Les Docks d’en haut

Belle « Une » du journal municipal °53 sur le futur Parc avec une double page centrale sur une vue aérienne du projet des Docks et des encadrés indiquant que « tout devient possible ». entendez : retrouver la Seine, travailler, baisser les prix des logements, respirer…

Il s’agit en fait d’une extrait d’une nouvelle animation en images de synthèse, que l’on ne trouve curieusement que sur le site de l’aménageur de la ville (Sequano). Cette ballade virtuelle donne à voir le(s) projets des Docks de manière relativement inédite et spectaculaire. L’échelle des opérations : nouveau parc, programmes de logements, opération de bureaux, espaces publics, morphologie et architectures des bâtiments, linéaire commercial apparaissent dans une logique d’ensemble.

Autant dire qu’il s’agit moins d’un nouveau quartier que d’un véritable morceau de ville qui se dessine.

Malgré la figure souriante, dans notre magazine de la ville, de l’élu à l’urbanisme (qui a succédé au regretté mais toujours très actif Michel Bentolila) et à la qualité indéniable du projet beaucoup zones d’ombres subsistent (en dehors des aspects financiers soigneusement épargnés aux citoyens).

En tout premier lieu le « pôle citoyen des Docks » associant des habitants volontaires, sinon à l’élaboration du projet, du moins autorisés à recevoir une information un peu plus précises et complètes, ledit pôle citoyen a disparu corps et bien. Fini les ballades pour voir d’autres expériences, les exposés techniques, les échanges directs élus, techniciens et citoyens.

Comprenne qui peut. : on aménage à huis clos et on accélère. Il faut se contenter des « publi-reportages officiels » sur papier glacé.

De la bouillie pour le cochons ? Autant dire qu’il ne vient à l’idée à personne d’inviter le quidam de base audonien à une conférence sur le projet des Docks de Saint-Ouen à la Maison de l’architecture à Paris. D’ailleurs la plupart des élus n’aurons pas l’information sur cette initiative concernant notre ville.

En second lieu, plusieurs points attirent l’œil même sur les belles images et vidéos flatteuses : le souterrain et sa trémie au pont de Saint-Ouen ne disparaissent qu’à moitié ( !), le panache de l’incinérateur disparaît opportunément de toutes les représentations, le pseudo nouveau stade du Red Star (de l’ordre de 20 000 places) n’apparaît que furtivement malgré son gigantisme, les voitures ont complètement désertées les rues et le quai de Seine, la passerelle reliant la parc à l’ile des Vannes a disparue ! On en passe.

En troisième lieu les points forts du projet comme la mutualisation des parkings, la végétalisation systématiques des toitures, le traitement des espaces publics, les performances énergétiques des bâtiment, la qualités architecturales sont assez banalisés et injustement méconnus des audoniens.

Enfin parmi les grandes inconnues : l’articulation de « ce morceau de ville » avec les quartiers environnants dont les « accroches » sur la rue Albert Dhalenne ou le boulevard Victor Hugo ne sont pas explicitées ou  le poids d’un nouveau pôle commercial des Docks pouvant concurrencer sévèrement et asphyxier le linéaire commercial de l’avenue Gabriel Péri.

La peur des échanges démocratiques, en dehors des sphères de spécialistes, demeurent donc un handicap pour ce projet majeur.

EPS

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

11 réflexions sur « Les Docks d’en haut »

  1. A lire le post de Paul Planque,en regardant la vidéo dont BV a mis le lien dans son post 1 ou en lisant la longue diatribe d’EPS,j’ai l’heureuse impression que notre rattachement à Pl.Com.n’a aucune incidence sur le développement et les projets de notre ville.
    Recentrer en effaçant les effets de la Révolution industrielle notre ville sur la Seine semble renouer avec la vision des audoniens de 1793 qui dans la vague de déchristianisation de l’époque avait “rebaptisé”notre village “Bains-sur-Seine”…

  2. Ces images de synthèse donnent une vision idyllique de ce futur quartier et un coté tellement paisible des lieux que je pourrais presque être tenté de signer très vite ! Seulement et comme le dit Eric, il semble que la réalité soit aménagée avec une certaine convenance !

    C’est vrai qu’à la lecture de ce film, on regarde ce sympathique parc en bord de Seine, simplement traversé par un chemin de halage ou quelques voitures s’aventurent de temps en temps…
    Moi il me semble que la réalité est tout autre ! Combien de voitures par jour ?!

    Pareil pour les rues qui longent le parc et ce si beau et paisible quartier, on se dit heureusement qu’il n’y a pas une usine d’incinération des ordures ménagères sinon on aurait des bennes toutes la journée et même une bonne partie de la nuit …

    Non ce film donne une bonne vision de ce futur quartier, il me fait même un peu pensé par sa conception, au parc André Citroën et au quartier qui l’entoure mais je doute qu’il puisse avoir la même tranquillité quand l’on connait la réalité Audonienne mais bon, nous verrons bien !

  3. Magnifique film d’animation. Il manque simplement la mention ‘non contractuelle”.

    L’absence de commentaires montre bien bien les limites d’un tel exercice. Où sont les lieux “économiques” comme Leroy Merlin ? Des véhicules circulent, d’autres seront nécessaires alors qu’aucun trottoir n’est protégé. Peu voire pas de mobilier urbain.

    On ne s’attarde pas sur la RD1. Le site des Parcs et Jardins subit des modifications importants. Où sont les emplacements des HLM ? Sont-ils relégués. Où l’équipement pour le 3 ème voire le 4ème âge.
    Si les parkings servent de réservoir en cas d’inondation, leurs accès ne sont pas visualisés, ni d’ailleurs les camions de livraison!!!

    Sur la sécurité, nous attendons toujours un exposé sérieux sur la question.

    C’est de la pub et de la science fiction façon Avatar. C’est donc économique et pas démocratique ni citoyen. C’est tout le problème. J’espère toutefois que l’on ne nous prend pour des c…

  4. on se croirait à la baule sans la mer….
    jusqu’à la musique qui fait penser aux vieux délires des années 70. c’est déjà moche avec du soleil et sans voiture alors en vrai…

  5. JR faites un effort !

    Vous êtes comme les fins observateurs le relèvet amatrice de louanges et de profond respect à votre encontre.

    C’est pourquoi je vous propose d’appliquer cette régle à l’avenir. Car au présent – juste passé, vous ne l’avez pas appliqué à l’occasion de la petite ‘fête” autocentrée ce vendredi midi dans l’enceinte du parc Abel Mézières.

    En effet, nappe blanche et petits plats ont été servis à quelques uns de vos amis et supporteurs, et peut-être aussi obligés pour une présentation de l’avancée du programme dit des Docks.

    A ce propos, la petite plaquette “Autrement la ville ” distribuée largement aux participants est au moins la reconnaissance implicite qu’un minimum d’info est nécessaire et due aux audoniens…

    N’ayant pas été invité mais au courant de cette belle initiative, je vous aurai posé la queston sur qui avait financé la maquette du stade présentée par les promoteurs dans les locaux de vente, et ou seront situées les futures dessertes de bus – sans parler de l’Audonienne.

    Sincérement, à ceux qui pensent que l’Humain est l’avenir de la Femme, ne pensent-ils pas que vous risquez de vous retrouver dans peu de temps, seule !?

    Je vous rapelle qu’il y eut un temps un Pôle citoyen, et que la courtoisie et le minimum de respect auraient du mobiliser votre attetion sur la sollicitation de ses composantes citoyennes.

    La Maison des Projets doit pouvoir faire autre chose que de contrôler les entrées. A moins qu’elle ne soit destinée bienôt à diriger le futur parc comme cela se dit.

  6. Un point pour la vente de 71 logements s’est distraitement ouvert cette semaine sur une partie des terrains de l’entreprise Ets. Marotte , en lieu et place du futur projet situé rue Eugène Berthoud.
    Selon des témoignages, des riverains intrigués par la seule présence depuis plusieurs mois du panneau du permis de construire posé en façade mentionnant le nombre de logements prévus, se sont rendus à la maison des projets pour tenter d’obtenir plus d’informations. Mais, là apparemment, le personnel n’avait semble-t-il aucune information concernant ce projet.
    Là c’est une chose plutôt curieuse, lorsque l’on sait que la réduction des salariés de l’entreprise Marotte ayant décidé d’utiliser une partie de ses terrains pour la création de ce projet immobilier avait été longuement discutée au conseil municipal et repris dans le journal “Le Parisien”.
    http://www.leparisien.fr/saint-ouen-93400/les-employes-des-ateliers-marotte-manifestent-10-12-2011-1761135.php

    Que doit-on comprendre de l’affichage d’un tel silence ?
    Faut-il y voir une concurrence déloyale vis à vis de ceux bâtis dans les Docks ou un acte solidaire de ne pas vouloir faire de propagande à cette entreprise qui délocalise ses salariés au profit de la construction de nouveaux logements, bien que cette dernière s’inscrit comme l’une des priorités politiques de notre ville ?

    En tout cas, dommage de constater que le rôle de cette Maison des Projets à la blanche façade nous interroge davantage n’informe les Audoniens. Surtout lorsque l’on sait que le service de l’urbanisme, lui, a quand même de quoi être bien plus bavard.

  7. Recrutement du Directeur du parc des docks (h/f), cadres d’emploi des attachés et ingénieurs territoriaux.
    Faire parvenir votre CV et lettre de motivation avant le 11 décembre 2012 à l’attention de madame le Maire, conseillère générale.

    C’est paru dans La Gazette des collectivités territoriales datée du 19/11/2012, page 147.

    La ville recherche aussi
    – Responsable du service foncier/patrimoine
    diffus
    – responsable du service administratif pour son centre polyvalent de snté
    – agent référent pour le service gestion administrative de la DRH
    – chef du service médiation de proximité pour la Dtion tranquiillité publique
    – référent financier sur les domaines de la dette et des organismes “partenaires” pour la Dtion des Finances.
    – 2 animateurs socio-éducatifs
    – animateur référent des animations
    – 1 animateur audovisuel

  8. Pour faire écho au post 9 de Michel Fainzang

    Vu une réclame comme disait ma grand-mère, de 4 m x 4m dans une station de la bétaillère (L13), Liège me semble-t-il.

    Vu que les majors du BTP ne rognent pas sur leurs marges, et doivent gaver les actionnaires (quel audonien est actionnaire du BTP ou autres multinationales?), les sous traitances en cascade dans le BTP sont la règle.
    De facto les sous qualifications des pôvres hères, qui doivent bien se nourrir, sont aussi la règle.

    Dans ces conditions, quelle gueule peut bien avoir le bâtiment basse consommation (BBC), déjà pas bien belle quand le BBC n’est pas annoncé en tête de gondole ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *