Recomposition politique : grandes et petites ambitions

Ce blog se fait l’écho depuis 2008 de la recomposition politique locale, des manoeuvres ou des ambitions des uns et de autres.

Nous mettons ici en exergue un texte de John Crowley , noyé dans le flot de commentaires d’il y a quelques jours, tant ce propos nous semble clair et pertinent.

Quand j’ai lancé le thème de la «recomposition politique» à Saint-Ouen, notamment dans des articles sur le site de Convergence citoyenne, on m’a beaucoup raillé et on m’a soupçonné çà et là des pires intentions manipulatrices.
A la lecture des interventions qui précèdent, je constate que désormais tout le monde raisonne en termes de recomposition.
Le système politique audonien est en voie de décomposition avancée. L’équilibre issu des municipales de 2008 est en miettes depuis un an déjà. La valse frénétique des étiquettes qui touche nos élus, comme des épiciers de la 4ème République, n’en est qu’un des symptômes les plus visibles.
La question n’est plus d’être pour ou contre la recomposition, inévitable et déjà largement en marche, mais de savoir quelle recomposition on veut.
Avec en gros deux options.
1. une nouvelle distribution des cartes entre professionnels de la politique qui donnerait la ville à tel ou tel en fonction d’équilibres négociés ailleurs.
2. un nouvel espace politique vraiment démocratique où les Audoniens puissent prendre en mains leur propre ville
On devinera d’après mes formulations quelle option je préfère
Mais qu’on ne s’y trompe pas : ce n’est pas la présence ou l’absence de l’ambition qui fera la différence entre les deux options. Tous ceux qui font sérieusement de la politique sont des ambitieux. Sinon, pourquoi se donner tout ce mal?
Cependant, l’option 1, celle de la recomposition professionnelle des appareils, c’est celle des ambitions médiocres de la lutte des places. L’option 2, celle de la recomposition citoyenne, c’est celle des grandes ambitions orientées vers l’intérêt général. Et le problème des grandes ambitions, c’est qu’on ne sait jamais trop où ça mène…
Y a-t-il à Saint-Ouen de grandes ambitions politiques? Voilà la question. La campagne des cantonales, qui démarre déjà, permettra peut-être d’y voir un peu plus clair.”

John Crowley

17/10/2010

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

14 réflexions sur « Recomposition politique : grandes et petites ambitions »

  1. C’est vrai qu’à Saint-Ouen certains débordent d’ambitions. Ces Rastignacs des temps modernes jouent des coudes pour occuper les meilleurs fauteuils.
    Le problème, c’est qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde !
    Mais pour les gens cela ne change rien. Ils examinent avec lucidité le bilan catastrophique de la droite et de la gauche qui ont sans répit alterné aux affaires depuis 1981.
    L’argent reste toujours le principal condiment qui assaisonne notre actualité.
    La politique est devenue une immense scène de théâtre où chacun joue sa partition !
    Quant à la démocratie, il serait bien que l’on mette en harmonie les paroles et les actes … et c’est aussi valable, bien entendu, pour celles et ceux qui président présentement aux destinées de Saint-Ouen.
    Recomposer la gauche à Saint-Ouen, c’est un peu la quadrature du cercle … parce qu’on ne sait plus qui est à gauche, qui est au centre et qui est à droite !
    Décidément .. tout fout le camp !

  2. Mon cher paco … je pense, pour ma part, que toutes idées sont bonnes à prendre si elles vont dans le sens de l’intérêt général, et je considère toujours – je l’ai déjà écrit ici – que les communistes ne sont pas les seuls détenteurs de la vérité absolue …
    “De la discussion jaillit la lumière” disait Jaurès…il avait raison !

  3. Effectivement, Jean (#5), on peut craindre que les médiocres, les aigris, les usés… surfent sur la décomposition avancée du système politique audonien pour en rabattre les cartes è  leur profit. C’est même assez probable… mais pas inévitable.
    Mon seul souci, c’est de de dire è  tous ceux qui ont envie d’écouter (pas sè»r qu’ils soient très nombreux) que la perspective d’une recomposition POSITIVE pour Saint-Ouen (la recomposition, en tant que tel, ce n’est pas nécessairement positif) passe:
    1. par des idées, publiquement élaborées et publiquement élaborées
    2. par des forces politiques qui retrouvent un dynamisme fondé sur leur capacité è  mobiliser, sur des positionnements clairs, notamment mais pas uniquement aux élections
    3. par le réinvestissement du terrain, ce qui suppose notamment que les citoyens se réapproprient la démocratie (d’oè¹ l’importance de la participation)
    Je ne suis pas moins méfiant qu’un autre, mais je fais le pari que, malgré tout, c’est possible.

  4. C’est parti pour les cantonales.Un tract de WD dans nos boîtes à lettres,vendredi.Une présence de JR et MB avec les notabilités du marché aux Puces ce samedi.La jeune candidate PS(qui ne connaît toujours pas son suppléant écolo)diffusant sur le marché,ce dimanche.
    Il serait heureux que les écolos nous éclairent sur leur politique départementale:
    -accord dans 19 cantons sur 20 avec le PS pour consolider(contre les diverses tendances du ou issues du PCF)le pouvoir de Bartolone.
    -accord,à la municipale de Noisy-le-Sec,avec le PCF pour ravir la municipalité à la maire PS!
    Il était déjà difficile de se retrouver dans les diverses tendances de cette mouvance mais si en plus dans le 9-3,les écolos ont une politique d’alliance à gauche à géométrie variable…

  5. Noisy le sec après s’être décomposé à gauche, vient de se recomposer à droite.

    Extrait du Parisien: “Laurent Rivoire (Nouveau Centre), 47 ans, a remporté dimanche soir l’élection municipale partielle de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).
    Sa liste, qui avait fusionné avec celle de l’UMP après le premier tour, a obtenu 54,7 % des voix contre 45,3% à celle de Gilles Garnier (PC). Quelque 40 % des électeurs se sont déplacés ce dimanche, soit 3,5 % de plus que la semaine dernière.
    Infos sur http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/municipale-partielle-noisy-le-sec-repasse-a-droite-12-12-2010-1188332.php

    Article plus complet sur http://www.93-infos.fr/2010/12/13/elections-partielles-2nd-tour-noisy-le-sec-a-droite-toute/
    avec photos + son des hourras et des huées, impressionnant…

  6. La famille Rivoire semble spécialisée dans les élections partielles.
    Quelles leçons tirer de ces élections(ainsi qu’à Corbeil)?La droite est toujours majoritaire(parmi la petite 1/2 des votants) dans ce pays et si 10-15 % de ses voix ne sont pas neutralisées dans le vote FN,elle gagne même dans des banlieues populaires sur la gauche “unie”.
    L’importance du poste de conseiller général.C’est en le conservant en 2008,que Garnier et le PCF ont pu mener une fronde(à laquelle ils ont pu associer les écolos locaux)pour déstabiliser la maire PS et provoquer ces nouvelles élections.Cette non candidature de la future maire PS à l’élection cantonale est-elle une conséquence de la loi du non cumul?
    Le temps n’est plus dans le 93 où la gauche pouvait sans risque se livrer à ses querelles de famille.
    D’où l’importance des cantonales de mars 2011,prélude aux nouvelles élections de 2014 où seront cumulées les charges de cons.général et de cons.régional.Une drôle de manière de tourner la loi sur le cumul…

  7. Le drame dans cette élection est que la dynastie Rivoire reprend en mains les destinées de noisy-le-sec. Après Jean Sarkozy, qu’il a fallu mettre sous l’éteignoir car cela faisait désordre, le fils Rivoire succède à sa mère. Nous voici revenus en ces temps lointains où le souverain assurait sa succession en engrossant celle qui partageait son trône et sa couche. Il continuait ensuite d’honorer les jolies demoiselles de la cour … qu’il engrossait aussi ! La République fait parfois machine arrière … on ne s’en étonnera pas outre mesure quand on voit les olibrius qui tiennent les rênes du pays !
    Je n’accorde pas, pour ma part, grande importance aux élections. Elles n’ont pas d’autre objet que de mesurer le niveau de conscience des gens à un moment donné.
    Il faut reconnaître que celui-ci a reculé. Mais cela ne signifie pas qu’il a définitivement disparu. Les dernières manifestations pour défendre la retraite à 60 ans en sont une démonstration évidente.
    Je suis marxiste-léniniste, ce qui est mon droit, comme c’est le droit à d’autres de critiquer une philosophie et une science qui donne naissance au socialisme révolutionnaire.
    Ce qui est, selon moi, essentiel, c’est que des citoyens, de plus en plus nombreux, semble-t-il, se rende compte que le libéralisme ne peut pas permettre aux travailleurs manuels et intellectuels de concourir réellement au règlement des problèmes de la société, et plus particulièrement à la gestion des affaires sociales. Même la participation la plus restreinte des salariés à la direction de l’économie est brutalement rejetée par les représentants du patronat comme incompatible avec le régime capitaliste.
    L’insécurité de l’emploi frappe des couches sociales dont la position dans la production était naguère encore solide. Une grande partie de la jeunesse est également victime du chômage.
    Jeunes gens et jeune filles sont poussés au combat non seulement par l’exploitation, mais par l’absence de perspectives et la peur du lendemain, par tout ce qui fait le malheur d’être jeune, par le conservatisme et l’inefficacité du système d’enseignement, par l’impossibilité de déployer leurs capacités et de jouir de leurs droits.
    C’est, selon moi, un contresens de tout miser sur les élections et de déserter le terrain de la lutte des classes. Parce que, en définitive, c’est là, et uniquement là, que se situe l’enjeu.
    Ne nous y trompons pas, si les élections avaient le pouvoir de changer l’ordre des choses, il y a longtemps que la bourgeoisie les aurait supprimées purement et simplement.
    Les cantonales ? Tous les partis lorgnent vers le fauteuil du président du Conseil Général, c’est l’enjeu de cette élection .. le reste ma foi ..

  8. un truc pour vous détendre :
    “Devant la porte de l’usine …. Le travailleur soudain s’arrête …. Le beau temps le tire par la veste …. Et comme il se retourne …. Et regarde le soleil …. Tout rouge …. Tout rond …. Souriant dans un ciel de plomb …. Il cligne de l’oeil …. Familièrement …. Dis donc camarade soleil ….
    Tu ne trouves pas …. Que c’est plutôt con …. De donner une journée pareille …. A un patron.”
    Jacques Prévert (juin 1936)

    • Le chantier de la ZAc des Docks se poursuit avec la destruction des anciens bureaux rue des Bateliers. A cet égard, je donne à découvrir une initiative prise par la Société Publique Locale d’Aménagement de l’Agglomération Dijonnaise (SPLAAD) qui a installé la plus longue palissade de chantier décorative de la ville. Objectif : animer le chantier qui rythmera la vie de l’avenue Jean Jaurès pendant plusieurs années.

      En effet, d’ici à quelque temps, une ligne de tramway ainsi qu’un éco-quartier prendront place derrière les 510 mètres de palissade. Celle-ci, qui se veut aussi un support de communication, permettra d’informer les Dijonnais sur l’avancée des travaux, et plus généralement sur les événements de la ville.

      Haute de 2.20 m, elle repose à ce jour sur des murs d’enceinte ou des bâtiments existants. Au fur et à mesure de l’avancement de la construction de l’éco-quartier, le mur sera peu à peu démoli et la palissade, évolutive, sera adaptée. Enfin, elle a été réalisée entièrement avec des matériaux recyclés et recyclables ; les panneaux sont amovibles et permettront un renouvellement graphique régulier.

      Pourquoi alors ne pas mobiliser tout ce que Saint-ouen recelle de génies du pinceau et du spray, si ne n’est du rouleau! Pourquoi ne pas proposer 10 m linéaires par exemple à chaque associations et autres individualités !? Tout cela en mobilsant l’école des Beaux arts sans usage “payant” d’intervenants extérieurs “amis”.

      Je dis cela parce que l’ancienne école Tanoudji achetée par la ville a vu l’inauguration d’une annexe (nouvel espace) des Beaux Arts. Or, il avait dit et surtout écrit sur un compte-rendu de bureau municipal qu’il y aurait un centre de loisirs/activités de l’enfance. Or je n’en vois nulle trace dans la dernière livraison du bulletin municipal. Cependant nous y trouvons l’information comme quoi, un artiste local, ancien du conseil municipal, soutien inconditionnel à JR tant par son absence chronique que par son absence d’usage du droit d’intervention y aurait un atelier. Remarque : j’invite les services techniques à démonter la caméra de vidéosurveillance qui pendouille.

      Gageons que l’impitoyable élu à la vie associative s’empare de cette vaste question de l’usage et du sens des biens communaux au dela ce son petit pré carré associatif.

      Je dis cela car ce dernier avec le Maire et la municipalité invite à une soirée conviviable au château de saint-ouen à 19h30 où ” seront évoquées ensemble les perspectives 2011 de la vie associative”, là aussi, nulle trace ni annonce dans le bulletin municipal.
      Une soirée se déroulant 6 jours après la date limite (obligatoire) de dépôt des demandes de subvention!!!

      En tous cas, j’ai bien reçu une copie de l’invitation à l’inauguration de l’espace Gavroche vendredi. Il y aura beaucoup à faire ce soir là puisque “Le progrès de saint-ouen”, journal bien pensant invite à une rencontre après ces deux premiers numéros.

      Les résultats aux élections des représentants des locataires de la Semiso seraient les suivants : CNL 157 voix, association Frayce Michelet 83 voix ce qui donne un élu CNL M. Albert Rougé et 1 représentant Frayce-Michelet Alain Hecquet.

      Après la victoire de la droite aux élections municipales partielles de Noisy le Sec et à Corbeil, où tous les mauvais coups contre les listes conduites par les têtes de liste communistes ont été assénés sournoisement, il y a du mouron à se faire. Nicolas 1er n’est pas battu en 2012. Car visiblement à “gauche”, certains préfèrent la droite au Front de gauche.

      Les lecteurs de la dernière lettre des élus socialistes de saint-ouen n’auront pas manquer de noter la violente attaque du responsable des élus Ps contre le premier adjoint prétextant l’avenir de la patinoire municipale. Pour un élu qui est bien muet sur les équipements sportifs nécessaires et à construire du lycée Blanqui, cela me parait étrange et déplacé pour un co-dirigeant municipal.

      Certes 2014, cela se prépare mais quand même.

      Pour ma part, les enjeux de saint-ouen doivent être mis dans les mains des audoniens et pas faire l’objet de combat politicien!

      J

  9. Mon cher Michel .. on dit que le travail ennoblit l’homme … je crois que dans le cadre du système actuel ce n’est plus le cas .. loin s’en faut ! Du travail beaucoup n’en ont plus et vont pointer au chômage.
    Pourquoi Prévert, parce que c’est un poète du Front populaire et on sait que le Front Populaire généra une culture de masse sans précédent.
    En janvier 1936 Renoir sort un film qui raconte l’histoire d’un quartier parisien : “Le crime de Monsieur Lange” sur un scénario signé Renoir et Prévert. Un film annonçant les espoirs de 1936. J. Prévert y attire plusieurs membres du groupe ” Octobre, ” le compositeur Kosma et plusieurs acteurs. Le film fut un succès.
    On trouve aussi Prévert dans “Drôle de drame ” un burlesque (mise en scène de Carné, dialogues de Prévert ) . Jean-Louis Barrault, jeune meurtrier au coeur tendre, tuant les bouchers par amour des moutons et Jouvet en kilt, interprète un évêque anglican : ” Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre.” Le film fut un échec commercial. Ce fut aussi ” La belle équipe ” de Duvivier ; plusieurs chômeurs montent en coopérative, une guinguette, mais échouent … 1936 fut vraiment une belle époque ! Il n’y eut pas que des acquis sociaux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *