Aux portes de la « Ville Lumière »

Crasse et mépris

Les placards sont pleins de belles études quant à la rénovation des portes de Paris et particulièrement des portes limitrophes de notre ville et du 18ème. De beaux croquis et de belles perspectives. L’APUR[1] publie régulièrement des éléments à ce sujet (pas plus tard qu’il y a un an). L’objectif et d’embellir et de faciliter le passage de cette barrière qu’est le périph’ et le no man’s (woman’s) land que sont parfois les secteurs compris entre les Maréchaux et notre ville.

Et puis, et puis il y a la réalité et notamment ces grilles que l’on monte pour réduire le passage sous le périph’ à la porte de Clignancourt comme cela a déjà était fait porte de Saint Ouen. Des grilles qui doivent avoir pour vocation surement d’éviter qu’un campement ne s’installe ou bien que les vendeurs à la sauvette ne s’y établissent en trop grand nombre. Retirer les bancs, poser des grilles, c’est peut être ça que l’on appelle la Ville de demain…

Certainement une idée de la ville de Paris pour faciliter l’entretien de ce secteur totalement laissé à l’abandon. L’endroit est en effet immonde, l’emplacement du marché du Plateau n’est jamais nettoyé, les abords du périph’ sont dég… , que dire de cet arbre en pot mort depuis 10 ans et qui git là sans que personne ne soit venu l’enlever.

Chaque jour pour rejoindre le métro nous sommes confrontés à la crasse et la Ville de Paris semble continuer à faire la sourde oreille. De belles études pour embellir et faciliter le passage des piétons et dans les faits… tout le contraire. Je ne sais pas si la ville de Saint Ouen a été consultée sur cet aménagement (sic), je ne sais pas si les puciers ont été consultés, en tous les cas c’est nous qui allons subir la laideur et le rétrécissement du passage durant de longues années. J’attends d’ailleurs avec impatience, l’amoncellement d’ordures qui ne manquera pas de se constituer derrière les grilles et qui ne sera lui non plus pas ramassé.

Philippe MAYER

[1] APUR : Atelier Parisien d’Urbanisme https://www.apur.org/fr

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

4 réflexions sur « Aux portes de la « Ville Lumière » »

  1. Donc la Ville de Paris, plutôt que de gérer le nettoyage régulier de la Porte de Clignancourt préfère ériger des barrières. Non seulement c’est laid. Non seulement les déchets vont s’accumuler derrière sans qu’ils soient ramassés. Non seulement ça réduit le passage des piétons. Non seulement ça ne réglera pas le problème de la vente à la sauvette surviendra encore plus perturber le passage. Non seulement ça rétrécit le passage et l’accès à notre ville et aux Puces. Bref ça ne réglera rien mais ça emmerdera les piétons. Décidément une bien mauvaise décision. Au lieu de gérer on pose des grilles. Une suggestion pour la Ville de Paris… tant qu’à y être autant mettre les grilles perpendiculaires… comme ça Paris sera définitivement inaccessible pour nous autres de l’autre côté du périph’ !

  2. Toujours beaucoup de vert sur les cartes de nos urbains urbanistes. Hélas, en 3 D sur le terrain et à hauteur d’homme (ou de femme), c’est moins gai.

    L’arbre en pot, navigateur solitaire et échoué entre béton et bitume, a déjà – en vrai – beaucoup vieilli par rapport à la photo.

  3. JR n’ a rien fait, wd encore moins. Effectivement nos beaux écolos, une fois élues sont moins vindicatifs, et surtout pas concrets en propositions et exigences, car c’est quand même l’affaire des socialistes parisiens qui gèrent et des marchés aux puces tous concessionnaires compris.
    Pour les barrières j’ai un doute : ne s’agit il pas d’une séparation Covid?
    Moi, je réclame des assises de l’environnement de proximité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *