Extraordinairement ennuyeux et inutile

Nous espérions nous tromper en annonçant l inconsistance prévisible et les lieux communs attendus au Conseil municipal extraordinaire du 6 mai sur la prévention et la sécurité . Hélas l ennui et la frustration étaient bien au rendez-vous. Les chiens ne font pas des chats.

Devant une salle archi comble et attentive, le hors d Å“uvre était constitué d une série de monologues parallèles et redondants ou chaque groupe de la majorité  (1) a fait assaut d ingéniosité  pour dénoncer lourdement la crise sociale et la néfaste politique gouvernementale.

Les velléités d Abedlhak Kachouri appelant au renforcement de la police municipale, l appel à la prudence de Rémi Fargeas face aux caméras, les propositions de Mamadou Keita (comité de quartiers, parentalité…) ne suffirent pas à tirer la foule de sa torpeur.

Pour le plat de résistance on se contenta, en guise de débat public, d une succession d interventions programmées du Député Leroux au chercheur du CNRS, en passant par les proviseurs et quelques associatifs. « Economie de la drogue », « réussite scolaire », « pragmatisme sur la vidéo surveillance », « effectifs policiers », « réunion du CLSPD (2) », « femmes battues »… Des propos souffrant d une juxtaposition un peu artificielle. Un exercice de style relevant plus de la communication et du casting que du dialogue et de propositions concrètes.

En dessert, et en faible comité vu l heure tardive, ont eu droit à l adoption avec plus ou moins de bonheur de sept délibérations, de « la mobilisation de la brigade canine »  à « une antenne de police place du 8 mai 1945 »la plupart d entre elles étaient plutôt des « voeux » et l appel aux responsabilités et aux deniers de l Etat. Un grand classique

Avec un brin de lassitude et beaucoup d amertume, les « spectateurs se sont étiolés assez rapidement au fil de la soirée fuyant cette messe en latin. Ils ont eu le plaisir de retrouver immédiatement les dealers et autres guetteurs encapuchonnés sillonnant “leurs” rues aux abords du gymnase Ampère et visiblement forts marris de cette gêne ponctuelle pour le “business”.

On cherche encore quelqu un considérant cette séance de notre assemblée communale hors les murs comme une mobilisation positive et efficace.

Pour mémoire, sur le terrain, la situation elle se dégrade sensiblement malgré les discours inversement proportionnels aux actions pragmatiques et précises. Ainsi dans la nuit de dimanche à lundi 10 mai la loge des gardiens du Garibaldien (av. Gabriel Péri) était incendiée tandis qu’une partie de la façade du Collège Michelet était endommagée par l’incendie criminel d’un scooter.

Ce mercredi 12 mai à 19 h00 au Café Nord-Sud (angle Péri-Buttes Montmartre ) le PS  avec les Radicaux de Gauche organise un débat intitulé : “Saint-Ouen : une ville insécure ?”

Séance de rattrapage ou son de cloche différent du Maire ?

En tout état de cause le point d’interrogation derrière insécure vaut déjà le détour. Avis aux amateurs.

 

 

(1) une grande partie de l’opposition dont Saint-Ouen en toute liberté (W. Delannoy) et Saint-Ouen ensemble autrement (Lias Kemache) ont ostensiblement boycotté cette séance du Conseil tandis que les élus fantômes de la majorité comme Bruce Clarke ou Ndeye Fatou Kébé n’ont toujours pas cru utile  de se déplacer.

(2) Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance dont on ignore a peu près tout des travaux et notamment de l’implication concrètes des bailleurs sociaux. On notera par ailleurs que lors de cette séance mémorable  quasiment rien n’a été dit sur les parkings en sous-sols et leurs gestion. Un détail sans doute.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

25 réflexions sur « Extraordinairement ennuyeux et inutile »

  1. Cela étonne t-il encore quelqu’un ?
    Ces gens lè  de Bruno Le Roux è  JR en passant par Kachouri sont définitivement incompétents.
    Rien ne sert de s’entretenir avec eux.
    Ils ne servent que leurs carrières !!!
    A bon entendeur,

  2. Parodiant Mme la présidente du Medef, et d’un institut de sondage, Laurence Parisot qui a dit en 2005 :
    “la vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il è  cette loi ?”

    Pourrait-on dire ? :
    “la vie, la santé, l’amour, le travail sont insécures, pourquoi la ville de Saint Ouen échapperait-elle è  cette loi ?”

  3. Pourquoi ne pas organiser un apéro géant place du 8 mai?
    Pas pour trinquer avec les dealers mais vu les flics que cela ramene, on peut tenter le coup et puis c’est moins triste que ce conseil de sinistres!

    • Désolé Jean, votre idée est excellente mais le Maire en a une bien meilleure :
      apéro + repas sur place.
      Une sorte de banquet républicain pour reprendre le terrain.
      Les dealers vont encore faire la gueule comme l’autre soir autour du stade Ampère.
      Tant pis pour eux !

      Et dire que nous n’y avions jamais pensé.
      Décidément, è  Saint-Ouen, l’imagination est au pouvoir.

  4. Pr info et lecture
    ******************************************

    Voici la nouvelle lettre d’informations du site “Délinquance, justice et autres questions de société”, présentant les dernières publications et documents mis en ligne.

    http://www.laurent-mucchielli.org/

    Au sommaire :

    1- Vidéosurveillance : le dossier

    2- Criminologie d’Etat et nouvelle science policière en France

    3- Comprendre pour mieux prévenir le décrochage scolaire et l’absentéisme

    4- Emeutes, quartiers populaires, classes sociales, identité nationale : une vidéo

    5- Le livre du mois :

    * Michel KOKOREFF, La drogue est-elle un problème ? Usages, trafics et politiques publiques, Paris, Payot, 2010.

    6- Informations diverses :

    * Cest avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de notre collègue et ami Jean-Paul BRODEUR, professeur è  lUniversité de Montréal, directeur du Centre International de Criminologie Comparée (CICC), survenu le 26 avril 2010. Lire un hommage de ses collègues franè§ais du Cesdip.

    * Le juge des référés du Conseil dè‰tat a suspendu une partie des effets de la sanction disciplinaire de radiation des cadres de la gendarmerie dont Jean-Hugues MATELLY avait fait lobjet. En savoir plus.

    * Le premier numéro de la revue Sociologie est en librairie. Sa version électronique est consultable en ligne è  cette adresse : http://sociologie.revues.org/

  5. Ah ! l’amour monsieur Marsoin, c’est comme la peinture abstraite, tout le monde ne parle mais personne ne le comprend ….
    “L’amour, je le fais souvent, mais je n’en parle jamais !” .. disait Proust

  6. Le Taser autorisé pour les polices municipales , C’est fait grè¢ce è  M. Hortefeux. Aux maires maintenant d’en faire la demande.

  7. Nous voici revenus au temps de l’inspecteur Borniche, de Joanovici et du gang des tractions avant … !
    Les locaux de la police municipale vont se transformer en “Quai des Orfèvres” … et ceux qui ont la gachette facile vont s’en donner è  coeur joie … les délinquants, le dealers en tous genres, et les voleurs n’ont qu’è  bien se tenir !
    “Zorro est arrivé” et on va voir ce qu’on va voir …

  8. Nous voici revenus au temps de l’inspecteur Borniche, de Joanovici et du gang des tractions avant … !
    Les locaux de la police municipale vont se transformer en “Quai des Orfèvres” … et ceux qui ont la gachette facile vont s’en donner à coeur joie … les délinquants, le dealers en tous genres, et les voleurs n’ont qu’à bien se tenir !
    “Zorro est arrivé” et on va voir ce qu’on va voir …

  9. Ah cher Matéo, que vos désirs ne deviennent vérité! Pour l’heure , la gachette facile est (plutôt récemment puique Lundi) du coté du malfrat. A St-Ouen , dans les Puces, un agent de police n’a du sa survie qu’è  l’enraillement du pistolet que la personne qu’il controlait a braqué sur sa tempe dans l’intention de le tuer. Connu comme simple traficant de stupéfiant (d’après le journal de France Inter), on espère que ce drame évité n’est qu’un fait isolé d’un individu sous emprise .
    Quand aux anciens truands si vantés dans le cinéma noir des années 50/60, les flics de l’époque leur accordaient ( pour la plupart) un sens du code de …”l’honneur” qui n’a plus cours aujourd’hui.
    Quand è  la sécurité, pardon la tranquilité, aux Puces ….

  10. Mon cher paco … le milieu n’est plus ce qu’il était ! A l’époque on usait beaucoup moins du révolver … on braquait c’est tout. On tirait rarement. Si l’on était pris, avec un bon avocat, on prenait un minimum .. et on recommenè§ait ensuite. C’était le temps du duel entre René la Canne et l’inspecteur Borniche.
    Tout a changé aujourd’hui, la nouvelle génération de malfrats fait parler la poudre ! De surcroè®t, pour une bagatelle, vous risquez de prendre une “bastos” dans le buffet ou dans la tête. Ils sont dangereux pour tout le monde ces types … le bonnes habitudes, si l’on peut dire, se perdent !
    Effectivement, l’agent de police en question revient de loin ! Heureusement que le 6/35 s’est enrayé, sinon il partait pour le ouates éternelles .. Le coupable est probablement un amateur. Aujourd’hui, les gangs utilisent plutôt le 11/43 pour les “contrats” ou pour les “casses”. Un “pétard” qui fait des dégè¢ts et qui généralement ne laisse aucune chance.
    Quant è  l’insécurité elle n’est pas, on le sait, l’apanage des Puces ..

  11. Mon cher paco … le milieu n’est plus ce qu’il était ! A l’époque on usait beaucoup moins du révolver … on braquait c’est tout. On tirait rarement. Si l’on était pris, avec un bon avocat, on prenait un minimum .. et on recommençait ensuite. C’était le temps du duel entre René la Canne et l’inspecteur Borniche.
    Tout a changé aujourd’hui, la nouvelle génération de malfrats fait parler la poudre ! De surcroît, pour une bagatelle, vous risquez de prendre une “bastos” dans le buffet ou dans la tête. Ils sont dangereux pour tout le monde ces types … le bonnes habitudes, si l’on peut dire, se perdent !
    Effectivement, l’agent de police en question revient de loin ! Heureusement que le 6/35 s’est enrayé, sinon il partait pour le ouates éternelles .. Le coupable est probablement un amateur. Aujourd’hui, les gangs utilisent plutôt le 11/43 pour les “contrats” ou pour les “casses”. Un “pétard” qui fait des dégâts et qui généralement ne laisse aucune chance.
    Quant à l’insécurité elle n’est pas, on le sait, l’apanage des Puces ..

  12. Que l’insécurité ne soit pas l’apanage des “puces”,c’est hélas, encore une fois un lieu commun.
    L’incident, perpétré au Parc Axtérix, ne fit-il pas l’objet d’insultes racistes, du style “sales blancs”, pourquoi ne pas en parler, car, lè  aussi, il s’agit d’un lieu commun très peu usité ds les médias., ou règne un silence “politiquement correct”.
    tout ces mecs qui agissent de la sorte ont certainement “leurs ” raisons qui peuvent s’expliquer,car les “blancs”, les nôtres, se sont certainement comportés comme des porcs pourquoi, oublier ces heures, si tristes de la colonisation, lè  encore, les uns en sont la cause.

  13. Ben voyons les petits blancs qui se ballade au parc Astérix ont sè»rement des responsabilités dans la colonisation , c’est tellement évident pourquoi n’y avais je pas pensé ?

  14. Lors de ce CM extraordinaire, un sociologue local a eu la parole.
    Peut être pas suffisament pour revenir sur l’histoire sociale de l’insécurité.

    Ci dessous, 2 émissions en compagnie du sociologue Laurent BONNELLI auteur du livre

    La France a peur : Une histoire sociale de l« insécurité »

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1365&var_recherche=s%E9curit%E9

    “La France a peur. Je crois quon peut le dire aussi nettement…” Cest ainsi que Roger Gicquel ouvrait le JT de 20h sur TF1, le 18 février 1976.
    Depuis, deux décennies se sont écoulées, et le thème de la sécurité a connu une inflation sans précédent. Il semble, en effet, que linsécurité soit devenue lun des principaux problèmes sociaux du début du XXIe siècle.
    Mais, l “insécurité” a une histoire sociale. Et, cest sur cette généalogie que nous allons revenir avec Laurent Bonelli, chercheur, et auteur de “La France a peur”…

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1366&var_recherche=s%E9curit%E9

    Depuis le début des années 80, le thème de la sécurité a connu une inflation sans précédent. Il semble, en effet, que linsécurité soit devenue lun des principaux problèmes sociaux du début du XXIe siècle.
    Aujourdhui, avec Laurent Bonelli, retour sur la construction de l”insécurité” dans le discours médiatique è  travers le rapprochement de faits divers indépendants, leurs constitution comme “problèmes de banlieues” ou phénomènes de “violence urbaine”, et le martèlement de la “montée de linsécurité” dans les médias…

  15. Mon 13.
    Bien sè»r que les petits blancs ……etc…n’ont aucune responsabilité, bien sè»r.
    Alors, pourquoi????
    que ceux qui ont compris le “film”m’expliquent,..pourquoi?

  16. Reparlons de la sécurité à Saint-Ouen..

    Alors qu’aux Puces, au Château, à l’Espace 1789, au Parc Abel Mézières, salle Barbara, et dans biens d’autres endroits Saint-Ouen vit, une personne digne de toute confiance et sans a priori m’a livré son inquiétude quant à des nouveaux stationnements prolongés de trafics bien au delà des lieux habituels. Il en effet inconstatable que ceux ci se déplacent en fonction des courants policiers.

    Or, sur la question de la sécurité, les audoniens ne sont pas assaillis d’info alors qu’en petit cercle, quelques “initiés” cogitent et s’apprêteraient à prendre de mauvaises décisions. J’en ai pour preuve les échos écrits et oraux de la plus haute hiérarchie municipale en matière de vidéosurveillance.

    Alors que le gouvernement réduit les effectifs de police (de proximité, financière…), de l’éducation nationale (suppression de postes en maternelle, en collège, en lycée, de psychologues, d’infirmières, de surveillants… – sans parler des embauches sans formation préalable), de justice (moins 200 postes de juge, de greffiers (indispensables dans toute procédure judiciaire…), la précarisation socioéconomique est renforcée au nom du bouclier fiscal.

    Le commissariat, le Préfet, notre local shérif régional nous poussent à accepter la vidéosurveillance, les yeux fermés, un chèque en blanc signé à la main, nous espérant sans doute simples d’esprit.

    Pour le premier, la baisse des effectifs est intégrée et il n’y peut peu. Pour le second, Haut fonctionnaire aux ordres, ancien pratiquant de la lutte anticriminalité, l’horizon ne peut être que bleu. Pour le troisième, la nouvelle fonction élective de surcroit attachée à la sécurité, pour peu qu’elle soit ornée d’un gyrophare et d’un deux tons dans une voiture de fonction n’aide pas à prendre le recul nécessaire.

    Des cadres communaux font remarquer que si il y a des l’argent pour la surveillance vidéo, l’ensemble du bâti communal (écoles, gymnases, stades..) est disponible pour appliquer celle-ci. Une vision partagée pour les ensembles d’habitat collectif.

    Rappelons que la vidéo surveillance de voie publique n’a jamais empêché les crimes et les délits.

    Il est difficile de ne pas voir que les chauds partisans de la vidéo surveillance sont les mêmes qui ont cassé la police de proximité, réduit les moyens de la police et justice financière, placé au plus haut l’ordre répressif sur la montagne de désordre social dont ils sont les premiers responsables.

    Avoir proposé place du 8 mai une annexe du commissariat de police est aussi ridicule qu’inefficace et contribue à renforcer un isolement des victimes comme des riverains. La fermeture de l’accès au stade Ampère a simplement permis aux dealers de constituer un quasi no man’s land.

    Examinons d’autres pistes comme l’ouverture des collèges après les cours, une liaison nécessaire entre l’école primaire et le collège, la création d’un conseil municipal des jeunes, un soutien accru aux clubs sportifs et d’insertion comme de prévention.

    Dans des groupes d’habitat importants, pourquoi ne pas embaucher pas un « correspondant » de vie sociale, en relation transversale et partenariale avec les services territoriaux et de l’Etat, les associations, le réseau des partenaires économiques, les gens de bonne volonté ? Le service civil volontaire ne peut-être balayer d’un revers de main !

    L’élection des délégués parents d’élèves doit être promotionnée, soutenue. Leur action dans les écoles doit être valorisée par le bulletin muncipal. Pareil pour le conseil général ou régional.

    On s’interroge :
    – que fait monsieur l’inspecteur d’académie avec les jeunes déscolarisés dont on peut souhaiter que la police ait pris soin de lui transmettre les coordonnées des jeunes incriminés dans les trafics pour les aider à s’en sortir par un travail d’accompagnement et de soins autant social, éducatif que familial !? A-t-on l’assurance que les signalements sont faits aux familles concernées, et alors comment sont aidés le parent ou la famille ?! Cela souligne le double langage de Sarkozy alors qu’il diminue ou supprime les concours de l’Etat à l’action des associations et des collectivités.
    – pourquoi Saint-Ouen ne dispose pas d’un délégué à la cohésion police/population ?
    – pourquoi le fonds d’initiative des locataires est peu ou pas utilisé dans nos organismes.
    – pourquoi la Semiso ne dispose-t-elle pas d’une assistance sociale ?
    – comment fait-on pour traiter les dizaines de milliers d’euros de dettes de loyer dans nos organismes d’habitat, sans parler de ceux de la restauration scolaire ?

    L’affaire bettencourt ne doit pas être un nuage de fumée comme nous refusons la politique de bouc émissaire visant les roms, les gens du voyage. Quel scandale de voir l’ancienne ministre de la Justice reçevoir l’équivalent de la légion d’honneur de l’Etat marocain, premier producteur de haschich et aux prisons remplies de démocrates marocains!

    Il y a peu sur M6, le directeur de la police du 93 parlait de 5.000 jeunes qui sortaient du système scolaire sans acquis véritable, ni perspective. Dans ce même reportage, c’est un capitaine de police qui déclarait au vue de son expérience que la prison était pire que tout pour les jeunes délinquants.

    Bien gérer, c’est sans doute réaliser mais c’est d’abord agir avec les habitants, les salariés, les usagers.

    Nous avons une police municipale coûteuse et supperflue. Le maire ne doit pas en rajouter parce que Saint-Ouen est une ville riche.

    Que l’argent prévu pour les caméras soit utilisé pour la rénovation de nos colos ou le démarrage de l’extension-finition de Blanqui. Les 10.000 audoniens supplémentaires ont plus besoin d’un nouveau centre de santé dans la ZAC des Docks ou de l’accroissement des moyens de ceux existants qu’une centrale de surveillance vidéo !

    L’Etat doit garantir la sécurité des citoyens. Saint-ouen renforcera sa dignité en refusant la vidéosurveillance et les pressions scandaleuses d’où qu’elles viennent, à gauche comme à droite..

    C’est ce que craignent absolument les Parisot, Fillon, Sarkozy. Ne les décevons pas.

    Un rassemblement contre la violence dans le quartier Arago est annoncé pour le jeudi 14 octobre. Et à un autre, le travail collectif se poursuit pour le respect de l‘arrêté municipal pris contre l’expulsion des locataires en difficulté contre lequel le Préfet s’est dressé au nom de l’Etat…

    Soyons solidaires, parceque saint-ouen le vaut bien !

  17. Mon cher Michel .. je ne discerne pas pourquoi vous accordez quelque intérêt à cette disciple de Bismark et, de surcroît, fervente admiratrice de cet assassin de Thiers. Les gens de son espèce faisait l’objet entre 1943 et 1944 d’un traitement spécial, tout simplement parce qu’ils avaient sombré dans la trahison et la collaboration avec l’ennemi. La haine du peuple est toujours vivace chez celles et ceux qui gardent la nostalgie du fascisme et du nazisme.
    La Commune de Paris, qui n’a vécu que quelques semaines en 1871, mais qui reste la première expérience au monde d’un gouvernement des travailleurs est exemplaire. Elle fut l’organisatrice héroïque de la défense nationale contre l’envahisseur prussien à l’inverse du gouvernement de Versailles qui pactisait avec lui.
    La révolution russe s’inspira au départ de la Commune de Paris. “Le Figaro” de novembre 1917 titrait sur toute la largeur de sa première page : “La Commune à Léningrad.”
    Dame Magot déverse aujourd’hui son fiel contre celles et ceux qui ont écrit une page glorieuse du mouvement ouvrier français. Mais dame Magot ne pourra rien changer à la marche en avant de l’histoire.
    Qu’elle se souvienne ! Ses amis garnirent un jour les rangs de la Légion des Volontaires Français contre le Bolchevisme … ils reposent aujourd’hui devant Stalingrad .. !

  18. Toujours cette manie de subordonner tout aux résultats des élections …
    Mais je m’en moque éperduement des élections. Les élections n’ont jamais rien fait changer. Je n’ai rien à cirer de Marine le Pen, de de Villepin, de Sarkozy et des autres. Quant il y aura cinq millions de gens dans la rue et que tout le pays aura cessé le travail, on verra ce qui se passera.
    Toujours les élections et encore les élections … désolé, mais les élections .. ce n’est pas la panacée !

  19. Mon cher Michel, .. je crains fort que vous vous fassiez de douces illusions sur la dénommée Sarah … qui pourrait, éventuellement, être du sexe masculin.
    Cela dit vous avez raison : il faut toujours se poser la question “à qui profite le crime ?”

  20. Effectivement, le paysage politique français est traversé par divers courants qui font, du reste, la richesse de la démocratie française. Etant bien entendu que la démocratie économique reste encore à conquérir.
    Ne pas oublier non plus que la bourgeoisie française, qui a fait sien le célèbre tryptique “Liberté, Egalité, Fraternité,” n’admet la Liberté que dans la mesure où ceux qui la réclament ne s’attaquent pas à ses intérêts de classe. On constate souvent que cette “Liberté” apparaît davantage dans les mots que dans les faits.
    On cherche aujourd’hui à mutiler, à tronquer, à corseter l’espace démocratique en s’efforçant de faire accréditer l’idée qu’il y a désormais en France une bipolarisation de la vie politique nationale.
    Il n’y aurait désormais que deux formations politiques en France : l’UMP, représentant la droite, et le Parti Socialiste que l’on présente comme porteur des valeurs de la gauche. Les autres formations politiques sont considérées comme quantité négligeable.
    Chaque jour les grands moyens de diffusion de la pensée mettent en exergue les faits et gestes des dirigeants des partis dits “majoritaires, ” ainsi que les décisions et les orientations politiques qu’ils sont amenés à prendre.
    Les partis minoritaires sont murés dans le silence … Rien non plus, ou très peu, sur les écologistes qui représentent actuellement, qu’on le veuille ou non, une force politique non négligeable.
    On comprend que cette statégie fasse les affaires de la grande bourgeoisie, tout simplement parce que ses intérêts n’ont pas été remis en cause chaque fois que le parti socialiste a été à la tête du pays. Les expériences sont suffisamment édifiantes à cet égard.
    Cette situation est devenue le point nodal de la vie politique françaises. Il s’agit en effet de savoir si le PS va prendre un virage réellement à gauche.
    Ce n’est pas impossible. Je “kife” Martine Aubry. Il y a chez cette femme des instincts de classe incontestables. Elle fera une très bonne candidate aux présidentielles ..
    Le Parti Communiste a peut-être un rôle non négligeable à jouer à gauche. Encore faudrait-il qu’il abandonne l’attitude frileuse qui est la sienne depuis de nombreuses années.
    Il a une histoire et il n’a pas besoin de se farder pour se montrer. Il est des formations qui vues de loin font de l’effet, mais qui vues de près perdent de leur attrait. Il n’en est pas ainsi du PCF. Il gagnerait à être connu de près, tel qu’il est, à coeur ouvert … je suis persuadé que bien des préjugés tomberaient !

  21. Détrompez-vous chère sarah, moi je bois vos paroles ou vos écrits .. au choix !.. et je regrette vivement que vous n’ayez pas jugé utile de nous faire profiter plus tôt de vos remarques et suggestions … ô combien pertinentes !
    Votre présence sur ce blog ne pourra qu’enrichir les débats et je vous souhaite personnellement la bienvenue .. n’ayant pas eu l’insigne honneur de vous croiser sur le net par le passé.
    Je suis moi aussi pour la réconciliation et j’espère que nous fumerons un jour ensemble le calumet de la Paix !
    Je vous assure, chère Sarah, de mes sentiments respectueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *