« Explora » pour continuer à défricher

Initiative municipale importante en direction de la jeunesse sur la thématique de l’emploi avec « Explora Jeunes » du 12 au 16 avril. Cet important moment de visites d’entreprises, d’ateliers sur les métiers et de rencontres avec des professionnels s’achève et semble déjà pouvoir être considéré comme un succès.

Avec plusieurs dizaines d’entreprises locales participantes, des services publics et institutions, plus de mille jeunes inscrits et environ 600 à 700 participants selon de premières estimations. De nombreuses rencontres ont semble-t-il été assez fructueuses. Stages, emplois en CDD et CDI ne seront pas immédiatement et massivement à la clef mais ce processus de dialogue et de découverte à l’échelle de la ville permet de semer aujourd’hui pour récolter demain.

Evidemment tout ceci, comme la Charte école-entreprise, le Comité de bassin d’emploi, l’aide aux créateurs d’entreprises et autres démarches locales au service de l’emploi se construit depuis plusieurs années, souvent sans publicité tapageuse au regard de résultats positifs mais hélas hors d’échelle face au niveau du chômage et de la précarité qui accablent trop d’habitants de notre Ville , jeunes et moins jeunes.

Dans cet esprit de réflexion et d’innovation locale, la contribution de Karim Bouamrane, Maire-Adjoint, (démis il y a quelques mois de sa responsabilité au Développment économique et à l’insertion des salariés) est la bienvenue. Nous la publions donc ci-après, avec beaucoup de plaisir :

” Lundi 12 avril, nous avons inauguré la semaine Explora jeune dont le but  est de permettre aux jeunes de se familiariser avec le milieu de l’entreprise et de nouer des contacts susceptibles de se concrétiser en stages ou en emploi.
Cela  s’inscrit dans la dynamique ‘’à compétences égales, embauchons local’ que j’avais initiée en début de mandat et qui s’était notamment traduite par la signature de la convention de partenariat entre la Ville et l’entreprise L’Oréal.
En 2008, a l’instar de mon prédécesseur en charge des affaires économiques, j’ai été un de ceux qui mettaient en exergue la nécessité absolue de faire des passerelles avec le milieu de l’entreprise via des actions visibles, efficaces et concrètes.
Par conséquent, je salue l’existence d’Explora Jeunes et ceux qui ont permis la réalisation de cette initiative. Je pense notamment aux grandes entreprises, aux PME et artisans qui ont accepté de jouer le jeu et d’assumer un  rôle citoyen qui ne va pas de soi.
En revanche,  la satisfaction que nous pourrions tirer du fait du nombre de jeunes inscrits ne doit pas occulter la nécessité de nous fixer des véritables objectifs chiffrés en termes d’emplois et de stages pourvus par nos jeunes.
Cet objectif ne peut se concrétiser que par une politique claire et lisible en faveur de  l’emploi pour notre jeunesse mais aussi pour le reste de la population en recherche d’emploi.

Lutter efficacement contre le chômage à Saint-Ouen requiert une adaptation des actions en fonction des publics qui recherchent un emploi.

Avec un taux de chômage  de 13%, qui atteint 50% dans certains quartiers et une nette augmentation du chômage comparativement à l’évolution des autres territoires,  notre jeunesse subi malheureusement ce fléau social de plein fouet.

Un des axes prioritaires serait de mieux répertorier  tous les jeunes demandeurs d’emploi et de qualifier leur profil  et en parallèle, connaitre l’état du marché de l’emploi local de façon affinée.
Cela passe par un travail de fourmi auprès de nos entreprises pour connaitre celles qui embauchent, les types d’emplois qu’elles offrent et surtout la qualification que ces emplois requièrent.
A partir du moment où nous aurons cette image précise de l’offre et de la demande d’emploi dans notre territoire, nous serons armés pour utiliser et diffuser la convention citoyenne que j’ai créée pour définir des objectifs  d’embauche avec les entreprises en fonction des profils répertoriés.
Nous disposerons ainsi d’ outils qui permettront la mise en relation directe des jeunes avec les entreprises au cas par cas.
Saint-Ouen connait une partie de sa jeunesse qui souffre et qui ne doit pas être abandonnée. Elus et services municipaux, nous  devons continuer à déployer tous les efforts avec les acteurs comme la Mige, le Pli ou le CBE pour aider les demandeurs d’emplois qui ont connu l’échec scolaire ou qui rencontrent un déficit de qualification.
Toutefois, cela ne doit pas nous conduire à oublier une jeunesse qui a étudié, qui est formée mais qui demeure  frustrée de ne pas trouver un emploi. 90% des embauches des grandes entreprises à Saint-Ouen  concernent des diplômés Bac+2 /Bac+5 qui représentent  10% de nos jeunes demandeurs d’emplois !
Par conséquent,  favoriser l’accès à l’emploi de nos jeunes diplômes permettrait d’augmenter notre métissage social par le haut, améliorer les conditions de vie des salariés en réduisant la distance domicile-lieu de travail. C’est aussi un des enjeux du développement durable.

Poursuivre cette politique volontariste en faveur de l’emploi c’est également mettre le paquet pour une catégorie de la population qui subit une discrimination terrible : les séniors.
Aujourd’hui, en France, lorsqu’on a plus de 50 ans, on est considéré comme un fardeau économique par les recruteurs.
Or cette catégorie d’âge lorsqu’elle est en activité en  entreprise est souvent la plus productive pour l’employeur eu égard à son expérience, son autonomie et sa capacité à transmettre.

A nous de faire connaitre toute la valeur ajoutée que nos plus de 50 ans en recherche d’emplois pourraient apporter aux entreprises de Saint-Ouen.
Pourquoi pas un Explora Senior l’an prochain ?”

Karim Bouamrane
Maire Adjoint.

 

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

6 réflexions sur « « Explora » pour continuer à défricher »

  1. L’école-entreprise est déjà réalisée.
    Merci à tous les gouvernements français qui se sont succédés depuis 30 ans avec communistes et verts inclus.

    En mars, lors d’une réunion sur la sectorisation au collège Baker, M Hannotin, conseiller général PS a annoncé que la fondation BNP va donner des fonds pour permettre à 1 ou 2 classes de partir en voyage.

    Ce ne fut qu’une confirmation d’une info dont j’avais pris connaissance sur le blog Bondy Autrement .

    In extenso la reprise d’un article paru sur le site du Parti de Gauche, par Nicolas Voisin.

    “93 : le PS invente le « pink-capitalism » !

    Seine-Saint-Denis : après le « green-business », le PS invente le « pink-capitalism » !

    On se pince pour y croire ! Lundi 14 décembre, Claude Bartolone, Président socialiste du Conseil général et Député de la Seine-Saint-Denis, et Baudouin Prot, Administrateur Directeur Général de BNP Paribas ont signé un accord entre le Département et la Fondation BNP Paribas dans le cadre d’un programme de financement de voyages scolaires nommé « Odyssée Jeunes ».

    Pendant deux ans, sous le prétexte d’une participation au financement et à l’organisation de voyages scolaires pour pas moins de 12.000 collégiens, le Conseil Général va donc largement ouvrir les portes des locaux des collèges publics du département dont il a la charge aux agents commerciaux de la Banque BNP-Paribas.

    Ainsi, au mépris de la laïcité de l’école, la publicité pour BNP-Paribas va donc pouvoir tranquillement s’introduire dans les établissements, diffusant l’univers culturel développé par la banque (logos, slogans…) pour capter sa future clientèle chez les enseignants et – surtout – chez les enfants de 11 à 15 ans qui représentent comme on sait une cible commerciale stratégique.

    Aucun détail n’est négligé pour faire passer en douceur la belle campagne qui va déferler dans tous les collèges de Seine-Saint-Denis :

    pour faire « social », la Fondation BNP – Paribas promet de mettre « en œuvre des actions conjointes dans les domaines de l’emploi, de l’éducation, de l’insertion et de l’égalité républicaine » et le « renforcement des actions de proximité menées au titre du Projet Banlieues de BNP Paribas et dans le cadre de la relation du Groupe avec le monde associatif, l’économie sociale et les différentes communes de Seine-Saint-Denis ». Ça ne veut pas dire grand-chose, et on cherchera vainement le détail des engagements fermes dans les documents publiés par le conseil général.

    Pour faire écologique, on a pris soin de placer un peu de Yann Arthus-Bertrand dans le paquet, en annonçant une action en lien avec expédition scientifique de “La Boudeuse”, et du programme “6 milliards d’autres” du très médiatique photographe-réalisateur dont l’association Good Planet vit essentiellement de la générosité désintéressée de grands mécènes parmi lesquels… BNP Paribas !

    L’investissement financier de BNP-Paribas pour cette formidable opération de communication s’élève à 3 millions d’euros sur 2 ans. Une goutte d’eau si on le compare aux 4,5 milliards de bénéfices réalisés par la banque au cours des neuf premiers mois de l’année 2009… Il n’est pas inutile non plus de comparer ce chiffre aux 517.000 euros que Monsieur Baudouin Prot vient d’acquérir à la faveur d’un plan de stock options de 47.296 actions de leur banque (au prix de 43,67 euros l’action).

    Lundi 14 décembre, lors du lancement de l’opération au siège du CG-93, Monsieur Prot avait sans doute ces chiffres astronomiques à l’esprit, et aussi – peut-être – une petite pensée pour les 750 emplois supprimés chez Fortis – Belgique la semaine dernière et aux 200 prévus chez Fortis – Espagne, lorsqu’il déclarait la main sur le cœur devant une assemblée d’enfants que « les entreprises, notamment les banques, ont le devoir d’être solidaires de l’environnement dans lequel elles se développent. Devenu en dix ans le premier employeur de Seine Saint-Denis, BNP Paribas entend contribuer activement à l’effort de ce département pour lutter contre le chômage, améliorer l’accès des jeunes à l’éducation et développer le lien social ». Ce cynisme n’étonne plus, malheureusement.

    Mais ce qui est beaucoup plus stupéfiant, c’est le discours de Claude Bartolone.

    Dès l’introduction protocolaire, le ton est donné : « Entre le Département et le groupe BNP Paribas c’est – allez, j’ose le dire sans rougir – une longue et fidèle histoire d’amour », dans un département où l’exclusion bancaire bat des records, chacun appréciera…

    mais le pire est à venir, lorsque le dirigeant du Parti Socialiste qu’il est construit sa théorie pour justifier cette association entre le Conseil Général qu’il préside et la banque : « notre présence ici, Baudouin Prot et moi-même, BNP Paribas et Département de la Seine-Saint-Denis, est le fruit d’un paradoxe, presque d’un non sens : à l’heure où chacun reconnait le besoin d’Ecole pour notre société, jamais la Nation ne s’est à ce point désengagée de l’éducation et jamais un groupe privé via sa Fondation ne s’est à ce point investi pour notre territoire et nos enfants. »

    N’oubliant pas de rappeler que « jamais l’Etat n’a à ce point déserté le terrain de l’éducation », expédiant en un paragraphe de six lignes la description de l’action éducative du Conseil Général, Claude Bartolone théorise le recours au privé comme moyen ultime de construire l’école de demain :

    « Aujourd’hui, nous franchissons un cap. Dans le cadre de notre projet éducatif, je n’ai pas hésité un seul instant à solliciter le groupe BNP Paribas, premier employeur privé de la Seine-Saint-Denis et acteur historique de ce département, pour conclure un véritable pacte éducatif […] preuve d’un service public moderne et conquérant. »

    Bartolone précise sa vision du modèle de demain : « notre partenariat avec BNP-Paribas, c’est l’effort financier considérable d’une belle et grande entreprise privée en direction des collèges, et c’est l’expertise d’un acteur institutionnel, le Conseil général, qui joue pleinement son rôle de passeur, de régulateur […] voilà la formule gagnante : l’argent du privé et la vision du politique ! » et de conclure : « Je lance aujourd’hui un appel à toutes les entreprises qui souhaitent investir dans l’avenir de la Seine-Saint-Denis. Je ne vous cache pas d’ailleurs que je réfléchis à la création d’une Fondation dédiée à la Jeunesse du département, qui serait vouée à lever des fonds auprès de grands groupes privés désireux de participer à notre aventure collective. Nous aurons sans doute d’autres occasions d’en parler… ».

    Voilà l’expression crue du modèle économique que défend aujourd’hui les dirigeants du Parti Socialiste, idéologiquement ralliés – comme on l’avait compris – au social-libéralisme européen dominant le PSE, mais s’attachant à le mettre en œuvre dans les collectivités territoriales où ils sont aux commandes.

    Ce que fait Claude Bartolone en Seine-Saint-Denis avec BNP-Paribas, c’est ce que feront tous les départements et les régions demain si le peuple de gauche ne s’exprime pas avec force lors des prochaines élections pour affirmer son attachement à la laïcité de l’Ecole et aux services publics.”

    http://bondy-autrement.org//index.php?option=com_content&task=view&id=1172&Itemid=150

    A quant la 1ere école Fondation BNP avec ses programmes à elle à St Ouen ou en Seine St Denis ?

    Serait ce de la science fiction ?
    du délire ?
    Voir ci dessous l’émission.

    Ne devraient pas être au programme le CNR, l’OMC, l’AGCS, le TCE !

    Lisez l’AGCS et le TCE, ils prévoient avec l’accord des gouvernements dont le français, la privatisation du secteur de l’éducation.

    A écoutez et faire écoutez l’émission ci dessous de novembre 2003, intitulée

    “Et si Mc Donald déterminait les programmes d’éducation”

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=108

    A la suite du FSE, nouvelle réflexion autour de l’AGCS, l’Accord Général sur le Commerce et les Services, petit frère de l’AMI et nouveau cheval de bataille de l’OMC et des tenants de l’ultra-libéralisme.
    avec Raoul Marc Jennar, chercheur à l’Oxfam.
    des militants européens du FSE.
    des représentants de l’OMC enregistrés lors du G8 d’Evian.

    Passez si vous le désirez à la 12 mn début de la thématique.

    Attention :Ya un bug sur l’enregistrement.

    Passer à la 40è mn avec le curseur

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=108

    Une 2è émission sur l’AGCS du 7 mai 2004
    « AGCS : pas assez de volume»
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=335&var_recherche=agcs

    Vous trouvez sur ces 2 liens ci dessus, une possibilité d’écouter Cornelius Csatoriadis, je vous y invite fortement.

    Son interview à lire
    http://www.monde-diplomatique.fr/1998/08/CASTORIADIS/10826

  2. Si je comprends bien,cette politique éducative du CG-93 traduit une évolution de cette politique pour permettre aux plus méritants des enfants des classes défavorisées de réussir.
    Il y a eu le séminaire(XVIIIe et XIXe siècles:voir les écrits de JJ,Stendhal,Balzac…),les bourses de l’école publique(fin XIXe et XXe siècles),les banques au XXIe siècle.Bartolone est bien de son temps,il suscite le rêve de nos élèves,de leurs nouveaux héros:après Zidane,Tapie ou les traders!
    JYM,il y a entre 25 ou 30 ans,l’Educ.Nat.,payait aux enseignants volontaires,un mercredi de visite(avec repas)à la centrale nucléaire de St Laurent des Eaux.Elle espérait,en retour,que ces commis voyageurs se fassent dans leur majorité les propagandistes de la supériorité et de la propreté de l’électricité nucléaire.A Michelet,à l’époque,les volontaires se montraient enthousiastes devant ces réalisations de l’EDF.Gageons que 20 ans plus tard,discours officiel hulotien aidant,ils se soient découverts la fibre écolo…
    Toujours est-il,merci JYM,pour cette information.Je suis étonné,par contre,que la BNP ait plus de salariés que PSA dans le 93!

  3. Reprenons une partie du discours de Bartolone

    « notre présence ici, Baudouin Prot et moi-même, BNP Paribas et Département de la Seine-Saint-Denis, est le fruit d’un paradoxe, presque d’un non sens : à l’heure où chacun reconnait le besoin d’Ecole pour notre société, jamais la Nation ne s’est à ce point désengagée de l’éducation et jamais un groupe privé via sa Fondation ne s’est à ce point investi pour notre territoire et nos enfants. »

    Et oui, sacré paradoxe, extraordinaire non sens !

    le voilà obligé, en tant que président du CG93 de faire appel au privé non pas parce la Nation s’est désengagée, (il n’y a pas eu référendum ou vote des français) mais parce que les gouvernements français successifs et dont il a été ministre délégué à la ville (1998-2002) sous Jospin, ont signé des accords (OMC, AGCS, TCE) qui prévoient la privatisation de tous les secteurs, éducation incluse.

    Pour mémoire, lors du référendul du 29 mai 2005, la Nation française à 55% des votants s’est exprimée en rejettant le Traité Constitutionnel Européen (TCE).

    Ce vote n’a pas été respecté !

  4. JYM,depuis Thermidor An II,les votes ne sont pas respectés lorsqu’ils dérangent les classes possédantes.Comment est née la Veme Rep.?d’un simulacre de coup d’état le 13 mai 58 à Alger.Qu’a fait de Gaulle dès qu’il eut assis son pouvoir?trahir ceux qui l’avaient porté au pouvoir et son fameux discours”de la France de Dunkerque à Tamarasset…”Depuis juillet 1794,on pourrait ainsi repasser les votes et leurs conséquences.Le référendum de 2005,en privant l’Europe d’institutions élues par les citoyens européens,permet encore mieux de faire passer,pour nos dirigeants,leurs mauvais coups.Ca devait être ça le fameux”plan B”si cher à Fabius et Bartolone quand ils nous appelaient à voter”NON”.Qui se soucie de ce que fait Von Machin,nommé par je ne sais qui?Mais après tout comme le chanterait Adel(en honorant Léo):”t’as voté…”

  5. Jeunes sans emploi et précaires et leurs parents :

    La Maison de l’emploi de Plaine Commune organise

    le Mercredi 29 juin 2011
    de 9h à 16h
    le circuit alternance sur les métiers sanitaire et sociaux.

    Ces circuits font suite aux quartiers de l’alternance qui ont mis en avant une grande demande de formation en alternance sur ces métiers.

    L’objectif est de leur faire visiter des établissements accueillant des enfants et des personnes âgées et d’échanger avec des encadrants professionnels pour confirmer leur projet de formation de CAP Petite Enfance ou DEAVS.

    Suite à cette rencontre, nous les emmènerons sur les plateaux techniques du CERPE d’Aubervilliers pour qu’ils rencontrent les équipes enseignantes et les stagiaires afin d’échanger avec eux.

    Voici le déroulé de la journée :
    9h – Départ de Plaine Commune Porte E du Stade
    9h30 – Visite de la Crèche d’Epinay « Les trois souhaits » (6 places)
    11h30 – Visite de la Maison de retraite de La Courneuve « Moulin Vert » (12 places)
    12h30 – Déjeuner Plaine Commune

    14h30 – Visite Centre de formation le CERPE (DEAVS et CAP Petite Enfance)
    16h – Retour Plaine Commune à saint Denis

    Pour toute inscription merci de confirmer par mail à emeline.belin@plainecommune.com.fr

  6. Info

    Forum des métiers des Armées (Terre, Air, Marine), de la Gendarmerie, de la Police, de la Justice

    mercredi 17 octobre
    de 9h30 à 16h30
    salle de la Légion d’honneur
    6, rue de la Légion d’Honneur
    93200 Saint-Denis

    avec conférence sur mes métiers suivants :
    9h30 et 14h30 les armées
    10h et 15h la gendarmerie
    10h30 et 15h30 police municipale
    11h et 16h police nationale
    Ne pas oublier d’apporter plusieurs CV.

    Bonne chance à tous. Rompez les rangs.
    Ligne 13 : station Saint-Denis Basilique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *