Nuage vert contre étoile rouge

En pleine polémique sur l’incinérateur, il y a quelques mois, le projet artistique de colorisé en vert le panache blanc de vapeur d’eau s’échappant de notre usine d’incinération (avec quelques substances résiduelles polluantes et inquiétantes), avait fait à l’époque un vrai flop.

Dans la foire d’empoigne d’alors l’artistique n’avait pas trouvé son public. .. .et avait même un peu fait sourire tout le monde.

Le Maire très gênée aux entournures et pas très habile dans la conduite de ce dossier de combustion des déchets, qui a empoisonné le projet des Docks, a dû mettre de l’eau dans son vin. Pétrie de certitudes sur la concertation “clef en main”, elle n’avait pas anticipé les inquiétudes légitimes. Sous la pression elle  a (un peu) revu sa copie.

Le Syctom *,  réceptif au message de la vox populi, vient quant à lui de proposer récemment de mieux intégrer sur le plan urbain notre usine un peu disgracieuse dans le futur paysage.  Les nuages semblent donc se dissiper légèrement sur le sujet et la polémique reculer au bénéfice du projet d’ensemble des Docks.

le projet paru dans le Parisien  du 28 juin 2010

Comme l’indique Eric Bureau du Parisien : s’il est encore trop tôt pour chiffrer le chantier — entre 10 et 40 M€ — François Dagnaud (Président du Syctom)  l’assure : « Ce ne sera pas un simple relooking. Comme nous l’avons fait à Issy-les-Moulineaux avec Isséane, nous voulons que ce centre s’intègre parfaitement dans ce futur quartier. C’est pourquoi nous envisageons de supprimer le panache de fumée, d’abaisser la cheminée en dessous de 10 mètres (NDLR : elle en mesure 100) et de traiter les déchets à sec. » « Nous voulons avancer vite, pour accompagner l’arrivée des premiers habitants, vers 2013-2014 ».

Visiblement à regarder la photo parue dans le Parisien le nouveau toit sera… vert . Une couleur décidément à la mode.

Mauvais tour du dérèglement climatique ? Le nuage vert lui réapparaît néanmoins comme un sparadrap collé à la chaussure. Ainsi certains remettent aujourd’hui le couvert en se heurtant visiblement à l’habituel « prêt à penser » du Maire et ses ex gardes rouges qui n’apprécient le débat d’idées que sous contrôle et les artistes labellisés.

Dans cet esprit d’un débat un peu “vert”, plutôt que la grisaille de la chape de plomb, nous publions ci-après le courrier à Jacqueline Rouillon que lui a adressé l’infatigable Denise Bourdier :


« Denise Bourdier Vice Présidente du Comité de Propositions

pour la Réduction et le Traitement de nos Déchets à

Madame Jacqueline Rouillon Maire de la Commune de Saint Ouen

Le 10 juillet 2010

Madame,

Vous avez lors du bureau municipal du 17 mai dernier pris la décision d’interdire le déroulement de l’installation artistique du Nuage Vert sur la commune de Saint Ouen. Au regard de l’étude de cette manifestation, de la qualité des éléments préparant et accompagnant son déroulement, de son apport gratuit à la ville dans le lancement de la campagne pour la réduction des déchets, le comité de propositions pour la réduction et le traitement des déchets avait donné un avis favorable à sa réalisation.

Vous justifiez votre parti pris d’interdire la mise en œuvre du nuage vert par le fait que la fumée verte puisse être mal perçue de la population, et qu’elle ajoute des peurs à l’incertitude.

Le programme du nuage vert prévoyait une communication importante en direction de la population sur le thème « l’incinérateur n’existe que parce que nous produisons des déchets, réduisons nos déchets et trions pour que l’incinérateur brule moins et plus propre ». Cette communication n’avait aucune incidence financière pour la commune et venait sous ‐ tendre celle du service de l’environnement.

Votre interdiction traduit deux attitudes :

Vous considérez que la population de Saint Ouen est infantile, incapable de comprendre et d’adhérer à une démarche artistique au point d’être inquiétée parce que le nuage passe du blanc au vert.

Vous avez par rapport à ce nuage un reflexe de peur

En tant que vice présidente du Comité de Propositions pour la Réduction et le Traitement de nos Déchets, je me suis mise à l’étude de l’incinérateur et de son environnement. Je n’ai rien trouvé dans les documents que j’ai pu consulter qui soit susceptible d’engendrer la peur au point de ne pouvoir colorer la fumée de l’incinérateur.

Je ne peux pas croire que ce réflexe de peur repose de votre part sur des causes infondées. Vous avez donc connaissance de données inquiétantes qui n’ont pas été publiées. Je vous demande de les rendre publiques dans les plus brefs délais.

Votre décision a instillé le doute dans un dossier qui à mes yeux était clair. Il faut que rapidement les audoniens soient informés.

Dans l’attente, recevez mes salutations.

Denise Bourdier


Lettre envoyée par mail et par courrier à Madame Le Maire Copie par mail aux élus »

* Syndicat intercommunal en charge du traitement et de la valorisation des déchets ménagers des 84 communes adhérentes de l’agglomération parisienne

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions sur « Nuage vert contre étoile rouge »

  1. Colorer de vert la fumées que rejette l’incinérateur ne peut que rappeler aux audoniens sa présence, à laquelle ils ne prêtent presque plus attention, et risque de relancer des questionnements et un débat que notre Maire veut à tous prix éviter. Elle a beau avoir affirmé un jour que si elle craignait la moindre incidence de ces rejets sur la santé de la population, elle changerair de politique et prendrait les mesures en conséquences.
    Elle n’est absolument pas spécialiste de la question et son approche est simplement partisanne et à mon sens irresponsable.
    Son projet de retirer les cheminées et d’enfouir l’incinérateur comme chez son copain Santini…. va dans ce sens: ” circulez y’a rien……
    Sur France Inter , au cours d’une très récente émission sur les déchets le responsable du SICTOM ( déjà invité à plusieurs reprises) s’est vu poser la question suivante: ” peut on dire qu’il y a des produits ” toxiques” ou problématiques pour la santé et l’environnement dans les fumées de l’incinération des ordures ménagères? Sa réponse a tenu en un mot : non! Comme si de rien n’était, l’animateur a souligné le propos et est passé à autre chose.
    Dormons tranquille, les élus la grande presse et les spécialistes s’occupent de tout.
    C’était déjà le cas du temps de l’amiante; le résultat est celui qu’on connait. La désinformation trouve toujours des bons petits soldats pour contre-carrer les aspirations démocratiques, d’autant que son pouvoir médiatique est sans commune mesure avec celle des ses détracteurs, citoyens et responsables.

  2. A qui fera-t-on croire qu’un incinérateur, même s’il est enfoui six pieds sous terre, ne dégagera pas des fumées toxiques …
    Il faut se rendre à l’évidence, une installation de ce type ne peut avoir sa place dans un endroit à forte densité de population. Tout simplement parce que cela serait dangereux pour la santé des personnes ayant élu domicile à l’entour.
    Je suis, par principe, contre tout ceux, et ils sont nombreux, qui polluent l’atmosphère pour faire de l’argent et je trouve très pertinente cette remarque de Gérard Filoche, qui fut inspecteur du travail à Saint-Denis et qui est toujours, je crois, membre du comité directeur du Parti Socialiste : ” .. Cette bande de comiques troupiers qui n’ont pas compris que pour sauver la banquise, il faut d’abord être contre les banquiers.”

  3. Je vous laisse réfléchir sur les quelques lignes trouvées sur le site des Verts:
    En effet, les Verts tiennent à rappeler que la quantité totale de dioxines qu’un individu peut ingérer sans risque est totalement inconnue. Il existe un facteur 1000 entre les préconisations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et celle de l’EPA (Agence de Protection de l’Environnement ) des Etats-Unis sur la dose journalière admissible de dioxines, ce qui montre l’étendue du manque de connaissance dans ce domaine. Ainsi, le comité de la prévention et de la précaution avait évalué dans son rapport de 1998 un nombre de décès annuels par cancer liés à la dioxine en France entre 3200 et 5200 selon la méthode américaine et zéro selon l’OMS ! ! ! De plus, le lait maternel, aliment essentiel des nourrissons, est en moyenne 3 à 5 fois plus contaminé que tous les autres aliments entraînant une sur-exposition au tout début de la vie.

    Ces lignes datent de…2002!
    Alors au lieu de colorier (j’ai passé l’age) la fumée de l’incinérateur, on pourrait écrire sur sa cheminée: JE TUE! avant qu’on ne l’enterre. D’ailleurs, c’est drole: C’est lui qui nous tue et c’est nous qui l’enterrons!

  4. Info du Centre National d’Information Indépendant sur les Déchets (CNIID)

    8 oct – “Incinération et santé” Ivry (94) – Sébastien Lapeyre participera à la réunion publique du Collectif 3R le vendredi 8 octobre.

    Le Collectif 3R organise une réunion publique sur le thème “Incinération et santé”

    Vendredi 8 octobre 2010 à 20h
    Maison de la citoyenneté
    25, rue Jean-Jacques Rousseau
    94200 Ivry-sur-Seine

    Nous chercherons à faire le point sur les questions suivantes :

    Qu’a apporté la mise aux normes de janvier 2006, dite mise aux normes “dioxines”?

    Quels dangers pour la santé des habitants aujourd’hui?

    Quels sont les contrôles auxquels sont assujetties les usines d’incinération aujourd’hui?

    Où en est la réglementation européenne, le Grenelle et le PREDMA par rapport à l’incinération?

    Qu’en est-il du principe de précaution?

    Quelles alternatives à l’incinération des déchets?

    Plus d’informations sur cette réunion bientôt sur le site du collectif 3R
    http://collectif3r.blogspot.com/

    http://cniid.org/index.php?option=com_content&view=article&id=162&Itemid=20

    Et l’émission Terre à Terre du 10 avril 2010

    “Tandis que les décharges, débordantes, ferment les unes après les autres ; que les incinérateurs brûlent sans relâche des tonnes de déchets gorgés d’eau et recrachent des fumées polluantes ; que les océans se couvrent d’îles d’immondices et se brodent de microparticules de plastique indestructible… Il devient difficile de se souvenir que, voici deux cents ans à peine, les déchets n’existaient pas ou presque.”

    http://terreaterre.ww7.be/les-dechets.html

  5. Autres Brésils en partenariat avec Via le Monde et Commune Image vous invite à une soirée projection débat sur le thème :
    “Déchets et citoyenneté”
    le jeudi 4 novembre à 20h à Commune Image (Saint -Ouen)

    20h « À margem do lixo » De Evaldo Mocarzel 2008 / 83’ / VOSTF
    Alors que le cinéma brésilien a déjà traité de la vie des « catadores » à plusieurs reprises, ce film présente un nouvel aspect de leurs conditions : l’impossibilité pour ces travailleurs d’obtenir un autre emploi.

    21h30: table ronde, discussion publique autour des enjeux de la gestion des déchets dans nos sociétés, ici et au Brésil.

    Intervenants :
    – un représentant du CNIID,
    – Sylvain Ros, vice-président en charge des déchets et du recyclage à Plaine Commune
    – un représentant de France Libertés.

    L’entrée est libre et ouverte à tous.
    Un pot sera proposé à l’issu de la projection.
    Réservation conseillée 01 40 09 15 81

    Commune Image
    8, rue Godillot
    93400 Saint-Ouen. France
    Tél : +33 1 78 35 06 10

    Réjane Mouillot
    Chargée de projets
    01 40 09 15 81
    Autres Brésils
    21 ter rue Voltaire
    75011 Paris
    http://www.autresbresils.net

  6. CITOYEN(NE)S OYE OYE

    Semaine EUROPEENNE de réductions des déchets du 20 nov au 3déc !

    ça serait plutôt une quizaine !

    Il vous reste 5 jours !

    Réduisons nos déchets !

    http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=23&IDDetail=2580

    Il est demandé au citoyen-consommateur de trier et de faire preuve de sens civique et environnemental en triant.

    Mais quid de la société de consommation ?

    Et quid des élus politiques pour mettre en oeuvre des politiques, lois afin de moins et mieux produire, voire interdire la production d’objets à l’usage épémère et dangereux (ex vu dans le métro, des montre à 3 Euros contenant une pile qui contaminera des m3 d’eau ou de terre) ?
    Quel citoyen enlèvera la pile et la mettra dans le bac à piles ?
    Et quid d’ailleurs du recyclage de ces piles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *