J’ai perdu mais j’ai gagné

KB Homme providentiel 2

Visiblement les héros ne meurent jamais. Electoralement un peu derrière le Front de Gauche aux Municipales mais légèrement devant lui, un an après, aux Départementales, notre nouveau leader socialiste local, tel un phénix, veut une fois encore renaître de ses cendres. Il nous a gratifié il y a peu d’un beau courrier, très personnel, dans lequel il se revendique comme le rassembleur d’une gauche majoritaire à Saint-Ouen.

Commençant par un « nous » cette missive se termine clairement par un « je ».

Saisissant raccourci dans lequel en moins de 30 lignes Karim Bouamrane, nous explique 15 jours après sa seconde défaite à une élection en un an qu’il est désormais l’homme providentiel de la gauche [1] au-dessus des partis et tendant charitablement la main « aux forces de gauche : écologistes, communistes, radicales, citoyennes et associati(ves) ». Rien de moins.

Peu délicat, s’il l’a cite pour mémoire, il a déjà jeté par dessus bord sa colistière écologiste qu’il aurait déjà oublié d’informer de cette initiative personnelle.[2]

On écarquille les yeux : il propose à tous de travailler sur « une plateforme commune de projet »[3]. Lequel mystère ? Hasardons toutefois une hypothèse : le devenir de la Région Ile de France qui est semble-t-il une de ses passion restée secrète jusqu’ici . Ledit projet pourrait être finalement assez simple pour cet orphelin sans mandat électif : devenir Conseiller Régional[4].

Troisième chance au grattage pour notre impétrant ? Il faudra cette fois arriver à se faufiler sur la liste régionale du PS en position éligible[5] et que ladite liste l’emporte. Pas facile.

Nous prions pour lui.

 

[1] la seule élection à laquelle il est très largement arrivé en tête reste celle de la section socialiste Saint-Ouen un scrutin interne évidemment un peu moins encadré mais décisif pour être désigné par ses pairs comme candidat aux postes électifs de la République. Comme le fut Abdelhack Kachouri (ancien Maire-Adjoint de Saint-Ouen) et toujours Vice-Président de la Région sur la liste de Jean-Paul Huchon.

[2] comme d’ailleurs beaucoup de ses camarades socialistes locaux pas vraiment dans la confidence

[3] on se rappellera avec émotion qu’il avait justement, éviter tout début de plateforme de projet en amont des municipales (et tout bilan) pour lancer au final un « questionnaire » débouchant sur un simple catalogue de promesses peu avant le scrutin.

[4] Comme le 93 à brusquement passionné notre nouveau Maire qui ne jurait jusqu’alors que par l’ « Ile Saint-Ouen ».

[5] Aux dernières nouvelles le Président socialiste sortant Jean-Paul Huchon candidat à sa réélection voit contesté son leadership par sa camarade Marie-Pierre de la Gontrie (Vice-Présidente) pour laquelle roulerait d’ailleurs Karim Bouamrane. Un imbroglio perdant dans lequel pour l’heure, Claude Bartolone aurait refusé, pour l’heure, de jouer le 3ème homme dans un contexte propice à une nouvelle défaite électorale.

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

21 réflexions sur « J’ai perdu mais j’ai gagné »

  1. Si je suis pour la réélection d une majorité de gauche, je pense que les équilibres a gauche doivent être modifiés dans le sens d une plus grande place au front de gauche.

    La région capitale peut être un modèle social , environnemental, démocratique et économique engagé pour répondre aux besoins et développer des réponses publiques modernes, seuls choix capables de créer de l’emploi qualifié. Et bien payé.

    L enjeu que constitue l extension-finition de Blanqui sera une des pierres angulaires des propositions des audoniens candidats.

    C est peu dire alors que JR et KB sont disqualifiés d avance.

    A l heure où l’Umpps transforme la France en Lander, il y a lieu de défendre l esprit et les actes du Conseil national de la résistance contre l Europe des voleurs argentés, n est ce pas Cahuzac et consorts.

  2. @EPS
    “J’ai perdu mais j’ai gagné” c’est vrai non ? Un an après le “J’ai perdu mais alors tout perdu” de JR. Car ca aussi c’est vrai.

    @ Taquet
    “je pense que les équilibres a gauche doivent être modifiés dans le sens d une plus grande place au front de gauche.”
    Une plus grande place au front de gauche ? élu depuis 1945 ? sans partage sur cette ville ? Vous vous foutez de la g… du monde Taquet ou quoi ? Le FDG-PCF a eu sa place, sa chance et son profit puis sa chute…

    Plus sérieusement, rebaptisez ce site “Soigne le PS”. Car c’est deux lignes sur trois votre thème.

    Plus sérieusement, vous niez encore que Karim Bouamrane est un des leaders de la gauche à Saint-Ouen ? Vous en perdez pas une vous alors…
    Bon, allez, autour de la table qui travaillera à l’union de la gauche sur cette ville, je mets une pièce que Karim Bouamrane y sera.
    En revanche, je ne m’hasarderais pas à mettre une pièce sur d’autres noms. Vous en avez des noms vous ?
    A bientôt pour le rassemblement.

    • Le congrès du PS pour les nuls

      Ou comment ça marche...

      Un peu d’histoire …..
      Le 77ème congrès du PS se tiendra à Poitiers les 5,6 et 7 juin prochains. Les 110 ans du Parti Socialiste ont été jalonnés de congrès, plus ou moins marquants, participant à son évolution :
      En 1905, il existe cinq partis socialistes (autant qu’il y a de tendances dans le mouvement ouvrier français). Le Congrès de Paris est celui qui créé la SFIO, par la fusion de ces partis. C’est le congrès de l’unité des socialistes.
      En 1920 le Congrès de Tours acte la scission entre socialistes et communistes.
      Au congrès de Paris en 1946, Léon Blum est mis en minorité par Guy Mollet.
      En 1969, les Congrès d’Alfortville et d’Issy-les-Moulineaux, sous l’égide d’Alain Savary, transforment la SFIO en Parti socialiste.
      Le congrès historique d’Epinay, en juin 1971 voit l’avènement de François Mitterrand mais surtout c’est celui qui ouvre la voie au Programme commun adopté en 1972.
      Le congrès de Toulouse en 1985 est celui où le PS se convertit sans le dire à la social-démocratie. Il a tiré les conséquences de l’épreuve du pouvoir.
      A Bordeaux en 1992, le PS entérine son adhésion au Traité de Maastricht.
      Mais à quoi sert ce congrès ?
      Le congrès est la plus haute instance du Parti socialiste depuis 1969. Son rôle est de fixer la ligne politique du parti et d’élire sa direction. Il s’organise autour de plusieurs textes d’orientation, déposés par les différentes sensibilités du parti. D’abord des contributions thématiques ou générales rédigées individuellement ou collectivement puis des motions constitutives des courants du PS.
      Le conseil national du parti, dit « de synthèse », s’est réuni avec l’objectif de mettre à plat les différences et d’arriver à une motion unique. Cette année 4 motions se maintiennent et seront soumises au vote des adhérents (environ 80 000).

      Motion A présentée par le premier signataire : Jean-Christophe Cambadélis ; « Le renouveau socialiste » Elle propose 10 chantiers de l’égalité et une nouvelle alliance avec l’écologie autour du gouvernement.

      Motion B présentée par le premier signataire : Christian Paul ;« A gauche pour gagner » Elle est portée par l’ensemble des députés dits « frondeurs » et met en avant aussi le principe d’égalité comme objectif de son projet sur tous les secteur d’action politique.

      Motion C présentée par la première signataire : Florence Augier ; « Osons un nouveau pacte citoyen et républicain » Elle se présente comme une motion participative conçue par des militants qui veulent reprendre la parole et peser par leur travail collectif.

      Motion D présentée par la première signataire : Karine Berger ; « La Fabrique » Elle propose 80 propositions pour réformer la seconde partie du quinquennat.

      Dans chaque section, les adhérents voteront pour la motion de leur choix à bulletin secret : ce vote déterminera à la proportionnelle la représentation de chacun des courants dans toutes les instances du parti : section locale, fédération départementale, délégués au congrès, conseil national, bureau national.
      Lors de la réunion du congrès national, une synthèse entre les différentes motions peut avoir lieu afin de dégager une majorité.
      Le mode d’élection du premier secrétaire a varié au cours du temps. Depuis 2012, l’élection se fait avant le congrès et le vote est couplé avec celui sur les motions : les premiers signataires des deux motions arrivées en tête seront candidats pour l’élection du premier secrétaire.
      Les dates en bref :
      11 avril : réunion du Conseil National de synthèse
      21 mai : vote des adhérents sur les 4 motions présentées
      28 mai : vote des adhérents pour l’élection du premier secrétaire
      5 au 7 juin : congrès national à Poitiers

    • @ Democratik

      N’insultez pas le Colonel Taquet ex ambassadeur de l’URSS à Saint-Ouen.
      Un peu de respect !
      Nous exigeons des excuses sur ce blog

  3. Karim, est enfin reconnu pour ce qu’il est : le deus ex machina qui doit conduire Saint-Ouen vers le nirvana ! C’est devenu la figure de proue du parti socialiste dans une ville tombée dans les bras de la droite avec le concours .. du parti socialiste. Un parti qui sait pactiser avec la droite quand il le faut. Autrefois, il représentait une gauche qui de temps à autre s’inspirait des enseignements de Jaurès. Cela s’expliquait par le fait que la puissante fédération du nord-pas-de calais, où les mineurs des houillères étaient majoritaires, et celle des Bouches-du-Rhone, où les dockers dominaient, détenaient à elles deux la majorité des mandats et décidaient partant de l’orientation de la synthèse à chaque congrès. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, la composition sociale du parti socialiste n’étant plus la même. Le parti socialiste est devenu aujourd’hui un parti que Marx qualifierait de parti petit bourgeois et de collaboration de classe. Cela dit, chacun pense ce qu’il veut et fait ce que bon lui semble. Personne n’est à même aujourd’hui de s’ériger en donneur de leçon, moi pas plus que les autres ..

  4. a Macronik,

    1945, pas né, peux rien vous dire, demandez aux partis qui ont voté les pleins pouvoirs à Pétain, pas soutenu l’ Espagne républicaine, et recyclez les collaborateurs après 1944.
    A moins que vous pensiez au programme du Cnr, reprenant moult propositions syndicales et du Pcf!?
    A moins que vous pensiez aux femmes candidates présentées par le Pcf quant elles n avaient pas encore le droit de vote et d éligibilité?!

    Quant aux clones de Cahuzac, je pensais a l ex présidente de l Ina, ou et a Le Pen.

    Enfin, Kb il est le dirigeant local du ps, c est leur affaire. Attendez toutefois votre Congrès…

    Mais reconnaissez qu il n est pas le mieux placé pour faire gagner la gauche a SO.

    Pour les régionales, il ne sera pas éligible,car après la déculottée des départementales après les municipales, les places seront rares…

    Quand au Fdg, c est bien le ps qui s est acoquiné. Avec JrMb alors que depuis des lustres je les condamnais, non pas parce qu’ ils avaient quitté le pcf mais pour leurs actes.

    nous n avons pas les mêmes valeurs, cessez vos invectives grossières contre le blog, cela devient ridicule.

    Précision, je n ai pas ete ambassadeur mais simple correspondant.

  5. C est beau d être aussi pugnace et s obstiner à vouloir une place au pouvoir malgré une non élection 2 fois en un an. Il y en a qui ne doute de rien ! Enfin, il faut bien sauver son honneur. Ce qui est certain, c est que le maire a tout le soutien d une grande partie de son electorat car oui, il faut bien passer par une hausse des impôts pour sortir notre ville de cette mauvaise gestion faite par le fg et ps depuis plusieurs années. Il faut de gros moyens pour lutter contre tous ces voyous qui polluent nos quartiers (encore hier) en risquant des balles sur des innocents. Vous n avez pas agit serieusement avant dans plein de domaines alors laissez nous dire que nous ne croyons plus en vous pour demain

  6. En effet c’est très étonnant cette formulation : malgré notre score… nous n’avons pu gagner cette élection, les %ge pouvant laisser à penser qu’une main invisible était venue empêcher le déroulement naturel du scrutin.

    Une plateforme, certes, mais avec quels moyens d’action au plan municipal ?

    Peut être l’opportunité de créer du débat citoyen là où il en manque cruellement les outils de basse de concertation n’existant pas véritablement me semble-t-il.

    Ce blog étant à cet égard le seul qui remplisse cette fonction.

    Enfin sur les régionales, sait on quel ticket a pris le valeureux gagnant / perdant ? Il a d’autant plus intérêt à jouer placé (PMU pas le sénateur) qu’avec la métropole qui se mettra en place en 2016, les équilibres région / métropole seront sans doute un superbe terrain de jeu pour enfumer.

  7. Normal de critiquer l’équipe précédente si l’on considère qu’elle n’a pas joué son rôle et que son bilan est sujet à caution. Nul n’est parfait. Air connu. Je pense, quant à moi, que le maire dispose de pouvoirs quasiment illimités. Et c’est attentatoire à la démocratie. Un fois élu, les promesses électorales restent la plupart du temps dans le domaine des voeux pieux et il gére la ville comme bon lui semble. On est dans le prolongement de la constitution monarchique de la cinquième république. Il serait, selon moi, opportun, au plan local, de favoriser l’intervention des citoyens dans la gestion de la commune par le biais, par exemple, de commissions prévues à cet effet, et de mettre en place un système révocatoire. Les conseils municipaux, tels qu’ils existent actuellement, sont devenus obsolètes et constituent un frein à l’essor de la démocratie locale.

  8. Motion D comme Démocratik
    Les militants socialistes ont massivement voté hier soir à Saint-Ouen. Résultats : 195 votants (2 blancs), 136 pour la Motion A (celle de la majorité), 37 voix pour la B (celle de HL) et 20 pour la D (celle que je soutenais). Ce qui est positif reste que la motion D qui prône un soutien critique et constructif de la politique gouvernementale et qui propose un projet socialiste cohérent fait une percée au point de représenter plus de la moitié des votes de la B et s’installe comme un interlocuteur solide de la A. Donc la A conserve son leadership et de loin, la B stagne voire s’érode un peu et la D progresse.
    Le message est clair : le temps de la campagne électorale n’étant pas celui d’un Congrès, le débat s’installe donc en dehors d’un clivage traditionnel. Ainsi, l’une des sections qui a le plus voté en SSD se révèlera être aussi l’une des plus démocratiques dans ses instances.
    C’est un enseignement majeur. Gageons maintenant que les détracteurs du PS local observent objectivement ce regain de démocratie interne. Après les plus forts ont gagné. Ce qui n’est pas une surprise. Et il faut l’accepter pour construire.

  9. Comment construire sur des bases aussi merdiques? Les plus forts : quel sens donné à ce constat en terme d’actions politiques? kb est peut être le plus fort selon vous au sein de votre section mais pour nous le PS local ne nous apporte ketchi (à part les caméras) : il va falloir comprendre que beaucoup de personnes optent pour un retour aux actions citoyennes saines et se moquent de vos tambouilles!!!

  10. Trois bonne raisons d’espérer un monde meilleur couleur d’orange :
    – l’Espagne où la droite et le ps sont battus aus municipalesà Madrid et à Barcelone, et ailleurs par les révoltés contre la politique des banques spéculatives, Viva Pendemos.
    – la Gréce où un gouvernement de révoltés résiste à la BCE et à ses valets locaux, Viva Syriza.
    – Cannes où le Festival prime la beauté, la raison sociale et le courage digne. Viva l’esprit libre.

    Avec la quasi désignation de Barto à la tête de la liste aux Régionales, il y a une correspondance avec le succès de la liste A (à ne pas confondre avec le courant Alternatif) pro Hollande, pro PS quoiqu’il fasse. C’est d’ailleurs assez consternant de voir ces dirigeants socialistes toujours prêts à “soutenir” les opposants de France et du Tibet, se ranger comme une seule femme dernière leur Cesar.

    C’est sans doute le meilleur encouragement que pouvaient espèrer Rebsamen et Macron, pourfendeurs du droit social et de l’équité économique, adorateur du Cac 40 et des casseurs du service public et de l’intérêt général.

    Pierre Laurent a annoncé qu’il ne serait pas candidat ni tête de liste aux Régionales pour le PCF, voulant se consacrer pleinement à son mandat de sénateur.

    On ne sait pas encore qui JR compte en faire autant, elle qui pantoufle à Plaine commune et au conseil municipal de Saint-Ouen…

    Sa démission serait une chance pour ceux et elles qui proposent un large rassemblement anti austéritaire aux Régionales, et un véritable signe de maturité que de s’affranchir d’un pâle égopolitique qui aura fait perdre la ville et le canton à la gauche…

  11. democratick

    je suis entièrement d accord avec ma Saly

    on ne peux construire sur des ruines aussi m(modération : récidiviste))

  12. @Saly et Taquet
    Définition de “tomber dans le panneau” :
    “Au XVe siècle, le “panneau” était un filet tendu sur le passage des petits animaux sauvages, qui permettait de les capturer sans avoir besoin de les approcher et donc, sans les effrayer. Depuis, on emploie cette expression pour dire qu’une personne s’est faite piéger sans s’en rendre compte.”
    Dès que je poste sur le PS ça fait “lalali, lalala”… avec les deux derniers internautes de STG 🙂 Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *