4 réflexions sur « Jazz pour tous à Saint-Ouen »

  1. En hommage aux bénévoles !

    “Un mystère blogistique a fait se perdre mon aperçu de la conférence de presse.

    En voici de mémoire, un modeste souvenir.

    D’abors, la Chope n’est plus la Chope mais elle le sera d’avantage.

    L’interdiction de fumer et le réagencement du petit café ont bousculé nos repères visuels et olfactifs mais pour les oreilles l’esprit et les notes sont là.

    Marcel Campion, le roi de la grande roue et l’ami des rabouins, le titi des fortifs a repris le rez de chaussée, les étages et obtenu de la semiso la grande salle contiguë :

    avec l’objectif d’en faire un lieu de musique tout à la gloire de Django, un lieu de métissage des interprètes et des oeuvres, dans un confort appréciable.

    Auxquels s’ajouteront dans les prochains mois
    – des classes d’apprentissage de la musique jazz manouche (classe guitare, classe multi instrumentale),
    – un luthier,
    – un espace VIP,
    – un studio d’enregistrement,
    – un show room.
    et des possibilités d’accueillir du théatre.

    Le festivel Jazz-musette des puces qui se tiendra les 13/14 juin va donc pleinement profiter de ce “porte-avions” comme toute la flotte musicale pucières qui profitera du lieu et le fera vivre.

    Commercial et culturel, cet évnènement est assurément mais il faut croire en l’énergie de SMH pour en garder l’esprit et l’enracinement populaire.

    Il a d’ailleurs de ce point de vue coiffé sur le poteau MM. Blanc et Sarkhozy en annonçant à voie haute l’idée d’un “festival des fortifs” sur 10/15 jours des puces de montreuil à celle de saint-ouen avec plusieurs grandes scènes.

    Un grand paris “en mèmoire et hommage à un génial et géant musicien qui a influencé le jazz, la musique américaine et joué avec les plus grands de son époque” comme l’a dit fièrement Thomas Dutronc.

    En attendant, Serge malik séduit et convainc et les ami(e)s n’ont pas manqué pour présenter la nouvelle édition et rappeler combien ils devaient à django Reinhart : Azzola, Dutronc, Romane, Lockwood, Florine, Galiano, Lebolloc’h, Ninine….

    “le réve se poursuit” a dit marcel Campion et se retrouvera lors des visites musicales de bar en bar et dans les rues de ce quartier de saint-ouen encore populaire et qui le restera si les logements des Boute en Train ne sont pas rasés comme l’idée a été avancée par JR pour faire la place à un hôtel…

    Parmi les personnalités qui ont marrainé et parrainé le Festival, on pouvait apercevoir les maires du 18ème et de SO, le député, la directrice de la semiso, l’élue locale à la culture, le CRal du tourisme et quelques bénévoles audoniens du Festival (ces derniers oubliés par JR dans sa courte improvisation).

    En attendant le programme définitif, sachez que plusieurs bonnes tables proposeront un diner-spectacle : mains d’oeuvres, la chope des puces, le roi du café, l’escale gourmande, le petit landais.

    et aussi
    – un concours jeunes talents le dimanche de 16/19h au picolo,
    – un grand bal dansant, le dimanche à 19h place DR,
    – le grand concert sur la scène de cap saint-ouen, le samedi à 19h (on remerciera jamais assez l’ancien maire paulette fost, et les audoniens qui ont empéché des financiers de transformer l’ancienne imprimerie en locaux de stockage pucier, car aujord’hui ni l’agrandissement de la Chope ni le grand concert ne seraient possibles).

    – la tournée des bars sur les sites partenaires, la fanfare et les attractions dans les rues et marché, le samedi et le dimanche de 15 à 19h,

    Ce qui est sûr ce que cela devrait guincher pour tous les participants.

    Alors n’hésitez pas à une demander une affiche et des programmes, Serge Malik-Hapulat a le souci des audoniens.

    D’autant que la Chope recherche des témoignages et infos sur les origines du bar peut-être appelé “Chez Marcelle” il y a trés longtemps.

  2. Le Festival 2011 Jazz Musette des Puces est définitivement lancé.
    A midi, dans le surprenant et magnifique espace de restauration Aux Terrases de Cayenne, en haut de la rue des Rosiers, presse, people, têtes d’affiche, élus, bénévoles et amis se sont retrouvés autour d’un Serge Malik, plus monsieur Loyal qu’attaché de presse.
    L’homme est du terroir, n’hésitant à saluer l’ami “Bébert” technicien méritant de la ville ou se faisant écho de l’intérêt grandissant de cafetiers bien au dela des Puces, tant à Saint-Ouen qu’à Paris-Clignancourt.
    L’édition 2011 semble à la croisée des chemins malgré et avec ses 25 lieux de rencontres!
    Les “bailleurs” comme les gestionnaires critiques n’hésitent plus à se poser la question pour qui la chose tant le succès régional sinon national doit être quand même celui de la fréquention des locaux, et en premier des audoniens lambda.
    C’est tout l’art de la com et des relations publiques qui pourraient y aider, mais qui ne sont pas les points forts de l’info municipale.
    Mais qui sais, tout reste possible lorsque l’on sait nouer amitiés, amour de saint-Ouen, du jazz et de la Java. Et nous revenons à Serge Malik qui a, sans opportunisme, souligné la portance de l’action culturelle municipale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *