Premier flop municipal de l’année

Nouvelle formule pour les vœux du Maire et du Conseil municipal ce vendredi 9 janvier 2010 dans les locaux privés de l’Espace Cardin.

Hors de la « Maison commune » cette initiative imposée par Jacqueline Rouillon et très mal conçue s’est muée pour beaucoup en un désagréable bain de foule dans un lieu peu adapté, assaisonné d’un discours lénifiant du Maire.

Après une fin d’année 2009 calamiteuse pour la majorité municipale au bord de l’éclatement, le 1er magistrat a tenté de rassurer dans un long discours[1] dont elle a le secret : tout va bien et on n’en parle plus (du moins en public). Une critique justifiée du Grand Paris de Sarkozy et de la suppression de la Taxe professionnelle, une vague allusion aux tours et à l’incinérateur des Docks style « je vous ai compris », un mot sur une initiative pour l’emploi.

En bonus, une citation de Levi-strauss, une pensée pour Seguin, une pincée de Camus.Avec l’air érudit et politiquement correct qui convient,  on est toujours dans l’actualité, beaucoup dans la mode, carrément « branché ». Tout sourire, une belle récitation apprise par cœur, lisse et consensuelle, comme à l’accoutumée. Sûrement pas suffisant.

Quelques poltrons étouffant dans la foule compacte semblaient douter de la sécurité tandis que beaucoup, assez exaspérés, quittaient rapidement les lieux déplorant l’ambiance « ligne 13 » et  la fraîcheur des lieux peu propice aux échanges et à la convivialité.

Malgré le label « musée Cardin », vanté par le Maire, luxe et volupté n’étaient pas non plus au programme dans ces deux grandes salles un peu sans âme dont les murs  étaient revêtus de tentures rouges rappelant opportunément que « nous ne lâchons pas nos valeurs ».

Un buffet indigent et hors de portée rappelait assez maladroitement qu’en ces temps de crise il faut éviter les excès[2]. On a la pédagogie qu’on peut.

Quant au personnel communal à l’accueil, au vestiaire et au service,  il était à la peine et plutôt glacé (de froid) dans ce lieu incertain loin des ors républicains.

Au final une initiative traditionnelle revisitée, assez décevante et sans doute peu payante sur le plan politique pour un Maire empêtrée dans les problèmes non réglés au niveau local.et relevant de sa responsabilité.

 

 


[1] Les Socialistes et les Verts boudeurs la laissant seule à la tribune

[2] Pour les « économies » réalisées n’en doutons pas les conseillers municipaux auront à dispositions les coûts comparés (et vérifiables) des différents postes de dépenses pour ces vœux relookés par rapport à l’an passé. On n’oubliera pas non plus de donner toutes les précisions sur l’agenda généreusement distribué à chacun avec surtout l’affectation des recettes générées pas la publicité « spontanée » recueillie dans ce bel ouvrage.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

28 réflexions sur « Premier flop municipal de l’année »

  1. C’est vers 22h30 que les lampions ont été éteints.

    Après un longue monologue de 40 mn, pour lequel Camus et Séguin avaient été réquisitionnés, une seule information : début avril une initiative sur l’emploi et la formation.
    Espérons que JR découvrira à cette occasion la transversalité et pourra l’appliquer à ce complexe et vaste problème avec tous les intervenants audoniens.

    En paraissant complétement isolée sur une estrade haut perchée, et malgré l’habilité du caméraman qui retransmettait l’allocution, JR est restée droite dans ses bottes : pas un mot sur l’extension-finition du lycée Blanqui.

    Pour le reste, un agenda rempli de pub -à la couverture kk d’oie – distribué aux participants.

    A ce propos, malgré son cab, sa com, ses boîtes de com et de conseils,
    JR n’a pas jugé utile et nécessaire d’y conclure la moindre once de renseignement sur la ville et ses services, et ceux du conseil général dans celui-ci ! Quel gâchis pour SO mais sans doute qu’elle bonne affaire pour d’autres.

    Pour celles et ceux qui se sont inquiété des “petites mains “, on apprenait fortuitement que l’élue au personnel,dans l’après-midi, avait reculé et concédé 4 réunions de négociations à celles-ci pour discuter de ce qui était jugé par elle comme non négociable et par la DRH comme non discutable…

    Un rebondissement qui illustre assez bien les propos des élus socialistes rapportés dans le journal Le Parisien quant à “leur désapprobation sur les méthodes de gouvernance de la municipalité”.

  2. Je ne m’associe pas au louanges prodiguées à Monsieur Philippe Seguin, récemment décédé. L’intéressé, considéré pendant longtemps comme l’un des dauphins de Jacque Chirac, fit partie de la nébuleuse gaulliste qui n’avait de gaulliste que le nom. Monsieur Seguin est un homme de droite. Il a voté à l’assemblée nationale toutes les propositions de loi déposées par les gouvernements de droite, dont il s’est déclaré solidaire à maintes reprises. Il a approuvé toutes les mesures adoptées par la majorité de droite au parlement, y compris celles qui portaient atteinte aux droits sociaux des salariés. Jamais Monsieur Seguin n’a élevé la voix contre les méthodes de ceux que l’on nomme aujourd’hui les patrons voyous. On ne s’en étonnera pas outre mesure. Monsieur Seguin a choisi son camp depuis longtemps … le camp de celles et ceux qui vivent du travail d’autrui.

  3. Ah que je plains et ce, sans aucune provocation, les personnes qui ont donné leurs voix à Jacqueline Rouillon lors des dernières élections Municipales car force est de constater, qu’il n’y a pas un jour sans désillusion, voir sans trahison, au regard des promesses tenues lors de la campagne électorales. Seulement notre Maire a son excuse favorite, c’est pas ma faute, c’est celle de Sarkozy ! Et pourtant que de points communs entre ces deux la:

    – Concentration du pouvoir
    – Promesse non tenues, voir même inversées
    – Mutisme et autoritarisme
    – Train de vie de l’exécutif
    – Dépenses pharaoniques pour sa communication personnelle et alors qu’elle demande à ses “petites mains” de se serrer la ceinture…

    Je pourrais bien sur continuer longtemps comme celà mais j’ai bien peur, de n’avoir plus personne à convaincre.

    Alors parlons plutôt de cette crise politique qui fait tant causer et qui suscite tellement d’espoir chez les gens comme moi.
    Rappelons que celle ci a commencé, avec la démission d’un adjoint au Maire, du groupe politique du Maire et ce, pour rejoindre un autre groupe de la majorité Municipale, le PS. C’est important de le préciser car la communication du Maire sur l’évènement, laissait à penser que Karim Bouamrane était passé à l’ennemis (au minimum à l’UMP). Alors bien sur le félon a été immédiatement sanctionné, en lui retirant sa délégation, son indemnité, sa voiture de fonction (il semble qu’il n’ai pas été pendu car la loi ne le permettait pas), et ce au titre (selon J. Rouillon) que sa démission rompait l’équilibre politique voté par les Audoniens (comme quoi elle ne doute de rien).

    Nous avons alors assisté à une levée de bouclier de la part des élus du groupe socialiste, ainsi que des Verts, afin que soit rendu à cet élu, ce que la souveraine lui avait confisqué, de son unique décision. Nous leur donnons bien sur complètement raison, même si nous pouvons regretter parfois que l’énergie déployée à retablir les biscuits (avantages) de cet élu, ne soit pas utilisée pour l’avenir des Audoniens, qui parait bien sombre, tant que Jacqueline Rouillon sera à la tête de cette Municipalité.

    Tout de même, cette crise a du bon, celle de nous apprendre la vérité, même si nous la soupçonnions et cela vient de la bouche même des Socialistes et des Verts, ils estiment que depuis la début de la mandature, ils n’ont qu’un rôle de “figurant” auprès de Jacqueline Rouillon et qu’ils n’ont juste qu’à valider les décisions prisent par la souveraine et sa garde rapprochée: Paul Planque, Nicole Amedro et la Pompadour (il faut comprendre personne qui lui donne des conseils ou des instructions sur l’oreiller).

    Nous y voilà, Jacqueline Rouillon ose nous parler “de respect de l’équilibre politique choisit par les Audoniens” alors qu’elle est la première à ne pas le respecter, en considérant qu’elle a seule, la gouvernance de la ville et en relayant ses partenaires politiques, aux second rang !! Vraiment bravo !! Seulement nous ne sommes pas dupes et nous soutenons aujourd’hui cette fronde justifiée et qui, madame le Maire, ne trahit en rien la gauche et j’irais même plus loin en disant même, qu’elle l’honnore, tellement vous, vous la déshonorez !!!

    Oui car parlons de toutes ces personnes qui vous avez trahis, qui certes avaient déjà des doutes sur vous lors des dernières Municipales mais comme il n’y avait pas vraiment d’alternative sérieuse à gauche, ont choisit, uniquement par peur de la droite, de vous reconduire à ce poste que vous salissez aujourd’hui avec cette politique digne de Levallois-Perret.

    Alors chers amis du groupe Socialistes et des Verts, aujourd’hui votre responsabilité est grande car vous avez suscité un énorme espoir chez les gens qui souhaitent sauver Saint-Ouen du désastre, que promet la politique actuelle de Jacqueline Rouillon et vous n’avez pas le droit de nous trahir à votre tour.
    Je fais appel au plus profond de vos convictions de militants politiques de gauche, est-ce que vraiment, vous voulez continuer d’être les complices de tout cela ?!!!

    Responsable de la construction d’un quartier des Docks, qui est une catastrophe annoncée, tant au niveau humain, qu’écologique ou économique ?!! Aujourd’hui et c’est un scandale, on vous met au pied du mur, argumentant que des personnes en difficultés attendent des logements et que vosu n’avez pas le droit de vous opposer à la constructions de ces tours de 17 étages…
    Croyez vous vraiment à la sincérité de ses personnes, ne croyez vous pas que la spéculation des grands groupes de constructeurs n’est pas plus forte que la conviction sociale ?!!
    Croyez vous vraiment que c’est à Saint-Ouen de régler seule la crise du logement ?!!
    Croyez vous que les personnes qui seront logés dans ces tours vous remercieront, après quelques années de fonctionnement et qu’ils s’appercevront qu’ils se sont fait piéger, comme les gens qui arrivent à sortir des 4000, ou des Francs-Moisins et qui disent “plus jamais ça”
    Enfin croyez vous que c’est en parquant les pauvres dans des cages à lapin que l’on reglera le problème ?! Moi je suis dégouté de ce faux débat !! Moi je pense qu’au contraire, il vaut mieux diminuer le nombre de logement et offrir à certes moins de monde, une qualité de vie suppérieur et d’agir pour que l’état joue son rôle, notament auprès des autres collectivités, pour que tout le monde en fasse de même et la, le problème sera réglé mais pourquoi les Audoniens devraient ils supporter cela, contre leurs intérêts ?!!
    De toute manière vous savez bien qu’elle ne changera pas, si preuve vous aviez besoin, reprennez votre intervention lors de la fameuse rencontre des Docks à Barbara !! Dans l’article du magazine “A Saint-Ouen” vous avez tout simplement été “Anatomisés”

    Ensuite en 2009, nous avons subi une crise sans précédent et la plupart des villes ont décidé de faire un effort en n’augmentant pas le prix des services à la population et bien à Saint-Ouen et ce malgré une progression du budget et bien tout, je dis bien tout, à commencer par les taxes locales, a été augmenté !! Vous soutenez cette politique bien à gauche également ?!!
    Encore si à coté de cela, des efforts avaient été fait pour réduire les dépenses mais pensez vous, non une inauguration de la médiathèque en grande pompe, orchestrée par le célèbre agence de com si chère au Maire et qui l’a conseille bien pour vous taper dessus (lettre du Maire), ANATOME et ce pour un prix de 170 000 euros pour seulement une demi journée de festivités !!! Et oui…
    A cela nous pouvons ajouter le vidéo projecteur installé pour diffuser sur la façade de la médiathèque (pour quoi faire ?!) et dont l’acquisition et l’installation avoisine les 160000 euros (et oui !!!) et qui semble rencontrer de sérieux soucis de fonctionnement…
    Non les exemples sont nombreux de gaspillage de l’argent publique et vous voulez continuer à soutenir cela aussi ?!!

    Soutenez vous aussi les dépenses pharaoniques de la communication du Maire auprès, encore une fois, très connus “ANATOME” dont on murmure une addition proche du million d’euro pour l’année qui vient de s’achever et si à cela on ajoute “ELEB ET CAMPANA” à combien se monte l’addition ?!!

    Désirez vous aussi soutenir la politique de l’élue au personnel qui souhaite presser le personnel communal comme un citron, pour faire des économies, que l’on pourra mieux gaspiller ailleurs ?!! D’ailleurs à ce propos, soutenez vous une élue communiste qui brise la grève méritée du personnel des écoles en privatisant directement et sans négociations, le banquet des anciens ?! Et qui culpabilise directement, alors que les négociations ne sont pas ouvertes, le personnel en question, auprès des parents et ce en distribuant une lettre dans l’ensemble des boittes aux lettres (quel coût encore d’ailleurs ?!!)

    Soutiendrez vous aussi la liquidation des centres de vacances ?!! J’avais cru comprendre que c’était réservé à William Delannoy ça ?!!

    Non mes amis, la gauche ce n’est pas cela, c’est d’abord le respect des personnes, l’écoute, bref, la démocratie !! Alors ne rentrez pas dans le rang ou vous vous rendrez complices de tout cela et les Audonniens s’en souviendront au moment voulus.
    Laissez Jacqueline Rouillon et ses collaborateurs “j’ai pas d’idée mais ça coûte un max” à leur responsabilités et rammenez nous vers les chemins positifs que nous connaissons à Saint-Ouen.

  4. Un réquisitoire très circonstancié contre le Maire. Faut-il prendre tout ce qui est écrit pour argent comptant ? Ceux qui, comme moi, ne suivent pas de très près l’activité municipale ne sont pas en mesure de répondre à cette question. On entend quand même ici et là des propos peu flatteurs pour la maire et ses amis.
    Qui plus est, la césure intervenue au sein de la majorité dite de “gauche”, n’arrange pas les choses. J’ai mis ce terme entre guillemets parce que j’ai une conception de la gauche en tant que mouvement politique, qui n’a rien à voir avec le visage qu’elle offre aujourd’hui. Par surcroît, on continue, à tort, d’affirmer que la municipalité de Saint-Ouen est communiste. Désolé, ce n’est plus le cas. Elle a, selon moi, disparu avec Paulette Fost.
    La majorité municipale va-t-elle se rabibocher ?
    L’attitude des élus socialistes et verts laisse penser qu’ils souhaitent de nouvelles élections .. l’opposition aussi d’ailleurs. Qui vivra verra ! Il va de soi que tout ce que je dis ici n’est pas parole d’évangile.

  5. René,je partage votre point de vue sur Séguin sauf que je ne lui retire pas son titre de “gaulliste”car je n’ai jamais pensé que de Gaulle”était au dessus des partis”et encore moins qu’il était de gauche.
    Pour en revenir à Séguin,je me souviens qu’avant les municipales de 2001,il rivalisait avec Delanoë,pour louanger”le régime démocratique”de Ben Ali!

    Enfin pour un type si honnête,on se demande comment faisait-il pour s’acoquiner avec Chirac et autre Pasqua,parangons de vertu…comme chacun sait!
    Pendant les présidentielles de 1995,je l’ai vu,à la télé, recevoir le candidat Chirac dans sa bonne ville d’Epinal.Et ce dernier de promettre,s’il était élu,de réaliser comme à Epinal(et comme en Allemagne)les cours le matin et de réserver l’après midi à l’éducation sportive,artistique et d’éveil.Comme j’ai tjs été partisan de cette forme d’enseignement,j’avoue avoir trouvé cette promesse alléchante.S’il est vrai que j’ai quitté l’enseignement depuis quelques années…je ne pense pas,que comme pour la TVA,Sarko ait réalisé cette promesse du premier septennat de son illustre prédecesseur!Celui qui a échappé à la justice parce qu’il était président et qui devrait,selon sa femme,continuer à y échapper parce qu’il l’a été!

  6. Tu vois Michel , je veux bien faire preuve de pugnacité à rabacher le problème de notre Maire avec son équipe rapprochée et sa belle capacité à succiter le désarroi dans ses propres rangs même , ce que je fait depuis longtemps ; mais polémiquer sur l’éventuelle ou non gauchitude du Général et la supposée intégrité de Seguin , j’avoue que je coince!!
    J’aimerai mieux comprendre ce qui a poussé un syndicat comme la CGT à lancer ce mouvement de grève dans les écoles , justifié de surcroit , quand Mr Matéo nous explique que notre Maire n’est pas (plus ?)communiste , pas plus que l’ensemble de cette équipe municipale !
    Pourrait-on y voir un lachage de plus?

  7. Je ne connais pas Dominique Bora, mais j’ai connu jean-charles ELEB”ancien de l’uec” qui fit son terrain de jeux des municipalites PCF pr faire son buisiness avec Campana, et cela dure depuis longtemps.C’est leurs affaires.Ils ont erigé le buiseness en religion, c’est leur truc!!!Grand bien leur fasse.
    Eleb n’etait pas un foudre qd il fallait s’en prendre plein la tete ds les manifs, mais quand Juquin cherchait des “intellos” de merde pr entrer à la tv en 81, il etait ds le wagon, c’est bien triste, mais c’est comme ca.
    A chacun son ratelier.
    Moi, j’ai jamais travaillé avec les municiplites “amies”.
    Chacun son truc, et son “honneur”.

  8. Mr Daussat, je ne crois pas que Mateo “lache” qui que ce soit, René est un de ceux que ns pourront retenir comme “un militant”, et j’ajoute pr ce qui me concerne, un de ceux qui ne lacherent rien, bien que je sois souvent en desacord ” s” avec lui, mais de dire qu’il lache quoi que ce soit est une appreciation fallacieuse.
    Soit, Mateo à des explications qui , selon lui, justifient des prises de positions qui sont les siennes, mais René ne fut pas un militant a la petite semaine, il fut de ceux qui prirent de gros risques personnels, à la limite de son integrité physique, et je sais de quoi je parles.
    Fichez lui la paix qu’il mérite.

  9. Ceux qui donnent des lecons sont les news arrivants à st-ouan comme disait Etienne Fajon , notre cher depute ds les annees de gagne, en 70, comme je le dis depuis plusieurs mois attention, a ces nouveaux arrivants dont le seul but est de faire fructifier leur investissement immobilier, et se casser apres.
    Il existe, chez les petits cadres à 70 ou 80K/E an de revenus qu’ils considerent, comme acquis, des velleites a s’installer à st-ouen et je le dis depuis des mois, ils attendent la fin de la preemption pr faire monter les prix, comme a Levallois-Perret.
    dont la ville est chere à Mr Balkany
    C’est votre truc, à st-ouen, moi, je m’en branles.
    Vs verifirez les prix ds la logique de liberation des prix de l’immobilier

  10. N’oubliez jamais que Mateo et Fainzang sont l’honneur de votre ville dont la capacité de villegiature m’echappe, si ttefois, vs pensez le contraire, ecrivez-moi sur ce blog.
    Dites moi que st-ouen est une ville de reve ou vs pensez que vos gosses seront en capacite de faire les meilleures etudes du monde et que les resultats au bac sont top”s”;”ils sont les plus mauvais du departement.

  11. Rectification, les resultats de st-ouen ne sont pas les +mauvais du dept, mais les +mauvais de ….France.
    Bel exemple .
    J’attends les contradicteurs.
    Et que vive longtempsla demaguogie et tt leurs trucs de ns prendre pr des cons.

  12. JMP,faut bien faire crouter les camarades ou les ex…
    Paco devant”l’union sacrée”des louanges sur l’intégrité et la sportivité de Séguin,autorise-moi à donner mon avis(même s’il ne t’intéresse pas),différent du”politiquement correct”.En plus,je n’aime pas le PSG…je resterai tjs un supporter du Red Star.

  13. Ns sommes quelque’uns à penser et à reprendre ce que Seguin, un jour avt sa mort allait annoncer au premier Ministre, qu’il fallait que les politiques elus soient comptables devant la loi, sous peine d’etre emprisonner, comme un citoyen lambda des que des prevarication sont contestees par la Cour des Comptes.
    Tant qu’ils se tiennent ts par les C, c’est impossible.
    Alors, il faut modifier la loi, ouais,c’est dur car se sont les mmes qui font la loi.
    Alors, il faut arreter de voter.
    Ouais, mais ce n’est pas citoyen,
    alors, on fait quoi????

  14. Entièrement d’accord avec Dominique Bora.
    La responsabilité de cette crise politique locale incombe à l’attitude du Maire et à elle seule. Trop facile de se faire passer pour une victime. La politique, c’est sérieux. On s’entoure de collaborateurs officieux sérieux aussi.
    La politique c’est difficile, on se met au service des autres. Pour cela, encore faut il les connaître, ou mieux encore, tout simplement communiquer avec les autres. Ne pas avoir peur d’aller à la confrontation d’idées et ne pas avoir peur du contact des gens. Sortir de la tour d’ivoire, si peu protectrice de la réalité de la vie. Mais, c’est sur, être d’accord avec son petit noyau d’amis qui n’est en accord qu’avec lui-même, ça ne mène pas très loin. Triste démonstration aux voeux de vendredi dernier. Le Maire seule sur l’estrade. Image pitoyable et pathétique. Discours creux qui annonce la fin d’un règne qui prend l’apparence d’une longue agonie.
    Aucune perspective sérieuse et encourageante. Alors, oui, je suis d’accord. Que nos amis socialistes nous sortent de là et qu’ils nous montrent qu’il est encore possible de faire une politique de gauche à Saint ouen, au plus près des attentes des audoniens. A commencer par ne pas voter le PLU au prochain conseil municipal

  15. jmp il n’y avait pas jean pierre foucault avec vous aussi ? car tous les communiquants (internes ou externes) qui tournent autour du maire c’est un peu “qui veut gagner des millions” non ?

  16. Je ne connais pas non plus Dominique Bora et je n’ai jamais fait partie d’une quelconque “Nomenclatura”. Ce que j’ai dit ici et que je confirme c’est qu’il n’y plus de municipalités communistes. Il faut revenir à quelques décennies en arrière pour en trouver. En effet, à l’époque les élus communistes détenaient la majorité absolue dans des conseils municipaux et les municipalités étaient partant communiste. Le PCF a ouvert la porte aux socialistes, aux radicaux de gauche et à des républicains de progrès lors des élections municipales de 1965. Les communistes, et je ne suis pas le seul à le dire, ont toujours eu une vocation unitaire.
    Au Conseil Municipal de Saint-Ouen, ils sont minoritaires, le maire et d’autres ayant pris leurs distances avec le PC, ce qui est leur droit le plus absolu.
    Il y a aujourd’hui un certain nombre de communistes ou d’anciens communistes qui ont manifestement un problème avec l’histoire du communisme en France : soit parce qu’ils ne l’assument pas, soit parce qu’ils ne le connaissent pas, soit parce qu’ils veulent laisser le champ libre aux adversaires. Ils sombrent dans une sorte d’autophobie que l’historien philosophe italien Damenico Losurdo définit comme une “fuite lâche devant cette histoire et devant la réalité de la lutte idéologique et culturelle toujours brûlante.” Je crois que les communistes ont dressé un bilan critique du moment historique commencé en 1917, et en décembre 1920 pour le PCF. Ils l’ont fait, je crois, avec la rigueur et la méthode nécessaires au travail historique, tout en faisant preuve d’esprit critique.
    L’histoire du communisme français est une belle histoire, jalonnée d’erreurs sans doute – qui ne commet pas d’erreur ! – mais aussi de combats parfois victorieux. Ainsi sa participation décisive à la lutte pour la libération du pays et à la Résistance au fascisme ou sa contribution à ce que l’on appelle encore les “acquis sociaux”, ceux de 1936, de la Libération, de 1944 et 1947, de 1968. Dans tous ces combats, dans toutes ces luttes sociales, le PCF n’a jamais failli.
    J’ai été élevé dans la poussière de charbon des houillères du Bassin d’Aquitaine. Nous n’étions pas riche et nous n’étions pas les seuls. Je suis toujours resté à ma place, c’est-à-dire aux côtés des plus démunis .. et j’y suis toujours. On ne me fera pas bouger d’un pouce. Je défends celles et ceux qui luttent pour le droit de vivre dignement. C’est pourquoi je soutiens l’action engagée par les femmes de service des établissements scolaires de Saint-Ouen.
    Quant au spectacle déplorable que donne le Conseil Municipal, il n’est pas de nature à redonner à la politique ses lettres de noblesse. Ceux qui font appel au Parti Socialiste devraient savoir, sur la base de l’expérience, qu’entre les socialistes et la droite, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette . Il ne faut donc pas compter sur eux pour dénouer la crise !
    Merci d’excuser les fautes de frappe et d’inattention. Bonne année à tous !

  17. J’ai omis de préciser que la CGT a de tout temps pris fait et cause pour les salariés en lutte pour défendre leurs intérêts, quel que soit, par ailleurs, leur employeur. Il ne s’agit donc d’aucun “lâchage” pour reprendre l’expression employée ici. La CGT est une organisation totalement indépendante des partis politiques et des assemblées élues. En ce qui est du conflit en cours, elle a conscience qu’en soutenant l’action engagée, elle défend la qualité du service public.

  18. à jmp .
    je ne parlais pas d’un lâchage de la part de Matéo , mais évoquait la possibilité que la CGT commençait à franchement ruer dans les brancards , voyant s’installer une politique peu propice aux travailleurs municipaux .
    Ce syndicat , comme les autres mais pour une part plus importante , reçoit de la mairie une subvention conséquente , qui lui permet je crois de maintenir deux permanents ; si je me trompe n’hésitez pas .
    Quand à ficher la paix à René Matéo …. ça veut dire quoi ??….
    Je le pense plutôt apte à se défendre lui même , d’autant que vous faites référence à son courage de combattant résistant contre le nazisme et l’occupation allemande , qui force le respect de chacun sur ce blog.Alors Ce ne sont pas mes petits propos qui peuvent le déstabiliser!! et il se défend très bien lui même .

  19. paix à René Matéo …. ça veut dire quoi ??….
    Je le pense plutôt apte à se défendre lui même , d’autant que vous faites référence à son courage de combattant résistant contre le nazisme et l’occupation allemande , qui force le respect de chacun sur ce blog.Alors Ce ne sont pas mes petits propos qui peuvent le déstabiliser!! et il se défend très bien lui même .

  20. René,post 17…Ce ne fut pas toujours vrai ce rôle exemplaire de la CGT prenant”fait et cause pour les salariés”autrement pourquoi certains créèrent et militèrent dans les années 20 et la 1ere moitié des années 30 à la CGTU?

  21. C’est vrai qu’une pétition signée par 800 personnes (ce matin) cela fait tâche dans le monde merveilleux de JR…

    Les choses se précisent : les cadres communaux semblent faire l’objet de toutes les attentions avec une “belle et magnifique “, réunion de travail sous les auspices de Campana-Eleb.

    “Tous dans le rang”, me disait un certain adjudant. Et puis un bouc émissaire, cela ne mange pas de pain, lorsuq’i faudra rendre des comptes aux électeurs…

    Le personnel communal fait l’objet de toutes les attentions : ce soir, voeux de JR à celui-ci ; Les petits plats ont été mis dans les grands : musqiue, orchestre… chez Cardin.

    Qui aura le courage au sein de sa municipalité de dire à JR et à NA qu’elles se perdent?

  22. Le bulletin municipal change de nom, et s’appelle désormais “le journal de saint-ouen”.

    Tant d’argent et de temps pour en arriver là, certains élus doivent l’avoir saumâtre, eux à qui on a demandé l’avis sur la chose…

    Lors d’une réception jeudi soir en l’Hôtel de ville , les penseurs avaient invité les supposés bien pensant pour ne pas se retrouver entre eux !!!

    La direction de la com/journal/info était au anges : bénéficier des ors de la république bananière en se passanr de l’approbation des audoniens et du conseil municpal!! What a dream !!!

    L”AFP aurait-elle fait mieux? Le Journal de SO est-il un flyer amélioré?

    Certes, le papier est plus blanc, la maquette aérée grace au format changé. Mais.

    Rien sur l’initiative du Cgal sur l’emploi à Bobigny. Comme quoi, notre conseillere générale sert à quelque chose…

    La nouvelle mouture rédactionnelle sur le “riche réseau d’aides pour les démunis” montre ses limites.

    Quant on oublie l’Apeis, association des précaires et chômeurs de saint-ouen (pages 2 et 3) et la problématique de l’emploi.

    Qui méprise-ton ? Son responsable ou les bénéficiaires de l’action associative.?

    Peut-on sous le régne de JR avoir le droit à ne pas être d’accord avec ces agissements ?! sans risquer je ne sais quel oukase ??

    Rappelons qu’une certaine redistribution oeucuménique n’a rien à voir avec la solidarité et la justice : de quelle société parlons nous ?

    Autre sujet, l’étude des lignes 13 et 14 : une expo se tient dans le hall du centre administratif fernand Lefort (celui que certains voudraient vider…avant de le brader).

    Notre formidable rédacteur en chef, notre couteuse directrice de la communication … semblent ne pas savoir qu’elle existe, et du coup n’en parlent pas dans cette new mouture du bulletin municipal.
    Professionnalisme quant tu les tiens!

    Pour info, les élus Verts sont pour “l’arrêt du journal bimensuel” dixit leur tribune dans le bulletin.

    Tout est l’avenant : de gros moyens en maquettage, conseilers “en or”, des oublis et des black-out sur la vie de saint-ouen.

    Oui, oui, le journal de Saint-ouen doit être celui des audoniens pas de JR mais celui de SO et des Audoniens qui demandent du respect .

    “parceque saint-ouen le vaut bien”!!!

  23. Mon cher michel, vous savez comme moi que le mouvement ouvrier est traversé par deux courants, l’un révolutionnaire, l’autre réformiste.
    En 1895 au congrès de Limoges la CGT est crée. Le 13 octobre 1906, elle adopte la Charte d’Amiens : elle place l’action syndicale sur le terrain de la lutte de classe. Influencée par le parti socialiste, elle s’enfonce au lendemain de l’assassinat de Jean Jaurès dans “l’union sacrée” (31 juillet 1914).
    Le 7 novembre 1917, révolution à caractère socialiste en Russie. Répercussion en France : scission au parti socialiste lors du congrès de Tours en décembre 1920. Schisme également au sein du mouvement syndical (congrès fédéral de Lille, juillet 1921). Naissance de la CGT Unitaire : ce nouveau syndicat se place dans le sillage de la révolution socialiste et repousse les idées réformistes de collaboration des classes.
    1929 : crise cyclique du capitalisme.
    La CGTU va jouer un rôle important dans la bataille pour l’unité syndicale. C’est chose faite le 28 juillet 1934. Il n’y a plus qu’une seule CGT. Signe prémonitoire : le 27 juillet 1934, c’est à dire la veille, le parti communiste français et la section française de l’internationale ouvrière (parti socialiste) signent le pacte d’unité d’action qui devait ouvrir la voie au Front Populaire.
    Pour mémoire, à l’initiative de Jules Guesde et de Paul Lafargue est crée le parti ouvrier en 1879. Karl Marx aide les deux hommes
    1882 : congrès de Saint-Etienne : première scission par Paul Brousse. Au sein du parti ouvrier naissent et se structurent trois partis socialistes : – le parti socialiste de France, dirigé par Jules Guesde
    – le parti socialiste Français, dirigé par Jean Jaurès
    – le parti socialiste révolutionnaire, dirigé par Allemane
    Le 23 avril 1905, se tient le congrès d’unification du Globe (nom de l’établissement où se tient le congrès). Outre les trois partis précités, y participent quelques fédérations autonomes. Après plusieurs jours de discussions passionnées, le Congrès adopte le 30 avril 1905 la charte du parti unifié qui prend le nom de Section Française de l’Internationale Ouvrière , devenue le parti socialiste au congrès d’Epinay.
    Ainsi est né le parti socialiste dont monsieur Karouchi va porter les couleurs aux prochaines régionales.
    Fut un temps ou les ouvriers étaient majoritaires au sein du Parti Socialiste. Les fédérations du nord et du pas-de-calais où se trouvaient de nombreux mineurs de fond, détenaient avec les bouches du rhône la majorité des mandats lors des congrès. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Il est devenu un parti où les cadres, les techniciens et les professions libérales tiennent le haut du pavé. Il professe un type de société où le marché sera paraît-il maîtrisé. En fait, il ne remet pas en cause fondamentalement le système. C’est devenu un parti réformiste. Il a tourné le dos à Jean Jaurès qui se prononçaient pour l’appropriation par les salariés des moyens de production et d’échange.

  24. Nous apprenons qu’un sondaghe a lieu en ce moment dans notre ville dans lequel sont évoquées les élections, lesquelles?

    Les personnalités : Bruno Le Roux, Jcqueline Rouillon, Mamadou Kéita, William Delannoy…Dans les premières questions apparaissaient Rama Yade, Abdelhak Kachouri dans les premières questions et qui ensuite disparaissaient dans les questions suivantes.

    Qui a commandé ce sondage? ses objectifs?
    Attendons les résultats, bien entendu s’ils sont communiqués!

  25. Nous apprenons qu’un sondage a lieu en ce moment dans notre ville dans lequel sont évoquées les élections, lesquelles?

    Les personnalités : Bruno Le Roux, Jcqueline Rouillon, Mamadou Kéita, William Delannoy…Dans les premières questions apparaissaient Rama Yade, Abdelhak Kachouri et qui ensuite disparaissaient dans les suivantes.

    Qui a commandé ce sondage? ses objectifs?
    Attendons les résultats, bien entendu s’ils
    sont diffusés!

  26. J’ai effectivement été sollicité par téléphone pour répondre à des questions concernant la localité. J’ai envoyé mon interlocutrice sur les roses en lui précisant que je n’appréciais guère les sondages d’opinion.

  27. C’est exact la Sofres a sondé par téléphone plusieurs Audoniens sur les derniers jours.

    En 2008, les Audoniens avaient déjà eu droit à un sondage colonoscopique* organisé par la municipalité : «Parlons Saint-Ouen !» et dont le résultat très orchestré avec des engagements aseptisés, resta “100” surprise.

    En 2009, cela continua avec «Parlons qu’entre nous», puis nous vîmes émerger «Parlons tour à tour» ayant pour résultat d’aboutir à un «Parlons-nous plus» au sein la majorité municipale ce qui continue à engender des effets désastreux pour la ville.

    Mais au son du glas de 2010, cette nouvelle version de sondage “Téléphonons Saint-Ouen !” conduite par la Sofres (même si le commanditaire reste encore inconnu) est pour le moins surprenante mais très intéressante pour plusieurs raisons.

    En effet, selon les personnes qui ont eu à y répondre, il s’avère que les questions posées en rapport avec Saint-Ouen (de près ou de long) durant une dizaine de minutes étaient non seulement nombreuses et variées que nous pouvons supposer que les Audoniens contactés l’étaient également.

    « Pouvez-vous citer le nom d’élus de Saint-Ouen ?….du conseil général ? Quelles sont les manques de votre ville selon vous ?…vos attentes?, Connaissez-vous le projet des Docks ? Qu’en pensez-vous ? » ….

    Autant de questions simplement posées par téléphone par une charmante opératrice avec la garantie d’être écouté et tout gardant l’anonymat de ses réponses (pour les plus timides ou les muselés de service) à la chaleur des pieds dans ses chaussons, avec en prime la possibilité de recevoir un intégral sonore du compte tenu de la discusion.

    Ceci prouve que si ce sondage est plutôt inhabituel à Saint-Ouen, en tout cas cela reste possible et démocratique dans la mesure de ne pas priver les Audoniens de son résultat et d’agir en conséquence sans devoir attendre celui de 2014 pour en « Parler encore… ».

    *Analyse des besoins internes à SO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *