenu mais n’a rien voulu ou su éviter. Elle n’a pas été capable de négocier et n’a visiblement pas les moyens de sa ligne “dure” au profit d’intérêts politiques un peu flous.
      Le groupe Communiste était à la peine pour défendre l’indéfendable c’est-à-dire ce Maire qui a peu de considération pour les militants communistes voire les élus PCF (“canal historique”).

      EPS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *