Municipales : émiettement sans discernement (chapitre 1)

Nous nous sommes astreints sur ce blog à une certaine discrétion sur les soubresauts d’une campagne électorale encore très confuse à la fin du dernier trimestre 2019. A 44 jours du scrutin municipal nous rentrons dans une phase décisive de « décantation » avec des listes qui se précisent. Le moment pour entamer ici une chronique engagée mais sans complaisance[1].

I – Etat des lieux à Droite  

William Delannoy le (petit) roi est nu.  Liste  » Moi le Roi ! »

Après avoir campé 19 ans dans l’opposition, successivement RPR, UMP, Radical et désormais UDI, c’est l’homme « qui ne fait pas de politique » proclamant « mon parti c’est Saint-Ouen ». Par la magie de la division de la Gauche en 2014 il deviendra, pour notre malheur, maire de Saint-Ouen. Un maire aux propos souvent très populistes, démagogique et très « relâchés », n’habitant toujours pas Saint-Ouen[2], proche des amis de Levallois Il a passé son mandat à accuser de tous les maux ses prédécesseurs et à déconstruire leurs réalisations. Un homme qui n’aura jamais réussi à endosser réellement un costume de maire trop grand pour lui.

Comme beaucoup de «sortant », sensé disposer d’un capital électoral lié à sa notoriété, le maire actuel a laissé  le paysage se découvrir pour entrer en campagne ce 23 janvier. A Droite comme à Gauche, ses opposants et adversaires ne manquent pas. 

Frénésie immobilière, guerre au logement social, flambée des impôts locaux, refus de toute concertation, mépris des élus de sa propre majorité ou des partenaires institutionnels, dérive autoritaire, improvisation ou revirements sur des dossiers majeurs… la liste est longue. Ce blog a largement analysé et dénoncé sa politique.

Sa réélection reste possible mais quand même assez compromise[3]. Non seulement il n’a pas vraiment tenu ses promesses électorales mais il a surtout fait l’exact contraire dans beaucoup de domaines. Il a démoli ou laissé en friche des pans entiers de l’action municipale et a piétiné toutes formes de démocratie.

On attend donc avec gourmandise son programme pour la nouvelle mandature 2020-2026. Et, bien entendu, de connaître sa nouvelle équipe puisque sa majorité s’est délitée et a fini par exploser il y a peu. Avec des résistants de la dernière heure[4] mais suffisamment énervés pour se présenter contre lui. A ce jours ces opposants, constituent deux listes (concurrentes) plus préoccupées de tailler des croupières à William Delannoy que de prendre sérieusement la relève[5] .

Cyrille Plomb le soldat rebelle  Liste « Objectifs audoniens »

Adjoint (démissionnaire) à la jeunesse, aux sports et aux vacances, plutôt taiseux, c’est un ancien compagnon de route du tonitruant Lias Kemache[6]. Tous deux en 2014 se réclamant de la Gauche auto proclamée « écologique »[7] et « citoyenne » ont accepté de gouverner avec un maire bien à Droite. Une union basée sur une haine recuite de l’ancien maire. Un programme donc finalement assez mince.

Ce bon soldat a priori sincère et déterminé s’est brouillé depuis un certain temps avec le maire. La dérive autoritaire débridée de ce dernier dans le fonctionnement interne de la majorité. La pantalonnade sur le stade Bauer et l’annonce par le maire de sa candidature à la réélection ont fini par mettre le feu aux poudres. Un départ groupé de 4 adjoints au maire : Cyrille Plomb donc et Brigitte Bachelier (Culture…), Francis Vary (transports…), Karine Kousmann (Education, (petite)enfance…) et 5 Conseillers  : Didier Leforestier, Laurence Chartres,Julien Duro et Damien Dubus. Les sept premiers cités étant désormais en tête de liste. Du jamais vu à Saint-Ouen.

Curieusement, cette liste devrait avoir le soutien d’ « AGIR » (LR macron-compatibles) dont le chef de file est l’actuel ministre de la culture [8]. Cette liste devrait surtout capter une partie de l’électorat de la Droite modérée. En essayant bien sûr de faire oublier que ces anciens élus ont quasiment tout voté (d’abord le petit doigt sur la couture puis en contenant leur souffrance). De quoi néanmoins additionner et marchander ultérieurement quelques points et donc quelques places.

 

Tiziana Zumbo-Vital l’urticale[9] Liste « Saint-Ouen, Aux actes citoyens ! »

Adjointe (démissionnaire) « au patrimoine communal privé, à l’habitat, à la salubrité publique et à l’égalité hommes-femmes et ex Modem sera aussi de la partie[10]. Avec ses amis écolos- citoyens-libertaires, elle s’illustrera, avant son élection en 2014, par une action déterminée contre la ZAC de la Porte de Saint-Ouen. Elle contribuera ainsi fortement au ralentissement de cette opération. Elle mobilisera activement pour la « défense » du jardin de l’impasse Juif.

Ayant eu le tort de rester assez fidèle à ses idées (bonnes ou mauvaises) d’ancienne opposante, elle a, souvent et assez vite, été en gros « déphasage » avec la densification « levalloisienne » du maire. Ce dernier s’en agaçant publiquement.

On la retrouve sans étonnement avec Daniel Maunoury notre « alternatif-libertaire » avec qui est elle chemine depuis des années. Un spectre politique donc assez large mais avec une crédibilité électorale limitée.

Quelques voix à picorer notamment celles d’anciens électeurs déçus par William Delannoy.

EPS

***

Nous invitons à ces trois listes issues de la majorité municipale sortante à faire le bilan de leur mandat que nous nous ferons un plaisir de publier intégralement sur ce blog. Et surtout que nos lecteurs nous signalent les inexactitudes, les affirmations péremptoires, les qualités méconnues des protagonistes cités….

***

Après la Droite populiste (W. Delannoy), la Droite constructive (C. Plomb), le centre modéré écolo-libertaire (T. Zumbo-Vital), nous évoquerons trois autres candidats difficilement classable à Gauche, les « en même temps » d’En Marche (J. Balesi), les citoyens en marche (O. Athroubi) et l’ inclassable commerçant avec ses amis (M. Jeljeli)

Prochainement dans Municipales : émiettement sans discernement (chapitre 2)

II – Etat des lieux de « la non » Gauche 

III – Etat des lieux à Gauche

[1] Soigne ta Gauche a engagé entre juin 2018 et décembre 2018, cinq débats sur le contenu du changement et a constitué une des composante décisive dans la construction avec d’Alternative 2020 (1/3 des signataires de l’appel de janvier 2019 !)

[2] Ce qui est légal puisqu’il y est contribuable, pas nouveau puisqu’ancien commerçant aux Puces et l’a toujours assumé. Pas complexé et déjà habitant du Val d’Oise, il intitulait son « journal » d’opposant avant 2014 « l’audonien » !

[3] Malgré sa notoriété de maire sortant, William Delannoy sera a priori très très loin de son score du 1er tour de 2014 (4 104 voix et 34,9%).

[4] Résistants de la dernière heure qui ont voté sagement toutes les délibérations depuis le début du mandat dont bien entendu toute la politique d’urbanisme, de bradage du patrimoine communal ou de privatisation du logement social.

[5] Pour mémoire la liste Delannoy de 2014 prenait la pole position au 1er tour de 2014 avec 34,9% elle  pourrait être privé d’au moins une douzaine de points du fait de cette dissidence.

[6] Aujourd’hui très discret adjoint aux associations et réputé « 1er adjoint » de William Delannoy. Il s’est néanmoins longtemps vanté de voter France Insoumise sans voir de contradictions avec la politique qu’il mettait en oeuvre au niveau local avec le maire actuel.

[7] Association Saint-Ouen Ensemble Autrement (ASOEA) sous-titre « Citoyenneté, Développement durable » qui a accompagné en 2014 la campagne de William Delannoy basée sur le non au béton  des méchants promoteurs et la peur l’incinérateur rue Ardoin présenté comme notre petit Tchernobyl. Depuis c’était un peu silence radio sur ces sujets.

[8] Agir : parti politique français créé le 26 novembre 2017, notamment à la suite de l’exclusion du parti Les Républicains de certains députés membres du groupe Les Constructifs à l’Assemblée nationale.

L’actuel ministre de la culture (Agir) soutenant aux dernières nouvelles Mains d’œuvres a été accusé finement par W. Delannoy d’avoir sur ce dossier fait pression sur la justice pour obtenir la réouverture du lieu !

[9] Du latin urtica : ortie. Donc très bonne pour la santé mais irritante si on vient trop la chatouiller .

[10] Tiziana Zumbo-Vital, la transalpine de l’équipe, qui fut paraît-il membre de Rifondazione Communista (scission du Parti communiste italien (PCI) refusant son virage social-démocrate). Elle a été dans le mandat précédent proche de l’improbable élu centriste (UDF) Albert Kalaydjian.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

15 réflexions sur « Municipales : émiettement sans discernement (chapitre 1) »

      • Je ne rentrerai pas plus dans les détails car cela concerne sa vie privée mais je vous confirme bien qu’il réside rue Albert Dhalenne (je ne donnerai pas non plus le numéro de l’immeuble pour des raisons évidentes de respect de la vie privé et sécurité).
        Après libre à vous de me croire ou non.

  1. @ Mallet

    Vu les sornettes que vous écrivez sur facebook, cette affirmation est peu crédible.
    C’est pas nouveau qu’il a un appartement rue Dhalenne ce qui ne l’empêche pas de continuer à vivre le peu de temps qu’il lui reste dans le 95.

    • Josiane Puerta pour parfaire le commentaire de Mr Mallet je vous confirme que Mr Delannoy habite bien rue Albert Dhalenne tout simplement parceque j’habite dans l’immeuble à côté du sien et je le vois tout les jours entrer et sortir de celui ci.
      Concernant Mr Mallet effectivement il a un franc parlé et peu être parfois énervant mais je constate qu’il y a aussi beaucoup de vérité dans ce qu’il dit et c’est bien pour ça qu’il dérange tant.
      C’est un personnage incontournable des réseaux sociaux qui a réussi à faire sa place et je le vois bien un jour ou l’autre finir élu car le gars il lâche rien,il est d’une constance à toute épreuve,et à soif de tout connaître de la vie politique et de l’histoire se Saint Ouen.
      Jamais vu une personne tenir aussi longtemps sur la durée face a des groupes majoritairement à gauche qui lui en on mis plein la tronche parfois à raison mais souvent à tort.
      Et le mec il est toujours là il fait face contre vents et marées, toujours droit dans ses bottes.
      Ce mec là élu croyez-moi il lâchera rien et défendra corps et âme sa délégation.
      Personnellement il m’impressionne.

  2. Sympa de parler de nous merci. Vive les médias libres. « crédibilité électorale limitée. » ça c’est assez péremptoire. Nous ne sommes pas là pour « picorer » à qui que ce soit mais pour défendre des valeurs sur la démocratie, l’écologie et le social. A bientôt

    • « pour défendre des valeurs sur la démocratie, l’écologie et le social. »

      Vous n’êtes pas les seuls loin de là. Il y a de la concurrence. Nous verrons bien le 15 mars au soir ce que tout cela donnera.

  3. Pour Tiziana Zumbo :
    Le fait pour elle d’avoir été dans la majorité, lui donne l’étiquette de droite ad vitam aeternam ?
    Vu ses actions passées et actuelles, ce n’est pas vraiment exact.

    En même temps, il est parfois difficile de classer les gens mais c’est le problème quand on essaie de mettre des gens dans des cases.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *