Dérives ?

PHOTOS 1ER MAI 2009 177 le 90  rue des Rosiers avant travaux (11/05/2009)

photos 19 juin 2009 015

le 90 Rosiers après les travaux (17/06/2009)

La nouvelle association « Amarrage » vient de jeter l’ancre au 90 rue des Rosiers en lieu et place des « Cheminées Camus[1] ». Une installation remarquée dans un local appartenant à la ville et qui n’a pas manqué de susciter l’attention.

Derrière son enseigne poétique «Passeurs de culture en cultures » flambant neuve, cette association ambitionne, si on a bien compris, de faire vivre « l’art dans la ville ». Une belle idée visant à introduire des œuvres d’art  ici et là,  dans l’espaces publics et à les prescrire (voire à les imposer) dans les nouveaux programmes d’habitations des promoteurs privés.

Quelques esprits chagrins  se sont pourtant étonnés que cette association ait été portée sur les fonds baptismaux par l’ancien  adjoint au Maire à l’urbanisme[2], le responsable local du PCF de l’époque (toujours fonctionnaire municipal), un artiste subitement promu conseiller municipal[3] et d’autres « amis proches »visiblement touchés par la grâce artistique.

Plus préoccupant, certains laissent entendre que l’association, bénéficiant d’un local de la ville, serait un point de passage un peu obligatoire pour les promoteurs[4]. Ceux-ci seraient ainsi conduits à commander une œuvre d’un artiste local « proposé » ou « suggéré ».

Resterait à savoir qui fixe réellement le montant de ladite création et ce qui revient exactement à l’artiste lui-même.

Candeur de nombreux créateurs, complaisance de quelques uns, besoin de travailler pour tous ? Chacun pourrait être amené à devenir  l’« ami du prince ».

Côté promoteurs ce « geste commercial » serait bien vu pour garder de « bonnes relations » et obtenir d’autres programmes à réaliser. Un peu coûteux mais chacun voudrait penser et valoriser que c’est seulement « pour la bonne cause » (ndlr : l’art et les artistes).

L’art à Saint-Ouen n’aurait-il pas de prix  ni de limites ? Difficile de croire à ce scénario digne d’une petite république bananière. Pourtant les apparences sont pesantes [5] et la rumeur, qui ne fait pas preuve, est suffisamment lancinante pour mériter une réelle attention citoyenne.

Un peu de transparence serait donc la bienvenue tant le mélange des genres est quand même un peu troublant.



[1] Ancien locataire du site dont le bail a été dénoncé (et l’indemnité d’éviction commerciale négociée) dans le cadre de l’aménagement futur du quartier avec la création prévue (à terme) d’une petite base logistique pour le fonctionnement des Puces.

[2] Aujourd’hui exerçant une activité  répertoriée dans la catégorie « agence immobilière » à Saint-Ouen (RCS 503 863 748 NIC 00011. Immatriculé 04/2008.

[3] Celui là même qui est visiblement dispensé de siéger au Conseil municipal (voir notre précédent article «Portés disparus »  du 10 mai 2009 sur ce blog

[4] Une règle en politique : toujours avoir un coup d’avance. L’ancien adjoint au Maire à l’urbanisme avait, au cours de son mandat, inscrit dans la « charte promoteurs » une prescription intéressante visant à ce que chaque nouveau programme accueille… une œuvre d’art.

[5] On se rappellera ainsi les remerciements nominatifs et publics de Bouygues à notre ancien élu à l’urbanisme devant un parterre d’invités lors de l’inauguration de la « colonne » place Django        Reinhardt dans les Puces le 23 avril dernier.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

2 réflexions sur « Dérives ? »

  1. j’ai longtemps dénoncé ce mélange des genres qui aboutit forcément au “fait du Prince ” et crée une espèce de colusion indigne entre Artistes et Mairie , préjudiciable à la liberté d’expression et à l’indépendance .
    Nombre de “collègues” proches des instances décisionnelles municipales dans le domaine artistique et culturel , ont toujours été fort embarassés pour justifier leur attachement à la politique culturelle de St-Ouen …sinon qu’il leur était difficile de critiquer certaines pratiques , à moins de risquer de se mettre en porte à faux et plus , dans leurs vélléïtés de carrière municipale .
    “Amarage ” au début , semblait avoir vu le jour comme une asso missionnée pour faire participer et associer démocratiquement (?)les citoyens à la chose artistique , et , étant composé principalement de plasticiens ayant eu des “commandes” par la ville ( Clark , Chopin, Ferrer …) la démarche sentait un peu le renvoi d’ascenseur .
    Une Mairie aujourd’hui se doit (?) de faire montre d’un véritable intérêt pour une politique culturelle et avait trouvé là une belle occasion de le faire voir au travers de cette enseigne …
    Mais les mauvaises langues ….comme moi …, et je vois avec plaisir que je ne suis pas le seul , voient toujours le mal etc etc ….
    Je note toutefois , que la proposition que j’ai faite au cours des “Dialogues pour Saint-Ouen” d’organiser des Concours Artistiques auprès des plasticiens Audoniens et autres , pour les projets artistiques sur la ville , a été reprise et selectionnée , afin qu’ ils soient mis en place dès 2010 .
    J’espère que chacun ici sera vigilants sur son application , étant entendu que le mode de fonctionnement d’une telle Nouveauté soit acté par un réglement qui stipule qu’elle sera soumise à une votation citoyenne démocratique et transparente . sinon…..

  2. Tango a Saint-Ouen

    Découvrez Ricardo Mosner

    Ce brésilien vit et travaille à Paris. Peintre, sculpteur et graveur il possède bien d’autres cordes à son arc.

    C’est à partir du 20 mars jusqu’au 25 avril 2010, dans les locaux de l’association Amarrage, au 88 rue des rosiers 93400

    Félicitons les “sponsors éclairés” Altarea, Cogedim, Dubrac TP, Bateg, Bérim, Fayolle, La Moderne et Groupe Médias qui contribuent à cette réalisation.

    Si on peut se féliciter d’accueillir un créateur, il est trés étonnant de voir cette association disposer d’un quasi monopole sur ces entreprises. Si la raison est une trés grande “proximité” entre l’association et la mairie, se pose alors la question des retombées pour les audoniens : invitation, publicité, travail partenarial, rôle et place des directions de la com et de la culture! pour le moins.

    site : http://www.ricardo-mosner.com et contact : mosner.ricardo@free.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *