Entre restructuration et braderie…

Le patrimoine de vacances de la Ville se Saint-Ouen rentre progressivement au cœur des débats municipaux.

Déficit d’investissements pendant des années, gestion hasardeuse, nouveaux besoins à satisfaire, crise économique, finances communales menacées…la tentation est grande de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Si l’attentisme a longtemps caractérisé la ligne de conduite du Maire sur ce sujet, elle essaie désormais de se délester des problèmes dans un mélange d’autoritarisme et d’improvisation. Se méfiant de sa propre majorité et du gestionnaire (OVL), elle préfère semble-t-il négocier en coulisses.

Coups de frein sur les travaux, fermetures provisoires ou définitives de centres, cession d’une partie du patrimoine… sont ainsi annoncés avec plus ou moins de clarté sans que l’on sache très bien où l’on va.

Aux dernières nouvelles : mise à l’arrêt de Clairvaux, « « réflexion » sur le sort de Chaumontel et Chaudon, vente de Savines, cession partielle de Jullouville.

Pour les initiés à la langue de bois, retenir cette belle formule lue dans le compte rendu du Bureau municipal du 30 novembre dernier : « le vrai patrimoine ce sont les vacances, et pas forcément le bâti. Le droit aux vacances pour tous, c’est le vrai patrimoine ».

Autant dire qu’il en faudra un peu plus pour convaincre le Conseil municipal et les usagers.

A l’heure des décisions difficiles, il est plus que jamais nécessaire de rassembler ceux qui souhaitent agir avec intelligence et dans la transparence.

A suivre…

 

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

15 réflexions sur « Entre restructuration et braderie… »

  1. Désolé, mais le vrai patrimoine ce ne sont pas seulement les vacances. Ce sont aussi les structures d’accueil des vacanciers. Exception faite des centres de vacances appartenant à des comités d’entreprise, EDF notamment, ou à des communes – on y héberge les vacanciers à des prix défiant toute concurrence – les prix des locations des chambres d’hôtel et des locations ne sont pas à la portée de toutes les bourses. D’où une baisse sensible de familles qui ne partent pas en vacances.
    On peut considérer que le Front Populaire fut une conquête de temps, parce qu’avec les 40 heures et les congés payés, c’est le temps qui est à l’ordre du jour. Il est aussi pour les ouvriers la possibilité de pouvoir davantage respirer au grand air. Les 40 heures, les congés payés c’est une voie d’accès aux loisirs. Et l’on vit se développer les maisons de la culture, les associations sportives et de plein air (camping, auberges de jeunesse, gîtes ruraux etc).
    On ne s’étonnera donc pas si, dans ce cadre, les communes ouvrières mirent en place des centres de vacances à la mer, à la campagne et à la montagne – je me souviens encore du départ des enfants de mineur à l’île de Ré en juillet 36. Après le deuxième conflit mondial, et conformément au droit au repos notifié par la programme du CNR, la commune de saint-ouen fit l’acquisition de centres unaniment appréciés par les habitants de la cité. Nombreux sont celles et ceux qui connaissent jullou, clairvaux les rousses, mont-genève. Ils ont fait aussi les beaux jours des classes de neige ou de pleine nature.
    Tout cela pour dire qu’il faut conserver dans le patrimoine communal les centres en question.

    • JR devrait mesurer ses propos à l’aune des choix du Comité d’entreprise d’EDF qui se porte acquéreur de l’entreprise Trigano bien connu pour ses toiles et structures de tentes et ses centres de vacances en sructures dites légères, afin de répondr’e aux besoins des agents de l’entreprise.
      La vente des colos est bien une trahison concoctée dans le secret de longue date.
      Alors elle peut tancer le conseiller Bouamrane d’avoir quitter les élus PCF pour rejoindre les élus PS.
      Elle, ce qu’elle a quitté, c’est l’esprit populaire et progressiste de Saint-Ouen.
      Et ce n’est pas la construction d’une école primaire qui lui conservera un label d’élu de gauche. Car à ce que je sache, les élus UMP comme PS réalisent aussi des groupes scolaires.
      Rappelons nous son refus de tout bilan de son mandat municipal, mais nous rigolerons tout autant tristement de son bilan de conseiller départemental.
      Il y a dés le départ l’annonce tonitruante de 3.000 nouveaux logements.
      On voit bien où est le centre des intérêts de ses proches et d’elle même. N’est pas Louis XIV qui veut. A ce propos attention que la zone des Docks ne soit pas le Sedan d’autres.

      En attendant, de gros dossiers restent en plan :
      – une vraie politique de prévention de la délinquance, en lien avec le tissu social et éducatif,
      – la remise à plat de son projet démagogique et ruineux de la Maison des Associations, et une vraie étude de la proposition de réinvestir l’ex bib (chantier d’insertion, embauche de personnes en réinsertion, gestion citoyenne, programme d’animation et d’action soci-culturelle),
      – remise à plat du Plan Pluriannuel d’Investissement avec tous les périphériques (OVL, OPA, Semiso, gestion déléguée)
      – totale transparence sur le projet d’intercommunalité “Boucle Nord”,
      – véritables assises du 3ème âge dans le Saint-ouen de 2020,
      – mobilisation pour un programme d’insertion et de retour à l’emploi pour les précaires avec l’ensemble des entreprises inervenant sur Saint-Ouen, en lien avec les projets municipaux (travaux dans les équipements, fournitures, constructions et maintenance dans l’opération les Docks) et grands travaux d’Etat et associés,
      – mise en place du groupe de travail pour l’extension-finition du lycée Blanqui,
      – réflexion partagée pour un meileur partage de l’espace public (sécurisation préalable des parkings souterrains, expérimentation d’une zone de stationnement dite “Bleue”,…),
      – élaboration d’un Plan pluriannuel des besoins qualitatifs et quantitatifs du personnel communal (périphéries compris).

      Quelques obligations, qui naturellement et nécessairement demandent de rompre avec une politique de management et de com inefficace, côuteuse et peu respectueuse des femmes et des hommes qui font le service public.

      A ce propos, combien a couté la bôite de com Campana Eleb qui vient de “livrer “son bilan des Assises du personnel ?
      Quelle maltraitance de l’évaluation-notation des personnels, et du plan de formation de ceux-ci par JR, alors qu’elles devraient être les véritables pièces de recueil et de compréhension de ceux-ci pour exprimer et les faire partager les choix de gestion et les mener à bien!!!

      Alors une année JR sans strasse ni paillettes avec les mains dans le cambouis et l’esprit ouvert au coeur et aux besoins des audoniens?!

  2. Sur ce sujet,j’aimerais seulement soulevé un problème que je constate et pour lequel,je l’avoue,je n’ai pas de solution.
    A l’époque”des jolies colonies de vacances”que”même les enfants de riches”enviaient à nous”les gosses de Bagnolet”,à St-Ouen les colos étaient fréquentées par un grand nombre d’enfants.Aujourd’hui pour une majorité d’enfants audoniens,pour des raisons diverses(fric,reprise en mains…etc…),les parents préfèrent les envoyer pour deux mois”au bled”comme ils disent.
    Quand j’étais enfant,les écoliers,les collégiens racontaient”leurs exploits”à Jullou,Clairvaux(les émeutes de 56,pour le renvoi d’Antoine:je n’ai connu la colo que l’année suivante…) ou Chaudon.Les enfants demandaient aux parents(qui devaient y trouver un intérêt financier)d’y aller.Certains devaient pourtant avoir des attaches familiales dans nos beaux villages de France mais…J’arrête car j’ai peur de me retrouver dans le débat sur “l’identité nationale”!

  3. Oui, si on parlait plus de l’entretien du patrimoine, et moins du coulage de béton (qui, lui, coule les finances publiques).
    Meilleurs voeux 2010
    FL

  4. Il serait particulièrement grave de se séparer des centres de vacances. Ce sont des stuctures qui ont contribué au bon renom de la ville. En effet, nombre d’habitants ont eu l’occasion d’y passer d’agréables moments de repos et de détente’. Ils en sont toujours revenus très satisfaits et ont renouvelé l’expérience durant plusieurs années. Les centres de vacances et loisirs ont, en outre, permis d’organiser des classes de neige et des classes vertes. Les écoliers ont pu ainsi profiter du bon air et d’une bonne table durant la période scolaire.
    Nous vivons une période où sont remis en cause, on ne se demande au nom de quoi, tous les acquis sociaux issus de la libération. Ils ont pourtant permis, notamment, de protéger la santé des citoyens avec la sécurité sociale ; ils ont assuré la pérennité de l’emploi grâce à un certains nombre de mesures limitant les prérogatives patronales dans les entreprises.
    Durant toute une période, le niveau de vie des ménages a progressé, puis a subitement régressé après le premier choc pétrolier en 1974.
    On sait, ou on ne sait pas, que les municipalités ouvrières , et c’est le cas à Saint-Ouen, ont, de tout temps, multiplié les initiatives novatrices dans le but de limiter dans la mesure du possible les effets d’une politique préjudiciable aux plus démunis. C’est dans ce cadre que Fernand Lefort et son équipe ont fait l’acquisition de lieux de vacances réservés en priorité aux familles qui ne disposaient pas des moyens financiers nécessaires pour changer d’air et se reposer. Plus tard, Paulette Fost a poursuivi dans ce sens.
    L’on ne peut accepter, dans ces conditions, que les centres de vacances et loisirs de la ville de Saint-Ouen soient mis à l’encan ! Tout simplement parce que les audoniens en sont les seuls propriétaires. Ils ont donc dans ce domaine, comme dans d’autres, voix au chapitre. Rien ne doit se faire sans eux !

  5. à René,

    La difficulté de la tâche rend-elle injuste celle-ci?
    En ce qui concerne JR, beaucoup de celles et ceux qui doutent maintenant fort d’elle, le font par rapport à des principes et des espoirs.
    Aucun ne le fait au nom du CAC 40.
    Qu’elle tienne les rênes de son pouvoir, dont les moyens sont considérables, et qu’elle y tienne, c’est indéniable.
    Reste que certaines circonstances (départs succesifs de son groupe) ont matérialisé ses difficultés avec les gens comme avec les élus.
    Qu’aujourd’hui, il serait possible qu’en cas de blocage politique de nouvelles élections aient lieu. C’est plausible.
    Alors doit-on attendre la fin du mandat parce que c’est le jeu démocratique à minima.
    Je ne le pense pas. Tout ce qui pousse à faire des audoniens, les premiers acteurs de Saint-Ouen est juste.
    Cela passe par affronter la fuite en avant spéculative, l’autoritarisme du maire, les gabegies en tous genres.
    Attendre comme tu le suggères, n’est-ce pas une autre version d’un Premier ministre (LJ)qui nous disait que “l’Etat ne peut pas tout” alors que des ouvriers lui réclamaient d’intervenir face aux licenciements boursiers.
    Ce qui est irrecevable de la droite deviendrait acceptable de la gauche? Sommes-nous rendu à l’étape du “bilan globalement positif”…
    C’est vraiment la fuite en avant vers le gouffre et il est sûr que la droite et ses extrêmes nous y accompagneront au son d’une musique suave.
    Mais il y a mieux à faire comme exiger le retour à une vraie gestion de gauche qui ne passe pas par la vente des colos, une Maison des Associations à 5 millions d’euros, l’abandon de l’extension finition de Blanqui, ou le mal-être du personnel communal, par exemple.

  6. Cher François, je ne mets nullement en doute ce que tu affirmes. En ce qui me concerne, je me suis éloigné depuis pas mal de temps déjà de la vie municipale. Je ne suis donc pas en mesure de porter un jugement tranché sur les uns et les autres.
    Comme tout le monde, j’entends dans la ville un certain nombre de rumeurs rampantes, mettant en cause la gestion de la commune par le maire. Son comportement fait également l’objet de critiques acerbes de la part, notamment, de fonctionnaires territoriaux qui estiment que la démocratie dans les services municipaux, très hiérarchisé paraît-il, reste dans le domaine des voeux pieux. En fait, il règne dans ces services un climat délétère auquel il conviendrait de mettre rapidement un terme, estiment les agents communaux.
    Moi, je ne dispose d’aucune prérogative me permettant d’influer d’une manière ou d’une autre sur la situation décrite ci-dessus. Si le conseil municipal considère qu’il faut recourir à de nouvelles élections, je n’ai aucune raison, et pour cause, de m’y opposer. Toutefois, il faut faire attention de ne pas ouvrir la voie à certains éléments qui pourraient profiter de l’occasion. Mais chacun, chacune prendra, je pense, ses responsabilités. Je me permets de réitérer ici ce que j’ai déjà dit, à savoir que les élus socialistes et verts portent la responsabilité de la crise qui affecte aujoud’hui l’assemblée communale.
    Pour ma part, je m’en tiendrai à des critiques constructives de certaines décisions portant atteinte au patrimoine communal que l’on doit conserver non seulement intact, mais qui doit être aussi entretenu et développé dans l’intérêt des habitants de Saint-Ouen.

  7. Faits d’hiver à Saint-Ouen

    Pour les amoureux du patrimoine,

    Je leur propose 2 visites de quartier :
    – l’une mercredi 27 janvier,
    de 10h à 12h sur place
    pour découvrir
    les 36,42 et 45 quai de Seine : un bel ensemble industriel de 2 ha
    à acheter 5 millions d’euros (le coût de la Maison des Associations).

    Comme quoi on ne peut pas mettre tous les oeufs dans le même panier.
    Espérons que l’Aménageur de la ZAC des Docks ou la ville se portera acquéreur en faisant préemption : du coup, moins de spéculation, plus de moyens pour l’action publique utile aux audoniens.

    L’autre visite est plus modeste mais aussi située dans un quartier toujours en avenir .
    Alors rendez-vous le mardi 2 février de 11h à 12h, pour une belle propriété au 23/25, rue Jules Vallès, avec bâtiment, cour… à acquérir pour 500.000 euros.

    Vous me direz “comment avez vous eu ces informations ? ”
    Je vous répondrai “pas sur le site @ de la ville, mais dans les annonces légales du Figaro et du Parisien”.

    Autre fait, l’enquête publique sur la ligne 14 et ses prolongements audoniens se déroulera en plusieurs temps, avec :
    – le vendredi 5 février place de la mairie, des 16h , des répondeurs “officiels” à vos questions à votre écoute le temps de l’enquête publique ;
    – le mardi 2 février, salle Barbara, une réunion publique à partir de 19h.

    Mais je ne veux pas qu’il soit dit ici du mal du site @ de la ville.
    A la veille de la nouvelle année, celui gardait à la rubrique “municipalité”, l’intégralité de la délégation de Maire adjoint au sieur Bouamrane : affaires économiques.

  8. Ah le Figaro ! Quel journal .. à l’évidence de la grande information ! Il fut de tout temps le quotidien de la droite et aussi de son extrême. Il a été durant l’occupation assez proche de feu le maréchal Pétain. Il ne cessa de paraître que lorsque les allemands occupèrent la zone non-occupée en 1942. On peut dire aujourd’hui que le Figaro, dont l’industriel Serge Dassault est propriétaire, reste l’héritier des anti-dreyfusards, de ceux qui armèrent le bras de l’assassin de Jean Jaurès, des émeutiers de 34 et naturellement du régime de Vichy.

  9. A propos de la ligne 13,lu dans le Parisien-75,il y a quelques jours:certaines stations de la ligne seront équipées d’un dispositif,”mur”(je crois),anti-suicide.Que les audoniens aux tendances morbides se rassurent,nos stations:Garibaldi,Mairie de St-Ouen ne sont pas concernées.D’ici qu’elles deviennent un rendez-vous romantique pour âmes en peine,style “pont des soupirs”,Tour Eiffel,certaines tombes du Père Lachaise…etc…et c’est notre office du tourisme qui serait content!
    Et dire que certaines mauvaises langues osent prétendre que notre municipalité ne s’occupe que de spéculations aux docks…Un S.O.romantique,ça aurait de la “gueule”!

  10. Arretez de taper sur JR, comme sur PF, les unes sont la cause d’un systeme qui se meurt, celui qui prepare pr apres, les mmes causes qui produiront les mmes effets.
    Faites monter des jeunes , de vrais jeunes,sans vouloir les driver, en les laissant faire peut-etre Eric, qui creve d’envie de devenir Maire, et pourquoi pas?
    Si telle est ce qu’il souhaite pr sa ville.
    Why not????,
    Maintenant, c’est du gros taf!!!!
    j’ai qques idees, si je peux l’aider!!!!!!.

    • Ah, si il y a bien une chose qui est certaine, crois-le bien mon cher Jmp, c’est que je ne “crève” pas d’envie d’être Maire. Ce n’est pas nouveau.
      Je n’en ai même pas un peu envie. Pour quelques raisons simples : je ne suis vraiment pas sûr d’en avoir les capacités (j’ai, moi, un peu de réalisme et une certaine ambition pour Saint-Ouen). je commence par ailleurs à ne plus être tout a fait dans la jeune garde. Donc place aux jeunes ou du moins aux un peu plus jeunes pour le premier rôle.
      Je n’ai évidemment pas, tu l’as noté, tout a fait jeter l’éponge pour autant.
      La vie politique locale ne se résume pas fort heureusement à la conquête du poste de 1er magistrat. Il y a beaucoup de façon d’être un peu plus modestement utile à ces concitoyens.
      Je reste mordu de politique et déterminé à servir ma ville éventuellement comme élu… et, en tout état de cause, en citoyen déterminé.

      Bonne année à toi et aux tiens.

  11. Michel et René, ne voyez rien de sérieux à mon 8, il s’agit bien sûr d’une boutade, un peu provoc, j’en conviens…..
    Les prétendants à porter des écharpes sont légion, grand bien leur fasse !!!
    Quel panier de crabes tt de même!

    Michel, ton 2 du 30/12.
    Bien sûr que le fait d’envoyer son gosse au “bled ” présentera, à terme un pb, sinon d’identité, pour le moins d’appartenance.
    Sans vouloir entrer dans ce discours relatif à “l’identité n…., je m’interroges; des lors que j’observe le comportement de nos concitoyens “d’origine” magrebhine, j’ai souvent des doutes sur leur capacité, réelle, à vouloir intégrer la communauté
    francaise. J’avais des convictions trempées à l’aune de la lutte des classes, s’agissant de ceux qui bossaient et étaient nos compagnons d’exploitation .

    Suite, de mon 14; mon petit fils ne fait que constater le niveau « élevé « de sa classe(18), l’attention des profs et…la proximité du principal, ouvert à ttes les attentes des éleves, milieu rural, d’ou sortirent pr ce que j’en connais des pharmaciens, des ingenieurs, des toubibs(3), des profs etc…des masters en urbanime. et bien d’autres,
    Suis-je devenu Raciste ?

    J’attends l’avis de Fainzang , lui qui connait bien le milieu educatif.
    Que dire….???

    Aujourd’hui, j’admets avoir des doutes sur cette réalité.
    Pourquoi?tt simplement par ce que mon petit fils et son père ont quitté Paris et , pr ce qui concerne le jeune, le lycée Carnot(75017) pr se casser en province depuis le debut de l’année.
    Là, je prends un risque, intellectuel, soit,;un gosse de 14 ans à été raketé 4 fois , depuis 09/09 vol tph portable, puis i pod, puis fric, puis, massacré et il dut poter plainte chez les flics, car il n’avait plus rien a donner à ceux qui le massacrerent; traumatisme et contusions….son pere dut l’attendre à la sortie de l’ecole et..se battre comme un chien avec ses agresseurs.
    Voilà la triste réalité de la vie à Paris”intra muros” des lors que certains bahuts sont consideres comme “étant friqués”.
    Elle est oû la position du PCf la-dessus.
    Que devons-ns faire?

    Moi, j’ai une idée, la mme qu’avec les fascistes, et croyez-moi, je ne vais pas m’en priver.
    J’ai bien pensé à cette affaire depuis un mois.
    Dés lors, je suis desormais proche de mon petit fils, aucun XXXX XX XXXX (moderation webmaster) ne le touchera meme si la mémoire de mon pere, ardent militant de l’independance de l’Algerie et menacé de mort par l’oas pr que son action puisse en souffrir, je vais devenir un gros con.

    et ce Mr de Villepin, si ttfois il devenait le Chevenement de Sarko, cad le caillou ds sa chaussure.Contrairement à rene, je pense que 5 semaines de conges c’est mieux que 4 et que les 35 heures, c’est mieux que les 39 heures.
    Demandez à ceux qui font 35 heures.
    quoi, payes 35 pr 39.elle est ou l’embrouille pr ceux qui y son arrivés.

  12. JMP,je confirme ce que tu dis pour les bahuts intramuros et je condamne la passivité des administrations mises en place depuis une quinzaine d’années qui ne sévissent que contre les élèves qui se rebellent devant cet état de fait avec des discours pour les parents du style:”si ça ne vous plaît pas …mettez votre enfant dans une école privée!”Mais ce phénomène dépasse aujourd’hui le seul seuil ou les cours d’établissements scolaires.Pendant les manifs anti-CPE,des groupes(qualifiés de banlieusards)s’en prenaient dans le métro comme dans les manifs(pour les “dépouiller”et les frapper)à tout manifestant qui paraîssait trop”blanc”!On ne pouvait pas dire que la police de Sarko à l’époque ait fait grand chose pour réprimer cette violence raciste;tout comme les SO des manifestants.Je suis persuadé qu’il existe un lumpen disponible pour de futures aventures fascistes si ces derniers étaient capables d’adapter leur langage à ces nouvelles couches et rompaient avec leurs nostalgies vichyste et coloniale!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *