Grand Hôpital : vrai faux départ ?

Unknown-1images-3

Evolution attendue concernant l’implantation à Saint-Ouen du futur Grand Hôpital (Beaujon + Bichat) : ce serait bien côté boulevard Victor Hugo et non au milieu de la rue Ardoin (contre-proposition hasardeuse du Maire de Saint-Ouen). Du moins c’est ce qu’affirme l’Adjoint au Maire à la Santé de Paris cité par le Parisien de ce 26 janvier[1]. Fin du suspens ? Pas certain.

Ce grand projet, qui suscite évidemment des controverses sur la modernisation et la rentabilisation de l’hôpital public en général, demeure en tout état de cause plutôt une bonne nouvelle pour notre ville. Notamment en termes de service public, d’emplois et d’image. Encore faut-il que l’actuelle municipalité négocie avec force et pragmatisme pour limiter les inconvénients d’un tel mastodonte sur le plan urbain[2] et financier.

Sous réserve d’inventaire, l’argumentaire de William Delannoy pour un site alternatif («seulement 150 m plus loin »[3]sur l’emplacement de l’actuelle zone d’activités rue Ardoin ne nous a pas convaincu. Et visiblement nous ne sommes pas les seuls.

Déjà, parce qu’il évoque pour le secteur « Ardoin sud » (ou « secteur 4 »)[4], site choisi par l’AP-HP[5], une perte de droits à construire pour la ZAC[6] de l’ordre de 50 à 60 M€ correspondants à 1 200 logements. Une affirmation difficilement vérifiable puisque le détail de la programmation exacte par secteur et des recettes correspondantes ne figure pas explicitement dans les documents soumis au dernier Conseil municipal.[7]

Ensuite, on ne voit pas très bien pourquoi le nouvel hôpital du Nord parisien  irait s’installer sur une voie secondaire (rue Ardoin)[8] et surtout le plus loin possible de l’interconnexion RER C – ligne 14 du métro (entre 600m et 1 000m !).

Enfin, pour la bonne bouche notons que l’acquisition du site d’activités « Valad » ( foncier + indemnisations commerciales des entreprises) serait estimée à cinq fois celle des terrains RFF-SNCF choisis par L’AP-HP et l’Etat. En résumé beaucoup mieux situés et moins chers.

2 sites Hôpital

Plutôt que s’enfermer dans des postures en avançant des solutions simplistes et irréalistes, l’équipe municipale serait bien inspirée d’avoir plusieurs cordes à son arc et se concentrer sur l’essentiel.

Bien évidemment en exigeant que cette opération majeure ne « plombe » pas le bilan financier de la ZAC des Docks et que des engagements clairs soient pris par l’Etat sur les échéances. Le pire serait qu’on laisse pendant des années des terrains importants en friche au milieu d’un nouveau quartier.

Négocier c’est aussi avoir des orientations fortes et crédibles sur la configuration urbaine et l’architecture de cet hôpital. Celui-ci ne doit pas être une « forteresse » adossée aux voies ferrées renforçant la coupure avec le secteur de la place du RER. Il faut autant que possible préserver les voies publiques avec les liaisons piétonnes prévues et surtout négocier le(s) franchissement(s) du réseau de voies ferrées pour rejoindre la rue de Clichy et le boulevard urbain.

Cet équipement à l’échelle de la Métropole devrait être également l’occasion d’ici 2025 pour la ville de Saint-Ouen d’envisager l’aménagement global de la place du Capitaine Glarner, de relancer la restructuration du boulevard Victor Hugo avec un site propre bus ou le déplacement des terminus de bus parisiens sur l’interconnexion RER C- ligne 14. Autant de sujets qui concernent les habitants de Saint-Ouen mais aussi l’intégration et l’accessibilité à cet hôpital.

Il va sans dire que de tels chantiers pourraient être l’occasion de développer la politique d’insertion par l’emploi pour beaucoup de jeunes du territoire.

En résumé, même dans une « figure imposée », beaucoup de grain à moudre et la possibilité d’ouvrir des perspectives positives pour notre ville et ses habitants.

Mais nous en demandons peut-être un peu trop à cette équipe éternellement « d’opposition ».

Au final, malgré les effets d’annonce, la validation « définitive » de l’option choisie serait pour la fin d’année 2016, autant dire dans une période déjà marquée par les incertitudes et les turbulences de la campagne Présidentielle de 2017. Un moment où l’on pourra promettre tout et son contraire malgré les contraintes budgétaires, l’ampleur du projet et les sommes colossales pour le mener à bien.

Avec en prime une hostilité assez stérile du Maire de la ville, il n’est donc pas totalement exclu que le dossier s’enlise ou qu’il soit reporté aux calendes grecques ce qui serait le moins bon scénario.

Eric PEREIRA-SILVA

 

[1] Capture d’écran 2016-02-01 à 22.18.20

[2] On parle d’un ensemble de 190 000 m2 dont 130 000 pour l’hôpital et 60 000 m2 pour le Centre hospitalier universitaire (CHU).

[3] 150m que nous peinons beaucoup à retrouver sur un plan puisque le site AP-HP semble distant du métro entre 350 et 700m

[4] entre le début de la rue Ardoin et l’école Mandela . Depuis l’actuel chantier RATP jusqu’à la zone d’activités « Valad».

[5] Assistance Publique – Hôpitaux de Paris

[6] La ZAC, Zone d’Aménagement Concerté (sic !) est une opération publique d’aménagement conduite par la collectivité locale (Ville de St-Ouen) via son concessionnaire (ici Séquano). Le Bilan financier (Recettes-Dépenses) s’équilibre par une participation d’équilibre de la commune (à ce jour après suppression d’équipements publics 68 millions € de 2015 à 2025).

[7] Sauf au détour de la page 10 du Dossier de réalisation modificatif n° 2  dans laquelle il est indiqué que le « secteur 4 »  a connu « une augmentation de la constructibilité et le basculement de bureaux prévus en 2011 vers des programmes de logements » . Question : depuis son élection l’équipe municipale a-t-elle rajouter des logements à cet endroit déjà ciblé pour l’hôpital ?

[8] une voie qui contrairement à un grand axe n’est pas destinée à accueillir un flux de circulation trop important (ambulances, pompiers, véhicules de services, salariés, visiteurs).

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

7 réflexions au sujet de « Grand Hôpital : vrai faux départ ? »

  1. Mais nous en demandons peut-être un peu trop à cette équipe éternellement « d’opposition ».

    Comment peut on faire preuve d’une telle arrogance quand on voit dans quel état vous et vos amis avaient laissé St Ouen après tant d’années de gestion catastrophique ?

    Cette équipe aux manettes a pour l’instant un avantage sur vous, elle n’a pas un bilan désastreux.

    • @isengrin

      Ne vous énervez pas. Nous disons simplement qu’il faut arrêter d’être contre la terre entière, et réécrire l’histoire en permanence avec l’épouvantail, fort commode, « J.Rouillon ».
      Il faut construire, dialoguer, incarner une perspective…
      Allez on vous encourage : en dehors du contenu, le premier bilan de l’équipe en place dans le journal municipal, et bien c’est une très bien bonne chose ! Les municipalités précédentes s’y sont toujous refusées (même si certains le réclamaient).

    • A titre personnel je suis favorable à l’implantation de cet hopital à Saint Ouen.
      Cela servira au rayonnement de notre ville, sera créateur d’emploi et attirera de nouvelles populations.
      Pour ce qui est de son implantation exacte je ne suis pas compétent pour juger du meilleur emplacement mais ca n’est certainement pas à la mairie de Paris de décider du choix final.
      Le peuple souverain de Saint Ouen à donner mandat à une équipe municipale pour faire des choix d’urbanisme et je m’en remet donc à cette équipe pour décider du meilleur emplacement.
      Je fais confiance au Maire de Saint Ouen pour défendre les intérêts des audoniens et certainement pas à madame Hidalgo.

  2. EPS homme de gauche écrit « Notamment en termes de service public, d’emplois et d’image. »

    Ysengrin homme de droite écrit « Cela servira au rayonnement de notre ville, sera créateur d’emploi et attirera de nouvelles populations. »

    Ils sont d’accord, l’hôpital va créer des emplois. Emplois en général et pas que audoniens je présume. Sinon corrigez.

    Peuvent-ils m’éclairer en répondant à l’égalité suivante ?
    X emplois à Bichat + Y emplois à Beaujon égale Z emplois ou (X+Y) emplois à St Ouen

    En d’autres termes
    1/ y aura t il autant d’emplois ?
    2/ y en aura t il moins ?
    3/ y en aura t il plus ?

    • @ JYM

      Je ne suis pas fakir, mais une restructuration avec une fusion de deux hôpitaux ce sera certainement moins que l’adition des effectifs des deux structures.
      Un hôpital c’est néanmoins pour Saint-Ouen des possibilités importantes de recrutement avec des postes plus « accessibles » que ceux des paquebots tertiaire de Victor Hugo pour une partie de la population audonienne.

      Dans un premier temps il y aura donc essentiellement des transferts, quelques postes libérés par des gens qui ne suivent pas la relocalisation et peu de créations d’emplois. Mais un tel équipement public qui s’installe pour des décennies recrutera régulièrement dans son bassin d’emploi.

  3. La génèse de cet hôpital audonien, qui serait créateur d’emploi, est dans la loi Hôpital Entreprise de Bachelot de 2007, devenue en 2009 la loi hôpital, patients, santé, territoires (HPST)
    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000020879475&categorieLien=id

    Flux tendu, médecine industrielle, part de marché, …… complétez en écoutant la conférence d’André Grimaldi

     » La santé écartelée  » – André GRIMALDI – (1/2) – Conférence ESH
    https://www.youtube.com/watch?v=aiPGvS-Aq2Y

    André Grimaldi est auteur de « La santé écartelée », « L’hôpital malade de la rentabilité »
    https://www.librairiedialogues.fr/personne/andre-grimaldi/140063/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *