Peur sur la ville…

Saint-Ouen a de nouveau les honneurs de la presse nationale pour son maillage commercial de vente de drogue avec son cortège de violences et la vie quotidienne insupportable pour les habitants de nombreux quartiers. Tout particulièrement pour ceux des plus modestes – jeunes et moins jeunes -vivant dans le parc de logement social (cités Soubise, Dhalenne, Cordon, Schmidt, E ; Vaillant, Arago).[1]

Aujourd’hui en France et le Parisien dans son édition nationale, titrent ce dimanche 14 octobre en Une : « Une ville sous la coupe des dealers » et consacrent pas moins de 4 pleines pages à notre ville  sur ce sujet.

Cette  nouvelle médiatisation « grand format » semble trouver son origine dans l’agression lundi dernier d’une locataire prise à partie dans son hall d’immeuble par deux individus ayant lancé sur elle un sac enflammé. Action d’intimidation nous dit-on pour son action contre le trafic.

« Ils vivent au quotidien avec les dealers (…) », « journal de bord de cinq habitants », « la résistance s’organise dans les quartiers », « les bobos parisiens clients fidèles des dealers »…  les articles, photos à l’appui, n’apprennent hélas pas grand chose aux audoniens confrontés de près ou de loin à cette situation. Ils effrayeront sans doute un peu les nouveaux arrivants et acquéreurs dans notre ville.

Evidemment, on ne peut pas demander aux journalistes de ne parler que des trains qui arrivent à l’heure. Pourtant se cantonner, même dans un journal à gros tirage, a du factuel sans analyse et ni aucune piste de solution, c’est un peu à désespérer voire dangereux.

Cela va sans dire, personne ne peut croire que le nouveau dispositif mis en place (Zone de Sécurité prioritaire) aura un effet en quelques semaines. Quant à l’intervention citoyenne, qui à ses limites,  elle ne peut être cantonnée à la sécurité pour avoir le soutien du Maire[2].

En tout état de cause cette gangrène installée depuis longtemps chez nous et ailleurs ne disparaîtra pas avant plusieurs années d’un travail acharné (de prévention, de répression et de lutte contre le chômage). Les solutions miracles n’existent pas.

Quitte à faire un gros dossier sur ce sujet fort désagréable pour notre commune (qui ne se réduit pas à ce fléau)[3], il eut été peut être utile de dire deux mots (positifs ou non) sur les positions des  élus locaux, de la police, de la justice, des enseignants, des parents d’élèves, des bailleurs… ou évoquer les citoyens qui plaident la dépénalisation pour casser le marché.

En résumé : la peur (même entretenue) ne guérit pas du danger.

Eric Pereira-Silva

 



[1] à l’exception du quartier de la Mairie avec le secteur autour de la place du 8 mai 1945 constitué d’habitat diversifié (logements locatifs social ou non, copropriétés, maisons de ville…)

[2] Jacqueline Rouillon serait ainsi bien inspirée d’encourager la création de Comités de quartiers qui permettrait de structurer l’intervention citoyenne sur un champ plus large que l’insécurité qui fait partie d’un tout.

[3] Ce que n’ignore pas la Rédaction du Parisien qui est implanté à Saint-Ouen de longue date.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

179 réflexions sur « Peur sur la ville… »

  1. Devra-on incriminer l’OPHLM ou la mairie si des prestations (loyer, cantine) étaient payées avec de l’argent de la drogue comme certains essayent de le faire penser avec la mésaventure de l’élue parisienne des Verts?

    C’est vrai qu’en fraudant le fisc – au minimum, cette élue nous amène à réfléchir sur le fait que son parti Les Verts écologie vient de taxer avec le PS la deuxième télé des retraités.

    D’un côté la fraude fiscale, de l’autre la taxation des retraités et des petites gens, cela se tient.

    On savait le Maroc grand pourvoyeur de drogue (à part Sarkozy et Hollande qui semblent l’ignorer), on savait les banques peu favorables au moindre contrôle (à part les comptes des précaires et des petites gens), il faut quant même saluer la performance policière et judiciaire, sans doute à l’insu du plein grè des partisans de l’Europe de la libre circulation des capitaux, de Maastricht et des gouvernances socio-libérales.

    A propos des autorités marocaines (et algériennes), ces deux pays doivent des dizaines de millions d’euros de soins à l’Assistance publique APHP, comme le rappelle le JDD.

    D’un côte des facilités complaisantes vis à vis des “grands” de ces Etats, le soutien implicite aux débordements d’honoraires de quelques “patrons médecins”, de l’autre une certaine misère pour les agents hospitaliers et des investissements en matériels médicaux insuffisants, l’emploi maltraité.

    Ne parlons pas ici, des ventes d’armes “juteuses” à ces deux régimes, le silence complice du FMI et de la Commission européenne.

    Alors quel rapport avec le “pseudo” reportage du Parisien? Et bien, tout!
    La faillite morale de ces élites toujours dures aux petits,
    la faute humaine de ces dirigeants qui n’ignorant rien des misères du monde, promènent les gens avec des fausses solutions – surtout quant les actes parlementaires, gouvernementaux et patronaux produisent cette explosion sociale, sanitaire, culturelle et économique,
    le mensonge sur leurs responsabilités quant aux suppressions de fonctionnaires, de juges, de douaniers, d’éducateurs…,
    le refus actif du pluralisme dans les médias.

    Sur la sécurité, nous demandons depuis des lustres au maire la transparence due aux Audoniens dans ses rapports avec le Préfet.

    Nous lui demandons d’associer tous les Audoniens et pas que quelques un(e)s.

    Nous lui demandons aussi de réfléchir sur la dernière Fête des associations qui n’a produit aucun sens sur cette nécessaire mobilisation et aucun soutien ni mise en valeur – pour toutes celles et tous ceux qui, agissent dans les quartiers contre lé délinquance et ses conséquences.

    A ce propos, quel contraste entre la mise en avant de l’action municipale Parentalité (bien réelle) et la quasi absence de l’importance donnée par la municipalité aux élections de délégués de parents d’élèves ce week-end (voir le site@ de la ville et le dernier bulletin municipal, à la mise en valeur des engagements parentaux dans l’institution scolaire, et à l’importance des associations de parents d’élèves !

    La souffrance est très forte dans les cités mentionnées mais bien au delà comme les interrogations des acteurs de la vie publique.

    Mais aussi, d’autres doivent réfléchir à leur soutien aux dealers et complices et à tous discours complaisants.

    Ce ne sont pas nos enfants mais sans aucun doute des brebis égarées qui doivent être sauvées par l’école, l’éducation, la défense de valeurs hautement culturelles, la réprimande judiciaire,
    et en donnant l’exemple de la probité et en agissant pour la promotion de l’engagement citoyen sur les enjeux de notre temps.

    parceque saint-ouen le vaut bien!

  2. pourquoi ne parle t on pas aussi de la TUERIE d hier , des passages a tabac ect… pourquoi ce SILENCE
    C EST VOULUE HELAS
    QUELLE TRISTESSE
    mais ce SILENCE ne servira a RIEN tout cela n est qu un DEBUT
    que nos elus sachent VOIR , ECOUTER, ENTENDRE et AGISSENT
    AVANT QU IL NE SOIT TROP TARDS

  3. CONSTAT :
    Depuis trois semaines, les CRS qui étaient présents rue Charles Schmidt ne sont plus là.
    Ce quartier est très fréquenté par les audoniens qui vont au marché les mardis, vendredis et dimanches.
    Les jeunes ont leur lycée dans cette rue.
    Garibaldi est aussi une des portes principales du marché aux puces, les jeudis, vendredis, samedis, dimanches et lundis.
    Depuis février, comme les CRS protégeaient ce lieu, l’ODHLM (Office Départemental des HLM) avait posé des grilles très coûteuses, des digicodes performants et planté des jolis parterres pour ses locataires.
    Depuis le départ de ces policiers, les dealers ont enlevé les grilles de sécurité et recommencent leurs trafics. Les lieux leur appartiennent à nouveau.
    Espérons que ce n’est que provisoire et que le calme va revenir malgré les gros dégâts constatés.
    Espérons que Madame le Maire et notre maire adjoint à la sécurité, qui ont oublié de montrer ce quartier à Monsieur Valls lors de son passage à Saint-Ouen, vont demander à Monsieur Lambert, le Préfet, la protection de ce lieu, qui est une place très importante à Saint-Ouen.

    Merci de toutes les initiatives positives qui seront prises dans ces prochains jours pour que les habitants de Saint-Ouen retrouvent la sérénité.

  4. A saint Ouen , on fait passer l’idéologie avant le pragmatisme depuis plusieurs dizaines d’année. Pas étonnant de se prendre l’addition dans les dents.
    L’urbanisme, le logement, la mixité, la sécurité : les positions “courageuses” de nos élus ressemblent plus à de l’inconséquence qu’à une vision d’ensemble.

    Pourquoi par exemple la municipalité refuse la vidéosurveillance : parce que c’est mal, c’est big brother, une dérive vers le fachisme, bref c’est de droite ! En attendant, les habitants de certaines parties de la ville sont livrés en pature aux dealers. On laisse même entendre une sorte de culpabilité : ah, mes bons sujets si vous vous unissiez contre le trafic, il ne pourrait pas prospérer. Tous coupable en somme. Bah oui, pourquoi n’allez vous pas vous battre contre les dealers, c’est facile, il suffit de leur dire de partir.
    Le par et le pour, un concept qui parlera à certains…

  5. @Claudette Nirascou post3
    Patience ! Car si vous comprenez que vous n’êtes pas le centre du monde, sachez que selon notre maire-adjoint Mr Planque nous a très récemment informé – ici même (extrait ci-dessous) – qu’une nouvelle visite de Saint-Ouen serait également prévue cette semaine dans d’autres quartiers (le vôtre, qui sait ?).
    Une venue organisée en force puisque cette fois, elle regrouperait à priori prés 700 élus et professionnels de l’aménagement des quartiers pour profiter de vos expériences pour analyse (erreurs, déceptions, réussites). Donc si vous les voyez, n’hésitez pas à tout leur montrer et tout leur dire.
    En attendant bon courage et conservez le soutien partagé de nombreux audoniens.

    “…..Mais pourquoi s e priver d’une nouvelle attaque contre la Mairie et ses élus…? Me semble, pour ma part plus important de savoir que ce sont plus de 700 personnes qui se sont inscrites et que l’organisateur a du clore celles-ci. Dernier petit élément d’appréciation, ce n’est pas le seul chantier des Docks qui sera le centre de nos préoccupations, il y aura les autres quartiers voisins qui seront etudieś, visiteś analyses et nous pourrons tous ensemble profiter de nos expériences, de nos erre rus, de nos déceptions, de nos réussites. Même si j’ai œuvre pour la tenue de cette manifestation à Saint- Ouen, il faudrait peut-être comprendre que nous ne sommes pas le centre du monde et que ce type d’expérience pour ce qui me concerne m’apporte beaucoup plus par ce que les autres ont à me dire ou me montrer que ce que j’ai à leur dire ou à leur montrer.
    ….”
    http://www.soignetagauche.fr/2012/10/12/durable-de-lapin-pour-st-ouen/#comment-17274

  6. Je ne comprends pas très bien cette affaire de drogue. Elle a bien commencé un jour, et personne n’a levé le petit doigt. C’est regrettable ! On a laissé prospérer un commerce, illicite d’ailleurs, avant de s’apercevoir qu’il avait pris une importance telle qu’il mettait en cause la tranquillité et le respect que sont en droit d’exiger les habitants des cités.
    Je ne sais pas qui est responsable de cet état de fait. Personnellement, je ne vois pas comment y remédier. Certes, les forces de police ont investi le lieux les plus sensibles, mais cela suffira-t-il ?
    La dépénalisation du cannabis est envisagée par certains. Mais elle risque de vulgariser la vente de produits plus nocifs. Alors que faire …
    Seul point positif, à mon sens, c’est le fait que des habitants ont, dans quelques quartiers, pris l’affaire en main. La création de comités de quartiers, comme il l’est suggéré plus haut, ne peut être que bénéfique parce qu’elle va entraîner une participation plus importante des habitants. Cela me semble être la clé du problème. Etant entendu que la présence des forces de police reste indispensable.
    La crise sociale, qui sécrète le chômage, le mal vivre, le repli sur soi et le racisme, ouvre la voie à la violence et à des postures inhabituelles. Pour les plus anciens, la marche de la crise a des similitudes avec celle de la société allemande au début des années trente : plus de 10.000 faillites ; aggravation de la crise bancaire et monétaire de l’été 1931 ; les indices les plus désespérants s’accumulent ; la production industrielle est en berne ; le chômage s’étend : on compte 6 millions de personnes sans emploi en janvier 1932. Mais la politique du gouvernement, au lieu de freiner la chute, l’accélère … La crise bancaire le conduit à renflouer la plupart des grands établissements financiers. Hindenburg résiste mal à la pression des partis de droite et de l’extrême-droite nazie. Tout cela va de pair avec la montée du nationalisme. Le 30 janvier 1933, Hindenburg nomme Adolph Hitler Chancelier. Le nazisme, forme allemande du fascisme, est au pouvoir. Un peuple, un Etat, un chef, telle devient la devise de la nouvelle Allemagne. Fin de l’épisode …

  7. mais ils ne sont pas fous ils ne font voir que le “beau coté” de Saint Ouen
    vous croyez qu ils font se mouillé a aller dans les endroits DANGEREUX
    je l ai déja écrit nos ELUS on la trouille des REPRESAILLES comment voulez vous que SainT Ouen se porte bien
    ILS N ONT JAMAIS RIEN FAIT POUR NOS JEUNES ET MOINS JEUNES
    ILS LES ONT LAISS2E DANS LA M….
    ET MAINTENANT ILS LA RECOLTENT
    si ils font faire appell a eux pour 2014 DE FAUSSES PROMESSES COMME D HAB MAIS CETTE FOIS CI ILS NE SONT PLUS DUPE ILS ONT GRANDIS
    j espere du fond du coeur pour tout ceux qui restent à Saint Ouen que tout s arrangera

  8. Je viens de visiter le blog d’ AK qui revient sur les propos de Peillon et de la polémique lancée.
    sur la dépénalisation.

    Peillon y serait; apparemment, favorable ou du moins il est pour que l’on remette ce sujet au débat, Nous sommes en retard par rapport à l’Europe, c’est juste ce qu’il a voulu dire, je crois!.

    AK, fidèle au poste , tel un petit soldat affirme dans son billet qu’il faut éviter ces petits écarts et rester bien derrière la ligne du gvt.

    On reprochait à sarko, son omniprésence et sa souveraineté, on n’en est pas trop loin. Si un ministre ne peut plus dire ce qu’il pense de façon mesurée, ça revient à censurer!!!!

    Coopé lui fait un faux-procès et devrait aller se r-habiller car l’état de la sécurité et des écoles en france, aujourd’hui, sont la situation héritée du sarkozysme. Ca n’est pas les socs qui ont laissé pourrir marseille et so, faut pas déconner!!!!!

    AK nous dit y être opposé et agit au quotidien, dans la région, pour éradiquer ce fléau , il doit être contre la vidéo-surveillance puisqu’elle n’est toujours pas d’actualité à SO;

    Il est pour que des CRS “surveillent” certains quartiers sans avoir la possibilité d’intervenir et de les déplacer selon l’urgence du moment.

    En l’occurence,rue Arago ou nous avons eu droit à du renfort (cars de crs ,près du centre de loisirs gavroche) suite à ce qui s’est produit dans la nuit de samedi à dimanche; ou j’étais une nouvelle fois aux premières loges.

    On peut être pour ou contre certaines mesures lorsque l’on est responsable politique et être en désaccord mais on ne peut pas prendre de décisions seuls surtout lorsque les difficultés arrivent à un tel niveau!!!!

    Je dis aux AYRAULT. PEILLON, KACHOURI etc que les problèmes d’insécurité nous concernent et que nous avons donc notre mot à dire.

    Si vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord entre vous, interrogez le peuple :
    A st-ouen, c’est très simple :
    Une enquête:
    Pour ou contre la dépénalisation?
    Pour ou contre la vidéo-surveillance?
    Pour ou contre deS moyens SUP à la police municipale?
    Pour ou contre des antennes de PN dans les quartiers les plus difficiles?

    A ce stade, ou ce fléau touche la vie des habitants et de leurs gamins, vous ne devez plus être les seuls maîtres à bord!!!

    Nos gosses qui vont au collège se font injustement contrôlés, nos gosses qui étudient au lycée ont la trouille de passer devant les cars de CRS car synonymes de cités qui craignent;

    Sortir de son parking rue emile zola ET sortir du centre de loisirs rue arago , avec en face des cars de CRS, ça n’est plus possible, ça mine; on en a tous assez.

    Le plus drôle est que dans le même temps, on reçoit sa taxe d’habitation et le montant de celle-ci ne prend pas en compte les quartiers dans lesquels nos résidences sont situées!
    De véritables zones CTDP: ça tire de partout!!!

    Donc ABDELAK¨, lâche un peu la région dans sa globalité et vient nous rencontrer…… au moins pour savoir ce que l’on pense de tout ça;
    De l’écrit, il est utile , parfois, en bon communicant de passer à l’oralité, histoire de NOUS comprendre!

  9. Concernant le post de taquet,

    Un peu de rigueur s’impose en France, un président normal et exemplaire….oui mais …. avec des élus et une police nationale qui le sont aussi!

    Ca fait vraiment bizarre à l’heure ou l’on pointe les “voyous” des cités de banlieue, d’en retrouver, aussi, du bon côté, celui qui devrait justement représenté l’ordre , respect, toutes les valeurs de la République.

    La morale : il n’y a pas que nos gosses dans les écoles qui en ont besoin!!!

  10. @Saly post9
    C’est exact et sans doute plus difficile de faire ensuite la morale aux jeunes dealers, à savoir :

    Arrête de dealer et passe ton BAC
    ou
    Arrête de dealer et passe à la BAC
    ou
    Arrête de dealer et passe à la politique du BAC à fleurs.

  11. ACCORDEZ LES PAROLES AUX ACTES EN MATIERE DE PREVENTION ET DE SECURITE !

    Depuis des années, après chaque drame humain ou agression physique, le maire se contente de réclamer de nouveaux moyens au gouvernement avec des lettres aux habitants informant des actions à l’évidence inefficaces avec l’absence d’une politique dynamique de prévention et de sécurité dans notre ville. Le bulletin municipal annonçait en grande pompe les arrivées d’une Brigade Spécialisée de Terrain en 2010, un Périmètre de Sécurisation Renforcée en 2011, la Zone de Sécurité Prioritaire le 11 septembre 2012. Vraisemblablement ces différents dispositifs avec des policiers présents dans nos quartiers, ne peuvent à eux seuls combattre les fléaux de la drogue et des incivilités. Les seuls habitants confrontés à l’insécurité risquent de s’essouffler avec des marches jamais suivies d’effet, une inquiétude qui grandie et un climat social qui se dégrade. Il est urgent de construire collectivement des actions préventives et sécurisantes avec tous les élus, la Police, la Justice ainsi que de l’Education nationale, les habitants et acteurs associatifs. Sortir des incantations et des annonces, accorder les paroles aux actes !

    Mamadou KEITA

  12. A rené com 6 : vous vous demandez pourquoi les traffics sont devenus si importants à SO ? Je peux vous aider à trouver la réponse : on peut aussi se demander pourquoi ces traffics ne se sont pas installés durablement à Clichy, ville voisine et aussi bien située ? peut-être parce qu’ils ont une équipe municipale plus efficace, plus soucieuse de pragmatisme que d’idéologie comme le dit tres justement roadyB.

    Quant à votre appel à creer des comités de quartier, dans la droite ligne de la majorité municipale, je vous rappelle qu’une femme s’est fait agressée dans la quartier soubise, et que je considère que ce ne sont pas aux habitants à aller au casse-pipe sous pretexte que les policiers ont peur d’y aller ou que nos élus n’ont pas eu la volonté de prendre des décisions plus enrgiques sur ce sujet !!!

  13. à Dominik

    Avec une accessibilité forte, Saint-Ouen permet une bonne réponse à la demande de canabis.

    On peut toujours mettre la situation sur le fait que nous disposons aujourd’hui d’un beau commissariat alors qu’avant rue Diderot, cela sentait bon Maigret!

    Plus sérieusement, à quand un étude enquête menée par les services sociaux, éduc nat et PJJ sur les chouffeurs et autres petites mains ?

    Que faire de tous ces jeunes venus d’ailleurs pour les remettre à leur famille respective avec les dispositifs d’accompagnement nécessaires?

    Pour Nôel, je propose que la ville et les bailleurs se cotisent pour un offrir un chien renifleur à la police nationale.

  14. Pour continuer dans le politiquement incorrect, je dirais que le trafic ne pouvant être éradiqué d’une manière globale car reposant sur une demande ou un “besoin” (au même titre que la prostitution ou etc), chaque ville essaye de refourguer le baton merdeux à son voisin en espérant trouver un maillon faible loin de chez soi.
    Désespérant à penser mais réaliste.

    L’article du parisien est intéressant sur les motivations des acheteurs qui viennent à Saint ouen : Proximité, discrétion, impunité.

  15. Dominik pos 12
    Je pense que ce qui se passe à Saint-Ouen pourrait aussi bien se passer à Clichy ou à Gennevilliers. Il se trouve que c’est Saint-Ouen, sans doute parce que c’est une commune qui présente des caractéristiques plus favorables que d’autres au commerce de la drogue. Quoi qu’il en soit, Saint-Ouen n’a pas l’exclusivité de la chose. Je suis originaire d’une ville de province, qu’on peut appeler une ville moyenne, où on peut aussi se procurer de la drogue, douce ou forte, dans certains endroits de la ville. Le commerce de la drogue est un phénomène national avec des endroits où il est plus développé que d’autres.
    Personnellement, je crois qu’en toute chose l’intervention des gens est bénéfique et nécessaire. Parce qu’elle crée un rapport de force susceptible de faire pression sur les autorités dont le rôle est de répondre aux desiderata des citoyens.
    Bonne soirée.

  16. @ post 16
    La différence c’est que dans votre ville de province, le commerce local illicite n’a lieu qu’a certains endroits, à SO c’est dans toute la ville.
    Il y a quand même de quoi s’interroger…
    La dernière en date un dealer s’est fait serrer dans le jardin de la crèche Lamotte après s’être fait courser par la bac dans la citée Cordon. On a de la chance la police à rien trouver dans la court extérieure après avoir chercher si le dealer avait balancer sa dope dans le jardin, au cas ou les enfants la prenne pour des bonbons.
    Il y a eu un vigile pendant une semaine dans la crèche.
    Des travaux vont être fait pour améliorer la protection extérieure de la crèche…

  17. post 11
    Construire collectivement avec tous les acteurs , c’est ce qui a été dit et répété et écrit par JR, maintenant, la question est de savoir quand et comment?

  18. Vers 14H aujourd’hui,rue Charles Schmidt,devant l’entrée du lycée,situation surréaliste.Deux CRS émergeant d’une foule de lycéens se pressant vers l’entrée du lycée et sans doute quelques non-lycéens.
    On peut rester pantois devant la correction de tous ces jeunes.Je ne suis pas sûr que dans les années 60-70,on aurait assisté à une telle scène pacifique.Si d’ailleurs des CRS auraient osé s’aventurer à 2 au milieu d’une telle foule de jeunes.Comme Saly,je me demande la véritable raison de cette présence policière.Elle a déserté l’entrée des cités pour patrouiller à celle du lycée.

  19. à Sardanaple

    des travaux sans concertation, en dehors de toute réflexion sur le quartuer, les usages, les personnels, les usagers, les citoyens, les policiers !? Tout va bien dans le royaume de JR…

  20. post 17
    Ce que vous racontez relève de l’anecdote. On ne peut pas dire, comme vous l’affirmez, que les dealers sont maîtres de Saint-Ouen. J’habite Boulevard Jean Jaurès, et il n’y en pas devant l’entrée de l’immeuble. Qu’il y ait des problèmes d’insécurité dans le ville, c’est une évidence. Il appartient aux forces de police de prendre les dispositions qui s’imposent dans le cadre des zones de sécurité prioritaire. Pour ma part, je partage ce qui est dit par ailleurs, à savoir que le règlement de tous ces problèmes prendra du temps .. Il faudra donc être patient.

  21. On croit rêver!
    Des problèmes de drogue et d’insécurité à S-Ouen!!Dites moi pas que c’est pas vrai, comme dirait l’autre!
    Ca fait des années que les dealers, peu nombreux au début, rue Mathieu par exemple dans le squat du 15, se sont rendus compte que dans notre jolie ville, y’avait de la marge avant de se faire emmerder par les autorités ou la mairie. Déjà tu pouvais y aller faire tes courses, sans risquer d’y croiser un enquêteur ou un représentant des forces de l’ordre.
    Ils sont pas forcément bêtes nos petits commerçants des paradis artificiels; et ils ont des potes, c’est une grande famille, avant que de se tirer dessus. Alors en une quinzaine d’année, sans qu’aucune intervention conséquente ne les dissuade de continuer leur installation , ils ont mailler la ville.
    C’est pas faute d’avoir été alertés, que nos élus , faisant complaisamment l’autruche,avec un certain talent, minimisaient la gravité du phénomène en parlant d’incivilité en place d’insécurité, de tranquillité pour sécurité!
    On sait jamais , ça pourrait vexer les jeunes.
    Heu, y’a pas un service jeunesse au sein de la ville qui , avec sa légitimité de proximité de ses responsables , auraient pu travailler auprès des instances supérieures pour poser le problème dans sa réelle dimension et sa gravité grandissante. Ou démissionner devant l’ inactivité coupable des élus.D’autant que le trafic impliquant des audoniens avait déjà défrayé la chronique…

  22. @ René Matéo post 22
    La liste des ” anecdotes “, comme vous les nommez est tellement longue à SO que cela en devient un symptôme. Le symptôme d’une ville qui va mal, dont la plupart des élus se préoccupent plus de leur calcul politique que des citoyens avec des petits arrangements entre amis, des services municipaux qui ont du mal à fonctionner correctement, des dérives autarcique du maire, du manque de transparence que l’on est en droit d’attendre. Je ne partage pas cette vision de la gestion de la ville et de la politique.
    Cela ne se résume malheureusement pas à un problème de sémantique…

  23. Je partage ce qui dit Paco, à savoir que l’on s’est préoccupé du problème de la drogue un peu tard. Les dealers avaient déjà pignon sur rue, si l’on peut dire ..
    Monsieur ou madame Sardanapale, vous faites un bilan très négatif de l’activité des élus et vous êtes très critique à l’égard des services municipaux. C’est votre droit et je ne le consteste pas. Mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous. Ce qui est aussi mon droit. Je ne mets pas, pour ma part, tous les élus de la majorité dans le même sac. Il en est qui font tout ce qu’ils peuvent pour répondre aux attentes des habitants et ils y réussissent ma foi pas mal, c’est mon sentiment.
    Je crois que dans toutes les villes, il y a des aspects positifs et des aspects négatifs, des appréciations différentes sur leur gestion, et il y a des mécontents, c’est normal. C’est le jeu de la démocratie.
    Pour ce qui est des responsables des services municipaux, ce que j’entends ici et là ne plaide pas en leur faveur. Je sais que bon nombre de fonctionnaires territoriaux n’apprécie guère leur hiérarchie. Je n’en sais pas plus .. et puis, je n’ai pas à porter un jugement de valeur sur des personnes que je ne connais pas …
    Bonne journée.

  24. au sujet des travaux de sécurisation de la crèche lamotte
    En juin, certains parents s’étaient émus de l’insécurité autour de la crèche et en avaient parlé sur ce blog, il me semble qu’ils avaient parlé qu’A Kzchouri les rencontrerait en septembre ? Cette rencontre a-t-elle eu lieux ? A-t-elle été suivie d’effets ? La sécurisation de la crèche en est-elle la conséquence bien qu’elle soit départementale ?
    Merci de nous dire si sir Kachouri a tenu sa promesse ou s’il a joué l’évitement comme à son habitude

  25. à lilli

    Pour la crèche départementale La Motte, c’est de la responsabilité d’abord du conseil général, donc d’Hannotin puis de JR, et enfin du maire Rouillon, puis de l’élu à la petite enfance.

    C’est vrai aussi que nous avons un service de médiateurs et d’agents de sécurité, ceux qui sont en civil lors de certaines cérémonies.

    Pourquoi ne rencontrent-ils pas les chouffeurs? Ils pourraient en profiter pas faire poser une vraie poubelle à l’angle rue C. Monet pour proposer à ces dealeurs de déposer leurs ordures ?

  26. Ce qui se passe à SO en matière de drogue n’est que le résultat de l’incompétence de JR et de son équipe.Ce traffic n’a pas envahit du jour au lendemain nos quartiers.Tout le monde connaiisait le petit traffic de la rue mathieu ainsi que les” squatter” de l’immeuble de la rue Biron et ce qui s’y passait cela a duré pendant des anneés. A l’époque j’ai envoyé plusieurs courriers a JR sur ce sujet, on jouait au foot avec quelques camarades sur le petit terrain d’en face, sans jamais aucun réponse.Si à cette période la ville avait fait son travail(prévention,aide,répression…) avec l’aide de l’état.Peut-eter que nous n’en serions pas LA.

  27. Quand l’ASOEA en 2001 , avec ses presque 6%, avait répondu que se n’était pas une place en Mairie que nous cherchions, mais un partenariat afin de faire remonter quelques infos en provenance des quartiers et participer au débat pour faire avancer le schmillblik, le problème de la dope , des trafics, et de l’insécurité , pardon de la tranquillité …, étaient déjà là. Naïfs que nous étions , nous avons vraiment cru qu’on nous associerait, rien qu’un brin, ainsi que bien d’autres sur la ville, que ça ne pouvait être que tout benef’ pour chacun!
    Peau de balle et ballai de crin, comme disait ma grande mère, qui en plus était une sainte …

  28. J’ai découvert deux émissions très intéressantes avec de nouveaux concepts :”Viens dîner dans ma cité “(avec pour premier invité coopé) et “Made in banlieue” sur france 3, je crois!
    Ca change des docts JOURNALIERS sur les banlieues et des dossiers de ce type dans les journaux;

    Enfin des médias qui vendent autre chose que misère, drogue et violence dans les quartiers difficiles. Ces émissions nous offrent des exemples de réussite et des initiatives qui montrent que le vivre ensemble est encore possible!!!

  29. Pour ce qui concerne le papier du Parisien, je suis en plein accord avec René et Paco,ça dure depuis des années, le deal de came à sto est une vielle affaire,dejà, ds les années 70, on me disait,”pourquoi tu vas bosser….fais comme nous….”…tu verras, tu vas te faire plus de tunes.
    Là, je prends la défense de JR, elle n’y peut rien, c’est un phénomène de société, les mecs qui fument de la Beu, veulent sortir un peu du quotidien, croire qu’ils sont bien malgrés les contraintes de la vie, etc…., le pays est bien malade car la vie est dure.
    Autrefois, les” bourges” de Paris allaient” aux putes”, (souvent des pauvres filles de nos banlieues ou de nos campagnes), aujourd’hui ,ils fument des tarpés, et se la racontent avec leurs “Scoots” ou leurs” Mercos”….en écoutant Benabar.
    Je ne suis pas un spécialiste de ces questions, mais je pense que si “on”veut arréter le truc,” il faut.
    Dépénaliser, car, quoi qu’on dise, ça va durer…, ou légaliser.
    Ou alors, taxer les consommateurs, (très cher).
    J’étais, il y a quelques jours , au diner de Soutenance de Thèse de Praticien Hospitalier d’une proche,ça puait tellement le chit que je me suis cassé!….. très tard.
    Il y avait là, des Médecins et des Pharmaciens….
    des Parents et des Oncles et des Tantes (si jôse dire encore )… dont j’étais.
    J’ai même rencontré un Praticien adhérent du PCF… avec lequel j’ai tapé la discute… et qui défendais la thèse selon laquelle, un p’tit pet de tps en tps, c’est pas bien grave …alors… c’est dire….

  30. en ce moment au lieu de s’en prendre aux dealers la police s’en prend aux commercants de saint ouen en procedant a des desentes avec les services d’hygiene et l’inspection du travail….
    Qu’il enquetent plutot sur les conditions de travail des guetteurs et autre aspirants si les regles sociales de la convention collectives des revendeurs de stupefiant est bien respecté…. en les sanctionnant par de lourdes AMENDES

  31. au bal des simplets ou l’hommage de Francis Blanche à certains qui osent tout.

    Ah bon le hasch, c’est comme les prostituées, c’ bon, fait du bien au deux parties, et cela ne touche pas aux libertés. C’est naturel.

    Les souteneurs, les caïds de tous poils et de toutes les religions doivent bien rigoler à vous lire.

    Les parents qui voient leurs enfants s’effondrer, les familles de victimes d’accident routier endeuillées sont donc dans l’erreur car l’usage du cannabis n’est en rien responsable. C’est la faute à la fatalité.

    Que Peillon, soit un “crétin” comme disait Emirgand prof au collège, cela c’est sûr, comme il est le ministre de l’éducation nationale à laquelle il refuse les moyens en appliquant le traite Sarkozy-Engela

    Donc, les boulevards de Belleville où stationnent des dizaines de jeunes femmes ne sont pas des femmes sous contraintes mais des touristes chinoises égarées qui n’ont pas compris que le métro passait en dessous de leurs pieds.

    Les Audoniens qui sont entravés par le comportement et les actes des chouffeurs et autres malfrats sont des imbéciles qui ne comprennent pas l’intérêt pour notre bonne ville de permettre le brassage et la rencontre des peuples.

    Je comprends mieux pourquoi le PS et l’UMP, successivement ministre de la justice n’aident pas à l’instruction des criminels de l’amiante. Si les ex salariés qui en meurent à petit feu sont encore vivant, c’est bien que la preuve finale de la dangerosité de l’amiante n’est pas prouvée. Un peu comme les OGM. Attendons d’en crever, pour voir si c’est vraiment mauvais.

    Il y eut le verre de lait pour éponger la production agricole française.

    Il y aura le joint pour remplir les caisses du gouvernement et des maffieux marocains.

  32. @ Taquet
    La picole, est aussi pour grande partie, responsable de maladies , de désocialisation, d’addictions , d’accidents en tout genre, mais est elle, en vente libre.
    Donc pas de trafic pour se prendre une cuite et pas de dealers qui entretiennent leur petit commerce comme des fachos maffieux qu’ils sont, si j’ose ce pléonasme. T’as pas à te cacher et les caissières ne portent pas de cagoules!
    Au pire un majeur de 18 ans ira chercher la came au super marché du coin pour ses potes plus jeunes. Dans mon coin de Bretagne , vu cet été des kids de 15/16ans , garçons et filles, en nombre , à l’entrée de la boite ” chandelles”,à 22 H, déchirés grave, bouteilles de vodka en main avant de gerber leur casse croûte familial deux heures plus tard (au mieux!) dans les galets de la plage! Dantesque; parce que même si j’ai donné dans le pas élégant , au même endroit, au même age il y a quelques décennies, jamais vu autant de gamins petman’, aussi tôt, en aussi grand nombre ( donc un peu cons et agressifs parfois)ET au vu et su de tout le monde, parce qu’en été en bord de mer , même par temps foireux ( ce qui est très rare évidemment) y’a du monde qui se fait la digue après un beau coucher de soleil ou quelques beaux rouleaux en période de grande marée, avant d’aller rejoindre Morphée…
    Que dire des universités ou autres écoles où s’organisent des fiestas sponsorisés par des marques de spiritueux qui tentent ainsi de rendre accros les gamins etc etc…

  33. POST 33 OPTICAL

    Qu’il y ait des contrôles chez les commerçants, on ne va pas s’en plaindre , j’ai pris de la viennoiserie dans une boulangerie et ça n’était pas très frais, les boucheries laissent à désirer question hygiène , que dire des salons de coiffure aux coupes à 8 euros dont l’état des serviettes et des brosses font peur!!

    Donc franchement, dans ce domaine, il y a aussi besoin de contrôle.

    Concernant la police et les trafficants c’est la BAC qui s’en charge et je ne crois pas que leur mission soit aussi d’ accompagner les inspecteurs du travail, peut être que je me trompe!!!

  34. Comme nombre de cités françaises, Saint-Ouen vit sous la coupe d’organisations mafieuses qui, parfois avec violence, s’enrichissent du trafic de la drogue .. et d’armes ! Ce sont elles qui contrôlent les cités, qui y contiennent la colère populaire et légitime. La loi du silence, les menaces, les règlements de comptes sont au service de la peur, voire de la terreur !
    Des jeunes, et même de très jeunes, sont impliqués dans ce trafic et servent surtout de guetteurs, moyennant quoi ils sont rétribués grassement.
    Pourquoi ne met-on pas un terme à ce commerce illicite ? A-t-il une signification politique ? Ces questions méritent d’être posées.
    On sait qu’un sentiment de révolte anime de nombreux jeunes, face à l’avenir incertain qui s’offre devant eux. Les écarter du monde politique est pour la bourgeoisie une nécessité vitale, à seule fin de prévenir des incidents dans les banlieues les plus sensibles, lesquels pourraient déboucher sur de véritables émeutes insurrectionnelles. Il faut donc neutraliser la jeunesse. La drogue et l’argent gagné facilement feront l’affaire …
    La crise profonde qui touche le pays peut provoquer des mouvements sociaux de grande ampleur. L’histoire démontre que la jeunesse à toujours été à l’avant-garde des combats pour le progrès social, la démocratie et les libertés. On a réussi pour l’instant à dévoyer une partie de la jeunesse … pour combien de temps ?

  35. à paco daussat
    le regard sur l alcool à été modifié par des dispo législatives : sur la route, puis dans l entreprise, enfin dans les grandes écoles.
    les fabricants ont contourné ces dispos avec lesmix avec l aval des gouvernements., sans parler du manque de moyens dans l é duc nat , la faiblesse des cursus universitaires médicaux … le peu de moyens pour aider les familles à être parents …

  36. POST 36

    Oui mais 4 fois de suite a Debain…..6 fois de suite a Michelet ça fait bcp…. aforce de ces controles les comemrçants vont partir et on sera a terme obliger d’acheter du pain a porte de clignancourt…… a moins que l’on ne veuille que ces zones se transforme en nouvelles zones de trafic de stupefiant ….

  37. C’est vrai que ça fait beaucoup mais pour venir autant de fois, il faut se demander s’ils n’y ont pas été invités par certains consommateurs mécontents de leurs services!?.

  38. Les contrôles des commerces sont une nécessité. Il y a parfois dans les rayons de certaines grandes surfaces commerciales des produits dont la date de péremption est dépassée .. et je ne pense pas que les mesures d’hygiène imposées y soient partout respectées. Il y a une grande surface à Saint-Ouen où le rayon poissonnerie exhale une odeur difficilement supportable… qui ne vous engage pas à consommer les produits de la mer. On sait aussi que dans les remises où l’on stocke les produits, c’est la guerre contre les rats !
    Tout ça pour dire que les contrôles des commerces, dont l’objet est de vérifier la fraîcheur des produits et la propreté des locaux, doivent être maintenues … pour le grand bien du consommateur.

  39. Post 40,qu’y a-t-il de gênant pour un commerçant d’être contrôlé par l’hygiène et la répression des fraudes s’il n’a rien à se reprocher?
    Je ne pense pas que c’est la raison qui les pousse à partir!
    La protection de la santé des consommateurs est au-dessus de la susceptibilité des commerçants.Moi au contraire,au marché,je trouve que l’hygiène laisse à désirer,comparée aux années 50-60.Surtout pour la viande!

  40. le probleme c’est que les grandes surfaces ne sont pas controlée… la realité c’est que les controles sont tatillons pour les petits comemrçants et d’un laxisme latent pour les grandes surfaces quand elles le sont…. “que vous soyez puissant ou miserable les rigeurs de la loi ne s’appliquent pas de la meme maniere”

  41. @Optical post40
    Quand sur Debain, un boulanger vient vous servir du pain avec un pansement au doigt vieux de plusieurs jours, les ongles noirs d’un mécano en portant le tee-shirt d’un plâtrier en exercice et avec les cheveux aussi sales qu’ils semblent être shampooinés avec le beurre de ses croissants rassis, pensez-vous réellement de cela soit bon pour ses clients et même pour son commerce ? Cela ouvre-t-il vraiment l’appétit de consommer chez lui ? Mais en a-t-il au moins conscience ? J’en doute.
    Entre l’artisanat du bâtiment, de la mécanique et celui réservé au marché de l’alimentaire, il faut malheureusement constater qu’à Saint-Ouen certains dits artisans ne font pas toujours la différence pour oublier parfois (ou tout simplement ne pas savoir) les règles élémentaires d’hygiène visant à garantir non seulement la santé de leurs clients mais également de les respecter et de s’assurer leur fidélité.
    Une de mes grand-mères ayant tenu un des nombreux commerces existants sur Debain à son époque, il y a longtemps, avait souvent coutume de dire « On n’attrape des mouches avec du vinaigre mais avec du miel» ce qui s’était toujours confirmé par la fidélité de ses clients.
    Donc si maintenant avec peu de concurrence d’autres pensent qu’en conservant des mouches, ils vont faire du miel. Alors, il semble tout à fait normal qu’ils puissent aussi gouter au vinaigre d’une petit piqure de rappel avec un contrôle.
    Aussi, mieux faut-il encore considérer ce lâcher répétitif d’hirondelles chez les commerçants (longtemps resté rare), comme un mal utile et nécessaire, annonçant un retour souhaité du printemps pour un commerce de qualité à Saint-Ouen.

    Cependant, si vous évoquez les interventions réalisées sur le quartier Debain, la semaine dernière, où j’ai pu observer l’une d’elles un soir vers 19h dans un petit bar (encore ouvert car non prévenu contrairement aux autres) et qui avait mobilisé une estafette, 3 véhicules de police dont un banalisé, soit au total une quinzaine d’agents avec et sans uniforme détachés avec des chiens en réserve pour contrôler cet établissement.
    A l’évidence, celle-ci ne voulait pas se limiter qu’à un simple contrôle d’hygiène (où en général deux ou trois personnes des services de l’hygiène suffisent), mais bien avec la volonté d’opérer un objectif de recherche global bien plus large (Ursaff ? Trafic drogue ?, Travail illégal ?…)

  42. com 49 : ayant habité bauer pendant 5 ans, à part le F…x de Michelet, très limite avec les dates de péremption, le reste des commerces (boulangeries, boucheries) étaient très corrects
    => faut dire qu’il y a peu de commerces aussi….

    certains restaus aussi, on se demande comment ils font….

  43. Optical,post 45,là je vous donne raison.Il y a une vingtaine d’années,un samedi matin d’hiver,j’avais acheté de la viande de pot-au-feu datée du jour même au Champion(remplacé par Lidl depuis)à l’angle Péri-Vaillant.En l’ouvrant en rentrant chez moi,ça sentait le pourri.J’ai téléphoné au commissariat(en face de Jaurès,à l’époque).Une charmante voix féminine m’a répondu:”on sait que voulez-vous qu’on fasse?”Impuissant face à cette réponse et ne voulant pas empoisonner mes filles,j’ai jeté le tout à la poubelle.
    Voilà pourquoi il est nécessaire de créer des comités de défense des consommateurs.Je suis partant sur St-Ouen.
    Moralité lorsque le Champion a fermé(je suis d’accord c’est regrettable pour les employés),le bruit a couru que c’était à cause d’un contrôle de l’hygiène mais il est scandaleux que ce ne soit pas rendu public car les consommateurs sont en droit de savoir,de connaître les commerces gros ou petits qui mettent leur santé en péril…

  44. Je ne suis pas intervenu sur le blog depuis un petit moment mais en continuant de suivre les débats, je constate qu’aujourd’hui à Saint-Ouen, force est de constater que les questions liées à la sécurité, touchent désormais tout le monde, d’une manière ou d’une autre.

    Comme tout le monde j’ai reçu il y a quelques jours la lettre ouverte du Maire, suite à l’agression d’une habitante et comme beaucoup de personnes je crois, j’ai été interpellé et agacé par la phrase qui accuse la presse de s’emballer et de ne chercher que du sensationnel et que tous ces articles ne reflétaient pas le quotidien des habitants.

    Cette phrase m’a inspiré une question simple à l’adresse du Maire: Vous vivez dans quelle ville madame ?!

    Oui car moi même je suis en général méfiant vis à vis de la presse mais la pour le coup, force est de constater que la réalité dépasse la fiction si j’ose dire et qu’ils n’ont pas besoin de beaucoup romancer leurs articles ! Alors attention, je ne suis pas en train de dire que je suis pour la surmédiatisation que subit Saint-Ouen dans la période car au final, la presse fait de la publicité ouverte pour nos herboristes à capuches et cela ne règle rien au problème bien au contraire…
    En même temps la presse est la pour relater le mal et non pour le soigner mais bon, c’est un autre débat.
    En tous les cas, une chose est certaine, la guerre de l’image est définitivement perdue car pour la presse Saint-ouen ce n’est plus un marché mondial de l’antiquité (les Puces) mais bien un supermarché de la drogue aux portes de Paris.
    Pour revenir au début de mon propos, je voulais juste souligner le décalage du Maire en rapport au quotidien de ses administrés et je trouve tout à fait déplacé, de chercher encore une fois, de faux responsables, face à une situation ou ils sont surement moins coupables qu’elle.

    Dans cette lettre deux choses me dérangent, la première c’est effectivement de nier la réalité et de chercher des responsables pour se dédouaner et ensuite, c’est d’inciter les citoyens à lutter eux même contre ce fléau, est-ce bien raisonnable madame le Maire ?! En effet vous ne cessez de faire référence à la mobilisation citoyenne du quartier Arago/Zola qui selon vous, aurait permis de mettre un terme au problème mais vous savez bien que c’est complètement faux ! Même si je trouve les actions de ces habitants positives, le problème n’a pas été réglé mais simplement déplacé de quelques mètres et en plus, avec la présence permanente des CRS donc c’est pas très sérieux. D’ailleurs n’est ce pas dans ce quartier précisément qu’une fusillade à l’arme de guerre a eu lieu dans la nuit du 13 au 14 octobre dernier, avec un drame évité de peu ?!! Et malgré cela vous voudriez que les citoyens soient en première ligne ?
    Ce qui rend votre proposition encore plus incroyable c’est que c’est dans une lettre qui fait suite à l’agression d’une habitante dite “résistante” au fléau, que vous proposez aux citoyens de descendre aux bas des immeubles, alors à moins que vous ne parliez de milices, je vois pas bien ou vous voulez en venir car aujourd’hui madame, les choses ont pris un tour beaucoup trop mafieux pour que les citoyens s’en mêlent, sans risque de représailles pour eux.

    Non madame, redescendez sur terre, en Audonie par exemple et par pitié, ne laissez plus vos nouveaux collaborateurs bobos dirent n’importe quoi sur Saint-Ouen dans vos lettres car eux, tout ce qu’ils connaissent de cette ville, c’est le salaire mirobolant que vous leur offrez en temps que soit disant pro de la politique et de la communication et la route qui les emmène et ramène des beaux quartiers de Montreuil (par exemple).

    Proposez nous plutôt de véritables solutions pour lutter efficacement contre ce fléau, de manière à ce que les Audoniens retrouvent une certaine tranquillité et qu’ils ne soient plus inquiet pour l’avenir de leurs enfants qui grandissent dans cette ville. Oui car vous parlez (beaucoup dans la presse que vous dénoncez d’ailleurs au passage) mais ou sont les actions concrètes ? Oui car les zones prioritaires de sécurité ne suffiront pas en elles même et ne serviront à rien si à coté des partenaires Police et Justice, il n’y a pas une municipalité engagée concrètement.

    Je crois sincèrement madame le Maire, que le temps de la parole est dépassé et que nous attendons tous désormais des actes forts avec deux axes: prévention et répression.

    Oui prévention car ce qu’il y a de plus dangereux dans ce fléau, c’est le capital sympathie dont bénéficie les dealeurs auprès des plus jeunes, qui sont pour beaucoup pour eux, des sortes de héros des temps modernes, qui luttent contre le pouvoir et la répression policière et au passage, on oublie complètement la notion négative de l’usage et du trafic de stupéfiant et la il y sérieusement à ce poser la question des actions de préventions à mettre en place car si nous n’avons pas pu sauver les plus grands, essayons de sauver les plus petits.

    Encore pour cela faudrait il que le trafic ne soit pas sous leurs yeux, comme c’est le cas à l’école Bachelet, ou au centre de loisirs du centre Ampère. Cela devrait être une priorité Municipale, qu’au moins les abords de ces lieux soient sécurisés, pour que déjà, les parents d’élèves n’ait pas à devoir traverser les dealeurs pour récupérer leurs enfants !

    Une action simple serait madame le Maire, que vos policiers municipaux lâchent du leste sur les automobilistes, pour qu’au moins, les abords des écoles concernés soient sécurisés aux heures d’entrées et de sorties, ça me parait un minimum.
    Car au final il y a un coté burlesque, vous pouvez vendre de la drogues à tous les coins de rue et en toute impunité mais si vous avez le malheur d’oublier de renouveler votre parcmètre, la par contre, la sanction est immédiate !!

    Pour finir car j’ai été long, je me permettrais une dernière suggestion, après les zones prioritaires de sécurité, pourquoi pas les zones prioritaires de propreté ?!! Car me rendant tous les matins au Kiné rue Bachelet, j’ai honte de constater que les mômes du groupe scolaire du même nom, arrive dans une rue et devant une école ou vraiment, il faut le voir pour le croire, c’est juste immonde et dégueulasse car cette rue est un lieu de java nocturne pour nos commerçants en herbe. La encore, si la municipalité n’est pas capable de remédier au mal à la racine, qu’elle en efface les stigmates au petit matin car la rentrée des bambins dans la M… le matin et sortir le soir avec les dealeurs, ça commence à faire beaucoup pour un même lieu mais en même temps, je dois m’emballer et être avide de sensationnel !

  45. @Michel Fainzang post51
    Je sais juste qu’un d’entre eux a été remplacé par des ‘coquins’ pour faire leur beurre, qui est un autre minerai pour les flambeurs… !-(

  46. @post47
    Il y a meme des agences de voyages qui remplacent les Taxiphones maintenant!
    Et le bus pour revenir du rif, ça contient plus qu’un break Audi rs4.

  47. Il y a deux semaines de cela j’ai fait un tour a Drancy un dimanche .Il est vrai qu’il y a de beaux commerces n’ayant rien a voir a ceux de Saint Ouen. Mais a ma surprise j’ai vu au marché le maire de drancy en personne faire son marché et se prommener au milieu de ces habitants . Il se faisait interpeller des problemes de sa ville et prenait un petit calpin ou il notait les plaintes de ces administrés. Apres il prennait un café chez un commmerçant et bavardait de choses et d’autre avec les habitués de ce bar et ceci sans micro ni caméra. A Saint Ouen les elus se font rares au marché sauf pour distruber des tracs au moment des elections…. on verra bien apres 2014 …….

  48. Amstrong défendu au JT par Drucker, après une sculpture de Zidane donnant un coup de tête à Matérazzi devant Beaubourg,

    voici le bain socio-culturel-médiatocco-affairiste qui bouillonne à nouveau.

    Il s’était trouvé peu de journalistes et d’hommes politiques pour condamner à l’époque des faits cet acte imbécile et coûteux du footeux.

    Le fait que ZZ puisse penser entraîner l’équipe de France de foot me laisse pantois. Tout cela fait vendre du papier et est bon pour le monde des affaires.

    Décidément nous n’avons pas les mêmes valeurs.!

  49. @Malik.
    Entièrement d’accord avec vous… Mais que voulez vous, elle est dans le déni depuis le départ et le prouve encore une fois : il ne se passe rien, ce sont les journalistes qui inventent… (Rappel : Elle avait dit que ces problèmes étaient nouveaux à St Ouen). Peut être que, par un coup du sort, ils repasseront en 2014 (suffit que les soc s’effacent au 2nd tour, ou que pour cause de cumul des mandats …) … et là, effectivement, à part s’organiser en milice, je vois pas ce qu’on pourra faire (oui parce qu’il faudra assumer ce vote…). De toutes façons, on est beaucoup plus convaincant avec des mots gentils et un flingue à la main qu’avec des mots gentils tout seul…
    Concernant la répression, l’arsenal de loi ne le permet manifestement pas, en faire plus serait pris comme une entrave a la liberte. Concernant l’éducation, c’est sur que le niveau scolaire de St-Ouen ne permet pas de trouver un travail à la hauteur de ce qu’on gagnerait avec un marché si florissant. D’ailleurs , le debat actuel montre bien que la jeune generation socialiste va choisir la solution de facilite en depenalisant des que ce sera possible. Pas grave, un autre traffic prendra place… On denonce les bobos qui viennent se fournir chez nous , il n’y a qu’a les faire venir habiter ici. Mais non car ces bobos ne sont pas reputes bons electeurs …. Alors on prefere faire du bon logement social en architecture bien dense, pour etre sur de rester dans cette situation qui au fond, arrange bien cette municipalite (prix immo peu eleves, delinquance = repoussoir a bobos ) … Et tant pis pour les honnetes gens trop pauvres pour partir, trop faibles pour se defendre.
    @Optical : Oui en fait, vous décrivez le Job de Maire … C’est vrai qu’on pourrait presque l’oublier vu d’ici… Mais vous avez raison de comparer à d’autres villes… Toutes les villes de la petite couronne sont soumises à la même politique nationale ou régionale, toutes n’ont pas le même résultat, et c’est bien chez nous que les journalistes viennent , et pas ailleurs, c’est chez nous qu’on voit tous ces soucis… Quelle difference avec les autres villes : leur gestion municipale.

  50. Optical a raison. J’ai eu l’occasion de rencontrer Jean-Christophe Lagarde lors d’un congrès de l’ANACR à Drancy, où nous avons été reçus chaleureusement. D’un abord agréable, il a donné suite à toutes nos demandes et ne nous a pratiquement pas quittés. Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, est un homme intelligent qui sait vendre son image .. Rien d’étonnant donc si des habitants lui témoignent de la sympathie.

  51. Pour revenir à mon post 31, je souhaiterai sincèrement que les médias nous oublient un peu!!!!

    Je pense aux jeunes banlieusards qui étudient, qui bossent ou recherchent un emploi.

    Nous luttions déjà contre certaines discriminations (cv anonyme) pour qu’ils accèdent à l’emploi. Il nous faudra bientôt ne plus écrire son adresse sur son CV ou pour rentrer dans les grandes écoles tellement St-ouen est mal vu.

    Les médias traitent d’une réalité qui nous ronge, on ne leur demande pas de soigner le mal, ils n’en ont pas le pouvoir mais à l’inverse de décrire réèllement ce qui se passe sans exagération.

    Un dossier de 4 pages était il nécessaire?
    Pourquoi à la télé, les chaînes 6, w9 produisent des émissions telles qu’ enquêtes d’actions qui nous plongent dans les cités et dévoilent les modes d’actions de la BAC?

    Tout ceci n’a pas un but informatif, c’est tout simplement du voyeurisme, un outil médiatique utilisé pour renforcer les peurs et salir plus qu’elles ne le sont les banlieues.

    L’action de ces médias va à l’encontre des efforts fournis par de nombreux associatifs pour améliorer le vivre ensemble et changer le regard sur les cités. Tous les jeunes audoniens ne dealent pas et puis ceux ne sont plus des audoniens, ils oublient souvent de le dire!!!!

    L’émission dont je parlais sur france 4 s’est déroulée à Clichy-sous-bois. Cette ville a eu, elle aussi, les caméras posées sur elle, le journaliste a voulu lui redonner une autre image et parler de la réussite des jeunes qui est possible même en banlieue.
    A une époque ou le moral n’est pas au beau fixe, c’est cette réalité ci que l’on voudrait entendre parler AUSSI!

    On y voit aussi le maire-adjoint prendre un café avec les habitants ; cette proximité avec les élus est , aujourd’hui, essentielle pour redonner confiance aux habitants.

    L’état, la muncipalité ont pour mission d’assurer la sécurité de tous les français et doivent donc intervenir pour résorber ce fléau; On est tous d’accord pour le dire et l’exiger!

    Les médias, les associatifs, les habitants doivent, eux, oeuvrer pour améliorer le vivre ensemble.

    Pour cela, il faut aussi débloquer des moyens qui me paraissent, aujourd’hui, insuffisants.

    Je pense que tous les habitants peuvent agir à leur niveau sans avoir à endosser des responsabilités qui ne sont pas les leurs à condition de les entendre, les accompagner et leur donner des moyens !!!

  52. Nous sommes une vingtaine à être intervenus sur cette discussion.
    Je crois que ce blog a ses limites lorsqu’il ne s’agit que de décrire la situation et donner son opinion!

    Nous sommes tous concernés et j’ai l’impression qu’à st-ouen, nous sommes devenus des assistés. Nous attendons que les élus nous convient (ou pas) à des réunions, nous laissons des associations de quartier et de locataires se rendre aux réunions sans y participer.

    Constater et se plaindre ne suffit plus, je crois que des comités de quartier devraient être exigés ou créés par les habitants eux mêmes qu’ils militent ou non à un parti ou dans une association.

    Je crois que l’on ne peut plus dire que les autres ne font rien lorsque notre engagement se résume à dire ce que l’on pense sur un blog.

    S’il suffit d’attendre les échéances electorales pour croire que les choses bougeront, on est mal barré!!! Il reste un an et demi avant les élections municipales et les difficultés, c’est maintenant qu’on les subit!!!!

    Eric,
    Pourquoi ne prolonges tu pas l’action de ce blog en créant des réunions publiques qui reprendraient tous ces sujets? L’avantage sur ce blog est que nous sommes tous d’horizons différents et que nous avons des propositions à faire et à faire remonter!!!

  53. Zut la presse s’emballe encore ce matin en nous annonçant un homme grièvement à l’arme blanche à la cité Soubise, ça mérite une autre petite lettre ça

  54. Eric,post 57,je te trouve injuste avec JR et MB.Dimanche matin,ils étaient comme des poissons dans l’eau aux Puces au milieu de la foule qui s’y pressait pour la “fête des Puces”!
    A ce qu’on m’a dit JR était très à l’aise vendredi soir au milieu du banquet des VRP*dont tu faisais partie avec ta famille et d’autres de ses pourfendeurs sur ce blog.
    *Pour ceux qui s’en inquiéteraient voilà où passe une partie de nos impôts locaux “luncher” le beau linge audonien(le Coq ne leur suffit plus)et les personnalités pucières puisque malgré leur domiciliation à Neuilly ou dans les quartiers huppés de Paris d’après Eric,ils sont S.O.!Au moins,ils bénéficient du fric de ses habitants…

  55. Les règlements de comptes se multiplient dans la ville ! Comment y mettre un terme ? Personne n’a de solution. En tout cas, elle n’est plus du ressort de l’assemblée communale, ni de l’assemblée départementale. Mettre un terme aux activités mafieuses implique un intervention massive de l’Etat. Je ne pense pas, pour ma part, que la création de zones de sécurité prioritaires soit de nature à résoudre le problème.

  56. René (post 65),

    Dois-je comprendre que :

    La Mairie : Nous, on ne peut rien faire… On pilote le projet des Docks. C’est vachement chronophage et Eurovore.

    Le Département : C’est pas à nous de régler le problème… T’as pas 100 balles pour payer nos dettes ?

    La Région : Saint-Ouen, on connait pas. C’est Où ?

    L’Etat : C’est la crise, on peut pas tout faire et on galère déjà pour payer nos salariés. D’ailleurs, donne nous tes 100 balles… On vous envoie M. Valls qui est au moins aussi efficace que Sarkosy…

    L’Europe : On renfloue les banques sinon c’est le retour de la Barbarie… C’est une priorité au même titre que la future intégration de la Bosnie. Pas possible d’intervenir, même pas en rêve ! D’ailleurs, le souhaitez-vous ?

    L’ONU : La Chine et la Russie apposent leur Véto au Conseil de Sécurité sous prétexte que l’Audonie est un territoire historiquement “frère” (petit frère).

    HABITANTS : Demmerdez-vous… Mais on veut entendre parler de Milices… C’est interdit !

  57. ah si il n y avait pas de champagne j ai bien fait de ne pas y aller
    je plaisante c est juste que je n avais pas l opportunité d y aller
    j étais dans mon village avec le commite de soutien pour sauver notre EPICERIE avec le soutien de la Presse
    René
    pour mettre un terme a ses réglements de comptes qui à présent n etaient que des amuse gueule car le plat de résistance arrive
    pourtant depuis des ANNEES on tire le signal d ALARME on va attendre qu il y est encore plus de MORT
    IL EST TRES urgent DE DIRE STOP
    mais ce ne sont pas a nous de faire la POLICE et se METTRE EN DANGER que font les ELUS et le MAIRE ? RIEN que des paroles pour ne rien dire
    ON VEUT DES ACTES pas pour un jour une semaine une année mais pour toujours qu on puisse vivre dans la SECURITE pour nos ENFANTS et NOUS MEME
    on veut retrouve NOTRE VILLE QUI LE FAUT BIEN comme avant
    bon week end
    ah une chose si je n avais pas mes enfants et petits enfant il y a longtemps que je serais partie de Saint Ouen ce n est plus ma VILLE et pourtant je L AIME

  58. @Saly com 62 : je ne suis pas trop d’accord avec vous : les comités de quartiers , les réunions en tout genre n’ont rien donné et il n’y a pas de raison que cela change : cela donne seulement la satisfaction personnelle d’avoir fait quelque chose et ces actions sont récuperées par les élus ou alors il faut que les actions des habitants soient clairement faites pour les interpeler haut et fort.

    Je pense aussi qu’il faut continuer à en parler et casser cette loi du silence mise en place depuis des années dans cette ville qui a aboutit à la situation que l’on connait. Plus la presse va en parler et plus nos élus seront mal à l’aise et vont se sentir obligé de faire quelquechose et s’ils ne trouvent toujours rien d’autre que de demander aux habitants de prendre les risques à leur place ils seront sanctionnés en 2014 puisque ce sera le seul espoir qu’il nous reste pour que les choses changent enfin…Le post 53 de Malik décrit parfaitement la situation.

  59. Braquet et Mimi, je vous comprends. Comme vous, je n’apprécie guère que Saint-Ouen, une ville qui fut chantée par Jean Constantin lors du Carnaval et qui comptait des majorettes très talentueuses, puisque elles se produisirent à New York, soit dans la panade. Comme vous, je n’ai pas de solution, mais ce n’est pas le moment de quitter Saint-Ouen. Au contraire, maintenez la pression et mobilisez autour de vous, un jour ou l’autre ça va payer !
    Bonne journée.

  60. Les banquets mesdames et messieurs, que ce soit aux puces ou ailleurs, ils attirent toujours beaucoup de monde ! La chère y est bonne, généralement, et le pinard pas dégueu du tout.
    Tout cela me fait saliver, parce que je dois bien souvent me contenter d’une biscotte, sur laquelle j’étale un peu de confiture de marrons .. grandeur et décadence !

  61. Houra, un nouveau lieu de deal vient d’ouvrir sur St Ouen !
    Idéalement situé entre le gymnase joliot-curie et le stade bauer, il permet aux enfants fréquentant ces lieux (je n’ose dire jeunes sportifs en herbe) de s’instruire sur le métier de dealer et constater que leur avenir n’est pas tout à fait noir .
    En plus, l’entrée du nase et l’escalier permet un repli stratégique en cas d’intervention policière sous le regard impuissant des parents et les interrogations des enfants (keseqil fait le mossieur papa?)

    Merci saint ouen, merci jacqueline

  62. Saly vous êtes quelqu’un de bonne volonté qui souhaite apparemment s’investir pour sa ville et je trouve cela très positif mais par contre, je ne suis pas d’accord avec vous quand vous déclarez que les Audoniens seraient devenus des assistés car en réalité, je crois surtout que nous sommes tous complètement dépassés par les évènements et il faut bien dire qu’il y a de quoi.

    Nous sommes passés en peu de temps, d’une ville ou il faisait bon vivre, avec une ambiance sympathique et chaleureuse, à la caricature négative d’une ville de banlieue, qui fait désormais souvent la une des quotidiens nationaux avec son supermarché de la drogue.

    Alors au début nous avons tous fait confiance au Maire, en écoutant ses belles promesses et puis malheureusement, aucune lueur d’espoir n’est arrivée et aujourd’hui, nous sommes tous un peu perdu car force est de constater qu’il est difficile de continuer à lui faire confiance sur cette question. J’irais même plus loin car quand l’on regarde dans le rétroviseur, il n’y a eu au fond aucune proposition concrète de mesure à mettre en place au niveau local, pour lutter contre ce fléau. Le Maire c’est juste dédouané sur les gouvernements et Ministres de l’Intérieur successif, en disant, à notre niveau on peut rien faire et la clairement, je ne suis pas d’accord ! Comme je le disais dans mon précédent post, la ville a des moyens d’interventions et ces moyens doivent être déployés en collaboration et en renfort des partenaires institutionnels police et justice, dans le cadre des zone prioritaires de sécurité sinon tout cela ne servira à rien et nous en avons la preuve tous les jours.

    Maintenant votre idée Saly, de prolonger la discussion libre de ce blog dans des réunions publiques d’initiatives privées, oui pourquoi pas mais avez vous vraiment l’impression que cela servira à quelque chose ?! Moi je serais tenté de vous dire oui, si en face de nous, il y avait une Municipalité à l’écoute mais ce n’est pas à vous que je vais apprendre que ce n’est pas le cas ! Voulez vous que je vous parle du Pôle Citoyen ? De la concertation autour de l’entrée de Saint-Ouen à Plaine Commune ? Ou encore des Docks ?!!! Non pour cette équipe, la concertation n’est qu’un outil de manipulation et certainement pas un exemple de démocratie participative…

    Ceci dit, à un an et demi des Municipales, la mise ne place d’un groupe de parole libre, composé de personnes de tous les horizons politiques et surtout, non géré par la ville et qui pourrait se réunir sur des thématiques, être force de proposition…
    Oui la ça me parait intéressant et je vais même aller plus loin, pourquoi ne pas recréer ce pôle citoyen qu’ils ont abandonné et qui pourrait être un véritable outil démocratique, notamment pour faire justement son choix pour 2014 !

    Je souhaitais également dire un mot par rapport à un post qui évoquait la dépénalisation du cannabis.

    Attention car la nous sommes sur un terrain glissant très dangereux car pour nous habitants de cette ville, il est important de faire le distinguo entre dépénalisation et légalisation car les effets seraient complètement différents:

    La légalisation rendrait la vente et le commerce du cannabis entièrement légal et c’est ce que prône certains avec la reprise de cette manne commerciale et financière par l’état mais je ne souhaite pas entrer dans le débat, ce n’est pas le but de mon propos.

    Par contre, dépénalisation ne veut pas dire légalisation, ou en gros vous avez le droit d’en consommer mais pas d’en faire le commerce car celui ci resterait illicite et suivez mon regard pour nous les Audoniens…
    En gros le trafic continue de plus belle et en plus, il n’est plus possible de taper sur les clients qui ne sont plus dans l’infraction en ayant du cannabis sur eux…

    Pour terminer un mot sur l’agression qui a eu lieu hier dans le Vieux Saint-Ouen car encore une fois, j’ai trouvé la position de la ville assez curieuse. Les responsables du service Prévention Sécurité déclarait fièrement que la victime n’était pas de Saint-Ouen et que de plus, l’agression n’avait rien à voir avec le trafic de drogue. Oui et alors ?! Est ce rassurant de savoir que la victime n’est pas de saint-Ouen et surtout, est ce rassurant de savoir que ce n’est pas lié au trafic ?!! Ben moi bizarrement je trouve cela au contraire très inquiétant si ce n’est pas lié au trafic et qu’en gros, vous pouvez vous faire taillader le visage au cuter, simplement en vous baladant… En plus si ce n’est pas lié, cela voudrait dire que nous franchissons un palier de plus, puisque les CRS venus porter secours à la victime, ont été pris pour cible par des jeunes.

    Les services de la ville auraient ils un soucis de communication car attention au message que vous délivrez, ce n’est pas forcément positif pour l’image de votre patronne.

  63. dominik; malik

    Pour moi; il était question de nous rencontrer, de faire émerger des propositions et d’exiger à être entendus en Mairie par les détenteurs du pouvoir car si St-ouen c’est NOUS; nous avons donc le devoir et le pouvoir de faire changer les choses si notre mobilisation est importante.

    Quand je parle de comités et de rencontres , je ne parle pas de ce qui existe déjà et qui obligerait, finalement les audoniens à choisir telle ou telle réunion selon qu’elle est organisée par la mairie ou associations partisanes.

    Là, j’évoque des réunions qui partiraient des habitants, des bloggueurs, des audoniens lambdas que nous rencontrons tous les jours qui ne sont pas forcément adhérent à un parti ou une assoc.

    Il faudrait que les questions publiques de notre Ville sortent du microcosme et amener ainsi la population à s’impliquer pour changer notre quotidien.

    Seule une structure neutre, apolytique pourrait les attirer, ce qui n’empêche pas d’accueillir des personnes de tout horizon.

    Donc lorsque je dis que nous sommes des assistés c’est parce que j’ai l’impression que si JR ne programme pas une rencontre ou une ballade dans la Ville et bien il ne peut se rien se passer d’autres!

    Si on estime que rien ne bouge, il ne faut pas attendre le prochain blessé ou le prochain maire je préfèrerai que nos propositions , nos plaintes sur ce blog se traduisent par des actions concrètes sur le terrain !!!

  64. René (Post 72),

    A l’exception de ce dernier, vos conseils et analyses sont toujours argumentés et défendables.

    Je suis certain, pour ma part, qu’il est plus que temps de quitter Saint-Ouen à moins de souhaiter vivre son Éternité souterraine entre les dealers de la Cité Blanche et ceux de Cordon. Je me refuse à penser que mes visiteurs poseront sur ma sépulture un brin de Marie-Jeanne.

    La mobilisation citoyenne est un leurre, la corruption gangrène déjà les institutions chargées de la lutte anti-drogue (voir les affaires relatives à la Police Marseillaise ou du 93, voir également l’affaire concernant l’élue parisienne de EELV…).

    La lutte contre un pouvoir totalitaire institutionnel n’est en rien comparable à une lutte contre un pouvoir mafieux qui se diffuse à tous les niveaux de la société…

    En mode désabusé… Buzet !

  65. post 79 Braquet
    Je ne donne pas de conseils, je dis ce que je pense et je conçois que l’on ne pense pas comme moi. Cela précisé, je ne sais pas si on doit laisser le terrain libre aux maffias de tous ordres qui polluent les cités et le pays. Personnellement, je ne le crois pas. J’ai le sentiment que seule l’intervention des gens sera efficace et permettra de faire en sorte que la ville retrouve son calme et sa sérénité. La présence des forces de police ne suffira pas.
    Vous savez, je suis de ceux qui ont vécu une époque où tout semblait perdu. Il n’en fut rien. Parce que sont sortis de l’ombre des femmes et des hommes qui ont bouté hors du pays les légions étrangères qui voulaient imposer partout leur système barbare.
    Ce qui m’étonne toujours, c’est que les gens n’ont pas conscience de la force qu’ils représentent lorsqu’un objectif commun les réunit. Ce sont eux les maîtres du jeu. J’ai le sentiment que si les audoniennes et les audoniens se mobilisent, s’organisent, prennent des initiatives, interpellent plus encore les pouvoirs publics, les diffuseurs de paradis artificiels n’auront plus qu’à mettre la clé sous la porte ..

  66. Réaction à la lecture de la tribune de libre expression de madame Hayat Dhalfa, dans le journal de Saint-Ouen:

    A la lecture de cette tribune, nous comprenons pourquoi les choses ne sont pas prêtes de s’arranger à Saint-Ouen, en ce qui concerne les problème liés au trafic de drogue car le discours n’a pas évolué du tout depuis des années et je dirais même qu’il est carrément à coté de la plaque !

    Madame, vous déclarez que pour la presse, dans l’échelle de la notoriété, le marché des substances illicites le disputerait au marché aux Puces: Oui force est de le reconnaitre et pas seulement pour la presse car lors de mes déplacements en province, ce n’est pas des Puces que l’on me parle quand j’évoque Saint-Ouen … Ce n’est pas non plus des objets chinés que l’on me demande de ramener (c’est d’ailleurs agaçant que l’on puisse penser que je vais devenir importateur d’herbe made in Saint-Ouen !).

    Ensuite vous évoquez les points marqués pour maintenir la tranquillité: pouvez vous préciser lesquels ? Un souffle d’air positif serait le bienvenue !

    Après c’est du lourd ! Très lourd même !! Qui prouve que cette Municipalité est complètement à la ramasse sur ce sujet et ne donne pas beaucoup d’espoir pour un retour à la normal …

    Je cite:

    “Nous éprouvons le besoin d’exprimer ici une réflexion sur les causes profondes de ce fléau, stigmate d’une société en crise, d’une société malade … Un nombre toujours plus grand de personnes est rejeté aux marges et n’a plus que la débrouille pour survivre…”

    Voilà la position du Maire et de son groupe (Groupe Citoyen, Communiste et Républicain), en gros les victimes ne sont pas les habitants qui subissent mais simplement les jeunes, qui tentent de survivre grâce à la débrouille !

    Oui messieurs dames et la débrouille c’est pas facile car le premier poste (guetteur) est à 3000 euros net par mois (non déclaré), alors que la plupart des Audoniens vivant dans des logements sociaux sont super privilégiés, en gagnant facilement moins de 1500 euros net par mois déclaré !

    Alors s’il vous plait, écoutez cette belle leçon d’humanisme des élus du groupe CCR et par exemple, vous locataire de la tour du 2 rue du Landy, ou encore du 26 rue Charles Schmidt, cessez de vous plaindre et la prochaine fois que vous devrez montrer patte blanche pour rentrer chez vous, ou qu’ils accompagneront vos invités jusqu’à votre porte, remerciez les, gratifiez les même d’un petit pourboire car la débrouille c’est pas facile tous les jours.

    Enfin, une chose est rassurante à la lecture de cette tribune, c’est que notre future Maire (Planque ayant été anatomisé), semble consommer local et promouvoir le commerce Audonien.
    La prochaine une du journal local devrait donc être Hayat Dhalfa en marnière à capuche, un cutter dans la main gauche, un pétard dans la main droite avec en gros titre “Dealeur que c’est la crise”

    Le jeu de mot étant devenu la marque de fabrique du nouveau journal de Saint-Ouen…

  67. Je propose que Mde Hayat Dhalfa et sa clique relise un peu leur classique à savoir, Françoise Dolto et Claude Halmos sur les racines de la délinquance. Les problèmes de violence, de civisme, de non respect de la loi et des autres sont en premier lieu des problèmes d’éducation et non de pauvreté. La misère sociale vient marquer un état de fait, elle ne fait pas devenir les gens des trafiquants de drogue.
    Alors quand on parle de prévention, il faut être réaliste, elle ne peut enrayer le manque d’éducation, elle peut au mieux limiter la casse avec un objectif à long terme, mais en aucun cas la prévention va permettre d’arrêter les problèmes de la ville en matière de stupéfiant sur le cours terme.
    On va aller expliquer aux habitants de la cité Cordon, qu’avec un peu de chance dans 10 ans avec de la prévention ils n’auront plus à montrer leur carte d’identité pour rentrer chez eux…
    Alors oui pour une police municipale musclée qui travaille en synergie avec les forces de police.
    Oui pour de la prévention
    Oui, pour la constitution d’une cellule de réflexion réunissant, citoyens, municipalité, les forces de police.
    Pourquoi ne pas avoir un vrai débat sur le rôle des bailleurs sociaux. Est-ce qu’aujourd’hui avoir 40% de logement social sur les docks ce n’est pas créer des futurs ghettos. Qui peut affirmer que les propriétaire des 60 % restant ne vont pas faire du locatif et créer ainsi les conditions d’une nouvelle citée Cordon ?
    Je ne pense pas malheureusement que la majorité actuelle soit capable de prendre les choses en main.

  68. @Braquet post79

    Les derniers faits d’actualité de cette semaine semblent renforcer vos propos.

    ** Vendredi dernier, 20/10/2012 :
    « Une policière affectée en Seine-Saint-Denis a été mise en examen vendredi dernier et écrouée dans le cadre d’une enquête sur un trafic international de stupéfiants.
    Soupçonnée d’être la compagne d’un chef de réseau de stupéfiants, elle travaillait au service de nuit à la direction territoriale de la sécurité publique de Seine-Saint-Denis. Les enquêteurs sont remontés jusqu’à la policière, car elle consultait sur son lieu de travail des fichiers lui permettant d’informer son partenaire sur les investigations et de repérer les voitures banalisées en surveillance dans le cadre de cette affaire de drogue. »

    Ceci pourrait sans doute en partie expliquer les difficultés rencontrées pour faire cesser le trafic de drogue à Saint-Ouen…

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/trafic-de-drogue-international-une-policiere-de-seine-saint-denis-ecrouee-26-10-2012-2267527.php

    ** Mardi, 23/10/2012 :
    « L’auteur de la fusillade mortelle survenue en 2009 à Saint-Ouen et ayant été arrêté en 2011 en flagrant délit d’un autre homicide vient d’être relâché à la suite d’une erreur de procédure judiciaire. »
    En conclusion, cette homme de 31 ans, déjà surnommé le «tueur aux mocassins» est de nouveau à l’aise dans ses souliers pour circuler librement dans nos rues. Et lorsque l’on pense que les Zones de Sécurité Prioritaires (ZSP) intègrent dans leurs objectifs de travailler à un rapprochement plus efficace entre justice et police…. Un tel constat ne contribue pas forcément à redonner un espoir de libertés aux habitants directement concernés.
    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/seine-saint-denis-l-incroyable-liberation-du-tueur-aux-mocassins-26-10-2012-2268131.php

    ** Samedi vers 8 heures, 27/10/2012.
    « Le président des commerçants du marché du Plateau, dans le XVIIIème arrondissement de Paris, aux Puces de Saint-Ouen, a été victime d’une agression par balle. »

    Une simple anecdote locale du jour.

    http://www.leparisien.fr/reactions/paris-75/un-commercant-agresse-par-balle-aux-puces-de-saint-ouen-27-10-2012-2270747.php

    Sinon, à part cela, effectivement tout va bien pour la mafia locale qui a déjà programmé son prochain conseil en Mairie au lundi 10 décembre pour nous faire croire au père Noël qu’il se soucie de gérer efficacement la ville pour nous, tout en commandant leurs propres jouets.

  69. Les déclarations de Françoise Dolto et de Claude Halmos appartiennent à une autre époque, celle des trente glorieuses. Aucun rapport avec la situation d’aujourd’hui, caractérisée par une crise morale, économique et politique, et le comportement des individus n’est que le reflet de cette société en crise dont les effets pervers sont évidents …

  70. Oui bravo Malik car c’est tout à fait ça mais après tout comme le dit le dernier journal, nous ne sommes que des être urbains sinon vous aviez parlé d’un blog pour le maire savez vous si il vient bientôt qu’on rigole un peu

  71. Concernant le blog du Maire je ne crois pas que nous ayons la même conception qu’eux donc attendez vous plutôt à ce qu’il soit à la gloire du seigneur, sans droit de contradiction, donc pas de posts ! Son arrivée serait imminente, peut être avec la remise de la fameuse Légion (une médaille + un blog), Cécile Duflot à l’origine de cet honneur réfléchirait même à lui remettre également le Mérite Agricole, pour son action pour la culture et le commerce d’herbe bio.

  72. Personnellement, blog ou pas blog, je m’en contrefous. Je n’ai rien à demander à la Mairie ni à je ne sais qui. Je n’interviendrai donc pas sur le blog en question. Je suis neutre, comme la Suisse. Je ne soutiens ni la majorité ni les oppositions. Je suis un parti politique à moi tout seul et je fais et dis ce que bon me semble. Je peux donc être critique envers la majorité, comme je peux être aussi critique à l’égard des oppositions …

  73. N’oublions pas que lors des municipales 2008, un blog de campagne estampillé du label d’appellation contrôlée PCF avait déjà été créé par le Maire pour offrir l’immense privilège pour tous les électeurs audoniens de faire des propositions ou de poser des questions.

    Un blog à la fois collégiale, scolaire et populaire dont la police de caractères et les fautes d’orthographes variées selon l’inspiration de l’administrateur désigné à gérer son contenu et qui dés lors qu’une question lui était posté, nous retournait le plus souvent aucune réponse ou par chance un joli poème.

    Il est d’ailleurs regrettable que celui-ci n’ait pas pu s’inclure au programme du déménagement de notre Maire du PCF vers la FASE car quelques mois après sa réélection, il fut purement et simplement fermé laissant ainsi toutes les propositions des Audoniens dans l’oubli au fond des cartons.

  74. qu on me reprenne si j ai mal interprété la tribune de Mme DALFA
    en gros elle dit que c”est pour “survivre” que les jeunes deviennent délinquants ! j ai bien lu quelques réponses choquées sur ce blog et bien moi je suis outré ,quoi ils n ont pas le dernier jogging ni la dernière paire de basket à la mode? mais c’est quoi ce raisonnement !on va ou? ils ont cherché du taf et en ont pas trouvé? n’en déplaise à mr Mateo quel que soit le siècle ou on vit les valeurs inculquées restent
    les temps sont durs, oui et alors ? et quand on est dans la panade je rappele qu’il y a des postes à pourvoir dans la restauration et le batiment
    ah c’est sur c’est pas le meme revenu et il faut se lever tot le matin maintenant qu’on me prenne pour un vieux con ou pire pour un front national je m en contre fiche mais le genre de discours ce cette personne m’as mis hors de moi cette facon de comprendre la délinquance et de charger la société de tous les maux c’est insoutenable et la source de bien des soucis de la société actuelle

    alors maintenant si ils ont droit à la compréhension de nos élus faut pas s’etonner qu’on ne parle plus que de st ouen aux JT

  75. Rene

    Au sujet du blog de la mairie bonjour la CENSURE
    je ne vois meme pas l interet d y d ecrire ma colere,ma verite ect…
    er sa G….
    si onOu sera l interet il se

  76. Evidemment mon cher Jacques, ce n’est pas le pied de se lever la matin pour aller gagner sa croute. A mon époque, je me levais dès potron minet. Ma grand-mère me préparait la musette et j’allais au puits central pour prendre la cage, c’est ainsi qu’on l’appelait, pour descendre dans la mine arracher du charbon dans les tailles. On n’était pas cher payés ! J’avais seize ans, des yeux troublants me disaient les demoiselles, j’étais un bouquet de jeunesse. Heureux temps !
    Aujourd’hui, je suis hors de combat. Je me ratatine chaque jour un peu plus. Ma peau se plisse, les reins me lâchent, mes mollets ont perdu leur galbe, mes jambes ressemblent de plus en plus à celles d’un flamant rose amélioré.
    Je ne suis plus coté à l’argus et la casse me tend les bras .. On ne peut pas être et avoir été ! Un dernier truc : ne m’appelait plus monsieur, ça me vieillit …

  77. Chère mimi, hurlez votre colère ! On dit qu’elle est mauvaise conseillère, ce n’est pas toujours vrai. Hurlez contre toutes celles et ceux qui vous rendent la vie impossible, et dieu sait s’ils sont nombreux ! N’ayez pas peur de la censure. Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage et, vous verrez, ça finira par payer !

  78. je n avais pas fini mon message aprés ect….
    je disais a quoi sert d écrire ce que l on veut défendre si on nous censure et qu on doit fermé sa G……..
    ce n est pas du tout mais alors pas du tout mon genre
    mais pourquoi voulez vous que cela change CELA LES ARRANGE
    VOUS N AVEZ ENCORE RIEN COMPRIS TOUT LE MONDE LAISSE FAIRE POUR NE PAS RISUE DE REPRESAILLES ET AUTRES QUE JE NE PEUX ECRIRE ICI
    VOILA LA VERITE

    Mr Jacques je suis entierement d accords avec votre post 94
    avec cette MERDE qu il y a a SAINT OUEN notre pauvre VILLE est SALIE , POURRIE , et sa REPUTATION EST MORTE POUR DES DECENNIES , elle ne se relévera jamais voici ma triste constatation
    le Mobilier se casse la figure et la MAFFIA EST LA
    c est comme la MISERE elle est partout
    REVEILLONS NOUS
    avant qu il ne soit trop tards
    c est pour cela que je vous dis AU REVOIR ET BONNE CHANCE

  79. les derniers post me font finalement de la peine car malgré nos différences d’opinions politiques, nous avons tous un point commun, nous aimons Saint-Ouen car c’est notre ville et la voir dans cet état est très désagréable !
    Après j’aimerais vous dire qu’il ne faut pas sombrer dans le pessimisme mais les actions de l’équipe municipale en place ne pousse pas à l’optimisme et la tribune de madame Dhalfa en est la parfaite illustration.

    Que voulez vous c’est comme ça …

    Après tout reconnaissons un mérite à l’équipe de madame Rouillon car ils ont réussi à hisser Saint-Ouen aux meilleures places du podium national avec une médaille d’or et une médaille de bronze mais malheureusement ce podium la, nous aimerions tous l’oublier …

    Oui selon des chiffres officiels, Saint-Ouen détiendrait la médaille d’or concernant les recettes générées par le cannabis, assez loin devant ses concurrents et proportionnellement, nous battons même Marseille.
    Je sais ce chiffre va vous paraitre incroyable voir tronqué mais attention, j’ai bien dis proportionnellement, c’est à dire qu’il faut prendre en compte la superficie de la ville, le nombre d’habitant et la quantité de marchandise écoulée quotidiennement et bien selon le Ministère de l’Intérieur, proportionnellement la petite ville de Saint-Ouen, écoule plus de marchandise que la mégapole Marseillaise, la classant en première position Française de vente de cannabis.
    Il n’y a donc pas de secret, ni d’intrigue, quand au fait que la presse ne nous lâche plus.
    Je vous invite d’ailleurs à comme on dit “google-iser” Saint-Ouen quotidiennement et vosu découvrirez qu’actuellement, nous avons droit à un ou deux articles par jour, comme aujourd’hui, ou nous avons les honneur de la presse régionale du coté de Dijon, avec un article ma foi très sympathique pour notre image:

    http://www.bienpublic.com/actualite/2012/10/29/peur-sur-saint-ouen

    Après la médaille d’or passons à la médaille de bronze et la merveilleuse nouvelle relayée largement par la presse du 30 octobre, qui revient sur le classement des villes Française les plus endettées et qui arrive troisième sur le podium national ? Et bien notre Saint-ouen avec 3111 euros de dette par administré ! Bien évidement ils vous expliqueront, comme ils l’ont fait quand la cours des comptes avait fait la remarque, que ces organismes ne sont pas sérieux et que ce n’est pas tout à fait vrai !

    pour info, la première place est tenue par une ville voisine, Levallois qui court loin en tète avec 11 484 euros par administré, puis vient Cannes avec 3933 euros et enfin notre bon vieux Saint-Ouen.

    Remarquez, si vous me permettez de terminer avec une note d’humour, je dirais que ce classement a une certaine logique:

    Levallois et Saint-Ouen se retrouvent coté “Tenardiers de l’hôtel de ville” et même si nous n’avons pas la croisette, chez nous c’est le festival de came tous les jours !

  80. Le ‘Sujet’ de la sécurité à Saint-Ouen fait de nouveau son retour sous les feux de l’actualité.

    En effet, ce samedi 3 novembre, sur France3 Paris Ile-de-France à 12h05 dans “Samedi Politique”, le Maire Adjoint PS de Saint-Ouen (93) Abdelhak Kachouri Vice-président chargé de la citoyenneté de la politique de la ville et de la sécurité, s’est exprimé sur les questions de sécurité en volant la vedette à notre très méritante et médiatique Jacqueline.

    Un discours réaliste, appuyé de pragmatisme et bon sens mais que la réalité des faits toujours constatée à Saint-Ouen ne parvient pas à faire espérer que le changement, c’est pour maintenant…

    http://www.pluzz.fr/jt-12-13-paris-ile-de-france-2012-11-03-12h00.html

  81. Des policiers vers midi rue Lécuyer.Encore un(e) mort(e)!Mais il s’agirait d’une crise cardiaque dans un café-restaurant.Si on meurt même de mort naturelle à St-Ouen…on ne va plus s’y retrouver!

  82. Merci BV pour ce lien !
    j’ai regardé avec intérêt et vous avez raison, le personnage en plateau est réaliste et pragmatique, je dirais même que l’on pourrait accrocher, sauf que nous connaissons bien ce personnage à Saint-Ouen, alors nous savons que derrière ce personnage, il n’y a aucune crédibilité …

    Une ou deux remarques sur son intervention:

    Avez vous remarquez comment, dans son intervention, il se sert de Saint-Ouen ?!
    Moi personnellement je trouve cela très agaçant car j’ai l’impression qu’aujourd’hui, pour exister politiquement, cela fait simplement bien, de dire que l’on est élu d’une ville de banlieue qui rencontre des difficultés, moi je l’ai ressenti comme cela.
    Moi je suis expert en sécurité car je suis élu de Saint-Ouen et au passage je raconte n’importe quoi, notamment quand il évoque les conséquences médicales dans les quartiers avec la consommation de cannabis, alors qu’à Saint-Ouen on est plus vendeur que consommateur et je n’ai pas constaté de dégâts médicaux flagrants à Saint-Ouen sur ce sujet.
    Ensuite et comme d’habitude il constate et fait le bilan de ce qui ne va pas à cause du trafic de cannabis , comme le fait régulièrement sa grande soeur médiatique, le Maire. Moi je préférerais qu’on l’interroge sur les mesures misent en place par cette municipalité car le constat, encore une fois nous le connaissons tous donc mise à part rajouter une couche sur la réputation de Saint-Ouen, monsieur le Maire adjoint invisible ferait mieux de quitter les studios pour se mettre réellement au boulot !

  83. quitter saint ouen aura vraiment été la meilleure décision de toute ma vie.
    quittez cette banlieue 13 si vous pouvez!
    com 100 : sur la dette, autant quand on va à Cannes ou Levallois, on sait à quoi sert l’argent, autant quand on va à SO, on se demande ou est passé le pognon! ca pue l’arnaque….

  84. Je ne trouve pas que ça pue à Saint-Ouen. Chaque fois que je sors, mes narines sont agréablement chatouillée par “Feuilles d’Automne” le dernier parfum de chez Chanel.
    A Levallois, par contre, ça pue la maffia à cent kilomètres à la ronde … quant à Cannes, les friqués font la loi !

  85. Dans la série pub gratuite pour notre Saint-Ouen atypique, n’oubliez pas de regarder dimanche dans la soirée, la magasine de TF1 “sept à huit” qui diffusera un sujet sur nos dealeurs de bonne aventures …

  86. @René Matéo post105
    A Saint-Ouen, où actuellement cela sent plutôt les chrysanthèmes, non seulement il existe des mafias mais ce sont les dealers qui font la loi.
    C’est mieux, nous avons de la chance !?

  87. com 105 : sûr que les mafieux préfèrent levallois à SO, ils sont pas betes les gars ! :)))))
    à SO aussi les friqués font la loi mais ils sont plus jeunes, vos petits entrepreneurs ultralibéraux…
    stat déprimante entendue sur France Inter : SO est la ville de France qui écoule le plus de cannabis par habitant par an, devant Marseille (ump) => chapeau bas les gars, record de France
    spéciale dédicace pour Jacqueline!

  88. 3ième au niveau de l’endettement et 1er au niveau de la came! Avec une maire qui nous explique que les dealeurs sont très mobiles et que donc, les caméras ne servent à rien car si elle en met, les dealeurs iront ailleurs! Et alors, c’est pas ce qu’on veut?

  89. com 112 : ailleurs mais à Saint-Ouen bien sur (je pense que notre maire n’envisage même pas qu’ils quittent la ville qui est la leur) : ils sont trop bien chez nous, surtout que s’ils lisent le bulletin municipal ils savent qu’ils sont mieux considérés que ces fils de bourge parisiens qui viennent leur acheter la marchandise.
    A ce sujet j’en connais qui habitent le 93 et le 95 qui viennent faire leurs achats à SO : désolé d’ébranler les certitudes de nos élus ; peut-être même qu’il y a aussi des audoniens qui achètent du cannabis mais là je sais j’exagère , ce n’est pas possible une chose pareille ! Le mal vient forcément de l’extérieur

  90. Pour le bien de toutes et de tous il FAUT des CAMERA c est INDISPENSABLE pour NOTRE SECURITE les nouveaux dealeurs sont des jeunes SANS FOI NI LOI c est la le DANGER je TIRE et on PARLE une balle perdu est vit a arrive les anciens dealeurs vendaient le M….mais jamais il n y avait de MORTS mais comme “ils “ont laisse trop FAIRE voila le triste le terrible RESULTAT

  91. Les anciens etaient respectueux n en deplaise a certains j aimais me ballader dans le vieux je n ai pas peur car je n ai jamais peur ils savent qui je suis mais cela ne me tente plus rien a voir avec les nouveaux des tetes BRULES j y vais quand meme boire un cafe chez des amies et la farfouille

  92. Les CRS sont de retour sur notre quartier et à vrai dire on s’est habitué, à leur présence.
    Le quartier est plus paisible.
    On ne peut pas en dire autant de Cordon, j’y suis passée cette semaine pour me rendre au service éducatif!!!

    Cela montre bien le rôle essentiel de la police dans les quartiers difficiles et de la nécessité d’une présence permanente : un local de police national au pied des immeubles à l’image de ce qui se fait à la Courneuve pourrait être une des premières mesures concrètes des ZSP?

  93. Voici l’article (il est sur abonnement)

    Les habitants de Saint-Ouen tentent de disputer le territoire à des dealers omniprésents
    LE MONDE | 12.11.2012 à 15h24 • Mis à jour le 12.11.2012 à 15h25
    Par Sylvia Zappi

    Dans le petit local de la tour du Landy, elles sont une petite dizaine de femmes venues dès la sortie de l’école. La réunion de quartier commence sur une injonction : “Ah non ! On parle plus du trafic, ça suffit !”, crie une trentenaire. Depuis le mois de mai, les habitants du quartier ont décidé de “réoccuper le terrain ” face à un trafic qui gâche la vie de la ville. Dimanche 21 octobre, c’est par un tournoi de foot qu’ils ont voulu se réapproprier l’espace. “On a eu l’impression de refaire partie du quartier”, sourit Nathalie.
    On est ici à trois stations de métro de Paris, dans une banlieue d’aspect tranquille avec ses cités de logement social et ses maisons en meulière, sa patinoire qui trône, en centre-ville, comme un immense hangar désuet, les puces où chinent les touristes et le périphérique qui la sépare de la capitale. Jusqu’à il y a trois ans, cette ville de Seine-Saint-Denis connaissait son petit trafic de drogue mais pas plus qu’ailleurs.

    Et puis tout a basculé quand la police a délogé les réseaux de Nanterre. D’un coup Saint-Ouen a versé dans le fait divers. Les réseaux se sont installés dans plusieurs cités – le Cordon, le Vieux Saint-Ouen, Zola, Arago, Michelet -, s’étendant jusqu’à l’Hôtel de ville. Et les règlements de compte ont fait leurs premières victimes : Moussa et Khader en 2009, Kamel en 2011… sans compter plusieurs violentes altercations depuis deux ans.

    Les petits dealers ont été remplacés par des groupes organisés, avec leur hiérarchie, des chefs aux “chouffeurs”, les guetteurs. Le premier choc pour la municipalité survint avec la mort des deux adolescents en 2009. “Ce fut un vrai traumatisme, avoue Jacqueline Rouillon, maire Front de gauche. On n’imaginait pas ça dans une ville humaine où les gens se connaissent, ont souvent grandi ensemble. On a réalisé qu’une autre réalité s’installait à Saint-Ouen”. La réalité d’un trafic qui gangrène désormais plusieurs quartiers. Et qui provoque des va-et-vient incessants de consommateurs jeunes et moins jeunes venus pour s’approvisionner en shit ou en herbe. “On voit défiler tout le gratin de Paris, des jeunes bien habillés tout de suite repérables. Ils ne s’interrogent jamais sur la galère que provoque ce commerce”, remarque la maire.

    Le trafic saute pourtant aux yeux dès la sortie du métro : les jeunes postés dans le café de la place, les sentinelles placées dans la rue pour surveiller. En face, la police très présente… dans des camionnettes. A chaque point de vente, le même décor et ses figurants : dès qu’on pénètre dans la cité, un sifflement pour avertir d’une nouvelle arrivée, des jeunes aux aguets devant les halls. Les regards accompagnent jusqu’à la sortie du quartier.

    Les rues alentours sont aussi investies par les guetteurs, un à chaque carrefour au milieu de petites maisons. “Cet été, ils étaient plusieurs dizaines dehors. Ils avaient sorti les chaises et les canapés pour attendre les Parisiens venus du métro”, témoigne une élue. Le square a été fermé pour éviter un nouveau point de fixation. Sur les gradins du terrain de sport, une bande tue le temps dans le soir qui tombe. Jusqu’aux abords de la piscine municipale devenus aussi un supermarché à ciel ouvert. Le quartier semble comme quadrillé.

    Le ras-le-bol est palpable avouent les élus. Début octobre, une habitante qui reprochait aux dealers leur présence s’est fait agresser dans la cité Soubise. La mère de famille n’a pas porté plainte, mais se sentant menacée, elle a préféré quitter la cité. Depuis quelques semaines pourtant, les habitants de plusieurs cités ont décidé de réagir. Ils refusent la dérive de leur quartier et de voir les jeunes “tomber dedans”, fascinés par l’argent facile.

    La mairie a organisé des réunions, mis en place plusieurs groupes de travail pour soutenir les initiatives de résistance collective. C’est de là que sont partis les projets comme l’ouverture d’une salle pour accueillir les enfants après l’école à la tour du Landy, la mise en place d’une boîte à idées dans la cité Soubise, la convocation d’un groupe tranquillité réclamant une rencontre avec la police et la justice… Les débuts ont été timides mais “ça prend”, affirme Elise Longé, chargée de mission parentalité nommée en mai : “D’anciens jeunes devenus trentenaires reviennent pour s’impliquer”.

    Fin juin, un groupe d’habitants de la tour du Landy a lancé une association pour interpeller les bailleurs sur les dégradations liées au trafic dans les cages d’escaliers. “On a envie de retrouver un endroit où on ait envie de vivre”, lâche Mireille une octogénaire énergique. C’est elle qui a remis à Manuel Valls une pétition pour que la population soit associée à la cellule de coordination de la Zone de sécurité prioritaire (ZSP), créée par le ministre de l’intérieur dans la ville.

    Début septembre, c’est dans la cité Blanche que des mères ont fait déguerpir des dealers qui espéraient y installer un nouveau point de trafic. A plusieurs, elles les ont houspillés en leur disant qu’elles ne les laisseraient pas faire, puis ont accroché des banderoles aux fenêtres – proclamant “cité sans drogue”. A Arago, Porte de Saint-Ouen, l’association Mosaïque organise tous les mois un repas collectif pour montrer que les habitants aiment leur quartier et ne le laissent pas dériver. “On ne veut pas laisser croire que Saint-Ouen, ce n’est qu’un tableau noir. La majorité de nos enfants se battent pour réussir”, affirme une militante.

    Beaucoup louent l’implication de la ville. La mairie a renforcé sa police municipale, recruté de nouveaux médiateurs de nuit et multiplié les passages des agents de la voirie. “Ce que fait la municipalité avec la mission parentalité est primordial. Sans elle, chacun serait resté dans son coin”, note Lolo Tshiala de l’association Era 93. “Mme Rouillon est une des premières maires, une femme, qui a eu le courage de dénoncer la situation et de ne pas laisser faire”, confirme une autre militante associative de la Porte de Saint-Ouen. “Faut qu’on bouge parce que ces mômes qui dealent, ils sont paumés. Et on sait ce qu’il y a au bout pour eux : la prison ou la mort”, ajoute-t-elle.

    Restent les interrogations sur le rôle de la police. Cette dernière est omniprésente avec ses CRS, ses Brigades spécialisées de terrain, sa BAC… Surveillance, contrôles, présence ostensible : la tactique adoptée se concentre sur les acheteurs, arrêtés systématiquement pour assécher la demande et déstabiliser le marché. Mais la stratégie reste illisible pour les habitants : “Voir sans cesse en face de son parking ou du centre de loisirs des cars de CRS, ça n’est plus possible, ça mine ; on en a tous assez”, témoigne Saly, un habitant sur un blog de la ville. “Il faut que les policiers descendent des véhicules et aillent dans les halls”, jure Mme Rouillon. Parce que sinon rien n’y fera, pour les habitants “l’enfer” continuera.

    • @ Dumez
      Bel article du Monde mais qui tourne un peu au publireportage concernant l’action de la ville en reprenant les éléments de langage de la propagande du Maire et de ses amis, hélas un peu simplistes.
      De là à dédouaner Jacqueline Rouillon et ses amis de toutes responsabilités il n’y a qu’un pas que la journaliste Sylvia Zappi a allègrement franchi. Dommage.
      On est loin du journalisme d’investigation ou d’un dossier un minimum référencé avec quelques élménts contradictoiress.

  94. on croit réver: beaucoup louent l’implication de la ville ? … Le courage de dénoncer de notre maire ?? les mômes qui dealent sont paumé ???
    Non mais sans blague, est ce qu’on vit dans la même ville ? ce ne sont pas des mômes, il y en a qui doivent avoir plus de 25 ans !!!
    la police municipale ? A part mettre des PV sur les voitures mal garées (et encore, pas là ou sont les dealers) … “Il faut que les CRS aillent dans les halls … Les CRS l’autre jours s’abritaient sous le hall de la pluie avec les dealers en se regardant dans le blanc des yeux…
    “Ville humaine, ou les gens se connaissent … ” “on n’imaginait pas ca “… Il faut vraiment se réveiller madame la maire, ca fait longtemps que c’est comme ca et les délinquants d’ici ne sont pas plus sympas ni plus excusables qu’ailleurs… D’ailleurs, quand on s’amuse à pondre un truc comme le programme des docks, on ne fait rien pour rendre sa ville humaine…
    C’est pas possible, pour écrire un truc comme ca, ce journaliste a une relation avec la mairie …
    On est vraiment au bout du système… avec ces principes et son manque de pragmatisme, cette mairie aura vraiment fait du mal… sans compter la gestion financiere tout court (3eme ville la plus endeettée de France, bravo encore)… C’est juste une question de priorité, on a une mairie qui préfère préempter, dépenser son fric pour des fêtes inutiles, des subventions sur des actions qui ne servent pas à la ville, plutot que de s’interresser aux vrais problèmes ou de les prévenir… Un peu comme un beauf qui préfère s’acheter une super bagnole que nourrir correctement ses gosses.

  95. Citée sans le savoir et pas interviewée, ce n’est pas non plus la chose la plus intéressante que j’ai pu dire à ce sujet!!!

    Concernant les idées,

    A Arago, les repas organisés par mosaique ont lieu dans leur salle et non pas sur les lieux ou se trouvent ces jeunes.

    A l’inverse d’une proposition que j’ai faite et qui n’a pas été retenue car notre cher Henri attend pétition ou courrier.

    Il s’agit de nous réapproprier les lieux au pied des immeubles occupés par les dealeurs.

    Nous avons un stade et espace de jeux qui ne sont pas occupés par les gamins du quartier car les parents préfèrent s’éloigner des lieux du deal.

    J’ai demandé que ce lieu soit débarrassé de toute la verdure non entretenue qui l’entoure et qui empêche la visibilité, lieu qui sert de poubelle et de caniparc géant et d’y réaliser des travaux pour le rénover.

    Il faut que les parents et les enfants puissent récupérer cet espace!

    Pour éviter que jeunes et ados s’ennuient dans les rues le week-end, il était prévu que la ludothèque du centre de loisirs gavroche soit ouverte au public le samedi et dimanche matin : il n’en est rien aujourd’hui, après 3 ans d’ouverture.

    Le service jeunesse vient dans les quartiers pendant les vacances scolaires, les animateurs partagent la salle Mananga avec les associatifs.
    Il faut à ces animateurs de quartier leurs propres locaux pour qu’il soit bien visibles et qu’ils soient présents en permanence sur le périscolaire!!!!

    Une annexe de PM;

    Face à un problème aussi grave, je crois qu’il faut que l’Etat reprenne en charge la vie des quartiers laissée trop souvent à la charge des associations sans leur donner de moyens.

    Plus de service public dans les quartiers , ce qui n’empêche pas les habitants et associatifs de contribuer aux actions!!
    La dotation au commune doit être plus élevée mais les choses peuvent démarrer avec les moyens déjà existants!!!

  96. Je suis hors de moi par ce torchon ecrit par le journal le MONDE cela fait des Annees que je tire le Signal d Alarme sur ce trafic la spirale de l argent facile ou au bout il y a la MORTou la PRISON je suis ecoeure par les ecrits sur le” merite,le courage du Maire a denoncer et se battre contre ce TRAFIC” ON SE FOUT DE LA GUEULE DE QUI ?

  97. @Dumez post122
    Merci de votre sens du partage.
    Force de constater que cet article manque un peu trop d’objectivité pour penser qu’il faille aussi être abonné au ‘Monde’ du maire pour témoigner dans ce nouveau publireportage.
    Par exemple, si la mission de la parentalité, témoignée dans cet article, apparait comme une très bonne chose, ce qui se conçoit. En revanche, cette journaliste oublie de poser la question au maire, quant à savoir :
    POURQUOI a-t-elle attendu seulement 2011 pour accepter sa mise en place à Saint-Ouen, alors que de nombreux observateurs (parents d’élèves, préfecture…) le réclamaient déjà depuis plusieurs années, c’est à dire dés la création du PRE (Programme Réussite Educatif) en 2005 qui fut adopté par 25 communes du 93 avant nous ???
    Puis, ensuite, si elle est également d’accord pour désigner comme courageuse, une personne qui voit un petit feu se déclarer dans sa poubelle mais qui préfère crier « Au feu ! » et attendre les renforts des pompiers en prenant le risque de laisser embraser tout l’immeuble, alors qu’elle a encore les moyens de l’éteindre tout de suite par elle-même.
    Maintenant que certaines des personnes interrogées louent leur implication à témoigner pour la Ville, cela n’est guère étonnant lorsque l’on constate que ce sont généralement les mêmes mandatées pour le faire ou pour rencontrer des ministres en catimini sur invitation expresse du Maire.

    En somme avec cet article, ce qui reste le plus surprenant est sans doute d’apprendre que Saly serait un homme.

  98. A tout ses hypocrites ses manges M…pourquoi ne donnent t ils pas a la Mairie la Medaille du Merite pour completer le tableau de notre ex belle ville de Saint Ouen car ce n est plus MA VILLE c est celle du deshonneur ,de l horreur epar la drogue et nos morts REVEILLONS NOUS pour nos enfants,notre ville pour nous On le faut bien Avant le NON retour AGISSONS pour NOTRE FUTUR Marie France

  99. BV

    Cette journaliste s’est inspirée du blog, me concernant , elle ne semble pas me connaître puisque si elle m’avait interviewée, elle se serait aperçue que je suis une habitante!

    C’est curieux, d’utiliser des propos de ce blog alors qu’ elle semblait avoir suffisamment de personnes pour témoigner.

    A moins de laisser entendre qu’ID soigne ta gauche, présenté comme blog de la Ville est le blog de la Mairie à travers lequel les habitants peuvent s’exprimer!??

  100. @Saly post128
    Cette journaliste, Sylvia Zappi, qui semble à l’évidence avoir du mal à discerner le sens de la déontologie avec celui de l’idéologie et le genre ‘masculin’ du ‘féminin’ pour ceux qui mettent un ‘e’ à la fin des verbes conjugués dans leurs témoignages exprimés par écrit sur un blog citoyen, devrait déjà aider à répondre en parti(e) à toutes ces curieuses questions, en lisant ses bouquins en promo, à savoir :

    “Reconstruisons la gauche. Le trostsko et la coco”, Entretiens par Sylvia Zappi
    De Christian Picquet, Marie-Pierre Vieu, Sylvia Zappi
    (Prix : 13,30€ au lieu de 14€)

    “À ceux que la gauche désespère”, entretiens avec Sylvia Zappi
    De Stéphane Gatignon, Sylvia Zappi
    (Prix : 9.64€ au lieu de 10.15€)
    http://www.librairiedialogues.fr/personne/sylvia-zappi/591307/
    Sinon, même si tout cela n’a pas un grand intérêt pour tous les audoniens qui eux ont déjà les images, il y a aussi d’autres témoignages, à lire gratuitement dans les commentaires de cet article.
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/12/les-habitants-de-saint-ouen-tentent-de-disputer-le-territoire-a-des-dealers-omnipresents_1789264_3224.html

  101. Comble d’ironie mon cher Michel, TF1 a diffusé ce soir dans l’émission 7 à 8, le fameux sujet sur Saint-Ouen, qui avait été trappé et je l’ai loupé car des sources proches de la chaine m’avaient annoncé sa programmation finalement au mois de decembre mais selon les memes sources, l’actualité de cette semaine et les declarations de Manuel Valls sur la gangrène des trafics de cannabis, suite a la fusillade d’Orly, ont fait remonter le sujet !
    Nous avons plus qu’à regarder le sujet en replay sur internet, d’ailleurs BV pourriez vous nous mettre le lien, je me permet car c’est votre spécialité !

  102. @Malik post131
    Ci-dessous “From scratch”, le sale cadeau… de la désolation audonienne diffusé sur TF1 dans l’émission “7 à 8” à 18h00 ce dimanche 25 novembre 2012.

    Le reportage dédié à la promotion de notre commerce local et titré “La loi des dealeurs” est consultable sous stricte surveillance parentale sur la plage comprise entre 2’20 à 13’20.

    http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/sept-a-huit-du-25-novembre-2012-7679095.html

    Celui-ci démontre à quel point la loi de l’équilibre qui conditionnait, encore il y a peu, que la voie vers le bien être et l’harmonie pouvait exister dans une ville populaire telle que Saint-Ouen, s’est complètement effacée devant celle de tous les possibles pilotée par l’incontrôlable.
    A savoir que la seule loi qui existe, est seule qui consiste à se balancer sans cesse entre le grand n’importe quoi et l’irrationnel le plus complet sans aucun juste milieu pour les habitants.

    Ainsi, on apprend par exemple toujours à Saint-Ouen, que :
    *Des logements vides mis en location ne trouvent même plus acquéreurs malgré les plus de 3800 demandes de logements en cours.
    *Place du 8 mai 1945, quand certains propriétaires se décident à faire des travaux dans un immeuble pour éliminer la vermine et améliorer les conditions de vie des locataires. Ils risquent tout simplement de voir l’immeuble de leur logement partir en fumée comme à Vallès. Et que contre ça, il n’y a que DAL pour intervenir !
    *Si depuis sa fenêtre, un particulier peut toujours observer et même filmer pendant 30 heures, tout un trafic de drogue avec ses auteurs. Et bien pour lui, c’est peine perdue et part ailleurs, car cela ne pourra jamais être retenu comme une preuve légale et suffisante pour être utile à tout dénoncer devant la justice.

    En résumé, Saint-Ouen concourt désormais pour être la ville gagnante de tous les extrêmes.

    _1e Marché de vente de drogue en France (CA : 4 Million € / an pour le seul quartier Cordon)
    _1e Zone Sécurité Prioritaire installée de France.
    _2eme Ville la plus riche du 93 hors recette de drogue et pourtant on a peine à y croire.
    _3éme Ville la plus endettée, mais heureusement très loin derrière la très vilaine ville de Levallois
    _3éme classée au rang de la délinquance, mais c’est vrai que c’est à cause du marché aux Puces

    Une ville disposant d’un budget aux recettes 2 fois supérieures à celle d’une strate d’une population identique, au point de ne plus savoir combien elle possède de véhicules devant la cour régionale des comptes. Mais qui sait trop bien s’économiser sur la gestion de ses quartiers existants pour s’offrir le luxe de créer un immense pseudo écoquartier durable.

    Une des seules villes de France qui en moins de 10 ans, s’est vu projetée au plus haut rang des podiums nationaux pour toutes ses médailles, mais on dit que ce n’est pas fini. Quelle chance !

    Seulement voilà quand on doit aussi apprendre de la part même d’un CRS mis en faction devant un trafic mafieux qu’il n’y en fait aucune volonté de les arrêter. Et que la seule médaille du mérite sera remise à la capitaine d’équipe de cette ville avec tous les honneurs le 18 Décembre 2012 par une ministre de l’Égalité des Territoires et du Logement.

    Cela soulève quand même de nombreuses interrogations, à savoir :

    Serait-ce pour la récompenser de tout son mérite accompli sur Saint-Ouen ou tout simplement pour la remercier d’avoir contribué à nettoyer Paris de toute sa misère à moindre coût pour l’état ?

    Que cherche-t-on réellement à prouver en récompensant un tel exemple ?

    Que l’égalité des territoires est peut-être mieux respectée à Saint-Ouen qu’ailleurs comme à Notre Dame Des Landes, par exemple ?

    A inciter à reproduire le même modèle sur toutes les villes de France ?

    A convaincre tous les maires encore réticents à appliquer seulement les 20% de logements sociaux qu’impose la loi SRU pour ne rien construire chez eux en préférant payer une amende pour laisser ce soin à d’autres en quête d’une médaille ?

    A ce stade en quoi, et surtout par miracle les 10.000 nouveaux logements prévus sur le quartier des Docks devraient-ils échapper au même avenir que ceux déjà existants et laissés pour compte aux seuls habitants qui n’ont pas d’autres choix que d’y habiter et de craindre pour les enfants ?

    Quelle ville de France accepterait-elle vraiment de ressembler à la nôtre désormais ?

    Qui se cache vraiment derrière tous ces trafics, toujours dénoncés devant les médias mais dans le même temps toujours maintenus voire entretenus avec si peu d’actions sur le terrain ?

    La ville de Saint-Ouen a-t-elle au moins proposer à l’état qu’une partie de ces nombreux centres OVL laissés à l’abandon puissent être provisoirement reconverties en centre de formation renforcée pour accueillir certains de ses jeunes mineurs dealeurs en perdition, à découvrir autre chose tout en se formant et en travaillant dignement à leur rénovation ?

    C’est vraiment trop gerbant pour ne pas se priver de venir nombreux directement les poser le 18 décembre au maire et au ministre !

    Les nombreux journalistes déjà conviés seront d’ailleurs certainement très intéressés d’en apprendre encore davantage.

  103. Merci Malik et Bruno pour ce reportage que j’avais oublié de regarder.Il commence sous les fenêtres où j’habitais gosse.Si les usines et friches industrielles ont disparu,la maison en briques rouges à l’angle de la rue Jean n’a pas pris une ride.
    Je crois que ce reportage confirme ce que je répète.Les ministres et les gouvernements qui se succèdent ont pour consigne de ne rien faire.A la limite,une présence policière pour faire croire aux habitants qu’ils font quelque chose et que les partis politiques,par leur action,ont obtenu quelque chose.
    Je m’interroge aussi sur le reportage.Si je comprends qu’on floute les habitants pour éviter les représailles(quoique je m’interroge de l’efficacité pour celui qui fait visiter la maison de la place Anselme)pourquoi donc on en fait autant pour les dealers,guetteurs et acheteurs?On aurait peur que ça servr de preuve.Le stagiaire de police dont on ne veut(ne peut)utiliser les vidéos semblent montrer l’inefficacité des caméras que certains aimeraient voir installer.
    Ceci dit bravo pour ce reportage qui pourrait permettre de lancer un débat sur tous ces sujets et honte au reporter qui par ses floutages camouflent les délinquants et fait de la délation d’un courageux CRS qui avoue franchement l’inutilité de sa présence en le faisant apparaître en clair!
    Autre chose vu la proposition pour Cordon.Est-ce que les grilles du 26 rue Charles Schmidt ont amélioré la situation?

  104. Moi, je suis pour une manif contre cette remise de médaille! Les gens morts pour la France doivent se retourner dans leur tombe s’ils voyaient qui leur a succédé!!!

  105. Michel, n’accablons pas ce pauvre journaliste concernant le floutage des images car il s’agit simplement d’une loi, des l’instant ou l’on ne dispose pas du droit à l’image.

    En gros TF1 se protège d’éventuelles poursuites.

    Quand aux témoignages des riverains, ils ont été interrogés par un journaliste qui se prétendait de la presse écrite et ils ne savaient pas qu’ils étaient filmés en caméra cachée, méthode courante dans le journalisme d’investigation et la encore, la chaine floute les images et modifie la voix pour se protéger légalement et protéger la personne qui témoigne mais en attendant le témoignage est la et c’est le principal !

    Par contre je ne suis pas d’accord avec vous sur les caméras car la, il s’agissait simplement de quelqu’un, si j’ai bien compris, qui souhaitait utiliser les images comme preuves, seulement juridiquement elles ne sont pas recevables donc vraiment ce n’est pas la même chose…

    Enfin ce matin, grosse réaction des Audoniens qui viennent de comprendre que leur ville semble définitivement sacrifiée car aucune volonté gouvernementale de stopper le trafic et encore moins municipale, qui s’en remet à l’action ou justement, l’inaction gouvernementale ….

  106. Malik,je ne comprends pas ce que pourrait faire une municipalité à St-Ouen ou ailleurs si les différents gouvernements à défaut d’encourager(quoiqu’il soit plus intéressant,pour eux, que la jeunesse deale ou consomme plutôt qu’elle ne revendique et résiste)tolèrent cette situation…

  107. Je suis d’accord avec vous sur un point Michel, je suis persuadé que l’état préfère que les gens fument car durant ce temps la, ils ne résistent pas !

    Après sur l’action Municipale je ne suis pas de votre avis, je crois que la ville dispose ou en tous les cas, peut se donner les moyens d’intervenir sur ce fléau.

    Alors bien sur, je suis tout à fait conscient que la méthode ne vous plaira pas car nous allons parler de méthodes musclées:

    – Mise en place de la vidéo protection dans les zones adaptées (centre ville par exemple)

    – Police Municipale adaptée avec un nombre important d’agents

    – Politique ferme de sanctions pour les familles impliquées dans les trafics (expulsion par les bailleurs sociaux par exemple)

    Bref, je considère qu’il y a tout un arsenal de mesure pour faire que Saint-Ouen ne soit pas le Paradis des dealers mais pour cela, il faut de la volonté et du courage politique.

    Croyez moi Michel, ce n’est pas de gaité de coeur que je propose ses mesures et elles ne me plaisent pas plus qu’à vous mais j’aime cette ville, je l’ai même toujours considéré un peu comme une ville à part et ce qu’elle devient c’est juste pas possible !

    Et puis je pense aux nombreux parents de cette ville, qui n’ont pas le choix de pouvoir aller vivre ailleurs et qui s’inquiète pour leurs enfants.

    Oui je n’aime pas la répression mais j’aime encore moins l’idée que l’on sacrifie les Audoniens parce qu’il faut que le trafic de cannabis continue et que cela arrange l’état et les services du Ministère de l’Intérieur que la plus grosse partie du trafic soit regroupé à Saint-Ouen.

    Non non et non je pense qu’il n’est pas trop tard mais surement bientôt et en ce sens, je ferais le bon choix en 2014 croyez moi Michel

  108. Le reportage de TF1, en particulier le passage avec les policiers qui expliquent clairement les “consignes” de laisser faire les trafics de drogues, est écœurant, décourageant, révoltant !!!
    Encore plus “stupéfiant” (si si, j’ose le jeu de mot…) quand on sait que la Ministre de l’égalité des territoires va prochainement récompenser par une médaille 10 années d’inaction municipale en matière de prévention et sécurité.

    La manifestation ou les piques-niques et autres barbecue sont malheureusement des gouttes d’eau. Il faudrait frapper beaucoup plus fort pour alerter l’opinion ailleurs qu’à Saint-Ouen et par conséquent faire pression sur Valls et Duflot + Rouillon.
    Gatignon a fait 5 jours de grève de la faim en plantant sa tente devant l’Assemblée Nationale, les féministes ont défilé seins nus… et ont obtenu une très large couverture médiatique.
    à nous habitants désormais de nous prendre en main et passer à la guérilla marketing pour dire non à légalisation officielle de la drogue à Saint-Ouen.
    C’est le seul moyen de nous faire enfin entendre et de combattre la non-volonté politique de faire respecter l’égalité républicaine dans notre ville.

    Qu’en pensez-vous ? Avez-vous des idées d’actions coup de poing ?

    NB: Pour info, Le ministre de l’égalité des territoires et du logement (cf. site officiel de C.Duflot) “prépare et met en œuvre la politique du Gouvernement en matière de développement équilibré du territoire. Il assure la cohésion économique et sociale de la région capitale et des autres territoires, à laquelle concourent les grandes infrastructures et les services publics. Il veille à la réduction des inégalités territoriales, notamment en matière de logement. Il est responsable de la politique de lutte contre les inégalités entre quartiers des zones urbaines”.

  109. Reportage qui n’ apprend rien aux Audoniens et qui risque de faire fuir les classes moyennes auxquelles fait allusion, le journaliste ; en présentant le projet des docks!!!

    Des moyens de l’Etat, c’est clair qu’il en faut pour de la prévention-répression!!!

    Valls, ça n’est pas Hortefeux nous dit-on!

    Mais qu’a t-il fait de plus que lui, à part donner à SO, le titre de ZSP et nous proposer des CRS , déprimés à la longue, qui ne peuvent intervenir?

    C’est le même discours hypocrite que celui que l’on nous a servi concernant les écoles,avec le titre de ZEP!
    Elles n’ont ,pourtant , ni remplaçants , ni personnel AVS pour enfants en difficulté, ni surveillants supplémentaires ou d’accompagnement éducatif au collège!!

    En quoi nos écoles et nos cités de banlieue sont elles la priorité de l’état ?

    Zone de sécurité prioritaire, Zone d’éducation prioritaire;
    Et pour remotiver le peuple , suivront peut -être les zones d’emplois prioritaires dans les patelins ou les boîtes ferment ( sans repêchage de l’état ou budget supplémentaire pour le pôle emploi ), Zone de dépollution prioritaire (sans éradiction des incinérateurs)etc…..

    Hortefeux ne semble pas avoir bouger pour Saint-Ouen, mais a supprimé les problèmes de trafic à la gare de Saint-Denis!!! Commissariat, plusieurs accès fermés et une entrée principale, commerçants aux abords et présence permanente de la police à l’extérieur!!!

    Comme quoi c’est possible!
    A Arago, c’est beaucoup plus calme depuis les travaux de l’Odhlm qui nous les ont déplacés mais pour un temps!

    Que faire pour qu’on nous entende?

    Il semblerait que la grève de la faim de Gatignon est fonctionné!!!

  110. 2013, l’anniversaire des 10 ans de cette phrase mémorable qui mettait fin à la toute jeune et promettante, (qui sais ?) police de proximité :

    “Votre rôle n’est pas de jouer au football avec les jeunes des quartiers, lançait Nicolas Sarkozy aux policiers toulousains en février 2003, mais de vous mettre au travail.”

  111. L’Europe, cad nous, met plus d’argent aux frontières de Schengen, voire en donne aux pays frontaliers pour “contrôler” (les tuer, les tabasser) les migrants que pour arrêter ou couper les filières de drogue.

    Certes il doit bien y avoir de la production nationale, qui fait honneur au DD et l’engagement de Kyoto de diviser par 4 les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2050, mais il est reconnu de vox populi et études sérieuses dixit que le royaume shérifien, si cher au coeur de notre abracadabradesque Jacques, et à ses successeurs, est un producteur de 1er choix.

    Et puis, un contrôle, une interdiction n’est-ce pas une entrave à la libre circulation des marchandises si chère à l’OMC et à nos monarchies représentatives ?

  112. @Saly @Malik @Tous ceux/celles qui voudraient se mobiliser pour alerter l’opinion et faire pression sur la non-volonté politique locale et nationale face aux trafics, sans faire de grève de la faim comme Gatignon :

    A- Porter plainte collectivement pour “abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit” et “mise en danger de la vie d’autrui” cf Code Pénal art 223-6

    B- Bloquer la circulation au niveau de la mairie avec des barricades “vous entrez dans un parc d’attraction urbain où tout ce qui impossible ailleurs est possible à Saint-Ouen”
    – dealer, acheter de la drogue
    – griller les feux
    – rouler en sens interdit
    – rouler à toute allure en roue arrière sans casque sur les trottoirs, sur la chaussée
    – stationner ds heures sur les arrêts de bus
    – stationner en double et triple file

    C- Installer un “vrai-faux” bureau de vente de drogue devant le “village de vente promoteurs” des Docks

    D- D’autres idées ?

  113. post 142
    La proposition C devant le ministère de l’intérieur!
    Car c’est aussi à ce niveau qu’il faut non pas alerter (car déjà fait) mais rappeler!!!

  114. Ce reportage est factuel, et par conséquent d’autant plus efficace. Je suis effaré que la rumeur de forces de police volontairement visibles et volontairement inefficaces soit avérée. Désespérant et scandaleux. Tout ça pour maintenir des cités sous perfusion financière ? Pour une fois une contribution intéressante de TF1… Donc si la mairie s’en fiche et l’Etat également, que faut-il faire pour vivre tranquille ? Déménager ? Organiser des milices d’auto défense ? Il faut voter pour qui alors ? Comment est-ce possible qu’une infime poignée d’individus arrivent à menacer 43000 habitants en toute impunité ?

  115. com 137 : boulogne billancourt a décidé d’expulser les familles de dealers/criminels de ses hlm.
    je trouve ca très bien.

    com 141 : la beuh de saint ouen ne vient pas du maroc, plus vraisemblablement des caves et entrepots de l’IDF. néanmoins, les lampes à sodium type sncf ca consomme un max! l’empreinte écologique ne doit pas etre terrible…

  116. dans le reportage un dealer menace le gars qui vient avec les cameras en lui lançant:” casse toi sinon j’te fume!!”; jeu de mot aurait dit maitre Capello! Menace de mort quand même!!!

  117. Je connais bien l’exemple de Boulogne Billancourt, ou tout un quartier commençait à être sérieusement gangréné par un trafic de stupéfiant qui ne cessait de prendre de l’ampleur.

    Le Maire a souhaité agir très vite afin dans un premier temps de stopper l’hémorragie et surtout dans un second temps, revenir à la normal !

    Aujourd’hui et par la simple volonté Municipale, la situation est redevenue normale, preuve qu’un Maire peut agir si il a le courage et la volonté.

    Certes la situation n’était pas au point de Saint-Ouen mais ce qui prouve et je l’ai toujours dit, qu’à l’époque ou les trafics Audoniens étaient en phase de construction, voir de consolidation, oui Jacqueline Rouillon et son équipe, pouvaient intervenir mais volontairement, ou alors parce qu’ils n’en n’ont pas les compétences, voilà ou nous en sommes aujourd’hui !

  118. en attendant le 1er bilan de la zone Valls pour saint-Ouen, voici le bilan parisien de la surveillance des halls d’immeuble à Paris :
    – 26039 entrées ont été visitées, soit plus de 10.000 personnes contrôlées, dont 456 ont été interpellés.
    Je passe sur les différents produits et objets interdits récupérés et donc sur l’instabilité produite au détriment de la vérole des cités.
    Ce dispositif spécial a été lancé en octobre 2011 en partenariat avec paris-habitat, qui gère la moitié des logements sociaux de Paris.

    Il y a intérêt ce que le bilan pour Saint-Ouen soit soumis au bon sens populaire en présence des Audoniens sinon nous aurons droit à une belle démonstration de roucoulades sans intérêt…

    parceque saint-ouen le vaut ien!

  119. Après le courageux reportage de TF1,on aurait pu benoitement penser que le gouvernement allait réagir à cette impunité des dealers dans la ville.Que nenni,Valls aujourd’hui comme Sarko hier lance sa police des polices à la chasse aux sorcières des policiers qui ont osé parler des ordres reçus!La diligence de la réaction rappelle celle des flics qui pour complaire à un ministre de l’intérieur avait retrouvé,en 24H,le scooter volé à son fils…

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-police-des-polices-enquete-apres-un-reportage-de-tf-1-16-12-2012-2411741.php

    • @ michel Fainzang

      Voyez-vous je conçois que les CRS soient en position statique et symbolique pour incarner (un peu) l’Etat de droit parallèlement à la mise en place d’interventions préventives et répressives adaptées. C’est me semble-til l’objet des ZPS et qui n’exonère pas la Ville de faire son boulot de prévention mais aussi de sécurisation à son niveau. Je ne crois pas un instant que les CRS puissent “techniquement” intervenir dans les halls et s’aventurer dans une guérilla urbaine dans des cages d’escalier. Cela finirait assez vite et très mal.
      Donc les CRS sont effectivement une mission assez peu interventionniste et c’est assez frustrant. De là à nous reservir des théories complotistes du style “y font rien c’est voulu” typique de l’extrême droite, il y a un pas.
      Même si je ne suis pas un fan de la maréchaussée et des CRS en particulier, j’ai quant même été personnellment outré des propos du fonctionnaire en service dans le reportage de TF1. Bien sûr qu’il a, et heureusement pas de consigne pour intervenir la fleur au fusil dans ce contexte ou les forces de l’ordre peuvent laisser des gars au tapis ! Mais affirmer en service et devant des caméras « Il faut qu’eux [les dealeurs] puissent continuer de vivre, et il faut que les habitants soient rassurés » ou « qu’il n’y a pas vraiment de volonté que le trafic s’arrête » c’est plus que de la bêtise c’est une faute grave.
      Que ce “fonctionnaire” soit sanctionné c’est un minimum.

  120. Pourquoi doivent-ils être sanctionnés pour avoir dit qu’ils étaient là “en position statique et symbolique”?Je crois plutôt que c’est cette intervention symbolique qui permet de renforcer les thèses de l’extrême droite et de la droite tout court.La population n’est pas dupe,elle se rend compte que les politiques(Sarkozy hier,Valls aujourd’hui) parlent mais n’agissent qu’avec des “positions symboliques”.Comme cette population ne semble pas se tourner vers les forces révolutionnaires,elle ne peut devant un tel foutage de gueule que se tourner vers l’extrême droite!

  121. id-stg : 153

    pourquoi voulez vous que ce “fonctionnaire ” soit sanctionne
    il ne dit que la VERITE
    tous on le sait on voit tout , on entend tout et PERSONNE NE FAIT RIEN

    voila la triste verite , moi du moment qu il n y a plus de MORT le reste maintenant m est egal

  122. @Michel Fainzang post156
    Rappelons qu’au 14 juillet 2009, 3 ans plus tôt, le jeune John Gomis avait déjà trouvé la mort d’une balle dans la tête au même endroit , ce qui avait conduit la ville d’annuler naturellement son feu d’artifice décerné à l’anniversaire de la révolution française.
    Cependant, malgré cette nouvelle tragédie, notre maire interviewait sur RTL ce matin, n’a semble-t-il pas prévu d’annuler sa cérémonie de remise de la légion d’honneurs par la ministre de la république Cécile Duflot.
    Comme quoi, le changement existe à Saint-Ouen !

    http://www.rtl.fr/emission/le-choix-de-yves-calvi/ecouter/jacqueline-rouillon-maire-de-saint-ouen-en-nourrissant-la-speculation-on-laisse-des-personnes-sur-le-carreau-7755959407

  123. rappelons que la tache des compagnies républicaines de sécurité est le maintien de l’ordre et rien d’autre.
    aux halles à paris c’était pareil, les dealers vendaient, les crs restaient debout.

  124. BV vous m’épatez car c’est tellement vrai !

    Pourquoi annuler les festivités en l’honneur de la fête nationale à l’époque ou le jeune Gomis a été tué et ne pas annuler la remise de médaille, en soutient à cette jeune femme qui lutte pour conserver la vie ?!!

    Peut-être simplement parce qu’à l’époque, elle était en vacances et donc, beaucoup moins concernée par les festivités du 14 juillet, qu’aujourd’hui par sa médaille !

    Quand à ce débat sur le CRS, moi je persiste à croire que ce CRS n’a dit que la vérité car nous le constatons tous les jours, qu’ils tournent autour, sans jamais rentrer au coeur du problème !

    Maintenant sur le fait divers au vieux Saint-Ouen, ôtez moi d’un doute, il y a quelques semaines de cela, nous évoquions ici même, un échange de coups de feu au même endroit, avec des blessés légers et la presse titrait que cet incident faisait suite à une soirée…

    Sur la jeune femme de 15 ans blessée cette nuit, on nous dit également, qu’elle a tenté de s’interposer à une rixe entre individus qui sortaient d’une soirée …

    Quelles genres de soirées il y a au vieux Saint-Ouen car la je me pose des question maintenant ?!!

  125. On se demande ce que faisait dehors, à 2 heures du matin, une gamine de 15 ans. Les parents sont irresponsables. Au même moment, à Toulouse, un homme portait des coups de couteau mortels à sa femme. Comme quoi, il n’y a pas que Saint-Ouen qui alimente la rubrique des faits divers..

  126. Chacun pense ce que bon lui semble. Pour ma part, je suis foncièrement opposé à la vidéo-surveillance parce qu’elle porte atteinte à ma liberté personnelle. Je n’ai nullement besoin qu’on me surveille quand je circule dans les rues de Saint-Ouen. Le règlement du problème de la délinquance relève, en premier lieu, des compétences de l’état qui doit prendre les mesures qui s’imposent pour y mettre fin. Cela implique de sa part l’affectation en nombre suffisant de fonctionnaires de police permettant la mise en place d’une police de proximité.

  127. @René Matéo, le jour ou vous vous ferez agresser dans la rue, vous serez bien content quand dans les preuves qui seront fournies, la vidéo permettra de reconnaitre les fautifs. (A moins que vous soyez un agresseur et là, je comprends que ca vous embète). Si vous etes quelqu’un d’honnete (ce que vous semblez être même si nous ne sommes d’accord sur aucune idée), ce n’est pas de la surveillance, c’est de la protection…
    Bien utilisée, la vidéosurveillance permet aussi aux forces de l’ordre d’intervenir plus rapidement : vous vous faites agresser mais personne ne le voit, vous devez d’abord aller à la police pour porter plainte et éventuellement qu’une patrouilleuse tente de retrouver vos agresseurs… c’est déjà bien trop tard…
    Avec la vidéosurveillance, vous avez une chance que la personne qui surveille prévienne immédiatement les forces de l’ordre et la patrouilleuse qui se trouve à proximité et elle interviendra beaucoup plus vite, permettant soit de venir vous aider soit au pire de prendre en chasse vos agresseurs.
    Je pense que l’état ne serait pas contre mettre la vidéo surveillance, mais pour cela il faut que nos élus locaux soient d’accord… ce qui n’est pas le cas, alors l’état fait ce qu’il peut : il met des policiers qui ne servent à rien.
    et pour rebondir sur votre 160 : La vidéo surveillance aurait probablement permis de voir cette gamine de 15 ans dehors, ce qui n’est pas répréhensible, par contre, elle aurait pu prévoir l’embrouille qui a précédé les coups de couteux et intervenir au plus tot… Mais bon, vu que vous préférez comparer les faits divers de so à ceux de Toulouse, j’en déduit que vous trouvez ces faits divers comme des normalités…C’est sur que dans la compétition des villes qui alimentent les faits divers, il y a toujours pire (encore que).

  128. mon cher sandwich au paté, je vous indique que j’ai été agressé deux fois. Un fois à 20 heures environ sur le quai du métro Mairie de Saint-Ouen, une autre fois à la sortie de l’escalier mécanique. Ce qui m’a sorti d’affaire, surtout la première fois, c’est que j’ai une droite mortelle qui dame le pion à celle de mohamed ali à l’époque de sa splendeur. Faut dire que je m’entraîne environ un heure par jour … et ce n’est pas du bidon, c’est rigoureusement exact.
    Je suis donc en permanence en forme acceptable.
    Je suis toujours opposé à la vidéo-surveillance pour les raisons que j’ai déjà évoqué. Je considère toujours que c’est une atteinte flagrante à la liberté individuelle, mais je conçois que l’on ne soit pas de mon avis.
    D’autre part, j’ai cité Toulouse simplement pour faire observer que Saint-Ouen n’a pas l’exclusivité de drames, tragiques parfois, qui meublent la rubrique des faits divers de la presse …

  129. l atteinte flagrante à la liberté c est de ne pas pouvoir mettre la petite chaine en or qu on aime bien de crainte de se la faire arracher de ne pouvoir sortir sans risque le soir,d’être inquiet quand on envoies les momes chercher le pain ou qu ils se fasse bastonner à la sortie d’école, de craindre pour notre voiture quand elle est garée dehors et j en passe la liste est longue ;
    alors, voyez vous, à partir du moment ou on ne fais rien de répréhensible ( je n’embete pas les petites filles , je n agresse pas les vieux, je vole pas à l’étalage, je ne vends pas de chiit, je ramasse la merde de mon chien, )je ne vois pas ou est l atteinte flagrante à la liberté
    moi ma liberté c’est la tranquilité d’esprit pour les choses toutes simples que je viens de citer.
    à l inverse de vous, j ai du mal à concevoir qu on puisse être contre les caméras

    quand on a des enfants, (je doute que vous en ayez eu mr MATEO) vivre à SO c’est particulièrement source d’angoisse, alors oui pour les caméras et si ça ne reglera pas tout, ça facilitera bien des choses quand meme.

  130. jacques 166
    Mon cher jacques, si la majorité des habitants de Saint-Ouen souhaite l’installation de caméras, aucun problème, je m’incline devant la volonté populaire. Cela dit, je ne sais pas si cela suffira. Personnellement, je ne le pense pas. Il faudra probablement des mesures plus efficaces qui relèvent uniquement de l’Etat, dont le rôle est d’assurer la sécurité et la tranquillité des citoyens.
    L’insécurité touche aujourd’hui de nombreuses villes françaises. Lorsque je suis à Agen, les agenais se plaignent des nombreux actes d’incivilité qui se succédent dans différents secteurs de l’agglomération agenaise. Quand je suis à Toulouse, idem et de même à Rodez.
    Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un Maire n’a aucun pouvoir de police, même si les textes en vigueur stipulent qu’il dispose de certaines prérogatives en la matière.
    Moi, je suis comme vous, je suis méfiant et j’évite de sortir après 20 heures, sauf cas de force majeure.
    Je n’ai pas d’enfants, tout simplement parce que je ne sais pas les faire. C’est le médecin qui me l’a dit ..
    Bonne journée ..

  131. Non elle a été dénoncée par des connaissances étonnées de la voir avec un enfant sans l’avoir vue enceinte.C’est l’appel public,pas les caméras qui ont permis de la retrouver!

  132. notre commissaire nous quitte pour un gros district parisien.
    Notre prochain est une prochaine venue du 94.
    c est en mairie le 9 janvier prochain que la messe sera dite.
    Pour elle le bilan de la “zone” de sécurité, la question des locaux insuffisants du commissariat et l insoluble commandement des CRS force de maintien de l ordre social avant d être une police urbaine de proximité, et notre super Préfet qui pourrait nous expliquer pourquoi il y a double commandement (revoir reportage télé Crs à Cordon).

  133. @taquet post174
    Le Préfet, la Procureur, le commissaire et les lampistes CRS ….
    La maire, ses proches… et ses administrés sacrifiés.

    Une information courrait dans notre ville depuis plusieurs jours au sujet de certaines déclarations entendues à la radio et mettant en lumière l’origine et la raison pour lesquels le marché de la drogue était si bien entretenu dans nos espaces de vie à Saint-Ouen au sacrifice de nombreux habitants.

    Et bien, sachez que désormais, elle a pu être retrouvée en claire et non censurée.

    En effet, dans l’émission de radio “Bourdin & Co” réalisait en direct sur RMC au 17/12/2012, un ex-policier de Saint-Ouen dénonce l’hypocrisie de Manuel Valls, qui a lancé une enquête IGS à l’encontre des CRS qui témoignaient en caméra caché (lors du reportage* de “7 à 8” diffusé sur TF1 du 25/11/2012) avoir des consignes pour ne pas d’intervenir dans les cités gangrénés par les trafics de drogue à Saint-Ouen classée en Zone de Sécurité Prioritaire.

    Cela se passe à Saint-Ouen….

    A écouter, son témoignage est accablant pour le maire de Saint-Ouen et nos politiques (en tout genre) !

    Cités/non-intervention de la police : « M. Valls ne veut pas qu’il y ait des débordements »

    http://www.youtube.com/watch?v=PwAsDbMcPXs&sns=em

    Comment peut-on expliquer qu’un tel témoignage aussi grave est pu rester inaperçu du débat du conseil municipal du 18/12 ?

    Madame le Maire acceptera-t-elle lors du prochain conseil municipal de laisser s’exprimer les syndicats de police venus défendre leurs camarades CRS sacrifiés sans bouger aux portes de nos cités pour avoir juste dit la vérité ?

    Des élus de Saint-Ouen, nombreux à lire ce blog, ne peuvent-ils pas répondre à ces questions sur cet espace de libre expression ??

    Annexe (pour rappel) :
    * http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/sept-a-huit-du-25-novembre-2012-7679095.html
    Les propos de CRS disant ne pas pouvoir entrer dans une cité de Saint-Ouen en proie au trafic de drogue ont entraîné l’ouverture d’une enquête, avec le soutien du cabinet de Manuel Valls.
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-police-des-polices-enquete-apres-un-reportage-de-tf-1-16-12-2012-2411741.php

  134. Ma patience a ses limites !
    En date du 19 novembre 2012, j’ai été signataire avec d’autres parents engagés d’un courrier destiné à Madame La Maire concernant des problèmes de sécurisation de la crèche La Motte, suite à une intrusion dans le jardin de la crèche de personnes étrangères au service.
    Dans ce courrier, nous demandions un rendez-vous à Madame Rouillon.
    Plusieurs parents ont pris l’initiative de téléphoner rapidement au cabinet du Maire pour avoir confirmation de la réception du courrier et obtenir une date d’audience. Il nous a été répondu qu’un courrier de confirmation de réception nous serait envoyé. Dont acte.
    Et il nous a été promis un rendez-vous en janvier au vu du planning chargé de Madame la Maire.
    Un dernier coup de téléphone avant Noël et à nouveau les mêmes promesses.
    Aujourd’hui, 27 décembre soit plus d’un mois après que nous ayons interpellé Madame Rouillon, AUCUNE NOUVELLE sinon une personne au cabinet du Maire qui nous répond “que ce n’est pas sa faute et que ce sont les vacances scolaires “.
    Alors, Madame La Maire, je vous le demande : ” Pourquoi faire promettre des réponses qui ne viennent pas, pourquoi ce long silence, que penser de votre considération à notre égard ? Enfin, pourquoi devant l’ampleur des problèmes soulevés obtenons-nous un rendez-vous sous 8 jours auprès du député Bruno Leroux et devons nous “réclamer” un rendez-vous auprès de vous ?????

    • @ Taquet

      Soyez un peu charitable, elle a un emploi du temps de ministre.
      Déjà, elle accuse réception des courriers c’est un gros progrès.
      Après il faut répondre, là c’est pas facile, des fois les questions sont dures.
      Et puis rencontrer… les vrais gens (sans tribune ni garde rapprochée) : une horreur.

  135. Des habitants veulent chasser les dealers de leur quartier à coups de photos sur Facebook
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/11/des-habitants-veulent-chasser-les-dealers-de-leur-quartier-a-coups-de-photos-sur-facebook_3158304_3224.html

    Evidemment ce n’est pas pérenne, mais ce bricolage permet aussi de fédérer les énergies, et de mettre un coup de projecteur sur le quotidien insupportable nié par les autorités. On est jamais mieux servi que par soi-même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *