Audoniens et européens à St-Ouen

Pour les amoureux des chiffres et des lettres, nous avons pris le taureau par les cornes pour digérer les résultats des élections européennes dans notre ville et les restituer à nos lecteurs. En triant les pourcentages de chacun avec les intitulés de listes plus ou moins connues (et aux noms à rallonge). Mieux : en mettant le tout en regard des élections du même type de 2014.

Une bonne base pour une analyse partagée avec d’ores et déjà quelques enseignements :

  • Le corps électoral progresse sérieusement (+715 inscrits) à mettre en rapport avec l’opération des Docks et aux multiples programmes immobiliers (achevés et occupés)[1].
  • L’abstention recule dans une proportion inédite (-10,4%) mais reste le « premier parti » (sans compter les non inscrits !)[2].
  • La Gauche au sens large reste très majoritaire (56,5%) et progresse en pourcentage (+2,4%) et en voix (+ 1 644).[3]
  • Le parti arrivé en tête est EE-LV (19,5%). Il progresse en voix (+949) et en % (+4,7%). Un succès significatif dans une ville où, selon sa responsable locale, elle est la seule adhérente mais avec un certain nombre de « sympathisants »[4].
  • La France Insoumise en 3ème position avec 12,8% ne réédite pas son score du 1er tour des Législatives (19 %), normal et attendu. Déjà parce que ces deux élections sont difficilement comparables et peut être aussi du fait d’une certaine érosion ou volatilité de son électorat.
  • Le Parti Communiste occupe la 5ème position malgré son chef de file et une élue de Saint-Ouen sur la liste[5], ne recueille que 8,5%. Un net décrochage à relativiser néanmoins dans la mesure où l’érosion électorale était jusqu’ici masquée dans une coalition notamment avec le Parti de Gauche et le Front de Gauche.[6] Au final FI et PCF totalisent 21,4 % des suffrages quand l’ex Front de Gauche de 2014 en comptait 17,8%.
  • Le Parti socialiste en 6ème position (avec Place Publique), ne recueille que 8,1% des scrutins, assez loin de son score de 2014 (14,81%) du temps de l’ancien monde. Un recul assez prévisible dans le contexte actuel mais également à relativiser puisqu’à l’époque était déjà divisé mais toujours dans un seul parti.
  • Génération.s en 7ème position, le petit mouvement de Benoît Hamon issu des « Frondeurs du PS » est singulièrement actif depuis plusieurs années à Saint-Ouen. Malgré la défaite cuisante des Présidentielles, il recueille un score honorable : 599 voix (6,2%). A noter que le total PS + Génération.s est de 14, 4% soit l’équivalent de celui du PS de 2014 (14,8%)[7].
  • La Droite au sens large demeure minoritaire (25,7%) même en incluant le Centre Droit d’Emmanuel Macron( LREM- Modem).
  • LREM- Modem arrive en 2ème position sur le plan dans cette élection avec 1719 voix et 17,9% des suffrages. A priori, en grignotant peut-être un peu sur l’électorat socialiste mais surtout en siphonnant les voix de l’ex UMP devenu LR et un peu celles de l’UDI.
  • Les Républicains (ex UMP) semble donc être les grands brûlés du scrutin passant entre 2014 et 2019 alors que la population augmente de 726 à 370 voix et de 10,4% à 3,8%[8].
  • L’UDI et le Modem : ces deux partis, alliés en 2014, se présente séparément aujourd’hui, le premier en solo le second avec LREM. La recomposition en cours de la Droite depuis 2014 rend dès lors difficile de cerner le destin et le poids exact de ses différentes composantes. On notera toutefois que l’UDI le parti dont le Maire de Saint-Ouen est membre totalise sur la ville seulement 194 voix soit…2% des suffrages.
  • L’extrême Droite piétine et recule : avec 1201 voix et 12,5% des suffrages contre 16,9% il y a 5 ans[9] (-1,4 %). Le RN (ex FN) de Marine Le Pen passe de 13,9% à 10,5% (-3,3%), Debout la France (de Dupont-Aignan) de 3% à 1,5% et les Patriotes de Florian Philippot culminant à 0,5%.

Participation en hausse, succès des écologistes, résistance de la Gauche, poussée populiste freinée, nous laisserons bien sûr à d’autres le soin d’interpréter l’incidence des scores nationaux sur l’Europe actuelle et sur ses institutions européennes (Parlement, Conseil, Commission).

Pour ce qui est du local nous nous contenterons, à la lumière de ce décryptage précis des résultats dans notre ville, d’apprécier qu’ à Saint-Ouen la Gauche soit toujours majoritaire, que l’extrême Droite piétine et que la prise de conscience écologique progresse.

Alors que les partis politiques, du nouveau et de l’ancien monde, s’apprêtent à jeter leur dévolu sur la séquence municipale hasardons quelques conseils.

Bien entendu, chaque élection donne des indications sur la représentativité de chaque parti (à un moment donné). Toutefois, des élections Départementales aux Régionales en passant par les Présidentielles et les Législatives ou les Européennes, chaque scrutin a sa spécificité. Dès lors comparaison n’est pas raison

Il serait par conséquent bien hasardeux pour les partis quels qu’ils soient de picorer, ici ou là, quelques « scores » avantageux pour justifier la « tambouille » des têtes de listes et des postes d’élus avant d’avoir un projet précis et crédible pour les élections municipales. Un scrutin local où il faudra nécessairement commencer, ici et maintenant, à « faire de la politique autrement ».

C’est le sens de l’initiative « Saint-Ouen Alternative 2020 », engagée depuis plusieurs mois, pour construire un rassemblement de toute la Gauche et au-delà, dès le 1er tour, pour l’élection d’une nouvelle équipe municipale, associant citoyens encartés ou non, avec au cœur de la démarche la solidarité, la démocratie et l’écologie.

Eric PEREIRA-SILVA

[1] La Gauche « au sens large » : pour simplifier, de la Gauche dite « radicale » (FI, PCF), aux sociaux-démocrates ou «sociaux-libéraux »(PS) et l’ « extrême Gauche » (NPA et LO) en passant par Génération.s ou EE-LV. En gros tout ceux qui peu ou prou peuvent potentiellement siéger ensemble. On a ainsi vu en 2008, J. Rouillon (ex PCF) débarqué de sa majorité « Soigne ta Gauche » au profit notamment de l’entrée dans la majorité de Lutte Ouvrière (qui sera beaucoup moins contrariante pour elle). Par commodité nous n’avons pas pousser l’analyse Gauche/Droite pour les multiples 20 petites listes ayant obtenu moins de 1% de suffrages et qui totalisent 185 voix et 1,9% (dont 936 voix et 1% pour Les Patriotes et Alliance Jaune !).

[2] Le corps électoral : au vu des nombreux programmes en construction qui ne sont pas encore livrés on imagine sans peine que la population va continuer à croître de manière assez spectaculaire et donc aussi le nombre d’inscrits sur les listes électorales et donc d’électeurs venus « d’ailleurs ».

[3] Les non inscrits : ceux qui le sont par choix et s’ajoutent aux abstentionnistes mais aussi ceux qui n’ont pas le droit de vote c’est à dire les personnes de nationalité étrangère (sauf aux Européennes pour les rares ressortissants Européens) donc plusieurs milliers d’adultes de plus de 18 ans (en âge de voter) et qui, pour un certain nombre, réside en France depuis des décennies.

[4] L’électorat EE-LV à Saint-Ouen : à l’évidence celui-ci dépasse largement le petit cercle des « sympathisants » d’ailleurs pas très identifiés. Un parti, représenté aujourd’hui à Saint-Ouen par Dina Deffairi. Le national a beaucoup déçu par ses crises internes et surtout les ralliements de plusieurs de ses dirigeants à LREM. Nouvelle sociologie et vote « utile » semblent donc, ici comme ailleurs, expliquer cette poussée. Enfin, pour mémoire, Soigne ta Gauche qui se garde de donner des consignes de vote (y compris à ses adhérents), a très largement voté pour cette liste écologiste (et notamment les 4 membres de son Bureau). Ce n’est pas une grande surprise puisque cette association citoyenne a longtemps côtoyé politiquement les Verts (dont Rémi Fargeas ex Adjoint au Maire de St-Ouen et Michel Bourgain ex Maire de l’Ile St-Denis, tous deux soutenant aujourd’hui… la France Insoumise).

[5] Les candidats PCF « tirant » la liste : incarnant un vrai renouveau, le dynamique et très apprécié Ian Brossat comme n°1 (élu du 18ème, Maire Adjoint au logement de Paris) et Emilie Lecrocq infatigable militante et opiniâtre Conseillère municipale d’opposition (Présidente du Groupe « Avenir Saint-Ouen »).

[6] Le PCF (PG et le Front de Gauche) : le PCF émargeait seul à 17,11% en 2004, à 17,57% avec le PG en 2009 et donc 17,79 % en 2014.

[7] A noter qu’Henri Lelorrain (ancien Conseiller délégué aux Sports et – un moment – Président du groupe PS au Conseil municipal), fut aussi sur la liste PS des Européennes de 2014 (26ème/30 pour les candidats socialistes d’Ile de France). Sorti avec d’autres du PS, il était aux dernières nouvelles un des principaux animateurs du groupe Génération.s de Saint-Ouen.

[8] Parmi les rares « Républicains » connus à St-Ouen on citera notre Adjointe aux affaires sociales (tendance Manif. pour tous)  : Marina Venturini.

[9] Extrême Droite : en considérant que Debout la France – en 2014 – est d’extrême Droite.

 

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions au sujet de « Audoniens et européens à St-Ouen »

  1. Une gauche majoritaire mais éclatée. Des écolos qui font un très bon score pour ce genre d’élections. LR et UDI ringardisé par LREM. Bref une situation propre à cette élection et qui ne présage en rien de ce qui se passera dans un peu moins d’un an.

  2. Mettre EELV entièrement dans la catégorie « gauche » est peut être un peu aventureux si le but est d’en tirer des conclusions pour la future municipale…

  3. « Il serait par conséquent bien hasardeux pour les partis quels qu’ils soient de picorer, ici ou là, quelques « scores » avantageux pour justifier la « tambouille » des têtes de listes et des postes d’élus avant d’avoir un projet précis et crédible pour les élections municipales. Un scrutin local où il faudra nécessairement commencer, ici et maintenant, à « faire de la politique autrement ».

    Certes mais n’oublions pas aussi les possibles accords entre parti au niveau national. Imaginons par exemple que le PS, EELV et le PC décident de passer un accord pour des listes communes. Quid au niveau local ?

    « La Gauche « au sens large » : pour simplifier, de la Gauche dite « radicale » (FI, PCF), aux sociaux-démocrates ou «sociaux-libéraux »(PS) et l’ « extrême Gauche » (NPA et LO) en passant par Génération.s ou EE-LV. En gros tout ceux qui peu ou prou peuvent potentiellement siéger ensemble. »

    Une gauche majoritaire mais cela ne lui sert à rien puisqu’elle est divisée. LFI siégeant avec le PS, je demande à voir. Ceci étant ils devraient siéger ensemble si ils avaient vraiment conscience de la gravité de la situation dans ce pays.

    « Le corps électoral : au vu des nombreux programmes en construction qui ne sont pas encore livrés on imagine sans peine que la population va continuer à croître de manière assez spectaculaire et donc aussi le nombre d’inscrits sur les listes électorales et donc d’électeurs venus « d’ailleurs ».

    Et pour qui vont ils voter (ou pas) ? Droite ? Gauche ? Extrême Droite ou Gauche ? Les futurs candidats vont devoir se transformer en agriculteur et labourer, labourer le terrain électoral.

    Des surprises et des rebondissements sont à prévoir dans les semaines et les mois à venir.

  4. Il est dommage que le(le) Président(e) de la Commission Européenne ne soit pas élu(e) au suffrage universel direct par 512 millions habitants des 28 pays membres.

    Par ce qu’elle est la seule à être capable de tenir tête aux GAFAM, et de leur infliger des amendes, espérons que la commissaire à la concurrence Margarethe Vestager soit élue Présidente de la Commission Européenne.

    Pour la stabilité de l’euro, la monnaie commune des 28 pays, espérons que Jens Weidmann soit nommé Président de la Banque Centrale Européenne.

    Bravo aux électrices et aux électeurs du bureau de vote n°9, qui ont infligé au RN son plus mauvais score à Saint-Ouen (5,69%).

    Lors des prochaines élections européennes de mai 2024, espérons qu’à Saint-Ouen le score de l’extrême droite ne dépasse pas 7%.

  5. … « total gauche, total droite » … hum… on voit le parti pris rien que dans la redaction du document… depuis quand EELV est « à gauche » et LREM « à droite » … hum et … pourquoi l’extrême gauche n’apparait pas ? Désolé les amis, mais le PCF, lutte ouvrière et les insoumis ne sont pas LA GAUCHE… Non, mais, redescendez de votre nuage !! Hallucinant !!

    • @ Fabien L’Audonien

      C’est vrai les classifications d’antan ne sont pas immuables. Mais jusqu’à preuve du contraire Europe Ecologie-les Verts est encore largement à Gauche et LREM plutôt de Centre Droit.

      Quant au PCF, Lutte Ouvrière et Insoumis ils sont de Gauche du moins jusqu’à nouvel ordre voire représentent ce que certains appellent « la Gauche radicale ».

      Si vous avez une grille de lecture plus subtile, n’hésitez pas à nous la communiquer en réaffectant les résultats dans les bonnes cases. On est pas ici sur un gros nuage et on ne demande qu’à apprendre.

      Dans l’attente (impatiente) de vous lire.

      EPS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *