COMING OUT


Tempète dans un verre d eau, le Maire de Saint-Ouen vient d annoncer officiellement qu elle quittait le Parti Communiste Français. Elle, si friande de communiqués écrits à la première personne du singulier (déposés dans toutes les boîtes aux lettres), a choisi cette fois Le Parisien du 11 juin pour donner une interview en « exclusivité » devant une toile d un artiste ami.

Ses ex camarades, ses électeurs et  les habitants n auront qu à  retrouver ledit journal pour bien comprendre.[1]

Avec d autres, et ici même sur ce blog, nous avions déjà  évoqué il y a de nombreux mois son départ en douce du PCF (intervenu nous dit-elle à présent il y a un an et demi). La fin de ce secret de polichinelle n’est peut-être pas uniquement un problème de morale politique et d honnêteté vis a vis des citoyens.[2] On serait tenter de penser qu’ il s’ agit plutôt d une tentative de rebondir pour assurer sa fin de carrière politique.

Chacun l a compris, et elle nous le redit : « je suis toujours communiste, mes idées sont toujours communistes». Elle n était « plus en phase avec les décisions du parti», « très perturbée par l élection présidentielle de 2007» ¹ «le PC a (eu) une part essentielle dans l échec du rassemblement de la gauche».

Elle indique par ailleurs sa grande « déception»  aux élections Régionales quand  l’appareil a encore commis une grave erreur en écartant Patrick Braouezec de la tête de liste en Ile de France.»

Sans compter ses méchants camarades de Saint-Ouen lui ayant  beaucoup reproché sa politique de développement économique et immobilier».

Forte de ces belles considérations, elle indique sans sourciller qu’ il s agit d un «acte positif» pour aussitôt annoncer sa candidature  aux Cantonales de 2011 et aux Municipales de 2014. Cynisme ou humour, désormais «divers gauche» elle déclare («souriante» nous dit le journaliste) : « si le PC veut me soutenir, j accepterai avec plaisir».

Adhérente aux «Communistes unitaires» et à  la « Fédération pour une alternative sociale et écologique (FASE)[3]»,« pensant comme les réformateurs (du PC) que l on peut être communiste et moderne» elle est maintenant multi cartes avec l esprit large et réconciliée avec tout le monde.

Elle sait désormais « qu il y a de nombreuses personnalités de la vie civile dont on ne peut pas se passer pour faire évoluer une commune».

Touchée par la grâce ? On peut en douter vu son parcours et son entourage.

Dans cet imbroglio difficile d y voir clair entre recomposition politique avec d’éternels rebelles et reclassement d’anciens apparatchiks en fin de partie. On se cherche pour construire une alternative à  gauche mais ça grenouille aussi beaucoup et les coups un peu tordus ne sont pas exclus.

Certains avancent même localement des scénarios peu avouables du genre «ma Jacqueline on ne te gêne pas trop aux Cantonales et tu restes Conseillère Générale mais en 2014 tu nous laisse gentiment  la Mairie».

Evidement de la politique-fiction mais seulement si les citoyens restent.

 


[1] Pour leur éviter cette peine nous mettons en ligne cet article audonien « collector»

[2] On se rappellera à cet égard qu elle a fustigé il y a peu Karim Bouamrane lui retirant sa délégation de Maire-Adjoint en le sommant de démissionner pour avoir quitter le PCF (il est vrai pour rejoindre les ennemis du PS !)

[3] qui a déjà  deux militants connus sur Saint-Ouen qui distribuaient il y àquelques mois des tracts sur le marché un certain Michel Bentolila et le polyvalent Thierry Touzet.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

66 réflexions sur « COMING OUT »

  1. Je ne sais pas s’il s’agit d’un coming out, puisque le départ de madame le Maire était un secret de polichinelle ! Beaucoup de monde était au courant de son départ.
    J’ai dit par ailleurs ce que j’en pensais. Que des gens quittent le PC F, ce n’est pas lè  chose nouvelle .. et ce n’est pas non plus très important ! Au cours de sa longue histoire, beaucoup sont partis et certains d’entre eux ont même mal fini ..
    Des élus communistes et des adhérents ont claqué la porte. On parle de 200 environ. Pour officialiser leur départ, ils se sont réunis au café de la Bastille .. tout un symbole ! Nous avons donc assisté è  une succession d’épiphénomènes.

    Seule madame Rouillon a fait bande è  part et a utilisé les colonnes du “Parisien”. Les anciens affirmaient que “le parti se trempe dans les moments difficiles et que c’est dans ces moments lè  qu’il rejette les scories” … c’est rigoureusement exact !

    J’ai connu Jacqueline Rouillon alors qu’elle était simple militante. C’était une jeune femme, intelligente, d’un abord agréable, dévouée, toujours disponible, profondément attachée au PCF ; elle bénéficiait de l’estime générale. A telle enseigne qu’elle fut désignée è  l’unanimité pour succéder è  Paulette Fost.

    Pour toutes ces raisons, l’attitude de madame le Maire surprend un peu. Elle est aujourd’hui sur une dérive droitière, ou pour le moins social-démocrate. Si l’on en juge par ses déclarations, elle estime qu’il est possible aujourd’hui de résoudre les graves problèmes auxquels sont confrontés nos concitoyens dans le cadre du système actuel. Ce qui est un contresens évident. Elle a remisé au musée des accessoires la lutte des classes et fait un signe aux représentants locaux du MEDEF … qui n’en demandaient sè»rement pas tant ! Les salariés de la ville apprécieront….

    Curieusement, elle met en exergue les excellentes relations qu’elle a nouées avec les communistes. Ce n’est sans doute pas sans arrière-pensées. Candidate è  sa succession aux cantonales et aux municipales, elle compte probablement sur les militants communistes pour faire sa campagne ; ses amis politiques s’étant regroupés dans une structure infinitésimale.
    Madame Rouillon rêve éveillée .. cela arrive è  des gens très bien .. mais cela se soigne !
    Dans des temps anciens, on n’appréciait guère le porteurs de vestes amovibles. Aujourd’hui, on est beaucoup plus tolérant et l’on comprend que l’on reste attaché è  une écharpe ! Une écharpe tricolore .. è§a vous classe un homme ou une femme .. et è§a donne droit aux courbettes des mandants .. le pied quoi !!
    Il tombe sous le sens que ce que je dis ici n’engage que moi ..

  2. Je ne sais pas s’il s’agit d’un coming out, puisque le départ de madame le Maire était un secret de polichinelle ! Beaucoup de monde était au courant de son départ.
    J’ai dit par ailleurs ce que j’en pensais. Que des gens quittent le PC F, ce n’est pas là chose nouvelle .. et ce n’est pas non plus très important ! Au cours de sa longue histoire, beaucoup sont partis et certains d’entre eux ont même mal fini ..
    Des élus communistes et des adhérents ont claqué la porte. On parle de 200 environ. Pour officialiser leur départ, ils se sont réunis au café de la Bastille .. tout un symbole ! Nous avons donc assisté à une succession d’épiphénomènes.

    Seule madame Rouillon a fait bande à part et a utilisé les colonnes du “Parisien”. Les anciens affirmaient que “le parti se trempe dans les moments difficiles et que c’est dans ces moments là qu’il rejette les scories” … c’est rigoureusement exact !

    J’ai connu Jacqueline Rouillon alors qu’elle était simple militante. C’était une jeune femme, intelligente, d’un abord agréable, dévouée, toujours disponible, profondément attachée au PCF ; elle bénéficiait de l’estime générale. A telle enseigne qu’elle fut désignée à l’unanimité pour succéder à Paulette Fost.

    Pour toutes ces raisons, l’attitude de madame le Maire surprend un peu. Elle est aujourd’hui sur une dérive droitière, ou pour le moins social-démocrate. Si l’on en juge par ses déclarations, elle estime qu’il est possible aujourd’hui de résoudre les graves problèmes auxquels sont confrontés nos concitoyens dans le cadre du système actuel. Ce qui est un contresens évident. Elle a remisé au musée des accessoires la lutte des classes et fait un signe aux représentants locaux du MEDEF … qui n’en demandaient sûrement pas tant ! Les salariés de la ville apprécieront….

    Curieusement, elle met en exergue les excellentes relations qu’elle a nouées avec les communistes. Ce n’est sans doute pas sans arrière-pensées. Candidate à sa succession aux cantonales et aux municipales, elle compte probablement sur les militants communistes pour faire sa campagne ; ses amis politiques s’étant regroupés dans une structure infinitésimale.
    Madame Rouillon rêve éveillée .. cela arrive à des gens très bien .. mais cela se soigne !
    Dans des temps anciens, on n’appréciait guère le porteurs de vestes amovibles. Aujourd’hui, on est beaucoup plus tolérant et l’on comprend que l’on reste attaché à une écharpe ! Une écharpe tricolore .. ça vous classe un homme ou une femme .. et ça donne droit aux courbettes des mandants .. le pied quoi !!
    Il tombe sous le sens que ce que je dis ici n’engage que moi ..

  3. Pas très étonnant. On fait carrière dans un appareil dominant de la culture politique locale : par exemple le PC en banlieue nord. Quand, suite aux changements socio-économiques et politiques des 2-3 décennies passées, mal perè§us par l’appareil PC, cet appareil s’étiole pendant qu’on est confortablement en carrière politique, eh bien, on se passe de l’échelle qui a permis de grimper. Changement (im)perceptible de discours, avec comm’ payée sur denier public, caméléon chatoyant au gré du rapport des forces politiques et économiques en présence bien au-delè  de la seule commune de SO. Et parier osé : une fois de plus conseillère générale (2011) et maire de SO (2014), cela permet de transiger avec le PS, troquer ceci contre cela. Une sortie de carrière confortable, avec retraite enviable par les temps qui vont courir. Et si les électeurs/trices votaient de travers en 2011 ? Embêtant, fè¢cheux, humiliant, et mérité, mais toujours pas la dèche. Heureusment d’ailleurs, car être politicien.ne professiionel.le, c’est un boulot è  temps plus que complet quand on s’y colle, aussi critiquable que puisse avoir été l’action menée.
    René Matéo écrit qu’ “elle fut désignée è  l’unanimité pour succéder è  Paulette Fost”. Sans doute exact pour le PC encore stalinien dans sa mentalité -René Matéo n’aime pas le mot. Mais pas au Conseil municipal – cf. notre tract de l’époque : Quand la maire se retire (dans les archives ici en ligne).

    Appel è  nos historiens de la politique locale que sont René Matéo et Michel Fainzang : depuis la libération, les maires c’est PC, jusqu’il ya quelques jours. Ce que l’on sait moins : qu’en est-il des maires de Saint-Ouen entre 1920 (création du PC) et la libération ?

  4. Post 2
    Voici la liste des maires de Saint-Ouen :
    Louis Dain, socialiste, 25 mai 1912-19 juin 1915
    Paul Bourdet, socialiste, 6 juin 191915- 6 décembre 1919
    Gustave Lesesne, socialiste, 6 décembre 1919-12 janvier 1920
    Emile Cordon, socialiste, 12 janvier 1920- 4 juillet 1927
    Alexandre Bachelet, socialiste, 4 juillet 1927-12 mai 1929
    Gustave Lesesne, socialiste, 14 mai 1929- 1944
    Alexandre Bachelet, socialiste, aoè»t 1944- 9 mai 1945
    Fernand Lefort, communiste, 9 mai 1945- 29 septembre 1979
    Paulette Foste, communiste, 23 septembre 1979- 11 avril 1999 .. vous connaissez la suite.

    La désignation de madame Rouillon s’est déroulée de la faè§on suivante.
    Après le démission de Paulette Fost s’est tenue, salle Ciprianie-Jaurès une assemblée générale des communistes. Il y eut un appel è  candidature, qui ne donna rien. S’ensuivit un débat au cours duquel quelques noms furent avancés, notamment une femme. Celle-ci refusa au motif qu’elle avait une emploi qu’elle désirait conserver. Nous étions dans une impasse.
    Quelqu’un proposa Jacqueline Rouillon. Cette proposition ne souleva aucune objection. Pourquoi ? Parce que l’on considérait qu’elle était en capacité d’assumer ce poste. Elle refusa. Mais un vote è  bulletins secrets eut lieu tout de même sur son nom – responsable de l’urne : le colonel Taquet (il doit s’en souvenir) – Elle fut désignée è  l’unanimité. Elle était toujours réticente. Ce n’est qu’après plusieurs démarches qu’on la persuada enfin d’accepter.
    La désignation de Jacqueline Rouillon s’est donc déroulée en toute clarté … sans avoir recours è  l’arbitrage du Maréchal Staline …
    Je me permets de souligner que le Parti Communiste Franè§ais, contrairement aux allégations de certains, est un parti démocratique. Tout le monde ne peut pas en dire autant …

    • C’est vraiment beau la démocratie : ayant è  l’époque quitté le Parti communiste depuis plus d’une décennie et ayant conduit, 5 ans plus tôt, une liste autonome opposée è  Paulette Fost, j’avais pourtant depuis quelques mois déjè , au moment de cette désignation “spontanée” par les camarades, l’information de source sè»re selon laquelle le future Maire serait Jacqueline Rouillon.
      J’avais d’ailleurs “exfiltré” cette information è  certains (dont quelques socialistes restés, je dois le dire, très incrédules).

      A toutes fins utiles René, merci de préciser la date de cette assemblée “décisionnaire”. J’essaierai d’étayer mon propos.

      Eric PEREIRA-SILVA

  5. Post 2
    Voici la liste des maires de Saint-Ouen :
    Louis Dain, socialiste, 25 mai 1912-19 juin 1915
    Paul Bourdet, socialiste, 6 juin 191915- 6 décembre 1919
    Gustave Lesesne, socialiste, 6 décembre 1919-12 janvier 1920
    Emile Cordon, socialiste, 12 janvier 1920- 4 juillet 1927
    Alexandre Bachelet, socialiste, 4 juillet 1927-12 mai 1929
    Gustave Lesesne, socialiste, 14 mai 1929- 1944
    Alexandre Bachelet, socialiste, août 1944- 9 mai 1945
    Fernand Lefort, communiste, 9 mai 1945- 29 septembre 1979
    Paulette Foste, communiste, 23 septembre 1979- 11 avril 1999 .. vous connaissez la suite.

    La désignation de madame Rouillon s’est déroulée de la façon suivante.
    Après le démission de Paulette Fost s’est tenue, salle Ciprianie-Jaurès une assemblée générale des communistes. Il y eut un appel à candidature, qui ne donna rien. S’ensuivit un débat au cours duquel quelques noms furent avancés, notamment une femme. Celle-ci refusa au motif qu’elle avait une emploi qu’elle désirait conserver. Nous étions dans une impasse.
    Quelqu’un proposa Jacqueline Rouillon. Cette proposition ne souleva aucune objection. Pourquoi ? Parce que l’on considérait qu’elle était en capacité d’assumer ce poste. Elle refusa. Mais un vote à bulletins secrets eut lieu tout de même sur son nom – responsable de l’urne : le colonel Taquet (il doit s’en souvenir) – Elle fut désignée à l’unanimité. Elle était toujours réticente. Ce n’est qu’après plusieurs démarches qu’on la persuada enfin d’accepter.
    La désignation de Jacqueline Rouillon s’est donc déroulée en toute clarté … sans avoir recours à l’arbitrage du Maréchal Staline …
    Je me permets de souligner que le Parti Communiste Français, contrairement aux allégations de certains, est un parti démocratique. Tout le monde ne peut pas en dire autant …

  6. Scénario rose très pè¢le : pour les élections cantonales la très nébuleuse et incertaine Sophie Jacquot serait en lice pour le PS.
    Le Maire peut dormir tranquille..

  7. Scénario rose très pâle : pour les élections cantonales la très nébuleuse et incertaine Sophie Jacquot serait en lice pour le PS.
    Le Maire peut dormir tranquille..

  8. Eric, je ne me souviens pas de la date exacte, mais cela devait être en avril 1999.
    Personnellement, je n’étais pas informé de la chose quelques mois auparavant … et je pense que ce n’était que des paroles en l’air, étant donné que l’on envisageait de proposer quelqu’un d’autre …. il n’était pas question de Madame Rouillon …

  9. Eric, je ne me souviens pas de la date exacte, mais cela devait être en avril 1999.
    Personnellement, je n’étais pas informé de la chose quelques mois auparavant … et je pense que ce n’était que des paroles en l’air, étant donné que l’on envisageait de proposer quelqu’un d’autre …. il n’était pas question de Madame Rouillon …

  10. Sophie Jacquot candidate du parti socialiste aux cantonales … j’adore, en tout bien tout honneur, madame Jacquot .. et les socialistes aussi … parce qu’ils sont beaux, jeunes et dynamiques … tous les passants les regardant croient voir passer le printemps ! Le duel avec madame Rouillon risque d’être épique !
    La sympathique Sophie pourrait renvoyer madame Rouillon è  ses chères études .. d’autant que cette dernière dispose de troupes qui ont fondu comme neige au soleil …
    A moins, que le parti socialiste et les amis de madame le Maire, ne se soient livrés è  une cuisine électorale consistant è  laisser le siège de conseiller général è  Madame Rouillon, celle-ci laissant, en contrepartie, la mairie au socialistes.
    En l’état actuel des choses tous les postulats sont envisageables …
    Qui vivra .. verra !!

  11. Sophie Jacquot candidate du parti socialiste aux cantonales … j’adore, en tout bien tout honneur, madame Jacquot .. et les socialistes aussi … parce qu’ils sont beaux, jeunes et dynamiques … tous les passants les regardant croient voir passer le printemps ! Le duel avec madame Rouillon risque d’être épique !
    La sympathique Sophie pourrait renvoyer madame Rouillon à ses chères études .. d’autant que cette dernière dispose de troupes qui ont fondu comme neige au soleil …
    A moins, que le parti socialiste et les amis de madame le Maire, ne se soient livrés à une cuisine électorale consistant à laisser le siège de conseiller général à Madame Rouillon, celle-ci laissant, en contrepartie, la mairie au socialistes.
    En l’état actuel des choses tous les postulats sont envisageables …
    Qui vivra .. verra !!

  12. Concernant Paulette .. ce que je sais c’est qu’après vingt années durant lesquelles elle a occupé le poste de premier magistrat de la ville, elle était saturée et fatiguée … elle en paye un peu l’addition maintenant ; elle a en effet quelques ennuis de santé .. mais rien de grave.

  13. Concernant Paulette .. ce que je sais c’est qu’après vingt années durant lesquelles elle a occupé le poste de premier magistrat de la ville, elle était saturée et fatiguée … elle en paye un peu l’addition maintenant ; elle a en effet quelques ennuis de santé .. mais rien de grave.

  14. René,Ingolf et JYM,deux petites précisions.
    -Emile Cordon,en déc.1920,au congrès de Tours)avec la majorité de la SFIO,accepta les 21 conditions(dè®tes Zinoviev) de l’I.C.(le Komintern)et S.O.eut donc un maire SFIC(futur PCF).En 1924,le PCF n’acceptant plus la double appartenance(communiste-franc maè§on),Cordon quitta la SFIC et redevint socialiste.
    -Alexandre Bachelet,lui,n’était pas SFIO mais membre d’un parti intermédiaire entre SFIO et PCF.Il n’a dè» rejoindre la SFIO qu’au moment du Front Popu.Sénateur de la Seine,il fut un des 80 parlementaires qui ne votèrent pas les pleins pouvoirs è  Pétain le 10 juillet 40,è  Vichy.
    Espérons que cette fois mes infos pourront être publiées sur ce blog!

  15. Je ne e permeterai pas de mettre ta parole en doute René mais éric è  raison visiblement tu devais è«tre un des seuls è  ne pas être au courant.Tout comme tout le monde savait que Paulette n’irait pas au bout de son mandat. Enfin si tu le dis, je te crois.

  16. Je regrette Antoine, mais moi je ne savais pas .. et puis je ne suis pas d’un tempérament curieux.
    Pour moi, tout s’est décidé lors de l’assemblée générale … qui, je m’en souviens, a duré pas mal de temps.
    Quoi qu’il en soit, l’affaire est maintenant close. Pour ma part, je considère toujours qu’un élu doit remettre son mandat au parti politique qui l’a fait élire, s’il démissionne de ce parti en raison de désaccords politiques. Il ne représente plus en effet les électrices et les électeurs qui lui ont accordé leurs suffrages.

  17. Je regrette Antoine, mais moi je ne savais pas .. et puis je ne suis pas d’un tempérament curieux.
    Pour moi, tout s’est décidé lors de l’assemblée générale … qui, je m’en souviens, a duré pas mal de temps.
    Quoi qu’il en soit, l’affaire est maintenant close. Pour ma part, je considère toujours qu’un élu doit remettre son mandat au parti politique qui l’a fait élire, s’il démissionne de ce parti en raison de désaccords politiques. Il ne représente plus en effet les électrices et les électeurs qui lui ont accordé leurs suffrages.

  18. Bon ce qui ressort de tous ces témoignages sur ce passage de témoin entre PF et JR,c’est que la direction du PCF,au milieu des années 90 du siècle dernier,appliquait le”centralisme démocratique”avec plus de souplesse et n’imposait plus ses candidats aussi grossièrement qu’auparavant(lorsqu’il fallait respecter”l’esprit de parti”,esprit,s’il faut en croire Khrouchtchev,qui poussa Boukharine,innocent,è  plaider coupable lors des procès de Moscou).Ceci dit,vu l’élection programmée du fils de Paul Laurent è  la succession de M.G.Buffet,on peut en douter.
    Ceci dit en 1995,JR avait 39 ans,elle ne tombait pas du ciel et encore moins d’une lutte lycéenne.Avait-elle milité quelque part avant?Qui avait décidé de son arrivée è  S.O.?et pourquoi?Puisque FT,René,EPS ne veulent rien dire,espérons que JMP puisse se renseigner et renseigner les audoniens!
    Par contre è  vous lire,il semblerait que JR n’ait pas décidé de passer la main è  un de ses dauphin(e)s désigné(e)s:PP ou Hayat D.En 2014,elle n’aura pas 60 ans,un bel è¢ge pour assumer les destinées de notre ville.Les divisions de ses adversaires qui avancent trop souvent masqués lui ouvrent un boulevard!Elle aurait tort de ne pas en profiter…

  19. Concernant ma participation è  l’élection de JR par les cocos de l’époque, je voudrai simplement dire la chose suivante : le pcf a toujours eu l’intérêt des gens è  cÅ“ur et les audoniens le lui rendaient globalement.

    Il peut s’enorgueillir d’avoir collectivement permis è  des jeunes femmes et des jeunes hommes de prendre des responsabilités.

    Le reste est une autre histoire.

    Que dire de tous ces dirigeants de l’époque et jusqu’è  peu – qui après avoir avalé toutes couleuvres sur certains choix municipaux, se retrouvent au premier rang d’une petite mascarade?

    L’action de JR è  la tête de la ville a été – sous couvert de modernisme – d’éloigner toute modernisation du PCf local en soutenant et organisant les personnes et les situations qui confortaient sa situation.

    Avec une grande part d’inhumanité concernant des femmes et des hommes travaillant ou non è  la Ville.

    Sa dernière élection, fruit d’une stratégie anti communiste et de petits arrangements entre les partis (PS, PC, Verts), l’a confortée è  sa place.

    Mais è  quel prix ?

    Refus permanent d’un vrai travail partenarial avec ses partenaires de gauche au conseil -malgré les apparences proclamées et une com surabondante et de bien piètre qualité.

    Refus d’engager en tant que maire les combats contre les injustices, les actes gouvernementaux anti-sociaux malgré les déclarations pompeuses et è  diffusion limitée dans le temps et l’espace.

    Mise sous la coupe de la Ville de Paris et des aménageurs immobiliers des capacités et potentialités de Saint-Ouen, avec flou et absence de clarté sur les engagements pris an nom de la ville.

    Autoflargonerie comme de prétendre dicter sa loi au Medef.

    Capitulation face aux vieilles lunes : acceptation de la couteuse et inutile police municipale, soumission aux acteurs privés dans un grand nombre de secteurs municipaux, vente des colos, vidéo surveillance, stationnement payant…

    Refus démocratiques répétés : organisation d’une consultation pour le droit de vote et d’éligibilité des non communautaires, absences de soutien (autre qu’obligatoire) è  la participation des audoniens (parents d’élèves, locataires, riverains de projets, usagers des services publics municipaux…)…

    Je n’enfoncerai pas le clou ici sur le train de vie du Premier magistrat, les non-réponses générales au courrier des audoniens, le mépris improductif qu’elle accorde aux gens qui ne parlent pas comme elle ou ne partagent pas ses décisions.

    Le passé et les origines de l’intéressé ou de son entourage trés proche ne comptent pas.

    Je m’intéresse plutôt, par exemple, è  une proposition relevée dans les tribunes parues dans le bulletin municipal, è  savoir les propos de l’élu socialiste Henri Lelorrain qui juge indispensable l’existence d’un schéma directeur des équipements publics pour anticiper et mieux aménager la Ville pour savoir les besoins et les attentes des audoniens.”

    Alors après 15 ans de règne, des propositions, des assises, toute absence de bilan municipal,… cette exigence sonne comme le glas des déchirures entre les arrivistes et les sincères du bien commun et de l’intérêt collectif.

  20. Mon cher Michel, il est vrai que madame Rouillon n’est pas tombé du ciel .. mais, en ce qui me concerne, je ne sais pas exactement d’oè¹ elle vient. Je sais qu’elle militait dans une cellule du vieux saint-ouen, qu’elle fut secrétaire administrative de la section, puis mutée è  la fédération. J’ignore la responsabilité qui lui fut confiée, vu que les femmes et les hommes de parti ne sont pas mon centre d’intérêt. Je m’intéresse plutôt aux idées .. les femmes et les hommes passent, les idées restent !
    Au parti communiste, comme dans tout parti démocratique, la discussion est totalement libre. Mais quand le moment est venu de se prononcer alors que tous les arguments pour ou contre telle thèse, ou pour ou contre telle personne, ont été exposés, c’est l’opinion de la majorité qui, après un vote, a force de loi pour tous. Ce sont les décisions prises qui deviennent la règle pour tous. Voilè  ce que l’on appelle le Centralisme Démocratique.
    S’il n’en était pas ainsi, si une minorité pouvait mettre en cause les décisions de la majorité, le parti communiste donnerait le spectacle navrant, non pas d’un parti uni, mais d’un parti en lutte contre lui-même et par cela même peu apte è  concentrer tous ses coups contre l’adversaire.
    On notera que le principe du centralisme démocratique a été abandonné et on peut juger du résultat. Chacun fait ce qu’il veut. Certains sèment la pagaille, puis vont voir ailleurs ce qui se passe. C’est la chienlit, pour reprendre l’expression du Général de Gaulle face aux évènements de mai 68. La lè¢cheté est devenue une vertu politique !
    On comprendra que je suis personnellement pour une application stricte du centralisme démocratique.
    Pour le reste, je crois que Franè§ois Taquet n’a pas tout è  fait tort …. et j’ajoute pour conclure qu’il n’y a pas de dauphin désigné.

  21. Mon cher Michel, il est vrai que madame Rouillon n’est pas tombé du ciel .. mais, en ce qui me concerne, je ne sais pas exactement d’où elle vient. Je sais qu’elle militait dans une cellule du vieux saint-ouen, qu’elle fut secrétaire administrative de la section, puis mutée à la fédération. J’ignore la responsabilité qui lui fut confiée, vu que les femmes et les hommes de parti ne sont pas mon centre d’intérêt. Je m’intéresse plutôt aux idées .. les femmes et les hommes passent, les idées restent !
    Au parti communiste, comme dans tout parti démocratique, la discussion est totalement libre. Mais quand le moment est venu de se prononcer alors que tous les arguments pour ou contre telle thèse, ou pour ou contre telle personne, ont été exposés, c’est l’opinion de la majorité qui, après un vote, a force de loi pour tous. Ce sont les décisions prises qui deviennent la règle pour tous. Voilà ce que l’on appelle le Centralisme Démocratique.
    S’il n’en était pas ainsi, si une minorité pouvait mettre en cause les décisions de la majorité, le parti communiste donnerait le spectacle navrant, non pas d’un parti uni, mais d’un parti en lutte contre lui-même et par cela même peu apte à concentrer tous ses coups contre l’adversaire.
    On notera que le principe du centralisme démocratique a été abandonné et on peut juger du résultat. Chacun fait ce qu’il veut. Certains sèment la pagaille, puis vont voir ailleurs ce qui se passe. C’est la chienlit, pour reprendre l’expression du Général de Gaulle face aux évènements de mai 68. La lâcheté est devenue une vertu politique !
    On comprendra que je suis personnellement pour une application stricte du centralisme démocratique.
    Pour le reste, je crois que François Taquet n’a pas tout à fait tort …. et j’ajoute pour conclure qu’il n’y a pas de dauphin désigné.

  22. J’aurais plutôt pensé que ce serait la fête è  Domenech mais bon, allons-y:
    C’est aussi la première mandature oè¹ le commerce et les sports n’ont pas de maires adjoints,” juste” des conseillers municipaux.
    Cela laisse supposer la place que tient le commerce audonien et le sport dans les l’echelle des valeurs de JR.

  23. Jean,pour Domenech on ne tire pas sur une ambulance.Les vrais responsables sont ceux(instance du foot)qui l’ont mis en place et confirmés en 2008.Ces instances ,depuis Kovacs,ont décidés d’offrir le poste è  des copains privés de clubs.Ce sont donc les Jacquet,Lemaire,Santini,Houiller,Domenech qui se sont vu offerts contre abondantes rétributions l’occasion de relancer leur carrière interrompue è  Bordeaux,au Red Star,je ne sais plus oè¹,au PSG,è  Lyon ou è  Strasbourg.En 82,98 et 2006 Hidalgo,Jacquet et Domenech ont eu la chance de tomber sur des joueurs d’exception è  forte personnalité:Platini,Deschamps et Zidane qui ont fait tourner l’équipe.Lesdits entraè®neurs se contentant de ne pas les contrarier.2010,ce pauvre Domenech n’a pas eu cette chance.Gourcuff est encore un peu tendre,Ribéry s’il a pu faire écarter des joueurs qui ne lui plaisaient pas semble avoir été marqué par ses déboires d’ordre privé et son carton rouge contre Lyon qui lui a fait manquer la finale de la coupe d’Europe,Viera n’est plus compétitif,Henry ne peut plus sauver l’équipe de la main…Tjs est-il que Domenech est livré è  lui même et que ses dons de meneur d’hommes,sa connaissance des thèmes astraux ne suffisent pas…Gageons qu’il paiera et que ceux qui l’ont placé lè  continueront è  faire du fric sur le dos du foot en utilisant la soif des gamins è  devenir de futurs Zizou!
    Enfin pour en revenir è  JR,je peux affirmer que ni elle,ni PP,ni MB ne portent de responsabilités dans la piètre prestation des bleus.Pourraient-ils seulement aider è  redonner au nord du “Grand Paris”,le grand club capable de rivaliser avec le PSG et faire oublier les rivalités entre Boulogne(St-Cloud)et Auteuil?

  24. Jean,je ne l’ai pas dit,hier,parce que je ne le savais pas mais si è§a va mal pour cette équipe…c’est qu’il y a un traitre!D’après la police audonienne toujours aussi performante,il s’agirait d’un agent irlandais.Son pays l’aurait chargé,en collaboration(mot qui reprend des couleurs,70 ans après le 17 juin 40 et le discours du “vieux traitre”)avec Rama Yade ,de déstabiliser les bleus pour se venger de ce que l’Eire considère comme de la triche:la mimine de notre Thierry Henry national.

    • … on s’égare dans le footballistique, merci de passer è  la rubrique “libres échanges” car Mme le Maire même dans son “coming out” tardif ne nous a pas (encore) révélé son amour immodéré pour le foot.

  25. Quand on en arrive lè , c’est qu’il y autre chose.

    Nous sommes dans une situation paradoxale puisque les élus PS peuvent tout bloquer et mettre en minorité JR, ont de multiples raisons de se révolter de l’attitude autoritaire du maire et de la difficulté que constitue son isolé et proche entourage pour faire valoir de vraies solutions aux problèmes locaux.

    La cantonale approche. Bartolone pourrait se satisfaire de la réélection de JR qui ne le gène en rien tant son absence physique et politique au conseil général est grande.

    Pire, certains pronostiquent une carrière è  la Corinne Valls (ancien maire communiste de Romainville) qui est devenue Vice présidente divers gauche du Département et avant tout anticommuniste,

    Chacun peut constater que JR est partie avec une longueur d’avance pour la cantonale, multipliant les rencontres, les effets de manche et la profusion de com, et se prenant pour le Général, se place au dessus des partis, è  la disposition des audoniens.

    C’est totalement risible lorsque l’on sait qu’il a fallu une réunion è  Mains d’oeuvres avec les retraités pour que notre maire – conseillère générale apprenne que le président Bartolone via ses services avait réduit la prise en charge de la Carte Améthyste (transport) par le Département.

    A moins que l’on puisse voir une autre cause de ces tensions avec le difficile accouchement d’une solution concrète, valable et rapide au déplacement des boulistes de Dhalenne pour cause de projet immobilier avec entre autres une nouvelle école.

    En attendant, autre pierre dans la vitrine du projet de vendeur de saucisses de JR, l’ex bib centrale va recevoir (pour cause de fermeture de la piscine), après Traversée d’Art, l’activité de gym d’entretien habituellement située è  la piscine Delaune.

    Pour ce week-end, rendez-vous samedi 26 è  midi pour l’ouverture d’Estival è  Dhalenne.

  26. Quand on en arrive là, c’est qu’il y autre chose.

    Nous sommes dans une situation paradoxale puisque les élus PS peuvent tout bloquer et mettre en minorité JR, ont de multiples raisons de se révolter de l’attitude autoritaire du maire et de la difficulté que constitue son isolé et proche entourage pour faire valoir de vraies solutions aux problèmes locaux.

    La cantonale approche. Bartolone pourrait se satisfaire de la réélection de JR qui ne le gène en rien tant son absence physique et politique au conseil général est grande.

    Pire, certains pronostiquent une carrière à la Corinne Valls (ancien maire communiste de Romainville) qui est devenue Vice présidente divers gauche du Département et avant tout anticommuniste,

    Chacun peut constater que JR est partie avec une longueur d’avance pour la cantonale, multipliant les rencontres, les effets de manche et la profusion de com, et se prenant pour le Général, se place au dessus des partis, à la disposition des audoniens.

    C’est totalement risible lorsque l’on sait qu’il a fallu une réunion à Mains d’oeuvres avec les retraités pour que notre maire – conseillère générale apprenne que le président Bartolone via ses services avait réduit la prise en charge de la Carte Améthyste (transport) par le Département.

    A moins que l’on puisse voir une autre cause de ces tensions avec le difficile accouchement d’une solution concrète, valable et rapide au déplacement des boulistes de Dhalenne pour cause de projet immobilier avec entre autres une nouvelle école.

    En attendant, autre pierre dans la vitrine du projet de vendeur de saucisses de JR, l’ex bib centrale va recevoir (pour cause de fermeture de la piscine), après Traversée d’Art, l’activité de gym d’entretien habituellement située à la piscine Delaune.

    Pour ce week-end, rendez-vous samedi 26 à midi pour l’ouverture d’Estival à Dhalenne.

  27. COME BACK

    Mister Bruce Clarke, Conseiller municipal porté disparu, serait réapparu au dernier Conseil municipal.
    Nous menons l’enquête…

  28. Corinne Valls fut, je crois, communiste avant de sombrer dans les délices de la petite bourgoisie. Celle-ci accueille toujours è  bras ouverts celles et ceux qui, reniant les principes dont ils se réclamaient, désertent le combat de classe. Que nul ne s’y trompe, la bourgeoisie poursuit toujours d’une haine tenace le monde du travail. Les grands patrons et les maè®tres de la finance, même s’ils adoptent un air patelin qui n’est qu’une faè§ade, n’ont pas changé. Pour eux, et comme en 36, è  l’époque du front populaire, ils vouent aux gémonies “ces salopards en casquette qui prennent du bon temps avec les congés payés.” (extrait du journal d’extrême-droite “Gringoire” de juillet 36).
    Madame Valls est maintenant divers gauche .. un gauche qui a pour particularité de gouverner è  droite lorsqu’elle exerce le pouvoir … et pas seulement en France. Le socialiste Zapatéro en est une illustration concrète en Espagne. Il se situe aux antipodes des discours très marqués è  gauche de madame Aubry. Mais bon …
    Il me semble, mais je n’en suis pas sè»r, que l’on a collé aussi l’étiquette “divers gauche” è  madame Rouillon. Personnellement, je ne sais plus si elle est è  gauche ou a droite. Ce qui est clair, c’est qu’elle veut ratisser large et sauvegarder ainsi son siège de conseillère générale. On croit comprendre qu’elle déjè  amorcé sa campagne au travers de diverses initiatives, comme le note Franè§ois Taquet. Mais tiendra-t-elle la distance ? Rien n’est moins sè»r !
    Madame Rouillon devrait, è  mon sens, méditer sur le lapin de la fable ; “Rien ne sert de courir, il faut partir è  point !”
    Je ne veux point jouer ici les pythonisses … mais j’ai le sentiment que Madame Rouillon est mal partie … !
    On peut penser, en effet, en l’état actuel des choses, qu’elle sera sanctionnée par l’électorat communiste … è  qui on ne fera pas prendre des vessies pour des lanternes !
    Evidemment, et je le répète, ce que je dis ici n’engage que moi ..
    Quant è  monsieur Clarke , sans doute a-t-il gardé des attaches dans la prude Albion, son pays natal … on peut penser qu’après des journées au cours desquelles il donne libre cours è  ses talents d’artiste, il éprouve le besoin de souffler un peu … élémentaire mon cher Watson !

  29. Corinne Valls fut, je crois, communiste avant de sombrer dans les délices de la petite bourgoisie. Celle-ci accueille toujours à bras ouverts celles et ceux qui, reniant les principes dont ils se réclamaient, désertent le combat de classe. Que nul ne s’y trompe, la bourgeoisie poursuit toujours d’une haine tenace le monde du travail. Les grands patrons et les maîtres de la finance, même s’ils adoptent un air patelin qui n’est qu’une façade, n’ont pas changé. Pour eux, et comme en 36, à l’époque du front populaire, ils vouent aux gémonies “ces salopards en casquette qui prennent du bon temps avec les congés payés.” (extrait du journal d’extrême-droite “Gringoire” de juillet 36).
    Madame Valls est maintenant divers gauche .. un gauche qui a pour particularité de gouverner à droite lorsqu’elle exerce le pouvoir … et pas seulement en France. Le socialiste Zapatéro en est une illustration concrète en Espagne. Il se situe aux antipodes des discours très marqués à gauche de madame Aubry. Mais bon …
    Il me semble, mais je n’en suis pas sûr, que l’on a collé aussi l’étiquette “divers gauche” à madame Rouillon. Personnellement, je ne sais plus si elle est à gauche ou a droite. Ce qui est clair, c’est qu’elle veut ratisser large et sauvegarder ainsi son siège de conseillère générale. On croit comprendre qu’elle déjà amorcé sa campagne au travers de diverses initiatives, comme le note François Taquet. Mais tiendra-t-elle la distance ? Rien n’est moins sûr !
    Madame Rouillon devrait, à mon sens, méditer sur le lapin de la fable ; “Rien ne sert de courir, il faut partir à point !”
    Je ne veux point jouer ici les pythonisses … mais j’ai le sentiment que Madame Rouillon est mal partie … !
    On peut penser, en effet, en l’état actuel des choses, qu’elle sera sanctionnée par l’électorat communiste … à qui on ne fera pas prendre des vessies pour des lanternes !
    Evidemment, et je le répète, ce que je dis ici n’engage que moi ..
    Quant à monsieur Clarke , sans doute a-t-il gardé des attaches dans la prude Albion, son pays natal … on peut penser qu’après des journées au cours desquelles il donne libre cours à ses talents d’artiste, il éprouve le besoin de souffler un peu … élémentaire mon cher Watson !

  30. René dit: <>
    Je le souhaite mais tu ne penses pas que c’était déjè  clair en 2008 et pourtant le parti a décidé de continuer pourquoi ? Ne crois tu pas que d’autres aurait dè» la suivre dans sa démission parce que tout de même ce sont eux qui l’ont choisis et trompé l’électorat coco ?

  31. Monsieur Vary, vous êtes trop curieux … et la curiosité est un vilain défaut .. vous le savez sans doute.
    Vous êtes anticommuniste, cher monsieur, c’est votre droit et je ne vous le conteste pas. Permettez-moi de vous le dire, j’ai relevé au travers de vos écrits ici que votre réthorique est quasiment analogue è  ces hommes de paille qui chaque matin ciraient è  Vichy, pendant l’occupation, les bottes de feu le Maréchal Pétain.
    Je vous accorde néanmoins un préjugé favorable parce que, comme beaucoup d’autres, vous êtes sous la pression idéologique des puissances d’argent.
    Je voudrai quand même vous dire une chose sur la base de mon expérience personnelle : l’anticommunisme conduit au fascisme et è  la guerre … c’est inéluctable !
    J’ai toujours la même admiration pour l’écrivain catholique Franè§ois Mauriac, un homme d’une honnêteté scrupuleuse, qui a écrit : “Je réprouve cette forme assez basse de l’anticommunisme primaire, qui fait tenir aux gens intelligents des propos imbéciles.”
    Je vous assure, cher monsieur, de mes sentiments respectueux et dévoués …

  32. Monsieur Vary, vous êtes trop curieux … et la curiosité est un vilain défaut .. vous le savez sans doute.
    Vous êtes anticommuniste, cher monsieur, c’est votre droit et je ne vous le conteste pas. Permettez-moi de vous le dire, j’ai relevé au travers de vos écrits ici que votre réthorique est quasiment analogue à ces hommes de paille qui chaque matin ciraient à Vichy, pendant l’occupation, les bottes de feu le Maréchal Pétain.
    Je vous accorde néanmoins un préjugé favorable parce que, comme beaucoup d’autres, vous êtes sous la pression idéologique des puissances d’argent.
    Je voudrai quand même vous dire une chose sur la base de mon expérience personnelle : l’anticommunisme conduit au fascisme et à la guerre … c’est inéluctable !
    J’ai toujours la même admiration pour l’écrivain catholique François Mauriac, un homme d’une honnêteté scrupuleuse, qui a écrit : “Je réprouve cette forme assez basse de l’anticommunisme primaire, qui fait tenir aux gens intelligents des propos imbéciles.”
    Je vous assure, cher monsieur, de mes sentiments respectueux et dévoués …

  33. Madame Rouillon est mal partie ¦ !
    Si la phrase dia disparu René ne va pas savoir ce è  quoi je répondais donc je l’écris sans parenthèses :
    Madame Rouillon est mal partie ¦ !
    On peut penser, en effet, en létat actuel des choses, quelle sera sanctionnée par lélectorat communiste ¦ è  qui on ne fera pas prendre des vessies pour des lanternes !
    Et ensuite c’est mon mail 31

  34. René, on peut ne pas être d’accord avec toi et pas faire forcement de l’anticommunisme primaire!
    En 2008, tu taxais tous les opposants de JR d’anticommunistes alors qu’elle ne l’était plus(?)
    On t’aurais menti?

  35. Mon cher antoine, je ne pense pas que tout était clair en 2008.
    Mais ne ressassons pas le passé, ce qui est fait est fait .. et madame Rouillon c’est le passé ! Il vaut cent fois mieux se tourner résolument vers l’avenir.
    Je sais qu’il y a aujourd’hui au sein de la section du parti communiste de Saint-Ouen,des jeunes, dont certains ont été élus membres du Comité National lors du récent congrès, qui sont aptes è  prendre la relève.Ils sont dynamiques et ont acquis une culture politique qui laisse bien augurer de l’avenir. A vrei dire, je ne me fais pas de souci pour le PCF, même si on prend soin dans les médias de l’ignorer totalement, sauf pour le couvrir d’opprobre et le considérer comme ringard et hors du temps … les corneilles croassantes de l’anticommunisme donnent de la voix .. on ne s’en étonnera pas outre mesure : la bourgeoisie ne se trompe jamais d’ennemi !
    Il faut aujourd’hui faire vivre une République Sociale fondée sur la souveraineté populaire, favoriser la participation du monde du travail aux affaires publiques, garantir la laè¯cité des institutions, ainsi que l’indépendance des médias et leur accès ouvert è  tous les républicains. Puisque c’est è  l’orde du jour, on rappellera pour mémoire que Franè§ois Mitterrand a inclus dans son programme la retraite è  60 ans sous la pression du parti communiste et de la CGT (dixit france 2)
    Je relève dans la liste du nouveau Conseil National du PCF le nom de Claude Fainzang .. s’agit-il d’un parent è  Michel ?

  36. Mon cher antoine, je ne pense pas que tout était clair en 2008.
    Mais ne ressassons pas le passé, ce qui est fait est fait .. et madame Rouillon c’est le passé ! Il vaut cent fois mieux se tourner résolument vers l’avenir.
    Je sais qu’il y a aujourd’hui au sein de la section du parti communiste de Saint-Ouen,des jeunes, dont certains ont été élus membres du Comité National lors du récent congrès, qui sont aptes à prendre la relève.Ils sont dynamiques et ont acquis une culture politique qui laisse bien augurer de l’avenir. A vrei dire, je ne me fais pas de souci pour le PCF, même si on prend soin dans les médias de l’ignorer totalement, sauf pour le couvrir d’opprobre et le considérer comme ringard et hors du temps … les corneilles croassantes de l’anticommunisme donnent de la voix .. on ne s’en étonnera pas outre mesure : la bourgeoisie ne se trompe jamais d’ennemi !
    Il faut aujourd’hui faire vivre une République Sociale fondée sur la souveraineté populaire, favoriser la participation du monde du travail aux affaires publiques, garantir la laïcité des institutions, ainsi que l’indépendance des médias et leur accès ouvert à tous les républicains. Puisque c’est à l’orde du jour, on rappellera pour mémoire que François Mitterrand a inclus dans son programme la retraite à 60 ans sous la pression du parti communiste et de la CGT (dixit france 2)
    Je relève dans la liste du nouveau Conseil National du PCF le nom de Claude Fainzang .. s’agit-il d’un parent à Michel ?

  37. Monsieur Mateo, Si ne pas être communiste c’est être faciste alors cher Monsieur avec tout le respect que je vous dois l’heure est grave. Si vous passez votre temps a analyser mes écrit alors effectivement vous êtes dans la ligne la plus ortodoxe d’ un communisme qui a conduit au pire excès meurtre de masse, ect… Mais vous me répondrez sè»rement que c’est pour le bien de l’humanité … Soit je ne suis pas communiste, mais je n’accepte pas que vous puissiez émettre un jugement qui plus est insultant alors que cher Monsieur vous ne me connaissez pas ! Si c’est cela l’opposition a Saint-ouen : des gens qui tournent leurs idées en rond a longeur de blogs et qui n’ont aucune ouverture d’esprit alors non merci. Salutations cher Monsieur Mateo

  38. Depuis Mauriac l’eau a coulé sous les ponts; mais le même argument nous est régulièrement sorti !
    Si on conteste un aspect de la politique communiste , en l’occurence ici è  St-Ouen(et du temps oè¹ la staff dirigeant l’était…. )on est forcément anti communiste primaire.
    J’ai longtemps voté PC PS , pour Paulette F, et c’est petit è  petit que j’ai acquis la conviction qu”‘ils”étaient mauvais , clientélistes , piqueurs d’idées , mahlonnètes intellectuellement , égémonistes ,communiquants pour finir si peu démocrates!

  39. @paco, j’ai longtemps vote a gauche, Mitterand ps/pc ect… Mais les hommes sont des hommes et qu’ils soient de droite comme de gauche quand ils n’ont plus d’ideaux, ils font des affaires… Alors a Saint-ouen comme ailleurs vive l’alternance.

  40. Mon cher monsieur ou madame Vary .. je n’affirme pas mordicus que vous êtes attirés par des régimes fascisants .. je dis seulement que vous reprenez à votre compte des allégations remises au goût du jour, et qui nous parlent à nouveau de “l’homme au couteau entre les dents. ”
    Soyez réaliste et lucide monsieur ou madame Vary et délivrez-vous de tous ces bateleurs de foire qui font uniquement le jeu de celles et ceux qui se remplissent les poches à votre détriment.
    Vous répétez ce que colportent les grands moyens d’information, dont le but est de vous neutraliser et de boucher, par cela même, toute perspective de changement.
    A vous suivre on peut penser que vous rejetez aussi la Révolution Française de 89 qui jeta à terre le vieux pouvoir féodal, fut en butte à des complots ourdis par les puissances réactionnaires de l’Europe qui ne voyaient pas sans effroi s’opérer en France de profonds changements politiques et sociaux.
    Je m’étonne un peu que le sympathique Paco vous emboîte le pas … c’est pourtant quelqu’un d’intelligent et qui vit uniquement de son travail. Un artiste et un créteur qui mérite le respect ..
    Voyez-vous messieurs, je connais le parti communiste français depuis 62 ans .. et à moi on ne me la fait pas. On ne me raconte pas de salades …

    Je précise quand même que je n’ai jamais tué ni blessé personne .. et que je n’ai pas de couteau entre les dents, ni ailleurs.

    Le PCF n’a jamais levé la main sur les libertés. Bien au contraire. Il se veut l’héritier de tous les humanistes, de tous ceux qui ont le culte et le respect de l’homme, de tous ceux qui ont lutté pour défendre la personne humaine.

    Le prétendu respect de l’individu que certains professent, à quoi tend-il si ce n’est à jeter l’individu dans une compétition où il peut sombrer.
    A ce faux individualisme qui couvre la réalité de la contrainte et de l’injustice sociale, sous le manteau d’une prétendue liberté, il oppose la véritable notion du respect de l’individu fondé sur la possibilité donnée à chacun de se réaliser pleinement.

    Mais il sait que ce grand objectif s’achoppe à la réalité économique, politique et sociale du capitalisme qui oppose des intérêts particuliers à l’intérêt humain, et qui étouffe l’individu sous le poids de la société.
    Il ne se contente pas de constater cela ; il combat tout ce qui sert des intérêts particuliers opposés à l’intérêt de la collectivité humaine et c’est à cause de cela, je le répète, que les bénéficiaires de l’injustice sociale lui réservent leurs attaques et leurs perfidies.

    Alors, vous avez peur de quoi Messieurs ?
    Je puis en témoigner : chaque fois au cours du siècle dernier que le poids du PCF a pesé sur la vie politique française, cela s’est traduit par des avancées sociales significatives. Inutile de développer, vous le savez …

  41. Totolehéro reprend de vieux poncifs qui ne font plus recette, et, par sucroît, il porte des oeuillères qui lui permettent de ne pas voir ce qu’il ne veut pas voir … on le savait, mais c’est une évidence, les héros sont fatigués … !
    Mon cher Jean, je suis dans l’opposition depuis fort longtemps .. je crois même que je suis l’opposant le plus ancien .. c’est dire !
    Je vais vous dire un truc. Faites gaffe tous, ils sont en train de vous blouser. Comme on dit chez moi, vous risquez de vous retrouver bientôt en caleçon !!
    Et surtout, ne voyez pas la réalité à travers le prisme déformé des médias …

  42. Mon cher totolezéro, vous devriez consulter un ophtalmo chez Lissac. Décidément, vous perdez la vue.
    Dire que dans les villes qui se sont dotées d’une municipalité communiste les choses vont de mal en pis, c’est voir la réalité à travers un prisme. Je pense que les habitants de cette ville, appriécient l’oeuvre accomplie par Fernand Lefort et Paulette Fost. Et j’ajoute que les structures sociales qu’ils ont mises en place restent toujours à la disposition de la population.
    Quant au reste monsieur totolharicot, vous utilisez les mêmes propos ineptes que l’on entend à longueur de journée sur les cocos.
    On va aujourd’hui jusqu’à faire l’amalgame entre nazisme et communisme. Le fascisme et le nazisme ce fut la fidélité sans faille, indépendamment d’un contenu déterminé, au duce et au führer. Ce fut des formules comme “croire, obéir, combattre” ou “notre honneur s’appelle fidélité”. Ce fut encore des différences biologiques entre les individus, qui ont donné naissance au racisme et à l’extermination de races dites inférieures.
    Dans la tradition communiste, on trouve des choses bien différentes ; on pense à celui inventé par Karl Liebkecht et cher aussi à Lénine “étudier, faire de la propagande, organiser” ou encore à celui mis en exergue par Gramsci : “instruisez-vous, parce que nous aurons besoin de toute votre intelligence ; faites de l’agitation, parce que nous aurons besoin de tout votre enthousiasme ; organisez-vous, parce que nous aurons besoin de toutes vos forces.”
    Mon cher totolharicot, dois-je vous rappeler le rôle du parti communiste dans la Résistance ? Il est aussi à l’origine du programme du CNR, mis en oeuvre en 1946 : médecine du travail, allocations familiales, statut du mineur, statut d’edf-gdf, comités d’entreprises, généralisation des retraites par répartition, statut de la fonction publique, comité d’hygiène et de sécurité , maladies professionnelles et surtout la sécurité sociale.
    Le père de la sécurité sociale n’est autre que le ministre communiste Ambroize Croizat. Il déclarait : “La sécurité sociale, c’est le prix du sang versé par les travailleurs dans la lutte contre l’occupant nazi. Jamais nous ne tolérerons qu’un seul avantage de la sécurité sociale soit mis en péril. Nous défendrons avec la dernière énergie cette loi humaine et de progrès.” Alors, il ne faut rien lâcher !!
    Il est de bon ton aujourd’hui de dire que la lutte de classes est dépassée.
    C’est absure !
    Déjà le mot lutte est dévoyé. On laisse préssentir que par lutte, on entend émeutes et grèves violentes avec affrontements physiques allant jusqu’au fusillades et à l’héroïsme pathétique .. n’exagérons rien !
    Mais peut-on affirmer que dans la société, tous le hommes – et j’ajouterai toutes les femmes – sont égaux ? Evidemment non. Il y a ceux qui vivent de leur travail et ceux qui vivent du travail des autres. Au sens strict de la dialectique de Marx, la société présente bien cette contradiction interne. Et cette opposition de fait est même ce qui génère le vie de la société. Dire que la lutte de classes est dépassée, c’est donc laisser entendre que les salariés et petits exploitants n’ont plus de raison de lutter pour améliorer leur sort.
    C’est aussi pertinent que de dire que la succession des dépressions atmosphériques, c’est dépassé. Dépassé ou pas, il faudra tout de même acheter des parapluies !
    Il convient de mettre en lumière aujourd’hui l’accroissement numérique des intellectuels et leur poids social croissant. La majorité des intellectuels, de par sa position sociale, se rapproche de la classe ouvrière ; les techniciens et les ingénieurs, les chercheurs scientifiques sont des salariés dont les intérêts sociaux se mêlent aux intérêts de la classe ouvrière, ils se heurtent à la soif de profit et à l’égoïsme du patronat. Ils revendiquent eux-aussi .. et c’est bien !
    Réfléchissez toto .. et ne vous trompez pas d’adversaire. Ne le prenez pas mal, mais vous avez le même discours que Madame Parisot et ses affidés … vous pouvez encore redresser la barre .. mais il est grand temps !!
    Mon cher toto, je ne veux pas être trop long. Pour conclure, je ne résiste pas au désir de citer Wladimir, Illicht, Lénine : “Les hommes ont été et seront toujours en politique les dupes naïves des autres et d’eux-mêmes tant qu’ils n’auront pas appris à discerner, derrière les phrases, les déclarations et les promesses morales, religieuses, politiques et sociales, les intérêts de telles ou telles classes.”
    Je vous souhaite une bonne journée l’ami toto … et que dieu vous garde !!
    Mon bon souvenir au parti socialiste …

  43. Mon cher Jean, tu es quelqu’un que j’estime et que je respecte .
    Je vais te dire mon sentiment : je ne me détermine jamais lors d’une élection en fonction de l’appartenance politique du candidat .. mais en fonction du programme qu’il soumet aux électrices et aux électeurs.
    Je n’ai pas trouvé lors des municipales un programme électoral qui prenne le contrepied, d’une façon claire et précise, de celui de la majorité actuelle. Il était nécessaire pour l’opposition de préciser ce qu’elle entendait faire des acquis sociaux existant à Saint-Ouen. De deux maux, il faut parfois choisir le moindre …
    J’ajoute, c’est mon sentiment, que l’angle d’attaque que vous avez adopté contre JR, comme vous la nommez, n’est pas le bon. Il ne sert à rien de s’agiter au moindre de ses mouvements. Cela ne lui fait ni chaud ni froid !
    Il vous faut chercher autre chose .. c’est évident ! Je pense que vous en avez les moyens …
    Je crois comprendre que vous appartenez à la mouvance écologique. Je trouve Cécile Duflot sympathique ….

  44. Mon cher toto, je ne suis pas échaudé du tout. J’ai simplement chaud, comme beaucoup d’entre nous, en raison de la hausse sensible du thermomètre.
    Vous savez, mon cher ami, une révolution se fait rarement dans la douceur. Elle provoque même des dommages collatéraux. Ce fut le cas lors de la révolution française avec la terreur. Ce fut le cas aussi avec la révolution russe dont le parti bolchevique de Lénine fut l’instigateur.
    L’intervention en Russie pour mater la révolution fut programmée dès novembre 1917.
    Lénine redoutait que les alliés ne l’étouffent ; Churchill se faisait l’avocat d’une croisade. Mais les occidentaux redoutaient les réactions de la classe ouvrière en Europe. Churchill imposait alors une ligne sanitaire . Il s’agissait en fait d’un blocus économique.
    Des millions de femmes d’hommes et d’enfants vont mourir de malnutrition. La guerre civile libére la violence. Les exactions et les menées terroristes sont partagées entre blancs et rouges. L’imagerie anti-révolutionnaire s’empare de tristes épisodes ( mais la révolution française n’en connut-elle pas de pareil ?)
    Les communistes russes se sentent enfermés, isolés dans un état dont ils ont pris la responsabilité. La guerre d’intervention, le blocus économique décrété par les alliés, l’encerclement du pays, ont répandu en Russie un climat de défiance. Malgré les efforts de Lénine pour rendre à la jeune Union Soviétique une place normale dans les rapports internationaux, ce sentiment perdurera et donnera naissance au communisme de guerre et plus tard à l’expérience stalinienne.
    Le dirigeant soviétique déclarait pourtant : “L’une des erreurs les plus dangereuses des communistes, c’est de se figurer que les mains des révolutionnaires suffisent, à elles seules, à accomplir la révolution .. On ne saurait envisager un développement victorieux du communisme sans une alliance avec les non-communistes dans les domaines d’activité les plus divers.” Voilà pour la Russie, cher ami.

    Quelques lignes sur la dictature du prolétariat. La dictature, mot sinistre s’il en est !
    Et pourtant .. examinons la notion de dictature du prolétariat sous un éclairage marxiste. La société est divisée en classes antagonistes. C’est sa contradiction interne première. La bourgeoisie est la classe dominante et les salariés la classe dominée. Dans la situation actuelle, la bourgeoisie dicte sa loi aux salariés. C’est donc un diktat bourgeois. On peut la désigner comme dictature de la bourgeoisie. Marx suggère d’inverser les rôles et que ce soit les salariés (les plus nombreux !) qui dictent leur loi à la bourgeoisie. Donc d’établir une dictature des salariés. J’ajoute qu’une dictature de ce type ne peut, en aucun cas, être une dictature de parti .. quel qu’il soit !
    Avec ce nouvel éclairage, on est loin de tous les dictateurs de l’histoire. Pour simplifier, au sens marxiste du terme, dire que je suis contre la dictature du prolétariat ( en fait du salariat ..) cela revient à dire : je suis pour la dictature de la bourgeoisie.
    Suis-je clair ?
    En 1794, Babeuf, l’homme de la conjuration des égaux, un picard expert en droit féodal, réclame la nationalisation des terres et des grands établissements. Pour éviter la reconstitution de l’inégalité dans les possessions, il préconise une dictature révolutionnaire provisoire, concue comme moyen nécessaire de coercition et d’éducation des gens pour préparer l’établissement d’une société socialiste. Cette notion de dictature du prolétariat est donc une invention française. Marx la découvrit en 1842.

    Le parti communiste n’a jamais réclamé de quelque façon que ce soit le monopole de la lutte contre l’occupant nazi.
    Durant les quatre années d’occupation, des milliers de femmes d’hommes ont été arrêtés, torturés, fusillés, déportés par les nazis avec le concours de l’appareil pétainiste de répression. Des centaines de milliers d’autres ont risqué leur vie pour bouter l’ennemi hors du pays.
    Le Conseil National de la Résistance, en se plaçant lors de sa constitution, le 27 mai 1943, sous l’autorité du Comité National Français et de son chef, le Général de Gaulle, permit au Général d’être non seulement le chef de la France libre née le 18 juin 1940, mais aussi de devenir celui du Gouvernement Provisoire de la République Française, expression de la France combattante, intérieure et extérieure. Je précise, à toutes fins utiles, que le Conseil National de la Résistance était composé de représentants de toutes les organisations de résistance, de partis politiques et de syndicats : le parti socialiste, le parti communiste, l’Alliance Démocratique, les Républicains Nationaux, la CGT et la CFDT, en tant qu’organisations syndicales.
    Voilà pour la Résistance.

    Tout cela appartient au passé .. mais je ne sais plus qui a dit : “”Le passé rend fertile l’avenir …”
    Pour le reste, vos remarques sont pertinentes, tant au plan national que local … on ne peut que les partager.
    Un dernier mot : je pense que rien n’est révolu définitivement. Les mesures sociales de 1946 ont été appliquées alors que le pays sortait de la guerre et était exsangue … or, aujourd’hui, alors que les richesses produites sont considérables .. on les passe à la trappe ! On est donc fondé à se poser la question de savoir qui bénéficie de ses richesses .. pas vous ni moi en tout cas !
    Voilà cher monsieur, je me suis “lâché”, comme vous dites .. mais c’est bien la dernière fois ! Parce que cela me prend le “chou” .. excusez le terme ..
    Dorénavant, je m’en tiendrai aux évènements locaux …
    Bonne journée, cher Monsieur.
    (merci d’excuser les fautes de frappe ..)

  45. Mon cher toto je n’ai pas la prétention de vous convaincre, ni vous ni personne …
    Vous pensez et faites ce que bon vous semble. Personne ne vous en tiendra rigueur .. en tout cas pas moi !
    Non-violent ou pas, vous subissez comme tout un chacun un politique dont l’objet est d’assurer toujours plus de profits à une caste de privilégiés. Car il n’y a plus de classes aujourd’hui tel qu’on l’entendait naguère. Il y a seulement une caste et tous les autres …
    Aujourd’hui l’état assure la main mise de cette faction infime sur l’ensemble de la société. Les médias ne sont que le reflet de l’Etat et les idées dominantes restent celles de la caste dominante.
    Si les gens dans une grande clairvoyance savaient décrypter les turpitudes dont on les gave, ils en tireraient les conséquences qui s’imposent. Toute lumière est dangereuse pour un système injuste et spoliateur basé sur l’ignorance. L’obscurité, voire l’obscurantisme sont salvateurs pour ce système. Si les gens savaient .. il ne faut pas qu’ils sachent ! Un écran de brume fera très bien l’affaire. Il ne faut pas que les citoyens réfléchissent, s’intéressent par trop à la politique. On laisse ainsi les mains libres aux zélateurs d’une organisation de discrimination sociale.
    Cher monsieur, la lutte de classes est une réalité .. que vous le vouliez ou non. Elle reste le moteur d’ l’histoire .. que vous le vouliez ou non !
    Le projet politique du 21 ème siècle doit s’appuyer sur la réappropriation sociale des moyens de production et de tous les circuits financiers avec, en sus, les compagnies d’assurances. Les moyens de production ce sont le capital, les machines, le savoir-faire, les brevets, les ressources naturelles .. en fait, tout ce qui permet de produire. La propriété sociale, c’est gérer en commun les ressources, décider de leur usage, et en conserver les fruits. A l’heure où la production, de plus en plus internationalisée, conditionne la vie de l’humanité, il est suicidaire, voire indécent que les richesses produites par le travail de tous soient accaparées par une poignée de financiers sans scrupules .
    Bonne journée cher monsieur …

  46. Michel a raison … les grandes fortunes ont toujours financé les formations d’extrême-droite. On se souvient que “Gringoire”, une feuille d’extrême-droite, fustigeait en juin 36 “ces salopards en casquette qui se donnent du bon temps avec les congés payés.”
    On sait ou on ne sait pas qu’en cette année 1936, les milieux d’affaires sont préoccupés (on les comprend) Ils cherchent un homme capable de s’opposer à la montée du mouvement populaire . Si de Wendel lorgne toujours vers le colonel de la Rocque, l’homme des “Croix de Feu”, d’autres comprennent tout le parti qu’ils peuvent tirer de Doriot. Paul Baudouin, directeur de la Banque d’Indochine, Jacque Barnaud, actionnaire de la banque Worms et Leroy-Larudie, directeur général de cette même banque Worms, chargent à la fin de 1935 (déjà !) un des leurs, Claude Popelin de trouver un meneur d’hommes capable de mobiliser les foules dans une nouvelle croisade anticommuniste. Celui-ci, qui a noué des contacts avec Doriot depuis l’été 1935, le désigne comme l’homme de la situation. Déjà subventionné par l’industrie lourde, Doriot rencontre Popelin en juin 1936 et cette entrevue met fin à ses soucis financiers.

  47. Mon cher Jean, je crois que vous avez eu tort de ne pas présenter une liste autonome plutôt que de figurer dans une liste hétéroclite, qui a semé la confusion parmi pas mal d’électrices et d’électeurs.
    En politique, il ne faut jamais mettre son drapeau sous la table, mais au contraire se présenter devant les électeurs à visage découvert. Cela ne peut être que bénéfique …
    Si l’équipe en place reprend quelques unes de vos propositions, on ne peut que s’en féliciter. Mais je ne crois pas, en ce qui la concerne, que le positif l’emporte sur le négatif …
    La population à Saint-Ouen s’est diversifiée, les commerces sont en voie de disparition, les actes d’incivilité se multiplient, les marchands de poudre ont quasiment pignon sur rue … et pas seulement à Saint-Ouen, c’est devenu un problème national. Il faut bien le reconnaître.
    La majorité municipale semble naviguer à vue. Elle pâtit, en outre, de dissensions internes qui n’arrangent pas les choses. Il est presque de notoriété publique que les socialistes lorgnent sur la fauteuil de Madame Rouillon, qui s’est aperçu subitement qu’elle n’était plus communiste. Elle devra en assumer naturellement les conséquences.
    L’on peut affirmer sans ambages que les municipalités communistes passées ont fait de Saint-Ouen une ville d’avant-garde dans bien des domaines.
    Aujourd’hui le parti communiste doit, dans des conditions extrêment difficile, mener un combat contre la droite et la gauche non communiste. Il subit l’omerta, la loi du silence, dans les médias et ailleurs. On veut dans ce pays bipolariser la vie politique française, à seule fin de ne pas porter ombrage aux grands pontes de l’industrie et de la finance, aux commandes du pays, et qui pourvoient en espèces sonnantes et trèbuchantes leur porte-parole politique, à savoir l’UMP et compagnie.
    Le “Canard” de cette semaine fait état de réunions dites “du premier cercle”, il s’agit de gens bien pourvus en argent qui tous les ans versent 7.000 euros au parti présidentiel au titre de soutien … et ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg !!
    Enfin, je n’ai rien à dire sur les verts et Europe Ecologie. D’accord sur la nécessité de défendre la planète contre les pollueurs de tous poils ! Un bémol toutefois : je trouve que les écologistes sont très discrets sur la question de savoir ce qu’il faut faire pour mettre hors d’état de nuire celles et ceux qui vivent du travail d’autrui.
    J’estime que la propriété individuelle n’est un droit que lorsqu’elle ne porte aucun préjudice à l’intérêt commun. L’indépendance des citoyens et de l’Etat étant particulièrement menacée par la propriété qui prend la forme de groupements d’intérêts égoïstes et dominateurs (cartels, groupes industriels, consortiums bancaires, compagnies d’assurances etc), les fonctions que cette propriété a usurpées doivent faire retour à la nation.
    Et je crois, malheureusement, que ce retour à la nation ne se fera pas sans affrontements violents ..

  48. Il n’y a pas que la Cagoule. Avec 60.000 membres, l’Action Française réclame le retour de la monarchie. Les Jeunesses Patriotes comptent 90.000 membres et se dotent de groupes mobiles directement inspirés des partis fascistes. Le mouvement des Croix de Feu du colonel de la Rocque revendique 130.000 membres. Il s’attache à rassembler tous ceux que la crise exaspère. Aux chômeurs il promet un emploi, aux épargants la défense de l’épargne, aux possédants celle de la propriété, en un mot à chacun ce qu’il souhaite. On note d’autres organisations, telle la Fédération des Contribuables qui mobilise contre la République ces 700.000 adhérents et qui se définit comme anticommuniste, antijuive et antimaçonnique. Elle recrute parmi les boutiquiers et les petits bougeois et calque son organisation sur le parti nazi.
    Tous ces groupes bénéficient du soutien financier des milieux d’affaires …

  49. Effectivement mon cher Paco, de la Rocque était un homme de droite qui s’inspirait du christianisme social, idéologie que l’on ne peut assimiler au fascisme ou au nazisme qui est la forme allemande du fascisme.
    Les ligues ouvertement fascistes des années trente (cagoule, camelots du roi, jeunesses patriotes etc) ne lui pardonnèrent pas d’avoir refusé de donner l’assaut à la chambre des député le 6 février 1934.
    Il fut hostile à Pétain et à la collaboration. On dit même qu’il participa à la Résistance avec certains de ses amis politiques. Cela semble plausible, puisqu’il fut arrêté et déporté en 1943. Il me semble qu’à son retour, en 1945, il fut assigné à résidence. Il mourut en 1946 des suites de sa déportation.
    Le général de Gaulle le réhabilita en 1961.
    Il restera néanmoins dans l’histoire comme un homme de la droite dure, résolument opposé aux idées de progrès social et de justice portées par la gauche, et foncièrement anticommuniste.
    Je précise, à toutes fins utiles, que je ne suis pas historien ..

  50. Sans doute Michel, il y eut effectivement des hommes de la droite classique qui rejoignirent la Résistance. Il est illusoire aujourd’hui de penser pouvoir réunir, à l’image du CNR, les partis politiques de gauche, du centre droit et de droite, ainsi que les syndicats CGT et CFTC.
    Il reste que dans son discours d’Alger en novembre 1943, le général de Gaulle a compris que le salut viendra de la classe ouvrière qu’il appelle au combat libérateur en déclarant : “C’est toujours du peuple laborieux qu’ont surgi les grandes vagues profondes d’oû la patrie est sortie sauvée, régénérée…”
    Il faut bien reconnaître que la majorité de la droite française sombra dans la collaboration. Du côté du parc Monceau, du 16ème et de Neuilly on craignait par dessus tout que la Résistance ne remît en cause les rapports sociaux.
    On se souvient ce que clamait et proclamait la droite “Plutôt Hitler que le Front Populaire.” Du reste, on relevait en juin 36 dans le journal “Le Lorrain” dont le propriétaire n’était autre que de Wendel, propriétaire des aciéries Lorraines : “Il existe aujourd’hui près de nous une Allemagne dont l’esprit civique mérite d’être souligné. Il en va de même pour l’Italie. Quant à nous, vivre dans une France affaiblie, bolchevisée .. eh bien non ! … nous préférons rester allemand.”

  51. Mon cher Michel, il n’y a plus de parti aujourd’hui se réclamant de la classe ouvrière. Se déroule un combat de classe en dehors des partis traditionnels. Le parti communiste, faisant machine arrière, tient un discours qui de temps à autre fait référence à la lutte de classes, ce qui est une façon comme une autre de reconnaître que la société est divisée en classes sociales antagonistes. Ce n’était pas le cas, loin s’en faut, lorsque Robert Hue était secrétaire général. C’est lui qui est à l’origine, pour une part importante, de la perte d’influence du parti communiste français. Monsieur Hue, avec l’illustre Gayssot dans son sillage, vantent aujourd’hui les mérites de la social-démocratie. Ce qui est leur droit me dira-t-on .. avec juste raison !
    Ils sont un peu à l’image de Monsieur Gorbatchev, plus connu aujourd’hui aux states pour ses campagnes de pub en faveur des sacs Vitton que pour son titre de prix Nobel de la Paix en 1990. L’argent n’a pas d’odeur !…
    De fait, il n’y a aujourd’hui aucune instance légitime habilitée à “actualiser” le programme du CNR ou en écrire un nouveau ayant le même statut historique. Par contre, tout parti politique, tout citoyen, tout groupe de citoyens est parfaitement fondé à élaborer un programme politique pour notre pays et de le confronter aux autres dans le cadre d’un débat démocratique. Et l’on ne pourra que se réjouir qu’il puise tout ou partie son inspiration dans les propositions du programme du CNR et dans la démarche de progrès politique, économique, social et culturel qui le caractérise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *