A marche forcée…

Ultime réunion pour le projet de  Maison des associations ce mardi 13 octobre avant le prochain Conseil municipal au cours duquel devrait être soumis à l’assemblée – on le suppose -, le principe de réalisation de ce futur équipement : principales fonctions, site de d’accueil, enveloppe financière, objectifs en terme d’ouverture…

A ce rendez-vous, où les associations avaient été convoquées comme d’habitude à la va-vite, on devait déplorer une assistance assez limitée et beaucoup d’associations connues et reconnues absentes. Au total une grosse trentaine d’associatifs et deux riveraines.

La puissance invitante était par contre venue en force avec, autour du Maire, trois adjoints au Maire, plusieurs conseillers municipaux, deux membres de la Direction générale des services, le service vie associative[1] et la com. De quoi ne pas laisser seul Mustapha. Krimat (conseiller municipal en charge du projet). On ne sait jamais.

Exposé à l’eau de rose du Maire sur la place et le rôle indispensable de cet équipement (dont elle a en réalité  repoussé la réalisation depuis dix ans), présentation  monocorde du document technique de « pré programme »  illisible pour le grand public et qui n’a pas pris une ride depuis des mois malgré l’ébouriffante concertation.

En dehors de deux zélateurs ébaudis de tant de bonté de la part l’équipe municipale et cantonnés dans le registre « plus c’est cher, plus c’est grand, plus c’est mieux », et l’intervention remarquée du Président d’Amarrage (un certain M. Bentolila),  le Maire a été accrochée par les rabats joie habituels. Ceux-ci ont persisté dans leur critique d’ « un mauvais projet, au mauvais endroit », projet non réellement voulu par les associations sous cette forme, mal placé au regard de l’environnement proche, à une échéance très éloigné  et beaucoup trop coûteux.

A cet égard, oubli ou coquetterie, le Maire dans son exposé, n’a pas cru utile de parler du montant de ce projet. Fort heureusement Paul Planque notre 1er adjoint, avec sa morgue habituelle, rappela que les 4 millions annoncé par certains étaient « fantaisistes » [2]… puisqu’il faut déduire la TVA payée car la commune la récupère pour ce type d’investissement. Ouf !

Comme dit l’autre on verra « à l’arrivée » et notamment si le futur total hors taxe n’atteint pas le montant prévisionnel TTC d’aujourd’hui.

En attendant notre adjoint aux finances n’a pas cru utile de nous préciser le coût annuel de fonctionnement de cet équipement. Sans soute pour ne pas avancer un chiffre fantaisiste.

Les riverains présents ont insisté évidemment sur la détérioration prévisible de leur cadre de vie avec une importante construction dans ce secteur déjà très dense, sur les nuisances inévitables, l’absurdité de la suppression du couloir bus et sur la démolition regrettable d’une maison de caractère. Histoire de les agacer un peu plus, on a annoncé avec beaucoup de désinvolture qu’on pourra choisir entre l’option dense à 845 m² ou celle a 1 0003 m² et qu’ils seront invités à une réunion de concertation dans 3 jours !

Pour faire taire les critiques qui portent déjà sur la gestion future de cet équipement « phare » Mustaphat Krimat a indiqué, sans rire, qu’on ne serait pas dans l’autogestion mais dans la co-gestion, tandis que le Maire pourfendait par avance l’idée d’un simple service municipal. Au final cette maison sera vraiment l’affaire des associatifs avec un minimum d’agents de la ville pour assurer la « logistique ». Mieux qu’en rêve ?

Las, pour l’heure 6 à 7 agents communaux sont déjà plus ou moins dans le « tuyau » ou seraient en pré recrutement. Le ménage au sein du service vie associative, avec l’arrivée en son sein d’amis politiques connus du Maire dont les recrutements dérogent aux règles habituelles de l’administration en dit déjà long sur la suite.

Face au reproche d’avancer maintenant à marche forcée, le Maire, évoquant les procédures et la construction elle-même, a récusé avec véhémence ce terme pour indiquer qu’il faut maintenant aller vite pour atteindre l’objectif d’ouverture fin 2012. Nuance.

« Processus engagé depuis 4 ans », « long travail avec les associations », « un projet abouti, un pré programme définitif », « reste maintenant les réglages »… au-delà des échanges lors de cette soirée, le discours officiel était assez transparent.

Au-delà du débat très limité, cette réunion était en réalité assez formelle. L’essentiel était visiblement ailleurs. Il s’agissait avant tout d’entretenir la fiction d’une ultime réunion de concertation pour valider définitivement cette étape décisive d’un long « processus démocratique » avec un projet à présent bien cerné et validé par les associations.

Un message adressé à l’évidence aux conseillers municipaux.

L’enjeu étant de « vendre » au Conseil municipal un projet mal « ficelé », porté de manière chaotique (voire surréaliste), issu d’un processus assez peu démocratique et non transparent. Incapable de composer et  d’écouter donc de revoir son projet initial, le Maire s’est elle-même enfermée dans le tout ou rien. Elle se condamne donc à passer en force.

Vu la position très critique des Verts, l’essentiel est que le groupe « communiste » vote comme un seul homme tandis que le groupe socialiste,  au-delà de ses dissensions, soutienne en bloc « son » élu censé être le père ou du moins le parrain du projet. Chacun évitant les défections possibles.

Jouable mais pas gagné d’avance.


[1] Sans toutefois la responsable de la vie associative qui vient d’être limogée assez maladroitement comme le dénonce la CGT.

[2] Lors de la première présentation publique à la Maison de quartier du Landy du prè-programme dans le rapport du Bureau d’étude BRED-AMO, deux hypothèses étaient évoquées l’une à 4 298 080 € TTC, l’autre d’un montant supérieur de 557 000 € TTC.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

17 réflexions sur « A marche forcée… »

  1. Après la réunion avec les riverains de la rue Jean vendredi soir en mairie -convoquée uniquement pour quelques uns,

    JR avait oublié plans, paperboard et documents écrits.

    Il faut se rappeler que M. Krimat avait promis lors d’une réunion rue du Landy qu’il donnerait une copie de la proposition de l’architecte pour échanges et enrichissement.

    Las, ces deux élus ont donc conservé la même posture : non transparence (coût véritable investissement comme fonctionnement, discours fumeux et manoeuvres ridicules (“montée” de MB, réunions à invités sélectionnés ou oubliés, refus de travailler sur l’autre proposition : l’ex bib centrale)
    mais combien illustratrice d’une dérive autoritaire et autocrate de JR.

    Dépenser 5 millions d’euros alors qu’il y a tant à faire ailleurs et que l’ex bib centrale reste une vraie solution, laisse pantois sur les fondements profonds et petit à petit révélés par ces postures et ces choix qui tournent le dos à saint-ouen.

    Au prochain conseil muncipal, chacune et chacun prendra ses responsabilités.

    Voter contre un mauvais projet tout en restant dans la majorité c’est possible, c’est possible

    Dans un autre domaine, l’extention -finition du lycée blanqui a été abordé lors du dernier CA du lycée.

    Pressée par des audoniens qui ne lâchent pas et ne lâcheront pas sur cette légitime revendication et possible réalisation,

    JR a sollicité en pleines vacances estivales la direction du lycée pour qu’elle “montre son projet” mais uniquement sur les installations sportives..

    Une manoeuvre en plein été alors que les parents et les enseignants n’ont pas été sollicités. Lamentable.

    Mais pas de bol, pour les représentants de la mairie, l’administration du lycée a répondu présente et a présenté un document avec plans le tout accompagné d’une note.

    Examiné en ce dernier CA, les parents ont souligné des oublis ou manques mais reconnu que la note atteste et prouve, s’il en était besoin -une vraie nécessité de plus de locaux administratifs, d’enseignement et sportifs

    Aprés
    un vote unanime du CA en 2005 demandant ujn groupe de travail représentatif (élus CG, CR et ville, personnels, parents, lycéens, mouvement sportif local),

    une “première pierre” des travaux d’entension finition organisée par la FCPE en 2007, à laquelle participait Valèry Geffroy mais pas le maire de saint-ouen,

    JR se réveille, pour manoeuvrer

    La pointe Schmidt/Vaillant à la porte Montmartre,

    ce sont des milliers de mètres carrés, d’une terre bien grasse comme dirait un parfait maquignon,

    sur lesquels lorgnent les promoteurs “amoureux” de notre bonne ville.

    C’est pareil ici, chacun doit prendre ses reponsabilités pour défendre ce qui intéresse tout le monde de gauche comme de droite,

    l’école publique et républicaine, le droit à l’ducation, à la formation, à la citoyenneté.

    Pour nos enfants, nos petits-enfants, et pour nous mêmes.

  2. J’ai vu dans une ville du midi de la France, une plaque sur laquelle étaient inscrits les noms de résistants tués lors de combats avec les allemands.
    J’y ai lu le nom de Paul Planque, militant communiste, tombé le 10 août 1944, qui n’est autre, renseignement pris, que le grand-père du premier adjoint de Saint-Ouen. En outre, dans le département du Gard, la famille Planque est fort connue pour son action dans la Résistance. Et je sais que Paul Planque s’inspire en toutes circonstances des valeurs défendues par sa famille. Je crois qu’il mérite le respect.

  3. Julien Maheu,Arno Métée et tous ceux qu’intéressent la Résistance en général et la Résistance communiste en particulier,je vous recommande(si vous ne l’avait pas vu mercredi sur Arte)le documentaire historique sur Joseph Epstein.La mémoire de celui qui dirigea les FTP sur la région parisienne jusqu’à son arrestation(en même temps que Manouchian)à l’automne 1943,qui ne parla pas sous la torture(il fut fusillé au printemps 44,sous sous nom clandestin)sort enfin de l’oubli.Le documentaire repasse,toujours sur ARTE,mercredi 28 octobre à 5H du matin.
    Ca nous ramène au grand-père de Paul Planque.Le 10 août 1944,je croyais avoir lu, sur un autre bloc, qu’un certain René Matéo avait échappé miraculeusement à la mort…était-il avec le grand-père de Paul Planque?La ville du midi,était-ce Miramas?Que de pistes pour que de jeunes lycéens ou étudiants puissent écrire des monographies et pourquoi pas une maîtrise!

  4. Un grand père résistant n’est pas un brevet de conduite ! Pas plus d’ailleurs qu’un mandat d’élu exercé à Miramas.
    Espérons que le petit-fils, audonien, de fraîche date et dont le seul titre de gloire est d’avoir été parachuté du jour au lendemain 1er adjoint de notre ville, ne tombera pas sous les assauts des contre-révolutionnaires locaux.

  5. Le projet de Maison des associations plutôt très critiqué et mal fagoté est peut-être en train de se faire une beauté.
    Prévu d’être présenté au Conseil municipal de septembre, puis d’octobre il devrait être décalé à novembre.
    Ordre du jour trop chargé (avec notamment beaucoup de délibérations sur les Docks) ?, petites mises au point en coulisses ou montrer que l’on est pas à “marche forcée”?
    Sans doute un peu de tout.
    A suivre…

  6. Je ne connais pas grand chose à la Résistance. Ce que j’en sais, c’est que beaucoup de femmes et d’hommes sont morts pour rien. Mais j’ai une passion pour les plaques commémoratives et pour les endroits où l’histoire est passée. Cela m’a incité à visiter Oradour sur Glane. Pas de quoi être fier ! Nous sommes encore à l’âge de pierre.
    J’habite Saint-Ouen depuis peu de temps. C’est une ville qui a un côté sympa, malgré quelques dérapages qui font les choux gras de la grande presse.
    En ce qui me concerne, je peux être doux, amer, tendre, vicelard, arrogant, têtu, fainéant, vindicatif, attentionné, vulgaire, fréquentable, très méchant : tout dépend de l’heure et des circonstances …
    Quant à la Maison des associations – je crois qu’il y a pas mal d’assos à Saint-Ouen – elle a le visage de l’arlésienne … mais comme dit ce bon Monsieur de la Fontaine : “Patience et longueur de temps font plus que force et que rage.”
    Ah ! j’oubliais .. pour les curieux, je suis originaire de Céret, situé en pays catalan. Pour les profanes, Céret c’est le pays des cerises … et des centenaires. On y vit très vieux .. on le doit sans doute à l’air vivifiant des Pyrénées.
    Croyez en mon profond respect.

  7. J’oubliais …. merci aux initiateurs de ce blog. Il donne des informations très intéressantes sur la vie de la cité et permet de débattre de sujets brûlants qui intéressent au premier chef les audoniennes et les audoniens.
    Incontestablement, ce blog est une réussite !

  8. @ id-stg,

    Que l’on aime ou l’on aime pas PP, un mandat d’élu est quand même une référence dont il faudrait peut-être parler du bilan plutôt que d’en balayer la légitimité d’un revers de manche …

  9. Une référence effectivement, mais être légitime à Miramas n’implique pas d’être légitime à Saint-Ouen.

    Idem : avoir été directeur de la Semiso (même pas très longtemps) est une référence professionnelle réelle mais ne conduit pas à être automatiquement légitime pour devenir du jour au lendemain Adjoint au Maire à l’Urbanisme.

    Evidemment, vu le manque de références et de compétences de beaucoup d’élus de l’actuelle équipe municipale, au pays des aveugles les borgnes sont rois !

    Excusez-nous pour ces sentences : nous sommes très “vieille France”.

    Quant au bilan notamment pour Miramas il faut sans doute poser la questions à nos historiens blogueurs-blagueurs Julien et Michel.

  10. A propos de SEMISO(et sans blagues),j’ai remarqué qu’à la fin de son blog,OD avait systématiquement censuré mes posts qui faisaient référence à la mauvaise gestion de cet office pour ce qui concerne les entreprises(Koné)qui possèdent le monopole de dépannage des ascenceurs.Deux escaliers du programme Paul Bert(conçu par Chemetov…)ayant connu cette année de longues pannes à répétition!Cette défense du soldat PP m’ouvre des perspectives d’explication.Comme leur amitié récente ne doit pas reposer sur des affinités idéologiques,y aurait-il d’autres perspectives?Il est vrai qu’un projet comme les docks a de quoi attirer les convoitises de jeunes et talentueux chefs d’entreprise,même affublés de titres anglicisés.
    Qui vivra verra!!!

  11. Michel,

    Vous semblez avoir perdu à regrets votre meilleur ennemi virtuel sur blogs.

    J’ai bien peur que le célèbre OD ne soit pas un vrai censeur et encore moins un ascensoriste ou un vulgaire assistant promoteur.

    Si je ne m’abuse il fait fortune (ou du moins essaie) dans les jeux virtuels plutôt réservés à nos cadets.

    A cet égard je ne peux me fâcher avec lui. Un retour d’ascenseur me serait agréable en ces temps de crise et de baisse du pouvoir d’achat.

    Quant à la Maison des associations (revenons au sujet) vous semblez, cher Michel, assez discret. Seriez-vous de “mêche” avec un certain Mr K.

    EPS

  12. Je ne sais par quel tour de passe passe Monsieur Planque s’est retrouvé à Saint-Ouen. Quoi qu’il en soit, cela ne présente pas grand intérêt. Ce qui transparaît au fil du temps, c’est que l’équipe en place n’est pas très douée pour conduire les affaires de la cité.
    Les nouveaux ne valent pas les anciens. Loin s’en faut !
    On navigue à vue et l’on s’achoppe à des écueils inattendus. Je mets dans le même panier les gens de gauche, du modem et de droite. Tout ce beau monde marche à reculons. C’est la chienlit ! disait feu le général de Gaulle en 68.
    Mais nous ne sommes pas en 68. Aujourd’hui, des salariés, en délicatesse avec leur DRH, s’envoient volontairement ad patres. Le patronat, qui n’en demandait pas tant, jubile. Où sont passées les grandes luttes et les manifs d’antan …
    Quant aux amitiés qui se nouent ici et là, sous-tendues par des intérêts communs, cela n’étonnera personne. On sait depuis longtemps que l’argent lève tous les obstacles.
    Je suis également “vieille France” tout simplement parce que la nouvelle renie le passé et déifie l’argent !

  13. EPS,les capitaines d’industrie,de tout temps,ont voulu étendre leurs champs d’activité!
    Pour la “maison des associations”,je me sens peu concerné par le lieu de son édification.Que ce soit à l’angle de la rue Jean ou dans l’ancienne bibliothèque,ce sera toujours dans le petit périmètre utile(autour du “Coq”) de la ville:de l’angle Rosiers-Péri,Bachelet à l’angle Landy-Jaurès dans un sens des angles Soubise-Dhalenne à Bauer-Godillot,Bd Biron de l’autre.
    Mon silence peut paraître bénéficier à MK(je laisse Mr K pour un personnage historique qui ne supportait pas ses chaussures ou à un héros du”Procès”de Kafka)car qui ne dit mot consent…
    Ceci dit je réserve mes révoltes pour des causes que personne ne défend comme l’équipement des quartiers sud,le prolongement de la ligne 4 dont je t’avais déjà entretenu avant les municipales de 95.Je dénonce toutes les maneuvres démagogiques et intéressées(comme l’appel à”l’insurrection populaire”de Chemetov;et,c’est moi qu’on traite de blagueur!) qui se font jour autour du”Grand Paris”…etc…
    Ceci dit,j’aime bien MK;comme toi,il ne fuit pas la discussion,même si ça fait un bout de temps que je ne l’ai pas vu sur le marché.Les militants,en général,s’y font rares.

  14. @ fainzang michel,

    EPS a raison, professionnellement, je fais plutôt dans le Clic que dans le Mortar … J’espère ne pas avoir à vous faire un dessin 🙂

    Moi qui vous pensait guéri … Quand je diagnostiquais chez vous une propension à la théorie du complot, je ne pensais pas le mal aussi profond.

    @ id-stg,

    Ce n’est pas une simple pirouette qui te fera échapper au fond pour PP : “Quel bilan à Miramas ? Quel bilan à la SEMISO ? Et enfin Quel bilan à Saint-Ouen ?”

    Quand à ma fortune, tout comme les jeux vidéo qui sont aujourd’hui mon univers, elle est encore bien virtuelle. Si je songeais à une reconversion dans l’immobilier, une fois celle ci réalisée, ce ne serait en tout cas pas pour tout de suite … pas avant 2011, une fois la bulle purgée et les premiers programmes de qualité sorties des Docks 😉

    Au fait, pour avoir pas mal voyagé ces dernières
    semaines, Vancouver au Canada, avec ses immeubles de grande hauteur mixant habitations -plutôt de luxe c’est vrai-, activités tertiaires et commerces, renverrait à des années lumières les tours ringardes construites en France depuis les années 70. Comme quoi, cela doit être possible, même si je l’avoue, la côte pacifique et la baie de Vancouver sont plus glamour qu’un incinérateur du 9-3 …

    Sur ce, mes chers blogueurs, bonne nuit …

  15. OD,évitez de parler de vous à la 3e personne:”Moi qui pensai”t”…(je plaisante!).
    Ne confondez pas”complot”et repas entre”camarades”au Coq de la Maison blanche(ou ailleurs…).Les infos mettent du temps à arriver dans les quartiers sud mais elles finissent par filtrer.
    “Ce n’est pas une simple pirouette….”,ce n’est pas très gentil avec EPS qui prenait votre défense contre le méchant blogueur que je suis!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *