Un peu d’art sur les plaies

IMG_5537

Le « jardin éphémère », liaison piétonne stratégique pour le développement des Puces,  permettant d’accéder depuis la rue des Rosiers à la Porte Montmartre semblait condamné pour accueillir sur ce terrain (appartenant à la ville) des constructions neuves. Leurs seules justifications semblaient être de s’inscrire dans une opération d’ensemble de logements en allégeant le poids financier de la restructuration  de l’immeuble voisin accaparé par un marchand de sommeil.

L’intervention de l’association Marché aux Puces (MAP), la levée de bouclier des commerçants, l’opposition de l’élue au tourisme et les arguments développés ici [1]ont semble-t-il permis d’abandonner ce mauvais projet pour les habitants comme pour les Puciers. Pour l’heure les quelques massifs plantés accueillent des œuvres d’art sans égayer beaucoup l’endroit (cf. photo guide).

Si le bon sens semble l’emporter, il conviendrait pour le moins que la Mairie s’engage plus avant sur vrai projet compatible avec son environnement immédiat : un passage piéton confortable, « durable » et animé avec des aménagement de part et d’autres : quelques petites constructions à l’échelle des stands du marché Paul Bert (en continuité avec celui-ci), des arbres en prolongement de la rue Neuve Pierre Curie, un deuxième accès valorisé du marché Paul Bert…etc. Bref, un projet raisonnable.

Pour le reste il serait bienvenu que la ville informe un peu habitants et commerçants du quartier de l’avancement exact (projet, délais, coûts) de la restructuration – réhabilitation de l’immeuble 17-19 rue Jules Vallés dont l’urgence sociale ne fait de doute pour personne.

EPS


[1] cf. notre article “les apprentis sorciers contre les Puces ?” du  30 avril 2012 sur ce blog

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

23 réflexions sur « Un peu d’art sur les plaies »

  1. Sinistrés des 17-19 rue Jules Vallès menacés d’expulsion !

    Trois ans et demi après l’incendie meurtrier aux 17-19 rue Jules Vallès, les habitants vivent toujours dans des conditions inacceptables et sont maintenant menacés d’expulsion pour les deux tiers d’entre eux ! Après des retards pris suite aux désaccords au sein du conseil municipal et à la pression de riverains sur la définition du périmètre des travaux, la procédure d’expropriation du marchand sommeil est en train d’aboutir. Alors qu’elle avait promis que tous les habitants seraient relogés, la majorité municipale revient sur cet engagement et nous a annoncé que seuls les habitants de 25 appartements environ pouvaient prétendre à un relogement par le bailleur chargé de la réhabilitation des immeubles.

    Les habitants de la cinquantaine d’autres appartements resteraient sur le carreau pour des problèmes d’absence de titre de séjour ou par ce que leur habitation dans les lieux n’auraient pas fait l’objet d’un bail avec le marchand de sommeil. Ces familles, après avoir été victimes des exactions d’un propriétaire véreux, sont maintenant victimes des pouvoirs publics prêts à les expulser ! Nous exigeons que les élus se mobilisent aux côtés des mal-logés comme ils l’ont fait auprès des personnes hébergées à l’hôtel suite à l’incendie meurtrier.
    Grâce aux parrainages des six personnes sans-papiers et au travail d’accompagnement mené par les services sociaux, les 11 ménages concernés sont en passe d’être enfin relogés. Ce soutien doit être renouvelé pour les familles encore dans les immeubles des 17-19 rue Jules Vallès.

    Mal-logés toujours dans la galère !

    Les sinistrés de Vallès ne sont malheureusement pas les seuls à être victimes de l’insuffisance de logement et de l’inaction des pouvoirs publics. L’Etat est en charge d’appliquer la loi sur le DALO (Droit au logement opposable) permettant aux familles ayant obtenu ce droit d’être relogées en priorité. Or l’Etat n’applique pas la loi et est même condamné par les tribunaux administratifs pour cette raison. Nous avons manifesté à de nombreuses reprises pour exiger l’application de cette loi. L’adjoint au logement avait promis un rendez-vous commun avec la préfecture pour que les familles soient entendues et relogées par l’Etat. Là encore les promesses ne sont pas tenues !

    Nous appelons à un rassemblement de solidarité avec les mal-logés et demandons à être reçus par les responsables municipaux à l’issue de celui-ci. La ville ne peut pas continuer à avoir un double discours et doit agir par tous les moyens pour des logements décents pour tous.

    Ça ne peut plus durer !
    Rassemblement de solidarité devant la Mairie de Saint-Ouen (93)
    Mercredi 19 juin 2013 – 17 h

  2. Quand comprendrez-vous qu’il ne faut pas écouter ni croire les promesses de cette majorité???
    Quoique là, vous avez une chance, ils vont se tirer la bourre (PS vs JR/Bento) pour les municipales! Profitez-en!

  3. +1 avec EPS pour la conservation du jardin éphémère . C’est un endroit super agréable .

    Pour les sinistres de valles, je suis devenu trop vieux et trop con pour encourager tous les mal loges du coin à venir à saint ouen.

  4. C’est une excellente nouvelle. Une fois de plus, merci à ce blog de permettre l’accès à ces informations plus qu’importantes pour les riverains. Les puces ont besoin d’un tel accès à Paul Bert et Vallès depuis la Porte Montmartre, rendu irrémédiablement impossible avec le bétonnage un temps envisagé. Je pense que les idées ne manquent pas pour faire quelque chose de vraiment sympa que les habitants s’approprieront autrement que pour « promener » leur chien.
    Cerise sur le gâteau : transférer les voitures de la rue Neuve Curie vers le parking de la résidence René Rioux. A propos : j’ai vu que les trottoirs de la rue Louis Dain étaient enfin en cours de réfection, ce n’était pas un luxe… Qui a des infos sur le centre logistique un temps envisagé au niveau des palissades bleues ?

  5. @DAL S-O
    Votre logique serait donc que comme ces personnes, touchés par la précarité , le manque d’accès au logement, l’insécurité personnelle due à leur statut de sans titre de séjour pour certains, il faille donc impérativement les reloger, en construisant par exemple sur l’espace du jardin éphémère.
    Hormis le fait que les riverains ne sont pas d’accord pour que ce lieu “inutile” mais havre de repos et d’espace( si les arrêtés municipaux anti clebs étaient respectés) soit affecté à la construction de logements, beaucoup s’inquiètent de la manipulation faites auprès du DAL pour imposer un périmètre d’étude incluant l’éventuelle relogement des sinistrés du 17 / 19 Vallès, quand il s’agit de construire sur d’autres parcelles; l’étouffement des puces en cet endroit étant la résultante de ce projet.
    Nous croyions naïvement que le projet des Docks devait résoudre le problème des demandes de logements à St-Ouen! Bien des personnes attendent depuis plus de dix ans, voire quinze, un logement décent, ou adapté.

  6. Salut Paco,

    La question du jardin éphémère (que ce soit son maintien ou non) n’est pas dans les revendications du Dal. Tant mieux si les riverains, habitants et puciers, et l’ensemble du conseil municipal (au final) sont contents que cet espace, ainsi que le parking soient préservés.

    L’enjeu est le relogement des habitants à Saint-Ouen, dans les docks mais aussi ailleurs. C’est là que se situe le combat des habitants et du Dal. (je pensais que tu l’avais compris dans tes précédents commentaires).

    Libre à toi de croire que le Dal est manipulé comme Jean Fouquart croit qu’il est “croyant”. Le dal est autonome de TOUS les partis politiques et à pour objectif de défendre les droits des mal-logés.

    En espérant pouvoir en parler de vive voix au rassemblement de ce mercredi,

    Bien à toi,

    Laurent

    • @ Laurent

      Merci de cette précision.

      On se doutait un peu que ce passage permettant le développement des Puces n’était pas une revendication du DAL. On ne voit d’ailleurs pas très bien pourquoi il le serait puisque cela n’a rien à voir avec les objectifs de votre association.

      Nous avons donc bien tous compris que le DAL, par définition, se bat pour le relogement des gens et notamment ceux pour lesquels c’est sans doute le plus difficile. C’est sa difficulté et son honneur.

      Là ou il y a tromperie c’est quand la Rouillon, Planque, Giunta et consorts font croire que sans ce terrain voisin toute opération est impossible. Qu’il faut sacrifier cette parcelle sur l’autel de l’urgence sociale. C’est tout simplement un mensonge éhonté.

      Fort heureusement, nous ne l’avions pas compris intantanément en lisant vos communiqués, vous ne vous laissez pas manipuler.

      Il n’y a pas dans cette affaire d’un côté les généreux défenseurs des (très) pauvres et de l’autre d’affreux petits- bourgeois défendant leur pré carré. Il s’agit ici d’intérêt général.
      Pour notre part nous n’ignorons pas et ne sous estimons pas les combats des autres et leur légitimité.

      EPS

  7. @Laurent
    Je me suis mal exprimé en parlant de manipulation du DAl ; J’aurai du dire tentative de manipulation. Cela dit, quand la mairie communique sur son action en relogement et laisse à croire qu’elle est du coté de ceux qu’elle à laissé croupir au 17 19 et qu’il aura faillit le drame d’Ismaël et sa maman pour les voir débouler avec leurs écharpes tricolores.
    Tu vois Laurent ce que toi tu n’as peut-être pas compris, c’est que justement, ce mouvement apolitique , peut servir ici à St-Ouen, de bonne conscience, d’alibi et c’est cela qui me dérange.
    Les riverains, et moi encore plus , ma femme ayant beaucoup de “pays” dans ces immeubles, connait bien la situation de ces personnes. Ils n’ont guère le loisir de philosopher, et l’urgence de leur situation les amène à ne s’intéresser qu’à leur relogement.
    J’ai collé il y a deux ans avec Moussa et en bons voisins et parents d’élève de Vallès, on se cause quasi journellement? et il n’avait pas conscience de la manip’ municipale; à la limite cela passe pour lui au second plan. Ayant trouvé “dans le privé” un nouveau logement pour lui sa femme et les trois enfants, il a plus de recul pour juger des embrouilles politicardes et bâtisseuses de nos élus chefs et sous chefs.
    Quand au rassemblement, je serai malheureusement (ou pas …) à l’atelier au turf et au chaud A plus

  8. Ok Paco. Je ne vais pas rentrer dans le détail mais le camarade dont tu parles a obtenu un logement social. Dire que le Dal est apolitique est un peu trop c’est surtout l’autonomie du mouvement social qu’il revendique. Enfin, mais cela ne s’adresse pas à toi spécialement, ne prenez pas les mal-logés pour des naïfs, ils comprennent très bien le “jeu” politique et sont capables de construire eux-aussi des stratégies.

  9. @ Laurent
    I love my garden, my friend
    Do you remember the time ?… Brigthon was over the sand…The Channel was our horizon under grey clouds

    Black thursday, I was here also

    I don’t believe in all that stuff, they do politrik and double tongua, they are all hypocrites

    Innocent and bastard playing the same game

    Intuition and perception: I ‘d listen the music, it was coming inside this fracking ship’s

    Now, I’m overstand

    So long, my old friend, kiss A6

  10. Qu’en est-il de la mascarade de certains élus de la majorité? Vous vous souvenez, quand ils avaient fait tout un binz avec leur parrainage bidon: Un élu parrainait un habitant du 17/19 et s’engageait à ce qu’il soit relogé… Quels étaient ces élus déjà et que disent-ils aujourd’hui?

  11. Pour Fouquart. Lisez le tract mis ici en ligne !

    Les 6 personnes parainnées qui étaient hébergées à l’hôtel sont toutes régularisées relogées ou en train de l’être. Ce parainnage n’a pas été inutile même si c’est la lutte des mal-logés eux-mêmes et leur dévoilement à la préfecture de sans-papiers qui a été déterminante pour cette régularisation.

    Je n’ai aucune envie de glorifier les parrains en question en donnant leur nom mais cela n’a pas été une mascarade ni bidon.

    L’enjeu maintenant est la régularisation des sans papiers encore dans l’immeuble et de tous les habitants.

    C’est un combat où il y a besoin de toutes les bonnes volontés.

  12. @ Laurent 13
    “Ce parrainage n’a pas été inutile même si c’est la lutte des mal-logés eux-mêmes et leur dévoilement à la préfecture de sans-papiers qui a été déterminante pour cette régularisation.”
    Tout est dit, no comment.

  13. bon ben, on va pas bouder not” plaisir; les relogements sont des bonnes nouvelles et ceux qui en bénéficient doivent être bien soulagés.
    Une seconde bonne nouvelle; Duflot dépose une proposition de loi qui va interdire aux marchands de sommeil ayant eu une condamnation rapport à cette activité, de ne pouvoir plus se porter acquéreur d’un nouveau bien à vue locative. Les notaires ( ces braves gens) seront chargés de faire appliquer la loi.
    Fallait y penser!
    De toutes manières la propriété c’est du vol!!

  14. Il y a toujours de quoi faire des commentaires, cher Laurent, surtout avec toutes les conneries que j’écris ici depuis des années… 😉

  15. ce passage est formidable. et beau.

    je ne savais pas où écrire que le feu d’artifice dans une ville c’est comme les fleurs dans une maison.

  16. plébe 18

    des fleurs dans une maison c est trés beau et beaucoup moins cher qu un feu d artifice dans notre ville
    ce serait une économie de 65 000 €

    on mettrait cet argent économisé dans les écoles ou autres
    bonne journée hélas sous la pluie

  17. marie france

    On peut toujours discuter du prix du dernier feu d’artifice,
    mais un bal popu dans des heures raisonnables , aurait coûté combien pour qu’il ne puisse pas se tenir à saint-ouen en 2014?

    J’ai déjà donné mon sentiment à plusieurs élu(e)s sur la fête de la Ville,ou plutôt sa non tenue : en en faisant l’affaire des Audoniens volontaires et avec l’intelligence qui existe dans les services, nous pouvons encore faire une fête pas chère, dynamique et pleine d’avenir pour le Vivre ensemble.

    Il en serait de même avec le Carnaval de Saint-Ouen, où une association et quelques individualités ont proposé de le recréer.

    Pourquoi alors, semble-t-il, la Direction des affaires culturelles freinent – elle des quatre talons aiguilles !?

    Ils et elles seraient bien que ces quelques personnes dans les services municipaux acceptent que le petit monde de JR s’est fini, et qu’ils reviennent à cette idée fondamentale, que le fonctionnaire doit respecter le vote des électeurs.

  18. enlevez l’émotion partagée ensemble et vous n’avez plus rien.

    (65000 c’est déjà luxe, une botte de renoncules fraiches et bien choisies qui s’ouvriront jusqu’au bout, c’est bien aussi)

  19. Taquet 20

    François

    il faut gardé les bals populaires dans nos quartiers , c est la ou toutes et tous se retrouvent pour rire, parlé, s amusé partagé le verre de l amitié et il est vrai qu on peut revoir à la baisse le prix du Feu d ‘ artifice ou prévoir un plus petit dans un prix raisonnable
    François tu seras ou à St Ouen avec ta douce moitiée ,et belle maman le soir du 14 Juillet? on pourrait boire un verre ensemble bibi à bientôt

  20. Tout le monde est invité à notre vente de libres, DVD; BD à prix solidaire concernant la période 39/45. Une offre incroyables d’ouvrages ancien ou rares tout ce week-end.

    Et en plus nous participons au vide-greniers de l’APEEE, dimanche sur le terrain d’évolution sportive Bauer derrière le centre municipal de santé, avec une offre de vêtements de qualité à bas prix.

    Et comme toujours, un coin restauration.

    Autre participation, notre aide apportée à une jeune artiste en devenir Céline CLAPIE qui expose plusieurs de ses toiles sous la grande serre du Parc tout ce week-end (elle est à gauche en entrant).

    Contact : 01.40.12.76.44

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *