Une cocotte chez les cocos

Le designer philippe Stark, amoureux des Puces de Saint-Ouen, y aura son restaurant sous peu. Celui-ci ouvrira en effet à la rentrée sous le joli nom de « Ma cocotte » rue des Rosiers à l’entrée du marché Serpette. Deux cent cinquante couverts et ouvert tout les jours.

Politesse au territoire et bonnes manières :  « Ma Puce », le nom de baptême annoncé à l’origine a été remisé visiblement pour ne pas gêner l’excellent restaurant de la rue Ernest Renan « La Puce ».

Bienvenu donc.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

24 réflexions sur « Une cocotte chez les cocos »

  1. Chaque fois que je passe devant le chantier, je me dis que cette idée est un sacré défi. Une ouverture quotidienne, j’imagine midi et soir, alors que du mardi au vendredi le quartier est absolument désert, c’est ambitieux. Un ticket moyen compris entre 20 et 60 euros aussi. Le week-end les 250 couverts vont chercher à garer leur Audi noire chromée, il vaudrait mieux embaucher David Copperfield comme voiturier. Quant à une ouverture en septembre, c’est de la science-fiction : la façade vient tout juste d’être entamée. Reste que c’est bon pour l’image du marché, de la ville, et que je suis curieux de voir la cocotte terminée.

  2. Pour les transports, n oubliez pas Velib, il parait qu il y a une vraie pratique chez ces gens la, surtout l hiver quand il pleut…
    Pour le reste, nous gouterons avec envie et professionnalisme épicurien.

  3. Les puces .. la gloire de Saint-Ouen ! Je me souviens qu’au début des années soixante dix, il était envisagé de les transférer au-delà de Sarcelles. Les techniciens de l’époque estimaient qu’il n’était plus possible, eu égard à l’extension de Paris, d’assurer la sécurité du lieu. On craignait surtout que les puces, en tout cas une grande partie, soient la proie des flammes un jour ou l’autre, en raison de la vétusté de certains stands …
    A la place du restaurant “Ma Cocotte”, il y avait naguère le garage Poré, représentant de Simca. Je ne pense pas, comme il l’est dit ailleurs, qu’il puisse faire le plein les trois jours de fermeture des puces .. 250 couverts tous les jours, ce n’est pas rien !

  4. On leur a sans doute vendu le bâti avec l’annonce de la réouverture du site Valéo situé à deux pas car en scrutant l’édifice, on remarque même des assiettes incrustées sur les murs….
    Avec de la soupe et de la poule aux pots chez “Ma Cocotte”, le succès est déjà assuré.

  5. Manque de pot ! .. j’aime la poule au pot, mais farçie. Ce brave Henri le quatrième avait eu une bonne idée. Le sympathique Sully, son ministre, nous a dit que labourage et paturage sont les deux mamelles de la France. Ce n’est plus la cas aujourd’hui. Les pesticides ont tout pollué …

  6. @Carmen post4
    Exact, c’est comme le coq au vin.
    Et on écrit “la poule aux pots”, si on désigne une poule avec plusieurs pots… pour boire par exemple.

    @Dumez post1
    Certes son offre de places est déjà très limité, néanmoins selon certaines sources (à confirmer), le parking du marché “Serpette” resterait accessible aux clients du restaurant “Ma cocotte” tous les jours et soirées.

  7. Je ne sais pas trop quoi penser de l’arrivée de ce restaurant, qui va sans doute bénéficier à son ouverture, d’une belle couverture médiatique. Alors d’un coté je me dis que c’est plutôt positif pour l’image de Saint-Ouen (qui en a bien besoin ces temps ci) mais de l’autre, j’ai eu vent d’une certaine inquiétude des restaurateurs du secteur, avec l’arrivée de ce poid lourd de 250 couverts, alors je suis un peu perplexe…
    En même temps il paraît que la concurrence c’est toujours bon pour le consommateur alors affaire à suivre

  8. J’espère que pour écrire ces commentaires vous bosser dans la restauration?
    de toutes les manières la critique est vendeuse tant mieux je suis sure que vous serais les 1er à venir !!!!

    • @sandyson

      On est ici plutôt dans la restauration de la gauche. Rassurez vous c’est bien sous le trait d’humour (pas très fin) non pas une critique mais bine un peu de pub pour cette nouvelle implantation gastronomique.
      N’ayez aucun doute nous serons évidemment les premiers à nous y rendre.
      Après la “bande du Coq”, la bande de la Cocote ?

  9. “250 couverts tous les jours” a de quoi faire peur à ceux qui voudraient faire de ce quartier une réserve à la mono-activité et ouverte que 3-4 jours par semaine.D’ici qu’on l’appelle quartier sud ou Rosiers-Joliot,ça a de quoi inquiéter ceux qui ont fait partie de la municipalité de 2001-2008 et qui ont empêché la percée de l’axe Rosiers-Charles Schmidt,la rue Pierre Curie,prévue par la municipalité de Fernand Lefort!!!

    • @ Michel Fainzang

      … mais de quoi et de qui parlez-vous ? C’est un peu dur à décoder. Faîtes un peu pédagogique car tout le monde n’a pas eu la chance de vivre depuis sa tendre enfance dans notre belle ville.

  10. Ca y est. J’ai passé l’épreuve de la cocotte.

    Son ouverture s’est produite ce samedi. Dans les locaux d’un ancien garage automobile complètement repris et agrandi, vous êtes accueilli avec amabilité.
    La salle est basse de plafond, celle du 1 er en cours de finition devrait assurément plus lumineuse avec un coin repas ‘in'”.

    Pour aller à l’essentiel, c’est bruyant, le personnel en grand nombre tourbillonne inutilement autour de vous, aucun plat n’est donné, attention à vérifier l’addition.
    Bref, peut mieux faire, d’abord moins cher, en simplifiant ce qui est plus inutile que la démonstration d’un style (les bocaux, qui pour la terrine, qui pour la purée, par exemple), revoir l’organisation du personnel (ridicule les porteurs de plateaux!!!).
    Comble du mauvais, le prix de la coupe de champagne complètement excessif et des vins au verre très onéreux.
    Je continuerai à préférer les terrasses de Cayenne pour cette catégorie de resto. Bourse plate s’abstenir.

    Mais l’emplacement de ce nouveau resto sera son plus bel atout, notamment en cas de pluie mais aussi pour sa terrasse sur cour/passage dans les Puces pour les prochains beaux jours.

    Merci ma poule

  11. Je trouve le post 14 rassurant.Vu le goût du clinquant de certains de ses membres,j’avais peur que ce qui reste de la fameuse “bande du Coq” déserte son QG pour recentrer ses activités plus près du nouveau futur centre administratif.
    Il semble qu’il n’en sera rien et que chez eux le Coq n’aura rien à craindre de la Cocotte.Mais qui sait si leur “bande” venait à s’agrandir,si elle ne serait pas plus à l’aise pour y tenir ses fameux banquets.

    • @ Michel Fainzang

      Quelle fine lame vous faites !
      Effectivement on hésite un peu à abandonner nos amis francs maçons, la bourgeoisie rouge, les promoteurs, le patronat local et le Rotary Club.
      Dans l’expectative, nous allons tâter des deux.

  12. Eric,je te demande de bien vouloir m’excuser mais quand j’ai écrit ce post 16,je n’avais pas encore lu ta prise de distance avec Cheminade et WD!
    Comme quoi la clarté dans les propos peut permettre au béotien que je suis d’y comprendre quelque chose dans les méandres des débats politiques du microcosme audonien…

  13. Saut de “Puces” à Saint-Ouen, tel est le titre du dernier ouvrage de Jean Bedel aux éditions Monelle Hayot. Philippe Starck en a fait la préface.

    L’auteur sera présent ce samedi 15 décembre de 11h à 17h à la librairie Veyrier.

    Contact : 01.46.22.32.69

  14. Enfin je trouve un commentaire un peu critique sur Ma Cocotte qui n’est plus Ma d’ailleurs… Honnêtement Starck crée des atmosphères formatées “So Starck” et des plats qui au lieux d’être présentés “style” à l’ancienne ferait mieux d’être travaillés… Mon avis l’écorche un peu; mais ça ne lui fait pas de mal : http://soustoutpretexte.com/2013/02/20/chez-ma-cocotte-la-fonte-est-felee/

    Merci au commentaire 14 😉

  15. Je ne passerai pas l’épreuve de la cocotte comme M. Taquet ! Je me suis arrêté juste devant… Les menus et les prix ! Pas à la portée de toutes les bourses ! En tout cas pas de la mienne 🙁

  16. Brune pour une fois nous sommes sur la même longueur d’onde!J’y suis rentré 2 fois et ressortis aussi vite pour échapper à des hôtesses qui vous sautent dessus comme ” la vérole sur le bas clergé breton”!
    Question “Puces”,cette pratique s’apparente plus aux vendeurs de pantalons ou blousons de l’avenue Michelet qu’aux “experts” en antiquités des Marchés Serpette ou Paul Bert auxquels Starck s’adresse… 😉

  17. Je partage ce que dit monsieur Andretti. Les prix pratiqués chez Cocotte ne sont pas à la portée de ma modeste retraite. Et ce d’autant moins que j’ai le crapaud qui s’essouffle ! Tout est cher et mes revenus stagnent. Je crois que c’est le cas de pas mal de gens ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *