La folies des grandeurs (suite)

IMG_6645IMG_6531 STO_LD1 STO_LD2 STO_LD3STO_LD4*

 

Sans que l’on sache très bien ce que deviendra l’actuel Centre Administratif place de la République[1] et idéalement situé face à l’Hôtel de ville[2], les travaux du nouveau siège de notre administration communal s’engagent au 11-15-19 rue des Rosiers. Un site improbable avec un coût exorbitant à la clef. Une opération un peu incongrue en cette période de crise surtout avec un endettement communal très significatif.

Motifs officiels : regrouper les services dispersés dans la ville (avec des loyers à économiser), favoriser le travail transversal[3] de notre administration communale avec de meileures conditions de travail [3 bis] donc améliorer le service public rendu à la population.

Cerise sur le gâteau, le personnel communal, après une « large » concertation « made in JR » aurait appelé de ses vœux ce projet l’aurait plébiscité, co-élaboré et validé…

Nos amis socialistes, à l’époque pas très regardants, étaient suffisamment favorables à ce beau projet pour voter l’acquisition de l’ex site Valéo. Ils expliquaient alors, malgré les critiques, qui s’exprimaient déjà ici et là (dont les nôtres) qu’ils avaient obtenu de substantiels ajustements au projet initial. Nous avions sans doute mal compris leur pensée.

A l’approche des élections et à l’heure des comptes, ils semblent découvrir que l’addition serait un peu plus salée que prévue avec un coût des travaux prévisionnels de 16, 9 millions d’euros [4] Une « surprise » déclenchant leur courroux, au point de bloquer l’opération en refusant de valider le Permis de construire au grand dam du Maire.

Malgré cette fâcherie récente, aux dernières nouvelles (cf. photos des panneaux récemment apposé sur le site) les travaux (de démolitions) auraient un peu démarré.

Les audoniens, très peu informés, pourront quoi qu’il arrive contempler  sur place la belle esquisse  montrant l’indispensable «relookage » de la façade avec sa « végétalisation »  partielle[5] qui constituera, n’en doutons pas un vrai stimuli, pour le management communal.

Un projet phare de fin de mandat, à côté duquel la Maison des associations est une simple plaisanterie.

Un dossier qui devrait logiquement remonter à la surface pendant la dernière phase de la campagne électorale. Avec, espérons-le, des « solutions de sorties » réalistes de la part des opposants d’hier et d’aujourd’hui, toutes tendances confondues, qui sont déterminés à conquérir la Mairie pour notre plus grand bien.

EPS

 


* quelques photos du projet  trouvées sur  Internet : ça paraît trop beau ! Le projet a-t-il évolué,  mysttère pour les habitants- contribuables ? Nous en saurons plus sans doute en feuilletant le prochain journal municipal.

Photos (dans l’ordre) l’actuel site Valéo et le panneau de chantier, un couloir longeant des bureaux, la cantoche, l’entrée générale en face du square Marmottan, uen vue du pont de la rue des Rosiers (vers les Puces).

[1] On pense a un « objet » culturel digne de notre Maire (et de son mari) qui a tant œuvré pour les arts dans notre ville. Un peu comme sa belle brasserie « branchée » qu’elle appelait de ses vœux dans l’ancienne bibliothèque centrale pour y refuser une modeste Maison des associations.

[2]Et accessoirement à l’entrée du grand secteur des Docks et au pied de la future interconnexion des métros ligne 13 et 14.

[3] Transversalité pourtant assez inconnue chez les élus (les « commanditaires ») incapables de se coordonner ou s’entendre et pas seulement pour des raison politiques faute d’un réel pilote.

[3bis]  “Le programme s’inscrit sur un ensemble immobilier bâti en superstructure de 6 410 m2 SU, libre de toute occupation et 784 m2 occupés appartenant à la ville. Un parking de 152 places est situé en sous-sol. Les besoins répondent à l’installation de 414 agents répartis sur 7 départements, décomposés en directions, services et unités. Les catégories d’espaces sont: bureaux individuels, bureaux partagés, espaces mutualisés (accueil, salles de réunions, sanitaires), restaurant, cafétéria, parking en sous-sol.  Estimation prévisionnelle des travaux: tranche ferme: bâtiment 11 rue des Rosiers incluant les travaux, le parking et les espaces extérieurs – Montant 10 700 000 EUR HT (valeur janvier 2012),tranche conditionnelle: bâtiment 19 rue des Rosiers (travaux) – montant 1 500 000 EUR HT (valeur janvier 2012). La dévolution des travaux est en entreprise générale”.

[4] Un projet comprenant outre des restructurations internes semble-t-il des démolitions importantes portant l’adition finale aux alentours de 25 millions d’euros.

[5] En accompagnement et en liaison avec l’aménagement du square Marmottan la traversée piétonne de la rue des Rosiers sera repensée et réaménagée pour faciliter l’accès du public (et du personnel).

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

9 réflexions sur « La folies des grandeurs (suite) »

  1. En effet c’est un véritable scandale on démolie et ainsi on rend irréversible un projet de reconstruction pharaonique alors que l’on a pas le permis de construire, et dans le même temps on laisse croire aux personnels communal à un prochain déménagement en espérant remporter ainsi quelques voix, un vrai scandale !!

    Résultat :
    Respect du vote du conseil municipal : néant
    Démocratie : anéantie
    Respect des audoniens et du personnel : néant
    Respect des finances publiques : néant

    Définition de corruption : décomposition des corps et des usages, entre autres… (Littré édition en ligne)

  2. Elle ne peut que démolir puisqu’elle n’a pas de permis de construire! On est repartis dans les travers, enfumage pour tous! Eric, toi, tu sais bien que sans permis de construire elle ne peut pas construire?

    • @ jean FOUQUART
      oui aux dernières nouvelles ont peut démolir avec un permis de démolir obtenu mais pas construire sans Pc.
      Là le problème c’est que les démolitions n.ont peut être de justifications que si le Pc est obtenu un jour.
      (Si tu vois qu’est ce que je veux dire)

  3. c est comme la MOSQUE qui n a PAS LE PERMIS DE CONSTRUIRE

    beaucoup de cinéma et que DU VENT tout cela pour avoir des VOIX

    VIVEMENT LE CHANGEMENT

  4. Je ne connais pas le Projet auquel vous faites allusion.
    En revanche, j’ai eu connaissance, en son temps, de celui de “Cordon Michelet,”; mené par des connaissances, lesquelles connaissances, telles que je les connais, doivent disposer d’un faisceau de documents qui pourrait, en son temps, pouvoir fournir de quoi faire trembler quiconque; c’est le moins qu’on puisse dire ou écrire.
    Sachez, toutefois , que les décideurs en semaine à Paris, prennent souvent le train, le Vendredi pour rentrer chez eux.
    Si vous saviez….

  5. J’ai choisi le dossier “futur trou des halles” pour annoncer les voeux de ses géniteurs :

    samedi 25 janvier
    – 16h, inauguration du local de campagne de KB
    67, avenue Gabriel Péri

    – 19h, voeux du PCF Saint-Ouen
    salle Barbara.

    Une question pour le prochain maire :
    – va-t-il vendre le centre administratif Fernand Lefort ?
    – pourquoi ne pas en faire un grand centre éducatif et culturel pour donner au conservatoire municipal une qualification “Nationale” pour répondre aux besoins d’avenir de Saint-ouen en la matière?
    – le château de Saint-Ouen va-t-il devenir enfin un vrai Musée d’histoire locale?

  6. C’est une trés bonne idée de convertir le château de Saint-Ouen en un Musée d’histoire locale.
    Je propose mes services de taxidermiste amateur pour empailler Rouillon et les autres bêtes de foire.
    Cela serait une manière divertissante de conserver un souvenir de cette faune endémique en voie de disparition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *