Législative : division et dispersion

Capture d’écran 2017-05-20 à 18.28.53

Entre les parachutés, ceux qui pensent avoir un destin, les égarés et les représentants des partis en place, notre circonscription fait le plein de talents pour les prochaines élections législatives avec pas moins de 21 candidats. Un record ![1] Pas sûr que les citoyens s’y retrouvent dans cette période de recomposition politique hasardeuse.

Avec la nécessité d’obtenir les voix de 12,5% des inscrits pour figurer au 2ème tour du scrutin ou d’être dans les deux meilleurs scores), l’incertitude est aujourd’hui totale ici d’autant que chacune des grandes familles politiques est divisée et que l’abstention sera significative.

Dans cette 1ère circonscription de la Seine St-Denis (Saint-Ouen, Epinay, l’Ile St-Denis et St-Denis Sud), bien ancrée à « Gauche », Bruno Le Roux était député depuis 20 ans jusqu’à sa très récente succession par Yannick Trigance[2]. Cette élection sera décisive pour les capacités à gouverner de la nouvelle Majorité d’Emmanuel Macron conduite par son 1er Ministre Edouard Philippe (jusqu’ici membre des Républicains).

Voici la liste des titulaires sur notre circonscription :

A Gauche (6) 

Eric COQUEREL (France Insoumise)*, Dina DEFFAIRI-SAISSAC (EE-LV), Frédéric DURAND (FdG-PCF)* +, Mariz LECHESNNE (DVG), Bocar NIAME (DVG), Yannick TRIGANCE (PS)*

A l’Extrême Gauche (3)

Anne-Laure CHAUDON (LO), Elise LECOQ (NPA), Jonathan WILSON (POID)[3]

A Droite (3)

Kamel BENSSAHA (UPR), Marina VENTURINI (LR-UDI)*+, Lorenzo de la ROCHEFOUCAULT (DVD)*

A Droite-Gauche (1)

Sébastien MENARD (LREM)*

A l’Extrême Droite (1)

Gérard LEVENTAL (FN)*

Ailleurs ou non identifiés (7)

Mohamed BENTAHAR +, Nadia BOUARISSA, Patrick D’HONDT, Stéphane LOBBE, Rachid LOUNES, Samir LAIDI (PFM)[4] +, Wilene PILATTE

Dans cette longue liste, a priori, l’essentiel des votes se portera sur les 7 candidats repérés ici par un astérisque * (ce qui est déjà beaucoup).

Nous y reviendrons très prochainement et notamment quand on en saura un peu plus sur chacun(e), son étiquette, son programme, le ou la suppléant(e) et leurs faits d’armes (s’ils en ont).

A noter d’ores et déjà que 4 Conseillers municipaux de St-Ouen sont candidats titulaires 1 à Gauche pour l’opposition municipale (F. Durand) et 3 pour la « Majorité » de William Delannoy (M. Venturini, M. Bentahar et S. Laïdi).

 

[1] Record ex æquo avec la 7ème circonscription Montreuil-Bagnolet en nombre de candidats en Seine St-Denis (178 candidats pour 12 sièges)

[2] Bruno Le Roux abandonnait son poste il y a quelques mois pour devenir un très éphémère Ministre de l’Intérieur contraint à la démission pour les emplois répétés de ses enfants. Sa candidature aurait été refusée par la Direction du PS .

[3] POID : Parti Ouvrier Indépendant et Démocratique

[4] PFM : Parti Français et Musulman

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

11 réflexions au sujet de « Législative : division et dispersion »

  1. Le temps est venu où il ne suffit plus d’être, chacun dans son coin, des petits colibris… C’est pourquoi j’ai adhéré à l’écologie politique. Rachid Lounes, Candidat du Mouvement écologiste indépendant (MEI) aux législatives des 11 et 18 juin prochains dans la 1e circonscription de Seine Saint Denis.
    Le MEI est le seul parti qui analyse chaque acte sous la loupe écologiste : préserver la nature, la planète, dans l’intérêt des terriens. Et tout peut passer sous cette loupe : le social, l’économie, le terrorisme, l’Europe, la santé, etc. C’est la nature qui guide les comportements humains. Il faut donc se soucier de notre impact sur la nature. Ainsi, quand la crise écologique va s’amplifier, les gens vont être tentés par les discours sécuritaires de l’extrême-droite. Le MEI propose donc par exemple la fin du quinquennat et l’avènement du septennat unique, avec référendums d’initiative populaire. Il faut engager la transition énergétique, en diminuant le gaspillage, en vivant de façon moins gourmande pour, au fur et à mesure, fermer toutes les centrales nucléaires françaises, à commencer par Fessenheim. Si le MEI veut vivre sur un territoire beau et plein de vie, il souhaite aussi passer un contrat social avec les agriculteurs pour leur double mission : produire une alimentation de qualité et gérer un territoire vivant. Il faut consommer local pour développer l’emploi et diminuer la pollution.
    Côté éducation, je suis contre le collège unique, mais souhaite une meilleure orientation pour les jeunes et davantage de passerelles.

  2. « Côté éducation, je suis contre le collège unique, mais souhaite une meilleure orientation pour les jeunes et davantage de passerelles. »

    C’est tout ? Rien d’autre ?

  3. 21 candidats sur la ligne de départ pour une place à l’arrivée. Un vrai jeu de « massacre ». Cependant il y a « mieux » : dans la 18éme circonscription de Paris, il y a 25 candidats.

    Les inconnus

    L’élection cette année est très incertaine. Il y a, en effet, plusieurs inconnus.

    En premier lieu, que vont faire les électeurs du PS ? Vont ils rester fidèle à leur parti (qui est particulièrement mal en point) ou vont ils voter pour le candidat Macron ?

    Pour les électeurs LR, là aussi il y a un choix à faire. Vont ils accepter « la main tendue » par Macron (Un premier ministre et deux ministres issus de LR) ou vont ils rester fidèle à un parti qui est divisé entre les « durs » qui veulent incarner l’opposition à droite et ceux qui désirent une « opposition constructive » ?

    En ce qui concerne « la gauche radicale ». FI et PCF ne s’étant pas mis d’accord, que vont décider les électeurs ? Vont ils pencher du côté Coquerel (avec comme soutien Rémy Fargeas) signifiant par là une « certaine fidélité » à Mélenchon (qui a demandé à « ses » électeurs de rester groupé) ? Où vont ils rester fidèle au PC considérant que Coquerel n’est qu’un parachuté et que le vote en faveur de Mélenchon ne valait que pour la présidentielle ?

    Boccar et Dina : le premier se présentant en son nom propre et la seconde au nom d’EE-LV. Figure connu sur la ville, ils peuvent prendre des voix (les électeurs étant dégoutés par les divisions à « gauche ») à FI, PCF et PS. Dans quelle proportion ? Mystère ? Cependant, en ce qui concerne Boccar, il pourrait y avoir une surprise. Il faut se rappeler le score de Keita à l’élection municipale de je ne sais plus quand.

    Sébastien Ménard : un parachuté totalement inconnu qui surfe sur la « macronmania ». Le concurrent le plus « dangereux ». Comment les électeurs vont ils percevoir ce candidat ? Là aussi mystère.

    La Rochfoucauld : Saura t il séduire l’électorat de droite ? Et dans quelles proportions va t il « grapiller » des voix ?

    Le FN : concurrent direct de la candidate de LR, il risque de la priver d’un nombre non négligeable de voix. Dans quelles proportions ?

    LO, NPA, POI et les autres : score marginal mais autant de voix en moins pour les « principaux » candidats.

    Les enjeux

    Pour la candidate de LR, l’enjeu sera d’empêcher les électeurs de droite de filer chez Ménard/Macron tout en limitant au maximum le score du FN. Attention à ne pas se « radicaliser » en voulant récupérer les voix de ce dernier.

    La Rochefoucauld : Il doit se faire connaitre et faire en sorte d’incarner la droite « légitime » alors qu’il n’a pas obtenu l’investiture de LR.

    Pour le candidat PS : empêcher les électeurs socialiste de filer chez LRM (voir chez Mélenchon). Faire en sorte que les électeurs écolos votent pour lui.

    Pour le candidat PCF : empêcher les électeurs d’aller, non pas chez Ménard (quoi que) mais chez le candidat de FI.

    Pour le candidat FI même chose mais en sens inverse. Le soutien de Rémy Fargeas pourrait signifier une volonté de « séduire » l’électorat écolo (ou tout au moins une partie). En outre le candidat FI devra se faire connaitre et faire « oublier » son parachutage.

    Les deux se réclamant d’un soutien à (et de pour FI) Mélenchon, cela risque de favoriser une certaine confusion.

    Pour le candidat « d’En Marche » ce n’est pas aussi simple :

    se faire connaitre, faire oublier, lui aussi, son parachutage.
    capter à la fois l’électorat de LR et du PS sans oublier les écolos.

    Mais le danger absolu pour TOUS les candidats c’est l’ABSTENTION, qui pourrait être importante vu l’éclatement du paysage politique à Saint Ouen.

    Conclusion : c’est le flou total et il est, pour le moment, objectivement impossible de faire un pronostic.

  4. Différentes mesures doivent être présentées à Paris par les ministres de l’Economie Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel dans le cadre du plan franco-allemand pour la croissance. Elles « prévoient entre autres une flexibilisation du marché du travail en France, ainsi qu’un assouplissement des 35 heures dans de nombreux secteurs. En outre, le document plaide pour un gel des salaires pendant trois ans pour rendre les entreprises françaises plus compétitives », écrit l’hebdomadaire allemand Der Spiegel qui affirme avoir eu accès au projet sans citer davantage de détails.

  5. 21 candidats, et en plus, il n’y aura pas de candidats ID-STG, la conscience morale écologiste et de Gauche de notre circonscription. 😉

  6. Quelle mascarade ! Désolé mais les votants ne sont pas dupes. Le parachutage de Ménard, habitué à la technocratie et loin voit très loin des attentes de notre territoire.
    Je voudrais bien savoir comment un candidat (peu cité médiatiquement d’ailleurs) comme Mohamed Bentahar prend ce pied de nez d’en marche ?
    Pour rappel, et là « Google et ton ami » il est à l’initiative du plus gros comité en marche, c’est engagé très tôt auprès du candidat à la presidentiel et quel remerciement…
    rien que pour ça vous avez ma voix et celle d’autres nombreux électeurs, pas dupes, et favorable à un candidat vraiment du terroir !

  7. Bonsoir à tous, de retour sur id stg après une longue absence! Je partage l’analyse de Joseph compliqué d’y voir clair mais en même temps ce nouveau paysage politique est nécessaire et marque un renouveau de la vie politique nationale et bientôt locale. Je crois que les dernières élections des dernières années ne nous ont pas permis de faire de véritables choix, nous n’avons pas toujours eu des votes de convictions mais des votes contestataires. Ce troisième tour des élections présidentielles nous permet de faire enfin, un vrai choix et sortir définitivement de cette logique des partis (car ils n’ont plus vraiment la côte depuis Macron, ce qui était prévisible vue la tambouille interne qui y règne depuis un moment). C’est la raison pour laquelle je soutiens Bocar qui est quelqu’un qui a toujours été dans l’ombre d’une personnalité(MK) ou d’un parti (eelv) et qui en réalité montre aujourd’hui qu’il a les capacités, connaissances peut partir seul (sans étiquettes) mais avec le soutien d’un grand nombre d’audoniens et d’associatifs qui connaissent son boulot sur le terrain! Je crois, aussi, qu’il créera la surprise. On n’y croyait pas ni pour Hamon, ni pour Macron, donc aujourd’hui tout est possible. Avant qu’il ne déclare sa candidature, j’avais l’intention de m’abstenir! Donc c’est une très bonne nouvelle. Quelque soit le résultat, je pense qu’ il s’agit d’une première étape et que nous aurons besoin d' »Agir » pour la suite pour créer une opposition crédible face à l’actuelle majorité.

    • @ Saly

      Une opposition crédible c’est à dire avec des propositions sérieuses et en capacité de rassembler autour d’une équipe.

  8. Eric, les propositions ne peuvent être sérieuses que si elles ne s’éloignent pas des véritables attentes des audoniens. Ras le bol de ces élus qui pensent et décident seuls et souvent mal ou de ceux qui subissent sans réagir! Des élus toujours aussi éloignés de la population! Il n’y a pas plus frustrant de se voir imposé des mesures, restructurations, sans avoir la possibilité de s’y opposer parce que nous n’avons plus sur cette ville le moyen de le faire! Michel je parlais de la majorité municipale, pour Marie, je ne sais pas!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *