Enfin !

Le nouveau média que les audoniens attendaient est enfin arrivé : « la lettre de  Jacqueline Rouillon, Maire de Saint-Ouen, Conseillère générale.

Son titre ? « Parlons-en ! ». Une petite trouvaille de l’agence de communication Anatome[1] qui rappelons-le avait épaulé la brillante campagne post-électorale des « Dialogues pour la ville » intitulée «  Parlons Saint-Ouen ! » [2]. Décidément l’imagination est au pouvoir…pour dépenser l’argent du contribuable dans la communication en s’éloignant toujours un peu plus de la démocratie.

Au menu un petit pensum émaillé de phrases aussi creuses que généreuses du genre : « vous faire partager le sens de mon action », « les actionnaires touchent toujours leurs dividendes », « une préoccupation de plus en plus forte le pouvoir d’achat », « la crise montre que les choses ne peuvent plus continuer comme cela »… on en passe et des meilleures.

5 dates « c’était dans mon agenda » , 2 photos de Jacqueline Rouillon en personne :  le recto verso est bouclé avec peu de chance de bouleverser les habitants de la Ville ou du canton.

Derrière ce flot de banalités et le bandeau rouge du titre[3], il s’agit avant tout de personnaliser à outrance une fois encore le pouvoir municipal au détriment d’une équipe et des partis qui la composent.

De bien mauvaises langues affirment par ailleurs que cette lettre serait simplement une manière pour notre Conseillère générale (fort discrète dans cette fonction) de rentrer – avec une longueur d’avance – dans la campagne des élections cantonales puisqu’elle est candidate sortante pour l’élection de mars 2011 où beaucoup de monde se bousculera au portillon sur le canton sud de Saint-Ouen.

D’ici là supplique à Jacqueline Rouillon, qui n’aime pas trop les bilans,  quelle nous donne dans cette belle lettre, un petit aperçu de ses interventions et propositions au Conseil Général au fil de ses dernières années et celles concernant Saint-Ouen.

Merci d’avance.


[1] Nous l’écrivions ici la 14 novembre 2008 dans notre article «  Cap sur la com » : Anatome crochu ? Lu dans l’express du 8 mars 2004 : « Georges Frêche a décidé du tempo de sa campagne après avoir, début octobre, rencontré et écouté Henri Meynadier. Cet ancien responsable du PC héraultais, aujourd’hui patron de l’agence Anatome, a l’art d’introduire de la créativité dans la routine des campagnes électorales…

Ajoutons aujourd’hui une bonne nouvelle : il semblerait que la nouvelle Directrice de la Com de Saint-Ouen travaillait  il y a quelques temps pour… Anatome. Evidemment un ragot.

[2] qui avait débouché sur une grande messe le 10 février dernier avec pas moins de 100 engagements (en plus ou en parallèle de ceux, déjà bien nombreux et imprécis, de la campagne des élections municipales.

[3] Rappelons que le Maire qui s’est fait élire avec l’électorat communiste vient de quitter le PCF sans qu’on sache très bien  qu’elles sont en réalité ces attaches politiques réelles.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

20 réflexions sur « Enfin ! »

  1. Parlons-en de Parlons-en !
    ” j’aime vous écouter, recueillir votre avis et vous faire partager le sens de mon action”
    “écouter” n’est pas entendre, “recueillir votre avis” n’est pas prendre votre avis en compte et “vous faire partager le sens de mon action” induit un partage mais après action…
    “Nous vivons une crise profonde, violente”, apparemment pas la ville qui sort le carnet de chèque è  la moindre occasion, et qui préfère les gros chèques aux petits, pourquoi en temps de crise ?
    “les jeunes et leur ras-le-bol, leur révolte, qui cachent une vraie demande d’être écoutés, respectés, leur appétit de vivre pleinement » sous les caméras de surveillance ? serait-ce è§a enfin la solution è  la révolte des jeunes ? la Balkanysation ? Effectivement on sent bien comment ils vont être écoutés¦
    « La prospérité de Saint Ouen doit beaucoup¦. Alstom, Danone, Nokia, lOréal » ; ne peut on pas lire plus haut « les actionnaires touchent toujours leurs dividendes », lè  on est servi en actionnaires !
    « ¦ rapprochement entre les entreprises et les audoniens : cest ce que traduit la convention de partenariat que je viens de signer avec lOréal » : enfin quelque chose, une lueur despoir, un fait, un vrai ! mais de quoi sagit-il au juste, dengagements demplois, de stages, combien, sous quelles conditions ?

    Je cherche (et nous sommes nombreux) encore è  comprendre le sens profond de cette lettre mais non, rien è  faire, il ny en a pas ; juste une suite de mots sans cohésion finalement. On reste sur sa faim. Cest ni fait ni è  faire, bravo la com, qui a écrit ce truc ?
    Et sinon, un pti mot sur les européennes ?

  2. C’est officiel qu’elle a quitté le PCF?On pouvait le pressentir depuis les présidentielles oè¹ elle avait refusé ,au Parisien ,de dire pour qui elle voterait…

  3. Peut-être parce que quand on est élu et dans un parti, on doit reverser une partie de son “traitement” è  son parti et que le PC est très “gourmand” quant au pourcentage è  reverser.
    Cela grèverait peut-être les 7000 euros mensuels que perè§oit notre maire ( 4600 euros pour être maire et 2500 euros pour être conseiller général).
    Il faut faire des économies, on a un magasin è  rénover!

  4. Officiel ? Assurément, dans la mesure ou maintenant elle l’affirmerait en comité restreint. De lè  è  faire une déclaration publique et affirmer son “évolution” ce n’est pas le genre de la maison. On préfère toujours avancer un peu masqué notamment pour piper des voix et jouer sur plusieurs tableaux et perso.
    Ce qui est certain c’est que è§a fait un bail qu’elle n’est plus communiste mais simplement une apparatchik issue de cette famille.
    Vu la déliquescence générale du PCF c’est significatif mais tout de même un non-évènement pour les audoniens.

  5. Ce mal ne touche pas malheureusement que le PCF lorsqu’on voit comment se sont reconvertis les apparatchiks dans les pays du”socialisme réel”…
    Elstine étant un des premiers recyclés suivi par nombre de ses collègues(ou confrères?)et la liste ne demande qu’è  s’étendre en Chine,Corée du Nord,Cuba et peut-être même Vietnam!
    Il faudra un jour s’interroger sur la”bolchevisation”des PC qui n’a abouti qu’è  la fidélité au Parti,aux dirigeants mais jamais è  la classe ouvrière et au peuple.Le Parti s’écroulant,c’est la fin des convictions et la porte ouverte è  toutes les reconversions.

  6. Je n’ai point reè§u cette lettre. Je n’ai donc pas de commentaire è  faire sur son contenu, ni sur la politique municipale …. que je suis de très loin !
    Que des gens quittent un parti politique, è§a s’est déjè  vu dans tous les partis. Il n’y a pas de quoi en faire un fromage ! Lorsque l’on a des désaccords, on s’en va. Cela me semble logique.
    Quant au parti communiste, si j’en crois les informations qui m’ont été communiquées, il semble qu’il se félicite de certains départs qui, è  l’évidence, ont assaini l’atmosphère. Il reste la première force politique de Saint-Ouen par le nombre d’adhérents et il est toujours actif. Je conseille tout de même è  celles et ceux qui clament et proclament que le PC et mort de se souvenir de ce vieux dicton plein de sagesse : “Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué !”

  7. Je n’ai point reçu cette lettre. Je n’ai donc pas de commentaire à faire sur son contenu, ni sur la politique municipale …. que je suis de très loin !
    Que des gens quittent un parti politique, ça s’est déjà vu dans tous les partis. Il n’y a pas de quoi en faire un fromage ! Lorsque l’on a des désaccords, on s’en va. Cela me semble logique.
    Quant au parti communiste, si j’en crois les informations qui m’ont été communiquées, il semble qu’il se félicite de certains départs qui, à l’évidence, ont assaini l’atmosphère. Il reste la première force politique de Saint-Ouen par le nombre d’adhérents et il est toujours actif. Je conseille tout de même à celles et ceux qui clament et proclament que le PC et mort de se souvenir de ce vieux dicton plein de sagesse : “Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué !”

  8. René ,dans les années 70-80,Mitterrand a réduit le PCF au quart de ses voix.Il semblerait que Mélenchon veuille l’imiter pour se donner une base lui permettant de négocier avec le futur PS que semblent,ce soir, vouloir construire certains socialistes.Le problème c’est qu’en 70,le PCF pesait 20% des voix et qu’aujourd’hui seulement 3-6%!Personne ne veut tuer le PCF mais il semble avoir du mal è  tirer les leè§ons de ses erreurs pour ouvrir des perspectives libératrices è  notre peuple!

  9. Ca michel, il faut le dire è  qui de droit. Je ne suis pas un dirigeant éminent du PCF. J’ai fait mon temps. Maintenant, j’observe et je compte les coups. Mais il est vrai que Mitterrand a déclaré en substance au congrès de l’Internationale è  Vienne dans les années 70 : “Je me fais fort de prendre trois millions de voix au parti communiste.” Ce qu’il a fait d’ailleurs !
    Pour ma part, je ne sais rien de la stratégie de Mélenchon.

  10. Ca michel, il faut le dire à qui de droit. Je ne suis pas un dirigeant éminent du PCF. J’ai fait mon temps. Maintenant, j’observe et je compte les coups. Mais il est vrai que Mitterrand a déclaré en substance au congrès de l’Internationale à Vienne dans les années 70 : “Je me fais fort de prendre trois millions de voix au parti communiste.” Ce qu’il a fait d’ailleurs !
    Pour ma part, je ne sais rien de la stratégie de Mélenchon.

  11. qui veut tuer le parti communiste Franè§ais ?
    Franchement il y arrive très bien tout seul!!Ce qui n’est pas très réjouissant d’ailleurs dans la mesure oè¹ il n’émerge pas (en réponse è  ce déclin) une réponse vraiment unitaire de “remplacement” qui ,comme le dit Michel, prenne è  bras le corps la défense du monde du travail ouvrier et salarié , des petits artisans , des retraités et des étudiants , plutôt que de se tirer une bourre idéologique …

  12. Sans vouloir ouvrir une polémique, je crois que la déclin du PCF prend sa source dans la stratégie définie au congrès de Martigues, è  savoir la rupture du le lien ombilical avec le monde du travail. A l’époque, Monsieur Robert Hue était secrétaire général. Depuis le congrès de Tour, le PC définissait sa politique en fonction des intérêts de la classe ouvrière et des autres couches sociales lésées par le grand capital. Ce n’est plus le cas. On se souvient peut-être que Francette Lazard avait confirmé cette césure en déclarant : “Le PCF ne fera plus référence è  la classe ouvrière et au marxisme.” Ce fut le début du déclin. Le PCF a remisé au musée des vieilles lunes le centralisme démocratique. Il est actuellement traversé par plusieurs courants. Il est devenu plus ou moins social-démocrate du fait de l’afflux de couches moyennes : cadres, techniciens, etc. Il n’y pratiquement plus d’ouvriers au sein du comité national. Il n’y en a pas non plus au sein du Conseil Municipal de Saint-Ouen, oè¹ les sociaux-démocrates sont majoritaires.
    Il semble du reste que le Maire et certains de ses proches aient quitté le PCF. C’est leur droit le plus absolu. Il sera très difficile pour ce parti de revenir au premier plan de la vie politique franè§aise. Et cela parce qu’il reste dans le collimateur des médias, soumis aux tenants du pouvoir, et que la lutte de classe ne semble plus être au premier plan de ses préoccupations. Se développe un anticommunisme différent qui n’a plus rien è  voir avec l’anticommunisme primaire d’autrefois. Ou alors c’est l’omerta, on en parle peu et on cherche è  faire accréditer l’idée qu’il n’existe plus.
    L’avenir est sombre pour le P.C.F. Il restera qu’il a marqué l’histoire du 20ème siècle. Il fut l’initiateur en effet du Front Populaire et joua un rôle prépondérant dans la Résistance, d’oè¹ son nom en 1945 de parti des fusillés.
    Ce qui semble grave, c’est que le déclin des partis communistes en Europe va de pair avec une poussée inquiétante des partis de l’extrême-droite fascisante. J’affirme, même si je dois passer pour un fou, qu’il y une menace fasciste en Europe. J’ai toujours en mémoire ce qu’écrivait Berthold Brecht : “Vous apprenez è  voir au lieu de regarder. Agissez au lieu de bavarder. Voici ce qui a failli dominer le monde. Les peuples ont fini par en avoir raison. Mais nul ne doit chanter victoire hors de saison : le ventre est encore fécond d’oè¹ a surgi la bête immonde.”

  13. Sans vouloir ouvrir une polémique, je crois que la déclin du PCF prend sa source dans la stratégie définie au congrès de Martigues, à savoir la rupture du le lien ombilical avec le monde du travail. A l’époque, Monsieur Robert Hue était secrétaire général. Depuis le congrès de Tour, le PC définissait sa politique en fonction des intérêts de la classe ouvrière et des autres couches sociales lésées par le grand capital. Ce n’est plus le cas. On se souvient peut-être que Francette Lazard avait confirmé cette césure en déclarant : “Le PCF ne fera plus référence à la classe ouvrière et au marxisme.” Ce fut le début du déclin. Le PCF a remisé au musée des vieilles lunes le centralisme démocratique. Il est actuellement traversé par plusieurs courants. Il est devenu plus ou moins social-démocrate du fait de l’afflux de couches moyennes : cadres, techniciens, etc. Il n’y pratiquement plus d’ouvriers au sein du comité national. Il n’y en a pas non plus au sein du Conseil Municipal de Saint-Ouen, où les sociaux-démocrates sont majoritaires.
    Il semble du reste que le Maire et certains de ses proches aient quitté le PCF. C’est leur droit le plus absolu. Il sera très difficile pour ce parti de revenir au premier plan de la vie politique française. Et cela parce qu’il reste dans le collimateur des médias, soumis aux tenants du pouvoir, et que la lutte de classe ne semble plus être au premier plan de ses préoccupations. Se développe un anticommunisme différent qui n’a plus rien à voir avec l’anticommunisme primaire d’autrefois. Ou alors c’est l’omerta, on en parle peu et on cherche à faire accréditer l’idée qu’il n’existe plus.
    L’avenir est sombre pour le P.C.F. Il restera qu’il a marqué l’histoire du 20ème siècle. Il fut l’initiateur en effet du Front Populaire et joua un rôle prépondérant dans la Résistance, d’où son nom en 1945 de parti des fusillés.
    Ce qui semble grave, c’est que le déclin des partis communistes en Europe va de pair avec une poussée inquiétante des partis de l’extrême-droite fascisante. J’affirme, même si je dois passer pour un fou, qu’il y une menace fasciste en Europe. J’ai toujours en mémoire ce qu’écrivait Berthold Brecht : “Vous apprenez à voir au lieu de regarder. Agissez au lieu de bavarder. Voici ce qui a failli dominer le monde. Les peuples ont fini par en avoir raison. Mais nul ne doit chanter victoire hors de saison : le ventre est encore fécond d’où a surgi la bête immonde.”

  14. René,ce qui est novateur par contre,c’est qu’on puisse dire:”il semble du reste que le maire et plusieurs de ses proches aient quitté le PCF”.Depuis 1920,il y en a eu des maires(ne serait-ce qu’è  S.O.en 1924)qui ont quitté le PCF mais è  ma connaissance c’est la première fois que ce soit clandestinement.Les audoniens mériteraient de connaè®tre la couleur politique de leur maire.
    Pour les communistes un Parti est un outil qui doit permettre d’hè¢ter l’avènement d’une société socialiste puis communiste oè¹ l’état,l’argent disparaè®tront et oè¹ les forces productives seront tellement développées(è§a colle mal,je l’avoue,avec les modes écolos)que chacun pourra en avoir suivant ses besoins.Donc quand un outil n’est plus adapté,on en change.Il faut abandonner ce culte du parti,ce qui compte,c’est le but:le Communisme.

  15. Michel, il ne faut pas me demander la couleur polique du maire. Je n’en sais strictement rien. Et puis, les communistes de 1920 n’ont rien de commun avec ceux d’aujourd’hui. Ils n’ont plus la “niaque” qu’ils avaient naguère.
    Le pouvoir de l’argent peint un tableau idyllique de la situation. Il passe sous silence la lutte pour changer les choses .. sauf è  nous résoudre è  l’austérité salariale. On conseille aujourd’hui de confier nos maè®gres économies aux requins de la finance – quand nous pouvons en faire -pour pouvoir survivre pendant nos vieux jours. En bref, è  lui abandonner la conduite de la société.
    En fait, ces trentes dernières années le capital a gagné la bataille idéologique, avec les conséquence économique et sociales qui en résultent.
    Chaque jour, l’immense majorité des différents médias regardent le monde avec les yeux du capital. La bataille qu’il a menée è  cet égard a payè.
    Alors, parler de socialisme aujourd’hui me semble prématuré.

  16. Michel, il ne faut pas me demander la couleur polique du maire. Je n’en sais strictement rien. Et puis, les communistes de 1920 n’ont rien de commun avec ceux d’aujourd’hui. Ils n’ont plus la “niaque” qu’ils avaient naguère.
    Le pouvoir de l’argent peint un tableau idyllique de la situation. Il passe sous silence la lutte pour changer les choses .. sauf à nous résoudre à l’austérité salariale. On conseille aujourd’hui de confier nos maîgres économies aux requins de la finance – quand nous pouvons en faire -pour pouvoir survivre pendant nos vieux jours. En bref, à lui abandonner la conduite de la société.
    En fait, ces trentes dernières années le capital a gagné la bataille idéologique, avec les conséquence économique et sociales qui en résultent.
    Chaque jour, l’immense majorité des différents médias regardent le monde avec les yeux du capital. La bataille qu’il a menée à cet égard a payè.
    Alors, parler de socialisme aujourd’hui me semble prématuré.

  17. Je ne le pense pas,René.La société n’a jamais été plus proche de celle décrite par Marx.Des circonstances historiques particulières ont permis l’arrivée au pouvoir des communistes dans des pays “attardés”qui n’étaient pas mè»rs pour le socialisme(Russie,Mongolie,pays de l’Europe centrale et orientale,Corée du Nord,Chine,Vietnam,Cuba…etc…).Il était difficile pour les PC locaux de ne pas essayer de faire avec mais è§a a donné ce qu’on a connu!La vision du développement du capitalisme(par Marx)et de l’impérialisme(par Lénine)ressemble è  cette “Mondialisation”que nous connaissons aujourd’hui!
    Le paradoxe vient que lorsque la situation objective n’était pas mè»re des partis(bolchevik,PCC…)l’étaient et que lorsque la crise semble faire imploser ce système,il n’existe plus de forces conscientes pour mettre fin è  ce système d’exploitation et de misère.Mais soyons sè»rs que l’Humanité saura se donner les moyens de poursuivre le long combat émancipateur qui est le sien.Des Marx,Lénine,Mao doivent émerger dans les difficiles combats qui s’annoncent.Pourquoi pas au Brésil,au Pakistan,en Iran ou ailleurs.Nous ne verrons sans doute pas leur victoire mais elle est programmée même si je ne sais plus aujourd’hui si l’Histoire a un sens!
    René quand vous dè®tes:”l’immense majorité des différents médias regardent le monde avec les yeux du capital”pensez au communard proscrit,Eugène Pottier qui ,il y a 138 ans,écrivait:”l’Internationale sera le Genre Humain”!

  18. Vous avez peut-être raison, cher monsieur. Je ne crois pas è  la pérennité de la société actuelle, fondée sur l’exploitation par une minorité du travail humain.
    Je ne crois pas non plus qu’une vie doive être vécue dans la résignation avec l’arrière-pensée éminemment conservatrice, que ce qui a été sera, et que rien ne devrait jamais changer.
    Quant è  madame le maire, je ne crois pas que son départ du PCF sonne le glas de cette formation politique. Madame le maire est partie sous d’autres cieux. Grand bien lui fasse !

  19. le post 9 de Mateo en juin, et s’agissant de la declaration de Mitterand de prendre des voix au PCF.C’est tjrs le mme truc; et si le pcf l’avait déclaré et y etait parvenu?
    Je suis de ceux qui attendaient du Parti un telle declaration, dite sous le manteau, cad “niquer le PS”.C’etait ,en interne, tt ce que ns entendions, “baiser les socialos ,qui ne représentaient rien” et reprendre la main .Vs en souvenez-vs?????ds les annees 70???bien avt 1972 et la signature du “baiser de la Mort”
    N’est-ce pas René????
    Je m’en souviens comme hier, j’avais 21 ans, dirigeant par interim des jc de st o, mon chef etait “militaire”, et è§a discutait ds les rangs, les camarades etaient pour le moins partages et moi aussi,mais de ttes facons, c’etait deja joué, “le” Parti avait décidé.
    C’est comme le “nucleaire”, dont j’ai apris ds mon bain, rue du Landy ,des paroles de Marchais sur Europe 1 que le Parti etait “pour”c’etait un Dimanche soir, apres cela, il faut aller l’expliquer è  mes jeunes camarades.
    La mme pr l’invasion de l’Afganistan avec la declaration de not’maitre Marchais, il était pour depuis Moscou.
    Alors lè , et ce depuis qques années, je me souviens tres bien de ce que me dè®t un Camarade, ( de l’ile st denis) quelques mois plus tard è  l’occasion de la Fete de fin d’année de mon fils sur ce pays et sur cette intervention.
    Fais gaffe, Jeannot, ds ce pays, c’est le moyen-age, les femmes, etc..etc….les libertés…;je ne l’ais pas cru, “trop ds l’appareil “pour moi.c’etait un dirigeant.
    Aujourd’hui je me rends cpte que je n’avais pas pris la mesure de ce qui s’annonè§ait, ben oui, je me suis planté, non pas sur l’intervention des dirigeants Sovietiques, mais sur la réalité de la montée de cet islamisme fondamentaliste
    J’essaie de m’en sortir par une pirouette en me disant que Marchais ne ns disait pas tt,j’aurais dè» faire marcher ma tête.
    Il s’agissait pr moi d’une faute dont je me rendis cpte bien plus tard, ds les annees 2000. Ben oui!!!!!!!!Putain, combien de Morts…….C’est tjrs tres difficile de reconnaitre ses erreurs surtout vis è  vis des morts.
    Et si on avait fait comme pour les Rosenberg en disant haut et fort qu’ils etaient innocents…….Ben oui.
    On s’est ts plantés, quelles que furent les circonstances, on peut mme revenir sur Zinoviez, “l’enfant cheri” du PCUS, qui finit ds les soutes de la Loubianka.
    Ouais, c’est l’histoire qui ns mène et ns n’y pouvons rien, è  notre petite place.Mais bon sang, que de malheurs.
    Alors, vivent nos petits enfants, longtemps..longtemps….apres que les….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *