Après l'incendie meurtrier…

L’action s’organise pour aller vers des solutions sérieuses et durables pour les habitants du 17-19 rue Jules Vallès après le drame qui a endeuillé cet immeuble. Nous publions ci-après le message transmis par le DAL

“Communiqué – Droit au Logement – 7 février

Incendie meurtrier 17/19 rue Jules Vallès
Réunion des habitants et des soutiens
Premier rendez-vous en sous-préfecture
Rassemblement lundi 7 février 18 h Sous-Pref Saint-Denis

Quinze jours après le décès d’une jeune femme et de son enfant dans l’incendie du 17/19 rue Jules Vallès, la sous-préfecture a accepté de recevoir une délégation composée d’élus de la Ville de Saint-Ouen, des locataires et du DAL.

Les habitants des 17-19 rue Jules Vallès et leurs soutiens se sont se retrouvés, ce samedi 6 février après-midi dans la cour de l’immeuble, pour constituer cette délégation et proposer les bases d’un protocole d’accord à l’Etat et à la Ville.

Leurs revendications lors de cette table ronde sont :
— le relogement de l’ensemble des habitants qui le souhaitent avec en priorité celui immédiat des personnes actuellement hébergées à l’hôtel et celui des familles avec enfants ;
— le nettoyage, la mise aux normes de l’immeuble et des garages (voir les images sur ce lien http://www.fotoglif.com/f/ux5yr2d464vn) ;
— l’expropriation du marchand de sommeil, incapable de gérer l’immeuble, et la transformation de ce dernier en logement social.

Pou soutenir leur démarche, ils appellent à se retrouver à 18 h ce lundi 8 février 2010 devant la Sous Préfecture de la Seine Saint Denis‎, 28 Boulevard de la Commune de Paris, 93200 Saint Denis, Métro Saint-Denis Basilique. Un départ collectif du M° Mairie de Saint-Ouen aura lieu à 17 heures.

Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86
accueil: 4e samedi du mois, 10h à 13h – salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi
–www.droitaulogement.org  “

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

23 réflexions sur « Après l'incendie meurtrier… »

  1. Communiqué – Droit au Logement – 16 février 2010

    Incendie meurtrier 17/19 rue Jules Vallès
    Résultats première table ronde
    Rassemblement et comité de suivi jeudi 18 février 18 h. Sous-Préfecture Saint-Denis

    Lundi 8 février, quinze jours après le décès d’une jeune femme et de son enfant dans l’incendie du 17/19 rue Jules Vallès, la sous-préfecture a accepté la mise en place d’une table ronde d’élus de la Ville de Saint-Ouen, des locataires et du DAL.

    Cette réunion a monté un accord de la Mairie et de l’Etat pour :

    — un passage d’une commission de sécurité avec des services de la ville et de la DDASS ;
    — procéder au relogement des mal-logés avec en priorité celui immédiat des personnes actuellement hébergées à l’hôtel et celui des familles avec enfants ;
    — engager une MOUS (maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) afin de procéder au relogement des familles et parvenir à la transformation des immeubles aux mains du propriétaire voyou en logements sociaux.
    — la mise en place d’un comité de suivi.

    L’Etat a de son côté promis :

    — d’engager une enquête sur l’immeuble et son propriétaire ;
    — réexaminer la situation administrative quant au séjour des habitants qui le demandent en prenant en compte leur situation de victimes.

    Les revendications des habitants ont donc été favorablement entendues. Toutefois, il faut savoir que nous demandions cette table ronde, en vain, depuis plus d’un an et que la ville comme l’Etat avaient déjà formulé des promesses restées inabouties à propos de cet immeuble.

    C’est pourquoi, nous demandons que l’ensemble de ces engagements se mettent en œuvre le plus rapidement possible et fassent l’objet d’un protocole d’accord signé par les habitants, la ville, l’Etat et le Dal.

    Pour soutenir ces revendications, lors de la prochaine réunion du comité de suivi, nous appelons à un rassemblement à 18 h ce jeudi 18 février 2010 devant la Sous Préfecture de la Seine Saint Denis ‎, 28 Boulevard de la Commune de Paris, 93200 Saint Denis, Métro Saint-Denis Basilique. Un départ collectif du M° Mairie de Saint-Ouen aura lieu à 17 heures.

    Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86
    accueil : 4e samedi du mois, 10h à 13h – Salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi
    http://www.droitaulogement.org

    SOUTIEN EXPULSES DE BAGNOLET
    Les expulsés de Bagnolet en pleine trêve hiver hivernale ont besoin de vêtements, de duvets, et de tout soutien y compris financier, vous pouvez les apporter au local de la Confédération paysanne, 81 av. République à Bagnolet.

  2. L’immeuble appartenait à la MNEF qui l’a revendu aux débuts des années 2000 suite vraisemblablement à ses difficultés juridiques et financières.

    Les propriétaires ont ensuite été une Mme Proust et actuellement la SCI Jules Vallès dont Antoine Brun est le gérant.

    Ce dernier a été poursuivi et mis en détention sur Strasbourg pour des questions immobilières.

    Plus d’infos :

    http://www.francesoir.fr/faits-divers/2008/08/23/alsace-plus-de-cent-familles-arnaquees.html

    http://www.dna.fr/articles/200903/20/le-promoteur-en-detention-provisoire,region,000010032.php

    http://www.lemoniteur.fr/143-immobilier/article/actualite/603212-le-promoteur-immobilier-antoine-brun-brun-habitat-mis-en-examen-pour-abus-de-confiance

    http://www.liberation.fr/societe/0101616105-incendie-mortel-a-saint-ouen-un-marchand-de-sommeil-accuse

  3. ce site fonctionne comme ma première mobylette….qui avait des ratés les jours de pluie!
    ça va faire bien cinq à six posts qui n’apparaissent pas .
    C’est un sujet à aborder avec Eric le Dimanche matin au marché , mais ça fait un sujet de plus qui fache! Allez , viens tracter avec Europe Ecologie ; on est déjà nombreux mais on refuse personne….

  4. Communiqué – Droit au Logement – 19 février 2010

    Incendie meurtrier 17/19 rue Jules Vallès
    Echec de la deuxième table ronde du comité de suivi
    Rassemblement et visite des lieux – Samedi 20 février 15 h 00

    Après le décès d’une jeune femme et de son enfant dans l’incendie du 17/19 rue Jules Vallès, la table ronde qui s’est réunie avec le sous-préfet de Saint-Denis, des élus de la Ville de Saint-Ouen, des représentants locataires et du DAL, ce jeudi 18 février 18 h. s’est soldée par un échec.

    Malgré les bonnes intentions affichées à la précédente réunion, l’Etat a annoncé qu’une MOUS (maîtrise d’œuvre urbaine et sociale) ne pourrait être engagée que quand l’expropriation de l’immeuble serait mise en œuvre. Une telle décision repousserait un début de relogement des familles à plusieurs années ! En effet, une MOUS permet de réaliser une enquête sociale approfondie par un organisme tiers des familles en vue de leur relogement progressif.

    Le refus de l’Etat retarde donc aussi le relogement des sinistrés à l’hôtel qui doivent faire l’objet de la MOUS. En effet, la mairie refuse de délivrer la liste des personnes hébergées avec leur situation administrative quant au séjour. Les locataires et le DAL sont sur une position semblable tant qu’un protocole d’accord n’a pas été mis en place pour préciser les engagements de l’Etat et de la ville sur le relogement, la MOUS, l’examen des situations administratives, l’avenir de l’immeuble.

    Les délégués des familles ont été particulièrement choqués qu’à la suite d’un tel drame l’Etat engage les débats sur les difficultés de financement de la MOUS et refuse de discuter de la mise en œuvre de ce protocole.

    Les habitants se rassembleront devant les 17-19 rue Jules Vallès à 15 heures ce samedi 20 février (dans les puces, Métro Garibaldi ou Porte de Clignancourt) et appellent la population à les rejoindre pour les soutenir et prendre connaissance de l’état des lieux où ils résident.

    Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86 / accueil : 4e samedi du mois, 10h à 13h – Salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi – http://www.droitaulogement.org

  5. Bonjour,

    Vous avez été nombreux à témoigner de votre solidarité auprès des habitants des 17/19 rue Jules Vallès suite à l’incendie qui a entraîné la mort d’une jeune femme et de son enfant, le lundi 25 janvier.

    L’Etat et la ville sont a priori d’accord avec les revendications des habitants : relogement immédiat des personnes à l’hôtel, examen des situations quant au séjour, mise en place d’une MOUS pour le relogement des habitants qui le désirent, arrêt de la dérive de cet immeuble.

    Toutefois, l’échec de la dernière réunion du comité de suivi a démontré que rien de concret ne se mettra en œuvre sans la mobilisation de tous pour rappeler la responsabilité des pouvoirs publics.

    C’est pourquoi, un mois après le drame, les sinistrés toujours à l’hôtel et les habitants de l’immeuble vous invitent à participer à une réunion des soutiens pour mettre en place ensemble les actions permettant qu’ils accèdent à un logement digne et ne vivent plus dans le danger.

    Réunion des soutiens et des habitants
    Samedi 27 février à 12 heures.
    Salle Marie-C. Mananga,
    Place Payret à Saint-Ouen,
    M° Garibaldi

    Comptant sur la présence d’un maximum de soutiens, recevez, nos meilleures salutations.

    Pour le Dal Saint-Ouen,

    Laurent

    Contacts : Dal Saint-Ouen : dalsaintouen@altern.org / 06 18 28 13 86
    accueil: 4e samedi du mois, 10h à 13h – salle Marie-C. Mananga, Place Payret, M° Garibaldi
    –www.droitaulogement.org

  6. Suite à l’incendie meurtrier des 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen (93)
    MANIFESTATION
    DE SOUTIEN AUX SINISTRÉS ET
    POUR DES LOGEMENTS DÉCENTS POUR TOUS !

    Plus d’un mois, après l’incendie au 17-19 rue Jules Vallès, qui a entraîné la mort d’une jeune femme et de son enfant, les demandes de relogement des sinistrés et d’arrêt de la dérive de l’immeuble sont bloquées malgré l’émotion et la mobilisation qu’a entraînées ce drame dans la population. Cela fait pourtant plusieurs années que les habitants dénoncent les conditions de vie dans cet immeuble, propriété d’une société civile immobilière aux mains d’un marchand de sommeil déjà condamné pour des affaires d’escroquerie dans l’immobilier. La situation est connue depuis longtemps des autorités municipales et préfectorales et a été signalée à de nombreuses reprises par le Dal.

    Suite à la marche silencieuse du 1er février et aux démarches de la mairie, des habitants et de leurs soutiens, deux tables rondes se sont tenues à la sous-préfecture de Saint-Denis. Malgré les bonnes intentions affichées à la première réunion, l’Etat a annoncé à la seconde qu’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale (MOUS) ne pourrait être engagée que quand l’expropriation de l’immeuble serait menée à bien. Une telle décision repousserait un début de relogement des familles à plusieurs années ! En effet, une MOUS permet de réaliser une enquête sociale approfondie par un organisme tiers des familles en vue de leur relogement progressif. Le refus de l’Etat retarde donc le relogement des sinistrés actuellement à l’hôtel mais aussi de ceux encore dans l’immeuble. Les délégués des familles ont été particulièrement choqués qu’à la suite d’un tel drame, l’Etat engage les débats sur les difficultés de financement de la MOUS et refuse de discuter de la mise en œuvre de ce protocole.

    Les locataires et leurs soutiens demandent qu’un protocole d’accord entre l’Etat, la ville, les locataires et le DAL soit mis en place pour fixer les engagements de chacun concernant :
    — l’hébergement transitoire en attendant leur relogement des sinistrés des 2e et 3e étages (bât A) ;
    — le réexamen de toutes les situations administratives des habitants de l’immeuble dépourvus de titre séjour en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;
    — le relogement décent et pérenne dans le parc social des sinistrés des 2e et 3e étages (bât A) dans un premier temps, puis des sinistrés de l’ensemble des immeubles du 17-19 rue Jules Vallès qui le souhaitent ;
    — le devenir des immeubles du 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen ;
    — la mise en place d’une maîtrise d’œuvre urbaine et sociale et d’un comité de suivi régulier.

    C’est pour défendre ce protocole que les locataires et leurs soutiens appellent à manifester et demandent une suspension de séance lors du conseil municipal du 9 mars afin d’avoir l’engagement de la ville de Saint-Ouen sur ce protocole. Cette manifestation veut aussi rappeler aux pouvoirs publics la situation des nombreux mal-logés sur la ville et les appeler à prendre leur responsabilité pour des logements décents pour tous.

    MARDI 9 MARS 2010 A 18 H
    DEPART 17 – 19 RUE JULES VALLES A SAINT-OUEN
    (dans les Puces, M° Garibaldi ou porte de Clignancourt jusqu’à la mairie de Saint-Ouen)
    A l’appel du comité de soutien et du Dal Saint-Ouen.

    Contacts : Dal Saint-Ouen : 06 18 28 13 86 – dalsaintouen@altern.org

  7. Communiqué

    Parrainage de sans-papiers sinistrés des 17 et 19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen

    Le Dal Saint-Ouen invite à s’associer au parrainage, par des élus de la Ville de Saint-Ouen, de six personnes sans papiers hébergées à l’hôtel depuis plus d’an et demi, suite à l’incendie meurtrier de leur immeuble.

    Le 25 janvier 2010, une jeune femme, Aminata, et son enfant de 4 ans, Ismaël, ont péri dans l’incendie de leur appartement des 17 et 19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen. L’incendie a rendu inhabitables onze appartements, et les familles avec enfants ont été hébergées à l’hôtel. Parmi ces ménages, six personnes étaient sans papiers. En juillet 2010, malgré les risques que cela représente, elles ont accepté de donner leur nom à l’État qui l’exigeait pour étudier le relogement de l’ensemble des sinistrés à l’hôtel ; et elles ont demandé le soutien de la ville de Saint-Ouen face aux risques d’expulsion que comporte cette décision. Résidant depuis parfois dix ans en France, elles se sont aussi rapprochées de la Coordination 93 de lutte pour les Sans Papiers et du Réseau Éducation sans frontières pour parfaire leurs demandes de régularisation.

    Le sous-préfet s’était engagé à réexaminer la régularisation administrative des Sans Papiers en tenant compte du drame qu’ils avaient vécu. Une nouvelle table ronde associant État, ville et habitants des 17 et 19 rue Jules Vallès, prévue le 31 août 2010, a été repoussée par le sous-préfet qui n’a toujours pas proposé de nouveaux rendez-vous. Nous condamnons vivement l’attitude des représentants de l’État qui ne tiennent pas parole et qui laissent vivre les sinistrés dans des conditions indignes : les familles sont toujours à l’hôtel, les enfants sont toujours hébergés loin de leur école, aucun relogement n’a été mis en place, il n’y a pas de réponse quant à l’examen des demandes de régularisation administrative de certains, l’immeuble est toujours sordide et dans les mains d’un marchand de sommeil, les travaux ne sont pas engagés.

    Seul motif de satisfaction, accusé de négligence et d’abus dans la gestion de l’immeuble, le représentant de la société propriétaire des immeubles, Antoine Brun, a été condamné le 31 mars 2010 à un an de prison avec sursis, 20 000 euros d’amende, et à verser 1 500 euros de dommages et intérêts aux familles qui se sont portées parties civiles. Pourtant, les pouvoirs publics n’ont pas mis en œuvre tous les moyens permettant de faire cesser les pratiques de ce marchand de sommeil, dénoncées par les habitants eux-mêmes depuis 2005 et par le Dal dès 2008 !

    Les habitants, le Dal mais aussi de nombreux habitants signataires de la pétition initiée par les parents d’élèves et les enseignants exigent de l’État et de la ville de Saint-Ouen de mettre tout en œuvre pour :

    le relogement immédiat, décent et pérenne dans le parc social des personnes hébergées à l’hôtel ;

    le réexamen promis par l’État des situations administratives des habitants dépourvus de titre de séjour, en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;

    le relogement des habitants, et en priorité celui des familles en situation de sur-occupation locative, toujours dans les lieux, par l’État, la ville, et le bailleur qui rachètera le lieu ;

    l’expropriation de ces immeubles et leur transformation en logements sociaux annoncées par la ville de Saint-Ouen avec l’appui de l’État.

    Saluant l’initiative des élus de la ville, nous invitons à s’associer à la cérémonie de parrainage des personnes sinistrées, sans papiers, hébergées à l’hôtel, qui se tiendra :

    Mardi 12 juillet 2011 – 11 heures – Mairie de Saint-Ouen (93)

    DAL Saint-Ouen – Tél : 06 65 97 10 24 – dalsaintouen DHh altern.org http://www.droitaulogement.org

  8. La mairie de Saint-Ouen vient de nous avertir que le parrainage des sans-papiers sinistrés des 17/19 rue Jules Vallès se réalisera
    ce mardi 12 juillet à 17 HEURES
    à la Mairie de Saint-Ouen (93) et non le matin.

    Merci de diffuser largement cet appel.

  9. La situation en ile de france du point de vue immobilier est catastrophique. On se dirige tout droit vers Londres, New York, Tokyo ou Moscou.

  10. Incendie meurtrier et sinistrés
    17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen (93)

    ASSEZ DE L’IMMOBILISME DE L’ÉTAT !

    Le Dal Saint-Ouen appelle à se rassembler devant la sous-préfecture de Saint-Denis pour protester contre la situation faite aux sinistrés des 17-19 rue Jules Vallès à Saint-Ouen qui vivent toujours en situation précaire et indigne, suite à l’incendie meurtrier du 25 janvier 2010.

    Ce jour-là, Aminata et Ismaël, une jeune femme et son enfant de 4 ans, ont péri dans l’incendie de leur appartement. L’incendie a rendu inhabitables onze appartements, et les familles avec enfants ont été hébergées à l’hôtel depuis plus de 20 mois ! Parmi ces ménages, six personnes étaient sans papiers. Le 12 juillet 2011, elles ont été parrainées par 12 élus de la ville de Saint-Ouen.

    Une table ronde associant État, ville, Dal et habitants des 17 et 19 rue Jules Vallès était prévue, il y a plus d’un an, le 31 août 2010, mais elle a été repoussée par l’ancien sous-préfet et sa successeur n’a toujours pas proposé de nouveaux rendez-vous. L’État s’était engagé à réexaminer la régularisation administrative des sans papiers en tenant compte du drame qu’ils avaient vécu et à travailler, avec la Ville de Saint-Ouen, sur le relogement de l’ensemble des sinistrés à l’hôtel et de ceux encore dans ces immeubles. Ceux-ci sont dans un tel état que le représentant de la société propriétaire des immeubles, Antoine Brun, a été condamné le 31 mars 2010 à un an de prison avec sursis, 20 000 euros d’amende, et à verser 1 500 euros de dommages et intérêts aux familles qui se sont portées parties civiles.

    Nous condamnons vivement l’attitude de l’État qui ne tient pas parole, qui refuse le dialogue et qui laisse vivre les sinistrés dans des conditions indignes : les familles sont toujours à l’hôtel, les enfants sont toujours hébergés loin de leur école, aucun relogement n’a été mis en place, l’immeuble est toujours sordide et dans les mains d’un marchand de sommeil, les travaux ne sont pas engagés ; le propriétaire menace toujours d’expulser les habitants…

    Nous exigeons de l’État et de la ville de Saint-Ouen, alertés sur la situation de ces immeubles des années avant le drame, de mettre tout en œuvre pour :

    – le relogement immédiat, décent et pérenne des personnes hébergées à l’hôtel ;

    – le réexamen promis par l’État des situations administratives des habitants dépourvus de titre de séjour, en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;

    – le relogement des habitants, et en priorité celui des familles en situation de sur-occupation locative, toujours dans les lieux, par l’État, la ville, et le bailleur qui rachètera le lieu ;

    – l’expropriation de ces immeubles et leur transformation en logements sociaux annoncées par la ville de Saint-Ouen avec l’appui de l’État.

    Rassemblement de solidarité
    avec les sinistrés

    Mardi 4 octobre 2011 – 17 h – Sous-préfecture
    28-30 bd de la Commune de Paris – Saint-Denis
    Métro : Saint-Denis Basilique (ligne 13) et Tramway : Cimetière de Saint-Denis

    DAL Saint-Ouen – Tél : 06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org http://www.droitaulogement.org

  11. Rappeler leurs situations, nous interpeller sur les problèmes de la corne de l’Afrique nous ramènent vers l’essentiel, à l’heure ou en France on se PREOCCUPE de savoir quel socialiste sera président ou si NS sera candidat.

    Des actions sociales et humanitaires, leur participation aux côtés des plus défavorisés, restent, à mes yeux, le vrai engagement politique crédible!

    Je salue vraiment l’engagement du dal, ce sont toujours ceux qui en font le plus sur le terrain
    que l’on voit le moins. Il va falloir vraiment entendre leurs revendications car les situations sociales et familiales se dégradent, il suffit de voir toutes ces familles logées à l’hôtel situé aux abords du périphérique(porte montmartre)
    Je travaille malheureusement à 17h mais diffuserai l’info et je serai dispo si des actions sont à mettre en place à so!

  12. Conseil municipal du 10 octobre 2011
    et Sinistrés des 17-19 rue Jules Vallès de Saint-Ouen (93)

    À l’ordre du jour du conseil municipal du 10 octobre 2011 figure au point 32 « l’opération d’aménagement sise rue Jules Vallès », visant la mise en place d’un appel d’offre pour choisir un concessionnaire et une « demande d’ouverture d’une enquête préalable à la déclaration d’utilité publique, dans le cadre de l’acquisition par voie amiable ou par recours à la procédure d’expropriation des parcelles nécessaires à l’opération d’aménagement ».

    Le Dal Saint-Ouen soutient cette opération d’aménagement car elle comprend parmi d’autres parcelles les immeubles 17-19 rue Jules Vallès. En effet, cette adresse est aux mains d’un marchand de sommeil, accusé de négligence et d’abus dans la gestion de l’immeuble et condamné par le tribunal correctionnel de Bobigny en mars 2011.

    Nous rappelons toutefois que cette action sur l’immobilier ne règlera pas seule la situation sociale dans laquelle se trouve l’ensemble des habitants de ces immeubles. Lors de l’interruption de séance du 9 mars 2010, l’ensemble des élus de la majorité comme de l’opposition ont témoigné de leur volonté d’un relogement digne des habitants. Le 12 juillet dernier, les six sans-papiers qui font partie des douze ménages hébergés à l’hôtel depuis l’incendie meurtrier du 25 janvier 2010 ont été parrainés par douze élus municipaux. Il faut maintenant passer aux actes.

    Face à l’immobilisme de l’État dénoncé lors du rassemblement devant la sous-préfecture de Saint-Denis le 4 octobre, il est nécessaire que le conseil municipal exige le redémarrage d’une table ronde associant les habitants, la ville, l’État et le Dal, pour parvenir au plus vite à :

    * la régularisation des habitants sans papiers en prenant en compte le drame qu’ils ont vécu ;
    * le relogement de l’ensemble des habitants par l’État, la ville et le futur propriétaire, en commençant par les personnes hébergées à l’hôtel depuis maintenant plus de vingt mois et les familles en situation de sur-occupation.

    Droit Au Logement Saint-Ouen
    Permanences : 4ème samedi de chaque mois de 10 h à 13 h.
    Salle Marie-Charlotte Mananga, place Payret, M° Garibaldi
    06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org

  13. Sinistrés des 17-19 rue Jules Vallès de Saint-Ouen
    Rassemblement de solidarité avec les sinistrés

    Devant la Mairie de Saint-Ouen 15 décembre 2011 – 17 h

    Le conseil municipal doit voter pour l’expropriation du marchand de sommeil

    Alors que l’État s’obstine à ne pas remettre en place la table ronde prévu, il y a plus de quinze mois, suite à l’incendie meurtrier des 17-19 rue Jules Vallès de janvier 2010, le dernier conseil municipal de la ville Saint-Ouen n’a pas réussi à se mettre d’accord sur la mise en œuvre d’une procédure qui permettrait l’expropriation du marchand de sommeil. Celle-ci doit être représentée au conseil municipal du 15 décembre qui se tiendra à partir de 18 heures.

    Le conseil municipal du 10 octobre a rejeté « l’opération d’aménagement sise rue Jules Vallès », visant la mise en place d’un appel d’offre pour choisir un concessionnaire et une « demande d’ouverture d’une enquête préalable à la déclaration d’utilité publique (DUP), dans le cadre de l’acquisition par voie amiable ou par recours à la procédure d’expropriation des parcelles nécessaires à l’opération d’aménagement ».

    Le DAL Saint-Ouen a soutenu cette proposition qui incluait les 17-19 rue Jules Vallès aux mains d’un marchand de sommeil, et qui permettait son expropriation dans une perspective de construction de logements sociaux. Contre toute attente, le conseil municipal a rejeté par 20 voix contre 19 cette proposition. L’opposition, le PS (sauf deux élus) et une élue d’EE Les Verts ont voté contre du fait d’un périmètre d’études dépassant les 17-19 rue Jules Vallès. Nous regrettons ce rejet et déplorons l’incapacité des élus à se mettre d’accord pour trouver une solution à la situation des locataires. Ceci est d’autant plus révoltant que tous annoncent vouloir résoudre un problème, qui n’a que trop duré, et que la mise en place d’un périmètre élargi avait été annoncée dès le 9 juillet 2010 lors d’une table ronde avec la sous-préfecture.

    Si des échanges bilatéraux ont eu lieu avec différents élus, nous regrettons le gel des réunions de travail avec les différentes composantes de la majorité municipale. Alors que les représentants du PS étaient d’accord pour les relancer, qu’une réunion était programmée, ils ont refusé d’y participer faute d’accord avec le PC sur le périmètre de la DUP. Dans le même temps, ils annonçaient être pour la régularisation et le relogement des sinistrés. Si les enjeux liés à l’aménagement du quartier (passage éphémère, antiquaires…) peuvent être entendus, la détresse des habitants aux mains du marchand de sommeil doit être prise en compte et l’expropriation du marchand de sommeil ne peut plus être reportée !

    Il faut donc que les élus municipaux et, en premier lieu les différents courants de la majorité municipale, trouvent un accord et votent pour l’expropriation des 17-19 rue Jules Vallès au prochain conseil municipal. Ils doivent aussi s’engager sur le relogement des sinistrés (à l’hôtel sur les deniers de la ville depuis janvier 2010 !), comme de ceux vivant encore à cette adresse.

    Rassemblement de solidarité avec les sinistrés
    Devant la Mairie de Saint-Ouen
    15 décembre 2011 – 17 h 00

    Droit Au Logement Saint-Ouen – 06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org

    Permanence 4° samedi du mois salle Marie-Charlotte Mananga Place Payret (M° Garibaldi)
    Prochaine permanence : 24 décembre 10 / 13 h

  14. Solidarité avec les mal logés

    Quatre ans après l’incendie meurtrier,
    des habitants des 17-19 rue Jules Vallès menacés d’expulsion !

    Après l’incendie de janvier 2010, les habitants des 17-19 rue Jules Vallès vivent toujours dans des conditions inacceptables et ne savent pas ce que sera leur avenir. La procédure d’expropriation du marchand de sommeil s’éternise du fait des divisions de la majorité municipale et des lenteurs de l’Etat, plus disposé à défendre les droits des propriétaires que ceux des locataires.

    Selon les choix que fera la ville, des habitants pourraient ne pas être relogés parce que le propriétaire n’a pas conclu de bail avec eux ou parce qu’ils sont dépourvus de titre de séjour. En septembre, ces derniers ont demandé l’appui de la mairie pour être soutenus dans leur démarche de régularisation mais leur demande est restée lettre morte…

    Pourtant, la lutte victorieuse menée avec les sinistrés des 17-19 rue Jules Vallés, qui avaient été d’abord hébergés à l’hôtel suite à l’incendie et dont une partie était sans-papier, nous a montré, qu’avec l’appui des élus,pouvaient aboutir la régularisation et le relogement de tous.

    En conseil municipal, suite à l’incendie meurtrier, madame la maire approuvée par l’ensemble de la majorité mais aussi par l’opposition, avait promis que l’ensemble des habitants serait relogé. Arrivée à la fin de son actuel mandat, elle doit tenir promesse !

    Dalo, mal-logés toujours dans la galère !

    Les sinistrés de Vallès ne sont pas les seuls à être victimes de l’insuffisance de logement et de l’inaction des pouvoirs publics. L’Etat en vient même à être condamné pour non-application de la loi sur le Droit au logement opposable (Dalo). D’autres mal-logés n’y ont pas accès malgré leurs conditions de logement inacceptables… Les critères d’attribution des logements ne sont pas connus ! Les mal-logés entendent bien faire reconnaître leurs droits et demandent l’appui de tous pour y parvenir.

    Nous appelons à un rassemblement de solidarité et demandons à être reçus par les responsables municipaux à l’issue de celui-ci pour qu’ils tiennent leurs engagements avant la fin de leur mandat, et pour qu’ils agissent pour le relogement de tous les mal-logés.

    Rassemblement de solidarité devant la mairie de Saint-Ouen (93)
    Mercredi 11 décembre 2013 – 17 h

    Droit Au Logement Saint-Ouen. Permanences : 4e samedi de chaque mois de 10 h à13 h.
    Salle Marie-Charlotte Mananga, place Payret, M° Garibaldi, tél: 06 65 97 10 24 – dalsaintouen@altern.org

  15. post 17
    C’est inadmissible de ne pas avoir obtenu de réponses!!!
    On peut se vanter d’être dans une Ville solidaire mais apparemment on vous a un peu mis aux oubliettes!!!
    Concernant l’Etat, je vous conseille de vous rendre à la salle barbara à 19h30, après votre rassemblement; vous pourrez demander des comptes à BL sur ce dossier ,.
    Question qui aurait pu faire partie du questionnaire des socs : quels logements pour les mals logés de vallés?!!

  16. Pas facile de trouver un article un peu récent pour faire passer des infos concernant les luttes de mal-logés sur le blog d’ID Saint-Ouen… mais ce sera peut-être lu par l’actuel élu au logement qui était d’accord avec le DAL pour passer à l’acte (Cf. post 15). C’était en 2010…

    Solidarité avec les expulsés
    et les mal logés !

    20 % des expulsions en France ont lieu en Seine-Saint-Denis. Ce chiffre va encore augmenter avec les expulsions, ces dernières heures, de centaines de personnes à La Courneuve et à Pantin. A Saint-Ouen aussi des familles sont expulsées mais comme d’autres le font en campant sur la place de la République à Paris, elles ont décidé de se battre et de camper devant la mairie de Saint-Ouen.

    Soutenir les expulsés pour leur relogement !

    Le 24 juillet, les habitants du village d’insertion ont été expulsés à la demande de la Sequano qui est rémunérée par la ville de Saint-Ouen pour aménager le nouveau quartier urbain des Docks. Depuis cette date, ils campent devant la mairie pour demander leur relogement. Cela fait sept années, que ces familles résident sur le village d’insertion installé après l’expulsion de leur bidonville. Les enfants ont grandi, ont été à l’école, au collège, au lycée… certains ont eu des enfants. Certains ont trouvé du travail, un logement parfois aussi. Les enfants de cette dizaine de famille sont à la rue à la veille de la rentrée scolaire. C’est inacceptable !

    Cette situation est d’autant plus scandaleuse que le 27 juin le maire s’était engagé à provoquer une réunion avec la Sequano Aménagement, propriétaire du lieu où a été installé le village, l’Etat, les habitants et leurs soutiens pour empêcher une expulsion et travailler au relogement progressif des habitants. Il faut savoir qu’à la même réunion, le maire avait aussi promis de bloquer l’expulsion d’une famille de Saint-Ouen Habitat qui sera expulsée le 23 juillet.… Depuis cet été, le DAL a reçu plusieurs familles, le plus souvent monoparentales, expulsées ou menacées d’expulsion par cet office HLM. La ville doit arrêter ces expulsions et reloger les personnes qu’elle a expulsées !

    Pour des logements décents pour tous !

    La ville de Saint-Ouen n’est bien sûr pas seule à avoir une responsabilité dans la situation du logement sur son territoire mais elle doit arrêter cette politique anti-sociale. L’Etat et la commune devront procéder au relogement des expulsés. Ensemble aussi ils doivent prendre leurs responsabilités pour lutter contre les marchands de sommeil et mettre fin au calvaire vécu par les sinistrés des 17/19 rue Jules Vallès, eux aussi pour partie menacés d’expulsion malgré la condamnation du propriétaire de leur immeuble.

    Nous appelons la population à venir soutenir les revendications des expulsés et mal-logés :

    — L’arrêt immédiat de toutes les expulsions, dans le privé, dans le public, au CARA !

    — Le relogement immédiat de tous les expulsés !

    — Le relogement des habitants des taudis, d’immeubles insalubres, des sinistrés des 17/19 rue Jules Vallès…

    — L’application de la loi Droit au Logement Opposable et le relogement de tous les prioritaires.

    — Davantage de logements sociaux accessibles aux plus modestes (PLAI…).

    — La réquisition, par l’application de l’ordonnance de 1945, et la réhabilitation des logements vides.

    Rassemblement samedi 29 août 2015 15 h.
    devant la mairie de Saint-Ouen (93)

    Permanence du DAL Saint-Ouen, tous les 1er samedis du mois de 10 h 30 à 13 h. au 1, rue des Marronniers à Saint-Ouen.Tél. : 06 65 97 10 24. dalsaintouen@orange.fr http://droitaulogement.org/ http://www.facebook.com/comite.dalsaintouen

  17. -Rajoutons également l’accueil de un milliard cinq cent millions de malheureux dans le monde qui souhaitent s’installer en France.
    -la suppression de la faim dans le monde.
    -l’arrêt de l’oppression des femmes et des plus malheureux.
    -lescandale du manque d’éducation dans le monde.

    Décidément l’être humain est vraiment trop méchant.

  18. A Isengrin post 20 mais pas que

    Avril 2006, une lettre de Jacques Lacour à Nicolas Sarkozy et à l’Union Européenne

    Le constat peut il être différent aujourd’hui ?

    La situation s’est elle améliorée depuis suite à l’intervention française en Libye pour le pétrole=nos bagnoles, au Mali pour l’uranium= nos centrales nucléaires, en Syrie etc…?

    Sans compter le réchauffement climatique, et les terres qui disparaîssent sous l’eau.

    ————————————————————-

    A Monsieur Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur,
    A Messieurs les ministres de l’intérieur de l’Union Européenne,

    Ils arriveront quand même…

    http://abcburkina.net/fr/nos-dossiers/vu-au-sud-vu-du-sud/200-180-ils-arriveront-quand-m

    et en complément Les soi-disant “Accords de Partenariat Economique” APE
    http://www.abcburkina.net/documents/ACCORD_DE_PAUPERISATION_ECONOMIQUE.pdf

  19. A JYM, je suis tout à fait d’accord avec cet article, mon post un peu outrancier n’avait pour seul but que de dénoncer la grande naïveté de certains qui réclament des choses complètement irréalistes .
    Exiger des logements pour des Roms alors que nous n’avons même pas les moyens de loger nos populations est une utopie.
    Exiger même le droit au logement est une utopie, interdire les expulsions est une aberration de même nature , mais sans doute id-stg n’a t’il qu’une courte vue pour nous faire du Audiard a deux balles et ne pas comprendre un humour un peu décalé .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *