Entre brouillon et récupération !

CONSEILS DE QUARTIERS

La mise en place des conseils de quartier à Saint-Ouen semble laborieuse. Est-ce une difficulté liée à un nouveau dispositif jamais expérimenté à Saint-Ouen (1) ou une volonté politique de freiner un processus démocratique incontournable mais gênant ?

La « charte » audonienne de juillet 2021 annonçait la tenue de 3 séances plénières par an. (2)

La première séance des présumés « 6 « quartiers audoniens s’est tenue au premier trimestre 2022 (3), séance qui a réuni entre 50 et 80 personnes par quartier. Ce qui est un bon début d’engagement citoyen à participer à la vie locale.

Mais dans la foulée, l’organisation des groupes de travail peine puisqu’ils ne seront activés réellement qu’à la rentrée de septembre, c’est ce qu’un mail nous annonce le 11 juillet avec un choix de 2 groupes pour le conseil de quartier Garibaldi-Les Puces secteur où je réside. Pour chacun de ces deux groupes, des habitants référents volontaires au sein de « l’équipe d’animation » ont été désignés. J’en déduis donc que c’est le « collège » du conseil de mon quartier (ainsi nommé dans la Charte) qui a décidé des 2 groupes de travail qui me sont proposés ; il aurait été judicieux que nous sachions qui compose « notre collège » et que ces personnes nous indiquent le pourquoi du choix des 2 groupes de travail (4). Dur-dur d’informer ! Je l’ai d’ailleurs demandé.

Autre exemple, une réunion du conseil de quartier Garibaldi-Les Puces nous avait conviés la veille (05/07) pour le lendemain (06/07) à une réunion d’information sur l’aménagement…de l’avenue Michelet ! J’imagine qu’il en a été de même pour le conseil de quartier dit « Debain-Michelet-Bauer ». Une communication qui demande une disponibilité et une réactivité que tout le monde n’a pas, moi la première et seulement 20 personnes y ont assisté sur les 120 présentes aux « plénières » des 2 conseils concernés directement par le sujet.

Bon, et cerise sur le gâteau, la mail diffusion des membres du conseil de quartier s’intitulait lors de l’ envoi du 05/07 : « null null », cela ne s’invente pas !

On le constate, la démocratie locale avance à très petits pas. C’est dommage pour les audoniens qui souhaitent s’y investir depuis longtemps et pour la démocratie tout court

A suivre.

Dominique DUROCHER

(1) Pourtant instaurés par la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité
(4) 7 groupes avaient été constitués lors de la première séance

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *