Démocratie participative à St-Ouen : Parlons-en pour de bon !

Ci-après, le tract diffusé par différents canaux associatifs et politiques. Il vise a réfléchir et à agir ensemble (sans attendre des jours meilleurs) sur la démocratie participative à Saint-Ouen, notre ville, qui en a bien besoin.

Cette invitation pour ce premier rendez-vous citoyen cristallise la volonté de différentes personnalités locales de dépasser leurs différences ou divergences pour définir un autre rapport au politique, favoriser une démocratie de proximité et améliorer la gestion de la ville.

Cette démarche initiée est déjà en elle-même un succès. Cette première réunion publique est surtout le début d’un processus qui sera forcément long et complexe.

Avis aux amateurs !

 

Suite à l’Appel du 15 septembre 2010

pour une démocratie participative à Saint-Ouen

Parlons-en pour de bon !

le vendredi 19 novembre 2010 à 19h30

à la Bourse du Travail, 30 rue Ambroise Croizat

Habitants et citoyens actifs, nous vous proposons d’échanger pour exiger et construire un fonctionnement démocratique à Saint-Ouen, plus respectueux des attentes, des propositions et des initiatives des habitants et des associations.

Une démocratie qui soit enfin l’affaire de tous.

La réunion se déroulera en trois temps, qui alterneront témoignages, analyses et propositions.

1. Bilan des expériences audoniennes

«Si j’étais à la place du Maire» (1995-98), «Comités participatifs de quartier » (2001-03), « Dialogues pour Saint-Ouen » (2008-09) : plus d’une décennie a été perdue, qui aurait pu permettre d’expérimenter pour réinventer la démocratie à l’échelle de la Ville.

2. Qu’est-ce qu’une démocratie « participative » ?

Qui doit participer à quoi, comment ? Éléments de réflexion sur les comités de quartier, les jurys citoyens, les conférences de consensus, les forums délibératifs et autre dispositifs expérimentés ici ou là.

3. Quelles actions concrètes ?

La participation prise au sérieux suppose des initiatives municipales. Elle ne saurait s’y réduire. Que peuvent faire les citoyens eux-mêmes pour dynamiser la démocratie dans leur ville ?

Sortir de l’impasse

L’idée que la démocratie représentative (les élus) doive s’ouvrir à la démocratie participative (les citoyens), au moins sur le plan local, est dans l’air du temps depuis vingt ans. L’enjeu : réduire la distance qui sépare les simples citoyens des professionnels de la politique.

Cette exigence monte en puissance aussi dans notre Ville. Mais où en est-on à Saint-Ouen ? En deux mots : nulle part !

Des pistes de réflexion concrètes

La démocratie participative, ce sont plusieurs enjeux, plusieurs niveaux, plusieurs mécanismes. Voici des pistes qui seront débattues et explorées le 19 novembre :

·         Mettre en place des Comités de quartier dans toute la Ville

·        Soutenir la vie sociale institutionnelle: associations de parents d’élèves, de locataires, Maison des parents…

·         Assurer la participation active des résidents étrangers dans notre ville, qu’ils disposent ou non du droit de vote

·         Organiser des Conseils municipaux d’enfants et de jeunes

·         Structurer un Comité d’usagers du service public communal

·        Définir ensemble le fonctionnement de la future Maison des associations

·         Exiger de réels comptes-rendus de mandats électifs à tous les niveaux : Maire, Conseiller général ou régional, Député…

Tout cela prend du temps. Entre promesses (non tenues ou dévoyées) et force mises en scène médiatiques, Mme le Maire considère l’intervention citoyenne autonome comme un obstacle plutôt qu’un atout et une chance ! Il y a donc beaucoup à faire.

 

C’est pourquoi il faut commencer maintenant !

Et pour des documents, des éléments complémentaires, des débats, consultez :

https://sites.google.com/site/appeldu15septembre/

Vous voulez rejoindre la démarche ? Proposer des actions ? Écrivez-nous sur :

appeldu15septembre@gmail.com

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

16 réflexions sur « Démocratie participative à St-Ouen : Parlons-en pour de bon ! »

  1. On ne peut qu’être d’accord avec ce que l’on appelle de nos voeux, tous ou presque , et cet ” aveu” des dix années” perdus donne raison à ceux qui pensent , depuis dix ans justement et par expérience et non fantasmes , que l’objectif premier est que soit traduit la vérité politique à St-Ouen et non cette union plurielle qui structurellement n’a fait que laisser les coudées franches à un PC local ( enfin jusqu’au coming out de JR) brillant par son autoritarisme et sa pratique de l’exercice du pouvoir quelque peu exclusive.
    On lit ici sur ce blog à quel point “ils” se réclament de la légitimité des urnes et du programme que leur (?) électorat aurait plébicité…(Parlez en même en période électorale autour de vous pour s’appercevoir que le pourcentage des lecteurs de programme est pour le moins faible!) Quand Sarko et sa réforme des retraites , passée en force sans véritable concertation ,use du même argument ils crient au déni de démocratie .
    Je veux dire que son mode de pensée l’empêche de voir dans la ( véritable) démocratie participative, un énorme atout pour la gestion de la ville dans ses diverses sensibilités et aspirations.
    On entend aujourd’hui les regrets de ceux qui ont voulut(?) y croire ; assez donneurs de leçon en 2001 et par la suite, leur faconde n’a cessé de s’atténuer au cours des mandats , des mensonges et des déceptions qu’ils ont vécu, mais aussi qu’ils ont fait vivre à ceux à qui ils avaient demandé de leur faire confiance . Je me réjouis donc de constater qu’aujourd’hui ils se réunissent pour réfléchir et oeuvrer pour la Démocratie participative à St-Ouen , ensemble et autrement.

  2. On sent que les élections approchent. Decrock, Crowley… Ça parle, ça écrit, ça réfléchit…chacun sa/ses chapelles ou site web. Des actions concrètes de terrain ? Neant.
    Querelle d’ego a qui sera chef… Pendant ce temps:
    – l’opposition est étranglée et découragée,
    – le PS est lâche derrière le PC,
    – les habitants trinquent et doivent subir une ville qui régresse.

    L’appel citoyen et sa réunion ? A part être d’accord sur le constat, qu’est-ce qui sortira de cette réunion ? Peu importe le nombre de participants, s’y decidera-t-il quelque chose de concret ?

    Pourquoi ce pessimisme ? Parce que les querelles d’ego et de chapelles empêcheront l’émergence d’un leader (homme ou femme) a la hauteur des enjeux et devant remplir les critères suivants:
    – compétences et legitimite,
    – constance dans l’engagement et le travail, y compris hors échéance électorale,
    – animé d’un vrai sens de l’intérêt général,
    – le tout indépendamment de toute étiquette politique et uniquement dans l’intérêt des habitants.

    Cette personne (ce leader citoyen) existe-t-il a saint ouen ?

  3. Decrock, Taquet, Crowley… ça parle, ça écrit. Chacun pour sa chapelle (ou site web) et surtout le plus souvent pour flatter son egosans dépenser beaucoup d’énergie. En particulier a l’approche d’échéance électorale. Pendant ce temps les Audoniens trinquent, la ville régresse.
    Appel citoyen, puis réunion, pourquoi pas. Mais a part tomber tous d’accord sur le constat, que se passera-t-il après concrètement ?

    Ne pensez-vous pas que saint-ouen manque cruellement d’un leader citoyen (homme ou femme) capable de conduire des actions concrètes pour vraiment faire bouger les choses a saint-ouen, face a une opposition muselée et découragée, face aussi a un PS lâche derrière le PC, face a des Verts divises ???
    Ce leader citoyen devrait réunir les qualités suivantes pour réussir a faire changer saint-ouen:
    – légitimité par les compétences et le travail de terrain,
    – constance dans l’engagement, y compris en dehors d’échéance électorale,
    – indépendant de parti politique, afin d’oeuvrer pour l’intérêt général des habitants et pas pour sa chapelle. 
    Mais qui sera capable de réunir ces critères ? A votre avis ?  

  4. Blah blah,vous pensez à qui?Eric Pereira?M.Keita?Lias K?
    Des “leaders citoyens”,des dirigeants,des chefs?Ce n’est pas ce qui manque à S.O.!Ce sont les troupes…

  5. Taquet, Crowley, Decrock même combat ?

    Il fait quoi ce Leader citoyen -sic- providentiel à Saint-Ouen ? Il court comme un poulet sans tête dans la basse-cour Audonienne ? Vu que lui agit mais bien-sûr, ni ne pense ou écrit … Il a pourtant a des compétences … il est sur le terrain … il fait quoi ? il aide les vieilles dames à traverser ? Fait la police place du 8 mai 45 ?

    Bien sûr, il est rentier, n’a pas besoin de travail, n’a pas de famille, comme ça il peut y passer tout son temps …

    A j’oubliais, n’ayant de compte à rendre à personne et surtout pas à un parti politique, quelle horreur … nous devons qu’il œuvre pour l’intérêt général, qu’à ses exceptionnelles vertus morales, dont il n’a d’ailleurs jamais eu à rendre compte à personne et qui sont pas essence au dessus de tout soupçon …

    Mais je m’égare … Des noms, des noms …

  6. Un genre de George Frêche local quoi ! On peut effectivement faire le parallèle entre l’essort de Montpellier et le déclin de Saint-Ouen depuis les années 80. On a finalement réussi à Montpellier tout ce qui a été plutôt raté à Saint-Ouen, une urbanisation réussie : architecture , espace verts, mixité sociale, transports en commun… et au final une ville qui attire de plus en plus de monde et un homme politique contesté par tout le monde mais estimé (et même aimé) par la population locale.

    Par contre je doute que cet homme fut paré de toutes les vertus décrites par OD et que sa gestion ait été un exemple de démocratie participative. Et donc il faudra bien se résoudre à des alliances de gauche , de droite ou du centre.

  7. De retour de la Maison Basque pour une nouvelle et mémorable et inféconde Fête des associations organisée par l’élu en charge, notre maire devrait s’interroger.

    Voici une soirée, où nous avons couru pour avoir une invitation papier pour les retrouver le soir même sur les tables.

    Voici une soirée où a été dépensée par tête la somme de 16 euros (selon un des organisateurs) pour un buffet basque sans vin et où le personnel communal a fait le service.

    Voici une soirée où l’élu , à part dire qu’il existait et qu’il nous souhaitait un bonne fin d’année, n’a rien dit. Ni de l’avancée de la MDA, ni des projets partenariaux et encore moins des difficultés budgétaires de la comme.

    Je passerais sur le message adressé lors de la soirée aux convives pour leur dire que le poisson était réservé à certains. Bonjour le Vivre ensemble. Vive le Soudan!

    Faut dire qu’avec 50 personnes debout et autant assis sur des bancs alors qu’une cinquantaine d’autres étaient assis, l’organisation a pour le moins failli.

    N’ayant pas envoyé les invits à temps, ils nous ont assaillis de mail. Cette surinvitation a produit ce qui était prévisible, peu de place, un petit buffet pour recevoir tous les participants dont certains ont rebroussé chemin.

    Autant dire qu’il y en a vraiment assez!

  8. J’ai ouï dire que l’assemblée des associations à la Maison des Basques fut un four de première grandeur. 16 euros par tête pour boire du coca cola et des jus de fruit … et manger du poisson, c’est cher payé !

  9. “A Montpellier petite ville, je m’y suis marié” dit la chanson. C’est maintenant une grande mégalopole, la ville phare du Languedoc. C’est vrai que Frêche y est pour quelque chose, même si son franc-parler faisait quelques dégâts ..
    Je ne pense pas que l’on puisse comparer Saint-Ouen à Montpellier.
    Montpellier est une ville bourgeoise. Il y a toujours eu de l’argent. Elle présente depuis 1970 une image très dynamique liée à son développement dans les secteurs de pointe. L’industrie agro-alimentaire y est aujourd’hui complétée par la distribution de produits régionaux, comme l’huile et le vin. Elle reste une place commerciale de premier plan et s’impose comme un pôle de croissance dans la midi méditerranéen. L’université reste très réputée (trois campus). La faculté de Médecine possède une renommée internationale qui remonte au Moyen-Age. Le technipôle Montpellier accueille sur 600 hectares plus de 900 entreprises qui ont apporté 17.000 emplois.
    Le seul endroit vraiment populaire est sans doute La Paillade. Le budget de la ville est donc important et a permis des réalisations diverses, notamment culturelles.
    Il tombe sous le sens, dans ces conditions, que Saint-Ouen ne peut lutter à armes égales avec Montpellier .. que je connais. J’ai en effet passé pas mal de temps dans la région.

  10. A propos de la démocratie, intéressant la position exprimée par Daniel Bensaïd dans le 6eme paragraphe de ce texte où le NPA analyse le phénomène du vote pour Beppe Grillo en Italie.
    Mais au fait,la démocratie?ça intéresse encore quelqu’un à St-Ouen.Pas sûr que ça rapporte des voix aux municipales…

    http://npa2009.org/node/36134

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *