Entêtement et désinvolture

Réunion « surprise » ce jeudi 14 mai au soir sur la future Maison des associations. Incompétence ou calcul, beaucoup d’associatifs n’avaient pas été conviés par la municipalité à la présentation du programme élaboré par le bureau d’étude.

Pas de chance, grâce à l’efficacité des réseaux citoyens nombre de « récalcitrants » étaient présents et ont pu faire entendre leur voix malgré la nervosité de l’élu tentant d’imposer fort maladroitement un projet venu d’en haut.

Au programme une solution unique : démolition de l’ancienne clinique des Rosiers pour construire un bâtiment neuf de plus de 1.000 m² et bien plus haut que le bâti existant au grand dam des riverains.

Coût d’investissement (prévisionnel) : 4 millions d’euros (hors équipements). Rien sur le coût d’exploitation annuel.

Livraison dans 3 ans : avril 2012 (on a gagné plus d’un an depuis la dernière réunion !) et dixit “plus de solution” de locaux de préfiguration d’ici là.

Exit toute solution alternative et la colère des riverains. Il faut faire avec, « rien n’est décidé » mais tout est en réalité déjà bien ficelé. La proposition d’une alternative dans l’ancienne bibliothèque centrale ? On a regardé, c’est pas possible, circulez !

Les riverains qui promettent d’engager un contentieux ? On fera une réunion avec eux sur l’architecture !

Pour les fonctions à accueillir ? Voir grand !

La concertation avec les associations ? C’est fait et bien fait : sur 700 répertoriées en préfecture, 387 « identifiées » par la ville ont reçu un questionnaire, 70 ont répondu et 4 ont été choisies pour dialoguer avec le programmiste. C’est dire si c’est scientifique et démocratique !

« Hauteur de la construction, absence de stationnement, encombrement du couloir bus, nuisances sonores en soirée, fonctions mal définies, taille démesurée, coût exorbitant, conception centralisatrice, réalisation trop lointaine planning très incertain, absence de réelle concertation »… les critiques ont fusé de toutes parts y compris chez les défenseurs de longue date d’un tel outil au service des associations.

Déstabilisé par cet auditoire peu complaisant l’élu à la vie associative (Mustapha Krimat, simple conseiller municipal) a stigmatisé « ceux qui disent toujours la même chose à chaque réunion », et tancé publiquement l’administration communale qui ne lui donne pas les moyens de sa politique.

Le meilleur pour la fin, il a indiqué qu’il « avait déjà fait plus pour la vie associative en 14 mois de mandat que pendant les 15 dernières années ». La encore il ne semble pas avoir vraiment convaincu l’assistance et encore moins ses collègues élus présents dans la salle.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblr

Facebookrss

9 réflexions sur « Entêtement et désinvolture »

  1. L’histoire d’un jeune devenu vieux ou quand la soirée Tupperware tourne au vinaigre…
    Baigné de la culture américaine, notre bouillonnant élu aux associations a bien failli explosé en plein vol stationnaire jeudi à la maison de quartier du Landy.
    Pensez donc, tout était prévu pour faire passer la pillule :
    -2 membres du cabinet de Jacqueline Rouillon,
    -la dircom, un cadre technique,
    -un vidéo projecteur et
    – un nouvel intervenant privé
    pour nous vanter, nous magnifier la décision unilatérale de Jacqueline Rouillon de réaliser la Maison des associations rue Jean.
    Las, après un exposé plein de fautes d’orthographe et d’approximations, il a bien fallu donner la parole à la salle.
    Et pas de bol, pour notre monsieur Loyal au maire (je ne sais pas si c’est une vertu révolutionnaire), à chaque intervenant les mêmes remarques :
    – pas de travail sur les besoins réels,
    – pas d’autres alternatives proposése malgré les propositions faites par des citoyens ou des associations,
    – promesses non tenus de l’élu avec une absence de concertation véritable si ce n’est 4 associations auditionnées par le « programmiste », et quelques dizaines de réponses à un questionnaire fermé,
    – une invitation qui n’arrive pas et réunion apprise par le bouche à oreilles citoyen,
    – l’oubli de la conjoncture financière de la ville,
    – aucun travail sur les coûts de fonctionnement… !
    En bref, une soirée à l’image d’un maire qui épouse de plus en plus une attitude de gestion à la mode sarkozyste :
    – imposer ses choix, non pas par le débat et l’échange mais un autisme méprisant pour les élus comme pour les citoyens, une agitation et un emballement dans une communication onéreuse et peu respectueuse des réalités.
    En bref,
    – aucune analyse sérieuse des besoins, de ceux d’aujourd’hui comme de ceux à venir,
    – une somme de 4 millions d’euros annoncée mais qui sera sans aucune doute dépassée,
    – la disparition d’un élément du patrimoine immobilier,
    – une atteinte à l’environnement par la construction d’un pâté de béton,
    – aucun proposition d’attente d’ici la construction achevée (en 2012 nous dit-on)
    – pas de réflexion sur le role des services dans l’aide aux associations (subventions).

  2. @ Idstg
    Je m’étonne que vous vous étonniez:Cela fait des années que tout est fait de la sorte.”On” fait d’abord et après, “on” fait semblant de consulter les audoniens! c’est ce que la mairie appelle la “démocratie participative” où en fait, il n’y a que le porte monnaie des audoniens qui participe!

  3. Notre étonnement est une figure de style. Mais là on touche quant même le fond et les mots nous manquent.

    Nous sommes sortis de cette réunion réellement affligés.

  4. Tout ça découle d’une situation politique faussée depuis des lustres , qui conforte les communistes dans une “impunité” quasi totale et une reconduction à la tête de l’excutif local programmée qui ne traduit que fort moyennement les rapports de force à gauche à St-Ouen.
    Résultat , n’étant pas partageurs de nature , ils leur faut bien organiser des débats , des réunions , des colloques et des symposiums pour faire croire à une volonté de’ démocratie , quand ils fonctionnent encore ” à l’ancienne” , pour ne pas employer un terme qui fait référence à un homme politique d’importance à grosses moustaches bien connu pour son peu d’attrait du dialogue .
    Le blême c’est que tout celà est totalement contre- productif , et se fait au dépend d’audoniens qui ne sont pas au fait de la situation et de ces guerres intestines affligeantes!!

  5. Merci,je prends acte de la levée de ma quarantaine et je repose les deux questions qui me l’avaient occasionnée:
    -qui peut expliquer ce vote au conseil général où le groupe PCF s’est divisé en deux:
    7 joignant leur voix à la droite,votent contre Bartolone
    6 s’abstenant permettant à Bartolone de l’emporter au bénéf de sa fonction de Président?

    -qui peut expliquer l’absence do nom d’Olivier Decrocq,co-délégué de l’UMP sur S.O.,de l’organigramme UMP sur la 1ere circonscription.Son allégeance à Mike n’aurait-elle durer que le temps d’écarter William?Fait-il de l’entrisme à l’UMP?

  6. Hélas beaucoup d’entre nous ont dépassé la quarantaine !
    Nous avons pas pour autant le cerveau complètement ramolli et nous ne censurons pas nos honorables correspondants pour le compte du PCF ou de l’UMP.
    Nous ignorons tout des réponses à vos questions pertinentes.
    Le mieux est sans doute d’interroger directement ces partis sur leurs blogs respectifs.
    Nous mettrons en ligne avec plaisir les réponsns.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *