Conseil municipal : trop plein avant noyade ?

Unknown

Pas moins de 58 délibérations soumises au Conseil municipal de ce lundi 18 juin avec un dossier remis à chaque élu il y a quelques jours seulement. 2,9 Kg et un peu plus de 650 pages ![1] Qu’ils soient de la Majorité ou de l’Opposition, autant dire que peu de conseillers auront le « loisir » de prendre réellement connaissance des rapports (surtout en l’absence de travail préparatoire sérieux en commissions). Evidemment, pas trop grave pour ceux qui votent les yeux fermés. 

Morceaux choisis dans cet embouteillage de décisions[2] avant l’été :           

n° 2 Plan Local d’Urbanisme désormais intercommunal (PLUi) et notamment les orientations de son Projet d’Aménagement et de Développement durable (PADD). Où l’on évoquera peut-être pour la « limitation des voitures » la rue des Rosiers, pour « la diversité des logements » l’arrêt du social ou l’atterrissage de l’Hôpital Grand Pars Nord en cœur de ville à Garibaldi.

– n°24 Convention d’objectifs Ville de St-Ouen – Red Star. On reparlera sans doute à cette occasion du devenir du stade Bauer et du retour, un jour, d Club désormais en ligue 2 à St-Ouen.

n°42 Chantier Wonder : Protocole avec la Foncière Volta sur les nuisance sonores et acoustiques du chantier (ndlr : de démolition et dépollution) en se gardant d’évoquer l’action des parents d’élèves et même le projet de construction du fameux « Village des Rosiers » (chantier qui ne pourra lui être engagé qu’après levée des recours contentieux contre le permis de construire …),

n°44 Conservatoire : attribution du marché de Maîtrise d’œuvre (architecte) en lieu et place de Mains d’œuvres (1 rue Charles Garnier). C’est le projet du Cabinet Daniel Rubin / Atelier Canal qui a été retenu par le jury de concours du 2 octobre 2017 puis le 5 mars et le 16 mars 2018 (au moins on ne risque pas le point de côté !). Sur la base de 9,9 M€ HT de travaux une rémunération d’1,5M€ d’honoraires. On attend avec beaucoup d’attention le calendrier.

n°45 : 49 boulevard Biron,

n°47: ZAC Porte de St-Ouen,  

n°48 : aménagement du secteur Hugo Peri

n°49 aménagement du secteur Pasteur Zola 

Pour toutes ces opérations, confiées à la Semiso, les Comptes Rendus Annuels à la Collectivité (CRACL), comptes rendus financiers et d’activités, sont bien tardifs (un an de retard au bas mot), puisqu’on demande au Conseil le 18 juin 2018 d’approuver les actions et les comptes arrêtés au 31/12/2016 ! Ouf ! A chaque fois on donne « les perspectives 2017 » !

Incurie ou retard délibéré ?

Surtout que les conseillers de la majorité « qui font confiance » à la Semiso et à son Président ne s’arrêtent pas à ses broutilles : l’année 2017 c’est très bien passée et le 1er semestre 2018 a été impeccable.

D’ailleurs ces détails de calendrier seront sans doute à l’avenir réglés puisque la a Semiso (délibération n° 51) va voir ses statuts modifiés pour « élargir le périmètre de son objet social », pour prote(ger) ses actionnaires, encadre(r) les pouvoir de ses dirigeants et « augmenter les représentants de la collectivité « (avec des représentants de l’opposition ?)

***

 

[1] dont environ 170 numérisées sur un CD. Soit 500 pages environ par dossier, en disons 45 exemplaires, ça fait pas loin de 30 000 pages papier (2 arbres)… pour cette seule séance.

[2] sans oublier pour les amateurs de chiffres et les experts, les approbations assez formelles de 18 délibérations concernant l’approbation du compte de gestion et du compte administratif 2017 avec l’affection de son résultat pour le Budget principal et ceux pour de la restauration, du stationnement, du camping de St-Pair, des soins infirmiers et de l’addictologie. N°3/4/5, 11/12/13, 16/17/18, 21/22/23, 27/28/29 et 32/33/34.

*

CM 18 6 2018 p1 CM 18 6 2018 p2 CM 18 6 2018 p3 CM 18 6 2018 p4 CM 18 6 2018 p5

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

4 réflexions au sujet de « Conseil municipal : trop plein avant noyade ? »

  1. Ca ressemble à la bureaucratie soviétique. Voilà le résultat de plusieurs années d’opposition aux cocos. Not bon maire a fini par être contaminé.

  2. Comment voulez-vous que la population s’intéresse aux enjeux locaux et à la politique.
    c’est indigeste. Mettre des sujets d’importances pour l’avenir de la ville dans un conseil municipal aussi chargé, c’est tout simplement stupide ou preuve d’un mépris total de la population. Aussi une volonté de faire passer des sujets d importances à la va-vite pour empêcher toutes réflexions car de ce que j’ai compris ni les élus ni l’opposition ne sont en capacité de nous dire ce qu’ils votent exactement. Que dire de la population , on ne voit jamais les élus dans les quartiers et on ne les entend pas plus au conseil municipal.
    On a une imitation de SARKO, vulgaire et irrespectueux qui devrait apprendre à parler aux gens.

  3. La politique ultra liberale de delanoy/macron est insuportable. Peut on deposer des recours pour contester le conseil minicipal? de quels moyens dipose t-on pour faire annuler les dernieres elections municipales?

  4. 58 points à l’OJ de ce Conseil de juin.
    Soit 2 points de plus qu’au Conseil de décembre 2012.

    « Les records absolus » dixit Delannoy ci dessous, ne sont ils pas faits pour être battus ?
    Delannoy plus champion que Rouillon !

    Alors dans l’opposition, en 2012, Delannoy vitupérait contre les OJ trop chargés. Et il en interpellait les socialistes.

    Extraits :

    « 56 délibérations à l’ordre du jour alors que depuis 15 ans elles étaient ENTRE de 30 et 40 maximum afin de permettre à l’expression démocratique d’exister. Mais depuis plus d’un an tout est mis en œuvre pour étouffer les interventions des élus qui posent peut être les bonnes questions sur le fonctionnement opaque de l’action municipale.

    Depuis des mois, nous alertons le Maire sur le fait que les ordres du jour des conseils municipaux étaient trop chargés, ne réunissant pas les conditions d’un véritable débat démocratique.

    Face à cet entêtement, nous avons appelé le groupe Socialiste à intervenir et à peser de tout son poids pour contraindre le Maire à revenir à la raison, avec le retour de séances mensuelles et non plus tous les deux ou trois mois comme c’est le cas actuellement, alourdissant ainsi les ordres du jour.

    Malheureusement nous n’avons pas été entendus, et lors de la séance du 1er octobre (après 3 mois sans conseil), nous avons eu la désagréable surprise de constater que l’ordre du jour comportait pas moins de 54 délibérations.

    Un record absolu qui a conduit à une séance de 7h30 (18h => 1h30), avec des points importants en fin de séance quand les élus sont bien épuisés et ne demandent qu’à aller se coucher.

    Nous pensions alors avoir atteint le paroxysme du déni de démocratie mais pensez-vous, c’était sans compter sur Jacqueline Rouillon et le soutien infaillible du groupe Socialiste qui semble se spécialiser dans le maniement du double discours ! Une position de soumission devant les méthodes du Maire, et face aux Audoniens et militants, des discours et déclarations d’intention belliqueuses, voire de scission. »

    http://www.audonien.com/spip.php?article535
    Ce site, comme je l’ai déjà signalé ici même, est une mine d’information.

    Elu depuis 4 ans, pourquoi Delannoy ne revient il pas à un Conseil mensuel ?
    Quels sont les motifs, les raisons ?

    Voilà une thématique, qui pourrait faire l’objet d’un édito ou d’un article dans le journal de la ville, autrement plus intéressant que le rapprochement très très limite entre l’expression de mécontentement sur sa politique écrite sur les réseaux collaboratifs et les actes de la collaboration.

    Ou bien il pourrait expliquer l’art et la manière de dénoncer quand il siège dans l’opposition et d’appliquer les mêmes recettes quand il siège dans la majorité.
    Déni de démocratie écrivait il en 2012, n’est-ce pas toujours d’actualité en 2018 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *