Fusion pour un champion

Comme nous le pressentions dans notre précédent article et malgré parfois des larmes de crocodiles, pas d’entente possible entre les listes de Denis Vemclefs et Karim Bouamrane. Nous aurons bien une « triangulaire » Delannoy – Bouamrane – Vemclefs + Rouillon au résultat incertain. Chacun a donc « pris son risque  » – et malheureusement nous avec – de voir notre petit Roi Delannoy réélu malgré une Gauche majoritaire sur notre ville.

La vraie surprise est bien entendu  le retour de l’ancien Maire Jacqueline Rouillon qui, en dépit de son score assez mince du 1er tour (10,7%),  a joué les arbitres et le repoussoir.  Elle intègre au final, la liste « A Gauche ! » avec 16 de ses colistiers. Pas certain que ce renfort soit très performant sur le plan électoral. Pas plus que le cri du coeur tardif de, France Insoumise : « Enfin l’union » ! Bref, les électeurs ont de quoi méditer.

Dans l’attente de nos commentaires sur cette affaire et des compléments à cet article, nous publions d’ores et déjà ci-dessus à titre d’information factuelle la nouvelle liste fusionnée avec les entrants, les sortants, les rétrogradés et les disparus.

A suivre…

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

13 réflexions sur « Fusion pour un champion »

  1. -Précédent commentaire modifié, pardon à ceux qui l’aurait lu-

    La honte « A gauche »
    J’ai suivi de près avec beaucoup d’espoir la création du beau projet du Printemps audonien, le travail de tous ces volontaires pour créer un beau programme populaire. J’ai bu jusqu’à la lie son déchirement autour de la création de la liste.

    Le premier tour est perdu pour la liste « A gauche ». C’est cruel, mais c’est un fait. Les alternatives était l’union derrière Bouamrane, le retrait ou le maintien avec Jacqueline Rouillon elle aussi déçue.

    Peut-on espérer une victoire de deux listes perdantes. Soyons lucide, la réponse est clairement non. En plus de la dynamique négative, le vote Jacqueline Rouillon est un vote majoritairement sur la personne même de Jacqueline et donc extrêmement volatile, la voir en douzième position sur la liste ne sera pas très convaincant et pousser à l’abstenbtion.
    Et le vote de notre liste « A gauche » l’est aussi. L’épouvantail Delannoy risque de reporter une partie des voix obtenues sur Bouamrane.
    Le vote utile de gauche va fonctionner en sa faveur et dans ces conditions, il serait presque inespéré pour de dépasser les 20 %. Pas assez pour gagner mais assez pour faire perdre la gauche.

    La proposition de notre liste de distribuer les places sur une liste d’union avec celle de K. Bouamrane proportionnellement aux résultats du premier tour n’était qu’un leurre. Il n’est pas dupe que notre mouvement s’est bâti en grande partie contre lui et que nos représentants lui sont très majoritairement défavorables. Avec seulement 16 sièges pour Bouamrane, 12 pour Denis et 7 pour Jacqueline, tous deux ostensiblement hostiles, il se retrouve de facto en minorité sans même compter les sièges de l’opposition.
    La loi électorale prévoit une prime à la liste gagnante justement pour éviter cette situation.

    Qui accepterais un deal pour se faire élire avec un conseil municipal majoritairement hostile ? Franchement ?…

    Nous avons reproché à Bouamrane de ne pas s’être allié avec Jacqueline Rouillon au second tour de 2014. Et que faisons nous dans la même situation ? Pire… Au moins lui s’était retiré pour permettre un duel gauche-droite.

    Nous avons donc rajouté la honte à la défaite. Les tractations politiciennes d’ambitieux ont une première fois déchiré ce beau projet, et ont finis de l’achever et l’enterrer avec toute la gauche dans le même cercueil. Je choisirai la mort dans l’âme de sauter du corbillard en marche et de voter utile.

    Ce maintien est une catastrophe.

    Qui aurait pu imaginer que le formidable élan populaire du Printemps audonien puisse accoucher in fine du seul scénario permettant un retour infernal de Delannoy ? C’est à se demander à qui profite le crime.

    Je pense à tous ces bénévoles qui se sont investis comme des dingues pour créer ce beau programme, et qui se sont fait fagocités par les professionnels de la politique chargés d’ambition et d’inimitiés. Je pense à tous les agents de la mairie qui espéraient tellement mieux de la gauche et qui angoissent d’un retour de Delannoy.

    Un printemps est fait pour renaître. Il va mourir cet été.

    Amicalement,

    Un sympathisant écoeuré

    • Bonjour,
      Il ne faut être aussi pessimiste, le printemps a été une très bonne expérience de démocratie. Tout le monde n’est pas près à aller vers une vrais démocratie proportionnelle. La fusion avec KB n’a pas pu se faire notamment sur des question de démocratie. Je pense qu’il est difficile pour ceux qui opèrent dans un parti de se projeter vers une démocratie proportionnelle, ils fonctionnent encore dans un logiciel qui va être bientôt devenir obsolète. Une chose est sûre la liste qui joue le collectif est celle de Denis, elle n’est pas centrée autour du « chef ». Comme beaucoup j’aurai préféré que les anciens restent en arrière. Il y a eu un vote pour le ralliement avec JR, j’en prends acte et cela me désespère, pourtant la liste de Denis, c’est aussi des personnes engagés au quotidien dans la société civile depuis longtemps. Certes ce n’est pas la « dream team », celle-ci n’existe que dans nos rêves, mais c’est un projet qui porte un vraie vision de la démocratie. Alors plutôt que de voter utile, il faut voter pour ses conviction ou s’abstenir.

      • Bonjour,
        Merci de votre réponse. Dans un monde parfait, il faut bien entendu voter pour ses convictions, mais dans les règles de la 5ème République il est rationnel de voter pour le moindre mal au second tour.
        Nous nous dirigeons vers une réélection de Delannoy complètement improbable il y a encore quelques semaines. Les questions de démocraties autour d’une fusion avec B. étaient en trompe-l’oeil. Compte tenu des inimitiés, c’était un piège grossier dans lequel B. aurait perdu la mairie.
        Il aurait été bien plus efficace pour nos convictions de négocier dur sur le programme, KB aurait tout lâché et nous aurions défendu et gagné sur l’essence du mouvement : le travail des militants !
        Mais au lieu de ça, comme pour la désignation de la tête de liste, les places ont primé.
        La défaite qui se profile est indéfendable…

  2. LA FRANCE INSOUMISE a appelé à manifester mardi soir 2 juin 2020 porte de clichy devant le Tribunal de Grande Instance de Paris.

    Le projet politique de la gauche consiste-t-il à mettre le feu au périphérique et à menacer les juges ?

    Seul un débat télévisé retransmis en direct par une chaîne publique permet de comprendre et de mesurer l’impact des points d’un programmes 2020-2026 de gestion de Saint-Ouen.

    Les parisiens auront le droit à un débat télévisé entre les deux candidates du second tour.

    Pourquoi pas les audoniens ? Espérons que France TV organise un débat entre William Delannoy Karim Bouamrane et Denis Vemclefs.

    • Merci Michel Fainzang pour cette lecture attentive il s’agit d’une faute de frappe seule Marie Noelle Vaucelle est à Soigne ta Gauche et présente sur cette liste à ce titre Dominique Garcia Durocher a disparu dans la fusion. Nos excuses à M. Cyrille Garbit.

  3. Nous mesurons nos responsabilités envers les Audonien.ne.s et souhaitons réaffirmer que s’il n’y a pas eu d’accord entre les 3 listes de gauche restantes après le 1er tour, c’est qu’un engagement pour gérer une municipalité ne peut se limiter à une somme de tractations de postes et d’approximations programmatiques.
    La politique municipale comme nous l’avons toujours envisagée, se construit avec une équipe de personnes qui décident de la mettre en œuvre pour et avec leurs concitoyens. Après des négociations d’entre 2 tours qui n’ont pas abouti pour une fusion à 3, les colistiers de Denis Vemclefs ont fait le choix d’une fusion à 2, en débattant et optant pour celle avec le Mouvement audonien.
    L’intérêt de nos débats a été la mise en avant des points forts des 3 piliers de notre projet municipal que sont la démocratie locale, la solidarité et l’écologie. La majorité d’entre nous a estimé que ces points n’étaient pas suffisamment garantis si nous fusionnions avec Réinventons Saint-Ouen.
    Concernant la démocratie locale (représentative et participative), nous avions donc proposé le respect de la représentation proportionnelle des suffrages exprimés. Une proposition innovante en matière de représentativité qui pour certains n’était pas acceptable parce que Le Maire doit pouvoir gouverner avec une majorité ! Eh bien, c’est pour nous un changement profond de gouvernance municipale qui permettrait des décisions concertées et n’autoriserait plus un fonctionnement autoritaire opaque. Pour exemple, P.Bessac l’a réussi lors de sa première mandature à Montreuil et vient d’être réélu au premier tour en rassemblant toutes les composantes de la gauche.
    Nous souhaitons donc, une organisation municipale où les citoyens seraient présents dans les différentes instances préparatoires au Conseil Municipal. Une ville où l’éducation populaire permettrait à chacun de comprendre et de s’approprier les outils et dispositifs municipaux. Une ville qui accompagnerait la formation des personnels communaux pour le meilleur des services aux publics.
    En matière de solidarité, les mois de confinement ont montré l’implication des associations sur le terrain et la réactivité de nombreux citoyens prêts à aider les plus fragiles et les réponses tardives de notre édile sans concertation bien sûr.
    Cette crise sanitaire se transforme déjà en crise sociale et économique et les conséquences pour les plus démunis pourraient devenir dramatiques. Les communes auront aussi un rôle crucial à jouer. Il faudra accompagner la rentrée des classes pour tous les élèves, favoriser le retour à l’emploi et aux activités locales, rénover les centres municipaux de santé, instaurer une mutuelle municipale, développer les réseaux de solidarité et l’économie locale, sociale et solidaire en soutenant la création d’une régie de quartier et d’une foncière de commerce, instaurer l’encadrement des loyers, œuvrer avec l’état pour une plus grande sécurité dans tous nos quartiers….
    Enfin en matière d’écologie, notre équipe municipale s’engagera à revenir sur la politique de bétonisation menée à outrance par le Maire sortant W.Delannoy : travailler à la mise en place d’un moratoire sur les nouveaux grands projets privés, réviser le plan intercommunal d’urbanisme pour favoriser les espaces verts, aménager une coulée verte sur la ville, développer les circulations douces, encourager les initiatives de jardins partagés et d’agriculture urbaine, procéder à la rénovation thermique du parc social, viser une restauration scolaire 100% bio…..

    Un programme ambitieux, nous direz-vous ! Mais il ne peut en être autrement et seule, une équipe renouvelée coordonnée par un homme d’écoute et respectueux de chacun peut le permettre.

    A GAUCHE ! rassemblé.e.s avec Denis Vemclefs

    • Un programme ambitieux, certes. Mais c’est un très beau plaidoyer de premier tour auquel j’aurais souscrit des deux mains.
      Malheureusement, nous avons essuyé une large défaite et le beau programme proposé pour le second tour réussit le prodige de nous envoyer tout droit vers une réélection de Delannoy encore très improbable il y a quelques jours encore… Au moins K. Bouamrane s’était-il retiré en 2014 !
      Cela me gène de lire que la raison de la non-entente de l’entre-deux tours est d’ordre programmatiques, alors que notre liste A gauche a tout simplement refusé de laisser une majorité au conseil municipal au large vainqueur A gauche. Quel maire accepterais une mandature sans conseil municipal ? Franchement ?
      Pour info, la loi offre une prime de siège exactement pour éviter ce cas de figure ingouvernable.
      Si la priorité avait bel et bien été le programme, on aurait lâché sur les sièges et il aurait lâché tout ce qu’on voulait sur le programme… On aurait alors défendu le mieux possible le travail acharné des militants et faisant gagné la gauche. Avec 18%, ça aurait été une belle victoire.
      Au lieu de ça, maintien, retour de Delannoy en vue, la honte…

    • « Pour exemple, P.Bessac l’a réussi lors de sa première mandature à Montreuil et vient d’être réélu au premier tour en rassemblant toutes les composantes de la gauche. »

      Saint Ouen n’est pas Montreuil. Ici il y a une histoire mouvementée.Le passage de KB au PS, 2014.

  4. Alors, désolée, je ne chercherai à faire le buzz sur le SOP, comme Romaric FAYOL, en parlant de délit de sale barbe ou de celui qui a le plus beau cul entre les 3 têtes d’affiche.

    Et bien que je pense que sur le SOP chacun n’a plus aucun doute sur le candidat qu’il soutiendra, à vous lire, je me suis dit, allez, si tout le monde se met à poster sa petite diatribe, pourquoi pas moi ?
    Le risque avec l’isoloir, c’est qu’on revive, individuellement, le traumatisme du confinement, à donner son avis en votant, seul, comme un con, sans pouvoir twitter son point de vue 😉

    Tout d’abord, je suis persuadée que chaque co-listier et partisan, de l’ancien au nouvel Audonien, du Vieux ou de Garibaldi, deses Dock, Hugo, Pasteur, Zola, Cordon, Michelet ou Debain, etc..
    chaque partisan dans chacune des listes, quelle soit de droite, de « plus » ou « moins » gauche, de » moins » ou plus « vert »,
    oui, chaque Audonien a été très, très sincère dans ses engagements citoyens et dans son vote au 1er tour,
    Engagé et préoccupé coûte que coûte à réaliser son rêve collectif d’une Ville solidaire, écologique, dynamique, dans laquelle il ferait mieux vivre.

    Oui, nous voulions tous cela !

    Et vraiment, je suis ravie de ces nombreuses listes au 1er tour, car c’est le signe d’une démocratie vraiment vivante et surtout le signe de l’amour passionnée des Audoniens pour leur Ville et pour le bien-vivre ensemble.

    Mais, le 26 juin, il va falloir voter pour que nos rêves deviennent réalité.

    Et pour cela il va nous falloir plus que de l’engagement, de la foi et une vision que nous avons tous en commun.
    Il nous faudra plus qu’un programme constitué de mille et un vœux pieux…
    Et bien que certaine liste s’étant limité à 150 propositions ;-), si la prochaine équipe municipale réalise ne serait-ce qu’un quart du programme sera déjà une étoile rouge ;-), et comme on chanterait à Bauer : « Nous serons fiers de ces victoires ».

    Pourquoi se limiter dans nos rêves?
    Parce qu’en 2020, le métier et les moyens politiques, juridiques et financiers du Maire ne sont plus ceux de 1979 et de Paulette FOST ou ceux de 1999 de Jacqueline ROUILLON.

    Le Maire n’a plus son propre budget ! Finie la taxe professionnelle, finie la taxe d’habitation !
    Pour obtenir des fonds, il doit pourvoir être très armé, très diplomate, très endurant pour négocier voire mendier des dotations auprès des Services de l’Etat, et des financements aux banques.
    Et pourtant, nous faisons face à de très nombreux et urgents projets de très grandes ampleurs.

    Le Maire n’a quasi plus de compétences, mais par contre il est en frontal, non seulement avec tous les habitants, entreprises, commerces, écoles, associations, etc… et pour répondre à leurs attentes, le Maire doit en plus de ses négociations financières interminables, très lourdes administrativement, très complexes juridiquement,
    Il doit :
    – siéger à de trop multiples instances publiques et conseil de collectivités : Plaine Commune, Conseil de la Métropole du Grand Paris (et ses différentes commissions comme pour les JO 2024, l’aménagement de la ZAC Saulnier, les transports), SEDIF, SYNTEC, SIPPEREC, CLIC, SEMISO, etc…
    – Y Négocier les services et fonds éparpillés dans ces institutions et parfois ne rien ou pas assez obtenir, proportionnellement à nos impôts, parce que la couleur de notre Commune n’est pas du même bord politique.

    Je n’excuse pas Delannoy, mais oui, la mandature, depuis Macron, est aujourd’hui d’un niveau très complexe avec des dotations en berne et l’obligation contractuelle Etat-Ville de ne pas dépasser un taux de croissance des dépenses de fonctionnement de 1,2% par an.

    Alors, c’est vrai, avec 15 ans de mandature, Jacqueline Rouillon connaissait le job. Elle sait qu’il faut s’entourer de gens qui lui seront redevables et museler toute velléité d’opposition, parce que diriger un conseil municipal de non experts aux opinions politiques et aux fortes gueules, ça peut vite partir au pugilat.
    L’inexpérimenté, colérique et mauvais manager Delannoy a d’ailleurs fini son mandat quasi tout seul, sans majorité, à part 2 tondus et un pelé.

    Mais, à l’époque où Saint-Ouen maîtrisait ses impôts locaux et son niveau de dépenses, où la Ville était riche grâce à sa taxe professionnelle (supprimée en 2010) et de ses très nombreuses et riches entreprises, on pouvait encore rêvasser à de grands projets sans regarder à la dépense et surtout à la qualité (le toit de la piscine n’a pas supporté), employer à tire larigot pour aider des gens pas toujours compétents et pas toujours présents au bureau et se faire tirer les bretelles par la Cour des Comptes.

    Certains disent que Jacqueline ROUILLON a endetté la Ville.
    En fait, elle a pris un risque osé, d’ailleurs soutenu par le Conseil Municipal très large, d’aménager 100 hectares de friches industrielles.
    Ne pas le faire aurait coûté bien plus à la Ville.
    Parce que la désindustrialisation en France et particulièrement en Petite Couronne ne permettait pas de retrouver des repreneurs sur des sites ultra-polluants et inadaptées aux entreprises de Services actuelles ou à l’habitat. Les garder auraient été une verrue et un gâchis financier à l’entretien de locaux inexploitable et en décrépitude.
    Elle a soutenu sport, culture, et logement et fait exploser la masse salariale de la Mairie parce que non nous n’avons pas tous les moyens d’acheter au Village des Rosiers un penthouse à 10 000 €/m2, de voir une pièce de théâtre à 50€, ou faire partir au ski nos gosses, ou les mêmes chances face au chômage qui faisait rage à l’époque.

    Elle reste tout de même une meilleure gestionnaire de Ville aux Services des habitants que le vendeur de jeans des Puces.
    Parce qu’après 6 ans à la tête de la Mairie, William DELANNOY :
    – préfère faire des économies sur la réfection et l’entretien d’immeubles HLM insalubres, ou remplacer le chauffage collectif par des convecteurs électriques générant 200€ par mois de charges aux locataires pour 30 m2,
    – a tellement malmené notre personnel municipal que tous les cadres municipaux qui auraient pu l’aider à mieux négocier des subsides avec l’Etat et Plaine Commune se sont carapatés ou se sont passés le mot entre recrues pour ne pas y être recrutées et éviter ainsi un burn-out assuré par un management colérique,
    – n’a manifestement pas fait le nécessaire pour attirer d’avantages d’entreprises et de commerçants sur la Ville pour peser d’avantages dans la négociation des dotations financières avec l’Etat.
    Mais, bon, il a réussi à faire des économies… qui ne serviront pas à apporter un meilleure service publique aux habitants, puisqu’en bon boutiquier des Puces, il s’en est servi pour acheter des parcelles du marché aux Puces pour 2 millions 800 K€, et participer ainsi à la spéculation immobilière qui rend inaccessible aux Audoniens la propriété immobilière, le prix du m2 s’étant envolé rue des Rosiers jusqu’à 10 000€ :
    SAINT-OUEN, AUX ACTES CITOYENS : le Marché aux Puces menacé par les opérations immobilières du maire

    Est-ce que gérer une Ville, c’est compter ses sous, devenir propriétaire pour faire de la spéculation et exproprier des Audoniens de leur propriété entretenue et non insalubre pour équilibrer budgétairement une gestion non-rentabilisée de la ZAC Porte de Saint-Ouen ?

    Vous comprendrez aisément l’urgence de se débarrasser de ce Maire qui non seulement brusque notre personnel municipal, malmène son conseil municipal, mais en plus n’utilise pas les économies de bout de ficelle pour améliorer le bien-être des habitants.

    Comment choisir entre :
    – une femme politique Jacqueline ROUILLON qui monte des projets utiles à la population mais sans être assurée d’avoir la capacité financière de les rembourser rapidement pour lancer les projets suivants ?
    – Et Un homme colérique qui compte nos sous, mais ne les utilise non pas pour notre bien-être, mais pour vendre les Puces aux Promoteurs immobiliers?

    Après 15 ans, Jacqueline ROUILLON qui ne s’est jamais inquiétée de trouver un travail, le PCF y pourvoyant à Saint-Ouen comme aujourd’hui à Gennevilliers, a perdu aux élections en 2014.

    Ses acolytes qui ont, en 2014, avec cette défaite, perdu eux-mêmes leur poste ou leur mandat très bien rémunérés à la Mairie, ont préféré accuser, pendant ces 6 dernières années, non stop, Karim Bouamrane de leur défaite face à la déception des Audoniens.
    Bouamrane, appelant à voter Rouillon au 2nd tour, pour laisser Delannoy et Rouillon s’affronter démocratiquement.

    Pour rappel, le 1er tour de 2014 était aussi une triangulaire : 35% Delannoy, 31,5% Rouillon, 27% Bouamrane.
    2020, on prend les mêmes couleurs politiques et on recommence : Delannoy 25,6%, Bouamrane 24,3%, Vemclefs 18,8%.
    Bizarrement, sans aucune vergogne, la 3ième liste reste en lice au 2nd tour.
    Peut-on croire qu’à gauche on puisse gagner la majorité au Conseil Municipal avec 2 listes ? Really?

    Et oui, pour arriver au 2nd tour, à Saint-Ouen, il vous faut un budget minimum de 60K€ et surtout un parti ou plusieurs derrière exigeant des municipalités pour caser leurs cadres.
    Dommage, pour les simples citoyens du Printemps Audoniens aujourd’hui au bas de la liste de Denis, et qui n’accèderont, bien évidemment, pas aux places de Maires Adjoints, celles-ci étant réservés aux « professionnels » du PCF et de Générations.

    Vous le saurez la prochaine fois : les seuls valeurs et l’engagement associatif local ne font pas gagner une élection, ni un mandat.
    Le PCF local n’aurait-il toujours pas appris la démocratie participative? Hein!! C’est quoi, ce truc de bobo ?

    Il est vrai que les carrières professionnelles, comme celle de Denis Vemclefs et Jacqueline Rouillon, dans les municipalités communistes deviennent, à l’approche de la retraite, plus difficiles à mener, vu que les Municipalités communistes ont quasi disparu. Il faut donc s’accrocher à son os à ronger.

    S’accrochant, donc, aux restes, les dinosaures de la politiKa, expérimentent pour la première fois maladroitement les bienfaits d’une gouvernance à la proportionnelle, et feignent de ne pas comprendre l’indécence de proposer une fusion avec moins d’écharpes républicaines à la liste RSO qui leur est passée devant avec 5,5 points de plus sur Vemclefs et 14 points de plus sur Rouillon, et se mettent à faire des statistiques d’apothicaire par additions de listes qui étaient sensées s’entendre, et être la liste du Printemps Audonien, mort-né en plein hiver.
    Quelle ironie!

    Certaines mauvaises et professorales langues chuchotent que Karim Bouamrane devrait comprendre qu’il ne sait pas compter proportionnellement, et que c’est pour son bien que Denis lui propose de rester une minorité, les Audoniens ne seraient pas prêts à élire un maghrébin…… Wooow! Wooow, Wooow! Calme-toi Syliane ! Un homme blanc cisgenre aux lunettes cultureux n’a pas pu penser ça!

    Lorsque j’ai milité aux côtés de Karim Bouamrane, je dois dire que son côté sélectionneur, coach et capitaine d’équipe de football ou de start-up m’a souvent soulé lorsqu’il taclait des personnes intègres et politiquement courageuses comme Tiziana Zumbo-Vital, et a quelque peu blessé mon orgueil d’experte en développement local, lorsqu’il fallait suivre avec discipline le planning de la stratégie électorale.

    Mais, je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que c’est un chefaillon et un vendeur de tapis.

    D’abord, parce qu’il est très bien entouré, que ce soit parmi ses co-listiers ou parmi ses partisans.
    Ensuite, parce que le binôme de milieux offensifs qu’il forme avec Adel ZIANE, rend l’action collective participative, efficace dans l’action de terrain, et toujours dans la bonne humeur et l’attention aux partisans et aux habitants.
    Pour avoir travaillé 20 ans, en collectivité et en association, je sais combien il est difficile de manager des bénévoles bien-intentionnés, mais qui parce qu’ils ont peu de temps (en plus de leur famille et leur boulot), parce qu’ils ne sont pas formé à la gestion publique et financière, parce qu’ils ont individuellement une envie enragée de sauver le monde mais chacun à sa manière, finissent régulièrement par se prendre la tête collectivement, et surtout mettre leur salarié en psychothérapie.

    Donc, élire un binôme tel qu’Adel ZIANE et Karim BOUAMRANE et leur donner une majorité par notre vote va permettre d’apaiser le Conseil Municipal et va permettre d’apporter de l’humanité et de la performance pour encadrer le personnel Municipal et pour mener, sans autoritarisme, à bien les grands projets qui nous attendent et obtenir les fonds pour les financer.

    C’est vrai qu’il y a des personnalités très sympa et attachantes dans chaque liste en lice.
    Mais, en tant qu’administrée, je n’attends pas de nos élus de boire des bières avec eux aux apéraudoniens ou sur un jardin squatté illégalement.

    Karim Bouamrane, habitué à négocier diplomatiquement avec des dirigeants politiques ou d’entreprise, est carapacé pour se prendre les sales coups et les insultes. Ça sera très utile avec l’opposition tendue comme un string (comme nous avons pu le constater sous Rouillon ou Delannoy et tous les jours sur le SOP) et plus efficace pour négocier avec l’Etat, la métropole du Grand Paris, la Région, le Département les banques et pourquoi pas des mécènes.

    Par ses fonctions de direction au Louvre, Adel ZIANE est habitué à gérer des négociations politiques au niveau national et international. Il a participé activement avec Charles ERNOULD et Juliette BOMPOINT à sauver Mains d’Œuvre le seul lieu où associations et habitants puissent se réunir à pas cher pour monter des projets culturels, écologiques, sociaux et se détendre ou faire/écouter de la musique.

    Le programme de Réinventons Saint-Ouen a été élaboré sur la base des réponses des habitants à un questionnaire sur leurs attentes.

    Réinventons Saint-Ouen est constituée et rassemble autour d’elle des personnalités impliquées dans des actions concrètes pour le bien-être des habitants :
    – Lutte contre le surendettement avec Roman STACHEJKO,
    – Action pour un logement digne et accessible aux personnes à mobilité verticale réduite avec Steve LARRANGA, et le Collectif « Plus Sans Ascenseur »
    – Lutte contre la précarité avec les permanences logement, insertion professionnelle, recherche d’emploi, dons alimentaires et vestimentaires des plus démunis, avec Nadia BERCHICHE et Zakia MORIN, Le Secours Populaire Saint-Ouen,
    – Périscolaire et accompagnement aux développements des enfants, Nadia OUDJOUDI, Association Page de l’Apéee et Red Star,
    – Développement des espaces verts et des espaces publiques d’échanges et de rencontres citoyens avec Héloïse CLAUDE (Le Jardin GUINOT), et Dina DEFFAIRI-SAISSAC (Jardins de l’impasse Juif,
    – Promotion de la culture avec Charles ERNOULD, Mains d’Œuvre,
    – Lien avec l’enseignement, avec la Parent d’élèves élue à Vallès, Dina DEFFAIRI-SAISSAC, et les enseignants Sophie DERNOIS et Steve LARRANGA,
    – Connaissance du personnel municipal avec Nathalie JULY et Nadya SOLTANI
    – Etc…

    Une équipe de citoyens déjà sur le terrain depuis de nombreuses années, une équipe soudée et en rang pour réussir collectivement le difficile combat des 6 ans à venir.
    Une équipe organisée pour mener le jeu collectif.
    Un jeu collectif et dans la convivialité, impulsé par les 2 milieux offensifs, bienveillants, disciplinés et déterminés à non seulement faire réussir Saint-Ouen, mais, à démontrer plus que les autres candidats qu’être Maire ce n’est pas gagner une écharpe et une compensation financière, c’est aussi possible de devenir Maire de sa Ville, pour tous les petits français ayant grandi dans un logement insalubre ou sans père, avec des mères formidables, ayant construit l’avenir de leurs enfants, marche par marche, étage par étage, l’ascenseur social étant en panne.

    Voilà, avec ce post à rallonge, je vais pouvoir me rendre sereine dans l’isoloir, voter Réinventons Saint-Ouen.

    • @Syliane Tanguy
      Et bien il était temps que vous arriviez sur ce blog : vous avez des choses à dire !
      Forcément après une croisière avec K. Bouamrane et T. Zumbo-Vital on voit du paysage…
      pour le Denis vous y allez un peu fort : si lui est raciste la plupart d’entre nous sommes de purs nazis. Attention de bien vérifier les sources et ne pas sortir une phrase, peut être maladroite, du contexte. Et avant de travailler dans des villes communistes un détail : il a été pendant de longues années instituteur (en France et pas dans un Komsomol). Et parmi les merveilleuses personnes que vous citez il y a de bons boulets notamment des K »mères » rouges de l’ancien régime…
      Bon, je vous taquine…

    • Syliane TANGUY, c’est le 1er plaidoyer fouillé et intelligent que je lis à propos de ces municipales. Il est malheureux(sans doute à cause de sa longueur) qu’il n’apparaisse pas sur les réseaux sociaux audoniens de FB !
      La liste que vous soutenez est heureuse d’avoir une telle propagandiste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *