Passer de la communication à l’action (concertée) !

annonce recrutement

Photo Le Parisien 12/09/2020

Au lendemain de son élection, le maire a rencontré des habitants du 26 Charles Schmidt pour échanger sur les difficultés de leur quotidien liés au trafic de drogue. Si certains s’en sont étonnés, on peut se demander pourquoi cette initiative n’a pas été renouvelée sur tous les points de deal de la ville. L’actualité a obligé la municipalité à rencontrer en septembre des responsables associatifs du Vieux Saint-Ouen suite à l’assassinat de 2 jeunes hommes cité Soubise et prochainement elle rencontrera des habitants proches de la place du 8 mai après une fusillade faisant 4 blessés.

Suite à ces violences et à leurs conséquences dramatiques, la venue de responsables politiques nationaux et l’organisation d’un Conseil Municipal extraordinaire et d’Assises (citoyennes ?) sur la sécurité, confirmeraient les dires de notre édile : «La majorité a décidé que la sécurité doit être une priorité pour les Audoniennes et les Audoniens. La priorité du mandat pour la majorité municipale. Saint-Ouen doit redevenir la ville où règnent la sécurité, le respect et la bienveillance dans tout le territoire.»

Pourtant cette priorité n’était pas celle des listes de gauche, pendant la campagne des municipales. L’urgence climatique avait donné son tempo et la priorité semblait alors environnementale. La pandémie et le confinement qui en a résulté, ont changé la donne et remis au premier plan, la recrudescence d’actes de violence provoqués par une guerre de territoires qui succède à une chute des revenus de l’économie parallèle depuis quelques mois. Denis Vemclefs, élu d’opposition (A Gauche !) avait d’ailleurs alerté le préfet courant juin sur le nombre croissant de fusillades et l’inquiétude grandissante des habitants de nos quartiers.

On comprend alors l’ulcération des habitants face à un problème qui semble insoluble. Celui-ci existe depuis plusieurs décennies dans de nombreux quartiers en France mais nos politiques l’ont mis sous le tapis par enjeu électoral ou ont pensé qu’ils achèteraient la tranquillité de leur population en fermant les yeux.

Et maintenant, qu’est-ce qu’on fait ?

Si les différentes réponses possibles ne peuvent se mettre en œuvre qu’avec une politique nationale (légalisation du cannabis qui est consommé par plus de 6 millions de personnes en France ; anticipation sur les conséquences qu’aurait cette légalisation sur les jeunes et les familles qui vivent grâce à ce trafic par une politique sociale et éducative innovante et efficace….. ; une politique du logement qui arrête la course folle des prix du foncier et des loyers et qui grève les budgets des familles… ), une municipalité (quelle qu’elle soit) ne peut rester les bras ballants à attendre, même si son champ d’actions est réduit.

Notre maire s’emploie donc à communiquer sur :

Ses rencontres avec les différents partenaires concernés par cette question :

  • le 5 juillet avec les habitants du secteur Charles Schmidt en échangeant avec eux sur les thématiques de sécurité et de rénovation urbaine.                                                                          
  • le 10 juillet avec Aurélia Dragone, la Commissaire de police de Saint-Ouen pour évoquer la nécessité de renouer des relations de travail régulières et fructueuses entre les deux institutions. Il s’est engagé à accompagner la Commissaire dans la demande de moyens auprès des plus hautes instances de l’Etat et avec le bailleur Seine-Saint-Denis Habitat
  • le 11 septembre avec Madame la commissaire, et la cheffe de la police municipale pour discuter et lancer le plan sécurité pour notre ville
  • le 14 septembre avec toute la majorité, toute la direction générale de la Ville de Saint-Ouen sur Seine et la direction de la Semiso pour prendre les mesures qui s’imposent
  • le 25 septembre lors de la visite du Premier ministre ; du ministre de l’intérieur et du garde des sceaux ce matin au commissariat pour insister sur l’impérieuse nécessité d’avoir une augmentation des effectifs pour notre ville
  • le 4 octobre avec le Préfet et le ministre de l’intérieur pour obtenir la garantie que nous allons avoir un déploiement de forces de police sur la ville et en annonçant la rencontre avec une délégation d’habitants du quartier Place du 8 mai

Ses actions :

  • Le 12 septembre en lançant un plan « recrutements urgent » de policiers municipaux et en annonçant l’augmentation d’effectifs de la police nationale » (+26 personnes) qui se déploieront en priorité sur Michelet, Emile-Cordon et la place du 8 mai 45.
  • Le 15 septembre en intervenant sur BFM
  • Le 16 septembre en actant la tenue d’un Conseil municipal extraordinaire le 14 octobre et celles des Assises de la sécurité

Ses engagements à réussir sur les réseaux sociaux :

– rencontrer tous les quartiers de la Ville, un par un, afin d’amorcer un travail commun pour les six années à venir.

– aménager et rénover les quartiers pour améliorer, sécuriser et embellir le cadre de vie des Audoniens. 

Et 4 vœux pieux que nous partageons tous…..

– assurer la sécurité de toutes et de tous

– mettre un terme au trafic de drogues

– ne plus tolérer aucune incivilité ou agissement qui pollue le quotidien des Audoniennes et des Audoniens.

– que Saint-Ouen-sur-Seine soit une ville fraternelle où tout le monde se sente en sécurité.

Pour rappel son programme de campagne et celui de son équipe était:

Créer des postes de médiateurs pour en faire de vrais leviers de tranquillité publique.

Agir contre les incivilités par des rappels à l’ordre solennels.

Mobiliser tous les acteurs (police nationale, justice…) pour combattre le trafic de drogue dans nos quartiers.

Réunir deux fois par an le Conseil local de la sécurité et de la prévention de la délinquance.

Redéfinir le rôle et les missions de la Police municipale afin d’en faire un service public de la sécurité avec la proximité et la disponibilité comme doctrine d’emploi.

Optimiser le dispositif de vidéo-protection.

Mettre en place un « Plan lumière sur la ville » pour des rue sûres et sécurisées autour de marches exploratoires avec les acteurs institutionnels et les familles.

Réaliser un diagnostic local de sécurité en adéquation avec les besoins des habitants, les associations et des professionnels.

Solliciter le Procureur de la République pour la création d’un groupement local de traitement de la délinquance (GLTD ) sur les stupéfiants.

Création d’un dispositif municipal « Tranquillité Senior » pour assurer la sécurité des aînés.

Désigner des référents de la Police municipale comme interlocuteurs privilégiés des commerçants.

Pour l’instant beaucoup de « je « de « j’ai » et peu de « nous » dans les propos du maire qui a aussi un maire adjoint à la sécurité urbaine et toute une équipe municipale qui doit être visiblement impliquée.

Allez ! J’aimerais pouvoir croire les injonctions du maire : « Nous ne renoncerons pas. Nous y arriverons ! ». Mais, hélas les équipes précédentes ne disaient pas le contraire et n’ont pas pu enrayer le fléau[1]. Il faudra, comme il le dit lui même, des « actions concrètes ». Rajoutons : de la modestie et des résultats tangibles.

Rendez-vous donc ce 14 octobre prochain pour ce conseil municipal dit « extraordinaire »[2] et des « Assises » qui, espérons-le, seront réellement citoyennes car le constat des habitants concernés et leur mobilisation, peuvent être un appui sérieux pour construire des solutions adaptées à ce problème épineux et insupportable.

Dominique GARCIA

[1] Pour mémoire, Karim Bouamrane élu dans la Majorité municipale pendant 3 mandats (soit 19 ans) ne s’est jamais particulièrement distingué au sein du Conseil municipal par ses critiques ou ses propositions concernant la politique menée pour combattre le trafic de drogue et son cortège de violences. Il ne saurait donc accabler, même discrètement, ses « prédécesseur(e)s » en indiquant qu’ « assurer la sécurité de tous et toutes est un long travail qui débute dès aujourd’hui ». Comme si absolument rien n’avait été fait avant lui. Il faut surtout évaluer, concerter et innover.

[2] Ledit Conseil qui se tiendra à la Grande Serre (sans public) sera retransmis, comme à l’accoutumé, sur le site de la Ville. Selon des informations qui circulent, a priori, pas de délibérations, ni de votes mais un débat entre les 45 élus municipaux avec autour de la table – sous réserve de confirmation – Valérie Pecresse (Présidente de la Région), Stéphane Troussel (Président du Département), Mathieu Hanotin (Président de Plaine Commune), Eric Coquerel (Député de la circonscription). Entre débat institutionnel et grande séquence de Com. ?

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

5 réflexions sur « Passer de la communication à l’action (concertée) ! »

  1. Pas un mot pour la Justice et ses applications éducatives, sociales et réparatrices.
    Pas un mot pour l’Éducation, la Formation et l’Apprentissage.
    Pas un micro pour les syndicalistes et représentants de la population.
    M. Troussel, pdt du département : qu avez vous fait pour le 26 Schmidt géré par le CDal,?combien d adultes relais etdetrav sociaux ds vos collèges?
    Mme Pécresse : Idem
    MM. Hanotin et Coquerel : vos chefs ou vous, avez défendu le Traité de Maastricht, Quid des compensations des transferts de charges subis par notre ville?
    M. Bouamrane, diirigeant PS avec Valls et suppléant du ministre Leroux, vous pensez régler à coup de police municipale. Quelle légèreté, quelle faiblesse d analyse! Nous demandons des médiateurs, le renouvellement du gardiennage, des d’actions fermes contre les familles qui pourrissent la vie des ensembles sociaux et aucune complaisance avec les délinquants.
    Et plein d autres choses….

  2. Lu sur le compte FB de la ville:
    “La séance extraordinaire du conseil municipal se tiendra ce mercredi 14 octobre à 18h à la Serre du Grand Parc.
    L’objet de cette séance est de débattre et de décliner un plan d’actions opérationnelles visant à éradiquer la violence et l’insécurité dont les habitants sont victimes.
    En raison des dernières décisions préfectorales, cette séance aura lieu sans présence de public, mais sera retransmise en direct sur le site de la Ville.”

    J’attends donc avec impatience le débat qui doit se tenir demain et espère que cela ne sera pas une succession de prise de paroles mais une vraie confrontation d’idées. Dommage que les Assises (citoyennes?) ne se soient pas tenues avant….car les témoignages des habitants qui vivent au quotidien ces situations insupportables permettraient une meilleure analyse de la situation et pourraient contribuer à un plan d’actions ” de progrès partagé”…..

  3. La Belle de Canton.

    Permettez moi d’approuver les propos de Madame Garcia Durocher. Suite à la prise de parole de la première adjointe durant le conseil municipal extraordinaire datant du 14 octobre 2020 à propos de la sécurité.

    A entendre les fraîches paroles Bio, de Madame Decanton, la solution pour remédier au trafic de stupéfiant et à l’augmentation de la délinquance se trouverait cacher derrière la porte de la cabane au fond du jardin. Mais Madame Decanton parlons nous des mêmes pâturages ?

    Ici ce n’est pas de l’herbe des vallées françaises dont on parle, mais bel et bien du cannabis en provenance des rifts Marocains. Si vous pensez que faire de la politique se réduit à narrer ses élans émotionnels, sachez que vous vous trompez de prairies.

    Cela ne se réduit pas non plus, à essayer de séduire la jeune volaille gloussante se dindonnant au fond du poulailler au risque de se faire clouer le bec par des oiseaux de mauvaises augures. Pensez vous sérieusement que les caïds, les guetteurs et autres dealers, vont se mettre à quatre pattes devant vous; durant vos projets de végétalisation des cités afin de brouter les herbes folles ?

    Allons, allons, Madame, cantonnez vous à la raison, on attrape pas les jeunes chatons avec du lait en poudre, ni avec des souris vertes….

    Veuillez me pardonner la satire et l’ironie, excusez moi du peu, mais mes camarades et moi ne viendrons pas rejoindre vos troupeaux utopistes au risque de se faire transformer en méchoui.

    Bonne transhumance à vous….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *