En attendant de passer… au vert

Les annonces du 1er ministre nous confirment que nous échappons désormais au « rouge » et passons à l’ « orange ». Une petit ouf  de soulagement face à la pandémie en restant plus que jamais vigilant avec néanmoins de nombreuses contraintes. En attendant une situation apaisée qui ne sera pas de toutes façons un réel « retour à la normale » « comme avant ».

Pour l’heure, hélas, le plus dur est peut-être à venir avec les conséquences sur la population la plus modeste de notre ville et la nécessité de revoir les politiques municipales en matière de solidarité, d’écologie et de démocratie. Le tout, avec des moyens financiers plus limités encore pour les collectivités locales.

Distribution de masques, très nettement « après la bataille », réouverture tardive des marchés, annonce très électorale du retour des Vélib’s, gestion de la ville en solo en pleine crise… après l’explosion de son équipe municipale, dire que William Delannoy n’est pas l’homme de la situation est un doux euphémisme. Avec lui réélu ce serait assurément le « retour à l’anormal ». Malheureusement, comme nous l’avons déjà indiqué, il n’est pas battu d’avance comme semble le croire une Gauche locale qui se complet dans ses divisions et les combats d’égos d’anciennes gloires.

Pour mémoire, afin de se « maintenir » au 2ème tour il faut avoir obtenu 10% des voix exprimées au 1er tour du 15 mars dernier. Dès lors, pour se rafraîchir la mémoire, quatre listes au maximum ont cette possibilité légale. Le maire UDI sortant qui a obtenu 25,7%, Karim Bouamrane (PS) avec 24,3 %, Denis Vemclef (DVG)[1] avec 18, 8%) et Jacqueline Rouillon (ex FDG) avec 10,6%.

Malgré sa première place, le maire sortant est talonné par 3 listes de Gauche totalisant 53,7% des suffrages et pouvant ne faire qu’une bouchée de notre petit autocrate peu éclairé. D’autant qu’il ne peut pas vraiment compter sur les électorats de France Insoumise, Lutte ouvrière et des autres candidats éliminés. Hélas, arithmétique et politique ne font pas toujours bon ménage.

« A Gauche » (D. Vemclefs), a fait la proposition « audacieuse » à Réinventons St-Ouen « d’un ménage à trois » [2] (qui ne fait pas l’unanimité dans ses rangs). Aux dernières nouvelles Jacqueline Rouillon (qui plaide pour un accord entre son « Mouvement Audonien » et « A Gauche ») aurait confirmé son refus de toute fusion avec K. Bouamrane. Lui même, nous dit-on, étant peu enclin à travailler avec elle et pas très convaincu de devenir maire sans majorité. On ne parle pas de « la charte de gouvernance », du programme (avec des divergences sur le logement social ou le Grand Hôpital), les délégations de chaque élu pas encore abordés… Bref, chacun pour d’excellentes raisons, s’acheminerait gentiment vers une triangulaire à hauts risques Delannoy-Bouamrane-Vemclefs+Rouillon. Une bouffée d’oxygène inattendue pour William Delannoy.

Avec un 2ème tour arrêté au 28 juin[3] le dépôt des listes « fusionnées »[4] est au plus tard ce mardi 2 juin 2020 en préfecture. Le week-end de Pentecôte sera donc bien rempli pour les uns et les autres qui semblent avoir parfois oublié l’essentiel : la cohérence et l’intérêt bien compris des audoniens. Ils devront prendre une décision qui pourrait être historique pour notre ville et ses habitants.

Ayant soutenu ici la liste « A Gauche », loin d’être des supporters de Karim Bouamrane et encore moins de Jacqueline Rouillon nous n’aurons qu’un seul mot d’ordre :

Battre la Droite, changer la Gauche ! 

Eric PEREIRA-SILVA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

5 réflexions sur « En attendant de passer… au vert »

  1. Communiqué de la liste « A Gauche, Pour une ville solidaire et écologique » menée par Denis Vemclefs 24 mai, 19:03 ·
    A gauche ⵑ Pour une ville solidaire et écologique
    https://www.facebook.com/denis.vemclefs.5

    2ème tour de l’élection municipale :
    Rassembler, à gauche, pour tourner la page de la politique de William Delannoy.
    Le Premier Ministre vient d’annoncer la tenue du second tour des élections municipales le 28 juin, sauf nouvelle aggravation dans la propagation de l’épidémie.
    Nous regrettons cette décision, tant d’un point de vue sanitaire – alors que notre ville et notre département, ont payé déjà un lourd tribut – que d’un point de vue démocratique puisque cela signifie faire une élection sans réelle campagne, avec un fort risque d’abstention massive.
    Mais nous ne pouvons qu’en prendre acte.
    * Le premier tour, dans des conditions marquées par l’épidémie, a manifesté néanmoins un fort désaveu de la politique de William Delannoy et de son équipe municipale par les Audonien.nes.
    Une politique qui s’assied sur la démocratie comme l’a montré encore la gestion de la crise sanitaire : alors que la majorité des élus au conseil municipal le lui demandaient, le Maire a refusé d’associer les élus municipaux à la gestion de la crise.
    Une politique qui fait fi de la participation des citoyens, comme l’a montré après le débat sur la carte scolaire la gestion de la réouverture des écoles par des communiqués de presse municipaux contradictoires.
    Une politique qui méprise l’urgence écologique en bétonnant à outrance notre ville alors même que tous les spécialistes s’accordent à dire que l’irruption de la pandémie du Coronavirus est directement liée aux ravages qu’entraîne la quête effrénée du profit sur l’environnement.
    Une politique sociale indigne envers les plus fragiles de nos concitoyens. Celles-ci et ceux-ci sont en effet laissés à l’abandon alors qu’ils sont les plus frappés par la crise économique. Ils et elles sont poussés vers la sortie de la ville par une politique d’urbanisation entraînant une flambée insoutenable des prix du logement tandis que le patrimoine social immobilier de la Ville se dégrade à vue d’œil.
    * Le premier tour a également montré que les listes de Gauche et Écologiste sont largement majoritaires dans la ville (autour de 60% des suffrages). Mais ces forces ont été fragmentées en plusieurs listes, et le constat est clair : aucune d’entre elle n’est majoritaire seule à Gauche.
    Tournons la page de la mandature de William Delannoy et sa politique, par le rassemblement à gauche le plus large possible. Les exigences de démocratie, d’écologie, et de justice sociale, devront être au cœur de l’action de la nouvelle majorité que nous appelons de nos vœux.
    Nous mesurons nos responsabilités envers les Audonien.nes. Et c’est de manière publique que nous faisons les 4 propositions suivantes :
    1) La garantie d’avoir, demain, une Mairie qui fonctionne de manière démocratique, se construit dès maintenant dans la préparation du second tour. C’est pourquoi nous proposons que les trois listes en mesure de fusionner au second tour s’accordent sur une nouvelle liste qui respecte les proportions issues du suffrage universel exprimé au premier tour, à savoir, sur les 35 places potentiellement éligibles pour la majorité : 16 issues de la liste « Réinventons St Ouen », 12 issues de notre liste « A gauche ! », et 7 issues de la liste du Mouvement Audonien. La tête de liste en ce cas de figure reviendrait à Karim Bouamrane, arrivé en tête de la Gauche et des Écologistes au premier tour.
    2) Cette équipe municipale devra s’engager à tourner la page d’une gouvernance autocratique et faire vivre la démocratie au sein du conseil municipal en déconcentrant les pouvoirs du Maire et en renforçant le rôle de tous les élus. Elle consultera également les citoyen.ne.s sur tous les grands projets de la ville, en instaurant des comptes-rendus annuels de mandat, en associant systématiquement les acteurs de l’Éducation sur toutes les décisions concernant l’École (carte scolaire, plan pour la reprise de septembre qui s’annonce compliquée). Elle s’opposera aux fermetures de classes prévues pour septembre dans notre ville. Elle donnera aux associations les moyens (maison des associations) de poursuivre leur remarquable travail de proximité et de solidarité que chacun a pu apprécier en ces temps de crise sanitaire et économique au sein d’une maison des solidarités avec l’ensemble des actrices et acteurs qui agissent sur cette question.
    3) Cette équipe municipale devra s’engager à revenir sur la politique anti-écologique et anti-sociale d’urbanisation menée tambour battant par le Maire sortant : travailler à la mise en place d’un moratoire sur les nouveaux grands projets privés, réviser le plan intercommunal d’urbanisme pour favoriser les espaces verts, une coulée verte sur la ville, la pleine terre, les circulations douces, les jardins partagés et l’agriculture urbaine. Cette politique passe aussi par l’encadrement des loyers, autorisé par la loi, l’augmentation significativement de la part des logements sociaux dans les projets en cours sur notre commune ; ainsi que la rénovation thermique du parc social.
    4) Cette équipe municipale devra consacrer enfin tous ses efforts à accompagner les Audonien.nes les plus touché.e.s par la grave crise économique et sanitaire qui sévit. Ce soutien passera par le développement des réseaux de solidarité et l’économie locale, sociale et solidaire en soutenant la création d’une régie de quartier comme d’une foncière de commerce, la lutte contre la suppression de 500 lits lié au projet du Grand Hôpital Nord, la rénovation des centre municipaux de santé, l’instauration d’une mutuelle municipale, et l’exploration de la possibilité d’un revenu universel d’existence. Il convient de souligner que cette dernière proposition a déjà été mise en œuvre ailleurs par nombre d’élus socialistes.
    Nous ne proposons pas donc que la future équipe municipale reprenne l’intégralité de nos propositions de campagne, mais nous mettons sur la place publique les mesures les plus urgentes qui nous semblent nécessaires pour répondre à la crise sociale, démocratique et écologique qui touche notre ville, notamment après une mandature catastrophique sur ces questions.
    Nous proposons, publiquement, raisonnablement, que chacune des listes de gauche y réponde de la même manière : sans attendre et devant les citoyen.ne.s. Nous pourrons ainsi engager des négociations au plus vite afin de sceller un accord pour le second tour des élections municipales créant les conditions pour battre William Delannoy et porter un projet municipal de gauche et écologiste qui réponde aux besoins et aux aspirations des Audonien.nes.

  2. Et que fait on des 55,13 % qui se sont abstenus par manque de visibilité politique, par la lassitude de voir réduire les choix au moins disant . À jouer la confusion politique et la mise en avant d’un ego sur dimensionné ,
    je ne suis pas sûre que l’on gagne au change . Il me semblait que À gauche se mobilisait avant tout sur un programme et lorsque je lis que la question du logement pose problème , je m’interroge sur la place des Audoniens les plus modestes dans la ville . À moins que l’on se dirige vers une ville où la charité permettra de se donner bonne conscience au lieu d’aider à ce que les citoyens agissent et se mobilisent pour la défense de leurs droits . On n’attend pas un pseudo homme providentiel .

  3. Les annonces du 1er ministre nous confirment que nous échappons désormais au « rouge »

    Puisse-t’il dire vrai devant le désastre électoral annoncé.

  4. On croyait avoir tout vu avec Gérard Collomb en matière d’alliances contre nature, mais non Saint Ouen va faire pire.

    Belle ambiance en perspective au futur conseil municipal entre l’extrême gauche et son bourreau aux précédentes élections municipales.

  5. J’ai accompagné ce formidable espoir du Printemps audonien. J’ai vibré à la conception d’un programme neuf, citoyen, en dehors des partis.
    J’ai aussi bu jusqu’à la lie son déchirement autour de la tête de liste.

    Aujourd’hui, nous avons perdu. C’est cruel, mais c’est un fait. Les alternatives sont l’union derrière Bouhamrane, le retrait ou le maintien avec Jacqueline Rouillon.

    Pour cette dernière option, est-ce rattrapable au second tour avec les listes minoritaires de gauche ? Soyons lucide, la réponse est clairement non. Le vote Jacqueline Rouillon est un vote majoritairement sur la personne même de Jacqueline et donc extrêmement volatile.
    Et le vote de notre liste l’est aussi. L’épouvantail Delannoy risque de reporter une partie des voix obtenues sur Bouhamrane.
    Le vote utile de gauche va fonctionner en sa faveur et dans ces conditions, il serait presque inespéré pour de dépasser les 20 %. Pas assez pour gagner mais assez pour faire perdre la gauche.

    Les tractations avec K. Bouhamrane semblent elles sur le point d’échouer. La proposition de la liste “A gauche !” de distribuer les places sur une liste d’union avec celle de K. Bouharane proportionnellement aux résultats du premier tour n’est évidemment pas acceptable. Il n’est pas dupe que notre mouvement s’est bâti en grande partie contre lui et que nos représentants lui sont très majoritairement défavorables.
    La loi électorale prévoit une prime à la liste gagnante justement pour éviter cette situation.
    Qui accepterais un deal pour se faire élire avec un conseil municipal majoritairement hostile ?

    Je vous en prie, ne rajoutons pas la honte à la défaite. Les tractations politiciennes d’ambitieux ont une première fois déchiré ce beau projet, ne les laissons l’achever et l’enterrer avec toute la gauche dans le même cercueil.
    Soignons notre sortie dignement. Soyons à la hauteur de l’élan que nous avons prétendu insuffler. Acceptons ce qui est possible d’obtenir, ne prenons pas la responsabilité d’un retour infernal de Delannoy.

    Un printemps est fait pour renaître.

    Amicalement,

    Un sympathisant déçu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *