Des dodos pour les J.O !

Coup de Chaud sur les copros…

Notre territoire va accueillir 2 évènements sportifs internationaux : la coupe du monde de Rugby en septembre 2023[1] puis l’énorme compétition des JO, du 26 juillet au 11 août 2024 avec 15 millions de touristes attendus. On peut donc raisonnablement se demander où cette déferlante de visiteurs va trouver un hébergement puisque 9 millions d’entre eux ne seront pas franciliens.

La région IDF compte 157 319 chambres dans des hôtels toutes catégories. Cette capacité hôtelière francilienne est complétée par une offre diversifiée d’hébergements, notamment les locations de meublés entre particuliers.[2] On imagine quand même que cette offre risque d’être insuffisante et que bon nombre de riverains des sites de compétition seront tentés de louer leur logement profitant de cette manne inespérée.

Il faut dire qu’un nouveau type de modèle économique basé sur le numérique et nommé « ubérisation » gagne divers secteurs dont le tourisme et AirBNB en est un bel exemple en proposant sur sa plateforme Web mondiale 1,5 millions de lits chez le particulier, accessibles simplement et rapidement.

Les locations de courte durée apportent un complément financier aux habitants qui se logent « chèrement » dans les métropoles mais cela n’est pas sans conséquence depuis l’expansion de ce type d’hébergement. Il peut s’en suivre des nuisances parfois insupportables pour les riverains puis la désertification des centres-villeset une spéculation immobilière comme en connait la ville de Saint-Malo depuis 2016 [3]. La ville de Paris a été une des premières à réagir à ce phénomène en éditant une réglementation depuis 2017 et depuis 2019, de nombreux décrets visent à encadrer les locations AirBNB[4]pour les communes qui le souhaitent.

Depuis quelques années, des copropriétés audoniennes sont concernées par des arrivées régulières de touristes dans leurs immeubles et constatent la dégradation des communs, les poubelles débordantes et des problèmes de sécurité liés à la circulation des codes ou digicodes due aux livraisons de repas.

A Saint-Ouen, la municipalité a mis en œuvre un permis de louer en juin 2022 qui s’applique sur la totalité du territoire communal en cohérence avec la démarche de Plaine Commune :

  • Pour une première mise en location
  • Pour une nouvelle mise en location
  • Pour les logements vides ou meublés
  • Pour tout logement servant de résidence principale, occupé au moins 8 mois par an donc cela suppose de faire d’abord une déclaration auprès de la mairie, puis de demander une autorisation de changement d’usage si l’on souhaite louer par AirBNB.[5]

Nous devons tous nous poser la question des conséquences économiques à vouloir voyager ou se loger moins cher dans le cadre de nos loisirs et mesurer comment une démarche individuelle multipliée par xxxx fois peut alimenter la crise du marché locatif…le serpent qui se mord la queue !

En attendant, le flux de visiteurs se déversera d’ici un peu plus de deux ans « autour » des équipements et des installations sportives des jeux olympiques sur notre territoire. Vu sa situation géographique et son accessibilité (ligne 14), Saint-Ouen sera très sollicité pour des hébergements sur cette période.

Au-delà des retombées économiques, d’emplois et de notoriété des J.O. pour notre ville, il serait donc souhaitable que l’équipe municipale (majorité et opposition) se saisisse de cette problématique particulière au sein de la question du logement pour éviter des dérives faciles à imaginer.

Dominique GARCIA

[1] Le Stade de France accueillera sa deuxième Coupe du Monde de Rugby, après celle de 2007 qui a vu l’Afrique du Sud soulever le Trophée WEBB ELLIS face à l’Angleterre. Cette 10ème édition de la Coupe du Monde de Rugby débutera le 8 septembre 2023 avec le match d’ouverture de la France contre la Nouvelle-Zélande  au Stade de France.10 rencontres au total devant plus de 80 000 spectateurs venus du monde entier pour supporter leur équipe.

[2] La location de ce type d’hébergement (meublé touristique, chambre d’hôte) répond à des règles strictes et peut s’inscrire dans un classement ayant pour objectif d’indiquer au client un niveau de confort et de prestation.

[3] https://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/saint-malo/saint-malo-boum-locations-airbnb-empoisonne-vie-malouins-1852776.htm

[4] https://www.actu-juridique.fr/civil/logement/marche-et-reglementation-de-la-location-saisonniere-en-seine-saint-denis-etat-des-lieux/

[5] https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/R47394

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

3 réflexions sur « Des dodos pour les J.O ! »

  1. Le Parisien du 12 février 2024 révèle que la ville de Saint-Ouen possède onze mille places pour les épreuves des jeux olympiques de paris 2024.

    Il y a 53207 habitants à Saint-Ouen (population municipale en vigueur au 1er janvier 2024).

    Comment la municipalité répartira-t-elle les onze mille places parmi 53207 audoniens ?

    Cette répartition se fera-t-elle de façon opaque ou transparente ?

  2. Les associations sportives audoniennes bénéficieront de 20% des places réservées par la municipalité pour assister aux JOP. Une personne a spécialement été recrutée pour gérer la billetterie puisque chaque destinataire d’une place sera prévenue quelques jours avant, du site et de la discipline. Ces places doivent être exclusivement attribuées à des audoniens qui pourront s’y rendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *