Déboutés, mais pas résignés.

IMG_6202

Ils sont treize à avoir assigné l’Etat français en justice pour discrimination pour contrôles au faciès par la police. Une sorte de class-action militante qui a fait de pleines pages récentes dans le journal Libération[1].

Si la justice a finalement botté en touche en renvoyant sur le « politique » ces militants ont au moins obtenu que le Défenseur des droits (Dominique Baudis) s’en mêle et constitue un groupe d’experts sur les pratiques contestées.

Parmi les contestataires, des jeunes hommes tous noirs ou arabes, un audonien connu Bocar Niane engagé à EE-LV [2].

Il a porté plainte suite à un contrôle à Saint-Ouen effectué alors qu’il sortait de l’immeuble de ses parents avec ses deux sœurs marchant d’un pas pressé, la tête recouverte d’une capuche (et ndlr : indubitablement noir de peau) dans une ville « abritant un fort trafic de drogue ». Ceci expliquant cela.

En résumé les jeunes, même noirs, ne sont pas tous des dealeurs !

A suivre…


[1] 12/9/2013 : « Discrimination : des élus passent à la class-action », 3/10/2013 : « Contrôle au faciès : la justice élude », 15/10/2013 : Contrôles d’identité Baudis s’interpose »

[2] il avait également figuré sur la liste EPSO aux Municipales de 2008 aux côtés de Mamadou Keita et pourrait d’ailleurs demain devenir un honorable conseiller municipal.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions sur « Déboutés, mais pas résignés. »

  1. pour Bocar Niane je suis d accord pour sa plainte ,je le connais depuis 2008 c est une personne droite tranquille quelqu un de bien mais pour beaucoup d autres qu ils arrêtent de se POSER EN VICTIME
    il faut les voir comment certains provoquent, la police et plus encore
    ils se crois au dessus de la loi
    en gros se comportement m emmerde au plus haut point

  2. Certains dans l’Administration ont des reactions de TYPE COLONIALISTE et pas seulement dans la Police….(Impots, Mairie, Controleur RATP, Securité Sociale, La Poste….)

  3. Il parait que les marcheuses de Belleville (entres autres quartiers) pourraient porter plainte contre la police au motif que celle ci n’aimerait pas les Asiatiques…

    La police agit dans les quartiers comme ils sont avec la population qui s’y trouve.

    En matière de petites ou grosses bêtises, j’invite M. Niane à passer un journée au TGI de Bobigny, il pourra porter plainte contre les juges qui sont aussi méchants …

  4. j ai appris que dans le 93 il ne fait PAS BON D ETRE ” BLANC ”
    ou on va c est quoi cette MERDE on est en FRANCE
    PAS AU BLED
    c est bon leur CONNERIE cela commence a sérieusement à m ENERVE ET PLUS ENCORE

    IL NE FAUT PAS LAISSER FAIRE

  5. A lire CQFD n°115 octobre 2013

    p4, p5, p6 et p7 consacrées à la marche pour l’égalité de Marseille à Paris organisée en 1983

    Avec rappel de la création en 1985 de SOS Racisme par le pouvoir socialiste pour récupérer et/ou contrecarrer les associations organisatrices de la marche

    http://cqfd-journal.org/

    CQFD doit être en vente à Folies d’Encre.

    L’année 1986 est l’introduction de la proportionnelle par Mitterand pour diviser la droite, et cela aboutira à l’apparition du FN sur l’échiquier politique.

    JM Le Pen est un bon gars qui a pris grand soin d’une veuve auxerroise
    http://www.sudouest.fr/2012/11/18/le-pen-est-une-creation-de-la-classe-politique-882092-710.php

  6. Au ciné l’écran de Saint-Denis
    jeudi 7 novembre 2013 20H00

    ————————————————————-

    CANDIDATS POUR DU BEUR ?

    30e anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme.
    À l’aune du 30e anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme (1983) : quelle place faite à celles et à ceux, vivant en banlieues ou qui en sont issu-e-s, désigné-e-s tantôt comme “Beurs-Beurettes, jeunes issus de l’immigration, musulman-e-s, filles voilées, deuxième génération…”?
    Quelles perspectives d’avenir pour tous?
    Quelles propositions et quels projets en lien ?

    en présence du réalisateur, Samir Abdallah,
    de Kaissa Titous, militante associative, Coordination anti-démolition des quartiers populaires,
    d’Abdellali Hajjat, sociologue,
    d’Almamy Kanoute, militant politique, Émergences, et des membres des collectifs Femmes en luttes 93 (Saint-Ouen) et Nous Femmes d’Ici et d’Ailleurs (Blanc-Mesnil).

    Durée : 1h30 – tarif unique : 4,50€

    Au regard de l’histoire des luttes pour une éga- lité réelle, nous suivons les filles et fils d’ou- vriers immigrés investis comme candidats de la “diversité” dans les différentes campagnes électorales depuis la présidentielle 2007. À tra- vers leurs meetings, sur le terrain, mais aussi lors de rencontres plus intimes…

    Avec de nombreux acteurs des luttes des quar- tiers populaires, de Clichy-sous-Bois à Marseille, en passant par Roubaix et les candidats, Mouloud Aounit, Kamel Hamza, Faouzi Lamdaoui, Halima Boumedienne, Omar Slaouti, Samia Ghali, Karim Zeribi, Rama Yade…

    Ces “nouveaux visages” de la République seront- ils sur la photo au moment de faire les comptes ou simplement “candidats pour du Beur” ?

    http://www.lecranstdenis.org/evenements/candidats-pour-du-beur-2/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *