« Ça s’en va et ça revient ! »

Trafic : le maire prend l’affaire en main !?

Ce 28 septembre, une heure programmée dans l’agenda du maire pour parler de sécurité avec les riverains de la place du 8 mai et d’autres[1]  : c’est peu…. Si ce n’est que celui-ci annonce fièrement en préambule : « Nous avons réduit les points de deals ,on est passé de 7 à 2 ou 2,5 [2]» (sic !). Léger murmure d’étonnement dans la salle !

S’en suit une nouvelle réunion pour entendre les mêmes plaintes et questions des habitants comme en septembre 2020 à la salle Barbara et constater que les trafics se déplacent et que les riverains de ces points vivent toujours difficilement du fait des nuisances permanentes liées au trafic.

Des riverains qui disent témoigner auprès de la police mais sans aucun retour, des riverains qui disent s’organiser pour repousser les dealers et qui craignent des drames, un habitant évoquant l’agression dont il a été victime et quitte la ville, d’autres qui se posent la question.

Un grand sentiment d’abandon et à tous ces témoignages douloureux et excédés, on annonce une réunion commençant à 19h30 et qui doit se terminer à… 20h30 ! 

Il faut dire que les réponses apportées sont générales et habituelles : réappropriation et aménagement de l’espace public ; prévention auprès des plus jeunes ; réunion hebdomadaire du maire et de la commissaire de police ; réponses de la police nationale nombreuses mais peu fructueuses, réaffirmation que, depuis 2020, on est passé de 10 à 30 policiers municipaux [3],  l’insuffisance des réponses de l’Etat et de la Justice….et donc mettre la pression à G .Darmanin.

Quelques évolutions pourtant : la position du maire face à la légalisation du cannabis[4]  ; la relance du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) ; l’achat de logements par la ville Place du 8 mai, pour être majoritaire dans les copropriétés afin de réhabiliter les immeubles et leurs RDC commerciaux.

Le Maire conclut par un plan d’action à court terme :

  • Dès demain reprendre le dossier pour assurer la pérennité du Joli Mai,
  • Sous 10 jours : assurer l’accès à la piscine sans attroupement de dealers sur les marches,
  • Sous 15 jours : faire disparaître la voiture (planque de drogue) et son occupant permanent du domaine public, rue Anselme.
  • Reprendre la proposition d’un riverain de mettre en place un numéro vert pour enregistrer tous les témoignages des audoniens qui souffrent des trafics

Veni, vicci, exspecto ![5]

Cependant, nous sommes repartis avec beaucoup de questions sans réponse :

A quoi ont donc servi les Assises citoyennes de la sécurité ? A quoi servent les caméras de vidéosurveillances qui sont cassées au fur et à mesure qu’on les change ? Pourquoi un individu connu des services de police et de la population continue à « pourrir » la vie d’un quartier ? Que fait la Semiso contre les nourrices qui logent dans les logements qu’elles gèrent et qui sont connues des habitants ? A quoi servent les policiers municipaux recrutés qui ne peuvent pas réellement intervenir sur les points de deal et les 50 agents (!) de la Brigade du Respect et du Civisme ? A quoi sert seulement une intervention annuelle dans les classes pour parler des méfaits de la drogue ?

Nous savons tous la difficulté de cette lutte contre la drogue mais la politique municipale doit mieux prendre en compte les constats et témoignages des habitants pour agir vite et efficacement avec tous les services et partenaires concernés.

Dominique Garcia

 

En attendant celui de la ville, à lire ci-après dans « commentaire » un compte-rendu, sinon exhaustif du moins assez complet, des échanges lors de cette réunion.

[1] Environ 80 habitants présents.

[2] « 7 points de deals », à priori Vieux St-Ouen, place du 8 mai 1945, Cordon, 26 Schmidt, Arago, Michelet, Boute-en-train. Pour ces deux derniers, Michelet a été démantelé a priori sous W. Delannoy (dossier DGSI) et « les Boute » ont vu le trafic disparaître (pour l’heure) avec la fin du relogement et le murage des deux tours. Pour les 5 autres restant il faudrait vraiment nous dire ceux qui ont disparu ! Sans compter bien expliquer le concept du « ½ point de deal » qui reste un peu flou pour nous.

[3] Visiblement une affirmation non confirmée par l’opposition qui indique qu’il y avait 6 policiers municipaux au début du mandat, autour d’une vingtaine aujourd’hui. Donc on est encore assez loin du triplement des effectifs. Peut-être un malentendu et que le maire parle de « postes créés » (sur le papier) mais pas forcément pourvus à ce jour tant notre ville a du mal à recruter.

[4] K. Bouamrane qui semblait être opposé à la légalisation ( cf réunion à Mains d’œuvre du 11 mai 2016 avec B.Leroux et D.Vaillant dans laquelle il s’était contenté de passer le micro ; http://www.soignetagauche.fr/2016/05/occuper-le-terrain/ ) Il « semble » aujourd’hui suivre le député E.Coquerel sur le sujet.

https://www.tni.org/files/publication-downloads/vaillant.pdf

[5] Veni vicci exspecto « Je suis venu, j’ai vu, j’attends !».

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

4 réflexions sur « « Ça s’en va et ça revient ! » »

  1. Réunion sécurité place du 8 mai 1945
    Du 28/09/2022 – 19h30
    Présents : autour de 80 habitants, le Maire, son adjoint à l’urbanisme, la Conseillère départementale, le Député et sa suppléante, plusieurs autres élus municipaux, le Commandant de la police nationale, le Directeur de la prévention et de la sécurité et des membres de ses équipes.

    – INTRODUCTION de Karim Bouamrane : Nous avons réduit les points de deals « On est passé de 7 à 2 ou 2,5 » (sic !). Léger murmure d’étonnement dans la salle.
    – Pour nous, c’est fini le « c’est-la -faute-de-l’Etat », faut chasser les classes populaires. Il faut rassembler tous les partenaires, du présentiel, une politique de réaménagement.
    – On est passé de 10 policiers municipaux à 30.
    Trafiquants et police « c’est le jeu du chat et de la souris »
    – Des solutions existent, notre politique c’est : réappropriation des espaces publics, le paquet sur la prévention, obtenir le soutien de l’Etat.
    – Quid des « coques » (commerciales) place du 8 mai,
    – La légalisation du cannabis « c’est cacher ce sein que je ne saurais voir »(!?)
    – Il faut relancer un ANRU 2 et obtenir des financements à 100% de la police municipale (au lieu des 40 à 50% pour les caméras et autres),
    – l’objectif de la réunion : « vous entendre » (et terminer les échanges à 20h30),

    INTERVENTIONS DU PUBLIC
    – Aucune intervention, c’est une vraie souffrance, il faut arrêter l’omerta ,
    – On doit se débrouiller par nous-même pour empêcher les dealers d’entrer dans notre immeuble,
    – Mes clients ne veulent plus venir (profession libérale),
    – Quels sont donc les 2,5 points de deals qui subsistent ?
    – L’association le « Joli mai » risque de fermer car les salariés n’en peuvent plus et s’en vont,
    – J’ai été agressé, j’ai été contraint de me battre, nous quittons St-Ouen,
    – Pendant 2 mois, de 9h à minuit de la musique baffles à fond d’une personne dans la rue,
    – On ne peut rien faire mais que se passerait-il si musique à fond c’était devant la mairie ?
    – Pourquoi pas un « n° vert » ou un moyen de signaler, les incivilités, les désordres ?
    – Elus, fonctionnaires, personnel de La Poste, police… tout le monde passe devant le deal,
    – Présence de d’attroupent lié au trafic sur les marches d’accès à la piscine,
    – Les dealers soulèvent et remettent les grilles d’arbres pour cacher la drogue,
    – Voiture « ventouse » avec guetteur et signalée 5 fois à la police municipale sans résultat,
    – L’été, on a même eu droit au Barbecue des dealers, certains passent par le mur du cimetière,
    – Pourquoi une épicerie dans le quartier peut-elle rester ouverte aussi tard ?
    – A quoi servent les caméras si elles sont cassées systématiquement ?
    – Pourquoi ne ramasse-t-on systématiquement pas les tables, chaises, canapés des dealers ?
    – il y a des « nourrices » identifiées dans les immeubles de la Semiso, que fait le bailleur ?
    …/…

    REPONSES ET PRECISIONS
    -K. Bouamarane : « On n’acceptera jamais-jamais-jamais l’occupation du domaine public »
    Il n’y pas un quartier où on n’a pas rencontré les habitants Michelet, Vieux St-Ouen, 8 mai, Arago, Cordon, Schmidt…. « Tous les mardis, on voit la Commissaire ».(…) Donnez-nous des noms. Quand un point de deal est fermé, ils partent mais ils reviennent. Quand je vois le ministre de l’Intérieur, je lui dit qu’on n’a pas à se substituer à la police nationale. Côté prévention on n’a mis en place la BRC et passé de 15 à 50 agents. Même si l’Etat ne nous soutient pas… Nous on fait. On est passé de 10 à 30 policiers municipaux. Le « Conseil local de sécurité de prévention de la délinquance » (CLSPD) qui avait quasiment disparu a été relancé. Il faut mettre la pression sur Darmanin.
    -DGA à la Sécurité : les 5 caméras ont été remplacées dans les 24 h, il y a toujours quelqu’un derrière, bien que ça relève de Plaine Commune, on ramasse régulièrement le matériel des dealers sur les trottoirs. A l’origine la police municipale était présente de 7h à 19h puis 24h, on passe à 24h/24h.

    E. Coquerel (Député) : C’est un problème global qui ne relève pas de la mairie seule mais de l’Etat. La police passe 80% de son temps sur le trafic. Le problème c’est plus les nuisances que le trafic lui-même. Les gens qui sont dedans ne sont pas d’ici. Il faut des ilotiers. Cela relève de la police nationale. La légalisation au Canada a fait baisser de 60% le trafic. Il faut légaliser avec un encadrement de l’Etat.

    A.Ziane, 2ème Adjoint, (Urbanisme, finances) : l’aménagement est un levier par exemple sur C. Schmidt la ville travaille avec les 3 bailleurs autour du marché Ottino. Sur Bachelet, il y aura un projet sur le site très important du groupe scolaire Bachelet qui fermera en 2023. Place du 8 mai, la ville va acheter les logements pour être majoritaire dans les copropriétés afin de réhabiliter les immeubles et leur RDC commerciaux.

    CONCLUSION DU MAIRE
    Plan d’action à court terme
    1- Dès demain reprendre le dossier pour assurer la pérennité du Joli Mai,
    2- Sous 10 jours : assurer l’accès à la piscine sans attroupement de dealers sur les marches,
    3- Sous 15 jours : faire disparaître la voiture et son occupant permanent du domaine public

    Eric Pereira-Silva

  2. Bonjour

    Voici une vidéo sur YouTube qui résume assez l’état du trafic sur Saint Ouen.
    D’ailleurs cette vidéo est systématiquement supprimé quand elle publié sur les groupes audoniens Facebook …

    https://www.youtube.com/watch?v=GAFs9zGx0CM

    Je rajoute les articles sur le site du parisien.

    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/saint-ouen-un-homme-dans-le-coma-apres-avoir-ete-blesse-par-balles-06-07-2020-8348454.php

    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/trafic-de-drogue-a-saint-ouen-la-guerre-des-trois-cites-plonge-les-habitants-dans-la-peur-27-07-2020-8359473.php

    https://www.leparisien.fr/faits-divers/saint-ouen-deux-jeunes-de-17-et-25-ans-tues-dans-une-fusillade-15-09-2020-8384856.php

    https://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/mort-de-sofiane-et-tidiane-une-execution-qui-bouleverse-saint-ouen-15-09-2020-8385399.php

    https://www.leparisien.fr/faits-divers/saint-ouen-un-homme-tue-a-coups-de-batte-de-base-ball-04-01-2021-8417177.php

    https://actu.fr/ile-de-france/saint-ouen_93070/seine-saint-denis-18-interpellations-apres-une-rixe-en-pleine-rue-a-saint-ouen_34679696.html

    Je partage aussi ce lien où il est question d’une ex personne du c (modération)

    (…)

    Merci de la partager si vous le souhaitez …

    Cordialement

    .

    .

    Réponse EPS pour le blog :

    Merci pour cette vidéo (en libre accès sur youtube) et ces liens avec les articles parus, notamment dans le Parisien, sur l’historique des affaires de trafic qui ont ensanglantées notre ville. Evidemment ce n’est pas à la gloire de notre ville mais c’est une dure réalité comme en ont témoigné récemment les habitants vivant aux alentours de la place du 8 mai 1945.

    Concernant votre lien vers un texte paru sur facebook et qui évoquait une personne précise dans la sphère municipale nous avons hélas comme d’autres quelques informations similaires mais non vérifiées. Nous nous abstiendront donc ici de nous ériger en procureur sur la base de ce qui reste une rumeur. Et nous laissons les élus, dont ceux de l’opposition, s’en préoccuper.

  3. Bienvenue à la nouvelle commissaire

    L’actuelle devrait rejoindre Bobigny pour une importante direction.
    Fin novembre, le maire a convié les habitants de Bachelet Peri en mairie pour faire le point sur le marché pour le moins envahissant du hachich…
    Relevons qu’une suite de points forme une ligne dont on peut dire qu’elle passe plus par les errements et les fantaisies de son excellence que par des mesures positives et concrètes dont kb serait à l’origine, à la mairie comme à la Semiso.
    Rappelons qu’ une réu sur la sécu doit comprendre outre un représentant du commissariat, un du parquet et un de l’educ nat.
    Sinon c’est du bla bla égotique où notre super nombriliste se cache derrière les politiques de JR et de WD

    • La partie concernant les RH a été enrichie des parties réglementaires cette année mais les tableaux sont livrés sans réelle analyse et plaqués dans le rapport sans que des enseignements en soient tirés.

      La prospective financière est inexistante notamment en ce qui concerne l’évolution de l’épargne et donc des ratios financiers. L’évolution de la dette n’est pas explicitée. Pas grand chose s’agissant de l’augmentation des dépenses de fonctionnement en lien avec l’inflation et la crise de l’énergie. Bref c’est très léger et pas à la hauteur d’un budget aussi important.

      La PPI est une litanie de chiffres sans même une ligne pour décrire le programme de chaque opération. Sauf à ce que le calendrier détermine un ordre de priorité, les investissements ne sont pas classifiés entre eux . Il n’y a pas de relation entre l’épargne dégagée par la ville, la charge nette des investissements et l’évolution (soutenable ou non) de l’encours de dette. Bref on voudrait en dire le moins possible et être le moins transparent possible on ne s’y prendrait pas autrement.
      Seules 7 pages du ROB concernant les finances de la ville. C’est digne d’une copie d’une élève de première en Sciences économiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *