Conseil municipal : gestion, subventions et surloyers

Au menu de notre soviet local ce lundi soir pour  et pour l’essentiel le vote d’une vingtaine de subventions à différentes associations locales. Pour les amateurs, nous aurons donc droit aux morceaux de bravoure de Mustapha Krimat le barde incompris de la vie associative. APEIS, CASC, MAP, ADPPSO et quelques autres…  se serait bien le diable si nous n’avions pas quelques remarques des mauvais coucheurs ou de belles envolées lyriques.

On notera également les rapports d’activités et et probation des comptes pour deux délégations de service publics :  un point annuel sur la gestion des marchés alimentaires et aux Puces (déballage sur le domaine public) ainsi que sur la gestion du CAFAC (Comité des fêtes et d’action culturelles).

Enfin, le lancement (bien tardif) du Programme local de l’habitat devrait être acté avec son corollaire le vote d’un sursis pour l’application du super surloyer de la loi Boutin. (cf. nos articles précédents).

1- Adoption du procès-verbal de la séance du Conseil municipal en date du 4 avril 2011.

2- Indemnité représentative de logement pour les instituteurs exerçant dans les écoles publiques de la Commune de Saint-Ouen, pour les années 2009 et 2010.

3- Convention de tiers-payant à intervenir entre la Commune de Saint-Ouen et la Mutuelle intergroupe Poliet et ciment français (MIPCF), pour les services médicaux et dentaires de ses centres municipaux de santé Henri-Barbusse, Bauer et Saint­Denis.

4- Rapports d’activité établis pour l’année 2009 par la société Marchés publics Cordonnier concernant la gestion des marchés alimentaires et des marchés aux Puces, dans le cadre des contrats de délégation de service public conclus avec ladite société.

5- Approbation des comptes et bilan de l’exercice 2010, et du budget prévisionnel pour l’année 2011 du Comité audonien des fêtes et d’action culturelle (CAFAC), établis dans le cadre de la délégation de service public relative à la gestion de l’Espace 1789, et participation financière de la Commune de Saint-Ouen au budget de fonctionnement du CAFAC au titre de l’année 2011.

6- Avenant n° 1 à intervenir à la convention conclue entre l’Etat et la Commune de Saint-Ouen le 15 octobre 2009 relative à la mise en place d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) insalubrité, dans le cadre des nouvelles dispositions de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) destinées au financement de ce dispositif.

7- Participation financière de la Commune de Saint-Ouen en faveur de la réhabilitation du patrimoine ancien, dans le cadre du fonds d’intervention de quartier (FIQ) et du protocole de coopération conclu avec le Département de la Seine­Saint­Denis.

8- Mise en œuvre du protocole de coopération de lutte contre l’habitat indigne. 1- Acquisition par voie d’expropriation en vue de la résorption de l’habitat insalubre des lots de copropriété de l’immeuble sis 40, rue Eugène-Lumeau à Saint-Ouen. 2- Demande de déclaration d’utilité publique sans enquête préalable, de déclaration de cessibilité, de fixation des indemnités provisionnelles et de la date de prise de possession.

9- Mise en œuvre du protocole de coopération de lutte contre l’habitat indigne. 1- Acquisition par voie d’expropriation en vue de la résorption de l’habitat insalubre des lots de copropriété de l’immeuble sis 13, impasse Chevalier à Saint-Ouen. 2- Demande de déclaration d’utilité publique sans enquête préalable, de déclaration de cessibilité, de fixation des indemnités provisionnelles et de la date de prise de possession. 3- Acquisition amiable du lot n° 14 appartenant à Monsieur et Madame Février.

10- Habilitation du maire à solliciter une subvention auprès de la Région Île-de-France relative aux travaux d’amélioration de l’accueil des personnes handicapées à l’Office de tourisme, sis 30, avenue Gabriel­Péri à Saint­Ouen.

11- Création d’un périmètre d’études compris entre les numéros 11 et 27 bis de la rue Jules­Vallès.

12- Numérisation des salles de projection de l’Espace 1789 par la Commune de Saint-Ouen, propriétaire et titulaire du compte de soutien du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). 1- Autorisation donnée au Comité audonien des fêtes et d’action culturelle (CAFAC) de procéder à la numérisation des salles de projection de l’Espace 1789. 2- Délégation au CAFAC de la gestion du compte de soutien du CNC de l’Espace 1789.

13- Charte de lutte contre l’homophobie dans le football.

14- Convention à intervenir entre la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) de la Seine-Saint-Denis et la Commune de Saint-Ouen, visant à l’accompagnement des jeunes Audoniens dans la constitution de leur dossier de demande de bourse, concernant le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) des centres de vacances et de loisirs et le brevet d’aptitude aux fonctions de directeur (BAFD).

15- Reconduction du dispositif d’accompagnement et de bourses à projets en faveur des jeunes Audoniens âgés de 18 à 25 ans au titre de l’année 2011.

16.1- Lancement de l’élaboration du Programme local de l’habitat (PLH).

16.2- Sursis à l’application du supplément de loyer dit de solidarité.

Subventions :

17.1- Subvention de fonctionnement à l’association Solidarité prévention expulsion au titre de l’année 2011.

17.2- Subvention de fonctionnement à l’association Action emploi à Saint-Ouen au titre de l’année 2011.

17.3- Subvention de fonctionnement à la Mission intercommunale pour l’insertion des jeunes (MIIJ), au titre de l’année 2011.

17.4- Subvention de fonctionnement à la Mission intercommunale pour l’insertion des jeunes (MIIJ), à fin de gestion du Fonds de solidarité local intercommunal d’aides aux jeunes (FSLIAJ), au titre de l’année 2011.

17.5- Convention d’objectifs et de moyens à intervenir avec l’Association pour l’emploi, l’information et la solidarité des chômeurs (APEIS), incluant l’octroi d’une subvention de fonctionnement au titre de l’année 2011.

17.6- Convention d’objectifs et de moyens à intervenir entre l’Association de gestion de l’Institut médico-éducatif (AGIME) et la Commune de Saint-Ouen, incluant l’octroi d’une subvention de 150.000 € au titre de 2011.

17.7- Subvention de fonctionnement accordée par la Commune au Comité d’action sociale et culturelle (CASC) des fonctionnaires et agents des services publics de la Commune de Saint-Ouen au titre de l’année 2011.

17.8- Participation de la Commune au fonctionnement de l’association du Pôle audiovisuel cinéma, multimédia du nord parisien au titre de l’année 2011.

17.9- Subventions de fonctionnement aux associations sportives locales au titre de l’année 2011.

17.10- Subventions de fonctionnement à l’association Marché au Puces (MAP), au titre de l’année 2011.

17.11- Subventions de fonctionnement à l’association de développement et de promotion des Puces de Paris-Saint-Ouen (ADPPPSO), au titre de l’année 2011.

17.12- Subvention à l’association Action emploi à Saint-Ouen dans le cadre de la mise en œuvre des clauses sociales au titre de l’année 2011.

17.13- Subvention complémentaire au Club des sports de glace Saint-Ouen dans le cadre d’un déplacement à Hyannis Massachusettss (U.S.A.) lors du Championnat du Monde de la discipline.

17.14- Subvention exceptionnelle à la section Boxe française de l’Union sportive multisections audonienne (USMA) dans le cadre de déplacements à Vannes, Nantes et Toulouse lors de championnats de France de la discipline.

17.15- Subvention exceptionnelle à l’association Collectif des amis du Red Star.

17.16- Subventions destinées aux projets des établissements scolaires du second degré implantés sur le territoire de Saint-Ouen

18- Modification de l’état des effectifs du personnel communal au titre de l’année 2011.

19- Créations de postes afin de répondre à des besoins saisonniers.

20.1- État des décisions prises par le maire, en application des délibérations n° DL/08/74 du 7 avril 2008 et n° DL/09/108 du 27 avril 2009, dans le cadre des dispositions de l’article L. 2122­22 du code général des collectivités territoriales, du n° DC/11/75 au n° DL/11/121.

20.2- État des décisions de préemption et de non-préemption, dans le cadre du droit de préemption urbain renforcé, inscrites au registre des dossiers de déclaration d’intention d’aliéner (DIA)

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

36 réflexions sur « Conseil municipal : gestion, subventions et surloyers »

  1. Le Parisien-93 parle aussi d’une décision pour le stade du Red Star:
    -rénover le stade Bauer(de Paris)qui serait défendu par le PS.
    -rénover l’île des Vannes,la position de Paul Planque.
    -construire un nouveau stade,position défendue par William Delanoye.

  2. j’ai fait un petit tour au conseil hier…. c’était plat non constructif.Il n’ avait dans les salles réservés au publique que les partisans des uns et des autres bref que peu de monde…. comme d’habitude. Des invectives de part et d’autres, des débats peu constructifs , des conseillers municipaux indisciplinés se moquant éperdument sur quoi et de quoi on vote etc…
    Je comprends maintenant pourquoi les citoyens se désintéresse de la politique et désertent les urnes.
    Dommage !!!

  3. C’est avec pas mal de retard que votre serviteur revient sur la dernière séance du conseil municipal Audonien, qui faut bien l’avouer n’avait rien de bien croustillant, quoi que…

    Bien sur nous ouvrons la séance sur l’arrivée de celle qui aurait pu être notre vent de jeunesse et de fraicheur, avec notre nouvelle Conseillère municipale Emilie Lecroq, jeune femme charmante au demeurant mais qui semble ne pas bien comprendre ce qu’elle fait ici, pire, au bout de deux heures, il me semble voir un certain regret, voir un affolement “ça va être tous le temps comme ça ?” et de regretter de ne pas être devant la télé qui diffuse en général de grandes oeuvres du 7ème art le lundi soir, comme Joséphine Ange Gardien, ou Soeur Thérèse.com.

    Bien qu’ici, il faut bien reconnaitre que nous avons des dialogues dignes d’Audiard, grâce au retour en séance de notre chère avocate Elisabeth Auerbacher, qui nous a offert ce soir, le best-of de son talent, même si l’on ne comprend pas toujours tout et que chacune de ces interventions, mettent en émoi les membres du groupe socialiste, qui disparaissent au fur et à mesure sous les tables, sans compter le Maire et son 1er adjoint, qui pour le coup, se prendraient bien pour le grand bâtonnier …

    D’ailleurs en observant le Maire, il me venait une réflexion, qui de Lias Kemache ou de notre avocate l’énervait le plus, quand ils prenaient la parole ?
    Vous seriez surpris de la réponse à mon avis, observez mes enfants…

    Décidément cette soirée était la soirée des retours car nous avons également retrouvé la LCR, par la voix de Monique et ce soir, Monique n’était pas d’accord sur de nombreux points et il fallait le dire et attention car quand Monique se fâche, je peux vous dire que c’est pas une crème, Teyssere !!

    Il y a aussi le cas de notre vieux philosophe, le brave Albert Kalaydjian, que certain surnomme “Gargamel” sorte de patriarche qui ne sait plus très bien ou il en est, il se surprend lui même à aimer Jacqueline Rouillon et son action, voir peut-être à regretter d’être dans l’opposition…

    Une position peut-être un peu gauche me direz vous ?

    En même temps, il nous avoue publiquement sa grande amitié pour Christine Boutin, décidément très à l’honneur ce soir avec le surloyer mais est ce raisonnable de nous livrer ce petit secret, quelques minutes après avoir pris une position assez équivoque contre la charte contre l’homophobie dans le football, que nous présentait le chevalier Lelorrain ?

    Donc Gargamel n’est pas très Gay Friendly, pourtant les Schtroupfs c’est branché non ?

    Que dire de plus sur cette séance, si ce n’est que les Socialistes sont toujours aussi Socialistes, entendez Rouillonistes, que l’opposition est toujours dans l’opposition, sauf peut-être, le petit bavard qui n’aime pas les petits hommes bleu et… rose !

    Ah si, comme il se passe toujours quelque chose à notre conseil, nous avons terminé par un feu d’artifice verbal et une provocation en duel entre le Chevalier Lelorrain et l’opposant Cyril , qui ont fini par plomber la séance.

    • @ Les echos du Conseil

      Vous prenez des grands airs avec votre humour petit-bourgeois mais votre méconnaissance du troskysme municipal a trahi votre comportement droitier.
      Monique Teyssere (qui ne s’use que si l’on s’en sert) n’est pas à la LCR (trop fun) mais à Lutte Ouvrière (LO pour les intimes) nouvel allié du PCF dans les villes depuis 2008.
      On vous pardonne pour cette fois mais n’y revenez pas, nous sommes un blog sérieux.

  4. Vous avez raison cher id-stg mais je ne sais pas si je prend des grands airs mais pour le coup, j’ai l’air d’un con ! D’autant que pour cette chère Monique, je savais qu’il s’agissait de LO et non la LCR, faute d’inattention, si si cela arrive aussi au petit-bourgeois…

    D’ailleurs permettez moi de terminer par cette citation pour vous répondre quand à l’humour petit-bourgeois: “La France ? Une nation de bourgeois qui se défendent de l’être en attaquant les autres parce qu’ils le sont” 😉

  5. Les conseil municipaux ont toujours été de lieux d’affrontements entre la majorité et l’opposition. Notamment en province ou les débats débouchent assez souvent sur des situation clochemerlesque. Il n’en va pas de même à Saint-Ouen, où le conseil municipal est composé de femmes et d’hommes férus en politique et qui président avec la compétence que l’on sait aux destinées de la commune …
    Une nouvelle recrue, Emilie Lecrocq, que je connais bien et qui me semble digne d’intérêt. C’est une jeune femme qui a la politique dans le sang et qui est membre du Comité National du Parti Communiste Français, après avoir été une dirigeante nationale de la Jeunesse Communiste. Elle reste discrète, mais elle pourrait dans un avenir pas très éloigné en surprendre plus d’un ! Elle est sympathique et d’un commerce agréable.
    De mauvaises langues disent qu’elle est envoyée par le KGB clandestin pour veiller à ce que l’on ne se s’écarte pas trop de la ligne révolutionnaire mise au point par Lénine. Toujours la statégie de la prise du pouvoir à partir de ce qu’il écrivait le 6 mars 1919 : ” Les ouvriers français sont peut-être parmi les plus expérimentés, les mieux instruits politiquement, les plus vifs et les plus sensibles.” En d’autres termes, cela signifiait qu’ils étaient aptes à assumer le pouvoir .. 92 ans plus tard, ils sont toujours sur les plots de départ et il ne semble pas que celui-ci doit donné à brève échéance !
    Saint-Ouen devient-elle une ville bourgeoise ?
    Le vrai bourgeois est , par caractère, possesseur paisible et paresseux de ce qu’il a. Il est toujours content de lui, et facilement content des autres.
    Le petit-bourgeois dépend tout entier de l’ordre établi, l’ordre établi qu’il aime comme lui-même, car cet établissement est le sien.
    Les bourgeois grands et petits se reconnaîtront au passage … La France est toujours à droite et Saint-Ouen à gauche. Mais il arrive fréquemment que l’on ne discerne pas la ligne de partage …
    J’aime bien ce dicton : “Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.”

    • @ René Mateo

      Heureusement que vous êtes là, c’es vrai que le journal municipal est vraiment tout en pudeur et retenue concernant notre nouvelle élue Emilie LECROQ âgée de 28 ans.

      En réalité c’est une grosse pointure : responsable départementale des Jeunesses communistes, membre du Conseil national du PCF, candidate aux élections régionales du PCF pour « Le Bourget – La Courneuve ». Elle ne semblait pas trop présente sur Saint-Ouen ces dernières années, c’est le moins qu’on puisse dire. Une lacune qu’elle va donc pouvoir combler désormais en nous offrant une hauteur de vue nationale.

      Grande spécialiste de l’Ecole, elle est membre de la commission « Education » du PCF et du « réseau Ecole ». Nous vous invitons à visionner la petite vidéo jointe trouver sur le site du PCF ou chacun pourra apprécier sa vision stratégique et son charisme.
      A priori, Nicole Amedro pourra partir tranquille la relève est assurée.

      http://wbmstpcf49.celeonet.fr/spip.php?article262&lang=fr

  6. René, je ne savais pas qu’il y avait un KGB clandestin!
    Moi aussi j’aime cette phrase de Sénèque ( là, ça fait genre le mec qui a de l’élevage)!

  7. post 8 micfainzang
    Il est difficile d’identifier tous les courants gauchistes compte tenu du fait qu’ils bougent beaucoup et qu’ils s’émiettent pas mal au fil du temps. J’ai entendu parler de “Riposte” mais j’ignore totalement d’où il est issu…
    post 10 Jean Foucart
    Tu ne savais pas que le KGB, dont est issu Poutine, poursuivait ses activités ? Il est toujours présent mon cher jean et certains affirment même que j’en fais partie .. j’avoue humblement que je ne le savais pas .. !

  8. Si je ne me trompe pas et je pense que d’autres apporterons leurs contributions ou me corrigerons. Dire de quelqu’un qu’il est “petit bourgeois “definis une personne qui ne se soucis seulement que de son petit confort matériel et se moque eperdument du sort des son prochain.
    Peut on dans ces conditions qualifié des personnes qui s’interresse ou prend part de la vie de sa cité de petit bourgeois ?

  9. Non René,post 11,les courants trotskistes sont en général très fidèles à leurs créateurs et se perpétuent.C’est si vrai que certains de leurs adversaires les qualifient “d’ossifier”!
    Pour votre gouverne,les principaux qui militent en France sont:
    -les frankistes de Frank*dont est issu la LCR et donc le NPA.
    -les lambertistes de Lambert(de son vrai nom Boussel)dont est issu l’OCI,le PT etc…dont le nom change mais pas les orientations.C’est d’eux que sont issus plusieurs leaders du PS(Jospin,Cambadélis…etc…)très favorables à DSK et qui doivent se réadapter dans la précipitation depuis l’aventure new yorkaise de leur champion.
    -les pablistes de Pablo(qui eut un poste important auprès de Ben Bella au lendemain de l’indépendance algérienne et de certaines organisations palestiniennes)qui militèrent en France à l’AMR et au PSU.L’un de leur principal dirigeant fut Maurice Najman créateur des comités d’action lycéens en 68.
    -On ne présente pas LO dont l’organisation plus secrète ne révèle pas les noms de ses dirigeants mais qui existerait depuis la 2de guerre mondiale et qui s’est fait connaître pendant la grêve chez Renault en 47 ou 48!
    La Riposte serait-elle une résurgence des pablistes?un entrisme particulièrement efficace des lambertistes?ou une nouvelle tendance née dans un pays anglosaxon ou au Pakistan?

  10. *La 1ere fois qu’un militant de VO(le futur LO,après sa dissolution en 68)m’a parlé des “frankistes”,vers 1961-62,j’étais encore à la JC et au PCF,et j’ai compris “franquistes”.Je me suis dit,c’est pire que ce que le parti dit des trotskistes,il y en a même certains favorables à Franco.Je n’ai pas osé en parler à mon interlocuteur qui m’impressionnait par ses connaissances et j’ai longtemps conservé cette erreur dans mon fort intérieur.

  11. Optical,post 12,être petit bourgeois s’est être assis entre deux chaises.C’est aspirer à faire parti de la bourgeoisie et se contenter d’une vie qui désespère.On partage les réactions de la bourgeoisie car on pense y appartenir mais on subit les souffrances et humiliations des exploités car on n’appartient pas à la bourgeoisie.Que la crise s’accentue et le petit bourgeois se radicalise.Il peut rejoindre le camp des exploités en rejetant ses illusions ou celui de l’extrême droite en pensant que c’est de la faute des juifs ou des immigrés s’il n’est pas reconnu à sa juste valeur.
    Tout cela ne l’empêche pas à se dévouer à la cause publique dans un sens ou dans un autre.
    Je pense que c’est Brel qui le définit le mieux:
    “Il voudrait avoir l’air,mais il n’a pas l’air du tout!”

  12. Ce que l’on appelle les “petits bourgeois” sont de moins en moins nombreux. Ils subissent comme le monde du travail la loi d’airain de la grande bourgeoisie.
    Autrefois celle-ci s’appuyait sur une multiplicité de vecteurs, sur une série de terrains dont le principal était représenté par des alliances disons de classe. Ainsi le petit commerce, l’artisanat, la paysannerie, les cadres, les fonctionnaires et pas mal de catégories de ce secteur.
    La grande bourgeoisie partageait ses miettes avec ces couches sociales, afin d’élargir et de stabiliser sa base sociale. Elle a aujourd’hui détruit et réduit le sort social de celles-ci. En fait, elle a augmenté immensément la puissance de que l’on peut appeler le prolétariat moderne et liquidé ce qui permettait d’élargir sa base sociale. C’est son choix …
    Je ne pense pas que l’on puisse qualifier de petit bourgeois une personne qui prend part d’une manière ou d’une autre à la vie de la cité.

  13. Post 16 id-stg
    Je viens de regarder la vidéo. Effectivement Emilie Lecrocq à du punch et connaît parfaitement le dossier.
    Je pense que ses compétences peuvent lui permettre de viser plus haut que le poste de Nicole Amédro.
    Quant au journal municipal, je ne sais quelle conception il a de l’information. En tout cas, il semble rétif à tout ce qui se passe au Conseil Municipal.

  14. micfaizang post 13
    Mon cher Michel, il faut avoir fait au moins science-po pour comprendre toutes le formations gauchistes. Ce n’est pas mon cas ..
    Personnellement, je considère qu’ils participent à leur façon à la lutte pour une société plus juste. J’ai du reste de bonnes relations avec des membres de LO. J’ai eu l’occasion de bosser avec eux à CGT. Ce sont des jeunes sympas sur lesquels on peut compter. Ils n’hésitent pas à prendre des responsabilités dans les sections d’entreprises. Je les respecte.

  15. René vous parlez de l’absence du conseil municipal dans le journal municipal mais moi je fais parti des personnes qui attendent depuis maintenant deux ans que le conseil soit en direct sur internet. Oui il y deux ans que nous avons vu arriver les caméras en séance et l’on nous promettait l’arrivée prochaine du direct et depuis, force est de constater que rien n’est arrivé ! Pire en septembre dernier on nous a dit c’est imminent, se sera sûrement en octobre, puis en novembre, puis en décembre…
    Saint-Ouen est la seule ville en France à faire deux ans de tests techniques pour une simple diffusion su la toile, chapeau la com !

  16. post 16 eps

    J’ai vu la vidéo, j’ai envie de dire, c’est un peu , comme avec tous les autres!
    Discours creux!

    Il faut réduire les inégalités , il faut plus de ceci…..tout est toujours dit et pensé de façon idéologique chez les cocos.

    Et jamais de façon pratique, j’aimerai savoir ,concrètement, comment ils s’y prendraient pour réduire ces inégalités .

    Seuls des objectifs opérationnels m’auraient permis de juger sa grande spécialité!

    NA, pour l’avoir écoutée à plusieurs reprises défend les mêmes idées !!!
    mais on ne voit pas d’actions, en terme d’accompagnement scolaire et de réussite éducative!

    Sur le dossier école et éducation, on peut effectivement, dénoncer la droite pour la réduction de moyens humains et matériels mais peut être copier , aussi, les socialos de Paname; devenus, à mes yeux, spécialistes de la réussite éducative ( qui ,eux, ont repris des idées de Droite(borloo)!!)
    saly

  17. post 20 jlegrand
    Je partage vos dires et je ne sais pas moi non plus pourquoi les séances du conseil municipal ne sont pas visibles sur internet.
    Le règlement de ce problème ressortit à la communication qui, apparemment, dispose du matériel nécessaire pour diffuser sur internet les séances du conseil.

  18. Je ne pense pas que les propos tenus par Emilie Lecrocq dans sa vidéo sonnent creux.
    Le Parti communiste français a toujours eu une démarche visant à permettre l’accès aux études du plus grand nombre et à favoriser un enseignement de qualité.
    S’inspirant du programme du Conseil National de la Résistance, Paul Langevin et Henri Wallon, deux grands intellectuels communistes, élaboraient en Juin 1947, déjà,
    un projet de réforme de l’enseignement du système éducatif français. Le programme du CNR stipulait à ce sujet : ” La possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l’instruction et d’accéder à la culture la plus développée quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à toutes celles et ceux qui ont les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.”
    De là naquit le plan Langevin-Wallon .. qui ne vit jamais le jour !
    Paul Langevin déclarait à l’époque : ” Nous concevons la culture générale comme une initiative aux diverses formes de l’activité humaine, non seulement pour déterminer les aptitudes de l’individu, lui permettre de choisir à bon escient avant de s’engager dans une profession, mais aussi pour lui permettre de rester en liaison avec les autres hommes de comprendre l’intérêt et d’apprécier les résultats d’activités autres que la sienne propre, de bien situer celle-ci par rapport à l’ensemble. ”
    Paul Langevin voulait rénover les méthodes de l’enseignement, en éliminer les dogmatismes pour y faire pénétrer la vie.
    Après la guerre, Paul Langevin put croire que ses espoirs de pédagogue progressiste allaient pouvoir se réaliser sur le plan national. Une commission de réforme de l’enseignement fut créée qu’il présida secondé par son ami le docteur Henri Wallon, et au travail de laquelle il se dépensa sans compter jusqu’à son dernier jour.
    De cet immense effort, les gouvernements ont laissé subsister bien peu de choses, et le projet de réforme auquel il avait abouti a été si peu et si mal mis en application que toute l’oeuvre en a été défigurée, tant il est vrai qu’il est impossible de réaliser totalement une véritable réforme progressiste, lorsque le régime social et politique reste d’essence réactionnaire.

  19. @ René 11
    Cher René, certains souhaiteraient que l’on soit comme ils voudraient que l’on soit sans se préoccuper de ce qu’on est en réalité. Comme disait Coluche: ” Ils nous prennent pour des cons et ils voudraient qu’on soit intelligent? Ben comment on ferait alors?”.

  20. Parlons-en du journal de saint-Ouen… La tribune de l’ASOEA n’a pas été publiée au motif ” texte non parvenu dans les temps”. De qui se moque-t-on ? Les 2 mails que nous avons envoyé au sieur Disic nous sont revenus ” mail invalide” (je vous la fait en français), nous avons donc envoyé la tribune au sieur F.Beau, comme nous l’avons déjà fait dans le passé). Et là, rien, nichts, que dalle? C’est honteux et en même temps tellement prévisible. Il y a quelques mois, sans que l’on sache pourquoi, ils ont mis 5 parutions avant d’écrire le nom de notre groupe correctement malgré les nombreux mails envoyés au sieur Barbier. D’un coup, ils avaient bac moins 10! C’est consternant de bêtise et de petitesse. Mon Dieu, faites que leurs enfants ne l’apprenne jamais!

  21. René Matéo

    Il faut que vous compreniez de quels cocos , je parle, j’ai bien compris que vous faisiez parti de ces anciens que je respecte dont P;fost.

    On citait sur une autre discussion, des élus cocos ou sympathisants, militants embourgeoisés qui se préoccupent d’eux (de leur confort).
    Nous n’avions pas, autant d’élus proprios à l’époque de Paulette.
    Même si PF devait avoir sa résidence secondaire, elle a habité lorsque j’étais gamine et habite toujours avec la population.

    Cela reste pour moi quelque chose de symbolique et c’est une des images du pcf de l’époque que je garde!

    Je ne reproche pas aux personnes qui ont les moyens de vivre dans de belles habitations, ils ont travaillé pour!

    Je dis juste qu’en cette periode de grandes difficultés pour les travailleurs que vous défendez, il devient très difficile, de vivre dans un quartier abandonné, dans une cité ou règne la violence, dans des apparts dont le loyer est l’équivalent d’un salaire et d’avoir comme vue de son balcon, le quartier résidentiel des élus et des bobos!

    Ces élus se sont offerts du confort et l’ont permis à ceux qui les courtisaient!

    Et on retrouve d’autres types de comportements bourgeois qui vont avec ce style de vie lorsqu’ils ont à faire , le choix des écoles pour leurs enfants et notamment dans le secondaire:

    J’ai adhéré à la fcpe pourtant coco, car attachée aux valeurs qu’elle défend!
    Il a fallu faire un peu de ménage pour ne garder que les idées et en faire une assoc apolitique , au moins d’un point de vue local.
    Cela s’est traduit par l’adhésion de parents venant de partout et de nulle part, qui ont décidé de travailler ensemble dans l’unique intérêt des enfants et pour l’école publique .
    Pour aucune d’entre nous, il ne s’agissait de fédérer ou faire adhérer à un parti (pratique qui disparaît car les parents sont de moins en moins attirés par la politique municipale)

    Parmi ces parents qui m’ont accompagné, se disant de gauche et pour l’école publique en élémentaire, beaucoup ont décidé d’inscrire leurs gamins en collège privé à la rentrée prochaine.

    Je suis, tout simplement écoeuré, de voir que ces parents, certains cocos voir socialos, qui étaient à la fcpe, hier, et qui défendaient les grandes valeurs de l’école publique laique, qui nous parlaient, à coup de tract ,de mixité sociale, d’injustices et d’inégalités sociales dans les quartiers et école de banlieues; vivent aujourd’hui, dans de bonnes conditions, ont profité de la banlieue pour acquérir et comme tous les bourgeois rêvent d’un avenir meilleur pour leurs enfants et finissent par adopter les mêmes comportements en mettant leurs mômes dans des écoles parisiennes côtées!

    Cela concerne, au moins une dizaine d’enfants sur mon quartier!
    Ces enfants de très bon niveau n’iront pas à Baker , nos enfants ne les valent plus!
    Le niveau des élèves de ces collèges s’en ressent et diminue d’année en année.

    Triste spectacle!

    Le discours creux a pour contraire plein, concret!

    Voilà ce que signifie concret pour moi avec cette petite anecdote:
    Ce soir, une jeune adolescente de 3 ème , habitant le quartier, sonne chez moi. Elle est dans le collège de ma fille(baker).
    Celle-ci a un niveau scolaire moyen et souhaitait s’incrire en cap petite enfance à Cachin. Elle m’apprend (très inquiète ) qu’elle est sur liste d’attente. De peur d’être à la rue , à la rentrée, elle fait des démarches pour s’inscrire à Blanqui, en compta. On lui refuse cette inscription car elle n’en avait pas fait le choix lors de ses voeux d’affectations.
    Vous conviendrez, que c’ est un peu normal, dans la mesure ou elle souhaitait devenir auxiliare de puériculture et non comptable.

    Elle a besoin de mon aide me dit-elle car je suis parent d’élève et que sa mère est un peu perdue , Si elle n’est pas prise, elle sera contrainte d’être maintenue en 3 ème; ajoute t-elle!

    Ma question : Alors que l”inégalité se vit au quotidien que fait on? Quelles sont les réponses que l’on a donné à la famille?
    Comment peut-on à 15 ans être déjà confronté à ce type d’exclusion?

    Je n’ai que faire des beaux discours et des grandes théories en matière d’éducation.

    Cette gamine a besoin de réponses concrètes : va t-on lui permettre d’étudier dans un collège de sa ville et faire le métier qu’elle aime!

    Nous avons , notre mairesse qui est aussi, conseillère générale et Barto prônant l’exclusion zéro, pourtant!

    JR a mis en place en place un accueil d’urgence au service jeunesse à la rentrée pour les gamins sans bahut;

    Mais doit on attendre septembre, ne doit elle pas exiger de l’inspecteur d’académie la création de classe supplémentaire pour ces filières?

    Je précise que le niveau des enfants de 3 ème , cette année est très faible et que ces gamines, n’ont pas d’autres choix , au vue de leurs résultats que de choisir des filières pros( mais qui sont tout aussi perfomantes).

    St-Ouen, devra si habituer , si tous les mômes de bobos et de nouveaux-bobos envoient leurs excellents gamins ailleurs. Plus d’enfants moteurs pour les pousser et relever le niveau!

    A bien y regarder, les écoles et collèges seront à l’image des quartiers ghettos et porteront bien leur appelation ZEP!
    Zone d’éducation prioritaire : zone d’exclusion populaire!!

    J’ai été très longue car la définition du spécialiste de l’école, de l’éducation et de la réussite éducative est celui qui se bat pour les mômes au quotidien contre les injustices et non pas les personnes “formatées ” qui ont été formées pour faire de jolis discours à réciter par coeur!

    saly

  22. @JLegrand post20
    Pour illustrer le bien fondé de vos propos, je vous invite d’ailleurs à visualiser l’extrait de la vidéo* citoyenne mise en lien ci-dessous et prise lors du conseil municipal du 15/11/2010. Notre Maire y faisait déjà l’annonce de diffuser tous les prochains CMs en direct sur internet…

    Alors même qu’il est maintenant permis de voir en direct des doigts d’honneur sur la chaine de l’Assemblée Nationale.
    A Saint-Ouen, par contre, nous préférons sans doute ne pas vouloir choquer les électeurs avec les grossièretés de nos CMs.

    https://docs.google.com/leaf?id=0B-4co61YNi58MDVlMTkyNjQtZjYwYy00ODFmLTkyMGEtNzJlZTczMDRjM2Mx&hl=fr&authkey=CKOm8eYC

    *Désolé, pour la mauvaise qualité de cette vidéo réalisée avec les moyens du peuple, mais faute de mieux c’est toujours ça !

  23. Saly,post 27,je ne comprends pas le problème de cette collègienne que vous exposez.Les affectations ont-elles déjà eu lieu?
    Si je peux me permettre de vous donner un conseil pour les années futures,c’est de vous organiser parents avec des enseignants pour aider ces jeunes à bien remplir les dossiers.Ceci dit,si cette ado veut s’occuper de la petite enfance(et qu’il y a un nombre de places limité et que les critères* de sélection choisis par ceux qui sélectionnent ne lui sont pas favorables)je ne vois pas l’intérêt qu’elle aille apprendre,avec un sentiment d’échec,la comptabilité.Si c’est la petite enfance qui la branche vraiment,elle doit se donner les moyens de l’obtenir l’an prochain si la liste d’attente ne lui permet pas d’y rentrer en septembre!Et le meilleur moyen,c’est de la motiver dans ce sens et alors le redoublement de la 3e apparaîtra comme la meilleure solution.Mais attention,il n’y a pas de solution miracle.Certains élèves,au contraire découragés,baissent les bras et la 2de année est parfois pire que la 1ere.Voilà pourquoi,il faut voir avec elle,ses parents et surtout ses profs ce qui serait souhaitable pour elle.Ceci dit sans connaître l’ado,je ne pense pas que la mettre en comptabilité si elle désirait s’occuper de petits enfants la motivera…
    Vous posez bien le problème.Le plan Langevin-Wallon et son désir de démocratisation(réalisé en partie par Haby,ministre de Giscard et grand admirateur du système scolaire de RDA)était généreux mais peu applicable dans la pratique.Tout le monde ne pouvait pas être docteur,architecte,ingénieur,vétérinaire,cosmonaute,danseuse ou footballeur pro.Donc on se retrouvait avec une sélection qui s’exerçait au collège au lieu d’être opérée au CM2.Mais une ado comme celle que vous citez n’est-elle pas aujourd’hui plus perdue que sa grand-mère qui sortait avec son seul certif?
    Je pense que pour arriver à une véritable démocratisation de l’enseignement,il faut offrir aux élèves un choix multiple de disciplines où chacun trouvera une matière où il brillera.A partir de là,les autres matières(français,maths,Hist.Géo,langues…etc…)lui paraîtront nécessaires pour parfaire sa formation dans la voie qu’il a choisi par motivation et non parce qu’il y a de la place.**

  24. *On peut aussi s’interroger sur les critères choisis:notes dans des matières dont on ne voit toujours pas le rapport avec l’envie de s’occuper de la petite enfance.
    **J’aime à citer cet ancien élève de Michelet qui quitta le collège dans une pire situation que votre ado ne trouvant qu’un boulot de “garçon de salle” dans un hôpital et qui est aujourd’hui président de la FFE(fédération française des échecs)!Lorsque je suis arrivé à Michelet en 76-77,il existait encore les 10%(issus de 68).Ca consistait à effectuer des activités différentes pendant 10% du temps scolaire.Par facilité d’organisation,des journées leur étaient consacrées en décembre après les conseils de classe du 1er trimestre.Ne sachant pas trop quoi faire la 1ere fois je décidais de les consacrer aux échecs dont j’avais déjà fait une discipline d’éveil lorsque j’étais instit en CM2,rue de Tanger(dans le XIXe)en 70-71.Devant le succès que je rencontrais,je décidais de créer un club échecs le vendredi soir.Avec l’aide de mes collègues Lévy,Zilbermann et Piquet nous le transformâmes en club “jeux de l’esprit”.D’ailleurs Zilbermann m’y inocula le virus du bridge et l’élève dont je vous parlais se perfectionna aux échecs pour pouvoir en vivre quelques années plus tard…

  25. Madame Saly, je comprends votre désarroi et même votre colère face à la situation faite aux élèves des collèges et des lyées.
    Je ne suis pas curieux. Je ne sais pas trop de qui vous parlez quand vous citez de gens habitant des logements confortables dont ils sont, pour la plupart, propriétaires. Cela démontre qu’ils ont de l’argent et que leur niveau de vie se situe bien au-dessus de la moyenne. Moi, je ne suis propriétaire de rien et je me contente de ce que j’ai. Je ne suis pas jaloux !
    Je ne connais pas grand chose, pour des raisons évidentes, aux grandes questions qui se posent aujourd’hui dans l’enseignement. J’ai ouï dire qu’il n’est plus ce qu’il était et que la qualité des cours a singulièrement baissé. On dit même que le bac est accessible à beaucoup plus d’élèves que naguère, les sujets étant moins difficiles. Je ne jamais passé le bac. A mon époque, les fils d’ouvriers-mineurs ne pouvaient se permettre d’aller au lycée. Mais je sais que les sujets étaient beaucoup plus ardus et qu’il y avait moins de reçus .
    Je crois que l’école doit être l’instrument de l’égalité des chances. Elle est la seule voie de l’apprentissage de l’esprit critique et donc de la liberté de pensée. On a peut-être tendance à oublier qu’elle est aussi au coeur, sinon de la fraternité, du moins de la construction d’une identité culturelle partagée, de notre sentiment d’appartenance au même pays, c’est-à-dire la prise de conscience d’un destin commun.
    On affirme aujourd’hui que l’école est responsable de tous les échecs de la société. Elle n’intégre plus, dit-on, les enfants d’origine étrangère, elle n’apprend plus à écrire, à compter. Il y aurait une orientation aboutissant à l’échec et les diplômes ne donneraient plus accès à l’emploi.
    On ne dit pas grand chose de la responsabilité des politiques, de celle de pas mal de parents qui ont choisi la posture passive. Les boucs émissaires ce sont bien souvent les enseignants. Sans doute oublie-t-on au passage l’immense majorité des enfants qu’ils ont formé, ces moments où ils ont fait progresser, malgré les difficultés, les uns et les autres.
    C’est de notoriété publique, ils sont aujourd’hui confrontés à des problèmes de sureffectifs consécutifs à des fermetures de classes. Les programmes sont revus à la baisse. On envisage même, à plus ou moins long terme, de supprimer l’histoire. C’est une hérésie de plus ! Un peuple qui ne connaît pas son histoire, est un peuple sans avenir ..
    On revient toujours au même constat. Celles et ceux dont les parents ont de l’argent pourront fréquenter des collèges et des lycées qui leur sont exclusivement réservés, et pour cause. Les autres continueront à s’entasser dans des établissements surchargés qui constituent, en fait, des voies de garage.
    Il y a déjà une médecine à deux vitesses. Nous allons avoir aussi, ou nous avons déjà, un enseignement à deux vitesses ..

  26. rené matéo

    Voir même au point mort!
    Il arrive que des idées concrètes fassent aussi mal à la tête!

    J’ai lu , ce matin, dans direct matin, une idée de réforme des collèges, voulue par l’ump pour 2012: celle de regrouper les collèges par classes et non plus par quartiers, 6ème-5ème dans un établissement et 4ème-3ème dans un autre.

    Il s’agirait de renouer les liens entre les quartiers et en finir avec la ghéttoisation de la carte scolaire. Mettre des élèves des établissements classés ZEP avec les non-zep!!???

    Ok mais pourquoi une séparation par niveau?

    “L’idée faciliterait également la surveillance puisque les plus jeunes ne seraient plus à la merci des plus agés”

    Du n’importe quoi!

    Les élèves de cm2, quitteraient le primaire, feraient leur 6 ème et 5 ème dans un établissement et leur 4ème -3ème dans un autre?
    Difficultés supplémentaires d’adaptation pour les élèves liées à ces différents changements d’environnement.

    Il faut changer la carte scolaire et permettre à chaque établissement d’accueillir autant d’enfants des quartiers que des centres villes, cela permettrait une répartition plus équilibrée entre tous les collèges!

    Un conseil aux futurs candidats de 2012 et 2014, avant d’écrire leurs programmes , il serait utile de se rapprocher des gens de terrain pour être force de proposition plutôt que de penser et d’écrire de telles aberrations!

    saly

  27. BV je n’ai pas réussi à voir votre vidéo mais je vous crois sur parole car j’étais moi même dans la salle ce jour la et j’étais plutôt content de la nouvelle car assez dur pour moi de me déplacer tout le temps mais tout de même envie de suivre l’actu politique de notre ville. Je crois même que le journal municipal l’a annoncé il y a plusieurs mois, la retransmission en direct ! Alors après on peut bien sur spéculer sur les raisons, nullité technique de la com ? Ou alors le Maire ne souhaite pas montrer son vrai visage au Audoniens ? Allez savoir …

  28. Les profs sont toujours les mmes.
    Ils savent des trucs, et leur taf, c’est de transmettre des connaissances.
    Pas d’éduquer. Eduquer, c’est le taf des Parents, et quel taf!!
    Jusque là, on est d’accord.
    il faudra bien un jour que des révolutionnaires patentés,;dont la pension de retraite( nette) est de l’ordre de 2200 e/mois, se penchent sur le devenir du” petit peuple “qui leur sert de bonne consciense de “classe”!!! et je me marre!!!!!.
    Je connais vos revenus, comme ceux de mes potes, dont je suis proche, tous des enseignants, dont l’activite ” en ” entreprise fut pour le moins ramenée, aàsa plus simple expression!!!!.
    Enfin, mieux vaut vivre ds l’enseignement, pas chez un Patron, mme avec un Master 2.

  29. @Jlegrand post33
    La solution technique permettant la diffusion des CMS sur internet fonctionne très bien.

    La preuve en image nous est d’ailleurs apportée par un autre blog audonien, qui selon l’administrateur (interrogé ce w.e) a pu récupérer In-extremis le lien de la diffusion du conseil municipal du 23 mai 2011 qui est apparu quelques minutes seulement sur le site de la ville, avant sa suppression inexpliquée ( !??).

    L’autre hypothèse valide et restante semble donc confirmer que notre Maire ne souhaite pas montrer son vrai visage aux Audoniens.

    En conclusion, la non-diffusion des CMS de la ville de Saint-Ouen via internet ne serait nullement liée à un problème technique mais bien à un manque de volonté politique anti-démocratique.

    Allez voir…

    http://notresaintouen.20minutes-blogs.fr/archive/2011/06/16/vous-avez-rate-le-dernier-cm-du-23-mai-2011.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *