Municipales : fin d’un petit suspens

Le maire sortant, William Delannoy, qui avait jadis tant promis et finalement fait, pour l’essentiel, le contraire de ses engagements… se représente. Pour continuer « le job » comme il dit. Ouf ! Au moins sa présence dans cette confrontation électorale nous permettra de le remercier à notre façon.

Un plaisir n’arrivant jamais seul, il aura face à lui un candidat investi par LREM[1] dont nous dit-on, il quémandait l’investiture. C’est donc à son tour d’endosser le rôle de l’épouvantail, avec une majorité qui se retourne pour partie contre lui[2]. Sans compter les amis du réseau Levallois qui, en ces temps difficiles, pourraient commencer à déserter notre ville. Autant dire que les réseaux sociaux sont à la noce.

En se dispensant dans l’immédiat des déclarations enflammées des revanchards peu crédibles ou des résistants de la dernière heure, pour faire sobre nous publierons ici la déclaration de Denis Vemclefs au nom du groupe d’opposition « Avenir Saint-Ouen » (dont, pour mémoire, les membres soutiennent et ont intégré le collectif citoyen Saint-Ouen Alternative 2020).

 Denis Vemclefs

[Communiqué des élu-e-s du groupe « Avenir Saint-Ouen (11 septembre  2019)

Voilà, c’est fait William Delannoy vient de déclarer sa candidature à sa propre succession. Dans l’interview qu’il accorde au Parisien il ose affirmer que la ville est apaisée…et que si les conseils municipaux ont été quelque peu perturbés tout au long du mandat, c’est la faute…de l’opposition !

Une ville apaisée? 
Il faudrait en parler avec les dizaines de familles expulsées du logement public , avec les demandeurs de logements qui attendent sachant que plus de 200 logements sont vides et murés dans le parc de l’OPHLM, avec les associations des jardins Guinot ou de l’impasse Juif, Mains d’oeuvres sans oublier toutes les associations qui ont perdu leurs maigres subventions depuis le début du mandat.
Il faudrait en parler avec les personnels communaux dont la souffrance au travail est immense et où les privatisations ont déstabilisé les équipes d’entretien des écoles. Il faudrait également en parler avec les parents d’élèves de l’école Pef ou ceux de l’école Langevin, ou encore avec les commerçants du marché du Vieux Saint-Ouen et leurs clients, aussi avec les habitants des docks qui se désespèrent de voir arriver les commerces indispensables dans le quartier, avec ceux des quartiers concernés par l’ANRU…
Sans parler des habitants des Boutes en train, de Cordon ou de la place du 8 Mai à qui il avait promis de régler les questions de sécurité.

En tant qu’élu de l’opposition, nous avons été aux côtés des audoniens pour faire entendre leur voix, nous avons été force de proposition sur de nombreux sujets (projet Anru, Grand Hôpital ou Village Olympique), nous avons combattu l’augmentation de 45% des impôts locaux, la fusion OPH/Sémiso et avons dénoncé les dérives autoritaires et autocrates du maire.

Nous pensons que le projet de William Delannoy et de sa majorité a été néfaste pour les audoniens, pour TOUS les audoniens et particulièrement pour ceux des quartiers populaires.

Alors fédérons l’ensemble des oppositions à cette politique rejetée par tant de nos concitoyens et créons les conditions d’un rassemblement le plus large possible pour construire l’Alternative dont notre ville a tant besoin en mars 2020.

***

 

Nous reviendrons ultérieurement sur le panorama des forces politiques en présence à Saint-Ouen et notamment la décantation parfois douloureuse à Gauche.

EPS

 

[1] Le Parisien du 5 septembre 2019 Seine-Saint-Denis. Deux nouveaux candidats LaREM investis à Saint-Ouen et Neuilly-sur-Marne Djénéba Diaby et Julien Balesi ont été investis, mercredi 4 septembre 2019, par la commission d’investiture LaREM pour les municipales 2020 de Neuilly-sur-Marne et de Saint-Ouen. Ceci, malgré les efforts du Président de l’UDI Jean-Christophe Lagarde (un mentor de W. Delannoy. cf. Le Parisien du 1/09/2019 : « Dans quelles autres communes des alliances entre l’UDI et LREM se dessinent-elles ? Si Paris est un enjeu important, la métropole parisienne l’est aussi. Nous devons donc en discuter avec LREM, notamment dans les nombreuses villes dirigées par des élus UDI. Nous souhaiterions nous projeter dans la gouvernance future de la métropole ».

[2] Dans sa majorité baroque aujourd’hui on notera ainsi des soutiens de longue date à Emmanuel Macron qui pourraient se volatiliser facilement et accoster sur des rives nouvelles pour se refaire une certaine virginité en ayant pourtant tout voté des deux mains depuis 5 ans.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

3 réflexions au sujet de « Municipales : fin d’un petit suspens »

  1. C’était un secret de polichinelle depuis pas mal de temps. Pas vraiment de surprise. Il sera intéressant de voir qui se présentera avec lui.

    « Alors fédérons l’ensemble des oppositions à cette politique rejetée par tant de nos concitoyens et créons les conditions d’un rassemblement le plus large possible pour construire l’Alternative dont notre ville a tant besoin en mars 2020. »

    En revanche à gauche, il semblerait que le rassemblement soit en bonne voie puisque la FI a proposé la mise en place d’une dynamique de rassemblement.

  2. Merci au conseiller municipal Driss Aït Youssef pour sa tribune dans le JSO n°45 de septembre 2019.

    En quelques lignes limpides Mr Aît Youssef a démontré l’incompétence du Maire de Saint-Ouen-sur-Seine en matière de sécurité.

    « la promesse du Maire à nous offrir une ville plus sûre est aujourd’hui confrontée à la dure réalité des faits »

    Quand il s’agit de réprimer les habitants ou les artisans par des amendes de 135 euros pour quelques minutes de stationnement afin de dépose, la municipalité et les Polices Municipale/Nationale sont remarquablement efficaces (facile d’utiliser la vidéo-verbalisation).

    Quand il s’agit d’assurer la tranquillité publique, d’éradiquer les rodéos, d’éradiquer les trafics de stupéfiants, les trois institutions Polices/Municipalité sont notoirement incompétentes (le taux d’élucidation des crimes et délits reste très faible à Saint-Ouen-sur-Seine).

  3. William Delannoy a eu beaucoup de travail car il n est pas simple de sortir de 70 ans de communisme . J estime que pour un premier mandat il a essayé de rééquilibrer la population de la ville par un certain nombres de programmes immobiliers car Saint-Ouen sur Seine doit être aussi une ville pour les classes moyennes, il lui faut donc un autre mandat pour continuer dans cette voie, la meilleure pour Saint-Ouen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *