Bling-bling 2010

Le Maire abandonne l Hôtel de ville… pour une soirée.

Grace à son sens de l économie, elle a imposé au Conseil municipal une réception des vÅ“ux chez Cardin 35 boulevard Victor Hugo à Saint-Ouen. Tout un symbole.

Ce vendredi 8 janvier, on trinquera donc chic et luxe pour bien montrer qu on ne laisse rien à la Droite.

N’en doutons pas le discours sera bien à gauche.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

56 réflexions sur « Bling-bling 2010 »

  1. Ah oui vous avez raison, je pense que 2010 est une année qui va nous réserver bien des surprises !
    Pour commencer, celle qui se prend pour la reine de la gauche qui fait ses voeux chez le roi du bling-bling…

    Moi je dis è  quand les voeux de Nicolas Sarkozy place du Colonel Fabien ?!

    Peut-être que Jacqueline Rouillon a lu trop vite des guides touristiques Américain qui référence le site: PCFM
    Il faut alors lui préciser que cela veut juste dire Pierre Cardin Fashion Museum…

  2. L’espace Cardin réussit-il au Maire ?

    Diffice a dire. Par le passé, nous y avons vu une belle manifestation pour le Logement bloquée è  l’entrée entre un camion Fauchon et un autre de CRS.

    Il y eu bien la lancée de l’opération d’avenir Les Docks avaec le résultat mitigé et fièvreux que l’on connaè®t aujourd’hui…

    Si “j’étaisé è  la place du maire”, j’aurai choisi le gymnase Tommie Smith dont l’usage eut permis de faire découvrir une réalisation municipale au plus grand nombre, et de réaliser véritablement les économies nécessaires au paiement des revendications du personnel des Ecoles.

    A ce propos, il semblerait que le banquet des “Anciens” soit sur la sellette, faute d’un accord entre JR et les petites mains communales.

    Mais, il se murmure que le privé a été “personnellement” sollicité pour jouer aux briseurs de grève, au cas oè¹ les petites mains communales ne joueraient pas le jeu mercredi prochain dans les écoles audoniennes.

    JR enlèvera-t-elle sa délégation aux petites mains des écoles, au profit du privé ?

  3. L’espace Cardin réussit-il au Maire ?

    Difficile è  dire. Par le passé, nous y avons vu une belle manifestation pour le Logement bloquée è  l’entrée entre un camion Fauchon et un autre de CRS.

    Il y eu bien la lancée de l’opération d’avenir Les Docks avec le résultat mitigé et fiévreux que l’on connaè®t aujourd’hui…

    Si “j’étais è  la place du maire”, j’aurais choisi le gymnase Tommie Smith dont l’usage eut permis de faire découvrir une réalisation municipale au plus grand nombre, et de réaliser véritablement les économies nécessaires au paiement des revendications du personnel des Ecoles.

    A ce propos, il semblerait que le banquet des “Anciens” soit sur la sellette, faute d’un accord entre Jacqueline Rouillon et les petites mains communales.

    Mais, il se murmure que le privé a été “personnellement” sollicité pour jouer aux briseurs de grève, au cas oè¹ les petites mains communales ne joueraient pas le jeu mercredi prochain dans les écoles audoniennes.

    Jacqueline Rouillon enlèvera-t-elle sa délégation aux petites mains des écoles, au profit du privé ?

  4. Nous considérons que le maintien de cette démarche est navrant, incompréhensible et surtout inopportun pour nos concitoyens è  qui lon demande de faire davantage defforts en cette période de crises économique et financière.

    Femmes et hommes de gauche, nous ne cessons de contester et de rejeter de faè§on permanente les réformes gouvernementales des collectivités territoriales, surtout la suppression de la taxe professionnelle qui viendra déséquilibrer et réduire le budget communal. Ainsi nous avons indiqué dans notre question orale au conseil municipal du 19 décembre quil serait déraisonnable de déplacer, dans la conjoncture économique et financière actuelle, cette manifestation municipale dans ces lieux privés sans aucun doute prestigieux mais inapproprié? Les locaux de Pierre Cardin sont au demeurant agréables et très appréciables, mais la tenue dune telle initiative publique soulèverait des interrogations et une incompréhension totale chez nombreux Audoniens qui ont vu encore cette année leurs taxes dhabitation et/ou foncière augmentées.

    Comme il est de coutume, la décision de tenir les vÅ“ux chez Pierre Cardin a été unilatérale. Comme Ensemble pour Saint-Ouen, le groupe des Verts ont été également défavorable è  la décision du maire qui, je le répète, a été prise sans aucune concertation avec les autres partis de la majorité encore avec ceux de lopposition.

    Les deux arguments financiers et sécuritaires avancés par le maire sont nuls et non avenus. Il était sans aucun doute possible de réduire les petits fours et le champagne le principal étant de se retrouver même devant un buffet raisonnable. Les invitations seraient plus importantes en nombre en 2010 que les années précédentes au point oè¹ nombreux habitants ne comprennent les raisons subites de lintérêt que le maire leur porte pour la première année. Nous avons notre petite idée, mais nous rassurons que tout ceci ne marchera point car les cantonales seront loccasion dun vrai débat de fond, projet contre projet et non de la communication et des promesses sans lendemain.

    Nous sommes certains quun échange transparent aurait permis de trouver des solutions collectives et partagées si les problèmes indiqués par le maire étaient réels mais il nen est rien.

    Nous attendons de toutes les faè§ons les réponses è  nos questions au conseil du 25 janvier prochain : communiquer è  lensemble du conseil municipal le coè»t réel des vÅ“ux organisés pour le personnel et pour les personnalités en 2009 mais également le budget que vous prévoyez pour les vÅ“ux de 2010 ?

    EPSO

  5. Rappelons que la cérémonie des voeux devrait être un moment fort de chaque exécutif avec la population de son territoire.

    C’est è  la fois solennellement l’annonce des réalisations, des projets, des ambitions, des défis, voire une réaction è  l’actualité.

    C’est aussi, et peut-être d’abord, la réaffirmation du lien reconnu et nécessaire entre les élus et la population pour agir dans l’intérêt de tous.

    On peut y rencontrer beaucoup de gens, présenter d’autres è  d’autres, monter des rendez-vous, se réjouir ensemble de nos activités propres.

    C’est sain et constructif pour la démocratie. Et autant le faire avec des produits de qualité.

    Alors le lieu est symbolique et le choix de Cardin est è  l’image du maire.

    Reste le contenu, c’est un débat tronqué : ceux qui veulent réduire le champagne è  du cidre et les petits fours è  des gè¢teaux secs se trompent.

    Mme Voynet, maire Verts de Montreuil, élu avec les voix de la droite contre le sortant apparenté communiste a, selon Le Parisien, dispatché la cérémonie de sa ville en 6 de quartier.

    Quelle démonstration fait-elle alors qu’elle avait annoncé et juré ses grands dieux, qu’une fois élue, elle abandonnerait son mandat de Sénateur. Ah le bon vieux cumul…

    Or il n’en est rien, et preuve en est que le pseudo cidre protocolaire peut cacher un vrai vignaigre démocratique…

    Pour revenir è  la cérémonie des voeux de saint-ouen, ce sont les dépenses de faè§ade inutiles comme la décoration venue d’entreprises extérieures et donc fort coè»teuse, au lieu de mobiliser les savoirs faire des services, voire des créateurs locaux, qui me gènent.

    Et aussi que beaucoup de gens qui font saint-ouen ne soient pas invités. Mais lè , c’est une autre histoire. Il y a des coupures qui finissent pas se sentir au plan du protocole.

    Quant è  ce soir, il semble bien qu’une lettre de la maire-adjointe aux personnels apposée è  la porte des écoles ait mis le feu aux poudres des relations sociales.

    Il devrait y avoir ce soir è  l’entrée de Cardin une distribution de tracts des petites mains communales.

    Comme quoi, ceux qui reprochent le lieu, auront l’occasion de vivre un grand moment “off” de démocratie participative.

  6. Rappelons que la cérémonie des voeux devrait être un moment fort de chaque exécutif avec la population de son territoire.
     
    C’est è  la fois solennellement l’annonce des réalisations, des projets, des ambitions, des défis, voire une réaction è  l’actualité.
    C’est aussi, et peut-être d’abord, la réaffirmation du lien reconnu et nécessaire entre les élus et la population pour agir dans l’intérêt de tous.
    On peut y rencontrer beaucoup de gens, présenter d’autres è  d’autres, monter des rendez-vous, se réjouir ensemble de nos activités propres.
    C’est sain et constructif pour la démocratie. Et autant le faire avec des produits de qualité.
     
    Alors le lieu est symbolique et le choix de Cardin est è  l’image du maire.
     
    Reste le contenu, c’est un débat tronqué :  ceux qui veulent réduire le champagne è  du cidre et les petits fours è  des gè¢teaux secs se trompent.
    Mme Voynet, maire Verts de Montreuil, élu avec les voix de la droite contre le sortant  apparenté communiste a, selon Le Parisien, dispatché la cérémonie de sa ville en 6 de quartier.
    Quelle démonstration fait-elle alors qu’elle avait annoncé et juré ses grands dieux, qu’une fois élue, elle abandonnerait son mandat de Sénateur. Ah le bon vieux cumul…
    Or il n’en est rien, et preuve en est que le pseudo cidre protocolaire peut cacher un vrai vignaigre démocratique…
     
    Pour revenir è  la cérémonie des voeux de saint-ouen, ce sont les dépenses de faè§ade inutiles comme la décoration venue d’entreprises extérieures et donc fort coè»teuse, au lieu de mobiliser les savoirs faire des services, voire des créateurs locaux, qui me gènent.
    Et aussi que beaucoup de gens qui font saint-ouen ne soient pas invités. Mais lè , c’est une autre histoire. Il y a des coupures qui finissent pas se sentir au plan du protocole.
     
    Quant è  ce soir, il semble bien qu’une lettre de la maire-adjointe aux personnels apposée è  la porte des écoles ait mis le feu aux poudres des relations sociales.
    Il devrait y avoir ce soir è  l’entrée de Cardin une distribution de tracts des petites mains communales.
     
    Comme quoi, ceux qui reprochent le lieu, auront l’occasion de vivre un grand moment “off” de démocratie participative.

  7. Et qui nous prouve que le cidre de Voynet est du cidre bio , et qu’il n’a pas été élaboré par un producteur de droite!!!
    je plaisante bien sur! Bonne année è  tous

  8. Si c’était un producteur de droite,la gauche pourrait dire:”c’est tjs è§a de pris è  l’ennemi!”ou “encore un que Sarko ne boira pas!”
    Je n’aurai pas le mépris,Paco,de dire comme avec OD:”je plaisante!”.J’espère que è§a va de soi…
    Pour les petits fours de l’espace Cardin,j’espère que lorsque vous lirez ces lignes,vous en aurez bien profité et que vous aurez changé d’opinion sur votre maire qui faisant fi de vos objections et doléances vous y a invité.La meilleure faè§on de ne pas succomber au”bling bling”,c’est de le boycotter.Il y a d’autres moyens de communiquer avec les audoniens et leurs élus et les blogs pourraient en être un mais elles sont rares,les forces politiques qui comme ID-STG acceptent de donner la parole è  tous!

  9. Les voeux du Maire sont une tradition bien franè§aise. Messieurs ou mesdames les Maires de France et de Navarre les présentent chaque année è  leurs administrés è  l’occasion de l’année nouvelle. Ils ont ceci de particulier : ils sont toujours très oecuméniques, tout le monde se caresse dans le sens du poil ! Oubliés un instant les griefs que l’on peut avoir contre les élus .. et c’est très bien ainsi !
    Le champagne et les petits fours aidant, on se congratule en se souhaitant une bonne année. Il faut bien sacrifier è  la tradition ! Certains quittent même les lieux pas très solides sur leurs jambes.
    Ce genre de cérémonie semble désuet, suranné et quelque peu dépassé. On dit que l’espace Cardin est le lieu idéal pour y organiser cette manifestation. Pourquoi pas, après tout.
    On évoque Montreuil, madame Voynet et son cidre et le fait qu’elle a coupé la cérémonie des voeux en six. On ne s’en étonnera pas outre mesure. On sait que madame Voynet est un tantinet surréaliste. C’est indubitablement une verte bon teint. Les verts, tout un programme ! Le pitoyable fiasco du “sommet de copenhague” vient de prouver toute la fausseté de cette idéologie pseudo-pacifiste et pseudo-écologiste qui affirme l’existence d’un intérêt général de l’humanité par-delè  les classes sociales, que le combat écologique est commun è  toute l’humanité. Les Cohn Bendit, Fischer, Hulot, Arthus et compagnie viennent de sombrer dans le ridicule. Obama, Merkel, Sarkozy s’en tiennent au capitalisme vert et défendent bec et ongles les grands monopoles européens et américains. Quant è  la planète, ils s’en tamponnent le coquillard comme un sifflet de deux ronds !
    Cela dit je respecte les militants verts. La plupart sont de bonne foi. J’ai de la sympathie pour Rémi Fargeas. C’est un bon mec …

  10. Les voeux du Maire sont une tradition bien française. Messieurs ou mesdames les Maires de France et de Navarre les présentent chaque année à leurs administrés à l’occasion de l’année nouvelle. Ils ont ceci de particulier : ils sont toujours très oecuméniques, tout le monde se caresse dans le sens du poil ! Oubliés un instant les griefs que l’on peut avoir contre les élus .. et c’est très bien ainsi !
    Le champagne et les petits fours aidant, on se congratule en se souhaitant une bonne année. Il faut bien sacrifier à la tradition ! Certains quittent même les lieux pas très solides sur leurs jambes.
    Ce genre de cérémonie semble désuet, suranné et quelque peu dépassé. On dit que l’espace Cardin est le lieu idéal pour y organiser cette manifestation. Pourquoi pas, après tout.
    On évoque Montreuil, madame Voynet et son cidre et le fait qu’elle a coupé la cérémonie des voeux en six. On ne s’en étonnera pas outre mesure. On sait que madame Voynet est un tantinet surréaliste. C’est indubitablement une verte bon teint. Les verts, tout un programme ! Le pitoyable fiasco du “sommet de copenhague” vient de prouver toute la fausseté de cette idéologie pseudo-pacifiste et pseudo-écologiste qui affirme l’existence d’un intérêt général de l’humanité par-delà les classes sociales, que le combat écologique est commun à toute l’humanité. Les Cohn Bendit, Fischer, Hulot, Arthus et compagnie viennent de sombrer dans le ridicule. Obama, Merkel, Sarkozy s’en tiennent au capitalisme vert et défendent bec et ongles les grands monopoles européens et américains. Quant à la planète, ils s’en tamponnent le coquillard comme un sifflet de deux ronds !
    Cela dit je respecte les militants verts. La plupart sont de bonne foi. J’ai de la sympathie pour Rémi Fargeas. C’est un bon mec …

  11. C’est vers 22h30 que les lampions ont été éteints.

    Après un longue monologue de 40 mn, pour lequel Camus et Séguin avaient été réquisitionnés, une seule information : début avril une initiative sur l’emploi et la formation.

    Espérons que JR découvrira è  cette occasion la transversalité et pourra l’appliquer è  ce complexe et vaste problème avec tous les intervenants audoniens.

    En paraissant complétement isolée sur une estrade haut perchée, et malgré l’habilité du caméraman qui retransmettait l’allocution, JR est restée droite dans ses bottes : pas un mot sur l’extension-finition du lycée Blanqui.

    Pour le reste, un agenda rempli de pub -è  la couverture kk d’oie – distribué aux participants.

    A ce propos, malgré son cab, sa com, ses boè®tes de com et de conseils,
    JR n’a pas jugé utile et nécessaire d’y conclure la moindre once de renseignement sur la ville et ses services, et ceux du conseil général dans celui-ci ! Quel gè¢chis pour SO mais sans doute qu’elle bonne affaire pour d’autres.

    Pour celles et ceux qui se sont inquiété des “petites mains “, on apprenait fortuitement que l’élue au personnel,dans l’après-midi, avait reculé et concédé 4 réunions de négociations è  celles-ci pour discuter de ce qui était jugé par elle comme non négociable et par la DRH comme non discutable…

    Un rebondissement qui illustre assez bien les propos des élus socialistes rapportés dans le journal Le Parisien quant è  “leur désapprobation sur les méthodes de gouvernance de la municipalité”.

  12. On peut respecter les militants verts comme les autres tout en se demandant si ce n’est pas è  force de passer leurs vacances de Noè«l è  la Réunion ou aux Seychelles que les dirigeantes de ce parti ont constaté “un réchauffement”de la planète.Du coup les trottoirs de l’IDF,région qu’elles codirigent,sont abandonnés aux caprices de la nature:verglas,enneigement et pour nous rappeler les autres saisons,crottes de chien…Sacré hiver qui contredit le théorème d’Hulot:”s’il fait plus chaud,c’est qu’il fait moins froid!”

  13. Monsieur de la Palice serait lè , mon cher michel, il dirait que c’est vrai !
    J’ai vu l’autre soir le clip des jeunes Sarkozystes de l’UMP. On y voit Monsieur Mike Borowski, délégué du mouvement dans le 93, une fleur è  la main qui chante “Nous voulons changer le monde.” Lui succèdent toutes les étoiles de première grandeur de l’UMP, y compris les ministres et les sous-ministres. Même Monsieur Raffarin prête son concours è  l’opération. L’admirateur de johnny è  une voix de soprano qui rappelle étrangement Pavarotti ! Son avenir est maintenant au palais Garnier ..
    Monsieur Borowski qui, apparemment, habite Saint-Ouen, a devant lui un un grand avenir politique. Monsieur Sarkozy, qui sait dénicher les talents, fera très certainement un jour ou l’autre appel è  lui.
    Monsieur Sarkozy est une chance pour la France. Nous sommes quelques uns ici è  le porter au pinacle ! Nous saluons, bien évidemment, les jeunes sarkozystes qui l’escortent sur le chemin de la gloire. Nous aimons Sarkozy.
    Une flamme sacrée monte du sol natal.
    Et la France enivrée te salue Nicolas
    Nicolas nous voilè 
    Dans tes bras le sauveur de la France
    Nous jurons, nous tes gars
    De t’aimer et de suivre tes pas !
    Nicolas va changer le monde …et nous le changerons avec lui !
    (pour tous renseignements concernant le club des supporters de Nicolas, prière de s’adresser au colonel Taquet)

  14. Monsieur de la Palice serait là, mon cher michel, il dirait que c’est vrai !
    J’ai vu l’autre soir le clip des jeunes Sarkozystes de l’UMP. On y voit Monsieur Mike Borowski, délégué du mouvement dans le 93, une fleur à la main qui chante “Nous voulons changer le monde.” Lui succèdent toutes les étoiles de première grandeur de l’UMP, y compris les ministres et les sous-ministres. Même Monsieur Raffarin prête son concours à l’opération. L’admirateur de johnny à une voix de soprano qui rappelle étrangement Pavarotti ! Son avenir est maintenant au palais Garnier ..
    Monsieur Borowski qui, apparemment, habite Saint-Ouen, a devant lui un un grand avenir politique. Monsieur Sarkozy, qui sait dénicher les talents, fera très certainement un jour ou l’autre appel à lui.
    Monsieur Sarkozy est une chance pour la France. Nous sommes quelques uns ici à le porter au pinacle ! Nous saluons, bien évidemment, les jeunes sarkozystes qui l’escortent sur le chemin de la gloire. Nous aimons Sarkozy.
    Une flamme sacrée monte du sol natal.
    Et la France enivrée te salue Nicolas
    Nicolas nous voilà
    Dans tes bras le sauveur de la France
    Nous jurons, nous tes gars
    De t’aimer et de suivre tes pas !
    Nicolas va changer le monde …et nous le changerons avec lui !
    (pour tous renseignements concernant le club des supporters de Nicolas, prière de s’adresser au colonel Taquet)

  15. Petites informations en passant :
    1/ A propos de festivités, suite au conflit actuel avec le personnel, notre mairie a décidé de confier le repas des anciens è  un traiteur privé…
    2/ Et ce conflit génère des situations pour le moins surprenantes : Aujourd’hui, aucun repas n’a pu être réalisé pour les élèves è  l’école Nelson Mandela alors qu’aucun membre du personnel n’était en grève, et que les cuisinières disposaient des repas de substitution habituels. Elles sont d’ailleurs très en colère d’avoir été contraintes de faire la grève du repas, et de devoir s’occuper du nettoyage de la cuisine faute de mieux…

    C’est le monde è  l’envers !

  16. Les petites mains communales, celles qui dans les groupes scolaires s’occupent plus particulièrement des cuisines, ont cessé le travail. Elles ont manifesté aujourd’hui et procédé è  une distribution d’un tract dans lequel elles exposent leurs révendications. Elles dénoncent le ménagement qu’elles estiment autoritaire et “souhaitent que l’on considère les salariés è  leur juste valeur ; il ne peut y avoir de bons services publics quant on y méprise les salariés qui y travaillent …” Elles dénoncent, en outre, les provocations de l’encadrement et les méthodes de pointage. Elles bénéficient du soutien du personnel des autres services et de la CGT.
    Contrairement aux allégations de certains, les salariés ne font pas grève par plaisir. Ils utilisent cette forme ultime d’action que lorsque les négociations ont échoué. La puissance d’une grève dépend d’une nécessité plus ou moins pressante que l’on passe au cou du patronat ou des pouvoirs. Il y a de la force et une sorte de guerre dans la grève. En ce qui est du conflit en cours, il faut espérer qu’une solution donnant satisfaction aux uns et aux autres pourra être trouvée. L’administration communale n’a rien de commun avec un patron de combat et elle reste probablement ouverte aux discussions.
    Un homme politique célèbre disait : “Si le but est d’obtenir satisfaction pour les revendications de caractère économique tout en élevant progressivement le mouvement dans sa conscience et son organisation, alors il faut savoir terminer dès que satisfaction a été obtenue. Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n’ont pas encore été acceptées, mais si l’on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes des revendications.”

  17. Les petites mains communales, celles qui dans les groupes scolaires s’occupent plus particulièrement des cuisines, ont cessé le travail. Elles ont manifesté aujourd’hui et procédé à une distribution d’un tract dans lequel elles exposent leurs révendications. Elles dénoncent le ménagement qu’elles estiment autoritaire et “souhaitent que l’on considère les salariés à leur juste valeur ; il ne peut y avoir de bons services publics quant on y méprise les salariés qui y travaillent …” Elles dénoncent, en outre, les provocations de l’encadrement et les méthodes de pointage. Elles bénéficient du soutien du personnel des autres services et de la CGT.
    Contrairement aux allégations de certains, les salariés ne font pas grève par plaisir. Ils utilisent cette forme ultime d’action que lorsque les négociations ont échoué. La puissance d’une grève dépend d’une nécessité plus ou moins pressante que l’on passe au cou du patronat ou des pouvoirs. Il y a de la force et une sorte de guerre dans la grève. En ce qui est du conflit en cours, il faut espérer qu’une solution donnant satisfaction aux uns et aux autres pourra être trouvée. L’administration communale n’a rien de commun avec un patron de combat et elle reste probablement ouverte aux discussions.
    Un homme politique célèbre disait : “Si le but est d’obtenir satisfaction pour les revendications de caractère économique tout en élevant progressivement le mouvement dans sa conscience et son organisation, alors il faut savoir terminer dès que satisfaction a été obtenue. Il faut même savoir consentir au compromis si toutes les revendications n’ont pas encore été acceptées, mais si l’on a obtenu la victoire sur les plus essentielles et les plus importantes des revendications.”

  18. Ca ressemble è  du Maurice(“celui de France que nous aimons le plus”) Thorez,les citations de René!Mais croit-il vraiment que les vieilles recettes du passé,”il faut savoir terminer une grève…”peuvent encore marcher?

  19. Il semblerait que le conflit s’installe entre le maire et les “petites” mains. Devra-ton désigner un médiateur pour en sortir par la haut?

    Il est consternant d’en arriver lè , alors que les personnels et le maire, via Campana-Eleb ont tenu “les assises du personnel” il y a seulement quelques jours. Quelle galéjade!!!

    Le recours massif et récurrent è  des prestataires privés en matière de relations publiques et de communication doit alerter .

    Car si la com est comme l’électricté, un outil et qu’il n’y a donc pas plus de com diabolique que d’énergie électrique diabolique, nous pouvons en constater la spirale infernale et le mauvais usage.

    Les centaines de milliers d’euros dépensés dans la transformation de l’ex commissariat sont è  rapprocher è  la fois d’autres besoins non satisfaits ou partiellement satisafaits que des résultats de celle-ci (com), tant en sens qu’en lien utile aux audoniens.

    Comme sont è  rappelés les dépenses invraissemeblables pour concevoir et fabriquer la crotte de chien et son petit ru, alors que figure encore sur de nombreuses faè§ades audoniennes l’ancienne signalétique!

    La préparation budgéraire municipale est aujourd’hui bousculée tant par les décisions gouvernementales qu’une véritable réflexion transversale sur l’avenir des services publics locaux.

    Il a été dit sur ce blog mais relevé aussi lors d’une réunion avec l’architecte Chemetov qui est missionnée pour refaire la place de la mairie,

    que souvent l’apparence et de fausses nécessités avancées par ceux qui ont délè  pris la décision dans le secret – semblaient compter plus, qu’une analyse pragmatique et démocratique des besoins et des possibles choix avec leurs conséquences, budgétaires, fonctionnelles et humaines notamment.

    Nous l’avons vu avec le fabuleux gè¢chis que pourrait constituer la réalisation de la MdA è  5 millions d’euros.

    Nous risquons de le voiraussi – alors qu’il existe un projet d’intercommunalité – avec l’opportunité de rassembler une bonne partie des services de la ville dans les locaux vides de Valéo.

    La libération de locaux loués ou la vente possible mais pas certaines de ceux-ci, les frais de fonctionnement remplacés par d’autres doivent être pris en compte.

    Peut-on dire pour autant qu’un tel regroupement (partiel) permettra aux audoniens d’obtenir enfin des réponses è  leur courrier, è  des élus de disposer des éléments nécessaires è  leur fonction?

    Sur ce regroupement, il est possible que soit présenté un dossier “viable” au plan comptable mais quid du reste alors qu’il ya tant è  faire de plus prioritaire – et cela est la vraie vie –

    Gardons en mémoire les travaux du marché Ottino ou les éclairages bleus enterrés place du 8 mai 1945 qui devaient nous pporter la modernité ! dont plus aucun ne foncionne…

    Je ne suis pas certain qu’è  l’image du conflit actuel, malgré les disponibilités d’une grande partie du personnel et de son encadrement, une réflexion portant sur le service public communal dans un territoire renouvelé soit totalement engagée.

    Il serait bien que la partie de Monopoly engagée depuis un certain temps dans notre bonne ville soit interrompue pour faire la place è  la prospective garante en partie d’une bonne gérance municipale.

    Attention è  ne pas dépenser autant sans que soient construite et portées par tous, les changements nécessaires è  notre ville.

    Et lè , la particpation des audoniens et une gouvernance démocratique sont absolument nécessaires pour réussir.

  20. le 12 de cestmoi.
    celui-ci sait-il que pendant des decenies, celles des” cantines scolaires” dont ma maman, furent les “mamans nouricieres “de ceux qui n’avaient rien è  bouffer” chez eux ds les annees 50″et je sais de quoi je parles,ces gens lè  n’ont jamais connu la misere, seuls les communistes furent de ceux qui la combatirent “la misere” en organisant ts ces relais dont aujourd’hui les futurs’riches”n’ont que foutre!!!!!

  21. Qd vs comdamnez les activites de mme votre Maire, vs semblez ne rien connaitre de la capacité des elus è  faire ce qu’ils veulent, des qu’ils sont elus,ils tapent ds nos caisses è  qui mieux mieux, c’est reel partout.
    Jamais, jamais je n’ai ete candidat è  quelque election que ce soit, et pr cause , car de memoire, je savais que des une election,on prepare la prochaine(dixit mon pere)

  22. avez-vs une idee du travail de celles et ceux qui ts les jours font en sorte de vos gosses soient suffisemment restaures car la bouffe è  l’ecole est gratuite et …equilibrée, et comme le rapelle Mateo, orchestrée par des petites mains toujours au service des gosses.

  23. René, ton honneur, c’est de defendre celles qui donnent è  manger aux pauvres gosses.
    ton honneur est sauf, que les autres prennent leurs responsabilités.
    qd è  Maurice, les pauvres gosses s’en foutent des lors que leur assiette est bien remplie.

  24. Michel Fainzang, bien sur que c’est ce que tu traduits comme du Maurice voire mme et je vais aller plus loin de la collaboration de classe, mais, il s’agit d’une histoire de vie dont les uns sont la cause et è  laquelle René comme nos parents n”y echappent peut-etre pas, c’etait leur truc et je crois qu’ils se sont bien battus, mme si souvent j’ai des contadictions tres ellaborees avec Mateo, il reste parmis les braves, un authentique militant Communiste,et c’est je crois ce dont il est le plus fier,”un authentique militant Communiste”.
    René, , on sait qui tu es et…..on te loves, comme disent nos petits enfants……ca y est, tu es ds leurs histoires; on te love.

  25. je viens de lire le 13 de Mateo, ce mec se fout de son avenir politique, mais quelle culture de la difficulté de celles qui sont ds la Merde, il etait deja la qd il fallait qu’elles se bastonnent, il etait tjrs la pour tt ceux qui se battaient, c’est René, tjrs lè  qd il fallait se mouiller, un militant.

  26. je ne m’excuse de rien du tout, je suis tt simplement ravi d’avoir renconté ces mecs lè  et d’avoir intellectuellement partagé des contradictions comme avec mes potes de la cfdt sur des differences d’appreciations et avec de plus proches sur nos capacites d’apprehender les “valeurs” humanistes”des lors que celles -ci, leurs valeurs, depassent ce que ns consideront comme des realites, j’ai encore des doutes et bcp de choses è  apprendre.Je veux savoir le resultat des contis….. ds l’oise .
    Quel beau combat sans l’aide de la cgt!!!!!

  27. Oh la la! le muppet show qui s’en prend aux écolos !; ces bobos qui s’en vont aux Seychelles pendant les fêtes , qui se sont fait niqués è  Copenhague comme des bleus- bites , ces pauvres mecs qui n’ont rien compris et ose affirmer que le combat écologique est commun è  toute l’humanité . Ah les gros nazes!!!
    Au moins du temps del’URSS , quand l’intérèt premier était celui de la classe ouvrière ( qui bossait aussi et peut-être surtout pour entretenir une nomenklatura cinique et pervertie) , on assêchait gaiement la mer d’Aral , on envoyait è  la mort les héros de Tchernobil , on laissait pourrir les sous -marins nucléaires etc…et on ventait un productivisme stakhanoviste du plus bel effet. Travailler plus ….d’une autre époque soit, et je vous l’accorde , avec d’autres visées que l’enrichissement personnel.
    La jubilation que vous affichez cher René Matéo è  la faillite de l’entreprise pour aborder de faè§on mondiale la problématique du réchauffement climatique me fait froid dans le dos . D’autant que ces écolos que vous stigmatisez (sauf R Fargeas parceque celui lè  vous le connaissez , comme les xénophobes qui ont un voisin étranger et que celui lè  , il est plutôt sympa en fin de compte ) , ont réussit è  imposer un point qui , même s’il est minime , a le mérite d’exister : l’aide financière au pays émergeant en matière de lutte contre la (les) pollution .
    Et j’ajouterai que le fait que “les grands ” de ce monde ….fini….se sont quand même déplacés et pris l’engagement ,certes minime, de projeter de réduire de 2è  3 % les rejets de Co2 d’ici 2020 est déjè  un pas , sachant qu’on part de très loin .
    Maintenant , que vous soyez animé par le souvenir d’une internationale ouvrière dynamique et que le déclin du PCF vous atteigne…, je peux le comprendre …

  28. Cher Monsiseur Daussat, je ne saisis pas très bien ce dont vous me parlez. Je vous rassure d’emblée : je ne suis pas un anti-écolo primaire et je respecte les écologistes qui ont pris en main la défense de la planète. Cela dit, mon sentiment les concernant est le suivant : je crois qu’ils ne s’attaquent pas vraiment è  la racine du mal, mais seulement è  ses conséquences. Et la racine du mal on la connaè®t : c’est un système basé sur l’exploitation du travail humain qui génére de substantiels profits qui vont garnir les coffres-forts d’une caste de priviligiés. Peu leur chaut l’avenir de la planète, seul l’argent trouve grè¢ce è  leurs yeux ! En bref, il me semble que les écologistes dans leur action contre les pollueurs font passer la charrue avant les boeufs. C’est dommage …
    Quant au ex-pays socialistes dont vous parlez, expliquez-moi pourquoi 57% des allemands de l’est sondés en juillet dernier considèrent qu’ils ont plus perdu que gagné avec la chute du mur. Ils ont troqué une société sans chômage, dans laquelle les besoins essentiels étaient safisfaits contre une liberté de consommer totalement illusoire, puisqu’ils n’ont n’a pas les moyens d’acheter et que le travail est devenu une denrée rare. Une majorité de russes qui se livrent è  une comparaison entre le présent et le passé, esquissent un tableau sombre de la vie actuelle. Ils évoquent les années de sécurité de l’emploi, l’asence de chômage, la garantie des pensions, la gratuité des soins de santé et de l’enseignement.
    On dit que le communisme est mort et enterré. Si c’était le cas on en parlerait pas autant et on ne financerait pas une campagne anticommunisme qui confine è  l’hystérie (voir les cérémonies commémorant la chute du mur). Apparemment, le communisme est un mort qui ne se porte pas trop mal.
    Cher monsieur, je ne vous en veux point, parce que malgré nos différences, nous avons des intérêts communs. Nous avons en face le même adversaire et nous devons le combattre ensemble.
    Je vous souhaite une bonne journée.

  29. Cher Monsiseur Daussat, je ne saisis pas très bien ce dont vous me parlez. Je vous rassure d’emblée : je ne suis pas un anti-écolo primaire et je respecte les écologistes qui ont pris en main la défense de la planète. Cela dit, mon sentiment les concernant est le suivant : je crois qu’ils ne s’attaquent pas vraiment à la racine du mal, mais seulement à ses conséquences. Et la racine du mal on la connaît : c’est un système basé sur l’exploitation du travail humain qui génére de substantiels profits qui vont garnir les coffres-forts d’une caste de priviligiés. Peu leur chaut l’avenir de la planète, seul l’argent trouve grâce à leurs yeux ! En bref, il me semble que les écologistes dans leur action contre les pollueurs font passer la charrue avant les boeufs. C’est dommage …
    Quant au ex-pays socialistes dont vous parlez, expliquez-moi pourquoi 57% des allemands de l’est sondés en juillet dernier considèrent qu’ils ont plus perdu que gagné avec la chute du mur. Ils ont troqué une société sans chômage, dans laquelle les besoins essentiels étaient safisfaits contre une liberté de consommer totalement illusoire, puisqu’ils n’ont n’a pas les moyens d’acheter et que le travail est devenu une denrée rare. Une majorité de russes qui se livrent à une comparaison entre le présent et le passé, esquissent un tableau sombre de la vie actuelle. Ils évoquent les années de sécurité de l’emploi, l’asence de chômage, la garantie des pensions, la gratuité des soins de santé et de l’enseignement.
    On dit que le communisme est mort et enterré. Si c’était le cas on en parlerait pas autant et on ne financerait pas une campagne anticommunisme qui confine à l’hystérie (voir les cérémonies commémorant la chute du mur). Apparemment, le communisme est un mort qui ne se porte pas trop mal.
    Cher monsieur, je ne vous en veux point, parce que malgré nos différences, nous avons des intérêts communs. Nous avons en face le même adversaire et nous devons le combattre ensemble.
    Je vous souhaite une bonne journée.

  30. Mon cher michel et jeannot, j’ai mis cette citation de thorez, souvent utilisée en période de grève par les médias et qui remonte è  juin 36, pour voir les réactions qu’elle allait susciter. Je suis déè§u. Je pensais en effet qu’elle allait faire réagir bon nombre d’internautes de ce blog. Ce n’est pas le cas … les grandes périodes de l’histoire du mouvement ouvrier se perdent dans la nuit du temps.

  31. Mon cher michel et jeannot, j’ai mis cette citation de thorez, souvent utilisée en période de grève par les médias et qui remonte à juin 36, pour voir les réactions qu’elle allait susciter. Je suis déçu. Je pensais en effet qu’elle allait faire réagir bon nombre d’internautes de ce blog. Ce n’est pas le cas … les grandes périodes de l’histoire du mouvement ouvrier se perdent dans la nuit du temps.

  32. René, quels sont nos interets communs avec mme duflot, qui fit venir les medias pr la prendre en photos des lors qu’elle entrait des le train pr leur Copenhague è  la con et qui se garda bien de ne rien dire è  personne qd elle est rentree è  Parissss en….avion.
    Alors, je leur dit Merde!!!, a ces ecolos Mamer’ rien qui viennent en taxi aux radios, et,… pris en flag(photos ) disent qu’ils sont arrives è  ….velo ,ces mecs sont des politiques de merde, des baratineurs.
    L’ecologie, est une facon de faire des voix et de se faire elire.
    Ils sont ts a fond ds l’eco qque chose, ben voyons, les abstentions n’ont jamais etees aussi fortes, il faut absolument faire voter pr etre”legitime”.
    Ne sois pas decu, Rene, c’est la life, la conscience politique n’evoque plus rien.
    Juste un truc, ce soir, un jeune mec est venu depanner ma chaudiere de 17h45 a 19h30,je ne l’attendais plus, 8 rdv de depannage ds la journée, j’etais sont dernier client;15 heurs supp/semaine non payees, ni mmes recup, il ferme sa gueulle pr payer ses traites,il est proprio “comme il dit”,pas de syndicat ds la tole!!!!!Pourvou qué ca doure pr son tolier!!!!

  33. Bien sur que j’ai les boules; je me suis tué è  dire è  mes gosses que les toliers ne seront jamais les amis des salaries, Marx le disait dejè …au milieu du 19eme siecle,(c’est sur lui que je me suis appuyé, je n’inventes rien.).
    L’asenceur social est mort et enterré.
    Meme si tu finances, en dehors de la fac ,un bac+5 en ecole d’ingé ou de commerce “payantes” diplome validé, homologué bac+5, ca coute de l’oseille, bcp de pognon…en 92, c’etait 500 /euros/moisx5, cad un max.
    et j’en sais qque chose, mon fils est diplomé escp.
    Avez-vs une idee de ce que vivent les salaries des grosses toles, les cadres en l’occurence, c’est l’enfer, des objectifs …inategniables car les boni sont calcules sur la diff entre les objectifs et le realisé.
    Alors, je vais vs dire un truc, les traders ne sont surtout pas mes ennemis, ce sont des salaries qui ont un “contrat de travail” ds lequel des objectifs, “difficiles ,sont è  atteindre”et croyez-moi, les mecs se battent comme des betes pr les realiser.
    C’est d’ailleurs sur leurs ventes que les banques font les meilleurs profits, encore une fois ils, “les politiques, ns prennent pr des truffes”.Ils en croquent tous.
    J’ai un pote qui est poprio d’un terrain ds une zone”devenue “commerciale par enchantement et dont un gd de la distrib se porte acquereur, vs ne vs imaginez pas les grosses maguouilles qui sont en cours, tt le monde veut en croquer, on va faire un lobb pr les faire reculer!!!!
    On va leur montrer que ns avons compris le film.

    Allez, pr faire plaisir, revenons sur la» Mere dAral» , ce pauvre Aral,devenu ,subitement asseché.
    Bien sur , je plaisante, cest la conseuence dune politique decidée den haut et quil fallait proscrire car elle etait mauvaise, cette politque, cetait la tache des habitants des « republiques» , de sen debarrasser, ce quils firent.

  34. Allez, pr faire plaisir, revenons sur la”Mere d’Aral”, ce pauvre Aral,devenu ,subitement asseché.
    Bien sur , je plaisante, c’est la conseuence d’une politique decidée d’en haut et qu’il fallait proscrire car elle etait mauvaise, cette politque, c’etait la tache des habitants des “republiques”, de s’en debarrasser, ce qu’ils firent.

  35. Evidemment, c’est l’è¢ge d’or pour certains tôliers. Ce qui domine aujourd’hui chez les salariés, c’est la peur de devenir chômeur et c’est ce sentiment d’insécurité face è  la crise qui les contraint è  faire le dos rond. Mais combien de temps cela durera-t-il ? Il est fort possible que la colère accumulée se transforme un jour ou l’autre en une volonté de combat contre ce système. Nul ne sait de quoi demain sera fait. Idem è  saint-ouen, oè¹ on ne sait comment sortir d’un embrouillamini qui dure depuis quelques semaines déjè  … et on ne voit pas la sortie du tunnel ! Et, cerise sur le gè¢teau, le personnel féminin des écoles est en grève. Faudra que j’en parle è  ta mère un de ces quatre, elle qui, des décennies durant, a hanté les cuisines des groupes scolaires. C’était une cuisinière très appréciée, un vrai cordon bleu. J’ai eu l’occasion de juger sur pièce lors de nos agapes au vieux saint-ouen, en prélude des matchs de rugby du tournoi des cinq nations. C’était notre faè§on de supporter l’équipe de France ! Heureux temps …

  36. Evidemment, c’est l’âge d’or pour certains tôliers. Ce qui domine aujourd’hui chez les salariés, c’est la peur de devenir chômeur et c’est ce sentiment d’insécurité face à la crise qui les contraint à faire le dos rond. Mais combien de temps cela durera-t-il ? Il est fort possible que la colère accumulée se transforme un jour ou l’autre en une volonté de combat contre ce système. Nul ne sait de quoi demain sera fait. Idem à saint-ouen, où on ne sait comment sortir d’un embrouillamini qui dure depuis quelques semaines déjà … et on ne voit pas la sortie du tunnel ! Et, cerise sur le gâteau, le personnel féminin des écoles est en grève. Faudra que j’en parle à ta mère un de ces quatre, elle qui, des décennies durant, a hanté les cuisines des groupes scolaires. C’était une cuisinière très appréciée, un vrai cordon bleu. J’ai eu l’occasion de juger sur pièce lors de nos agapes au vieux saint-ouen, en prélude des matchs de rugby du tournoi des cinq nations. C’était notre façon de supporter l’équipe de France ! Heureux temps …

  37. René, bien sur que le Communisme n’est pas mort et enterré, c’est la conception”Leniniste du Parti unique” qui ne correspond plus è  rien.
    Comment imaginer qu’avec un pcf qui realiserait 20 % des voix, les patrons feraient encore les malins.
    J’ai passé ma vie prof en entreprise privée, et surtout ds des grosses toles, quel bonheur pr les patrons de constater les reculs du pcf, quel pied!!!!
    Plus le pcf organisé recule et les toliers se regalent.
    Maintenant, il faut se poser la q de savoir pourquoi le pcf recule.
    D’apres ses dirigeants, c’est la faute des autres,, tjrs des autres.
    Moi, j’aurais bien souhaité que le pcf decide de faire en sorte de diminuer l’influence du ps et qu’il y parvienne(que le pcf y parvienne”.)manque de bol, se sont les socialiste qui y sont arrivés.
    Pourquoi cette alliance avec ce mec, Melenchon, dont le seul but est de bouffer le parti, c’est qui, Pierre Laurent, si c’est juste le fils de Paul, c’est un peu court et ts les autres qui comme lui n-ont jamais bossé.
    C’est quoi, cette org qui ne correspond plus è  rien, sans militants ds les boites dont les salaries ignorent mme jusqu’a l’existence du pcf.
    Moi qd j’ai quitté, j’ai annoncé pourquoi je partais.
    J’ai dit qu’il n’y avait pas de solutions autres que de partir et….pourquoi pas, rejoindre le ps….en 1980.
    Ce que je n’ai pas fait .(rejoindre le ps)bien que les sollicitations etaient pressantes.les socialistes me proposerent deja d’etre sur une liste contre Brard, è  Montreuil, en 83 /85 ou avt ou apres de la bouche d’un conseiller du Ministre de l’agriculture qui était mon client……….
    Je suis completement vacciné.
    La politique, c’est ….. oui…. de la Merde.
    Ceux qui n’ont pas trahit avaient des jobs, les autres qui avaient etes ds l’appareil devinrent des traitres.
    Voyez ce Mr Gattignon dit le dauphin de “tito”, il finit lamentablement sur une liste”ecolo”, bien sur, il touchera un salaire, et ses gosses, ils pensent quoi de leur pere??????

  38. Je ne sais plus qui a dit : “La politique est une invention des hommes pour s’assurer le pouvoir sur leurs semblables.” Ce n’est pas entièrement faux. Je n’ai jamais été candidat è  une élection. Ce n’est pas mon truc. Je préfère rester avec les gens .. è  la base comme on dit.
    Les perspectives aujourd’hui ne sont guère exaltantes. Tout pousse au pessimisme.
    Le bizness de la pauvreté è  encore de beaux jours devant lui. Tout cela finira mal ..
    Quant au communistes qui ont joué la fille de l’air, c’est la démonstration concrète qu’ils n’étaient pas plus communistes que moi charcutier .. encore que charcutier est un métier noble ! Mais tout cela ne me regarde pas … moi, je garde mon libre-arbitre et ma liberté de parole.

  39. Je ne sais plus qui a dit : “La politique est une invention des hommes pour s’assurer le pouvoir sur leurs semblables.” Ce n’est pas entièrement faux. Je n’ai jamais été candidat à une élection. Ce n’est pas mon truc. Je préfère rester avec les gens .. à la base comme on dit.
    Les perspectives aujourd’hui ne sont guère exaltantes. Tout pousse au pessimisme.
    Le bizness de la pauvreté à encore de beaux jours devant lui. Tout cela finira mal ..
    Quant au communistes qui ont joué la fille de l’air, c’est la démonstration concrète qu’ils n’étaient pas plus communistes que moi charcutier .. encore que charcutier est un métier noble ! Mais tout cela ne me regarde pas … moi, je garde mon libre-arbitre et ma liberté de parole.

  40. au moins jmp vous avez le mérite de la franchise ….
    Daussat P : un écolo de merde qui vous salue bien et vous souhaite autant de fines analyses sinon plus ( en nombre pas en finesse car vous y atteignez des sommets ) , en 2010 et sur ce blog .

  41. Paco,je ne pense pas que JMP(il nous le dira)s’attaque aux militants écolos et è  l’écologie mais qu’il dénonce le Star-système de ses dirigeants qui se servent des saines aspirations des gens pour récolter des voix et se faire mousser.Moi,j’ai connu Dany è  une autre époque oè¹ pour se faire mousser il vendait de la Révolution,de l’anarchie et”des élections piège è  cons!”le produit,”la lessive”ont changé mais pas la méthode.Et…il faut l’avouer è§a fonctionne tjs!
    JMP,lui,a été échaudé par d’autres vendeurs de rêve et il fait part de son expérience.
    D’ailleurs je me souviens d’un passé pas si lointain oè¹,toi-même,tu avais subi les sanctions administratives et bureaucratiques de ces mêmes stars vertes de la politique…

  42. Personne, jamais, personne ne dira que je me suis attaqué è  quelques militants qu’ils soient, jamais, ce sont juste les appareils qui m’emmerdent.
    Jamais, jamais, je n’attaque qui que se soit, qui soit un militant ;”le pauvre”j’ai connu la detresse d’etre un militant ds une org qui se mourrait, et j’ai tjrs eut cette “admiration pr tt les militants”quels qu’ils soient(surtout de gauche”)j’ai trop de respect pr l’engagement è  Gauche.
    C’est tellement rare aujourd’hui, qu’il faut “ns “menager, et etre unis.

    Et lè  , j’attends, une fois encore les contradicteurs.
    Michel, c’est qui, Paco ?????

  43. J’ignore qui est Daussat.
    Si je n’atteinds pas en finesse les analyses de ce Mr , j’en suis le plus triste des hommes,car jamais, je l’avoues, je n’ai souhaité atteindre qui que se soit, et surtout pas celui que je ne connais pas.
    Pr ceux que je connais, je sais ce que j’ai è  dire.

  44. René, je peux te dire que ma mere n’etait pas qu’une cuisiniere appreciee, mais qu’elle fut deleguée syndicale et qu’elle representa ses camarades devant son tolier, mr” lucien Belloni,” et que parfois bcp de ce que demandaient les filles des cantines fut loin d’etre ce que prevoyait le Budget de la commune, ma mere, malgres ses 80 ans doit s’en souvenir.
    Je me souviens cet hiver de sa fierté de me montrer ses cartes du syndicat cgt des Communaux depuis……

  45. Arretez de croire que le vote “ecolo” represente la “sortie de crise”c’est juste un vote friqué, un vote dont les electeurs disposent d’un revenu superieur de 2.3 fois è  celui des smicards.
    Je sais de quoi je parles car ma belle soeur bosse chez ipsos et j’ai sans arret, les retours de sondages.
    Les electeurs ecolos sont parmis ceux qui sont le mieux lotis et qui ne m’interessent pas du tt; ils sont eleves intellectuellement et sont tt è  fait capables de se mouvoir ds cette sté. de …merde, car ils sont diplomés et restent sè»r de leurs competences.

  46. Michel, René, et tt les autres,les ecolos ne representent que le ras le bol du bon peuple, car croyez bien que rien de leurs anonces ne peux ds l’immediat resoudre quoi que se soit., rien, c’est des trucs qui se veriefiront ou pas ds le tres long terme
    sans aucune forme de controle.
    Juste du pipo pr faire des voix et prendre du fric….comme le NPA et LE FRONT DE GAUCHE.
    qUI fera baisser les impots locaux, et de combien, qui decidera de payer un revenu pr les pauvres et qui encore sera devant les salaries vires pr dder aux toliers de ne pas licencier sous peine d’etre condamnes è  payer. un gros paquet de fric, car les salaries savent que contrairement è  ce que dit Thibaut, ils veulent vendre leur peau, a celui qi achetera le plus.

  47. On ne peut pas dire, je crois, que tous les écologistes sont friqués. J’en connais quelques uns è  Saint-Ouen qui ne roulent pas sur l’or.
    Tout le monde aujourd’hui est plus ou moins écolo, eu égard è  l’état de la planète, mise è  mal par ceux qui placent l’argent au-dessus de tout.
    La recherche du profit maximum, c’est la toujours la loi d’airain du capitalisme – il faut bien l’appeler par son nom.
    J’ai le sentiment que le mouvement écologiste est par trop divisé pour être efficace. Il y a des des écolos de gauche et des écolos de droite. On y retrouve pratiquement les mêmes clivages qu’en politique.
    Cela dit, chacun fait ce que bon lui semble. Pour ma part, je suis profondément convaincu que seule la lutte sans compromission contre le monde de l’argent, peut mettre un terme è  la fois aux injustices sociales et è  la destruction de la planète. La lutte des classes reste le moteur de l’histoire. Certains esprits bornés la présente comme une machine de guerre sociale et presque comme une invention diabolique. Heureusement, les esprits ouverts aux réalités de notre temps sont de plus en plus nombreux è  la considérer comme la conséquence des contradictions d’intérêts opposant les classes sociales les unes aux autres, c’est-è -dire plus particulièrement è  l’heure actuelle la classe des exploiteurs è  la classe des exploités.
    Ce que l’on peut regretter aujourd’hui, c’est que toutes les formations politiques qui se réclament de la gauche et du progrès social progrès social restent divisées.
    De lè  leur incapacité è  proposer quelque chose de novateur. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs de nombreux électeurs de gauche ne se déplacent plus pour voter.
    Saint-Ouen n’y échappe pas. Terminé les scores fleuves de la gauche et du pc aux élections. La différence entre la gauche et l’opposition s’est retrécie comme une peau de chagrin .. et nul ne peut dire de quoi demain sera fait.

  48. On ne peut pas dire, je crois, que tous les écologistes sont friqués. J’en connais quelques uns à Saint-Ouen qui ne roulent pas sur l’or.
    Tout le monde aujourd’hui est plus ou moins écolo, eu égard à l’état de la planète, mise à mal par ceux qui placent l’argent au-dessus de tout.
    La recherche du profit maximum, c’est la toujours la loi d’airain du capitalisme – il faut bien l’appeler par son nom.
    J’ai le sentiment que le mouvement écologiste est par trop divisé pour être efficace. Il y a des des écolos de gauche et des écolos de droite. On y retrouve pratiquement les mêmes clivages qu’en politique.
    Cela dit, chacun fait ce que bon lui semble. Pour ma part, je suis profondément convaincu que seule la lutte sans compromission contre le monde de l’argent, peut mettre un terme à la fois aux injustices sociales et à la destruction de la planète. La lutte des classes reste le moteur de l’histoire. Certains esprits bornés la présente comme une machine de guerre sociale et presque comme une invention diabolique. Heureusement, les esprits ouverts aux réalités de notre temps sont de plus en plus nombreux à la considérer comme la conséquence des contradictions d’intérêts opposant les classes sociales les unes aux autres, c’est-à-dire plus particulièrement à l’heure actuelle la classe des exploiteurs à la classe des exploités.
    Ce que l’on peut regretter aujourd’hui, c’est que toutes les formations politiques qui se réclament de la gauche et du progrès social progrès social restent divisées.
    De là leur incapacité à proposer quelque chose de novateur. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs de nombreux électeurs de gauche ne se déplacent plus pour voter.
    Saint-Ouen n’y échappe pas. Terminé les scores fleuves de la gauche et du pc aux élections. La différence entre la gauche et l’opposition s’est retrécie comme une peau de chagrin .. et nul ne peut dire de quoi demain sera fait.

  49. Je partage entièrement le point de vue de René:la lutte de classe reste le moteur de l’Histoire.S’il est juste de défendre de nouvelles causes comme l’écologie,le féminisme et de combattre le racisme et l’homophobie ces luttes par elles-mêmes ne permettront pas de répondre au problème fondamental:la disparition de l’exploitation de l’homme par l’homme.

    De ce point de vue,Copenhague est moins négatif qu’on a voulu le dire.Pour la première fois,dans l’Histoire des PMA et des pays émergents ont pu se faire entendre et les états riches(ayant profité des 1ere,2eme et 3eme révolutions industrielles)n’ont pu imposer(dicter)leurs directives.Il serait bon pour fortifier cette avancée que la communauté internationale,l’ONU actuelle(représentative du rapport de force de 1945!)faute de mieux,prenne en main la reconstruction d’Haè¯ti et en fasse un exemple de coopération internationale exempte de visées impérialistes…

  50. René,je ne pense pas que c’est parce que la Gauche est divisée qu’elle ne trouve pas”quelque chose de novateur”mais qu’au contraire parce que rien de mobilisateur(révolution d’Octobre,Résistance et Libération,victoires du peuple vietnamien) n’apparaè®t que la Gauche est divisée!

  51. Il est vrai qu’il n’y a plus d’évènements planétaires susceptibles de marquer les esprits. Les contre-révolutions ont pris le pas sur les révolutions ; l’écroulement des systèmes coloniaux a donné naissance è  des dictatures et è  des problèmes ethniques ; la lutte de la classe ouvrière dans les pays capitalistes s’est sérieusement émoussée. Et puis la classe ouvrière è  changé. Aujourd’hui les techniciens pour le plus grand nombre, sont producteurs de plus-value et font donc partie de la classe ouvrière. Il est non moins vrai que les conditions de vie et de travail des employés les rapprochent de plus en plus des ouvriers, que la participation des ingénieurs et cadres aux luttes est une réalité, que le chômage frappe ou menace les uns et les autres. Mais il est vrai aussi que la solidarité entre leurs intérêts et ceux des ouvriers, de même que l’opposition entre leurs intérêts et ceux du patronat, sont perè§us de faè§on inégale avec plus ou moins de netteté.
    Les intellectuels – enseignants et universitaires, chercheurs, écrivains, artistes, membres des professions libérales – ne peuvent trouver que dans l’union avec l’ensemble des salariés la réponse è  leurs aspirations et è  leurs problèmes. Il ne s’ensuit pas qu’ils aient automatiquement conscience de la nécessité de l’union et de l’action commune.
    Les questions de l’union sont encore plus compliquées quand il s’agit des classes moyennes traditionnellesl (petits patrons et commerè§ants par exemple). Les difficultés que leur apporte le régime actuel tendent è  les dresser contre le grand capital, mais le fait qu’ils détiennent de modestes moyens de production ou d’échange entretiennent chez eux l’idée fausse d’une solidarité avec lui.
    Comme on le voit, l’intérêt commun du peuple franè§ais è  lutter pour des changements démocratiques profonds, qui est une réalité objective, n’implique nullement la disparition des intérêts particuliers, voir des contradictions entre les parties composantes de la nation.
    Pour la propagande bourgeoise, le moteur du progrès ne serait pas la lutte de classe mais seulement l’effort de tous en vue d’augmenter la production globale dont les fruits pourraient être ensuite équitablement partagés. Et puis, la crise que l’on traverse implique pour les salariés l’acceptation d’une régression sociale et de sacrifices afin de franchir avec le patronat un passage difficile.
    Cette propagande tend è  développer dans la population l’idéologie de collaboration avec la bourgeoisie, è  rallier le plus grand nombre possible de salariés è  cette collaboration. Cette idéologie et cette pratique sont des traits marquants du réformisme, conception fondée non pas sur la lutte nécessaire et efficace pour des réformes mais sur le mirage d’un changement qui ne toucherait pas è  la domination des colosses de l’industrie et de la finance. Le réformisme est aujourd’hui porté par le parti socialiste – on vient de le voir avec la position nouvelle de Martine Aubry sur les retraites – et par le syndicat CFDT. Les choses sont compliquées et on n’est pas encore sorti de l’auberge !!

  52. Il est vrai qu’il n’y a plus d’évènements planétaires susceptibles de marquer les esprits. Les contre-révolutions ont pris le pas sur les révolutions ; l’écroulement des systèmes coloniaux a donné naissance à des dictatures et à des problèmes ethniques ; la lutte de la classe ouvrière dans les pays capitalistes s’est sérieusement émoussée. Et puis la classe ouvrière à changé. Aujourd’hui les techniciens pour le plus grand nombre, sont producteurs de plus-value et font donc partie de la classe ouvrière. Il est non moins vrai que les conditions de vie et de travail des employés les rapprochent de plus en plus des ouvriers, que la participation des ingénieurs et cadres aux luttes est une réalité, que le chômage frappe ou menace les uns et les autres. Mais il est vrai aussi que la solidarité entre leurs intérêts et ceux des ouvriers, de même que l’opposition entre leurs intérêts et ceux du patronat, sont perçus de façon inégale avec plus ou moins de netteté.
    Les intellectuels – enseignants et universitaires, chercheurs, écrivains, artistes, membres des professions libérales – ne peuvent trouver que dans l’union avec l’ensemble des salariés la réponse à leurs aspirations et à leurs problèmes. Il ne s’ensuit pas qu’ils aient automatiquement conscience de la nécessité de l’union et de l’action commune.
    Les questions de l’union sont encore plus compliquées quand il s’agit des classes moyennes traditionnellesl (petits patrons et commerçants par exemple). Les difficultés que leur apporte le régime actuel tendent à les dresser contre le grand capital, mais le fait qu’ils détiennent de modestes moyens de production ou d’échange entretiennent chez eux l’idée fausse d’une solidarité avec lui.
    Comme on le voit, l’intérêt commun du peuple français à lutter pour des changements démocratiques profonds, qui est une réalité objective, n’implique nullement la disparition des intérêts particuliers, voir des contradictions entre les parties composantes de la nation.
    Pour la propagande bourgeoise, le moteur du progrès ne serait pas la lutte de classe mais seulement l’effort de tous en vue d’augmenter la production globale dont les fruits pourraient être ensuite équitablement partagés. Et puis, la crise que l’on traverse implique pour les salariés l’acceptation d’une régression sociale et de sacrifices afin de franchir avec le patronat un passage difficile.
    Cette propagande tend à développer dans la population l’idéologie de collaboration avec la bourgeoisie, à rallier le plus grand nombre possible de salariés à cette collaboration. Cette idéologie et cette pratique sont des traits marquants du réformisme, conception fondée non pas sur la lutte nécessaire et efficace pour des réformes mais sur le mirage d’un changement qui ne toucherait pas à la domination des colosses de l’industrie et de la finance. Le réformisme est aujourd’hui porté par le parti socialiste – on vient de le voir avec la position nouvelle de Martine Aubry sur les retraites – et par le syndicat CFDT. Les choses sont compliquées et on n’est pas encore sorti de l’auberge !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *