Place(s) de la mairie…

Pour gouverner notre ville, de nombreux prétendants espèrent (ou rêvent), en mars 2020, de s’installer sous les lambris dorés de l’hôtel de ville. Saint-Ouen désormais « the place to be », a il est vrai, un grand besoin de changement pour aborder un avenir prometteur. Sans revanche ni retour à un passé révolu mais en s’attelant à des sujets difficiles, complexes mais souvent enthousiasmant.

Alentour de ce qui est sensé être la « maison du peuple », ses nouveaux locataires auront ainsi, depuis leurs fenêtres, une vue directe sur une foultitude de « dossiers » anciens et nouveaux qui intéressent bon nombre d’habitants en cœur de ville.

Arrivée de la ligne 14 du Grand Paris Express, aménagement du carrefour Dhalenne-Jaurès, et de la place de la République, reformatage du boulevard Victor Hugo, reconquête de la place Jean-Jaurès, nouveaux « fronts bâtis » sur Bauer, réhabilitation (ou pas) de la patinoire… Le tout dessinant sur ce vaste secteur de la ville un possible nouvel environnement avec des espaces publics très piétonnisés, des pistes cyclables, des plantations nouvelles et de meilleures articulations avec le quartier des Docks.

Des opérations (et des chantiers) d’ampleur diverses et variées qui s’entremêleront dans le temps et l’espace. Une fois encore, des projets dont, à vrai dire, personne ne sait grand chose. Pas plus les habitants ou riverains que les élus d’opposition (et même de la majorité).

Formulons déjà un vœu pieu : que le Maire actuel nous en dise quelques mots avant la fin de son mandat. Plantons le décor pour l’aider :

La ligne 14 (carrefour Dhalenne-Jaurès)

Livraison et connexion avec la ligne 13[1], une révolution pour la desserte de notre ville avec des temps de transports diminués et la promesse d’une ligne 13 (un peu) dé-saturée. Une bonne nouvelle pour les habitants[2] avec néanmoins une flambée attendue des prix immobiliers alentour faute d’une maîtrise publique.

Après la mélodie en sous sol des travaux de la station, l’orchestre devra accompagner en « surface » le réaménagement du carrefour Dhalenne-Jaurès pour accompagner les flux piétons en entrées et sorties de station avec des dessertes directes sur les arrêts des lignes de bus du secteur et à l’occasion envisager un petit linéaire commercial approprié.

 

La place de la République (devant la mairie)

En continuité avec les deux bouches de métro de la ligne 14, cette place qui accueille l’Hôtel de ville et le Centre administratif est en réalité aujourd’hui un simple carrefour routier des années 70. Tout cet espace devra être entièrement repensé pour redonner une large place aux piétons, des traversées de voiries sécurisées, un aménagement paysager fort et de nouvelles plantations. On devrait d’ailleurs utilement s’inspirer de l’étude menée en 2010 sous l’égide de la ville (payée avec nos deniers) et restée sans suite en raison de l’incertitude d’alors sur l’emplacement exact de la station ligne 14 ![3]. Et surtout, il faudrait comme pour le carrefour Dhalenne-Jaurès, comprendre où en est la ville aujourd’hui avec ses partenaires notamment la RATP et le Conseil Départemental.

Le boulevard Victor Hugo (de la Mairie à Clichy)

C’est un des principaux axes de transit de la ville, sur lequel abordent côté pairs l’opération des Docks avec le Conseil Régional et ses opérations de logements en cours ou récentes. Côté impairs à venir : une petite liaison avec Gabriel Péri[4], un futur groupe scolaire[5], des nouveaux logements et le futur campus de l’Hôpital Grand Paris nord (sur le site Conforama).

Le boulevard avec ses trois places : République, Glarner et (dite) du RER devrait être complètement reformaté : avec des couloirs de bus en sites propres, des pistes cyclables, des plantations et de vrais trottoirs… A ce jour, pas de nouvelle bonne nouvelle et pas un plan de ces futurs espaces publics entre Clichy et Mairie de Saint-Ouen. On sait juste que le Maire est fâché avec le Conseil Départemental en charge de cette Départementale (RD410) . Un peu mince.

La place Jean Jaurès (derrière la mairie)

Là, a priori, on est fâché avec personne[6] mais on n’ a jamais depuis 2014 entendu parler ni vu le moindre projet. Dommage pour une place d’environ un hectare (!), au calme en cœur de ville et déjà arborée[7]. Celle-ci demeure hélas un triste no man’s land, amputé par le parking des élus et servant de pauvre corridor entre la bouche du métro et la rue du Dr Bauer.

Cette grande place pourrait devenir sans travaux gigantesques un vrai poumon vert. Comme l’étude précédemment citée l’atteste, on peut aisément déplacer le parking existant rue Diderot (et le réduire), développer un square avec pelouse, planter encore beaucoup d’arbres de hautes tiges, « débituminer » les sols, accueillir des manifestations éphémères, des jeux d’enfants… Bref réellement reconquérir cette place abandonnée depuis des années.

La rue du Dr Bauer (côté place Jean Jaurès derrière la mairie).

La rénovation urbaine du secteur Cordon-Monet a visiblement produit des réflexions sur le devenir de l’autre rive du Dr Bauer (entre les rues de l’Union et Ampère). Celle-ci pourrait ainsi accueillir un « front bâti » de logements avec un espace public important en supprimant les deux voies de circulation en direction de Michelet de cette Départementale (RD22). La rue du Dr Bauer circulante retrouverait son « lit » d’origine et du coup tout l’espace libéré de la circulation deviendrait piéton. Notamment sous le « porte à faux » de la patinoire élargissant dès lors la place Jean Jaurès (cf. plan partie en jaune). La patinoire se retrouverait « posée » sur un vaste plateau piéton…

La patinoire réhabilitée (ou pas)

L’hypothétique remise en scène de cet équipement public majeur ne réglerait pas pour autant sa mauvaise insertion urbaine d‘origine toujours très handicapante pour son voisinage et le quartier[8]. Un bâtiment hors de proportion rentré aux forceps et ayant laissé, depuis 45 ans (!)des balafres toujours visibles : pignons aveugles, façades et bâtis disparates[9], voiries disproportionnées, espaces verts lépreux, traversées piétonnes difficiles voire impossibles…

Il va sans dire que son architecture « singulière » et très datée ne fait pas l’unanimité c’est le moins qu’on puisse dire[10]. Pas plus que la prouesse technique du surplomb des voies. L’absence de rénovation depuis des décennies, qui ne concerne pas que les façades mais peut-être toutes ses fonctionnalités[11], pose un problème qui ne se limite pas à la nécessité d’un simple « relookage » architectural (type : matériaux d’aujourd’hui et végétalisation). En tout état de cause on ne peut parler que de réhabilitation lourde (en millions d’euros) que la commune ne sait pas plus financer aujourd’hui qu’hier[12]. Avec dans la balance aussi la question du parking et de la surface commerciale partie intégrante de la structure.

Sur le fond, un équipement qui a longtemps fait la fierté de Saint-Ouen. Une des 22 patinoires d’Ile de France[13], dont l’une des deux du 93 et la seule de Plaine Commune. Un équipement qui a vu, depuis des décennies défiler, des milliers de jeunes souvent issus des milieux populaires s’initiant à la pratique ludique ou sportive du patinage sur glace.

A l’heure des Jeux Olympiques et aussi de la restructuration de ce secteur de la ville c’est pour cet équipement hélas un peu quitte ou double.

Parmi d’autres, une question pas très simple sur la table des futurs élus municipaux.

Eric PEREIRA-SILVA

[1] La ligne 14 sera aussi connectée dans notre ville au RERC côté Victor Hugo avec la station dénommée « Clichy-Saint-Ouen »

[2] Dont ceux des Docks (locataires ou propriétaires) venus s’installer et à qui on avait promis une desserte par la ligne 14 en…2017.

[3] Etude pilotée par l’AUA (Architectes-urbanistes) avec un groupement de maîtrises d’œuvre spécialisées : OGI (Bureau d’études techniques), Comptoir des projets (paysagiste), Orgeco (économie, programmation), Egis Mobilités (Déplacements urbains) et A. Argod (Consultant Lumière). Cette étude qui avait fait l’objet d’une présentation publique avait été abandonnée suite à l’annonce du tracé définitif de la ligne 14 et du choix de « la Mairie de Saint-Ouen » pour l’interconnexion avec la 13.

[4] Liaison entre le site de la station à essence débouchant au droit du crédit mutuel avenue Gabriel Peri

[5] Sur le site ex Technibat et une de la rue E. Renan (ancienne écuries du champ de courses et logements et une maison de caractère désormais démolis).

[6] Fâché avec personne sauf peut être avec Plaine Commune qui est pour le Maire (un de ses Vice-Président)… notre ennemi héréditaire cause de tous les maux d’hier.

[7] La place Jean Jaurès compte a priori plus d’une cinquantaine de platanes de bonne taille.

[8] Pour le quartier de la mairie, le plus grave est sans doute d’avoir coupé la rue Emile Cordon qui arrivait sur la place de la Mairie (via l’actuelle rue d’Alembert). Pour mémoire la rue Emile Cordon n’étant qu’un tronçon de l’historique chemin (rue) du Landy du nom de la foire connue dans l’Europe entière. Une voie qui courait depuis Auberviliers, St-Denis et Saint-Ouen dans ce qui deviendra les Docks et jusqu’à Clichy !

[9] Des bâtiments disparates notamment entre les rues de l’Union et Ampère qui correspondent au « fond de cour » des bâtiments démolis pour créer 2 voies de circulations supplémentaires sur la rue du Dr Bauer.

[10] Concernant la « patinoire de Chemetov » comme certains se complaisent à la dénommer, c’est surtout celle de la ville Maître d’ouvrage c’est à dire de Fernand Lefort et de son équipe municipale qui ont choisi de la construire cet équipement à cet endroit, de désigner l’architecte (maître d’œuvre) et de valider le projet répondant à leurs directives. Pour être complet rappelons que, sauf erreur, l’Etat (la DDE) envisageait un souterrain routier à cet endroit (!) et avait largement exproprié pour finalement renoncer conduisant la municipalité à trouver une fonction à cet l’espace.

[11] l’élu aux Sports actuel (Cyril Plomb) et ses prédécesseurs Karim Bouamrane (ex PCF) et Henri Lelorrain (ex PS) pourront peut-être également nous éclairer sur la dimension technique et financière du dossier.

[12] Pour mémoire depuis les premiers débats sur l’intercommunalité au début des années 2000, malgré l’hostilité de W. Delannoy et de… J. Rouillon (qui étaient contre), les élus Socialistes, Verts et Soigne ta Gauche ont plaidé pour rejoindre Plaine Commune. Ces élus pensaient que cette intégration étaient inéluctable et devait intégrer la la prise en compte de nos grands équipements sportifs à vocation intercommunale : le des Vannes, Stade Bauer et patinoire.

[13] Par département : Paris : 2, Seine et Marne : 2, Yvelines : 1, Essonne : 2, Hauts de Seine : 5, Seine Saint-Denis : 2, Val de Marne : 3, Val d’Oise : 5.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions au sujet de « Place(s) de la mairie… »

  1. Avec les travaux de construction de la ligne 14 du métro dans la zone Ardoin Sud et ceux de construction d’immeubles d’habitation de la zone Bateliers Sud (immeubles B1B1 dans la zone UEM EP12 du PLU), une partie de la rue Ardoin devient périlleuse pour les piétons, lesquels sont obligés à plusieurs endroits de marcher sur la voie, où les véhicules roulent à pleine vitesse.

    Quelle est l’espérance de vie d’un piéton au croisement entre le boulevard Victor Hugo et la rue Ardoin ?

  2. De la même façon, les bitonneaux installés par l’ancienne municipalité obligent les automobilistes indélicats à se garer sur les bateaux et à occuper entièrement le trottoir. Ils obligent ainsi les piétons, surtout ceux avec caddie et poussette, à descendre sur la chaussée à leurs risques et périls.

    • @ Michel Fainzang

      Vous voulez dire les « potelets » ?
      Pour mémoire ils ont remplacé (ici et ailleurs), les bornes anti-stationnement en béton qui occupaient a peu près le double de largeur par rapport au diamètre d’un potelet. Donc ça réduit moins les trottoirs pour les piétons. Mais c’est vrai c’est toujours au détriment de l’automobile.

      • oui, les potelets!
        D’ailleurs quelqu’un a-t-il le montant de ce que ça a dû coûter au budget municipal cet équipement indispensable?

  3. Moi je ne comprends pas pourquoi on ne piétiniez pas la zone de la piscine et 1789.
    C est une zone où le flux est uniquement quasiment des habitants donc il serait aisé de mettre des zones piétonnes sur L’Hermet,Anselme, et la nouvelle école permettant de dynamiser ce coin et de l’unir avec la quartier médiathèque mairie.
    Pour le reste diminuer le nombre de places de parkings et planter des arbres y compris sur Péri cela permettrait de re dynamiser les commerces et d’avoir enfin des promeneurs.
    Concernant la rue des rosier pareil avec peut être une pietonisation les W.E et une offre de moyenne surface (doux rêve) avec une suppression du nombre déplacé de parking pour encore une fois des arbres.
    J espère aussi que l’ancienne école près de 1789 ne soit pas bétonnée et qu une partie propose un commerce pourquoi pas ? Mais stop le béton.
    Saint ouen est très dens dense pas haute mais dense….

  4. Thomas, pas piétinez mais piétonnisation.
    Pour votre proposition, arrêtez de vouloir mettre du vélo partout, sur tout, sans analyse de la réalité concrète Audonienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *