Derniers reculs avant la chute ?

Nous le pressentions comme beaucoup, ce Conseil municipal du 14 décembre devait être celui de tous les dangers pour le Maire Jacqueline ROUILLON. Beaucoup s attendaient à un bazar indescriptible, à la confusion et aux invectives avec à la clef une nouvelle annulation de la séance. Ce fut en réalité peut-être bien pire pour le Maire mais évidemment très inquiétant  pour la gestion de la Ville.

Pendant près de deux heures, avant d aborder le premier point des 39 à l ordre du jour, les interventions des Présidents de groupes se sont succédées pour mettre en cause l autoritarisme et l aveuglement du 1er Magistrat de la Commune. Empruntes d une certaine solennité et devant une salle comble, les différentes prises de paroles sont restés dignes mais impitoyables.

Les Verts et les Socialistes ont ouvert cette contestation salutaire par des interventions claires et fermes. Opposés au retrait sans appel de la délégation de Karim BOUAMRANE, Adjoint au Maire, ou à l autisme sur les tours du projet des Docks,  ils ont quitté la séance en signe de protestation.

Le groupe communiste a été à la peine pour défendre l’indéfendable d’autant que certains de ses membres restent très sceptiques sur le Maire et sa conduite des opérations. Nicole Amedro, Adjointe au Maire, égale à elle-même,  nous a cependant rassuré en concluant  son intervention par cette belle apostrophe :  “nous ne lâcherons rien !”.

Avec une certaine intelligence l opposition, utilisant l arme du quorum (indispensable à la tenue ou non du Conseil) a siégé  mais en exigeant le retrait de plusieurs délibérations de l ordre du jour.

Au final le Maire a  été contrainte de retirer 8 points et non de moindres :

9 –  Programme de la Maison des associations,

10 – Dépôt du Permis de démolir pour 27 G. Péri (Maison des associations)

11 – Approbation du Plan, local d urbanisme (PLU)

12 -  ZAC des Docks (dossier de réalisation, programme des équipements publics, exonération du Dépassement du plafond légal de densité, participations des constructeurs aux équipements, avenant au traité de concession avec l aménageur.…),

13 – ZAC des Docks : demande d ouverture d enquêtes publiques pour acquisitions amiables ou par expropriation.

20 -  ZAC de la Porte de Saint-Ouen : compte rendu financier annuel

21- Fond d intervention de quartier (FIQ) : participation de la commune,

24 – OVL : approbation des comptes et du rapport annuel d activités 2008.

Faute de temps les 9 autres délibérations ont été reportées (points 30 à 39).*

Le Conseil s est achevé à 1 h 40 ce matin mardi 15 décembre 2009.

Rien ne sera donc plus comme avant et tout le monde s interroge désormais sur l avenir de la majorité avec un mandat devant ou non s achever à son terme.

A suivre…

* ces points “secondaires” seront traités lors d’un Conseil complémentaire ce samedi et convoqué 3 jours francs au préalables et n’ayant pas l’obligation de quorum.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

7 réflexions sur « Derniers reculs avant la chute ? »

  1. Concernant la Maison des associations, le projet de Jacqueline Rouillon dispendieux pour les finances communales et irrespectueux de Saint-Ouen a connu un nouvel et salutaire avatar hier soir au conseil municipal. La sinistre et imbécile proposition è  5 millions d’euros a été retirée de l’ordre du jour de la séance.

    A la limite du carton rouge, le Maire sauve en partie sa mise mais devait concéder pour cela le retrait de plusieurs propositions de délibérations : la ZAC des Dock, le PLU et la Maison des associations…
    Sauvée grè¢ce è  la droite et è  M. Keita mais pour combien de temps ?

    Si dans le conseil muncipal, le Maire dont on ne sait plus dans quelle famille politique elle réside ne peut espérer sa survie que grè¢ce è  quelques égos ridicules, Saint-Ouen est bien mal partie.

    Il est clair que tout au long des interventions des groupes qui ont précédé l’examen de l’ordre du jour, c’est son régime autiste et autoritaire qui a été mis en cause.

    Le sérieux de l’intervention du communiste Giunta rappelant è  l’éthique (élu par les électeurs sur une étiquette, il faut démissionner lorsque vous en changez, comme c’est la cas avec M. Bouamrane) faisait écho avec le rappel historique pertinent de la socialiste Jacquot portant è  la connaissance de l’assemblée et du public que quand M. Perego quitta le PS pour rejoindre le MRC (Chevènement), l’ancien maire Paulette Fost dans sa sagesse et sa clairvoyance respecta ce choix et n’enleva pas sa délégation è  ce mutant de la dernière heure!

    Autre temps autre moeurs mais aussi sans aucun doute, les chaperons ont changé.

    Et ce qui guidait sinon le peuple, la gestion de la ville, a pris de bizarres traits, plus humains ou personnels dirons-nous et moins humanistes! Mais La Fontaine a déjè  écrit la dessus!

    Les différents tracts distribués è  la porte de l’Hôtel de ville : “Non au projet pharaonique de la maison de la vie associative” par le collectif des riverains rue Jean et avenue Gabriel Péri ;”Droit au logement : que fait la mairie ?” par le comité local de Droit au logement, qui rappelait sa demande de rendez-vous au maire toujours sans réponse !? ; “Oui la situation est grave pour nos enfants !” par les parents de Saint-Ouen qui appellent è  manifester è  Jussieu avec les enseignants pour des postes d’enseignants supplémentaires montraient la vrai vie.

    Des préoccupations pas trés éloignées de la motion du Conseil d’administration de l’OVL (datée du 7 décembre) qui “demande que l’OVL … soit réellement associé è  la réflexion sur la gestion et le devenir du patrimoine de vacances de la vie de Saint-Ouen”.

    Le gel des travaux sur la colo de Clairvaux, et notamment l’absence de la mise en conformité de l’alarme incendie (184.000 euros) conduira è  la fermeture du centre dès l’été 2010 et è  la bascule sur les centres de Montgenèvre et de Saint-Véran “peu adaptés è  cet effet” (dixit la motion).

    Comme quoi le bras de fer engagé entre les Verts et les socialistes et Jacqueline Rouillon n’a pas que du mauvais : les bouches s’ouvrent comme disait un copain è  l’ami René.

    Pour conclure en accusant son opposition de prendre en otage les audoniens en n’assurant pas le quorum, JR a obtenu un petit répit et obtenu le quorum nécessaire è  la tenue du conseil.
    Il est toutefois pas certains que tous l’aient compris, comme la Maire adjointe au personnel qui concluait son intervention par un “nous ne lè¢cherons rien” au risque de faire exploser la séance et totalement è  rebrousse poil des nécessités sociales et politiques du moment.

    Mais il lui faudra changer d’attitude et revenir aux fondamentaux : respect des minorités du Conseil municipal et de ses alliés, rationalisation des dépenses communales, compte-rendu de mandat, éloignement de certains “intérêts”, véritable rapport démocratique avec les agents et les audoniens…

    La balle est plus que jamais dans son camp!

    Parceque saint-ouen le vaut bien”

  2. Si je comprends bien ce que parler veut dire l’actuel fonctionnement de la municipalité dirigée par JR est dè» è  la bonne volonté des élus de la liste de WD qualifiée de”droite”il n’y a pas si longtemps.Serait-on passé du”tout sauf JR”au”tout sauf AK”?Tout è§a nous promet des rapprochements et des ruptures florentines pour ne pas dire machiavéliques!

  3. Je confirme ce que j’ai dit, è  savoir que lorsque l’on quitte un parti pour un autre, on doit remettre sa démission au parti dont on a été l’élu. C’est un problème d’éthique et de respect envers les électrices et les électeurs. C’est valable pour monsieur Bouamrane … et pour tous les autres !
    Par ailleurs, il semble que la situation reste bloquée et, apparemment, nul ne sait comment en sortir.
    Les clivages è  gauche apparaissent au grand jour. Un renversement des alliances au conseil municipal, ce que l’on ne peut exclure, se traduirait inévitablement par un changement de majorité. A moins que l’on revienne devant les électrices et les électeurs. .. ce qui ne peut être écarté, compte tenu du fait qu’aucune solution ne peut, semble-t-il, être trouvée. Tout cela n’est pas très sérieux …

  4. Je confirme ce que j’ai dit, à savoir que lorsque l’on quitte un parti pour un autre, on doit remettre sa démission au parti dont on a été l’élu. C’est un problème d’éthique et de respect envers les électrices et les électeurs. C’est valable pour monsieur Bouamrane … et pour tous les autres !
    Par ailleurs, il semble que la situation reste bloquée et, apparemment, nul ne sait comment en sortir.
    Les clivages à gauche apparaissent au grand jour. Un renversement des alliances au conseil municipal, ce que l’on ne peut exclure, se traduirait inévitablement par un changement de majorité. A moins que l’on revienne devant les électrices et les électeurs. .. ce qui ne peut être écarté, compte tenu du fait qu’aucune solution ne peut, semble-t-il, être trouvée. Tout cela n’est pas très sérieux …

  5. Pour ma dernière séance du conseil, j’ai assisté avec quelques irréductibles audoniens è  une assemblée è  moitié vide.

    J’en retiens la promesse de Jacqueline Rouillon de réunir une commission ouverte è  tous les élus sur l’OVL avant le début février.

    Je tiens è  rappeler qu’il existe une étude commanditée par l’OVL sur l’état complet des centres avec des propositions de développement.
    Pourtant, ce document n’a visiblement pas été transmis è  tous les élus et par conséquent les audoniens (dont les usagers des centres) nen nont pas eu la moindre information par la Ville alors qu’elle a été financée par des deniers publics, les nôtres

    Nous sommes dans une situation incroyable oè¹ des biens appartenant aux audoniens depuis la Libération risquent d’être vendus – si personne ne s’oppose è  Jacqueline Rouillon.
    Entre les fondamentaux sociaux et progressistes des congés payés et du droit fondamental aux vacances pour les enfants et les démunis et le Maire, c’est aujourd’hui un gouffre.

    Les changements récents dans la direction administrative et le CA de l’OVL vont dans le bon sens mais les problèmes sont anciens. L’étude sur les potentialités des Centres révèle en filigramme l’absence d’investissement et de mise è  niveau des Centres de vacances pendant de longues années. Qu’a fait Jacqueline Rouillon pendant ses 15 ans de règne ? Qu’a fait l’élu chargé du patrimoine bè¢ti ? Qu’a fait la direction des services techniques ?

    N’a-t-on pas vu un ancien élu (si proche) accompagner le Maire et se faire le héraut de la vente de Jullou ? Dans quelle république sommes-nous pour qu’une personne sans aucun mandat de l’assemblée communale se retrouve et mène des négociations occultes?

    Saluons lè  le courage et la ténacité de celles et ceux de tous horizons qui ne lè¢chent pas le morceau et appellent è  défendre les colos.de Saint-Ouen.

    De ce point de vue, pourquoi par exemple alors que la restauration scolaire va être inter communalisée, les colos ne le seraient pas.

    Tous les enfants, les précaires, les retraités de Saint-Ouen partent-ils en vacances ? Bien sè»r que non !

    Deux anecdotes è  vous livrer sur ce dernier Conseil :

    – La première est qu’il a fallu intervenir auprès de la direction générale pour que les grilles protégeant le marché de Noè«l et interdisant l’accès è  l’Hôtel de ville soient ouvertes pour que le public comme les élus puissent rentrer dans la salle des séances.

    Visiblement cela ne gênait personne. Quel manque de considération. C’est sans doute ce qui peut expliquer le retard de 30 minutes de Jacqueline Rouillon, ce que n’a pas manqué de relever le conseiller Kémache.

    – la seconde, c’est l’existence d’une “garde prétorienne” comme nous l’avons encore constaté.

    Une nouvelle fois, les audoniens qui ont assisté è  la séance se sont retrouvés nez è  nez avec des gens dont l’aspect extérieur et l’habillement n’auraient certainement pas échappé è  une BAC en goguette. Aucun signe d’appartenance, aucun habillement distinctif. Ils sont lè , ordonnent ceci, veulent obliger è  cela.
    Je les avais déjè  vus notamment lors d’une tentative de squat de la gare Godillot formant un mur physique contre des familles errantes. Il y a bien des policiers en civil, mais ils sont tous identifiables dans laction (brassard).

    Quels sont donc les conditions de recrutement et les missions de ces personnes ? Et si c’est un nouveau service, le Maire l’a-t-il présenté au Comité technique paritaire (CTP) comme le prévoit la loi? Quel argent a-t il encore été dépensé alors que nous avons déjè  une si coè»teuse Police municipale ?

    Que pense M. le commissaire de police de Saint-Ouen de ces agissements ? De cette concurrence ? A moins qu’il ne se satisfasse d’une application anticipée de désirs de Nicola Sarkozy ? Tout est désormais possible, comme nous l’avons vu avec Brice et ses caméras…

    C’est vraiment lamentable! a Maire devrait réfléchir au fait que la SNCF vient de changer la couleur des uniformes et les insignes identificatoires de sa police ferroviaire dans le sens d’une différenciation avec la Police nationale.
    Quand le goè»t du secret et la “révélation” de l’ordre se rejoignent dans une gestion municipale, on est plus prêt de Balkany et de Tibéri que de la Commune de Paris et des vrais besoins des audoniens.

    Moi en tous cas, je sais ce que j’ai demandé au Père Noè«l…

  6. Pour ma dernière séance du conseil, j’ai assisté avec quelques irréductibles audoniens à une assemblée à moitié vide.

    J’en retiens la promesse de Jacqueline Rouillon de réunir une commission ouverte à tous les élus sur l’OVL avant le début février.

    Je tiens à rappeler qu’il existe une étude commanditée par l’OVL sur l’état complet des centres avec des propositions de développement.
    Pourtant, ce document n’a visiblement pas été transmis à tous les élus et par conséquent les audoniens (dont les usagers des centres) n’en n’ont pas eu la moindre information par la Ville alors qu’elle a été financée par des deniers publics, les nôtres

    Nous sommes dans une situation incroyable où des biens appartenant aux audoniens depuis la Libération risquent d’être vendus – si personne ne s’oppose à Jacqueline Rouillon.
    Entre les fondamentaux sociaux et progressistes des congés payés et du droit fondamental aux vacances pour les enfants et les démunis et le Maire, c’est aujourd’hui un gouffre.

    Les changements récents dans la direction administrative et le CA de l’OVL vont dans le bon sens mais les problèmes sont anciens. L’étude sur les potentialités des Centres révèle en filigramme l’absence d’investissement et de mise à niveau des Centres de vacances pendant de longues années. Qu’a fait Jacqueline Rouillon pendant ses 15 ans de règne ? Qu’a fait l’élu chargé du patrimoine bâti ? Qu’a fait la direction des services techniques ?

    N’a-t-on pas vu un ancien élu (si proche) accompagner le Maire et se faire le héraut de la vente de Jullou ? Dans quelle république sommes-nous pour qu’une personne sans aucun mandat de l’assemblée communale se retrouve et mène des négociations occultes?

    Saluons là le courage et la ténacité de celles et ceux de tous horizons qui ne lâchent pas le morceau et appellent à défendre les colos.de Saint-Ouen.

    De ce point de vue, pourquoi par exemple alors que la restauration scolaire va être inter communalisée, les colos ne le seraient pas.

    Tous les enfants, les précaires, les retraités de Saint-Ouen partent-ils en vacances ? Bien sûr que non !

    Deux anecdotes à vous livrer sur ce dernier Conseil :

    – La première est qu’il a fallu intervenir auprès de la direction générale pour que les grilles protégeant le marché de Noël et interdisant l’accès à l’Hôtel de ville soient ouvertes pour que le public comme les élus puissent rentrer dans la salle des séances.

    Visiblement cela ne gênait personne. Quel manque de considération. C’est sans doute ce qui peut expliquer le retard de 30 minutes de Jacqueline Rouillon, ce que n’a pas manqué de relever le conseiller Kémache.

    – la seconde, c’est l’existence d’une “garde prétorienne” comme nous l’avons encore constaté.

    Une nouvelle fois, les audoniens qui ont assisté à la séance se sont retrouvés nez à nez avec des gens dont l’aspect extérieur et l’habillement n’auraient certainement pas échappé à une BAC en goguette. Aucun signe d’appartenance, aucun habillement distinctif. Ils sont là, ordonnent ceci, veulent obliger à cela.
    Je les avais déjà vus notamment lors d’une tentative de squat de la gare Godillot formant un mur physique contre des familles errantes. Il y a bien des policiers en civil, mais ils sont tous identifiables dans l’action (brassard).

    Quels sont donc les conditions de recrutement et les missions de ces personnes ? Et si c’est un nouveau service, le Maire l’a-t-il présenté au Comité technique paritaire (CTP) comme le prévoit la loi? Quel argent a-t il encore été dépensé alors que nous avons déjà une si coûteuse Police municipale ?

    Que pense M. le commissaire de police de Saint-Ouen de ces agissements ? De cette concurrence ? A moins qu’il ne se satisfasse d’une application anticipée de désirs de Nicola Sarkozy ? Tout est désormais possible, comme nous l’avons vu avec Brice et ses caméras…

    C’est vraiment lamentable! a Maire devrait réfléchir au fait que la SNCF vient de changer la couleur des uniformes et les insignes identificatoires de sa police ferroviaire dans le sens d’une différenciation avec la Police nationale.
    Quand le goût du secret et la “révélation” de l’ordre se rejoignent dans une gestion municipale, on est plus prêt de Balkany et de Tibéri que de la Commune de Paris et des vrais besoins des audoniens.

    Moi en tous cas, je sais ce que j’ai demandé au Père Noël…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *