Gazette tristounette

L’édition de mai du journal municipal est, une fois encore, au mieux un non événement, au pire une insulte à l’information des citoyens et à la vie démocratique. Avec son humour corrosif, notre honorable correspondant, Philippe Mayer, nous livre son billet habituel sur cette feuille de chou qu’il nous fait apprécier à sa juste valeur.

Petite forme pour le Maire en ce moment. Delannoy a une petite mine. Un Conseil qui part en eau de boudin, en quenouille, en cacahuètes, en couille, en capilotade (à choisir selon, l’âge et les préférences de mes lecteurs), des élus de la majorité qui flanchent et quittent ostensiblement la séance « une majorité de merde » qui lui demande juste de respecter l’information des élus du Conseil. Une Adjointe aux finances qui lorsqu’elle parle d’elle-même se qualifie à la troisième personne de « Madame le Maire » (simple lapsus ou envie d’en découdre ?).

On sent l’année de trop poindre son nez. C’est qu’au bout de cinq ans, les élus, les habitants et bien d’autres encore ont pu se rendre compte de l’inefficacité, de la médiocrité, de la bêtise et de l’incompétence d’une majorité que nous aurions pu qualifier de « merde » mais dont nous laisserons au Maire l’exclusivité de ce qualificatif. Pour une fois que nous sommes d’accord avec Delannoy nous n’allons pas le contredire d’autant que dans le terme « majorité » nous l’incluons également (cherry on the cake).

Petite forme écrivais-je car la feuille de chou municipale est bien pauvre en ce bien triste et gris mois de mai 2019.
Un édito dans lequel le Maire tente de justifier sa politique récurrente de la chaise vide. Quand on voit son attitude en Conseil on se dit qu’effectivement il n’est pas nécessaire qu’il fasse honte à tous les Audoniens en se rendant à des réunions où il est censé nous représenter. Qu’il reste chez lui à regarder les Z’amours. Grand bien lui en fasse. Sinon on sent que l’édito a été travaillé. Ça a phosphoré sous les casques à friser : « Agir, c’est déterminer, produire, faire et assumer. C’est se battre, oser, transformer, mais aussi donner, transmettre et partager ». C’est beau comme du Ronsard.

Sinon comme il faut meubler on nous fait le coup de nous faire un reportage avec force photos sur une nouvelle école. Pas moins de six pages en comptabilisant la une. C’est carrément un panégyrique. Il faut bien dire qu’il s’agit du seul et unique investissement de ce mandat. Le seul équipement décidé et ouvert par cette majorité durant les six ans qui viennent de s’écouler… Du coup on nous en tartine, on nous fait des effets de manche, on en fait des tonnes. Mais au final pas grand-chose à en dire… D’ailleurs la taille et le nombre des photos en dit long sur la vacuité des textes. Et la petite pique sur le manque cruel d’écoles lié à l’incompétence des prédécesseurs alors même que ces derniers en ont construit trois lors du dernier mandat et que Delannoy ne pourra se targuer de n’en avoir lancée qu’une seule en six ans. Quoiqu’il en dise, les prédécesseurs en ont construit trois fois plus que lui. Les chiffres sont têtus.Gazette

https://fr.calameo.com/read/000855918668a354f70e4?fbclid=IwAR0enVVAx2XexR7SQznDvjCcIBEPiFSHRGbazV4n7bXBjhIREEIrZk6daAs

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *