Pauvre(s) cave(s)

Petite résidence du quartier de la Mairie, à deux pas du métro et des commerces, le 10-12 rue Jean a tout pour plaire. Ce n est pas une nouveauté à Saint-Ouen, le logement social à t…
Pourtant au fil des ans ce programme de l OPHLM de la Ville, comme d autres, vieillit mal. Doucement mais sûrement.
Crise du logement social, paupérisation des familles ? Ceci n explique pas tout.
Vitres de porte d entrée malhabilement occultées, rideau de fer en guise d accueil (ancienne loge), carrelage grossièrement dépareillé, vilaines poubelles au mur, cabine d ascenseur négligée… à l opposé du détail soigné des halls de copropriétés, on cultive ici la « touche HLM ».
Cerise sur le gâteau, pour cause d effractions répétées, les caves, font depuis peu l objet d un couvre-feu humiliant qui pénalise les habitants.
La cave, aubaine pour petits logements et partie intégrante du bail, permet de caser bonnes bouteilles, outillage encombrant, petit bazar, qu on descend chercher, évidemment soir et week-end.
Punition : l accès des locataires est autorisé désormais le matin jusqu à 11h30, 1 h en fin d après-midi (sauf samedi) et interdit un samedi matin sur deux, dimanche et jours fériés !
Détail ? Gestion pragmatique ? Maladresse ?
C est le rapport aux locataires et la gestion du quotidien de notre Office qui sont, là aussi, à revisiter
Contrecoup : critiquée dans cette tribune, le billet d humeur politique de ce magazine vient d être supprimé par une main invisible.
Eric Pereira-Silva
À Saint-Ouen n°40 avril 2006

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *